Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Voix et corps à l’université : comment réhabiliter l’actio dans l’enseignement et l’apprentissage du français langue étrangère et du français sur objectifs spécifiques

Voice and Body at University: How to Restore Actio in the Teaching and Learning of French as a Foreign Language and French for Specific Purposes
Olivier Béguin et Francesca Gualandri

Résumés

L’article traite d’une expérience pluriannuelle (2010-2017) de collaboration entre deux mondes qui se rencontrent rarement : l’enseignement universitaire du français langue étrangère (FLE) et du français sur objectifs spécifiques (FOS) et la formation pratique à l’actio, quatrième partie de la rhétorique, que nous déclinons dans sa version moderne : voix, présence, communication non verbale, charisme. Nous démarrons sur un constat de quasi-absence de l’actio dans l’enseignement universitaire italien, malgré son utilité durant les études et la future vie professionnelle de l’étudiant. Nous évoquons ensuite les difficultés rencontrées dans les ateliers mis en place dans nos cours universitaires, qui sont à la fois d’ordre psychologique et technique. Nous montrons qu’il est possible, dans le cadre de mini-ateliers de quelques heures, de fournir des instruments aux étudiants pour surmonter ces difficultés et d’entrer dans le cercle vertueux d’un plaisir croissant à s’exprimer en public. Nous avons observé chez les étudiants durant les ateliers une amélioration de la maîtrise du FLE, de la prononciation et de la prosodie, confirmée de leur part par voie orale en fin d’atelier ainsi que dans les fiches d’évaluation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L' actio, quatrième partie de la rhétorique, traite de la voix et des gestes qui soutiennent le dis (...)

1Cet article est né de la volonté de partager une expérience de 8 ans de collaboration autour du projet suivant : la réintroduire l’actio1 à l’université et notamment au service d'une meilleure maitrise du français langue étrangère (FLE) et du français sur objectifs spécifiques (FOS). Constatant les difficultés des étudiants à présenter un exposé, à parler devant un auditoire, nous avons souhaité créer un contexte leur permettant de surmonter ou réduire ces difficultés à travers la mise en place à l’université de mini-ateliers consacrés à la performance communicative. Nous avons constaté que nos étudiants ont rarement l’occasion de prendre la parole en public au cours de leurs études et qu’ils sont parfois mal à l’aise durant un examen oral. Ils risquent de faire cette expérience dans la pire situation, sans entrainement ni préparation. Avoir l’occasion de pratiquer et disposer de quelques outils techniques peut aider à mieux gérer une présentation en public.

2L’université, pour répondre à ce besoin réel, devrait selon nous recommencer à offrir des cours centrés sur la performance communicative. La pratique que nous proposons dans nos ateliers et que nous avons choisi de nommer ici avec le terme traditionnel d’actio est, en fait, une version moderne de l'ancienne discipline, qui tient compte des connaissances récentes dans les domaines de la psychologie, de la physiologie et de la pédagogie.

  • 2 Le grand oral de l’Ecole nationale d’administration vise par exemple à évaluer l’aisance à l’oral d (...)
  • 3 En 180 secondes, Alexandre Artaud présente avec humour sa thèse de doctorat intitulée Spectroscopie (...)

3L'actio a toujours été présente dans la formation scolaire de niveau supérieur à partir du monde grec classique, avant de perdre de son importance après l’âge classique (Fumaroli 1215-1260). Actuellement, la pratique et la maitrise de cette discipline reste l’apanage de l’élite, politique notamment2. Selon nous elle ne devrait pas être réservée à l’élite et aux « professionnels » de la voix, mais s’adresser aux enseignants et aux étudiants, même dans les matières scientifiques3. Le film À voix haute (À voix haute 2016) montre un exemple récent de cette démocratisation de l’actio, que nous appelons de nos vœux.

4C’est pourquoi nous avons tenu à raconter dans cette fiche pédagogique notre expérience d’ateliers de performance communicative en contexte universitaire italien. Nous suivrons le plan suivant : le contexte d’intervention, les difficultés observées, les propositions pédagogiques, l’application à l’enseignement de la langue française.

