Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Corps – accords : une approche holistique et transdisciplinaire des langues à l’école maternelle

A Holistic and Transdisciplinary Approach of Foreign Languages in Kindergarten.
Anne-Marie Voise

Résumés

À l’école maternelle les tout jeunes enfants disposent de la capacité à percevoir le monde sonore dans sa variété et sa complexité. Ils apprécient également de reproduire les éléments phonologiques des langues à l’identique de modèles. Cette contribution présente les fondements théoriques de méthodes pédagogiques conçues par l’auteur, publiées récemment et exploitées en classe. Par le recours à une approche holistique intégrant toutes les sensorialités, les jeunes enfants découvrent une diversité de langues au moyen de marionnettes, de chants, de danses, d’activités manuelles et culturelles ainsi que d’entrainements métaphonologiques. Les recherches empiriques de l’auteur le confirment : les jeunes enfants sont des linguistes en herbe, sensibles à la musique du langage et des langues.

Haut de page

Texte intégral

Propos liminaires autobiographiques

1Depuis que je contribue à la formation des futurs professeurs de l’école primaire en langues vivantes, et en particulier l’anglais, j’ai toujours envisagé d’engager – dans ce cadre de formation – une réflexion plus large sur le langage et les langues.

2Fille d’immigrée italienne, mère et grand-mère de filles et petites filles américaines, entourée d’amis de toutes les langues et de toutes les cultures dans mon environnement tant familial que professionnel, je continue de naviguer dans un contexte plurilingue et pluriculturel, celui de l’académie de Créteil et du laboratoire IMAGER au sein de l’université Paris-Est Créteil. Ce chemin de vie m’a tout naturellement conduite à élaborer un outil pour les jeunes enfants qui a pour visée de prendre en compte la diversité linguistique et culturelle inhérente à la société d’aujourd’hui et de créer des scénarios pédagogiques adaptés aux enfants de l’école maternelle.

3Très petite fille, j’aimais écouter les disques 45 tours de la méthode Walter and Connie de la BBC que mes parents utilisaient pour améliorer leur anglais.

Figure 1. Page de garde de la méthode Walter and Connie

Figure 1. Page de garde de la méthode Walter and Connie

Walter and Connie – L’anglais par la télévision, BBC, 1962.

4Enfant, je jubilais à l’écoute des chants italiens des montagnes que mes grands-parents, tantes et oncles entamaient en chœur après le repas dominical. Enfant encore, j’attendais avec impatience le moment où installée à l’arrière de la voiture familiale quand nous prenions la route des vacances l’été, j’avais tout le loisir d’inventer des langues imaginaires que je prononçais avec délectation et que je criais au vent par la fenêtre. À 6 ans, devenue lectrice, je m’amusais à déchiffrer à voix haute les inscriptions sur les paquets de biscuits ou les emballages de cosmétiques dans des langues forestières comme faisait dire Queneau à Zazie dans son roman Zazie dans le métro.

5Professeure de langues de la maternelle à l’université, j’ai pu constater que les apprenants dont je pouvais vérifier le plus d’appétence pour les langues étrangères étaient les très jeunes enfants. Ces très jeunes apprenants à la fois émerveillés et surpris d’entendre un autre médium, leur propension à habiter les langues qu’on leur fait découvrir, ce plaisir à remuer sa bouche autrement, à faire vibrer ses cordes vocales, cette facilité à reproduire la courbe intonative de telle langue ou attaquer les syllabes de telle autre. Ce plaisir, cet enthousiasme, ces sourires et ces petits rires ravis, ces petits airs joyeusement intimidés, parfois, m’ont tout naturellement conduite à créer des supports et des démarches pédagogiques spécialement conçus pour eux.

Roxy and Me ! et Les voyages de Jazz

  • 1 Images au format A4 mettant en scène les aventures de Roxy.

6Un éditeur spécialiste de l’école primaire m’a proposé il y a quelques années de réaliser un outil en anglais pour la maternelle. Celui-ci a été publié en 2013. Roxy and Me ! est une mallette pédagogique composée d’une marionnette – Roxy, une petite chienne aux grandes oreilles pour apprendre à bien écouter –, de 15 histoires très simples illustrées de 60 storycards1, et de 18 flashcards qui aident à la compréhension des consignes de classe.

Figure 2. L’ensemble pédagogique Roxy and Me !

