Navigation – Plan du site

Éditorial – Relations internationales et internationalisation des formations

Linda Terrier

Texte intégral

1Pour célébrer le 40e congrès de l’Apliut qui s’est tenu à Toulouse en 2018, le laboratoire inter-universitaire de recherche en didactique des langues (Lairdil, EA 7415) a choisi de mettre à l’honneur une thématique chère aux enseignants de langues des IUT : la question de « l’international ».

  • 1 Ces chiffres sont issus du rapport 2018 sur l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche ((...)

2Les enseignants d’IUT sont en effet depuis toujours des acteurs forts de la mobilité internationale de leurs étudiants. De nombreux membres de l’Apliut partout en France assurent la mission de « responsable des relations internationales (RI) » au sein de leur institut, quelle qu’en soit la taille – qu’il s’agisse de l’IUT « A » de Toulouse, qui compte près de 5 500 étudiants, ou de l’IUT d’Épinal où s’est déroulé le dernier congrès en date et qui compte, lui, seulement 400 étudiants. À la fois enseignants et responsables RI, ils et elles forment les piliers d’une politique institutionnelle volontariste en matière d’internationalisation qui explique, qu’aujourd’hui, les étudiants d’IUT représentent plus de 20% des étudiants à partir à l’étranger durant leur stage1 : 1 étudiant français sur 5 à effectuer son stage à l’étranger est un étudiant d’IUT ! On trouvera dans ce numéro 2, volume 39 de Recherche et pratiques pédagogiques en langes de spécialité - Cahiers de l’Apliut une trace tout à fait représentative de ce dynamisme au sein des IUT à travers la note de pédagogie universitaire de Françoise Wolf-Mandroux qui présente un bilan de 10 années de dispositifs développés pour les RI, ou encore à travers la fiche pédagogique de Chrysta Pélissier et Mathilde Baron, qui décrit un projet tutoré de création d’un traducteur plurilingue en langues des signes dont l’objectif premier est de favoriser une internationalisation de la formation pour tout.e.s, au-delà du handicap.

  • 2 À ce sujet, représentation graphique de ces partenariats qui se trouve sur le site de l’IUT St Naza (...)

3La volonté institutionnelle de l’Adiut (Association des directeurs d’IUT) d’inscrire pleinement les IUT dans le paysage international de la formation s’est également traduite par la création, il y a plusieurs années déjà, du « diplôme universitaire d'enseignement technologique international » (DUETI) qui permet aux étudiants diplômés d’un DUT de poursuivre une troisième année d’étude à l'étranger, dans un établissement partenaire. On connaît d’ailleurs le travail effectué par les IUT pour tisser un réseau international solide de partenariats divers et variés pour la mobilité entrante et sortante à travers le monde, aussi bien en Europe, qu’en Afrique, en Amérique du Sud ou en Asie (Gabon, Maroc, Mexique, Venezuela, Chine, Vietnam pour ne citer que quelques pays)2.

4La question de la mobilité internationale entrante et sortante des étudiants (et personnels) et celle, attenante, de l’internationalisation des formations dépassent bien sûr le seul cadre des IUT. Comme le soulignent Claire Chaplier et Danielle Joulia dans leur introduction au numéro, la question de l’internationalisation des formations est « devenue une priorité » pour l’ensemble des formations de l’enseignement supérieur. De ce point de vue, on peut noter deux faits marquants : le premier est, bien sûr, l’omniprésence de la dimension internationale de nos formations dans les « attendus de l’évaluation » du Hcéres (Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur)3. Le second est l’inclusion depuis l’année dernière à peine (2018) d’un chapitre sur la mobilité sortante dans le rapport officiel sur « l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France », rapport publié annuellement par notre ministère de tutelle (MENESR). Ce chapitre (n°15) s’intitule « La mobilité étudiante Erasmus + dans l’enseignement supérieur ». Il s’appuie sur des données officielles issues de la commission européenne (Mobility Tool, traitement agence Erasmus +). Fort de ces données, le rapport 2018 propose un état des lieux poussé de la mobilité sortante en comparant par exemple la mobilité d’études et celle de stage, la mobilité entre pays, la mobilité en fonction des filières d’études ou de la durée du séjour.

