Navigation – Plan du site
Articles

Le langage non-verbal au service de l’apprentissage de l’anglais juridique 

Non-verbal Language as a Means to Learn Legal English
Sandrine Chapon

Résumés

Le tribunal pénal est un lieu de passage incontournable du justiciable amené à répondre d’une infraction. Dans la majorité des cas, les audiences sont publiques et permettent d’observer les spécificités civilisationnelles car chaque système de droit réserve un espace physique bien particulier aux différents acteurs de la justice, que ce soit les professionnels ou les justiciables. Pourtant, une enquête menée en 2017 auprès de 235 étudiants inscrits à la faculté de droit de Grenoble (en quatrième année) montre que la majorité d’entre eux ne se sont jamais rendus dans une salle d’audience. Cet article a donc pour but d’analyser comment, dans une perspective didactique, il est possible d’initier les étudiants en droit aux différences entre les modèles inquisitoire et accusatoire grâce au positionnement corporel des acteurs de la justice dans le prétoire et de les amener à s’intéresser « au droit en action » (Nelken 2). Nous comparerons plusieurs des champs extralinguistiques impliquant la communication non-verbale relative aux pratiques culturelles judiciaires comme : les rites judiciaires, la kinésique ou la proxémique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Thémis, déesse de la Justice, de la Loi et de l’Équité, est fréquemment représentée les yeux bandés pour suggérer l’impartialité de la fonction judiciaire. Les magistrats et les avocats de la plupart des pays recouvrent leur corps de vêtements qui dissimulent leur anatomie et mettent en avant leur fonction. Ceci pourrait donner l’impression qu’il existe une réelle nécessité, dans l’acte de juger, d’effacer le corps au profit de la voix, d’autant que le droit est une discipline entièrement fondée sur le verbe. À ce propos, Trouillon fait remarquer que :

contrairement au scientifique dont le travail consiste en grande partie à expérimenter, contrairement au sportif qui doit s’entrainer physiquement, et l’on pourrait ainsi multiplier les exemples, le travail du juriste ne consiste pratiquement qu’à lire, écrire, parler, écouter […] tous les actes que seul le langage permet. (Trouillon 59)

  • 1 Une partie de cette étude (vêtement judiciaire) a été initiée dans notre thèse de doctorat (Chapon (...)

2Ces spécificités (importance du verbe et dissimulation du corps) pourraient donner à penser que la dimension paraverbale de la communication est absente de la discipline du droit. Or l’observation des audiences dans les différents pays permet de constater des disparités notables dans le placement des acteurs de la justice dans le prétoire. Nous formons donc l’hypothèse que la disposition des participants à un procès est une forme de communication à part entière, révélatrice de la culture du droit. De nombreuses études (Barthes, Garapon, Isani) portent sur le vêtement comme forme de discours spécialisé juridique et nous souhaitons élargir ce domaine de recherche en étudiant la fonction signifiante du positionnement physique et de la gestuelle des acteurs de la justice dans le prétoire. Cette étude, réalisée pour ce numéro1, permettra de démontrer que la localisation spatiale est aussi un acte de communication implicite à la culture juridique et peut être envisagée comme moyen d’initier les apprenants en anglais du droit aux différences culturelles entre les pratiques en vigueur en Angleterre et aux États-Unis, d’une part, et en France, d’autre part.

3En effet, si l’étude en anglais du droit est assez féconde dans le domaine de la langue et du discours spécialisé, il semble aussi pertinent d’aborder ce sujet par le prisme de la culture professionnelle juridique, et plus particulièrement à travers la dimension non-verbale de cette dernière afin de pallier un manque souligné par Gambier :

  • 2 Notre proposition de traduction pour : « There is a strong paradox: we are ready to acknowledge the (...)

Il existe un paradoxe important : nous sommes prêts à reconnaître les relations d’interdépendance entre le verbal et le visuel, entre le langage et le domaine non-verbal mais la recherche demeure largement dominée par la perspective linguistique2. (Gambier 7)

4L’intérêt de l’étude comparative des cultures du droit réside dans le « très haut degré de valeur civilisationnelle » (Van der Yeught 20) de ce domaine, qui est inversement proportionnel à son universalité (contrairement aux mathématiques, par exemple). Le droit ayant pour objet d’organiser la vie en société, les théoriciens qui étudient ce domaine distinguent différents systèmes juridiques qui reflètent les particularités culturelles qui régissent les différentes entités politiques existant dans le monde. Chaque État possède son propre droit, lié à son histoire particulière, selon David et Jauffret-Spinosi :

[chaque système juridique consiste en l’emploi d’un] certain vocabulaire, correspondant à certains concepts ; il groupe les règles dans certaines catégories ; il comporte l'emploi de certaines techniques pour formuler les règles et de certaines méthodes pour les interpréter ; il est lié à une certaine conception de l’ordre social, qui détermine le mode d'application et la fonction même du droit. (David et Jauffret-Spinosi 14, c’est nous qui soulignons)

5Ces particularités culturelles s’observent aussi dans le positionnement physique des acteurs de la justice dans le prétoire. Cette facette moins connue du droit relève de l’étude comparative des cultures selon l’acception proposée par Moran :

  • 3 Notre proposition de traduction pour : « Culture is the evolving way of life of a group of persons, (...)

la culture est le mode de vie évolutif d’un groupe de personnes et consiste en un ensemble de pratiques partagées, associées à un ensemble de produits partagés, fondées sur un ensemble partagé de perspectives sur le monde, inscrites dans des contextes sociaux particuliers3. (Moran 24)