1. Contexte d’intervention

5Les ateliers se déroulent au sein de l’université catholique du Sacré-Cœur de Milan. Les participants, la plupart italiens, sont d’une part des étudiants de FLE en 3e année de niveau B1-B2 et Laurea magistrale (équivalent du master 1) de niveau B2-C1 de la faculté de sciences linguistiques, d’autre part des étudiants en master de ressources humaines en milieu international. Dans ce dernier cursus professionnalisant, le cours de FOS est centré sur le recrutement et les ressources humaines en français ; le niveau très hétérogène des 40 étudiants concernés va de A1 à C2. Au terme d’un cours d’une durée de 60 heures, tous les étudiants doivent présenter oralement un travail de groupe et répondre aux questions du recruteur dans le cadre d’un entretien d’embauche simulé.

6Depuis huit ans, nous proposons des mini-ateliers de 4 à 8 heures, étalés sur une à quatre semaines, au sein d’un cours annuel. Ces ateliers expérientiels sont conduits par une pédagogue de la voix, musicologue et experte de la rhétorique théâtrale en collaboration avec le professeur de FLE/FOS.

7Dans ces ateliers notre objectif principal est d’aider les étudiants à gérer le trac, améliorer la qualité de leur voix parlée et de leur prononciation. Concrètement, nous leur demandons de présenter un sujet face à un auditoire, à savoir l’enseignant et les autres étudiants (entre 5 et 25), dans trois situations principales : lecture à haute voix, mini-exposé, simulation d’un entretien d’embauche. L’accent est mis sur la qualité de la présence, la gestuelle, l’efficacité de la voix en terme de volume, timbre et articulation, ainsi que sur la clarté d’exposition. Après un bref travail sur la respiration et un échauffement collectif de la voix de 10 minutes environ, on passe à un travail individuel, axé sur les exigences qui émergent pour chaque participant, d’une durée d’environ 15/20 minutes.

2. Difficultés observées

8Le problème le plus répandu chez nos étudiants réside dans la difficulté à mobiliser leur énergie au service de la voix. Il est dû selon nous à deux raisons principales : la première, psychologique, liée au rôle de l’étudiant ; la deuxième d’ordre technico-physiologique. Elles sont étroitement liées et nous les traitons simultanément.

2.1. Difficultés d’ordre psychologique

9Notre contexte universitaire favorise parfois un certain profil d’étudiant : sérieux, discret, plus centré sur l’écoute que sur l’expression personnelle. Ces « qualités », réitérées au fil des années, ne préparent pas suffisamment l’étudiant, selon nous, à son entrée dans la vie professionnelle. En effet, dans le contexte professionnel, ce sont souvent d’autres qualités qui sont requises, surtout pour ceux qui visent à occuper un poste à responsabilités : compétitivité, confiance en soi, autorité, esprit d’entreprise, etc.

2.2. Difficultés d’ordre technico-physiologique

10Nous avons observé que, quand le trac se fait sentir, l’une des réactions involontaires les plus communes est d’accélérer. Les gestes, la respiration et l’élocution deviennent plus rapides et saccadés. L’étudiant semble alors n’avoir qu’une envie : terminer rapidement et revenir à sa place !

3. Propositions pédagogiques

11Durant les ateliers, l’intervenant expert de la voix travaille sur deux plans : d’une part, encourager l’étudiant à sortir de son personnage habituel et expérimenter des styles expressifs différents, en créant un contexte protégé au sein duquel il pourra le faire dans une certaine sérénité (et sans évaluation) ; de l’autre, fournir les instruments techniques pour apprendre à gérer les altérations de la physiologie dues au trac.