5Alors que depuis sa première édition en 2007, ce rapport incluait systématiquement un chapitre au sujet des étudiants étrangers inscrits dans l’enseignement supérieur français, on ne trouvait un chapitre consacré à la mobilité sortante, que dans les éditions de 2010 et 2014. Ce chapitre s’intitulait alors « La vie étudiante : les séjours à l’étranger dans le cadre des études » et les données proposées s’appuyaient sur une enquête de l’observatoire de la vie étudiante (OVE) menée auprès d’étudiants pour mieux comprendre leurs conditions de vie. Les différences notoires entre les chapitres des éditions 2010 et 2014 et celui de l’édition 2018 (titre du chapitre, source des informations et analyse proposée des données) montrent une évolution profonde du traitement de la question des séjours à l’étranger en relation avec les études : en 2018, ces séjours sont devenus un véritable indicateur de (la qualité de) la formation en soi et non plus un simple aspect (ponctuel) de « la condition de vie étudiante » (objet premier de l’enquête OVE).

6Le prochain chapitre à faire son apparition dans l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche traitera-t-il du paysage des formations dites « internationales » dans l’enseignement supérieur français ? Cela est possible. Il convient en effet de distinguer la question de la mobilité internationale des étudiants et des personnels (objet du chapitre 15 dans le rapport 2018) de celle du développement sur le territoire même de formations dites « internationales »  – ou « l’internationalisation at home » pour reprendre un terme qui semble commencer à être en vogue en France4, à la suite sans doute de l’expression « Internationalisation at Home » définie en 2000 par Wächter et que l’on retrouve sur de plus en plus de sites d’universités par le monde5 même si Harrison a récemment montré les difficultés de mise en œuvre sur le terrain de ce type d’internationalisation.

  • 6 Voir par exemple la page dédiée à l’internationalisation du site internet de l’université Clermont (...)
  • 7 Voir, comme exemple, le témoignage tout à fait représentatif de la responsable : https://www.unilim (...)
  • 8 Ces démarches ne prennent pas toujours en compte l’ensemble des facteurs d’une internationalisation (...)

7Dans le contexte de l’enseignement supérieur français, la notion d’« internationalisation des formations » semble revêtir deux acceptions : la première, plutôt large, recouvre à la fois les questions des mobilités et celle du développement de formations en anglais sur place6 ; l’autre acception, plus étroite7, fait strictement référence à la démarche qui consiste à développer une offre de formation en langue étrangère (en général l’anglais) in situ, le plus souvent dans le but premier de favoriser l’excellence de la formation et/ou d’améliorer l’attractivité de l’établissement, en réponse logique aux attendus de l’Hcéres8.

8L’enjeu était donc de taille pour les organisatrices du congrès de l’Apliut et coordinatrices de ce numéro : transformer la question de l’internationalisation des formations, a priori relevant plutôt d’une question politique et institutionnelle, en question de recherche. C’est chose faite grâce en particulier aux contributions des conférenciers invités du congrès, Jean-Claude Beacco, Stéphanie Roussel et Alice Henderson, dont les trois articles de synthèse, mis en regard, permettent d’appréhender la complexité de la question de l’internationalisation des formations à la fois en terme culturel, didactique et linguistique. Sous la plume de ces trois chercheurs, et de l’ensemble des contributeurs, l’internationalisation des formations devient un objet d’étude dont il s’agit d’abord de définir les contours (Emile ?, CLIL ?, EMI ?) puis d’appréhender dans leur variété, les enjeux culturels (Beacco, Rosler), didactiques (Roussel, Reynolds), linguistiques (Henderson) et/ ou pratiques (Wolf-Mandroux ; Pélissier et Baron ; Barrault-Méthy à travers la recension de Betty Leask « Internationalizing the Curriculum »), au-delà du politique.

9En synthèse, la question de recherche posée dans ce numéro est celle des moyens à mettre en œuvre pour une internationalisation « raisonnée » des formations qui intègre pleinement la problématique d’enseignement de contenus spécialisés dispensés dans le cadre particulier d’échanges universitaires écrits et oraux entre des locuteurs dont la plupart sont non-natifs et ne partagent pas (plus) une même langue maternelle ou une même culture. Le cadre didactique dans lequel se font ces échanges est donc largement transformé par rapport à un cadre universitaire classique : les questions de culture (Beacco et Cherkaoui Messin ; Currivand et Truchot), de négociations du sens (Sarré ; Varonis et Gass), d’intelligibilité (Henderson ; Munro et Derwing ; Terrier), de contenus spécialisés en langue étrangère (Taillefer), de charge cognitive (Roussel), sont autant de points d’entrée par la recherche pour tenter d’appréhender la question de l’internationalisation et pour pouvoir, en tant que communauté d’enseignants-chercheurs en langues être force de proposition pour une internationalisation raisonnée, prenant en compte les besoins de chacun des acteurs afin que de favoriser « l’excellence pour tous », une idée par définition antinomique (Perrenoud) pourtant devenue pour beaucoup une devise rappelant une mission première de service public : favoriser la réussite de chacun.e.