6Selon Moran, l’étude des perspectives culturelles permet de répondre à la question « pourquoi les personnes appartenant à cette culture font-elles les choses de cette manière particulière ? » (26). C’est en ayant cette interrogation à l’esprit que nous aborderons l’étude de la communication non-verbale dans le prétoire en comparant plusieurs des champs extralinguistiques relatifs aux pratiques judiciaires. Après avoir posé le cadre théorique, nous étudierons la sémiotique visuelle et la kinésique (ou étude des gestes et des postures corporelles), afin de montrer que ces gestes symboliques sont symptomatiques de la culture du droit. Enfin, nous montrerons que la proxémique, c’est-à-dire la distance physique entre les gens, et le positionnement dans l’espace judiciaire peuvent être des portes d’entrée pour aborder les différences majeures entre les procédures pénales en vigueur en France et dans les pays relevant de la Common Law comme l’Angleterre et les États-Unis. Dans un dernier temps, nous proposerons quelques applications pédagogiques possibles.

1. Cadre théorique

7La définition de la culture a fait l’objet de nombreuses études et, dans le cadre de cet article, nous choisissons d’aborder ce sujet complexe en nous référant à l’approche de Galisson (149). Ce dernier propose de différencier le « cultivé » du « culturel », qui seront deux points d’entrée dans l’enseignement de la langue-culture étrangère. Le premier, le « cultivé » que nous appellerons la culture « savante », est la somme des productions artistiques (littéraires, musicales, etc.). Cette culture, légitimée par l’école, est l’apanage d’une classe dite « cultivée » qui ne représente qu’une minorité du groupe (116). Le second, que nous nommerons « culture partagée », rassemble les usages sociaux qui sont les éléments à connaître pour se comporter de manière convenable dans une société donnée. C’est une culture transversale qui échappe au contrôle conscient de ceux qui la possèdent et dont la fonction principale est le « vivre ensemble » (Galisson 117).

8Galisson parle des règles de conduite et de comportement qui régissent la vie du groupe. Ces règles existent aussi au niveau des communautés professionnelles et tout particulièrement dans le registre de la culture professionnelle « quotidienne ». Pour ce qui concerne la culture professionnelle juridique Nelken (3) discerne trois acceptions. La première englobe les faits comme le nombre et le rôle des avocats ou bien encore la façon dont les magistrats sont nommés dans certains États. La deuxième acception englobe les comportements, tandis que la troisième acception du terme englobe les valeurs, les mentalités et les aspirations. Nelken propose d’étudier la culture juridique à travers le prisme du « droit en action » (« law in action », ou encore « living law »). Garapon soutient aussi cette posture :

Pour atteindre le noyau culturel, il faut creuser jusqu’à cette couche d’images et de symboles qui est le ‘rêve éveillé’ d’un groupe historique. Nous allons nous risquer à formuler ces idées-actions, cette philosophie implicite sous-jacente aux pratiques judiciaires, depuis la conception de la vérité, la légitimité des juges ou la tenue d’un procès, pour découvrir un dogme qui, le plus souvent, n’est écrit nulle part. Il n’en a d’ailleurs pas besoin, tant il paraît évident. Cette philosophie n’est pas savante mais avant tout pratique, in action et non in book. (Garapon 33)

9Ce sont les pratiques judiciaires auxquelles nous nous intéressons ici, une facette de la culture, que Moran divise en deux catégories : les pratiques linguistiques et extralinguistiques, c’est-à-dire :

  • 4 Notre proposition de traduction pour : « practices: full range of actions […] both verbal and non-v (...)

tout l’éventail d’actions […] verbales et non-verbales qui incluent l’interprétation du temps, de l’espace ainsi que le contexte de communication dans les situations sociales. Les pratiques impliquent aussi les notions de convenance et d’inconvenance dont les tabous4. (Moran 25)

10Moran (66) fait la synthèse de sept champs extralinguistiques impliquant la communication non-verbale relative aux pratiques culturelles :
- la kinésique (mouvements du corps, gestuelle, expressions faciales) ;
- l’oculésique (le contact visuel et le rôle du regard) ;
- l’haptologie (le contact corporel) ;
- l’olfactique (le rapport aux odeurs) ;
- la proxémique (la distance entre les individus) ;
- la chronomique (le rapport au temps) ;
- le contexte (culture à contexte fort ou faible).

11C’est Hall, l’un des pionniers de l’anthropologie culturelle, qui dans Beyond Culture distingue les messages émis dans des contextes forts (high context), dans lesquels la réception du contenu du message dépend fortement du contexte, des messages à contexte faible (low context), où l’importance est placée dans le contenu du message et peu dans le contexte supposé connu de tous les interlocuteurs. Cet auteur cite, comme exemple de message à contexte faible, les communications entre avocats dans le prétoire ou entre députés lors de la rédaction d’un texte de loi. Ainsi, la communication juridique est explicite, directe et véhiculée essentiellement par le biais du langage. Cependant les postures corporelles, « ce dogme qui n’est écrit nulle part » (Garapon 33), témoignent aussi de la culture juridique à laquelle elles appartiennent.

12L’observation du placement des différents acteurs de la justice peut être un moyen d’appréhender, en cours de langue de spécialité, les différences de systèmes de droit, (autrement appelés familles juridiques).  Pour schématiser, la procédure judiciaire en vigueur en France est de type inquisitoire, alors que les pays anglo-saxons, appartenant à la famille de la Common Law, ont recours à une procédure accusatoire. Cette dernière est menée par un accusateur, c’est-à-dire un représentant de l’accusation. Elle est orale, publique et contradictoire. À l’inverse, la procédure inquisitoire est menée par un inquisiteur, c’est-à-dire un représentant de l’État chargé de la recherche des preuves (Vergès 4). Même si Vergès précise que la distinction entre les deux modèles devient floue à cause de l’influence de la Cour européenne des droits de l’homme sur le droit français, nous postulons que les différences de philosophie s’observent dans la manière traditionnelle dont les différents acteurs d’un procès sont disposés dans le prétoire. Et parmi ces rituels non linguistiques de la culture juridique se trouve d’abord la fonction signifiante de la robe des magistrats et des avocats.

