Navigation – Plan du site
Notes de pédagogie universitaire

L’international en IUT : pratiques pédagogiques et dispositifs pour une mobilité et formation sans frontières

Internationalisation in University Institutes of Technology: Pedagogical Practices and Schemes for a Training Programme without Borders
Francoise Wolf-Mandroux

Résumés

L’internationalisation des parcours suscite un vif intérêt de la part des étudiants et des enseignants. Pourtant, la motivation seule ne suffit pas à conduire à la mobilité. Après avoir défini l’« internationalisation » dans l’environnement de notre IUT tertiaire, quelques exemples réalisés conjointement avec les étudiants et les enseignants sont présentés. Des témoignages complètent ce panorama, suivi d’une analyse des dispositifs mis en place. Ces dispositifs d'internationalisation répondent-ils aux exigences de la pluralité des parcours universitaires et professionnels ? Facilitent-ils une meilleure insertion ? Les besoins accélérés de formation initiale, continue et en alternance ont considérablement évolué. Un tournant ministériel sans précédent replace/déplace l’apprentissage en France en 2018 dans une internationalisation inédite, avec des dispositifs transformés. Aurons-nous des réponses à un avenir plus que jamais globalisé ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Afin de développer l’internationalisation dans notre IUT (institut universitaire de technologie), un certain nombre de dispositifs ont été mis en place, par les enseignants et les étudiants. Pour les valoriser, un réseau et un site « Alumni » ont été créés à l’initiative d’étudiants dans le cadre de projets tutorés. Nous proposons de les présenter, d’apporter des témoignages et d’en faire un bilan.

1. Diversité et internationalisation des parcours tertiaires

2Il est impossible aujourd’hui d’envisager de former les étudiants sans mettre en place un parcours adapté et performant leur permettant d’être bien préparés pour pouvoir être compétitifs sur le marché du travail. L’international participe au présent, mais construit aussi l’avenir : celui des citoyens d’aujourd’hui et de demain. C’est le sens de la déclaration de Jo Ritzen, ancien ministre de l’Éducation aux Pays-Bas et responsable de l’ONG Empower European Universities1 (EEU) jusqu’en 2012 :

  • 2 Notre proposition de traduction pour : « Internationalisation will become more and more central in (...)

L’internationalisation devient de plus en plus centrale dans les universités, comme moyen pour les étudiants de développer une attitude internationale, une sensibilité culturelle et de devenir ainsi plus productifs et de meilleurs citoyens. C’est l’internationalisation de l’esprit, qui en fin de compte sera liée à la mobilité avec passion et plaisir2. (Ritzen 59)

1.1. L’IUT de Sceaux, Université Paris Sud/Saclay

3L’IUT de Sceaux participe à l’internationalisation des formations et nous allons préciser les dispositifs mis en place pour atteindre cet objectif. C’est un IUT tertiaire, comprenant 1600 étudiants, 60 enseignants et chercheurs, de nombreux professionnels et des vacataires (surtout en langues). Deux DUT (diplôme universitaire de technologie) y sont préparés, l’un en gestion des entreprises et administrations (GEA) et l’autre en techniques de commercialisation (TC). On compte sept licences professionnelles avec dix parcours au total, dont certains adossés à l’international. La mobilité s’effectue au semestre 4, au semestre 6 ou en DUETI (diplôme universitaire d’études technologiques internationales, post-DUT).

1.2. Politique européenne et internationale

4Les orientations et les choix sont définis en fonction de l’environnement de notre IUT, mais pas seulement. Ils reposent aussi sur une politique européenne et internationale (Laforest), sur l’évolution des programmes existant à ces niveaux, et particulièrement des programmes Erasmus et Erasmus + en Europe. Comme le montre la figure 1, en 30 ans de programme Erasmus (1987-2017), quelques chiffres rappellent l’impact de la mobilité internationale et son caractère irréversible dans l’intégration des parcours universitaires.

Figure 1. Evolution Erasmus

Figure 1. Evolution Erasmus

Source : Agence Erasmus +, rapport d’activités 2016, https://orientactuel.centre-inffo.fr/​Quelles-evolutions-pour-Erasmus-a.html

5Actuellement, l’IUT de Sceaux propose 23 destinations à l’étranger (Europe, Asie, Canada et Amérique Latine).

2. Les dispositifs mis en place

6Une mobilité internationale est un facteur de meilleure employabilité (Truchot). C’est un atout indéniable qui se retrouve dans de nombreuses études, notamment celles de la commission européenne3. Pour répondre à la fois aux demandes de nos étudiants et des partenaires, tout en ouvrant davantage l’internationalisation des parcours, nous avons opté pour une grande diversité de l’offre de formation et de mobilité.

2.1. La licence professionnelle « Commerce international des produits de luxe »

7Depuis plusieurs années, un cursus tout en anglais est adossé à la licence professionnelle « Commerce international des produits de luxe »4, cursus qui se déroule au semestre 6 et qui permet d’accueillir ensemble étudiants français et étudiants internationaux. Une immersion interculturelle avec un public international se fait donc en France, avec toute la richesse des échanges, du travail et des activités culturelles.