10La réussite des étudiant.e.s et la défense de l’enseignement des langues dans leur diversité occupent depuis toujours l’Apliut et se traduisent par ses activités de veille et d’alerte auprès des instances décisionnaires tout au long de l’année, l’organisation de son congrès scientifique annuel et l’édition de cette revue, Recherche et pratiques pédagogiques en langes de spécialité - Cahiers de l’Apliut, qui célèbrera l’an prochain, à son tour, ses 40 ans. C’est aussi cette question qui constitue le fil rouge des textes qui composent ce numéro.

11Au nom du comité de rédaction de la revue, je tiens à remercier vivement les coordinatrices de ce numéro, Claire Chaplier et Danielle Joulia, pour le temps qu’elles y ont consacré, et l’ensemble des évaluateurs – ceux, membres du comité de lecture, qui se sont engagés à évaluer régulièrement les contributions soumises et qui font ainsi vivre la revue, comme ceux qui ont accepté d’œuvrer spécifiquement pour ce numéro particulier : Jean-Claude Beacco, Emma Dafouz Milne, Pierre Frath et Ute Smit. Je remercie également l’ensemble des auteurs qui ont contribué, chacun à leur manière, à éclairer cette thématique ardue de l’internationalisation des formations.

12Ce numéro est un moment de recherche et de partage d’expériences et de pratiques pédagogiques autour de la question de l’internationalisation des formations : je vous en souhaite une très bonne lecture !

Haut de page

Bibliographie

Beacco, Jean-Claude, et Kenza Cherkaoui Messin. « Les politiques linguistiques européennes et la gestion de la diversité des langues en France. » Langue française, vol. 167, n° 3, 2010, pp. 95-111.

Currivand, Thierry, et Claude Truchot. « Du traitement des langues aux politiques linguistiques dans l'entreprise. » Le journal de l'école de Paris du management, vol. 81, n° 1, 2010, pp. 17-24.

Harrison, Neil. « Practice, Problems and Power in ‘Internationalisation at Home’: Critical Reflections on Recent Research Evidence. » Teaching in Higher Education, vol. 20, pp. 412-430, 2015.

Henderson, Alice, et. al. “The English Pronunciation Teaching in Europe Survey (EPTiES): Selected results.” Research in Language, vol. 10, n° 1, 2012, pp. 5-27. Doi : 10.2478/v10015-011-0047-4.

MENESR. L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France (n°11 - Juillet 2018). Ouvrage édité par édité par
le SIES, Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques, Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, 2018. https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/ (dernière consultation : 30 juin 2019)

Munro, Murray, and Tracey Derwing. “Foreign Accent, Comprehensibility, and Intelligibility in the Speech of Second Language Learners.” Language Learning, vol. 45, 1995, pp. 73-97. doi:10.1111/j.1467-1770.1995.tb00963.x.

Perrenoud, Philippe. « Sociologie de l’excellence ordinaire. Diversité des normes et fabrication des hiérarchies. » Autrement,
n° sur l’excellence, janvier 1987, pp. 63-75. Version consultée en ligne (dernière consultation 30 juin 2019 : https://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_main/php_1987/1987_01.html)

Roussel, Stephanie, et al. “Learning Subject Content through a Foreign Language Should Not Ignore Human Cognitive Architecture: A Cognitive Load Theory Approach.” Learning and Instruction, vol. 52, 2017, pp. 69-79, doi : 10.1016/j.learninstruc.2017.04.007.

Sarré, Cédric. « Apport de l'analyse des réseaux sociaux à l'étude des communautés d'apprentissage en ligne. » Alsic, vol. 15, n° 2, 2012. doi : 10.4000/alsic.2519

Taillefer, Gail. « CLIL in Higher Education: The (Perfect?) Crossroads of ESP and Didactic Reflection ». ASp, n°. 63, 2013, pp. 31-53. Doi :10.4000/asp.3290.

