Navigation – Plan du site
Articles

Apprendre un contenu disciplinaire en langue étrangère : enjeux politiques, théoriques et pratiques pour l'internationalisation des formations dans l'enseignement supérieur

Learning Specific Content through a Foreign Language: Political, Theoretical and Practical Issues for the Internationalization of Curricula in Higher Education
Stéphanie Roussel

Résumés

L'internationalisation des formations revêt plusieurs formes. La mise en place de cours de nombreuses disciplines universitaires en langue étrangère en fait partie. Les raisons politiques (attractivité internationale, professionnalisation) sont claires et consensuelles. Mais la question essentielle reste de savoir si l'enseignement d'une discipline dans une langue étrangère est synonyme à la fois d'un meilleur apprentissage du contenu disciplinaire et de la langue étrangère. Un état de l'art du domaine et une réflexion sur les fondements théoriques de ces pratiques ont mené à la mise en place d'expérimentations contrôlées, qui permettent de mieux comprendre ce qui se joue sur le plan cognitif, lorsque la langue et le contenu disciplinaire doivent être appris simultanément. De ces résultats empiriques découlent certaines pistes d'aménagement didactique pour les cours en langue étrangère. Les enseignants de langues pour spécialistes d'autres disciplines ont alors un rôle important à jouer pour que ces pratiques participent à une internationalisation réussie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le contexte actuel d'internationalisation des formations, de plus en plus de cours de différentes disciplines universitaires sont dispensés en langue étrangère, majoritairement en anglais (Derivry-Plard et al.), mais également dans d'autres langues, comme l'allemand, l'espagnol ou des langues régionales. L'enseignement d'une discipline dans une langue étrangère, qui n'est certes qu'une des nombreuses formes que peut prendre l'internationalisation des formations, se trouve ainsi au cœur des débats politiques, pédagogiques et scientifiques. Comme souvent en éducation, pour transposer au contexte particulier de l'internationalisation des formations l'analyse générale de Bryk (468) sur les contextes éducatifs, il y a, dans la mise en place de cours en langues étrangères, un véritable enjeu politique pavé de bonnes intentions (attractivité des formations, préparation à la mobilité et à l'employabilité des étudiants), de rapides efforts institutionnels et de nombreuses recherches universitaires (Macaro et. al. ; Doiz, et al. ; Airey ; Costa et Coleman ; Erling et Hilgendor ; Jiménez-Muñoz « Measuring ») qui confèrent de la crédibilité à cette tendance. La volonté politique, dont la pertinence pragmatique ne fait aucun doute, ne doit pas pour autant faire oublier l'objectif premier de ces approches : améliorer substantiellement les apprentissages des étudiants. La véritable question est alors de savoir si l'enseignement d'une discipline dans une langue étrangère peut-être synonyme d'un meilleur apprentissage à la fois du contenu disciplinaire et de la langue étrangère (Macaro et al. 37), ou à quelles conditions il est possible qu'il le devienne.

2Pour répondre à cette question, en évitant de passer précipitamment de la volonté politique aux pratiques d'enseignement, en « omettant » les aspects théoriques, il s'agira, dans le présent texte, de s'intéresser aux fondements scientifiques de ces pratiques pour mieux comprendre ce qui se joue sur le plan cognitif, lorsque deux types de connaissances secondaires (Geary et Berch ; Geary ; Sweller), que sont le contenu disciplinaire et la langue étrangère, doivent être apprises simultanément. Si les arguments politiques pour la mise en place d'enseignements disciplinaires en langue étrangère font largement consensus, les arguments pédagogiques et didactiques, théoriques et méthodologiques sont plus complexes et invitent au questionnement. L'hétérogénéité des résultats de recherche du domaine tient en effet à la diversité des cadres théoriques invoqués et des démarches utilisées pour analyser les contextes dans lesquels un contenu disciplinaire est transmis en langue étrangère. De ce point de vue, les concepts de la théorie de la charge cognitive (Sweller et al.) et les résultats d'expérimentations contrôlées menées dans ce cadre (Roussel et al.) permettent de contribuer au débat sur l'enseignement-apprentissage d'un contenu disciplinaire en langue étrangère de manière importante. Il semble, pour finir, que se dessine un agenda de recherche pluridisciplinaire porteur, dans lequel les enseignants de langues pour les spécialistes d’autres disciplines (Lansad) ont certainement un rôle précieux à jouer.

1. De la volonté politique à la pédagogie

3Les raisons politiques qui poussent les établissements d'enseignement supérieur à proposer des cours de plusieurs disciplines universitaires en langue étrangère et notamment en anglais sont assez claires et consensuelles. La mondialisation, le développement des compétences langagières des étudiants pour les préparer à travailler à l'international, la compétition entre les universités, l'attractivité des programmes internationaux, la participation à la construction d'une nation capable de s'aligner sur ses voisins anglophones constituent des arguments politiques et institutionnels solides (Dearden 12-13). Ce discours politique, qui ne saurait être en lui-même une garantie de pertinence pédagogique des pratiques, trouve bien un certain fondement dans les travaux scientifiques. Cependant, et c'est sans doute bien là que le bât blesse, l’implémentation des approches qui consistent à transmettre un contenu dans une langue étrangère dans l'enseignement supérieur reposent assez largement sur les résultats obtenus dans le second degré (Tatzl ; Jiménez-Muñoz « Content and Language »). Il est pourtant clair que les dispositifs mis en place dans le second degré comme l’enseignement d'une matière par l'intégration d'une langue étrangère (Emile) auquel correspond l'équivalent anglais Content and Language Integrated Learning (CLIL) ne poursuivent pas exactement les mêmes objectifs que l'approche English as a Medium of Instruction (EMI) qui prédomine dans l’enseignement supérieur. Les dénominations anglaises elles-mêmes en disent assez long sur ce que recouvrent ces deux types d'approches. EMI suggère tout d'abord que la composante pédagogique d'intégration de la langue et du contenu présente dans les approches CLIL (Integrated) tend à disparaitre au profit de la transmission (Instruction) du contenu au moyen de la langue étrangère. La langue devient dans l'enseignement supérieur un vecteur d'enseignement, qui n'est pas nécessairement destiné à faire l'objet d'un apprentissage explicite (Dearden 4). Notons ensuite que l'acronyme EMI suggère également que l'anglais est dominant, ce que l'on ne peut contester, même si d'autres langues peuvent aussi être concernées par ces pratiques. À notre connaissance, aucun acronyme équivalent à EMI n'existe pour l'allemand ou l'espagnol par exemple.