Figure 2. L’ensemble pédagogique Roxy and Me !

Roxy and Me, éditions SED, 2013.

7S’y ajoute un disque compact audio composé d’histoires narrées par une conteuse anglophone, de comptines chantées par de jeunes enfants pour respecter la tessiture des voix des enfants de maternelle et de consignes de classe destinées à l’entraînement de l’enseignant(e). Le tout est accompagné d’un fichier ressources qui outille ce dernier pour faciliter la mise en œuvre des séances et pourvoit également un accompagnement didactique.

8L’initiation se fonde sur 15 histoires ainsi que 15 chansons et comptines très simples qui permettent d’entraîner tant les capacités d’écoute, de mémorisation et de concentration que les aptitudes phonologiques et articulatoires des jeunes élèves. De plus, grâce à des activités sensori-motrices, manuelles (fabrication de marionnettes, jardins miniatures, cartes de vœux, etc.) ou physiques (motricité, relaxation, jeux de cour…), les enfants sont plongés dans un bain de langue qu’ils seront à même de comprendre grâce à l’emploi par l’enseignant(e) d’une gestuelle et de visuels appropriés. Ainsi, au-delà de sa fonction première de découverte de la langue anglaise, Roxy and Me ! permet d’utiliser la langue étrangère pour amener les élèves à se poser des questions sur leur propre langue, leur propre environnement et le monde qui les entoure. Apprendre à comprendre et parler la langue étrangère favorise ainsi le développement des mécanismes inhérents à l’apprentissage du langage en général.

9À partir de cet outil j’ai pu mettre en place ces dernières années une recherche collaborative. Celle-ci a eu pour objet principal d’étudier le rapport des jeunes enfants à la langue et culture étrangère, de mesurer leurs capacités à produire et reproduire les aspects phonétiques et prosodiques de la langue étrangère et de développer des liens que l’initiation à la langue étrangère permet de tisser avec les langues des familles et la langue de l’école.

  • 2 http://cache.media.education.gouv.fr/file/MEN_SPE_2/37/8/ensel4759_arrete-annexe_prog_ecole_materne (...)

10Le même éditeur m’a de nouveau sollicitée pour élaborer un second outil pour ce même niveau d’apprentissage mais qui a pour but cette fois de répondre aux préconisations des programmes de 20152 et d’offrir aux enseignants de maternelle les moyens, clés en main, d’initier les enfants dès la classe de Moyenne Section (enfants de 4-5 ans) à la diversité linguistique et culturelle.

11Le texte officiel précise :

À partir de la moyenne section, les enfants vont découvrir l’existence de langues, parfois très différentes de celles qu’ils connaissent. Dans des situations ludiques (jeux, comptines...) ou auxquelles ils peuvent donner du sens (DVD d’histoires connues par exemple), ils prennent conscience que la communication peut passer par d’autres langues que le français : par exemple les langues régionales, les langues étrangères et la langue des signes française (LSF). Les ambitions sont modestes, mais les essais que les enfants sont amenés à faire, notamment pour répéter certains éléments, doivent être conduits avec une certaine rigueur. (MENESR 7)

  • 3 Les voyages de Jazz est une mallette pédagogique qui contient une marionnette, un CD, 14 posters, 4 (...)

12Le projet était ambitieux, le dispositif de recueil d’informations réalisé par le biais d’une approche ethnographique fut complexe et l’aventure laborieuse, pleine de rencontres et de découvertes linguistiques, culturelles et humaines. Les voyages de Jazz3 ont paru en octobre 2017.

Figure 3. La mallette pédagogique Les voyages de Jazz

Figure 3. La mallette pédagogique Les voyages de Jazz

Les voyages de Jazz, éditions SED, 2017.

13On en trouvera ci-après les fondements.

Une approche multi-sensorielle

14Dans son ouvrage Le sel de la vie, l’anthropologue Françoise Héritier note que

le monde existe à travers nos sens avant d’exister de façon ordonnée dans notre pensée et il nous faut tout faire pour conserver au fil de l’existence cette faculté créatrice de sens : voir, écouter, observer, entendre, toucher, caresser, sentir, humer, goûter, avoir du « goût » pour tout, pour les autres, pour la vie. (Héritier 87)

15Il est attesté que, dès les premiers mois de vie, l’enfant découvre le monde extérieur grâce à ses sens. Les voyages de Jazz consistent ainsi en douze projets autour des langues et des cultures qui font appel à tous les sens. Les phénoménologues tels Merleau-Ponty et, aujourd’hui, les neuroscientifiques révèlent que toute sensorialité en déclenche une autre mais, pour clarifier le propos il nous apparaît utile d’en présenter successivement les attendus.