Terrier, Linda. « « Perspectives sur l’intelligibilité des discours oraux spécialisés pour une didactique des LSP/DSP » Journée d’étude « Approches de l’anglais de spécialité de la sociologie et de l’histoire », Chambéry, mars 2018.

Varonis, Evangeline. M. et Susan M. Gass. « Non-native/Non-native Conversations: A model for Negotiation of Meaning. » Applied Linguistics, vol. 6, n° 1, 1985, pp. 71-90. doi : 10.1093/applin/6.1.71

Wätcher, Bernd. « Internationalisation at Home – The Context. » Internationalisation at Home - A Position Paper, edited by Paul Crowther et al., European Association for International Education, 2000, pp. 5-14.

Haut de page

Notes

1 Ces chiffres sont issus du rapport 2018 sur l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche (https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/). Je n’ai en revanche pas trouvé de données exactes concernant le pourcentage d’étudiants inscrits en IUT et partant effectivement en stage à l’étranger, notamment pas sur le site officiel du réseau des IUT qui comporte pourtant un onglet « International » (https://iut.fr/international - dernière consultation du site : 30 juin 2019). D’après les données que j’ai pu récolter sur des sites locaux de différents IUT, il semblerait qu’entre 15 et 20% d’une promotion donnée part en stage à l’étranger. Mais ce chiffre est à prendre avec précaution et semble varier en fonction des IUT et/ou des départements concernés.

2 À ce sujet, représentation graphique de ces partenariats qui se trouve sur le site de l’IUT St Nazaire est particulièrement parlante : https://iut-sn.univ-nantes.fr/formation/relations-internationales-49149.kjsp (dernière consultation du site : 30 juin 2019).

3 https://www.hceres.fr/fr/attendus-de-levaluation-3 (dernière consultation du site : 30 juin 2019).

4 Voici quelques exemples : https://www-iuem.univ-brest.fr/la-formation/dimension-internationale/ (institut universitaire européen de la mer de l’université de Bretagne Occidentale) ; http://engees.unistra.fr/international/ouverture-internationale-en-formation-dingenieurs/ (École nationale du génie de l'eau et de l'environnement de Strasbourg) ; https://www.u-bordeaux.fr/Universite/Organisation/Equipe-presidentielle/Les-vice-presidents/Stephanie-Debette-vice-presidente-des-Relations-exterieures (université de Bordeaux) ; https://www.esdes.fr/en/communiques-de-presse/nouveaux-double-diplomes-nouvelles-destinations-nouvelles-opportunites-l-international-dans-tous-ses-etats-a-l-esdes-213153.kjsp?RH=1437573909223 (école supérieure pour le développement économique et social de Lyon). Dernière consultation de ces sites : 30 juin 2019.

5 Voir par exemple : https://research.ncl.ac.uk/atiah/ (université de Newcastle, Angleterre) ; https://web.umons.ac.be/fr/international/cooperation-internationale/ (université de Mons, Belgique) ; https://web.umons.ac.be/fr/international/cooperation-internationale/ (université de Victoria, Wellington, Australie). Dernière consultation de ces sites : 30 juin 2019.

6 Voir par exemple la page dédiée à l’internationalisation du site internet de l’université Clermont Auvergne : https://cap2025.fr/international/internationalisation-des-formations/internationalisation-des-formations-37285.kjsp. Dernière consultation de ce site : 30 juin 2019.

7 Voir, comme exemple, le témoignage tout à fait représentatif de la responsable : https://www.unilim.fr/international/2016/10/14/linternationalisation-formations-service-de-visibilite-de-lattractivite-de-luniversite/. Dernière consultation de ce site : 30 juin 2019.

8 Ces démarches ne prennent pas toujours en compte l’ensemble des facteurs d’une internationalisation « sur place » réussie, tels que définis par Harrison : la diversité de l’équipe pédagogique, l’internationalisation réelle du cursus à la fois sur le plan linguistique mais aussi culturel, une pédagogie prenant en compte la diversité culturelle des apprenants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Terrier, « Éditorial – Relations internationales et internationalisation des formations », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 38 N°2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7115

Haut de page

Auteur

Linda Terrier

Linda Terrier dirige la revue Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Les cahiers de l’Apliut depuis 2015. Elle est maître de conférences à l’université Toulouse – Jean Jaurès et membre du laboratoire CAS (cultures anglo-saxonnes, EA 801).
linda.terrier@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page