4Finalement, la volonté politique d'internationaliser les formations en proposant des cours en langue étrangère s'appuierait sur l'expérience de l'enseignement secondaire dans la mise en œuvre de dispositifs similaires. Ces dispositifs peuvent effectivement avoir d'importantes similarités, mais ont en réalité une différence notable : la dimension d'intégration entre la langue et le contenu, c'est-à-dire finalement les aspects didactiques et pédagogiques d'enseignement-apprentissage de la langue étrangère.

5Ici, nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle important avec l'émergence du numérique dans l'enseignement supérieur (Lameul et Loisy). Comme le rappelle Albero (27), traditionnellement, le terme 'pédagogie' ne fait partie ni de la culture ni du langage académique. Elle montre cependant que la massification de l'enseignement supérieur et l'émergence du numérique sont des contraintes sociétales externes qui pèsent sur les universités et les amènent à s'intéresser de près à la question de la pédagogie et à abandonner l'idée qu'elle serait l'apanage exclusif de l'enseignement primaire ou secondaire. L'internationalisation ne pourrait-elle pas à long terme avoir le même effet sur les pratiques universitaires ? De notre point de vue, elle le devrait et les enseignants de langues du secteur Lansad ont, en ce sens, un rôle important à jouer.

2. Apprentissage de la langue et du contenu dans la littérature sur CLIL et sur EMI

6L'enseignement d'une discipline par le biais d'une langue étrangère (et en particulier de l'anglais) dans l'enseignement supérieur ne peut pas être pensé indépendamment d'autres contextes, notamment celui de l'enseignement secondaire, dans lesquels une langue étrangère est utilisée pour enseigner un contenu disciplinaire (Shohamy 197). En d'autres termes, si l'enseignement supérieur entend répliquer ou transposer les pratiques pédagogiques de l'enseignement secondaire, il y a sans doute quelques leçons à tirer de cette expérience pour éviter que certaines erreurs se répètent. L'approche CLIL a fait l'objet de très nombreuses publications (Bruton « CLIL » ; Cenoz et al. ; Coyle et al. ; Dallinger et al. ; Dalton- Puffer « Content-and-Language » ; Dalton-Puffer, et al. ; Fortanet-Gomez ; Piesche et al. ; Rumlic ; Verspoor et al.). Rappelons brièvement les grandes lignes des débats qui ont traversé ce domaine de recherche. Les recherches montrent, de manière générale, que les approches CLIL favorisent, sur le long terme, l'apprentissage de la langue étrangère. Les apprenants qui suivent ces programmes sur plusieurs années utilisent la langue à l'oral et à l'écrit avec davantage de fluidité et de précision ; le lexique dont ils disposent est plus riche et leur répertoire stylistique plus large (Dalton-Puffer « Discourse ») que celui de leurs pairs suivant les cursus classiques.

7Les résultats concernant l'apprentissage du contenu disciplinaire sont moins probants. Certaines études montrent bien un bénéfice des approches CLIL pour les connaissances disciplinaires (Van De Craen et al.), d'autres n'en montrent aucun (Jäppinen ; Badertscher et Bieri). Les débats entre les chercheurs (cf. Bruton « CLIL » et la réponse de Hüttner et Smit ou Cenoz et al. ainsi que Dalton-Puffer et al.) portent surtout sur les biais méthodologiques, qui permettent d'obtenir ces résultats. Comparer des étudiants CLIL avec des étudiants non-CLIL est, en effet, difficile à justifier sur le plan méthodologique, puisque les étudiants CLIL sont souvent sélectionnés pour leurs bons résultats scolaires ou leur motivation particulière pour l'apprentissage des langues étrangères. Leur statut économique est, de fait, souvent plus élevé (Gablasova 154). Et les chercheurs soulignent à la fois la nécessité (Gablasova 154) et la complexité (Dalton-Puffer et al. 213) de contrôler autant que possible les variables contextuelles, quand il s'agit de mesurer l'efficacité des approches CLIL.

8À ce stade de la réflexion, il apparaît que les raisons pour lesquelles CLIL peut fonctionner tiennent à plusieurs facteurs comme l'articulation dans la classe entre la langue et le contenu disciplinaire, le matériel pédagogique spécifique proposé aux apprenants (Dale et Tanner), l'inscription dans la durée, sur plusieurs années, de ces cours en langue étrangère, souvent soutenus par des cours de langue en parallèle, mais aussi sans doute la sélection des apprenants. Tous ces éléments ne sont cependant pas aisément transposables à l'enseignement supérieur.

9La question est alors de savoir si les recherches sur EMI prennent une tournure différente, si des leçons ont effectivement pu être tirées des expériences du second degré. Dans leur revue systématique de la littérature sur EMI, Macaro et al. ont analysé quatre-vingt-trois études. Ils concluent que, pour l'instant, les preuves scientifiques sont insuffisantes pour affirmer qu'EMI bénéficie à l'apprentissage de la langue étrangère sans présenter de coût pour l'apprentissage du contenu (36). Et il est clair que tant que ce bénéfice n'aura pas été démontré, la controverse sur l'utilité de CLIL et d'EMI n'est pas près de prendre fin (Jiménez-Muñoz 30). Sur les quatre-vingt-trois études passées en revue par Macaro et al., sept mesurent un impact sur la langue étrangère et quatre un impact sur le contenu, sans pour autant que les résultats soient très concluants ni pour l'apprentissage du contenu disciplinaire, ni pour l'apprentissage de la langue étrangère. L'étude de Rogier en 2012 montre par exemple que les participants ont progressé en anglais après quatre années de cours EMI. Les compétences en anglais sont ici mesurées avec un test standardisé, ce qui permet une comparaison de ces résultats avec ceux d'autres études. Les gains mis en évidence par Rogier sur quatre années sont équivalents à ceux que d'autres chercheurs (Elder et O'Loughlin) ont attribués à des cours d'anglais général pour dix à douze semaines de cours intensif, ce qui ne confirme pas réellement l'impact positif d'EMI sur l'apprentissage de l'anglais, du moins dans ce contexte-là. On sait, en effet, que dans les études longitudinales toutes les variables sont difficiles à contrôler et que par conséquent les résultats dépendent fortement des contextes. La question de la diversité des tests utilisés pour mesurer les compétences en anglais se pose également. Tandis que certaines études mesurent les compétences générales, d'autres mesurent les compétences en langue académique. De ce fait, il est assez difficile de généraliser les résultats et de tirer des conclusions fiables notamment lorsque les études comparent les performances d'étudiants EMI avec celles de leurs pairs qui ne suivent pas ces programmes, mais assistent bien à des cours de langue en parallèle (Macaro et al.).