2. Fonction symbolique du vêtement judiciaire

13Dans Histoire et sociologie du vêtement, Barthes reprend et développe la théorie de Saussure concernant la valeur significative du vêtement, qu’il classe parmi les objets de communication :

Saussure a postulé, on le sait, une science des significations, sous le nom de sémiologie, dont la sémantique linguistique ne serait qu’une partie. Il va de soi que le vêtement – que l’on ne saurait réduire à une fonction protectrice ou ornementale – est un champ sémiologique privilégié : on peut dire que c’est sa fonction signifiante qui fonde le vêtement en fait social total. (Barthes 438)

14Contrairement à l’habillement, qui exprime plus qu’il n’informe, le costume est « fortement signifiant. Il constitue une relation intellectuelle, notificatrice entre le porteur et son groupe » (Barthes 437). Le port de la robe des magistrats et des avocats, par exemple, permet d’effacer l’individualité des acteurs de la justice au profit du symbole qu’ils représentent, assurant par là même une gestion apaisée des conflits. Vecteur puissant de l’identité professionnelle des juristes, la robe (et la perruque en Angleterre et dans certains pays du Commonwealth) constitue un acte de communication qui vise à reconnaître et faire reconnaître le statut de l’agent investi par opposition à ceux qui ne le sont pas, selon les observations de Garapon :

le symbole réunit : il inclut ceux qui le reconnaissent dedans et exclut les autres, il délimite une communauté. Enfin, le symbole prescrit : les insignes du pouvoir ne se bornent pas à signaler la présence de l’autorité, ils commandent en eux-mêmes le respect. (Garapon 40)

15Dans ses travaux sur la sémiotique visuelle comme forme de discours spécialisé juridique, Isani précise que le destinataire principal de la valeur signifiante du costume des juristes anglais est le justiciable (91), mais il existe aussi un degré plus subtil de signification à destination des professionnels du milieu spécialisé, qui ne sera pas nécessairement perçu par les personnes extérieures au domaine (92). Puisque les costumes ont pour fonction de légitimer la position sociale des acteurs de la justice, il est primordial pour le professionnel du droit d’en connaître les codes pour être intégré à la communauté professionnelle ou éviter la sanction (outrage à magistrat).

  • 5 Notre proposition de traduction pour : « For heaven’s sake, discard the monstrous wig which makes t (...)
  • 6 Une mode rapportée de France par Charles II à son retour d’exil.

16Contrairement à ce qui se passe en France et au Royaume-Uni, les avocats et procureurs américains ne portent pas de robe et il n’existe pas de législation déterminant précisément la manière dont ils doivent se vêtir. Les États-Unis d’Amérique ont adopté la Common Law comme modèle juridique, mais en en délaissant certains rites. En effet, lors de la première audience de la Cour suprême en 1790 et selon Warren, Thomas Jefferson aurait déclaré aux juges qui portaient la perruque, comme l’avaient toujours fait leurs homologues britanniques : « Pour l’amour du ciel, renoncez à ces perruques monstrueuses qui donnent l’impression que les juges anglais sont des rats qui nous espionnent à travers des pelotes de filasse »5 (Warren 48). Il est à noter que le port de la perruque, pour les juges et les avocats anglais, date de la restauration de la monarchie britannique en 16606 (Yablon). Cette tradition a donc une portée symbolique forte d’autant que les partisans d’un Parlement puissant, pendant la première révolution anglaise (English civil war, 1642-1651), étaient surnommés péjorativement les Têtes rondes (Roundheads) car ils portaient les cheveux courts. L’abandon de cet artefact royaliste par les Américains renforce visuellement la notion que, s’ils ont emprunté le modèle jurisprudentiel de l’Angleterre, ils ont avant tout choisi un modèle démocratique qui considère les droits comme souverainement exprimés par la volonté du peuple :

Aux États-Unis […] il ne peut y avoir prééminence d’un droit autre que le droit de la Constitution en sorte que le principe anglais de rule of law s’y est mué en un principe de suprématie de la Constitution (Zoller 655).

17En dehors de la traditionnelle queue-de-pie portée par les avocats lors des audiences devant la Cour suprême, rien ne distingue les avocats des procureurs et les uns comme les autres portent un costume (suit) en marque de respect à l’institution.

18En plus d’un vêtement approprié, la déférence à l’égard des acteurs de la justice s’exprime à travers certains gestes ritualisés qui diffèrent d’une culture à l’autre et doivent impérativement être connus par tous les membres de la communauté culturelle et professionnelle en question afin de ne pas offenser les porteurs d’une fonction particulière.

3. La kinésique dans le prétoire

19Dans un processus inverse à la célèbre formule d’Austin « quand dire, c’est faire », les objets symboliques et les gestes associés à la cour sont interprétables selon l’aphorisme « quand faire, c’est dire ». Aux États-Unis, Le coup de marteau, par exemple, a pour fonction de baliser le temps de l’audience. Objet emblématique du chef, il est employé en ouverture et en clôture de l’audience, pour suspendre celle-ci lors d’une pause ou réclamer l’attention ou le silence. Il symbolise aussi la décision qui vient d’être prise, semblable à une ponctuation sonore des formules ritualisées comme « adjugé » ou « it is so ordered », qui ont une fonction performative. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette icône, n’existe qu’aux Etats-Unis. Elle est d’ailleurs tellement associée à la culture juridique comme artefact symbole du pouvoir judiciaire de la Common Law que le site officiel du Courts and Tribunals Judiciary britannique dédie un paragraphe entier à la rectification de cette erreur culturelle, dans sa rubrique « Traditions des tribunaux » :

  • 7 Notre proposition de traduction pour : « Although they’re often seen in cartoons and TV programmes (...)

