Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’internationalisation est devenue une priorité des politiques des établissements (Beacco). Dans l’ensemble des formations du secteur Lansad en particulier, mais pas uniquement, les enseignants et enseignants-chercheurs de langues sont directement impliqués dans l’internationalisation dans la mesure où la maîtrise des langues de spécialité ou professionnelles contribue à améliorer la mobilité internationale et l’employabilité. Cette implication constitue bien souvent une réponse à la demande du monde de l’entreprise d’une acquisition d’un savoir-être professionnel, d’un savoir-agir, ainsi que d’une adéquation à une demande croissante de professionnalisation et d’internationalisation des étudiants dans les enseignements suivis en France et ou à l'étranger.

2Dans l’enseignement supérieur français, de plus en plus de masters « s’internationalisent » et sont dispensés en langue étrangère, majoritairement en anglais (Derivry-Plard et al.), dans un souci de reconnaissance internationale. Cette tendance forte est le plus souvent justifiée par des raisons d’attractivité d’étudiants et de chercheurs internationaux ou de politique d’excellence (Gaspard). La multiplication des relations entre établissements d’enseignement supérieur, dans l’espace européen et au niveau mondial, est sans aucun doute à considérer comme bénéfique, notamment pour les étudiants. Aussi conviendrait-il que les structures où l’enseignement des langues est dispensé deviennent le lieu privilégié de réflexion pour l’internationalisation, en lien avec la professionnalisation.

3L’enjeu pour la communauté des linguistes de l’enseignement supérieur est de se positionner comme acteur d’une internationalisation pleinement réfléchie, non seulement parce que l’internationalisation peut avoir des effets négatifs sur les pratiques linguistiques comme l’ont montré par exemple les travaux de Claude Truchot, mais aussi parce qu’elle représente une stratégie d’organisation politique des formations dont les acteurs du terrain peuvent se saisir, notamment par la recherche.

4Les neuf contributions qui constituent ce numéro permettent d’établir un état des lieux de l’internationalisation des formations dans l’enseignement supérieur. Au-delà de la question de la place de l’enseignement/apprentissage des langues étrangères dans les parcours, elles questionnent également les enjeux (trans-)disciplinaires, linguistiques, culturels, sociaux, politiques et économiques de l’internationalisation des formations et identifient les « bonnes pratiques » mais aussi les « risques » dans des formations déjà mises en place ou à venir.

5Le numéro s’ouvre avec l’article de Jean-Claude Beacco qui s’interroge sur les enjeux linguistiques, culturels, sociaux, politiques et économiques de l’internationalisation des formations. Il reconnait que l’internationalisation des formations dans le paysage européen et mondial est une problématique majeure des établissements d’enseignement supérieur et qu’elle est menée sur des critères politiques et économiques qui ne sont pas justifiés sur la base d’une réflexion épistémologique. En effet, il souligne que le choix de la langue étrangère utilisée influence la nature des connaissances transmises et que la question n’est pas seulement linguistique mais aussi culturelle. Il contre-attaque avec des arguments économiques en commençant par l’« économie de la connaissance » puis les bénéfices et coûts linguistiques. Ce sont donc bien des problèmes de politique linguistique et de didactique des langues qui se posent à travers ce débat. Enfin, il s’intéresse à la question didactique de l’organisation des formations de cours de langues destinés à des étudiants en Lansad, notamment le choix de la langue, des contenus et des compétences. Il conclut qu’il ne peut exister un modèle linguistique unique et uniforme et que si l’anglais lingua franca est adopté, ce ne peut être que parce qu’il n’existe pas d’autres recours. Il nous invite à inciter les étudiants à s’approprier avec plaisir les langues qu’ils rencontreront sur leur chemin.

6Stéphanie Roussel s’intéresse également aux enjeux politiques, scientifiques et pratiques de l’internationalisation des formations dans l'enseignement supérieur en s’attachant à une forme d’internationalisation des formations : le cours d’une discipline en langue étrangère (Emile). Elle justifie cette mise en œuvre par des raisons politiques (attractivité internationale, professionnalisation). Cependant, elle souligne la question essentielle de l’efficacité de ce dispositif, à savoir un meilleur apprentissage du contenu disciplinaire et de la langue étrangère et à quelles conditions il est possible qu'il le devienne. Après avoir examiné plusieurs études du domaine, l’auteure nous fait part des résultats d’expérimentations contrôlées qu’elle a menées en compréhension écrite et orale qui permettent de mieux comprendre ce qui se joue sur le plan cognitif, lorsque deux types de connaissances secondaires, la langue et le contenu disciplinaire, doivent être appris simultanément. Sur la base de ces résultats, elle propose des pistes pédagogiques pour les enseignants en Lansad sans qui la mise en place d’une internationalisation réfléchie et réussie ne pourrait se faire. Elle montre qu’internationaliser les formations est complexe et ne signifie pas uniquement « cours en langue étrangère », mais requiert des adaptations pédagogiques et la prise en compte du surcoût cognitif induit dans ces situations d'apprentissage. Ce dispositif nécessite une réflexion théorique et une collaboration constante entre enseignants et chercheurs de toutes les disciplines y compris la collaboration avec l’institution notamment sur le plan financier.