10Ce qui retient notre attention ici c'est que la comparaison d'étudiants EMI et non-EMI (cf. Dafouz et al.) rappelle largement que ce débat a déjà eu lieu à propos des recherches sur CLIL dans lesquelles les étudiants non-CLIL servent de groupe de contrôle (Admiraal et al.; Ruiz de Zarobe ; Lo et Murphy). Comme nous l'avons expliqué précédemment, ces comparaisons des étudiants CLIL avec des étudiants non-CLIL ont largement été critiquées sur le plan méthodologique (Bruton ; Gablosova ; Rumlich ). Si les chercheurs sont en désaccord sur les méthodologies à adopter pour étudier les approches EMI (et CLIL), ils se rejoignent sur la nécessité d’ajustements pédagogiques lorsque, dans l'enseignement supérieur, des étudiants doivent assister à des cours dispensés en langue étrangère. L'implémentation de pratiques de type EMI pourrait être une bonne occasion de penser à ces ajustements (Jiménez-Muñoz 37).

11De plus en plus de recherches sont d'ailleurs consacrées à la nature de ces ajustements. Min et al. étudient par exemple l'utilisation d'un dispositif blended learning, qui intègre un environnement d'apprentissage de type cloud. Les résultats montrent que permettre aux étudiants d'accéder à des ressources d'apprentissage en ligne permet de réduire leur anxiété et d'améliorer leurs performances. D'autres chercheurs montrent que l'accès au contenu disciplinaire avant le cours, permet aux étudiants de bénéficier plus largement du cours en langue étrangère (Airey et Linder). Le translanguaging, ou le recours à des pratiques d'alternance codiques soutenant explicitement l'apprentissage de la langue étrangère (Soruç et al. ; Fujimoto-Adamson et Adamson), fait également partie des ajustements évoqués pour soutenir l'apprentissage dans ces contextes. La formation des enseignants des disciplines à l'enseignement en langue étrangère paraît alors incontournable et fait également l'objet de travaux (Pagèze et Lasagabaster). Toutes ces initiatives montrent bien (si cela devait encore être démontré) que la pertinence politique et institutionnelle de l'enseignement-apprentissage d'un contenu disciplinaire en langue étrangère est loin d'en assurer à elle seule le succès pédagogique.

3. Les enjeux théoriques : le chaînon manquant ?

12Entre la volonté politique et les pratiques pédagogiques qui s'efforcent d'y répondre, la réflexion théorique devrait être un passage obligé pour structurer à la fois les pratiques et les recherches qui les prennent pour objet. Puisque les approches EMI ne font pas nécessairement de la langue étrangère un objet d'apprentissage explicite (Dearden 4), mais qu'elles ont bien implicitement pour objectif l'amélioration des compétences langagières des apprenants et la transmission de connaissances disciplinaires (Macaro et al.), il convient de se poser plusieurs questions théoriques. Peut-on apprendre une langue étrangère par simple exposition ? En d'autres termes, le simple fait d'assister à des cours en langue étrangère permet-il d'en améliorer la maîtrise (et si oui de quelles compétences exactement) ? Est-il possible d'apprendre à la fois la langue étrangère et le contenu disciplinaire ?

13Ces questions fondamentales de la didactique des langues étrangères, concernant le rôle des apprentissages implicites et de l'exposition à la langue cible sont à la fois anciennes, récurrentes et bien documentées. Les théories d'acquisition des langues étrangères font une place de choix à l'immersion et à l'exposition à la langue dans les apprentissages (Dallinger et al.). L'approche socio-constructiviste (Bruner), la théorie de l'input (Krashen), l'approche interactionniste (Gass et Mackey) et l'approche naturaliste (Krashen et Terrell) par exemple, mettent en avant le fait que les apprenants doivent être exposés à la langue étrangère et disposer de nombreuses occasions d'interagir dans cette langue pour l'apprendre efficacement. Les meilleures conditions d'apprentissage de la langue étrangère devraient donc être les plus proches possibles de celles de l'acquisition de la langue maternelle. Les approches EMI et CLIL répondent à cette exigence. La littérature scientifique sur la pertinence des séjours à l'étranger (Kinginger ; Segalowitz et Freed ; Dewey ; Foster ; Ife et al.), ou sur l'apprentissage des langues dans des contextes migratoires (Adami et Leclercq ; Derwing et al.) est de ce point de vue tout à fait éclairante. Ces recherches montrent bien le bénéfice de l'exposition à la langue et même sa nécessité, à condition que celle-ci soit longue et répétée. Peut-on attendre qu'en contexte institutionnel, dans l'enseignement supérieur, ces conditions soient réunies ?

14La théorie de la charge cognitive (Sweller et al. ; Chanquoy et al. 2007) permet également d'apporter des réponses à ces questions. Cette théorie repose sur le principe selon lequel la mémoire de travail a une capacité limitée (Cowan) et ne peut donc traiter qu'un petit nombre d'informations nouvelles simultanément. La mémoire à long terme, en revanche permet de stocker sous forme de schémas une quantité illimitée de connaissances. Sans entrer ici dans les détails, la théorie de la charge cognitive donne au concepteur pédagogique des outils pour aménager les situations d'apprentissage, de manière à ce que le coût cognitif qu'implique chaque situation d'apprentissage ne dégrade pas les performances de l'apprenant, mais soit uniquement dévolu à la construction de connaissances. La théorie distingue également, en s'appuyant sur les travaux de Geary, deux types de connaissances : les connaissances « primaires » (dont fait partie la langue maternelle apprise dans l'enfance) et les connaissances « secondaires » (la lecture, l'écriture, les mathématiques, mais aussi la langue étrangère apprise à l'adolescence ou à l'âge adulte, en milieu institutionnel). Les connaissances primaires sont apprises par adaptation à l'environnement social, par imitation, elles ne nécessitent pour être apprises ni effort, ni conscience, ni motivation particulière. Les connaissances secondaires en revanche, exigent de l'individu qu'il soit attentif, motivé et qu’il contrôle consciemment ses processus d'apprentissage. Les connaissances primaires et les connaissances secondaires ne sont donc pas apprises de la même manière. En termes de ressources cognitives, les connaissances secondaires sont plus coûteuses et plus à même de surcharger la mémoire de travail.