Entendre, percevoir, écouter

16Les très jeunes enfants disposent de la capacité à percevoir le monde sonore dans sa variété et sa complexité. Ils sont non seulement enclins à identifier les aspects segmentaux et supra-segmentaux des langues mais se montrent également capables de percevoir ceux de la musique.

17Il est en outre avéré que la musique répond aux besoins des jeunes enfants. Des études, principalement en psychologie, révèlent qu’elle participe d’un environnement favorable aux apprentissages car non-menaçante et propice à la sollicitation du corps, des émotions et de l’imaginaire. Ces recherches confirment que la musique réduit les problèmes d’apprentissage, développe les fonctions cognitives tout en favorisant la construction d’une communauté (Hegge, T. G. cité par Danforth, S.). Écouter de la musique développerait de surcroît chez le tout jeune enfant deux types d’hormones essentielles en contexte scolaire : l’ocytocine, hormone du lien et de l’attachement, et la sérotonine, hormone de la relaxation et du plaisir.

18Selon Kant, de l’Antiquité à l’âge classique, des Lumières aux Romantiques et à Debussy, la musique et le chant ont toujours été considérés comme le langage des affects (Sprache der Affekte). Leur puissance émotionnelle, reposant sur l’action et le dynamisme physique des vibrations sonores, met en mouvement le corps et l’esprit qui s’y trouvent plongés. D’après les musicologues (Frangne et al.), l’émotion musicale serait étymologiquement un mouvement produit logiquement par cet autre mouvement qu’est le son.

19Pour ce qui concerne Les voyages de Jazz, j’ai opté pour des chansons sémantiquement positives, douces (berceuses) ou rythmées (danses de cour de récréation ou comptines scandées) et faisant partie du patrimoine enfantin des cultures des pays étudiés. Elles sont destinées à développer chez les enfants le goût des rythmes par l’expérience sensible de l’écoute de ces langues et musiques étrangères. Miser sur l’émotion musicale, c’est en quelque sorte faire appel à l’émotion de l’écoute, l’émotion de l’acte musical et l’émotion du partage de la musique en groupe-classe. Edgar Morin cité par Djian témoigne de cette émotion-là quand il se souvient de son expérience de la première fête de la musique :

« Je me souviens très bien, en déambulant seul du Quartier latin à la place des Vosges, un certain 21 juin, d’avoir ce soir-là ressenti une émotion planétaire et cosmique. Planétaire parce qu’au cours de ma marche et de mes arrêts, des musiques des quatre coins du monde migraient en moi (immigraient devrais-je dire) via mes oreilles. Et, de plus, si quelque chose vous donne un sentiment cosmique, surtout le soir sous des étoiles, c’est une musique aimée qui réveille en vous le plus profond sentiment d’appartenance au monde. » (Edgar Morin cité par Djian, p.7).

Voir

20« Le voir précède le mot. L’enfant regarde et reconnait bien avant de pouvoir parler » affirme Berger (7). Il semblerait qu’il ne faille que cinq mois à l’enfant pour développer le même champ visuel que celui de l’adulte et que le comportement visuel soit essentiel dans l’évolution de l’être humain. Apprendre à voir, regarder, observer, implique de susciter chez l’enfant des efforts d’attention et de concentration qui renforcent la cognition. Avec les Voyages de Jazz les enfants sont invités à observer des visuels, composés de photographies des pays visités et de tableaux stylisés mettant en scène le héros, Jazz la marionnette, dans les pays dont elle découvre les langues. Les enfants sont amenés à verbaliser leur prise d’indices et, parfois, à relier leur propre expérience du voyage à celle de la mascotte grâce à un étayage progressif de l’enseignant(e). Il leur est donc proposé des représentations iconographiques des pays qu’ils vont traverser avec la marionnette. Les enseignants sont invités à faire vivre ce voyage en incitant corporellement les enfants à imaginer les déplacements, en les traçant physiquement avec le doigt, ou en les conviant à déplacer les vignettes représentant Jazz sur le planisphère.