7Alice Henderson se focalise aussi sur une forme d’Emile, English-Medium Instruction (EMI), au sein de l'enseignement supérieur français dans le cas de la formation des enseignants de disciplines non-linguistiques. L’auteure défend l’idée que la prononciation doit figurer dans ce type de formation et notamment le volet ‘intelligibilité’. L’objectif est non seulement de modifier les attitudes des enseignants et étudiants envers la variation linguistique mais également d’améliorer leur aisance à décoder les accents non-natifs (FAS - foreign accented speech). Elle plaide aussi pour que les enseignants de langues jouent un rôle dans une internationalisation « réfléchie » des formations de l'enseignement supérieur français destinées non seulement aux étudiants mais également à tout type d’enseignant.

8Alexandra Reynolds traite également de l’EMI dans le cas des enseignants-chercheurs et plus spécifiquement de la construction de leurs identités langagières à travers une formation EMI, qui avait pour objectif de les préparer à enseigner leur matière scientifique en anglais. L’auteure fait remarquer que, l'utilisation de l’anglais dans l'enseignement supérieur français comme langue d'enseignement (EMI) a un impact sur l'identité langagière et sur le développement professionnel des enseignants. Elle présente une étude de cas ethnographique qu’elle a menée auprès de quinze enseignants-chercheurs francophones pendant un atelier EMI organisé dans une école d'ingénieurs en France. Cette étude s’intéresse à la construction de l'identité langagière de ces chercheurs. Les résultats montrent qu'au cours des ateliers la réflexion des participants sur les concepts d’anglais comme lingua franca et de bilinguisme, en lien avec leur compétence langagière (auto-évaluée) en L2, a fait évoluer leur conception de la langue anglaise elle-même. Ceci les a aidés à se sentir plus confiants et mieux préparés à se présenter en tant qu'enseignants de leur discipline académique en anglais. Cette formation leur a également appris à adapter leur pédagogie dans un contexte de cours magistral dispensé en langue étrangère et à favoriser une approche plus interactive.

9Anne Marie O’Connell, quant à elle, a choisi de se positionner du côté du linguiste allemand Wilhelm von Humboldt et de son concept de Verschiedenheit (« différence »). Elle défend un apprentissage humaniste de la langue dans le cadre de l’internationalisation, ce qui peut sembler contradictoire. Son propos est de contribuer à donner des outils de réflexion aux didacticiens des langues à la lumière des écrits de Humboldt. Elle précise, d’une part, comment la différence singulière des langues peut devenir un outil didactique qui introduit l’interculturalité à partir de la L2 elle-même et, d’autre part, comment elle peut favoriser le rapprochement des L1 et L2 par le recours à la méthode comparatiste en abaissant les filtres affectifs qui font obstacle à l’apprentissage.

10Le numéro propose ensuite trois mises en œuvre pratiques d’internationalisation des formations. Dans sa note de pédagogie universitaire, Françoise Wolf-Mandroux présente la manière dont l’IUT tertiaire de Sceaux a fait face aux besoins accélérés de formation initiale, continue et en alternance en constante évolution. Elle expose concrètement, à travers quelques exemples réalisés conjointement avec les étudiants et les enseignants et des témoignages, comment des dispositifs d'internationalisation comme Erasmus+ mis en place dans cet IUT répondent aux exigences de la pluralité des parcours universitaires et professionnels en incluant le personnel administratif impliqué dans ces dispositifs. Layla Roesler montre comment son institution met en œuvre l’internationalisation des formations à travers un dispositif télécollaboratif entre des étudiants universitaires français (Master 1 et Master 2) et américains (Bachelor’s) autour d’une tâche authentique de traduction d'articles de recherche. L’un des objectifs du cours hybride proposé est de mettre les étudiants en contact direct avec les démarches intellectuelles, méthodologiques et pragmatiques de la publication scientifique. Ce dispositif s’ouvre à une internationalisation réelle car il se situe au dehors du contexte national français dans un esprit de partage des tâches en deux langues et deux cultures, plaçant ainsi les étudiants dans la réalité de la diversité linguistique et culturelle. L’ouverture à l’international se fait non pas en version monolingue, mais en respectant la valeur inhérente à toutes les cultures. L'auteure suggère que ce type de télécollaboration (e-tandem) peut servir de base de réflexion pour une internationalisation peut-être plus enrichissante. Enfin, Chrysta Pélissier et Mathilde Baron proposent une fiche pédagogique qui invite à penser l’internationalisation pour la diversité des publics accueillis à l’université : elles présentent ainsi un projet, produit par les étudiants de leur IUT, qui a pour objectif la production d’un lexique plurilingue présentant dix mots de vocabulaire issus des technologies de l’information et de la communication (TIC) en différentes langues des signes. Cette démarche pédagogique par projet s’intègre pleinement dans la stratégie institutionnelle d’internationalisation de la formation.