  • 1 Notre proposition de traduction pour : « Simultaneously processing content and language might have (...)

15Du point de vue de la théorie de la charge cognitive, apprendre un contenu disciplinaire en langue étrangère, revient ainsi à apprendre deux types de connaissances secondaires à la fois, ce qui risque de surcharger la mémoire de travail de l'apprenant. Les informations nouvelles à traiter sont, en effet, à la fois d'ordre linguistique et d'ordre disciplinaire. Certains chercheurs arrivent d'ailleurs à cette même conclusion dans leurs travaux sur CLIL : « le traitement simultané du contenu et de la langue pourrait avoir surchargé la mémoire de travail et ainsi conduit à de plus faibles gains d'apprentissage (cf. théorie de la charge cognitive, Sweller et al., 2011) »1 (Piesche et al. 114). Ceci rejoint ce que de nombreuses recherches en psychologie cognitive ont montré au sujet des situations de « double tâche » (voir notamment Chanquoy et al.). Ces situations mettent les élèves en difficulté lorsque l'une des deux tâches n'est pas fortement automatisée. En d'autres termes, si la langue étrangère n'est pas traitée de manière automatique, il y a, d'un point de vue théorique, de fortes chances pour que l'accès au contenu soit dégradé. Inversement, l'expertise dans le domaine disciplinaire joue sans doute un rôle important pour la compréhension d'un cours en langue étrangère dans ce même domaine.

16Si la théorie de la charge cognitive prend en quelque sorte le contre-pied des théories qui défendent les pédagogies immersives, ce débat n'est pas à concevoir en termes d'opposition. Au contraire, il permet de remettre chaque élément à sa place : l'immersion en a une, l'enseignement explicite aussi. Au concepteur pédagogique d'utiliser ces leviers à bon escient. Considérer la langue étrangère apprise en contexte exolingue uniquement comme une connaissance secondaire a aussi peu de sens que de faire de l'immersion à elle seule la solution aux questions didactiques.

4. Quelques exemples d'expérimentations contrôlées

4.1. Protocole

17Pour contribuer aux recherches sur les questions d'apprentissage de la langue étrangère et du contenu, nous avons mené cinq expérimentations contrôlées, dont les trois premières ont fait l'objet de publication (Roussel et al.). Les participants à ces expérimentations sont des étudiants en droit et en science politique de l'université de Bordeaux et de l'institut d'études politiques (IEP) de Bordeaux (expérimentations 1, 2, 4 et 5) apprenant l'allemand ou l'anglais. L'expérimentation 3 a été menée auprès d'étudiants en informatique de l'IUT de Toulouse. Ces expérimentations examinent une tâche de compréhension (écrite ou orale) d'un document en langue étrangère (allemand ou anglais), qui pourrait tout à fait être proposée dans un contexte de type EMI. Il ne s'agit donc pas, comme dans les études longitudinales, de mesurer les performances des apprenants au fil du temps, mais plutôt de placer les participants à nos études dans différentes conditions expérimentales, et de comparer les performances qu'ils obtiennent dans ces différentes conditions. Le protocole de ces cinq expérimentations varie peu. Suite à un pré-test de langue, les étudiants sont répartis en plusieurs groupes expérimentaux hétérogènes, mais comparables (même moyenne, même écart type). Dans toutes les expérimentations, le document (écrit ou oral) en langue étrangère (allemand ou anglais), que tous les participants doivent étudier, porte sur leur domaine d'étude (majoritairement le droit et la science politique, mais aussi l'informatique pour l'une des cinq expérimentations).

18Dans la première condition expérimentale, les participants doivent lire ou écouter le document dans leur langue maternelle. Cette condition est la condition de contrôle. Dans la deuxième condition expérimentale, le même document est proposé aux participants en langue étrangère. Dans les autres conditions (3, 4 et parfois 5) le document est proposé aux étudiants dans les deux langues, avec quelques variations d'ordre pour la compréhension de l'oral (d'abord en français, puis en allemand ou l'inverse) et quelques variations de modalité (document en langue étrangère sous-titré en langue étrangère ou en français ou bien document en français sous-titré en langue étrangère). Le tableau 1 présente de manière synthétique les trois premières expérimentations que nous avons menées et qui portent sur une tâche de lecture.

Tableau 1. Protocole expérimental des expérimentations 1, 2 et 3 (tâche de lecture)

Expérimentation 1

Expérimentation 2

Expérimentation 3

Participants

102

84

108

Pré-tests

Allemand (Goethe Institut B2)

Anglais (Cambridge test)

Anglais (test ELAO)

Domaine

Cour Européenne de Justice

Cour Européenne de Justice

Langage d’assemblage

Condition 1

Texte en français

Texte en français

Texte en français

Condition 2

Texte en allemand

Texte en anglais

Texte en anglais

Condition 3

Texte en allemand et français

Texte en anglais et en français

Texte en anglais et en français

19Dans la condition 3, les participants devaient lire le document dans les deux langues, une phrase en langue étrangère était suivie de sa traduction en langue maternelle. Les expressions et les mots importants étaient indiqués en gras et reliés par des flèches à leurs équivalents en langue étrangère (cf. Roussel et al. 2017).

20Le tableau 2 présente de manière synthétique les protocoles expérimentaux des expérimentations 4 et 5 qui portent sur une tâche de compréhension de l'oral.