Même s’ils sont souvent présents dans les dessins animés ou les séries télévisuelles et mentionnés dans quasiment tout ce qui concerne les juges, les endroits où vous ne verrez jamais un marteau sont les tribunaux anglais et gallois. Ils ne sont pas utilisés dans ces juridictions et les tribunaux pénaux n’y ont jamais eu recours7.

20Si nous ne pouvons expliquer cette différence d’usage d’un objet et de ses gestes associés, l’ensemble montre que les objets et les gestes, ainsi que les comportements associés sont propres à un groupe social particulier et sont donc différents d’une culture juridique à l’autre. Il en est de même pour les postures corporelles dans le prétoire. Les avocats américains doivent demander la permission au président de la Cour pour s’approcher de lui. Dans les tribunaux anglais, les auxiliaires de justice ne doivent, en aucun cas, tourner le dos à un juge et, dans chacune de ces juridictions, le public doit se lever quand la Cour entre dans la salle d’audience. Toutes ces pratiques relèvent de la valeur signifiante du geste dans l’espace judiciaire. Au-delà du geste, parmi les pratiques interprétables culturellement figure aussi le positionnement des acteurs de la justice dans le prétoire.

4. La proxémique au tribunal

  • 8 Le schéma présenté est celui d’un tribunal civil mais il est en tout point similaire à l’organisati (...)

21L’observation de l’endroit où sont assis les acteurs d’un procès est révélatrice des différences entre procédures accusatoire et inquisitoire et, plus largement, de la fonction d’un procès de entre les différentes familles de droit. La procédure pénale anglo-saxonne est dite de type « accusatoire ». Le procureur a pour mission de rassembler les preuves permettant d’établir la culpabilité de l’accusé alors que la défense enquête à décharge, c’est-à-dire qu’elle cherche à démontrer qu’il n’y a pas suffisamment d’éléments pour retenir un verdict de culpabilité à l’encontre de son client. Lors du procès, chaque partie tente de convaincre les jurés de sa version des faits pendant que le juge observe un rôle, silencieux la plupart du temps, de garant impartial des règles de procédure afin d’assurer à l’accusé un procès équitable et de garantir que les intérêts de la société sont préservés. La procédure française, quant à elle, est de type « inquisitoire », c’est-à-dire que le juge y joue un rôle prépondérant puisqu’il dirige les débats pendant l’audience et participe activement à la recherche de la vérité judiciaire. Ces différences substantielles peuvent être enseignées en cours de langue de spécialité en faisant observer la manière dont les acteurs des procès sont placés dans le prétoire, à commencer par le juge. Ce dernier occupant une position centrale dans le procès français, les différents témoins viennent se placer debout devant lui pour répondre à ses questions. Dans les pays de Common Law, le juge est placé sur un piédestal puisqu’il est le garant de la procédure. Cependant, les personnes convoquées par les parties, pour délivrer leur témoignage, viennent s’asseoir quasiment à côté de lui, en contrebas, de manière à ce que les interactions verbales entre les avocats des différentes parties et le témoin puissent être suivies attentivement par les jurés, comme l’illustre le schéma ci-dessous, publié en ligne par le site officiel des tribunaux de la Californie Courts.ca.gov à la rubrique « Mock trial script »8.

Figure 1 : Schéma type d'un tribunal américain.

Figure 1 : Schéma type d'un tribunal américain.

Schéma extrait du site officiel des tribunaux de la Californie Courts.ca.gov à la rubrique « Mock trial script ».

22Les jurés, en Common Law, sont en effet des « trieurs de faits » (« triers of facts », triers provenant de l’ancien français « trier »), c’est-à-dire qu’ils ont la charge de faire le tri parmi les faits qui leur sont présentés par les différentes parties, afin de tenter de dégager la vérité judiciaire pour pouvoir décider si l’accusé est coupable ou non. C’est pourquoi, ils sont symboliquement placés seuls dans un box. Ils doivent élire un(e) président(e) des jurés (foreperson), un rôle qui n’existe pas en droit civil et qui consiste à faire respecter la procédure de délibération puisque aucune autre personne n’est autorisée à entrer dans la salle des jurés. Cette personne dirige les débats et endosse aussi la fonction d’intermédiaire entre le juge et les jurés dans le cas où ces derniers auraient des questions à poser au magistrat du siège. C’est elle qui annoncera le verdict à la Cour. Si les jurés rendent un verdict de culpabilité, c’est le juge qui, lors d’une audience ultérieure nommée « sentencing hearing », ou « audience de condamnation » (dans laquelle les jurés ne seront plus présents), décidera de la sentence à appliquer dans le cas d’espèce.

  • 9 Il est à noter ici que, si l’institution du jury existe dans les deux cultures judiciaires, la comp (...)
  • 10 Le conseil de prud’hommes, le tribunal des affaires de Sécurité sociale, le tribunal pour enfants e (...)
  • 11 Chiffres établis en 2007 par le National Center for State Courts.