3.1. Travailler sur l’aspect psychologique

12Nous avons constaté que l’étudiant en proie à l’agitation soit montre un profil plus bas qu'il ne voudrait, soit, au contraire, fait preuve d'une confiance en soi excessive, au risque d’indisposer l'auditoire. Le timbre de la voix est impliqué dans cette dynamique. Nous avons constaté également que certains étudiants soit glissent involontairement vers un timbre infantile, soit au contraire adoptent un timbre de voix plus grave, sans doute pour donner une impression de plus grande autorité. Ces stratégies peuvent être plus ou moins efficaces selon l’objectif à atteindre. Pour manifester des qualités de décideur, la voix infantile n’est pas la plus indiquée, mais elle pourra l’être si l’on cherche du travail dans une crèche. Le but de l’intervenant expert de la voix est d’aider l’étudiant à prendre conscience de la manière dont sa voix réagit en fonction du contexte, et à acquérir les instruments techniques et d'auto-observation qui permettront d'évoquer, dans la voix comme dans le geste, les qualités requises selon le but poursuivi. Pour ce faire, durant l’atelier, l’intervenant utilise différentes stratégies :

  • il propose des micro-théâtralisations, comme par exemple : faire semblant d'être... une diva, une petite fille de 8 ans, une marchande de poissons, etc.

  • il évoque des situations spécifiques : imagine... que tu as devant toi un public d'étrangers qui ne comprend pas bien ta langue... que tu es entouré par des enfants à qui raconter un conte de fées captivant, etc.

  • il demande directement à l'élève de produire des qualités de timbre spécifiques : voix sombre, nasale, brillante, etc. ; ou bien des qualités émotives de la voix : voix ennuyée, tendue, suave, etc.

  • il demande de varier les aspects liés à la prosodie : vitesse, rythme, accents, modulation, etc.

13Ces exercices permettent à l’étudiant de prendre conscience de ses habitudes phonatoires et expressives, par comparaison avec les modalités nouvelles et inusuelles qu'il vient d’expérimenter en atelier. Ils lui permettent aussi de s’écouter parler avec une voix différente, dans le contexte spécifique qui le met en difficulté, et de montrer à lui-même et aux autres, concrètement, que le changement est possible. Ils sont très efficaces pour permettre de désactiver l’association inconsciente entre le fait d’éprouver du stress et le fait de recourir à une voix déterminée. L’étudiant apprend ainsi que, même s'il est ému, il peut parler avec une voix plus appropriée à la situation. En répétant plusieurs fois l’exercice, il apprend à jouer avec différentes qualités vocales et même à y prendre goût. Le goût de celui qui choisit, et non qui subit son émotivité.

3.2. Travailler sur le plan technico-physiologique

14Dans les ateliers, nous amenons l’étudiant à s’observer pour sentir comment respiration, posture, gestes et voix réagissent au trac. Nous ne cherchons pas à contrôler l’émotivité qui augmente mais nous agissons sur les effets qu’elle exerce sur le corps. Nous avons observé que le trac produit souvent des manifestations somatiques telles que : augmentation des battements du cœur et du rythme respiratoire, agitation, précipitation dans l'élocution. Notre action consiste à aider l’étudiant à retrouver une condition de calme. Pour ce faire, nous lui demandons de :

  • porter attention à la respiration et accentuer la phase expiratoire pour favoriser une décontraction progressive du diaphragme et un approfondissement de la respiration ;

  • porter attention au mouvement du corps et marcher lentement ou faire un geste continu, lent et rond, ce qui permet, comme nous l’avons observé, de retrouver rapidement une condition de calme ;

  • parler à une vitesse plus lente que d’ordinaire et lier les mots les uns aux autres. Ce rythme ralenti et ce « legato » l’encourage à respirer plus lentement et à activer le soutien diaphragmatique du son. Nous avons observé que ces indications l’aident à retrouver son souffle et une meilleure élocution.

3.3. Apprentissage incarné et multisensoriel

15La notion d’apprentissage incarné (embodiment) s’est répandue dans les cinquante dernières années. L’Embodied Cognition (Lakoff-Johnson 1999) part du principe que l’esprit et le corps ne sont pas séparés et distincts, mais que notre corps, et le cerveau qui en fait partie, contribue à déterminer nos processus mentaux et cognitifs. Ces théories ont connu récemment un succès croissant dans la didactique des langues étrangères (Even-Schewe 2016).

  • 4 Voir par exemple les moines du monastère de Sera, Tibet (Débats à sera 2007).