Tableau 2. Protocole expérimental des expérimentations 4 et 5 (tâche d’écoute)

Expérimentation 4

Expérimentation 5

Participants

79

84

Pré-tests

Compréhension de l'oral Goethe-Institut B2

Compréhension de l'oral Goethe-Institut B2

Domaine

Cour Européenne des Droits de l'Homme

Cour Européenne des Droits de l'Homme

Condition 1

Écoute en français 2 fois

Écoute en français 2 fois

Condition 2

Écoute en allemand 2 fois

Écoute en allemand 2 fois

Condition 3

Écoute en français puis en allemand

Écoute en allemand, sous-titres en allemand

Condition 4

Écoute en allemand puis en français

Écoute en allemand, sous-titres en français

Condition 5

N/A

Écoute en français, sous-titres en allemand

21Pour chaque expérimentation, après un temps de lecture ou d'écoute du document, tous les participants ont été soumis à deux post-tests. Le premier pour mesurer la compréhension de termes et d'expressions en langue étrangère (à traduire en français), le second pour mesurer la compréhension du contenu du document (questions en français sur le contenu du document). Il s'agissait de savoir quelle condition expérimentale était la plus favorable à la compréhension de la langue et du contenu disciplinaire.

4.2. Résultats

22Dans le cadre de chacune de ces expérimentations, des analyses de variance ont été conduites pour tester l'effet des conditions expérimentales sur les performances des étudiants au post-test de langue et au post-test de contenu (nous renvoyons le lecteur à Roussel et al.  pour plus de détails sur les analyses de variance des trois premières expérimentations). Pour toutes les expérimentations (tâche de lecture et tâche d'écoute), les résultats montrent que les meilleures performances pour la compréhension du contenu sont obtenues lorsque les étudiants lisent ou écoutent le document dans leur langue maternelle. Ils indiquent ensuite que les participants obtiennent les meilleurs scores au test de langue lorsqu'ils lisent ou écoutent le texte dans les deux langues et ont l'opportunité d'associer les expressions en langue étrangère à leur équivalent en langue maternelle. Enfin, dans aucune de nos cinq expérimentations, la condition « immersive » (texte lu ou écouté dans la langue étrangère seulement) n'a conduit aux meilleures performances aux deux post-tests de langue et de contenu.

23Nous avons, dans toutes nos expérimentations, testé l’effet d'interaction entre le niveau initial en langue étrangère (score au pré-test) et les conditions expérimentales sur les performances des étudiants aux post-tests de langue et de contenu. En d'autres termes, nous avons cherché à savoir si la variable « niveau initial en langue étrangère » modifiait le résultat principal. Nous nous sommes demandé si les meilleurs apprenants étaient plus performants dans la condition immersive seule et si les apprenants les plus fragiles obtenaient de meilleures performances dans les conditions dans lesquelles le document était proposé dans les deux langues. Les analyses statistiques montrent que ce n'est pas le cas. Même si leurs performances sont toujours supérieures dans l'absolu, les meilleurs apprenants ont exactement le même pattern de résultats aux deux post-tests que leurs pairs moins compétents. Les figures 1 et 2 illustrent ce propos.

Figure 1. Performances au post-test de langue en fonction du niveau initial en langue étrangère, expérimentation 4 (compréhension de l'oral, score maximum de 30 points)

Figure 1. Performances au post-test de langue en fonction du niveau initial en langue étrangère, expérimentation 4 (compréhension de l'oral, score maximum de 30 points)

Figure 2. Performances au post-test de contenu en fonction du niveau initial en langue étrangère, expérimentation 4 (compréhension de l'oral, score maximum 15 points)

Figure 2. Performances au post-test de contenu en fonction du niveau initial en langue étrangère, expérimentation 4 (compréhension de l'oral, score maximum 15 points)

24Les résultats de l'expérimentation 4 montrent également que les performances aux post-tests de langue et de contenu sont meilleures lorsque les étudiants écoutent d'abord le fichier son dans leur langue maternelle, avant de l'écouter en langue étrangère. Ce résultat est tout à fait cohérent avec les résultats des recherches en compréhension de l'oral. La compréhension de l'oral est une activité cognitive complexe (Vandergrift et Goh), qui repose sur l'articulation d'opérations de bas niveau pour traiter directement la chaîne phonique (segmentation, décodage, reconnaissance lexicale, analyse syntaxique) et d'opérations de haut niveau plus stratégiques (élaboration d'hypothèses, anticipation, évaluation de la compréhension en temps réel, inférences) pour construire le sens du document sonore. Nous avions, pour cette expérimentation, émis l'hypothèse selon laquelle l'écoute du document sonore en langue maternelle, avant son écoute en langue étrangère, dispenserait en quelque sorte les apprenants de la construction du sens lors de l'écoute en langue étrangère et leur permettrait de mieux se concentrer sur l'apprentissage de la langue uniquement, en établissant des correspondances entre ce qu'ils entendent et ce qu'ils connaissent du document sonore. Nos résultats confirment cette hypothèse et ont d'importantes implications didactiques en contexte EMI.

25Dans la dernière expérimentation (expérimentation 5), le même document sonore que dans l'expérimentation 4 a été utilisé. Nous avons cependant fabriqué des versions sous-titrées de ce document sonore. Nous avons renoncé à l'utilisation de la vidéo, pour éliminer la possibilité de construire le sens grâce aux images. Nous avons cherché à savoir si la présence d'un support écrit pouvait améliorer la compréhension d'un discours en langue étrangère. Les résultats montrent que les étudiants obtiennent de meilleures performances pour l'apprentissage de la langue étrangère dans la condition où les sous-titres sont en langue maternelle. Encore une fois, il semble que la possibilité d'établir des liens entre les deux langues et de ne pas avoir à construire le sens du document tout en portant attention à la langue soit bénéfique aux apprentissages.