23Le jury est l’une des plus anciennes, et peut-être la plus légendaire, institutions du système judiciaire et trouve ses origines dans le système juridique de l’Angleterre médiévale. Aujourd’hui l’institution moderne du jury est répandue dans un grand nombre de pays de la Common Law et de droit romano-germanique9. Si en France la justice est rendue par les citoyens essentiellement dans les cours d’assises10, qui sont compétentes pour juger les crimes, la justice des États-Unis a recours aux jurés dans quasiment toutes les juridictions pénales et civiles. Selon le National Center for State Courts, 1,5 million de citoyens sont chargés de rendre un verdict chaque année (29 % de la population a déjà été juré dans sa vie)11 et 90 % des procès qui ont lieu dans ce pays impliquent des jurés du monde entier.

  • 12 Six jurés en première instance et neuf jurés en appel.

24L’institution des jurés aux États-Unis est une réponse à la très grande méfiance envers la concentration des pouvoirs mais est aussi née du « républicanisme civique ». Ce concept considère l’ouverture des espaces de délibération publique aux citoyens comme moyen de les former au politique et de cultiver leur vertu civique, selon l’analyse diachronique proposée par Garapon et Papadopoulos (177). L’importance et le rôle accordés aux jurés aux États-Unis s’observent dans la place physique qui leur est réservée dans le prétoire. La lourde responsabilité de juger est soulignée symboliquement par le fait que, quand ils entrent dans le prétoire aux États-Unis, toutes les personnes présentes dans la salle se lèvent en signe de respect, y compris le juge qui préside les audiences. En France, la justice n’a plus recours à des citoyens que pour juger les crimes (jurés d’assises) et les six ou neuf12 individus issus de la société civile, tirés au sort pour l’occasion, siègent au côté du président de la Cour (comme on peut le voir dans l’illustration 2, ci-dessous), entouré de ses deux assesseurs car ils vont juger ensemble si l’accusé est coupable des faits qui lui sont reprochés. Ils vont dans le même temps déterminer ensemble la sentence à appliquer en l’espèce.

Figure 2 : Schéma type d'une Cour d’assises en France.

Figure 2 : Schéma type d'une Cour d’assises en France.

Source : https://www.thinglink.com/​scene/​656128496648585218

25Les différents témoins viennent se placer face à la Cour, debout, pour répondre à ses questions. La seule personne à ne pas venir se placer en face du président de la Cour est l’accusé qui, s’il se lève pour parler, reste à sa place. Cette particularité dénote aussi une différence dans la fonction de juger au pénal en Common Law et en Civil Law. En effet, une audience de jugement est, étymologiquement, le lieu où l’on recueille la parole de toutes les personnes impliquées dans une affaire, la Cour étant chargée de dégager la vérité judiciaire parmi les différents récits. En France, le narrateur principal d’un procès est l’accusé, placé dans un box au plus près des débats. La société s’est donné pour mission de prononcer la peine en fonction des circonstances de l’infraction et de la personnalité de son auteur, selon l’article 132-24 du Code pénal. L’accusé sera donc interrogé de très nombreuses fois pour donner sa version des faits après le témoignage de chacune des personnes appelées à la barre. Il occupe une place prépondérante parmi les différents acteurs à la cour (voir figure 2).

26Dans les pays de Common Law, l’accusé n’occupe pas physiquement une place dominante dans son procès. Il est assis à côté (aux Etats-Unis) ou derrière son avocat (en Angleterre) et est très rarement appelé à témoigner car le concept d’individualisation de la peine est assez peu opérant en droit anglo-saxon. La philosophie judiciaire se fonde sur l’égalité de traitement devant la loi, et les juges appliquent les peines selon des grilles assez contraignantes qui prennent peu en compte les circonstances particulières de l’infraction.

27Si la défense considère que le témoignage de l’accusé revêt une importance particulière pour la découverte de la vérité, ce dernier vient s’asseoir, comme tous les autres témoins, à côté du juge dans le witness box pour se soumettre au questionnement des différentes parties. Symboliquement, le fait qu’il n’occupe pas physiquement une place différente des autres témoins et experts qui sont convoqués au procès montre qu’en Common Law l’accusé n’est qu’un simple témoin au même titre que les autres, « ce qui manifeste un centrage du procès sur la preuve et sur les faits plutôt que sur l’accusé et le face-à-face avec la loi » (Garapon 152).

28L’étude de la proxémique dans le prétoire permet aussi de souligner une différence majeure entre le rôle du procureur en Common Law et en Civil Law. En France, les juges du siège et procureurs appartiennent au corps des magistrats et peuvent, au cours de leur carrière, passer d’une fonction à l’autre. Les procureurs et les avocats généraux, ces membres de la « magistrature debout » car ils se lèvent pour présenter leur réquisition à l’audience, sont chargés de l’action conduite au nom de la société en vue de réprimer une infraction. Cette spécificité est observable spatialement dans le prétoire puisqu’ils sont assis à la même hauteur que le juge du siège alors que les avocats représentant accusé et parties civiles sont assis en contrebas, au même niveau que le public. En Common Law, en revanche, le procureur appartient au corps des avocats. De ce fait, avocat représentant l’État et avocat représentant la défense occupent des tables qui sont placées côte à côte face au juge, comme on peut l’observer dans la figure 1.