11Le numéro s’achève sur la recension de l’ouvrage de Betty Leask Internationalizing the Curriculum par Anne-Marie Barrault-Méthy. Cet ouvrage, publié en 2015, aborde la question de l’internationalisation dans les cursus universitaires australiens, rappelant que la problématique de l’internationalisation des formations est partagée par-delà les frontières.

12Les recherches et retours d’expérience publiés dans ce numéro permettent de dégager quelques principes fondamentaux pour l’internationalisation des formations. Le travail de Beacco montre qu'internationalisation ne saurait rimer avec anglicisation, ce qui serait en contradiction avec le plurilinguisme et le pluriculturalisme prônés par le Conseil de l’Europe. Remplacer les langues locales par un anglais de qualité médiocre (globish) conduirait, comme le rappelle Roesler, à un appauvrissement linguistique et culturel car internationaliser, ce n'est pas seulement une question de langue mais aussi de culture. Doter les étudiants d'une compétence interculturelle afin qu'ils deviennent des citoyens européens accomplis et qu'ils s'insèrent dans un monde professionnel globalisé est un des défis de l'internationalisation.

13C'est également une question de pédagogie : pour parvenir aux apprentissages visés, et transmettre le même niveau de connaissances disciplinaires en langue étrangère, il est primordial de répondre aux besoins des étudiants et des enseignants et de les accompagner sur le chemin de l'internationalisation. Tel l'exemple de Reynolds, qui propose aux enseignants une formation à l'EMI, et ainsi leur fait prendre conscience d’adaptations pédagogiques, les initie aux pédagogies actives et leur fait part de bonnes pratiques, pour assurer la réussite de tous les étudiants, quel que soit leur niveau en langue étrangère. Il nous parait nécessaire de veiller à ce que l'ensemble des étudiants puissent bénéficier des dispositifs d'internationalisation afin de ne pas favoriser une fracture linguistique.

14Roussel indique que l'internationalisation, qu'elle se situe à tous les niveaux de l'université ou seulement dans quelques composantes ou programmes d'études, ne peut faire l'économie d'une ingénierie de formation. Il est essentiel d’adopter une démarche qualité pour qu'elle produise une plus-value. À cette fin, elle doit inclure tous les acteurs de l'université (personnel enseignant et administratif), qui adhèrent à la politique d'internationalisation. Outre les moyens humains, les moyens financiers indispensables doivent être alloués pour pouvoir relever les défis et saisir pleinement les opportunités d'une internationalisation réussie.

Haut de page

Bibliographie

Beacco, Jean-Claude. « Les principes communs aux politiques linguistiques éducatives en Europe : circulations, implémentations et contextualisations. » Journée d'études "Transferring University Language Policy / Transférer les politiques linguistiques universitaires", FoReLL, Université de Poitiers, 16 mars 2018.

Derivry-Plard, Martine, et al. Apprendre les langues à l’université au 21e siècle. Éditions Riveneuve, 2013.

Gaspard, Jeoffrey. « Le discours promotionnel des universités européennes. Homogénéité dans la compétitivité. » Mots, Les langages du politique, n° 102, 2013, pp. 52-66.

Truchot, Claude. « Les effets négatifs d’une telle décision sont connus en Allemagne. » L’Humanité, 11 juin 2013. https://www.humanite.fr/tribunes/les-effets-negatifs-d-une-telledecision-sont-conn-5435

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Chaplier et Danielle Joulia, « Introduction », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 38 N°2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7120

Haut de page

Auteurs

Claire Chaplier

Claire Chaplier est maîtresse de conférences (HDR) en anglais à la faculté des sciences et d’ingénierie de l’université Toulouse 3. Ses recherches portent sur l’épistémologie et la didactique de l’anglais de spécialité, notamment dans le domaine des sciences. Elle a publié en 2017 l’ouvrage intitulé L’anglais des sciences : un objet didactique hybride aux éditions L’Harmattan. claire.chaplier(at)univ-tlse3.fr

Articles du même auteur

Danielle Joulia

Danielle Joulia est maîtresse de conférences en anglais de spécialité au département informatique de l'IUT Paul Sabatier, Université Toulouse 3. Ses axes de recherche portent sur la didactique de l'anglais de spécialité scientifique et technique, en lien avec ses enseignements (compréhension écrite de documentations techniques en anglais, analyse de corpus spécialisés, recours aux technologies éducatives ciblées sur les besoins des étudiants du secteur Lansad). Elle s'intéresse également aux dispositifs d'internationalisation, qu'elle aborde en termes de charge cognitive pour l'apprenant.
danielle.joulia(at)iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page