Conclusion

26Certaines pistes didactiques émergent de ces résultats expérimentaux. Dans des situations dans lesquelles l'objectif est double : comprendre le contenu disciplinaire et comprendre la langue étrangère, il semble essentiel d'aménager les tâches pour faciliter la réalisation d'au moins l'un des deux objectifs ou tout du moins pour les distinguer. Nos résultats montrent en effet que, même si le partage attentionnel est fort dans les conditions dans lesquelles les supports sont proposés dans les deux langues, proposer le support en langue maternelle est bénéfique à la fois à l'apprentissage du contenu et à l'apprentissage de la langue. Dans les trois premières expérimentations, les performances des étudiants dans la condition 3 (texte dans les deux langues), au post-test de contenu sont inférieures à celles que les étudiants obtiennent lorsqu'ils lisent le texte en langue maternelle uniquement. Ceci peut, à première vue, paraître surprenant puisque dans les deux conditions expérimentales, les participants disposent bien de l'intégralité du texte en français. Mais comme nous l'avons (certes brièvement) rappelé, les ressources cognitives dévolues à une tâche d'apprentissage sont limitées. Dans la condition 3, ces ressources sont partagées entre la lecture en langue maternelle et la lecture en langue étrangère, ce qui dégrade quelque peu la compréhension du contenu. En revanche, cette condition est très favorable à la compréhension de la langue étrangère. Si l'objectif didactique est double (apprendre la langue et le contenu), cette condition conduit en moyenne à de meilleures performances. Dans des situations où la tâche est complexe, l'apprenant est amené à faire des compromis et à opérer des choix pour décider sur quels éléments de la tâche il fait porter son attention. Dans d'autres contextes, notamment en production de l'oral, c'est ce que les chercheurs (Skehan et Foster ; Ellis et Yuan) appellent l'effet « trade-off ». Le rôle du concepteur pédagogique est alors d'orienter les choix des apprenants en fonction des objectifs d'apprentissage.

27Concernant la compréhension de l'oral, nos expérimentations avaient pour objectif de reproduire à petite échelle une situation dans laquelle les étudiants sont exposés à un discours en langue étrangère (ce qui est le cas en contexte de type EMI). Encore une fois, si l'objectif est double, nos résultats montrent qu'accéder au contenu en langue maternelle conduit aux meilleures performances pour apprendre à la fois la langue et le contenu. On note une légère supériorité pour la condition dans laquelle les apprenants accèdent au contenu en langue maternelle avant d'y accéder en langue étrangère. De même disposer d'un support écrit en langue maternelle (dans notre expérimentation, sous forme de sous-titres) favorise, toujours en termes de compromis, à la fois l'apprentissage de la langue et du contenu. Toutes ces conclusions vont dans le sens des études qui prennent pour objet la place de la langue maternelle dans l'apprentissage de la langue étrangère (Soruç et al. ; Fujimoto-Adamson et Adamson). Ces chercheurs montrent qu'en contexte EMI, les étudiants sollicitent l'accès au contenu en langue maternelle et traduisent leurs notes pour mieux les comprendre.

28D'un point de vue théorique, on ne peut nier que l'immersion, sous forme d'un séjour à l'étranger ou d'un cours en langue étrangère par exemple, soit l'un des éléments qui contribue à l'apprentissage de la langue étrangère. Cependant il est assez risqué, surtout en milieu institutionnel de la considérer comme le seul levier. De la même manière, considérer la langue étrangère uniquement comme une connaissance secondaire ne tient pas. Puisque l'immersion joue un rôle important, dans l'apprentissage, il semble évident qu'il faille envisager que certaines acquisitions puissent avoir lieu de manière implicite et qu'en ce sens, la langue étrangère puisse parfois être considérée comme une connaissance primaire.

29Dans cet équilibre bien difficile à trouver, les enseignants de langue du secteur Lansad, qui travaillent dans un milieu où règnent les disciplines universitaires autres que les langues étrangères ont un rôle important à jouer. Tout cours en langue étrangère doit être soutenu par un cours de langue étrangère, un cours qui prend pour objectif explicite l'apprentissage de la langue étrangère. Pour la réussite de nos étudiants, notre rôle est de veiller à ce qu'internationalisation ne rime pas uniquement avec « cours en langue étrangère », mais bien avec « cours en langue étrangère et cours de langue étrangère » et de tenter dans la mesure du possible de travailler sur la nature de ce « et », de ce lien, en partenariat avec nos collègues des disciplines. Il s'agira bien de convaincre l'institution, lors de l'élaboration des maquettes des doubles diplômes, des parcours internationaux, etc. de prévoir des cours de langues en parallèle, voire adossés aux cours en langue étrangère et ce, même lorsque les contraintes de la soutenabilité financière s'en mêlent. Si le combat est bien loin d'être gagné, il mérite d'être mené.

Haut de page

Bibliographie

Adami, Hervé, et Véronique Leclerc. Éditeurs. Les migrants face aux langues des pays d’accueil : Acquisition en milieu naturel et formation. Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

Admiraal, Wilfried, et al. « Evaluation of Bilingual Secondary Education in the Netherlands: Students’ Language Proficiency in English 1. » Educational Research and Evaluation, vol. 12, no 1, 2006, pp. 75-93.

Airey, John. « 'I Don’t Teach Language': The Linguistic Attitudes of Physics Lecturers in Sweden. » AILA Review, vol. 25, 2012, pp. 64-79. Doi:10.1075/aila.25.05air.

Airey, John, et Cedric Linder. « Language and the Experience of Learning University Physics in Sweden. » European Journal of Physics, vol. 27, no 3, 2006, pp. 553-560.

Albero, Brigitte. « La pédagogie à l'université entre numérisation et massification. Apports et risques d'une mutation. » La pédagogie universitaire à l’heure du numérique, Questionnement et éclairage de la recherché, édité par Geneviève Lameul et Catherine Loisy, de Boeck, 2014, pp. 27-53.

Badertscher, Hans, et Thomas Bieri. Éditeurs. Wissenserwerb im content-and-language integrated learning. Haupt, 2009.

Bruner, Jerome Seymour. « The Role of Dialogue in Language Acquisition. » The Child's Conception of Language, édité par Anne Sinclair et al., 1978, pp. 241-256.

Bruton, Anthony. « Is CLIL so Beneficial, or Just Selective? Re-Evaluating Some of the Research. » System, vol. 39, no 4, décembre 2011, pp. 523-532.

---. « CLIL: Some of the Reasons Why … and Why Not. » System, vol. 41, no 3, 2013, pp. 587-597.

Bryk, Anthony S. « 2014 AERA Distinguished Lecture: Accelerating How We Learn to Improve. » Educational Researcher, vol. 44, no 9, 2015, pp. 467-477.