29On note aussi dans le schéma type d’un tribunal américain que le court reporter (sténographe judiciaire) occupe une place centrale dans le prétoire. Ce professionnel, qui n’a pas d’équivalent dans notre famille de droit, a pour fonction de transcrire toutes les paroles prononcées lors d’une audience car en Common Law c’est sur la base de la transcription du procès en première instance que le juge d’appel statuera. En effet, contrairement aux pratiques françaises, le droit à l’appel en Common Law n’est pas une voie de réformation ; c’est-à-dire que le juge d’appel ne va pas rejuger le fond de l’affaire mais évaluera uniquement si la procédure ou le jugement ont été entachés d’irrégularités. Ainsi, à la différence des audiences en France dans lesquelles seuls les moments significatifs peuvent être actés à la demande du président de la Cour, en Common Law, tous les actes de parole sont soigneusement transcrits par des court reporters. Si les paroles sont automatiquement transcrites, le langage paraverbal des témoins peut aussi être noté à la demande des parties.

30Ces particularités juridiques doivent être connues des étudiants et il existe plusieurs manières de les aborder en cours de langue et culture de spécialité. On pourra tenter de combiner les compétences inter et métaculturelles qui seront ainsi travaillées en parallèle des compétences langagières.

5. Applications pédagogiques possibles

31Une enquête, réalisée en octobre 2017 pour cette étude auprès de 235 étudiants de master 1 inscrits à la faculté de droit de Grenoble, révèle que seuls 15 % des répondants se sont rendus à une audience au tribunal de police. Un peu plus de la moitié seulement (56 %) ont déjà assisté à une audience au tribunal correctionnel, 40 % sont allés suivre un procès en assises et à peine 22 % se sont rendus à une audience au tribunal administratif. Ces statistiques semblent montrer que, pour ces étudiants qui sont pourtant inscrits dans ce cursus depuis un peu plus de trois ans, le droit demeure une activité purement intellectuelle décorrélée de la réalité physique. Or, selon Garapon,

se limiter à comparer les procédures n’apporte cependant pas grand-chose en soi si l’on ne s’en sert pas comme d’une entrée pour accéder à une culture juridique. La voie royale pour saisir une culture juridique reste sans conteste ses rituels tant à travers eux, elle donne à voir presque en clair. (Garapon 149)

32Si certains chercheurs en pédagogie ont déjà fait l’expérience empirique de la relation forte entre mouvement et apprentissage (Gardner, Dennison, Jousse, Dubrac), l’enseignement de la langue/culture de l’anglais juridique par l’étude des pratiques professionnelles extralinguistiques demeure encore assez marginal. Or, nous venons de le démontrer, certaines spécificités liées au corps et mouvement apportent beaucoup à la compréhension du système juridique de chaque pays. Quelques applications pédagogiques peuvent donc se dégager de ce constat.

33Un enseignant de langue de spécialité peut, par exemple, encourager les étudiants à se rendre dans un tribunal pour y faire l’expérience sensorielle de la justice de leur pays, à laquelle aucune description livresque ne peut se substituer totalement. Étant donné que les étudiants français connaissent assez bien les tribunaux américains grâce à la représentation pléthorique de la justice à l’écran, assister à une audience en France peut leur permettre de tisser des liens entre une culture cible qu’ils connaissent et une culture source que bien souvent ils ignorent, un phénomène nommé « paradoxe continental » par Isani (2011b). L’objectif didactique serait, dans ce cas, un objectif interculturel dont la définition est posée par Puren en ces termes :

capacité à prendre de la distance par rapport à sa propre culture et être attentif aux incompréhensions et interprétations erronées toujours possibles entre personnes de cultures différentes. (Puren 8)

34De la même manière, et puisque la cour de justice française est relativement absente des programmes télévisuels en dehors de la France elle-même, il peut être intéressant de faire visiter les tribunaux français aux étudiants internationaux. Depuis plusieurs années, nous emmenons les étudiants internationaux, inscrits dans le diplôme universitaire Diploma in Legal Studies de la faculté de Grenoble, visiter le parlement du Dauphiné qui était une cour souveraine de justice sous l’Ancien Régime. Ces étudiants, qui viennent majoritairement de pays de Common Law, sont invités à s’asseoir où ils veulent dans les différentes salles d’audience pour y suivre les explications de la guide. Une fois qu’ils sont installés, la guide demande aux étudiants à quel endroit ils pensent s’être assis. Elle doit systématiquement les corriger car ils pensent toujours être placés sur le banc des jurés alors qu’ils se sont installés à l’endroit réservé aux accusés. Cette petite expérience permet d’introduire la spécificité des procès français de manière durable en alliant l’humour et l’expérience sensorielle car le langage paraverbal des étudiants trahit souvent un instant de malaise à l’idée d’être assis au même endroit qu’ont occupé meurtriers et autres criminels au cours des siècles.

  • 13 Tribunal pénal de première instance en Angleterre et au pays de Galles.

35Dans un objectif métaculturel, qui vise la proxémique comme moyen de développer les connaissances culturelles des apprenants, il est également possible d’initier les étudiants français aux spécificités de la culture de la Common Law, en leur donnant l’image d’une audience à la Crown Court13, comme dans l’illustration 3 (ci-dessous). Cette tâche, réalisée en cours d’anglais auprès des étudiants en droit inscrits en première année, permet de diversifier les supports pédagogiques utilisables dans le module consacré à l’introduction aux grands systèmes juridiques. Il est demandé aux étudiants de travailler en groupes et d’inférer où sont placées les personnes présentes dans le prétoire, à savoir le juge (judge), les jurés (jurors), l’accusé (defendant), le procureur (prosecuting barrister), le procureur conseil (prosecuting solicitor), l’avocat plaidant de la défense (defense barrister), l’avocat conseil de la défense (defense solicitor), l’huissier d’audience (usher) et le greffier (clerk). Cette activité, qui vise le travail des compétences langagières et métaculturelles, très déclencheuse de parole, fait l’objet d’une reprise par l’enseignant qui permet d’introduire les spécificités culturelles mentionnées plus haut dans l’article.

