Navigation – Plan du site
Recensions

Freiss, Michel. La prononciation de l’anglais. QCM commentés – Training and keys

Bertrand-Lacoste, 2016
Teresa Maria Wlosowicz
Référence(s) :

Freiss, Michel. La prononciation de l’anglais. QCM commentés – Training and keys. Bertrand-Lacoste, 2016, 144 pages, ISBN 978-2-7352-2461-6.

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Freiss, maître de conférences en linguistique anglaise et formateur à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE) de Limoges, La prononciation de l’anglais. QCM commentés – Training and keys (2016) constitue un résumé général des règles phonologiques de l’anglais pour les apprenants francophones avancés (le livre est destiné aux niveaux B2-C1 d’anglais), ainsi qu’une méthode d’apprentissage de la prononciation, autant pour les cours d’anglais que pour les autodidactes. Selon l’auteur lui-même (Freiss 7), l’ouvrage vise à aider les apprenants à atteindre la maîtrise du « fonctionnement de l’anglais oral » (Freiss 7), pour « les examens qualifiants » (Freiss 7) (par exemple, pour le CLES, le TOEFL, le TOEIC, etc.), aussi bien que pour « la formation continue professionnelle » (Freiss 7). De même, sur la première page, il est indiqué que le livre est destiné aux « licences et masters LEA, LLCER, LANSAD et ESPE », aux « écoles de commerce et d’ingénieurs » ainsi qu’aux « grandes écoles », et à « formation continue des cadres et des commerciaux » (Freiss 1). Le public auquel est adressé l’ouvrage est donc très varié et, effectivement, le contenu du livre et la façon de le présenter peuvent satisfaire aux besoins de pratiquement tous les types d’apprenants francophones d’anglais aux niveaux B2-C1.

2L’ouvrage présente différents aspects de la prononciation anglaise, à partir de l’articulation des phonèmes, en passant par l’accentuation et l’intonation, jusqu’aux questions théoriques, telles que la représentation des phonèmes dans la mémoire phonologique. Il se compose de cinquante-quatre unités, organisées en cinq parties thématiques. Chacune des premières quatre parties se compose de douze unités, alors que la dernière, qui fournit des informations supplémentaires (plus précisément, elle fait un bref compte rendu du rôle de la respiration et de l’utilisation des articulateurs, du fonctionnement de la mémoire phonologique et de l’alphabet phonétique international), se compose de six unités. Dans chacune unité, il y a trois questions à choix multiple, suivies des corrigés, d’une explication théorique et, finalement, de deux ou trois exercices d’entraînement (cf. infra).

3Tout d’abord, sa façon de présenter la théorie permet d’apprendre la phonologie de l’anglais de manière active et engagée, car Freiss (2016) pose d’abord trois questions auxquelles le lecteur est censé répondre sur la base de ses connaissances antérieures, et seulement sur la page suivante il fournit les corrigés, ce qui permet au lecteur de mobiliser et de tester ses connaissances avant de découvrir les réponses correctes. Ensuite, alors que d’autres manuels, comme par exemple, How Now Brown Cow de Mimi Ponsonby ou bien English Pronunciation in Use. Advanced. Self-study and Classroom Use de Martin Hewings, sont destinés aux apprenants d’anglais de toutes nationalités, celui de Freiss (2016) est ciblé pour les apprenants francophones, dans le but de leur permettre de surmonter un certain nombre de difficultés importantes causées par les différences entre les systèmes phonologiques anglais et français.

4Cette approche contrastive permet de se concentrer sur les sons difficiles pour les francophones, en les aidant à éliminer le transfert négatif et à apprendre l’articulation correcte de ces sons. Par exemple, les unités 17 et 18 présentent les voyelles, les diphtongues et les triphtongues anglaises, en soulignant la plus grande richesse du système vocalique anglais par rapport à celui du français. De même, l’unité 19 se concentre sur la prononciation du son consonantique [h] en anglais, y compris dans le contexte des mots en wh-, comme « who » et « whose », et dans les paires minimales avec et sans [h]. Étant donné que le son consonantique [h] est muet en français, sa prononciation en anglais pose des problèmes à beaucoup de francophones. En outre, l’unité 20 explique l’articulation des phonèmes [θ] et [ð], qui n’existent pas en français et qui sont, pour cette raison, difficiles à apprendre. Freiss consacre aussi plusieurs unités aux voyelles faciles à confondre sur la base de l’orthographe, comme par exemple, le [ʌ] dans « public » et le [ɜ :] dans « purple » (Freiss 101). Il fait aussi attention au schwa, qui constitue la voyelle la plus répandue en anglais, et qu’il faut apprendre à désaccentuer pour éviter de la prononcer de la même façon qu’une voyelle accentuée (Freiss 93-96).

5En outre, bien que le livre se concentre surtout sur la prononciation britannique, il présente également les différences entre la prononciation britannique (Standard British English) et américaine (General American), ainsi que les caractéristiques de l’accent cockney et de la prononciation australienne (General Australian). Ceci donne au lecteur une idée plus large et plus variée des différences entre les différents accents de l’anglais.