Cenoz, Jasone, et al. « Critical Analysis of CLIL: Taking Stock and Looking Forward. » Applied Linguistics, vol. 35, no 3, juillet 2014, pp. 243-262.

Chanquoy, Lucile, et al. La charge cognitive : théorie et applications. Armand Colin, 2007.

Costa, Francesca, et James A. Coleman. « Integrating Content and Language in Higher Education in Italy: Ongoing research. » International CLIL Research Journal, vol. 1, n° 3, 2010, pp.19-29.

Cowan, Nelson. « The Magical Mystery Four: How Is Working Memory Capacity Limited, and Why? » Current Directions in Psychological Science, vol. 19, no 1, 2010, pp. 51-57.

Coyle, Do, et al. CLIL: Content and Language Integrated Learning. Cambridge University Press, 2010.

Dafouz, Emma, et al. « ‘Surely They Can’t Do as Well’: A Comparison of Business Students’ Academic Performance in English-Medium and Spanish-as-First-Language-Medium Programmes. » Language and Education, vol. 28, no 3, 2014, pp. 223-236.

Dale, Liz, et Rosie Tanner. CLIL activities with CD-ROM: a resource for subject and language teachers. Cambridge University Press, 2012.

Dallinger, Sara, et al. « The Effect of Content and Language Integrated Learning on Students’ English and History Competences – Killing Two Birds with One Stone? » Learning and Instruction, vol. 41, 2016, pp. 23-31.

Dalton-Puffer, Christiane. Discourse in Content and Language Integrated Learning (CLIL) Classrooms. Vol. 20, John Benjamins Publishing Company, 2007.

---. « Content-and-Language Integrated Learning: From Practice to Principles? » Annual Review of Applied Linguistics, vol. 31, 2011, pp. 182-204.

Dalton-Puffer, Christiane, et al. « 'You Can Stand Under My Umbrella': Immersion, CLIL and Bilingual Education. A Response to Cenoz, Genesee & Gorter (2014). » Applied Linguistics, vol. 35, no 2, 2014, pp. 213-218.

Dearden, Julie. English as a Medium of Instruction – A Growing Global Phenomenon. The British Council, 2015

Dearden, Julie, et Ernesto Macaro. « Higher Education Teachers’ Attitudes towards English Medium Instruction: A Three-country Comparison. » Studies in Second Language Learning and Teaching, vol. 6, no 3, 2016, pp. 455-486.

Derivry-Plard, Martine, et al. Apprendre les langues à l’université au 21ème siècle. Éditions Riveneuve, 2013.

Derwing, Tracey M., et al. « A Longitudinal Study of ESL Learners’ Fluency and Comprehensibility Development. » Applied Linguistics, vol. 29, no 3, 2007, pp. 359-380.

Dewey, Dan P. « Japanese Vocabulary Acquisition by Learners in Three Contexts. » Frontiers: The Inderdisciplinary Journal of Study Abroad, vol. 15, 2008, pp. 127-148.

Doiz, Aintzane, et al. Éditeurs. English-Medium Instruction at Universities: Global Ghallenges. Multilingual Matters, 2013.

Elder, Catherine, et Kieran O'Loughlin. « Investigating the Relationship between Intensive English Language Study and Band Score Gain on IELTS. » IELTS Research Reports, vol. 4, report 6, 2003.

Ellis, Rod, et Fangyuan Yuan. « The Effect of Planning on Fluency, Complexity and accuracy in Second Language Narrative Writing. » Studies in Second Language Acquisition, vol. 26, no 1, 2004, pp. 59-84.

Erling, Elizabeth J., et Suzanne K. Hilgendorf. « Language Policies in the Context of German Higher Education. » Language Policy, vol. 5, no 3, 2006, pp. 267-293.

Fortanet-Gómez, Inmaculada. CLIL in Higher Education: Towards a Multilingual Language Policy. Multilingual Matters, 2013.

Foster, Pauline. « Lexical Diversity and Native-Like Selection: The Bonus of Studying Abroad. » Vocabulary Studies in First and Second Language Acquisition, édité par Brian Richards et al., Palgrave Macmillan UK, 2009, pp. 91-106.

Fujimoto-Adamson, Naoki, et Adamson, John. « From EFL to EMI: Hydrid practices in English as a medium of instruction in Japanese tertiary contexts. » Key Issues in English for Specific Purposes in Higher Education, edité par Yasemin Kırkgöz et Kenan Dikilitaş, English Language Education, Springer, 2018, pp. 201-221.

Gablasova, Dana. « Issues in the Assessment of Bilingually Educated Students: Expressing Subject Knowledge through L1 and L2. » The Language Learning Journal, vol. 42, no 2, 2014, pp. 151-64.

Gass, Susan, et Alison Mackey. « Input, Interaction and Output: an Overview. » Theories in Second Language Acquisition, édité par Bill VanPatten et JessicaWilliams, Erlbaum, 2007, pp. 175-199.

Geary, David. « Evolutionary Educational Psychology. » APA Educational Psychology Handbook, édité par Karen R. Harris et al., American Psychological Association, 2012, pp. 597-621.

Geary, David C., et Daniel B. Berch. « Evolution and Children’s Cognitive and Academic Development. » Evolutionary Perspectives on Child Development and Education, édité par David C. Geary et Daniel B. Berch, Springer International Publishing, 2016, pp. 217-249.

Hüttner, Julia, et Ute Smit. « CLIL (Content and Language Integrated Learning): The Bigger Picture. A Response to: A. Bruton. 2013. CLIL: Some of the Reasons Why … and Why Not. System 41 (2013): 587-597. » System, vol. 44, 2014, pp. 16067.

Ife, Anne, et al. « The Impact of Study Abroad on Vocabulary Development among Different Proficiency Groups. » Spanish Applied Linguistics, vol. 4, 2000, pp. 55-84.

Jäppinen, Aini-Kristiina. « Thinking and Content Learning of Mathematics and Science as Cognitional Development in Content and Language Integrated Learning (CLIL): Teaching Through a Foreign Language in Finland. » Language and Education, vol. 19, no 2, 2005, pp. 147-168.

Jiménez-Muñoz, Antonio José. « Measuring the Impact of CLIL on Language Skills: A CEFR Based Approach for Higher Education. » Language Value, no 6, 2014, pp. 28-50.