Goûter

21Accepter de goûter des nourritures caractéristiques d’autres cultures que la sienne constitue une expérience symbolique très puissante. En effet, il s’agit d’accueillir en soi la nourriture emblématique de l’autre, développer des expériences gustatives de saveurs différentes, partager des émotions gustatives. Cette découverte culinaire fait appel au corps de l’intérieur comme de l’extérieur. Le décodage des saveurs est véritablement fondé sur une expérience corporelle, permet de construire le goût, de le concevoir socialement, et invite les enfants à une prise de conscience de la multiplicité des saveurs de ce monde pluriculturel en enrichissant la palette des sensations. Les moments consacrés à la dégustation mettent alors l’accent sur l’importance sociale du repas quels que soient les pays et les cultures.

22On évoquera également la gourmandise des mots et des sonorités, le développement de l’appétit gourmet pour les sonorités étrangères et les jeux verbaux. Mettre en bouche et appréhender des phénomènes prosodiques qui sollicitent tous les organes phonatoires (dents, palais dur et mou, langue, glotte, nez, etc.) participent de l’expérience sensible du langage et des langues. Force est de constater que les très jeunes enfants sont très friands de ces jeux sonores et buccaux.

23Aliments et boissons offrent des saveurs différentes et si l’on met à l’épreuve le sens du goût des enfants, on les amènera à constater que ce n’est pas uniquement la bouche qui discerne une saveur d’une autre. L’odorat est, lui aussi, sollicité.

Sentir

24La mémoire olfactive serait d’après les scientifiques la plus évocatrice de souvenirs de tous les systèmes sensoriels. Les odeurs se mélangent à l’air qui nous entoure. Pour reconnaître les odeurs, on respire ou renifle de l’air et on le fait passer par des détecteurs d’odeurs situés dans la partie supérieure du nez. Les différentes réalisations culinaires proposées dans notre outil font l’objet d’expériences sensorielles qui permettent de développer les capacités olfactives des enfants et de concourir à les leur faire verbaliser mais aussi à relativiser leurs réactions. Prendre soin de sélectionner des odeurs agréables afférentes aux langues et aux cultures que l’on peut rencontrer pour la première fois c’est miser sur la construction de souvenirs d’émotions positives et de plaisir inoubliables.

Toucher

25Avec Les voyages de Jazz, les mains racontent et comptent. Certaines des comptines peuvent être jouées sur le corps dans le creux de la main, ou provoquer des chatouillis dans le dos.

26Lors des activités culinaires les mains façonnent, pétrissent, découpent, épluchent, mélangent ou font rouler les ingrédients. Lors des activités sensori-motrices les mains découpent, collent, sélectionnent, dessinent ou peignent des objets symboliques des cultures appréhendées : (fabrication d’instruments de musique, modelages, bijoux, tissages).

27Les mains et les yeux touchent, éprouvent, caressent les tissus du monde entier, les mains découvrent en s’adonnant aux gestes précis inhérents à certaines écritures. Au cours d’ateliers de calligraphie, les jeunes enfants sont invités à appréhender les caractères chinois, l’écriture arabe ou cyrillique. L’invitation au geste scriptural est une autre entrée dans le monde des langues et des cultures. Le corps, la main, le regard sont entrainés à faire l’expérience de la relativité des usages, (choix du sens de l’écriture et des outils) en développant le sens de l’esthétique.

28Les sens relient le cerveau de l’enfant au monde dans lequel il vit. La neuro-pédagogue Hélène Trocmé-Fabre précise que toute sensorialité en déclenche une autre. Cette auteure exemplifie le phénomène de synergie qui facilite l’évocation mentale de l’apprenant en citant l’expérience bien connue de la petite madeleine de Marcel Proust : « À partir d’une sensation gustative (madeleine+thé), il retrouve des images visuelles, auditives, kinesthésiques, des émotions, des pensées et une joie "extra-temporelle" » (79). Pour Trocmé-Fabre, il semblerait qu’il y ait un lien biologique affectif entre les images mentales et la réalité. Les émotions interviennent donc pour que l’apprenant identifie, associe et relie ses expériences nouvelles et passées.