Figure 3 : Image d'un tribunal pénal en Grande-Bretagne (Crown Court).

Source : ww.derby.ac.uk/law

36Dans une démarche d’enseignement des langues vivantes par les tâches (task-based learning), il peut aussi être intéressant de proposer d’adapter un scénario de série télévisuelle ou de film judiciaire. La série anglaise Criminal Justice (BBC One, 2008), par exemple, a été adaptée aux États-Unis sous le nom The Night Of (HBO, 2016). Les scénaristes y ont transposé tous les éléments de la justice pénale du pays dans lequel se déroule l’histoire fictionnelle pour les adapter au droit positif de la culture cible. En tant que concepteur de dispositifs didactiques, on peut imaginer proposer que les étudiants réalisent une adaptation française de ces séries en sélectionnant les scènes de prétoire. Le travail de l’anglais juridique pourrait consister à rédiger des sous-titres et le travail de réflexion sur la procédure pénale comparée pourrait s’effectuer grâce à la réalisation d’un story-board. Ce dernier est un document visuel ressemblant à une bande dessinée dont la fonction consiste à représenter les différents plans et où l’on voit les éléments de décors, les mouvements de caméra et, ce qui nous intéresse particulièrement, les positions et les déplacements des personnages.

37Enfin, dans le but de proposer une vision holistique du monde judiciaire anglo-saxon, on peut demander aux étudiants de jouer une scène de prétoire afin de « replacer le corps au cœur de l’apprentissage car celui-ci constitue le médium essentiel de notre relation au monde (…) [et pour répondre à la nécessité] de redonner à l’imitation toute sa place dans le processus d’apprentissage » (Dubrac 14), comme le considère Jousse qui attribue au geste un rôle mnémonique :

il nous permet de rattacher les mots à leurs racines gestuelles et, par conséquent, de lutter contre ce que Jousse qualifie d’‘algébrose’, à savoir cette langue abstraite et désincarnée que l’enfant immobile apprend à l’école, ratatiné derrière son pupitre durant des journées entières. (Dubrac 4)

38Le mock trial à l’américaine, grand classique des cours d’anglais juridique, favorise le travail des compétences langagières en alliant la pratique de la langue au geste. Le travail scénographique, quant à lui, permet d’aborder la face cachée de la culture partagée par les juristes de la Common Law.

Conclusion

39Ces observations montrent que la sémiotique visuelle, la kinésique et la proxémique dans le prétoire sont des révélateurs de la culture juridique, et pour paraphraser Gernet « geste et verbe sont l’envers l’un de l’autre. Il y a de la vertu dans les seconds et du langage dans les premiers » (Garapon 115). Ces facettes de la dimension paraverbale du langage sont des portes d’entrée dans la culture du droit, expérience sensorielle de la justice sans laquelle la compréhension holistique de la justice serait l’équivalent d’« une théologie privée de liturgie ou une critique de théâtre qui ne verrait jamais la mise en scène », comme on peut lire sous la plume de Garapon (18).

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland. « Histoire et sociologie du vêtement. » Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 12, n° 3, 1957, pp. 430-441. Persée, www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1957_num_12_3_2656. Consulté le 7 juillet 2017.

Bourdieu, Pierre. « Les rites comme actes d’institution. » Actes de la recherche en sciences sociales. Rites et fétiches, vol. 43, n° 58-63, 1982, pp. 58-63. Persée, www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/arss_0335-5322_1982_num_43_1. Consulté le 7 mai 2017.

Chapon, Sandrine. Fiction à substrat professionnel télévisuel comme voie d'accès à l'enseignement/apprentissage de l'anglais juridique, 2015, http://www.theses.fr/2015GREAL002.

David, René, et Camille Jauffret-Spinosi. Les Grands Systèmes de droit contemporain. Dalloz, 2002.

Dennison, Paul. Apprendre par le mouvement. Sully, 2006.

Dubrac, Anne-Laure. « Apprentissage et durabilité : quelle place donner au jeu et au ‘rejeu’ dans l’apprentissage et la mémorisation d’une langue/culture cible ? » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, vol. 35, n° 2, 2016, http://journals.openedition.org/apliut/5419 ; consulté le 16 octobre 2018. DOI : 10.4000/apliut.5419

Galisson, Robert. De la langue à la culture par les mots. CLE international, 1991.

Gambier, Yves. « Multimodality and Audiovisual Translation. » MuTra 2006 – Audiovisual Translation Scenarios: Conference Proceedings, 2006. www.euroconferences.info/proceedings/2006_Proceedings/2006_Gambier_Yves.pdf. Consulté le 11 novembre 2017.

Garapon, Antoine. Bien juger : essai sur le rituel judiciaire. Odile Jacob, 2001.

Garapon, Antoine, et Ioannis Papadopoulos. Juger en Amérique et en France. Odile Jacob, 2003.

Gardner, Howard. Les Intelligences et l’école. Retz, 2007.

Hall, Edward. Beyond Culture. Doubleday Anchor, 1976.

Hopewell, Lynda. « Appropriate Attire and Conduct for an Attorney in the Courtroom. » The Journal of the Legal Profession, 1987, pp. 177-189, www.law.ua.edu/pubs/jlp_files/issues_files/vol12/vol12art13.pdf, consulté le 12 juillet 2017.

Isani, Shaeda. « Semiotic Dialectics of Legal Courtroom Attire and the Cross-cultural Erosion of Professional Identity. » ESP Across Cultures, Legal English Across Cultures, édité par Maurizio Gotti and Christopher Williams, Edipuglia, 2011a, pp. 89-101.