---. « Flipping Lectures: Analysing Student Workload in EMI Contexts. » Procedia - Social and Behavioral Sciences, vol. 212, 2015, pp. 35-41.

---. « Content and Language: The Impact of Pedagogical Designs on Academic Performance within Tertiary English as a Medium of Instruction. » Porta Linguarum, 2016, pp. 112-125.

Kinginger, Celeste. Éditeur. Social and Cultural Aspects of Language Learning in Study Abroad. Vol. 37, John Benjamins Publishing Company, 2013.

Krashen, Stephen D. The Input Hypothesis: Issues and Implications. Longman, 1985.

Krashen, Stephen D., et Tracy D. Terrell. The Natural Approach: Language Acquisition in the Classroom. Alemany Press, Regents/Prentice Hall, 1993.

Lameul, Geneviève et Loisy Catherine. Éditeurs. La pédagogie universitaire à l’heure du numérique. De Boeck, 2014.

Lo, Yuen Yi, et Victoria A. Murphy. « Vocabulary Knowledge and Growth in Immersion and Regular Language-Learning Programmes in Hong Kong. » Language and Education, vol. 24, no 3, 2010, pp. 215-238.

Macaro, Ernesto, et al. « A Systematic Review of English Medium Instruction in Higher Education. » Language Teaching, vol. 51, no 1, 2018, pp. 36-76.

Min, Qiusha, et al. « Integrating a Cloud Learning Environment into English-Medium Instruction to Enhance Non-Native English-Speaking Students’ Learning ». Innovations in Education and Teaching International, 2018, pp. 1-12.

Pagèze, Joanne, et David Lasagabaster. « Teacher Development for Teaching and Learning in English in a French Higher Education Context. » L’Analisi linguistica e letteraria. vol. 25, n° 2 supplemento, 2017, pp. 289-310.

Piesche, Nicole, et al. « CLIL for All? A Randomised Controlled Field Experiment with Sixth-Grade Students on the Effects of Content and Language Integrated Science Learning. » Learning and Instruction, vol. 44, 2016, pp. 108-116.

Rogier, Dawn. The effects of English-medium instruction on language proficiency of students enrolled in higher education in the UAE (Doctoral dissertation). University of Exeter, United Kingdom, 2012. https://ore.exeter.ac.uk/repository/bitstream/handle/10036/4482/RogierD.pdf?sequence=2.

Roussel, Stéphanie, et al. « Simultaneous Learning of Subject Content and a Foreign Language Should Not Ignore Human Cognitive Architecture: A Cognitive Load Theory Approach ». Learning and Instruction, vol. 52, 2017, pp. 69-79.

Ruiz de Zarobe, Yolanda. « CLIL and Foreign Language Learning: A Longitudinal Study in the Basque Country. » International CLIL Research Journal, vol. 2008, pp. 60-73.

Rumlich, Dominik. Evaluating Bilingual Education in Germany. Peter Lang, 2016.

Segalowitz, Norman, et Barbara F. Freed. « Context, Contact, and Cognition in Oral Fluency Acquisition: Learning Spanish in At Home and Study Abroad Contexts. » Studies in Second Language Acquisition, vol. 26, no 02, 2004, pp. 173-199.

Shohamy, Elana. « A Critical Perspective on the Use of English as a Medium of Instruction at Universities. » English-Medium Instruction at Universities, édité par Aintzane Doiz et al., Multilingual Matters, 2012, pp. 196-210.

Skehan, Peter, et Pauline Foster. « Task Type and Task Processing Conditions as Influences on Foreign Language Performance. » Language Teaching Research, vol. 1, no 3, 1997, pp. 185-211.

Soruç, Adem, et al. « Listening Comprehension Strategies of EMI Students in Turkey. » Key Issues in English for Specific Purposes in Higher Education, edité par Yasemin Kırkgöz et Kenan Dikilitaş, English Language Education, Springer, 2018,pp. 265–287.

Sweller, John, et al. Cognitive Load Theory. Springer, 2011.

Sweller, John. « Cognitive Load Theory, Evolutionary Educational Psychology, and Instructional Design. » Evolutionary Perspectives on Child Development and Education, édité par David C. Geary et Daniel B. Berch, Springer International Publishing, 2016, pp. 291-306.

Tatzl, Dietmar. « English-Medium Masters’ Programmes at an Austrian University of Applied Sciences: Attitudes, Experiences and Challenges. » Journal of English for Academic Purposes, vol. 10, no 4, 2011, pp. 252-270.

Van De Craen, Pierre, et al. « Why and How CLIL Works. An Outline for a CLIL Theory. » Vienna English Working papers, vol. 16, no 3, 2007, pp. 70-78.

Vandergrift, Larry, et Christine Chuen Meng Goh. Teaching and Learning Second Language Listening: Metacognition in Action. Routledge, 2012.

Verspoor, Marjolijn et al. « The Effects of English Bilingual Education in the Netherlands. » Journal of Immersion and Content-Based Language Education. vol. 3, n°1, 2015, pp. 4-27.

Haut de page

Notes

1 Notre proposition de traduction pour : « Simultaneously processing content and language might have put an overload on […] working memory capacity leading to smaller learning gains (cf. cognitive load theory, Sweller et al., 2011) » (Piesche et al. 114).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Performances au post-test de langue en fonction du niveau initial en langue étrangère, expérimentation 4 (compréhension de l'oral, score maximum de 30 points)
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/7162/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2. Performances au post-test de contenu en fonction du niveau initial en langue étrangère, expérimentation 4 (compréhension de l'oral, score maximum 15 points)
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/7162/img-2.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Roussel, « Apprendre un contenu disciplinaire en langue étrangère : enjeux politiques, théoriques et pratiques pour l'internationalisation des formations dans l'enseignement supérieur », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 38 N°2 | 2019, mis en ligne le 29 juin 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7162 ; DOI : 10.4000/apliut.7162

Haut de page

Auteur

Stéphanie Roussel

Stéphanie Roussel est maître de conférences en études germaniques à l’Université de Bordeaux. Ses travaux portent sur l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères à la lumière des recherches en psychologie cognitive.
stephanie.roussel@u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page