Le recours à l’affect et aux émotions

« La langue nait dans l’émotion de la rencontre, les mots naissent comme on ne les attend pas. » (Serres 446)

Rapport à la marionnette

29Lors de nos recherches relatives à l’utilisation de Roxy and Me ! nous avons constaté le fort pouvoir de médiation de la marionnette. L’enseignant(e) – très souvent non spécialiste de langue(s) – éprouve des difficultés à s’adresser aux enfants en langue étrangère. Or, la marionnette, petit corps inerte en tissu dépourvu de parole, a besoin que l’adulte lui prête sa voix pour que relation et scénario pédagogiques puissent exister. La marionnette, extension de soi, matérialise l’imaginaire – une autre peau, un corps autre – et rend possible la production orale : elle permet d’« accoucher » du langage.

30Quant aux enfants, ce plus petit que soi qu’est la marionnette suscite chez eux une identification intense. Leur relation à elle provoque de véritables interactions. Tous les enfants participent, même les plus inhibés. D’autre part, grâce à la possibilité qu’ont les enfants de la réaliser en pâte à modeler ou en papier, les enfants s’approprient le personnage, entrent dans le jeu du « let’s pretend » (en français : « faire comme si… ») et font tout naturellement entendre leur voix en langue étrangère. C’est donc fort logiquement que Jazz a également pris la forme d’une marionnette.

Rapport aux univers sonores

31Citée par Cardinale et Durieux (23) Marie-Louise Aucher confie dans son ouvrage L’homme sonore, que « comme une goutte d’eau creuse la pierre sur laquelle elle rejaillit, sa chute après celle de milliers d’autres gouttes, les mots toujours redits ou chantés qu’aiment les petits enfants, creusent en leur mémoire l’habitat des plus belles festivités. »

32Expérience charnelle du langage, les chansons et comptines nourrissent les besoins du corps et développent la joie de l’entraînement aux sonorités et aux mots étrangers. Elles sont au cœur de l’oralité. Leur brièveté, leur concision et leur dynamisme séduisent les enfants. Ils s’en emparent facilement quelle que soit la langue grâce à leur rythme et à leur musicalité. Ce support pédagogique est donc privilégié avec un jeune public car il permet de découvrir les univers sonores sur un mode ludique et de développer une expérience poétique de surcroît culturellement authentique. Le choix des chansons et comptines se fonde sur leur simplicité, sur un mélange de légèreté et de profondeur, un mélange à la fois chantant et dansant. Les comptines forment des petits tableaux, les mots ont un corps, une texture, une matérialité qui provoquent chez les jeunes enfants un plaisir à les dire, à les chanter et à marteler leur pulsation.

33Ainsi que le mentionnent les psychothérapeutes et conteuses Bruley et Painset :

C’est un grand pouvoir de l’enfance que de faire chanter les mots dans sa tête alors que leur sens est encore mystère. Le petit enfant est à l’écoute des paroles qui circulent autour de lui, sensible à leur prosodie, au rythme de la phrase, à sa courbe, ses césures, ses arrêts, ses graves et ses aigus. Il aime les mots pour leurs sons, pour leur matière tantôt rugueuse, tantôt sifflante, tantôt douce et soyeuse. (Bruley et Painset 37)

34Nos observations le confirment : les jeunes enfants sont des linguistes en herbe, amoureux et sensibles à la musique du langage et des langues.

Un corps en accord avec le chant

35Les comptines que dit l’adulte au tout jeune enfant créent un espace intermédiaire où les mots sont donnés, repris et échangés. Winnicott qualifie cet espace intermédiaire d’« espace potentiel » et le répertoire de chansons d’« objets transitionnels ».

Partant de cette définition des objets transitionnels, le gazouillis du nouveau-né, la manière dont l’enfant reprend, au moment de s’endormir, son répertoire de chansons et de mélodies, tous ces comportements interviennent dans l’aire intermédiaire en tant que phénomènes transitionnels. (Winnicott 8-9)

36Les berceuses, chansons et comptines que nous avons recueillies auprès de locuteurs natifs des douze langues sélectionnées pour Les voyages de Jazz sont représentatives de traits culturels. Il est apparu lors de la démarche ethnographique que nous avons adoptée pour réaliser leur collectage qu’elles constituent un support majeur de l’enfance et de l’éducation et ont pour constante d’éveiller dans l’adulte qui les remémore des sourires chargés d’émotion ainsi que, régulièrement, une gestuelle qui leur est associée.

