Navigation – Plan du site

Introduction

Joelle Farigoux, Dan Frost et Linda Terrier

Texte intégral

1La thématique de ce numéro « Corps, voix et langues dans l’enseignement supérieur » s’inscrit dans la continuité du précédent numéro coordonné par l’association des professeurs de langues des instituts universitaires de technologie (l’Apliut) qui s’intéressait à la question des « jeu(x) » pour l’enseignement / apprentissage des langues. Alors que la notion de « jeu(x) » a finalement fait émerger la problématique des jeux sérieux comme axe scientifique clé plutôt que celle, attendue, du théâtre et des jeux corporels (voir congrès de l’Apliut 20161 et vol. 36, n° 2 « Jeux et langues dans l’enseignement supérieur »2), les membres de l’Apliut ont souhaité rendre plus explicite la thématique du corps et de la voix à travers le congrès de l’Apliut 20173 et le présent numéro. Il s’agissait d’orienter résolument la réflexion scientifique vers les acteurs de l’enseignement et de l’apprentissage des langues - les enseignants, les apprenants - et vers les outils qui leur sont propres, à la fois universels et uniques, leur corps et leur voix. C’est ainsi que ce numéro regroupe douze textes qui se concentrent sur les problématiques du corps et de la voix pour l’enseignement / apprentissage des langues en se plaçant tantôt du point de vue de l’enseignant, tantôt du point de vue de l’apprenant.

  • 4 Elle a co-dirigé l’ouvrage de référence sur la question, Le Corps et la voix de l'enseignant : Théo (...)

2Le numéro s’ouvre avec l’article de Marion Tellier, experte dans le domaine du corps et de la voix des enseignant.e.s4. Elle s’est ici associée à Keli D. Yerian, chercheure américaine, pour proposer une étude comparative entre enseignant.e.s stagiaires français et enseignant.e.s stagiaires américains. Les deux chercheures ont observé les pratiques des stagiaires en termes d’attitude corporelle pour faire émerger similitudes et différences. Elles ont travaillé sur des enregistrements de séances de simulation de classe et ont constaté des difficultés similaires pour les stagiaires débutants, difficultés liées au positionnement du corps, à la gestion du regard et à l’utilisation des mains. Après une présentation illustrée des difficultés, elles offrent des réponses pratiques pour passer d’un corps « encombrant » (§7) à un corps pédagogique « maitrisé » (§7). Elles défendent l’idée que la formation doit offrir les outils à chaque enseignant de langue pour « développer son propre style corporel » (§50).

3Le corps des enseignants est aussi la thématique du travail proposé par Malak Moustapha-Sabeur dans ce numéro. Elle s’intéresse à l’utilisation du corps dans l’évaluation formative des apprenants et prend le parti de comparer les pratiques d’une enseignante expérimentée et d’une enseignante novice. C’est en visionnant et en commentant leur propre pratique que ces enseignantes mettent en évidence des différences dans le signalement des erreurs ou dans l’appréciation des réponses. Cette étude montre qu’à côté des mots ou sans eux, les intonations, les mimiques, les regards et les gestes forment aussi le corps professionnel de l’enseignant.e de langue.

4Dans leur note de pédagogie universitaire, Christopher Mitchell, Marieke De Koning et Rebecca Guy s’intéressent également à la formation des enseignant.e.s, là aussi par le corps avant la voix. Ils proposent « l’Expérience Silencieuse » (« the Silent Experiment »), un moment de re-connexion silencieuse avec le corps par le travail sur la posture (§13), le souffle (§14) et les organes articulatoires (§15), le tout sans production de son. Les auteurs partent du principe que la présence physique et la qualité de la voix de l’enseignant.e ne font qu’un et sont partie prenante de son enseignement puisque l’enseignant.e « sert de modèle langagier » (§1). À travers cette expérience silencieuse, il s’agit de déplacer l’emphase de l’intellectuel (perception et analyse du son) au corporel.

5Le travail d’Anne Prezwozny sur les variétés de l’anglais parlé dans le monde interroge la voix de l’enseignant.e comme (seul) modèle d’apprentissage de l’anglais oral. Elle rappelle le manque d’outils pertinents pour exposer les étudiant.e.s aux différentes variétés de l’anglais et défend l’idée que la richesse des données orales authentiques à vocation pédagogique est, ou devrait être, l’atout naturel de l’enseignant.e dans sa pratique. Elle prône ainsi le développement de la recherche sur les corpus en phonologie appliquée à l’enseignement et appuie sa démonstration sur l’élaboration et l’expérimentation du programme PAC (phonologie de l’anglais contemporain) en montrant ses possibles applications et développements futurs.

6C’est avec le texte de Lydie Parisse que le numéro se tourne vers le corps et la voix des apprenants. L’auteure dramaturge et enseignante de français langue étrangère (FLE) s’intéresse aux liens entre théâtre et apprentissage. Elle rappelle en préambule comment et combien créativité artistique et acte d’apprentissage présentent des similitudes, notamment, lorsqu’il s’agit de faire avec les vides, de déconstruire pour reconstruire et de centrer l’expérience sur la personne – acteur ou apprenant. L’auteure présente ensuite comment des étudiant.e.s en FLE ont été amené.e.s à jouer sur scène. L’étude de leurs journaux de bord montre que cette démarche leur a permis de s’approprier un peu plus avant leurs corps, dans la sensation d’ancrage dans le moment et dans le groupe, et d’« apprendre à désapprendre » pour mieux accueillir une langue qui ne leur était pas naturelle.