16Ces récentes études sur l’apprentissage incarné ne font d’ailleurs que confirmer les intuitions des anciens rhéteurs, ce que l’on sait de la vie intellectuelle de Rimbaud ou de Rousseau : « il faut que mon corps soit en branle pour y mettre mon esprit » (Rousseau 167) voire les pratiques des moines tibétains4. Mais nos étudiants semblent l'avoir oublié : ils étudient souvent en restant assis et en lisant le texte dans leur esprit, ce qui entrave l’apprentissage incarné. Au cours des ateliers, nous les encourageons à préparer les sujets en lisant et en répétant à haute voix en vue de l’exposition orale. En outre on leur demande de marcher, si cela les aide, et d’utiliser les mains et les bras en cherchant une gestualité sobre mais expressive. Le fait de bouger permet de débloquer l’énergie-son, souvent bloquée à l’étage épaules-cou-mâchoires-colonne dorsale (Wilfart 33).

4. Application à la langue française

17Nous avons constaté que le travail fait dans les ateliers a eu des retombées positives sur la maitrise de la langue française, notamment sur trois éléments : prononciation, prosodie, clarté d’exposition. Nous illustrerons ci-dessous chacun des éléments, suivi du témoignage écrit d’un étudiant, répondant aux questions de la fiche d’évaluation en annexe.

18Nous avons constaté et les étudiants l’ont confirmé dans leurs évaluations qu’à l’amélioration de l’émission et du « caractère chantant » de la voix parlée correspond une nette amélioration de la prononciation du français. En travaillant avec l’émission chantée en effet, l’étudiant réussit à mieux percevoir et valoriser la dimension musicale et sonore des phrases et par conséquent la qualité de la prononciation s’améliore. Comme le dit un étudiant : « en travaillant sur la voix la prononciation s’améliore et les sons sont plus nets, compréhensibles. »

19En travaillant sur l’aspect rythmique de la voix, l’étudiant prend conscience de la scansion rythmique, typiquement italienne, qu’il utilise quand il lit ou parle en français (ou dans une autre langue). Cette prise de conscience l’aide à comprendre, par contraste, le rythme propre au français et à l’appliquer. La langue française, « la plus germanique des langues romanes » (Walter), comportant bon nombre de mots apocopés ou oxytons, les Italiens ont souvent du mal à conserver la sonorité des voyelles, leur français devenant ainsi difficile à comprendre. En expérimentant l’appui diaphragmatique de la voix et l’émission liée, l’étudiant apprend à faire résonner chaque voyelle, ce qui favorise la compréhensibilité des mots. Un étudiant écrit : « je pense que le travail sur la lenteur et la concentration sur les voyelles a été très important.»

20Savoir gérer les émotions et les effets produits sur la physiologie par l’anxiété permet d’éviter une exposition haletante et précipitée. Dans une langue étrangère, conserver son calme, réussir à prendre son temps pour réfléchir sur le choix des mots, peut faire une grande différence, en terme de clarté d’exposition. Un étudiant dit : « ma voix est plus claire de même que l’exposition en général ; j’ai appris à respirer sans hâte, pour que ma voix puisse sortir de manière plus fluide et plus compréhensible pour le public. »

Conclusion

21Globalement les évaluations des étudiants, données soit oralement en fin d'atelier soit dans les fiches, montrent que ce travail sur la voix leur a servi non seulement à améliorer leur français, mais à mieux communiquer et s’affirmer. Une étudiante écrit : « le cours est très utile pour prendre davantage confiance en soi et dans la langue étrangère. Il aide à se mettre en jeu et à surmonter sa timidité. Le tout est applicable à d’autres contextes. » Certaines transformations sont évidentes même après une courte séance, parce que ce travail s’inscrit dans le corps.

22Nous plaidons pour un enseignement de l’actio, décliné dans sa version moderne, aux enseignants et aux étudiants, avec trois objectifs précis : gérer son émotivité en situation d’examen, apprendre à parler en public, se préparer à un entretien d’embauche. En effet la capacité d’exposer avec calme, conviction et fermeté son argumentation devant d’autres personnes est un instrument précieux pour s’affirmer dans le monde professionnel et la vie personnelle.

23Voici l’aveu touchant d’un lauréat du concours Eloquentia, programme éducatif composé de concours et de formation à la prise de parole créé en 2012 à l’université de Saint-Denis : « quand tu parles et que les gens t’écoutent et que les gens te regardent, t’as l’impression que tu peux tout faire… tu peux conquérir le monde. » (À voix haute 2016)

Haut de page

Bibliographie

À voix haute. Documentaire dirigé par Stéphane De Freitas et de Ladj Ly, Mars Films, 2016.