---. « English for Legal Purposes & Domain-Specific Cultural Awareness: the ‘Continental Paradox’, Definition, Causes & Evolution. » Researching and Teaching Specialized Languages: New Contexts, New Challenges, édité par Bhatia Vijay, Purificacion Sanchez-Hernandez and Pascual Perez-Paredes, John Benjamins, 2011b, pp. 155-173.

Jousse, Marcel. L’Anthropologie du geste. Gallimard, 2008, 1974.

Kroeber, Alfred, et Clyde Kluckhohn. Culture: a Critical Review of Concepts and Definitions. Vintage Books, 1952.

Moran, Patrick. Teaching Culture. Heinle & Heinle, 2001.

Nelken, David. « Using the Concept of Legal Culture. » The Australian Journal of Legal Philosophy, vol. 24, 2004, www.law.berkeley.edu/files/Nelken_-_Using_the_Concept_of_Legal_Culture.pdf. Consulté le 20 sept. 2017.

Puren, Christian. « Modèle complexe de la composante culturelle. » Bibliothèque de travail, document n° 046, 2011j, 2011, https://www.christianpuren.com/mes-travaux/2011j/. Consulté le 11 nov. 2017.

Trouillon, Jean-Louis. Approches de l’anglais de spécialité. Presses Universitaires de Perpignan, 2010.

Van der Yeught, Michel. L’Anglais de la Bourse et de la finance, description et recherche. Ophrys, 2012.

Vergès, Étienne. Procédure pénale. LexisNexis, 2017.

Warren, Charles. The Supreme Court in United States History. Volume 1 (1923). Cosimo Classics, 2011.

Yablon, Charles M. « Judicial Drag: An Essay on Wigs, Robes and Legal Change. » Wisconsin Law Review, vol. 5, 1995, https://fashion-history.lovetoknow.com/clothing-types-styles/legal-judicial-costume. Consulté le 06 nov. 2018.

Zander, Michael. Cases and Materials on the English Legal System. Cambridge University Press, 2007.

Zoller, Élisabeth. « États-Unis. » Dictionnaire de la culture juridique. Presses Universitaires de France, 2003.

Haut de page

Notes

1 Une partie de cette étude (vêtement judiciaire) a été initiée dans notre thèse de doctorat (Chapon 72)

2 Notre proposition de traduction pour : « There is a strong paradox: we are ready to acknowledge the interrelations between the verbal and the visual, between language and non-verbal, but the dominant research perspective remains largely linguistic. » (Gambier 7)

3 Notre proposition de traduction pour : « Culture is the evolving way of life of a group of persons, consisting of a shared set of practices associated with a shared set of products, based upon a shared set of perspectives on the world, and set within specific social contexts. » (Moran 24).

4 Notre proposition de traduction pour : « practices: full range of actions […] both verbal and non-verbal and include interpretation of time, space, and the context of communication in social situations. Practices also involve notions of appropriateness and inappropriateness, including taboos. » (Moran 25)

5 Notre proposition de traduction pour : « For heaven’s sake, discard the monstrous wig which makes the English judges look like rats peeping through bunches of oakum. » (Warren 48)

6 Une mode rapportée de France par Charles II à son retour d’exil.

7 Notre proposition de traduction pour : « Although they’re often seen in cartoons and TV programmes and mentioned in almost everything else involving judges, the one place you won’t see a gavel is an English or Welsh courtroom – they are not used there and have never been used in the criminal courts. » (site officiel du Courts and Tribunals Judiciary)

8 Le schéma présenté est celui d’un tribunal civil mais il est en tout point similaire à l’organisation spatiale d’une audience pénale.

9 Il est à noter ici que, si l’institution du jury existe dans les deux cultures judiciaires, la composition – et ainsi le caractère non professionnel du jury – en est très différente : dans le système de Common Law, les douze membres du jury sont tous des lay persons alors que dans le système de droit civil, seulement six personnes sont des non-professionnels du droit, les trois autres étant trois magistrats professionnels : un président ayant rang de conseiller à la cour d’appel et deux assesseurs.

10 Le conseil de prud’hommes, le tribunal des affaires de Sécurité sociale, le tribunal pour enfants et le tribunal paritaire des baux ruraux, de même que les juges de proximité, font aussi appel à des citoyens assesseurs.

11 Chiffres établis en 2007 par le National Center for State Courts.

12 Six jurés en première instance et neuf jurés en appel.

13 Tribunal pénal de première instance en Angleterre et au pays de Galles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma type d'un tribunal américain.
Légende Schéma extrait du site officiel des tribunaux de la Californie Courts.ca.gov à la rubrique « Mock trial script ».
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/6162/img-1.png
Fichier image/png, 6,4k
Titre Figure 2 : Schéma type d'une Cour d’assises en France.
Légende Source : https://www.thinglink.com/​scene/​656128496648585218
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/6162/img-2.png
Fichier image/png, 380k
Légende Source : ww.derby.ac.uk/law
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/6162/img-3.png
Fichier image/png, 646k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Chapon, « Le langage non-verbal au service de l’apprentissage de l’anglais juridique  », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°2 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/6162 ; DOI : 10.4000/apliut.6162

Haut de page

Auteur

Sandrine Chapon

Sandrine Chapon est docteure en anglais juridique. Elle enseigne à la faculté de droit de Grenoble depuis 2005. Ses recherches portent sur l’anglais du droit et les séries télévisées (fictions à substrat professionnel, FASP) comme outils didactiques au service de l’apprentissage de l’anglais de spécialité. Elle a été lauréate du prix de thèse de la Communauté Université Grenoble-Alpes en 2016.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page