37Certaines des comptines ont été sélectionnées parce qu’elles offraient des mises en scène jouées sur le corps même des enfants et c’est la combinaison des mots en langue étrangère et le scénario gestuel qui les invite à produire du sens et du dialogue avec autrui.

38« La voix aussi bien que le chant font partie intégrante de la condition humaine » avance Alfred Tomatis dans L’oreille et la voix. Le recours au chant est une véritable thérapeutique aussi bien physique que morale tant pour les jeunes enfants que pour les enseignants.

Un corps en accord avec la musique et la danse

39Au commencement est le corps qui perçoit, ressent, éprouve. Véronique Dereux, spécialiste de la pédagogie de la danse affirme ceci :

Avant 6 ans, il est important de garder une globalité dans l’approche vécue car l’enfant réagit en priorité par le corps, le mouvement et l’affectivité. Même s’il est déjà éveillé sur le plan intellectuel, il n’y a pas encore d’emprise trop forte du cognitif sur le corporel et la sensibilité artistique pourra encore émerger. C’est donc l’âge où un éveil dansé peut être amorcé sans être séparé des fonctions langagières. Attendre serait enlever à l’enfant de futures possibilités d’évolution en parallèle avec la maturation de tout son organisme, c’est-à-dire des différentes fonctions qui interagissent et se développent, en liaison les unes avec les autres. (Dereux 21)

40Il est primordial de souligner l’importance du corps et de la danse dans la relation entre musique et émotion. Que ce soit dans le choix de danses folkloriques emblématiques de certains pays (ronde d’Italie ou jota espagnole) ou celui de danses classiques caractéristiques d’autres, (Casse-Noisette de Tchaïkovski, marche de Chopin) nous avons souhaité privilégier la « danse qui place la musique au cœur de nos vies physiques » (Frith 266). Qu’ils soient populaires ou classiques, les chants, les musiques et les danses ont tous un fort pouvoir émotionnel et mémoriel et c’est la raison pour laquelle nous souhaitions accorder au corps un espace susceptible de relier la compréhension esthétique des pratiques artistiques à celle des pratiques linguistiques.

41L’éveil à la danse envisagé dans Les voyages de Jazz vise à élargir les possibles, à ouvrir des horizons et les yeux sur le monde et à appréhender l’environnement et les autres par le corps sensible, le corps ayant sa propre manière de comprendre l’espace et le temps partagés. Par le biais d’activités motrices, on vise à développer chez les enfants des postures, mouvements et comportements qui devraient influer sur leurs capacités tant émotionnelles qu’attentionnelles. Au fil des expériences chantées et dansées le schéma corporel et l’image des enfants de leur propre corps se construisent et participent à l’ouverture sensorielle au monde.

À corps vécus

42Dans son ouvrage Phénoménologie de la perception, Maurice Merleau-Ponty avance l’idée que nous comprenons les situations et autrui par notre corps propre autant que par notre esprit.

43Apprendre à comprendre son corps par la respiration, les étirements, les déplacements, apprendre les équilibres, les notions de devant ou de derrière, d’un côté ou de l’autre, à l’âge où la latéralisation est en construction ; découvrir des pas ou des chorégraphies créés dans différents pays du monde ou laisser libre cours à son imagination au son de la musique ou des chansons pour faire mouvoir son corps ; apprendre à toucher le corps de l’autre lors des danses collectives sont toutes des expériences sensibles qui participent de la compréhension de soi, des autres et de l’environnement.

Conclusion

44Les spécialistes de la voix affirment que celle-ci est une caractéristique fondamentale de notre être. Comme nos empreintes digitales, notre « empreinte vocale » est unique. Engager les jeunes enfants à découvrir des langues étrangères par le biais de chansons et comptines, d’un personnage, de dialogues, concourt à ce qu’ils endossent et prêtent leur voix pour jouer l’Autre.

45Dans la démarche d’initiation aux langues étrangères que je propose avec Les voyages de Jazz, ce sont les notions de contagion et de compétence émotionnelle qui nous intéressent. Nos expérimentations en maternelle confirment la propension des très jeunes enfants à jouer des rôles, à imiter des énoncés en langues étrangères avec la voix et avec le corps, un corps tour à tour physique, linguistique, poétique, artistique. En effet leur implication dans des activités manuelles, dans des tâches d’observation, de découverte ou d’expériences esthétiques confère aux langues étrangères un statut autre, celui de langue pour dire, faire, sentir et agir. Les enfants vont alors, de manière induite, être entraînés à émettre des hypothèses de sens, à déduire ou inférer grâce à une forte contextualisation des phénomènes linguistiques et culturels, grâce aux activités de création et de développer leurs capacités d’écoute et de concentration en même temps qu’ils réaliseront des activités motrices et artistiques.