Coupez le son ! Le charisme politique. Documentaire dirigé par René Zayan, réalisé par Thierry Berrod, Canal+, 2007.

Even, Susanne et Manfred Schewe. « Performative Teaching, Learning, Research: Introduction. » Performatives: Lehren, Lernen, Forschen / Performative: Teaching, Learning, Research, edited by Susanne Even and Manfred Schewe, Schibri-Verlag, 2016, pp. 174-188.

Lakoff, George & Johnson, Mark. Philosophy in the Flesh: the Embodied Mind and its Challenge to Western Thought. Basic Books, 1999.

Fumaroli, Marc. Histoire de la rhétorique dans l'Europe moderne : 1450-1950. Presses universitaires de France, 1999.

L'École du pouvoir. Mini-série réalisée par Raoul Peck, Canal+, 2009.

Quintiliano. Institutio Oratoria. Einaudi, 2001, livre XI.

Rousseau, Jean Jacques. Les Confessions. Charpentier, 1841.

Walter, Henriette. L'aventure des langues en Occident : Leur origine, leur historie, leur géographie. Robert Lafont, 1994.

Wilfart, Serge. Le Chant de l’être. Albin Michel, 1997.

Débat a sera, documentaire sur le monastère de Sera, Tibet, mai 2007. YouTube, téléchargé par ico nico, 10 avril 2008, www.youtube.com/watch ?v =6q2tlshW6Bs.

Haut de page

Annexe

Annexe - Fiche d’évaluation

Vos impressions sur la séance de coaching vocal.

D’une manière générale, qu’avez-vous appris de nouveau sur votre voix ? avez-vous la sensation qu’elle a changé ? Votre prononciation s’est-elle modifiée ? Racontez.

Indiquez plus précisément ce qui d’après vous a changé dans votre voix, au niveau du/de la…
- volume
- timbre
- rythme
- direction
- résonance

Précisez si vous avez ressenti des impressions particulières concernant 
- la présence
- le contact avec le public
- le regard

Haut de page

Notes

1 L' actio, quatrième partie de la rhétorique, traite de la voix et des gestes qui soutiennent le discours de l'orateur (Quintiliano).

2 Le grand oral de l’Ecole nationale d’administration vise par exemple à évaluer l’aisance à l’oral de l’impétrant (L'Ecole du pouvoir 2009).

3 En 180 secondes, Alexandre Artaud présente avec humour sa thèse de doctorat intitulée Spectroscopie tunnel à très basse température de graphène sur rhénium supraconducteur (Ma thèse en 180 secondes 2015), http://blog.mt180.fr/spip.php?article22.

4 Voir par exemple les moines du monastère de Sera, Tibet (Débats à sera 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Béguin et Francesca Gualandri, « Voix et corps à l’université : comment réhabiliter l’actio dans l’enseignement et l’apprentissage du français langue étrangère et du français sur objectifs spécifiques », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°2 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/6409 ; DOI : 10.4000/apliut.6409

Haut de page

Auteurs

Olivier Béguin

Olivier Béguin est lecteur de français langue étrangère et de français sur objectifs spécifiques depuis 1996. Il intervient en particulier dans le Master de ressources humaines en milieu international IRHM) à l’université catholique de Milan. IL a enseigné le français langue étrangère en Roumanie, Suède et à l’Ecole nationale de l’administration en France. Il est traducteur et auteur d’une cinquantaine d’ouvrages didactiques (anthologies, dictionnaires) et lectures simplifiées chez Spiga-ELI.
olivier.beguin@unicatt.it

Francesca Gualandri

Francesca Gualandri est cantatrice et musicologue de formation, experte de pédagogie de la voix et de rhétorique du geste.Elle a collaboré avec le centre de musique ancienne de Genève, le conservatoire de la Suisse italienne, l'université de Trente et l'Université de Göteborg. Depuis 2010, elle collabore régulièrement avec l’université catholique de Milan. francesca.gualandri@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page