7C’est aussi sur l’ancrage dans la situation que Sandrine Chapon situe son article. Sandrine Chapon s’intéresse au corps comme autre mode de communication indispensable pour la maitrise de l’anglais de juridique, qui est son domaine d’études. L’auteure présente et compare ce qui est donné à voir dans les prétoires de pays de droit civique et dans ceux de Common Law. Elle montre comment l’observation des rites peut participer de l’apprentissage de l’anglais juridique. Par un éclairage historique fin, elle pousse son analyse au-delà des apparences – des costumes et des gestes – et fait appel à la kinésique et proxémique pour une approche complexe de la culture juridique, remettant ainsi en scène l’apprentissage de cette langue-culture de spécialité.

8Joséphine Rémon s’intéresse quant à elle à la voix des étudiant.e.s – ou plutôt à leur silence – dans un contexte d’apprentissage numérique. Elle développe ainsi dans son article une analyse du non-discours. Elle a cherché à visualiser les interventions des apprenants sur un forum dédié et dans des carnets de bord. Les graphiques obtenus lui ont permis de mettre en évidence une typologie des productions et des traces en creux – les silences – en liaison avec les injonctions didactiques et la dimension socio-affective du discours.

9La note de recherche d’Anne-Marie Voise est centrale à ce numéro à double titre : à travers la présentation du travail qu’elle mène depuis de très nombreuses années auprès des élèves de maternelle sur l’anglais oral et, finalement, sur les langues orales à travers le monde, Anne-Marie Voise effectue ce mouvement de jonction morinien entre ces tout-petits apprenants de maternelle et les jeunes adultes apprenants de l’enseignement supérieur. Anne-Marie Voise fait aussi se joindre corps et voix, jusque-là traités séparément. Elle livre avec enthousiasme et émotion son travail de création d’une méthode, d’un outil à l’attention des enseignants de maternelles pour l’initiation des jeunes enfants à la diversité linguistique et culturelle. Dans une démarche ethnographique, elle donne à entendre, à voir, à goûter la langue et la culture de l’Autre. Dans une approche multi-sensorielle, les enfants rencontrent l’Autre et ses langues, jouent cet Autre, qui peut alors prendre corps et se rapprocher.

10Les fiches pédagogiques comprises dans ce numéro proposent de mettre le corps et la voix en action dans la classe. Katherine Nelson, ethnologue et enseignante de langue, décrit comment s’appuyer sur la diversité d’une classe de langue pour développer les connaissances culturelles et interculturelles de tous les participants, à travers la mise en place d’entretiens ethnographiques. Francesca Gualandri et Olivier Béguin orientent la communication dans la classe vers l’« actio » avec des activités qui ancrent la communication dans le corps, support d’une communication mieux maîtrisée. Et finalement ce numéro s’achève avec la recension de La Prononciation de l’anglais. QCM commentés –Training and keys. (Michel Freiss) proposée par Teresa Maria Wlosowicz.

Haut de page

Notes

1 Site internet du congrès 2016 : http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/webapp/website/website.html?id=5566254 (consulté le 30 octobre 2018)

2 https://journals.openedition.org/apliut/5402

3 Site internet du congrès 2017 : https://apliut2017.sciencesconf.org/ (consulté le 30 octobre 2018)

4 Elle a co-dirigé l’ouvrage de référence sur la question, Le Corps et la voix de l'enseignant : Théorie et pratique (Editions Maison des Langues).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joelle Farigoux, Dan Frost et Linda Terrier, « Introduction », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 37 N°2 | 2018, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 21 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/6530 ; DOI : 10.4000/apliut.6530

Haut de page

Auteurs

Joelle Farigoux

Joëlle Farigoux est présidente de l'Apliut depuis 2017. Elle est professeure certifiée en anglais et docteure en études anglaises. Elle enseigne à l'IUT du Limousin au sein du département de génie mécanique et productique depuis 2009. Elle coordonne actuellement un projet Quiz en langues, porté par IutEnLigne et l’université ouverte des humanités (UOH).
joelle.farigoux@unilim.fr

Articles du même auteur

Dan Frost

Dan Frost est maître de conférences au service commun de formation continue et apprentissage à l’université Stendhal Grenoble 3 depuis 2015. Il est formateur de formateurs et enseigne l’anglais, la linguistique, la phonétique, et le développement de ressources numériques. Ses recherches portent sur la didactique des langues, l’enseignement et l’apprentissage de la prononciation de l’anglais, la motivation et l’apprentissage médié par ordinateur.
daniel.frost@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Linda Terrier

Linda Terrier est maître de conférences au département des études du monde anglophone de l'université Toulouse – Jean Jaurès et membre du laboratoire CAS (EA 801). Ses recherches, informées par la linguistique de l’anglais, portent sur la didactique de l’anglais dans l’enseignement supérieur, notamment sur les problématiques de compréhension de l’oral et de dispositifs innovants. Elle est rédactrice en chef de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’Apliut (RPPLSP) depuis 2015.
linda.terrier@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page