Skip to navigation – Site map

Anglais oral : enjeux théoriques et pratique(s) authentique(s)

Volume 40, Numéro 1 (janvier 2021) de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité

Pour ce volume à publier de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité - Cahiers de l’Apliut en collaboration avec l’Aloes (l’association des anglicistes pour les études de langue orale dans l'enseignement supérieur, secondaire et élémentaire), nous proposons de traiter de l’anglais oral selon un va-et-vient entre les enjeux théoriques et les pratiques authentiques. En d’autres termes, nous proposons d’explorer le lien entre la théorie et la mise en application effective sur le terrain (dans le contexte de la classe), entre la formation ou la recherche en amont et l’enseignement à tous niveaux.

Par enjeux théoriques, nous entendons les problématiques concernant la phonologie segmentale et la phonologie suprasegmentale à travers des approches qui pourront s’appuyer sur un cadrage théorique explicite et/ou sur des analyses de corpus oraux. Le champ est vaste, comprenant au niveau segmental la phonétique articulatoire, le rapport écrit-oral, ou encore l’apport des symboles de l’API. Pour le suprasegmental, on pourra s’intéresser aux questions relatives à l’accentuation, à la prosodie, à la chaine parlée et au discours. On pourra également étudier l’interaction (interférence ?) entre la langue A et la langue B, soit les problématiques de l’interphonologie. Qu’il s’agisse de régularités ou d’exceptions, il s’agira de cerner et de hiérarchiser les différents aspects de la question, de mettre en lumière le système de l’anglais oral, de faire le lien entre le savoir lui-même et sa mise en application.

Quelle est la place des apports théoriques dans l’acquisition d’une langue étrangère, pour l’enseignant et pour l’apprenant ? Comment aborder au mieux les défis que représentent les problèmes de communication, en réception et en production chez les apprenants francophones ? Les articles pourront s’appuyer sur des cadrages théoriques divers et/ou sur différents types de corpus oraux : corpus d’apprenants, corpus de natifs, ce qui sous-entend une réflexion sur les mises en pratique(s) authentique(s) et leurs enjeux sur le terrain, qu’il s’agisse de l’enseignement de l’anglais oral ou des recherches des oralistes.

Les contributions pourront traiter des supports, soumis à la compréhension des élèves ou à l’analyse linguistique. Quels sont les paramètres qui permettent de considérer qu’une source est authentique, didactisée, ou relève de l’écrit oralisé ? Quelle est l’incidence du contexte et de la contextualisation ? Quels sont les rapports entre authenticité et normalisation ? Comment un matériau, par définition hétérogène, variable, échappant partiellement à la norme, peut-il / doit-il être le dénominateur commun de l’enseignement et d’une acquisition ? Spontanéité et authenticité sont-ils synonymes ?

Les contributions seront aussi l’occasion de se situer au niveau de la production, pour se demander dans quelle mesure l’authenticité peut être la cible à atteindre. Quelle correction de la langue est attendue ? Est-elle d’ordre lexical, syntaxique, dans le choix des marqueurs ? Les retombées de la recherche, notamment dans l’identification et l’enseignement des mots du discours et de leur usage, les agencements syntaxiques spécifiques sont-elles à systématiser ? Faut-il privilégier l’exigence segmentale ou l’authenticité suprasegmentale ?

Le comité scientifique étudiera des propositions de textes concernant la recherche en interphonologie, des travaux abordant le passage de la théorie à la mise en pratique. Des retours d’expérience relatifs à des matériaux pédagogiques conçus pour permettre l’étude de la langue orale ou pour faciliter la mise en place d’objectifs phonologiques seront également les bienvenus. Les contributions, rédigées en anglais ou en français, pourront être :

  • des articles (25 000 à 40 000 signes maximum, espaces non comprises, hors résumés et mots-clés) ;

  • des notes de recherche ou de pédagogie universitaire (10 000 à 20 000 signes maximum, espaces non comprises, hors résumés et mots-clés) ;

  • des comptes-rendus d’expérience sous forme de fiches pédagogiques (8000 à 15 000 signes maximum, espaces non comprises, hors résumés et mots-clés) ;

  • des recensions (8000 à 15 000 signes maximum, espaces non comprises).

Date de soumission des textes : 25 octobre 2019.

Merci d’envoyer votre contribution à l’adresse de la revue et aux coordinateurs du numéro spécial: apliut@revues.org ; isabelle.gaudy-campbell@univ-lorraine.fr ; susan.moore@unilim.fr.

Les textes seront soumis au processus d’évaluation en double-aveugle sous réserve du respect de toutes les normes de la revue (principes de soumission, typologie et longueur des textes et consignes aux auteurs).

Principes de soumission, typologie et longueur des textes : http://journals.openedition.org/apliut/5153.
Consignes aux auteurs : http://journals.openedition.org/apliut/1524.