46Le recours à tous les canaux d’information sensoriels et émotionnels, qu’ils soient visuels, auditifs, affectifs, esthétiques, tactiles, olfactifs, gustatifs et kinesthésiques offre des voies diversifiées mais congruentes permettant aux enfants de manifester leur compréhension et leur production du langage et des langues par la mobilisation de la voix et du corps tout entier.

Haut de page

Bibliographie

Berger John. Voir le voir. Éditions B42, 2012.

Bruley, Marie-Claire, et Marie-France Painset. ,Au bonheur des comptines. Didier Jeunesse, 2007.

Cardinal, Marie-Jo, et Annie Durieux. Bien dans ma voix Bien dans ma vie : La psychophonie, une thérapie vocale. Horizon Thèrapie, 2004.

Dereux, Véronique. La première année d’éveil à la danse. L’Harmattan, 2013.

Djian, Jean-Michel. 21 juin, Le sacre musical des Français. Seuil, 2013.

Frangne, Pierre-Henry, et al., directeurs. La valeur de l’émotion musicale. Presses Universitaires de Rennes, 2017.

Frith, Simon. Performing Rites. Oxford University Press, 1999.

Hegge, Thorleif, G., cité par Danforth, Scot. in : The Incomplete Child : an Intellectual History of Learning Disabilities. New York : Peter Lang, 2009.

Héritier, Françoise. Le sel de la vie. Odile Jacob, 2012.

MENESR. « Annexe – Programme de l’école maternelle. » Bulletin officiel spécial n° 2 du 26 mars 2015, 2015.

Merleau-Ponty, Maurice. Phénoménologie de la perception. Gallimard, 1945.

Serres, Michel. Les cinq sens. Hachette Littérature, 1998.

Tomatis, Alfred. L’oreille et la voix. Robert Laffont, 1987.

Trocmé-Fabre, Hélène. J’apprends, donc je suis. Éditions d’Organisation, 1994.

Voise, Anne-Marie. Roxy and Me. Éditions SED, 2013.

Voise, Anne-Marie. Les voyages de Jazz. Éditions SED, 2017.

Winnicott, Donald. Jeu et réalité. Gallimard, 1975.

Haut de page

Notes

1 Images au format A4 mettant en scène les aventures de Roxy.

2 http://cache.media.education.gouv.fr/file/MEN_SPE_2/37/8/ensel4759_arrete-annexe_prog_ecole_maternelle_403378.pdf

3 Les voyages de Jazz est une mallette pédagogique qui contient une marionnette, un CD, 14 posters, 48 cartes-photographies des 12 pays visités par Jazz, 12 vignettes « Jazz en voyage », 12 vignettes-drapeaux, un jeu de Memory, une girouette pour l’évaluation et un fichier ressources de 192 pages pour l’enseignant ainsi que du matériel photocopiable pour les enfants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Page de garde de la méthode Walter and Connie
Crédits Walter and Connie – L’anglais par la télévision, BBC, 1962.
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/6345/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 2. L’ensemble pédagogique Roxy and Me !
Crédits Roxy and Me, éditions SED, 2013.
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/6345/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure 3. La mallette pédagogique Les voyages de Jazz
Crédits Les voyages de Jazz, éditions SED, 2017.
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/6345/img-3.png
Fichier image/png, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Voise, « Corps – accords : une approche holistique et transdisciplinaire des langues à l’école maternelle », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°2 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/6345 ; DOI : 10.4000/apliut.6345

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Voise

Maître de conférences en didactique des langues à l’université Paris-Est Créteil et spécialiste de la formation des enseignants depuis 20 ans, Anne-Marie Voise conduit des recherches sur l’enseignement et l’apprentissage de l’anglais aux jeunes et très jeunes enfants en milieu scolaire. Elle s’intéresse en particulier au développement des aspects phonétiques et phonologiques de l’apprentissage.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page