6Certes, fournir à chaque QCM son corrigé constitue un avantage de cet ouvrage. Il faut souligner que l’auteur ne se contente pas de donner les réponses correctes aux questions, mais qu’il y ajoute des informations supplémentaires, par exemple, des exceptions, ou bien des curiosités historiques, comme la devise de la couronne d’Angleterre, « Dieu et mon droit », qui garde sa forme originale française. En fait, grâce à ces explications, le lecteur peut comprendre certaines règles de la prononciation anglaise qui pourraient autrement lui paraître surprenantes. Par exemple, sur la page 74, Freiss explique pourquoi les mots d’origine grecque, tels que « psychologist », se prononcent, à la différence des autres langues, sans le [p] initial. Il s’agit de l’aspiration de la plosive, qui serait alors en conflit avec l’articulation du [s], qui se réalise « sur une expulsion de l’air avec friction » (Freiss 74).

7En tant que manuel, ce livre a aussi l’avantage de faire figurer des bilans à la fin de chacune des premières quatre parties. Ces bilans permettent au lecteur de tester et de consolider ses connaissances. De même, à la fin de chaque unité, il y a des exercices d’entraînement, soit liés à des exercices de prononciation anglaise, soit adossées à d’autres tâches, comme par exemple, l’identification de phonèmes particuliers ou bien d’expressions transcrites en alphabet phonétique international. Les corrigés des exercices d’entraînement se trouvent à la fin de l’ouvrage, pour que le lecteur puisse vérifier ses réponses.

8En outre, un manuel de phonétique ne serait pas complet sans enregistrements qui présentent la prononciation des mots, des expressions et des phrases utilisées dans les exercices. Le livre La prononciation de l’anglais. QCM commentés – Training and keys est donc accompagné d’enregistrements disponibles à télécharger sur le site Internet de la maison d’édition (www.bertrand-lacoste.fr).

9Cependant, malgré les nombreuses qualités incontestables de cet ouvrage, il s’y trouve plusieurs erreurs qu’il conviendrait de rectifier dans une édition ultérieure du livre. Tout d’abord, dans l’unité 45, la réponse correcte, selon les corrigés, devrait être b : « [i : ðǝr] et [ni : ðǝr] en Standard British English » (Freiss 109). En fait, c’est la prononciation américaine de « either » et « neither », alors que la prononciation la plus répandue en anglais britannique standard, c’est ['aɪðǝ] (Wells 265) et ['naɪðǝ] (Wells 535).

10Ensuite, dans l’exercice d’entraînement 51.1 (Freiss 126), après avoir relié chaque paire de mots au phonème que contiennent les deux mots, le lecteur constate que la voyelle qui apparaît dans le syntagme nominal « red cherries » devrait être [ǝ] au lieu de [e]. Sans doute, en tant que mots lexicaux – à la différence des mots-outils, comme par exemple, les articles, les prépositions non accentuées, etc. - les mots « red » et « cherries » ne peuvent pas avoir le schwa comme leur voyelle principale. En effet, dans un autre exercice (Freiss 20), le phonème correspondant à « red cherries » est bien [e].

11En outre, dans le livre on peut observer deux fautes dans la transcription des mots dans les explications, /saɪ'kɔlǝdʒɪst/ (Freiss 74), au lieu de /saɪ'kɒlǝdʒɪst/ (Wells 650) et /bæŋkwǝt/ (Freiss 116) au lieu de /'bæŋkwɪt/ (Wells 68). Bien que la prononciation /'bæŋkwǝt/ existe en anglais américain (Wells 68), ce n’est pas la prononciation standard en anglais britannique, et cette unité n’est pas consacrée à la prononciation américaine, mais aux emprunts au français en anglais. En revanche, le phonème [ɔ] court n’existe pas en anglais et, effectivement, Freiss ne le liste pas dans le tableau des voyelles anglaises (Freiss 141).

12En somme, il semble que l’ouvrage de Michel Freiss La prononciation de l’anglais. QCM commentés – Training and keys est généralement bien conçu et, sans doute, utile aux apprenants d’anglais au niveau avancé (B2-C1), du point de vue théorique ainsi que pratique. Cependant, nous avons observé quelques erreurs qui mériteraient d’être corrigées dans un errata.

Haut de page

Bibliographie

Hewings, Martin. English Pronunciation in Use. Advanced. Self-study and Classroom Use. Cambridge University Press, 2007.

Ponsonby, Mimi. How Now Brown Cow? A Course in the Pronunciation of English, with Exercises And Dialogues. Phoenix ELT, 1992.

Wells, John Christopher. Longman Pronunciation Dictionary. Pearson Education Ltd., 2008, 3rd edition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teresa Maria Wlosowicz, « Freiss, Michel. La prononciation de l’anglais. QCM commentés – Training and keys », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°2 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/6451 ; DOI : 10.4000/apliut.6451

Haut de page

Auteur

Teresa Maria Wlosowicz

Université Ignatianum à Cracovie, Faculté Externe des Humanités et des Sciences Sociales à Mysłowice, Pologne. melomane.plurilingue@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page