2.2. Le DUETI

8En 2014, un DUETI a été mis en place à l’IUT de Sceaux. En quatre ans, plus d’une centaine d’étudiants se sont inscrits, ce qui a fait nettement croître la mobilité internationale à l’IUT. Pour diversifier les parcours et répondre à la demande croissante du DUETI, nouvellement mis en place, nous sommes passés de cinq à vingt-trois partenariats sur cette période. Pour ce faire, nous avons lancé plusieurs initiatives : connaître les accords-cadres de l’Université en Europe et en dehors, ainsi que les accords par composante (Québec), pour signer notre propre convention sans refaire tout le processus ; prendre contact avec des représentants des Relations Internationales lors de conférences et formations internationales (Suisse, Pays-Bas, Portugal) ; utiliser le réseau sur place d’un étudiant parti étudier à l’étranger par ses propres moyens (Irlande), sans partenariat avec l’IUT ; demander à être introduit par notre propre partenaire dans une institution similaire aux nôtres (Finlande) ; répondre à la demande de l’université d’un étudiant entrant du programme de l’ADIUT (Mexique) ; accueillir des demandes spontanées et rencontrer les interlocuteurs (Malaisie, Chine) en France ou chez eux ; partager les bonnes pratiques du réseau ADIUT/RI.

9Pourquoi une telle attractivité du DUETI ? Dans un IUT tertiaire, les possibilités d’études post-DUT, donc équivalentes à la L3, sont nombreuses et les cursus de l’IUT tournés vers l’international également. L’enseignement des langues de spécialité renforce cette attractivité, de même que l’immersion linguistique et culturelle dont les étudiants bénéficient en mobilité. De nombreux étudiants post-DUETI restent attachés à la poursuite d’études, principalement dans des écoles de commerce ou en master après l’obtention du DUETI et/ou une licence. Les enseignements reçus à l’étranger et la bonne maîtrise d’une ou de deux langues étrangères restent des atouts indéniables pour réussir les concours et des études longues.

2.3. Mobilités entrantes : mieux accueillir et former grâce à des parcours sur mesure

  • 5 Le coût du DU FLE a été fixé par l’université à 4 500 € pour les 3 ans.

10Un diplôme universitaire « français langue étrangère » (DU FLE) a été mis en place pour des étudiants chinois5. Ce parcours comporte la langue de spécialité ou le « français sur objectifs spécifiques » (FOS), afin de favoriser la réussite de ces étudiants chinois en formation initiale. Pour célébrer les dix ans de la création de ce programme de DU FLE, les anciens étudiants chinois ont témoigné de leur réussite professionnelle (voir site RAMI ci-dessous), sans éluder leurs difficultés mais tout en expliquant comment ils les avaient surmontées au sein de l’IUT. Pour les partenaires chinois et les familles, c’est également un souvenir et une fierté. Des étudiants Erasmus témoignent également sur le site.

11Pour diversifier toujours davantage l’offre de formation, nous avons également mis en place un séjour court de quinze jours, ou Summer Course6. Notre partenaire chinois, la Beijing National University, souhaitait un enseignement de droit international pour ses étudiants en 3e année de licence. Compte tenu de leur niveau de français insuffisant pour une langue de spécialité, les enseignements se sont déroulés en anglais grâce à nos enseignants qui se sont adaptés à ces objectifs pédagogiques et ont même souligné dans leur bilan l’intérêt et le plaisir qu’ils ont eus à enseigner en anglais. Cet enseignement s’apparente à l’enseignement d’une matière intégrée à une langue étrangère (Emile), qui est un cadre pédagogique tout à fait approprié en IUT et pour des publics internationaux. Cependant, c’est en effet un défi à relever pour bon nombre d’enseignants non anglicistes mais spécialistes de disciplines (Goullier et al.).

  • 7 Coût du séjour : 400 € par étudiant, voyage et hébergement non compris

12Nous proposons également depuis les années 2010 un séminaire intitulé « Diversity Management », organisé avec l’université partenaire finlandaise7. Il s’adresse à des étudiants finlandais de master en formation continue. C’est également un projet tutoré, ce qui permet une meilleure implication des étudiants français de formation continue. Des conférences en anglais sont assurées par des intervenants (enseignants et professionnels) et des ateliers en anglais sont organisés entre étudiants français et finlandais.

13Les étudiants du projet tutoré RAMI ont recueilli le témoignage de « LP », une étudiante finlandaise venue en janvier 2017 qui a connu quelques difficultés en arrivant en France. Voici leur analyse :

« Il arrive parfois que des mobilités ne fonctionnent finalement pas, mais ces échecs ne sont pas négatifs car ils sont source d’expérience et donc d’apprentissage. Le cas de L nous montre également qu’une mobilité se prépare ; il faut être sûr de soi et partir quand on se sent prêt. »

3. Impliquer les étudiants

3.1. La création du site « Réseau alumni mobilité internationale » (RAMI)

14L’idée initiale a consisté à impliquer les étudiants, sous forme de projet tutoré, dans les activités tournées vers l’international. Le site RAMI8 a ainsi été créé en 2016 pour recueillir les témoignages des étudiants9 entrants et sortants, mais aussi des acteurs économiques du monde professionnel et universitaire impliqués.

  • 10 Ce projet tutoré n’a que deux ans et toutes les fiches n’ont pas été complétées : chaque année, un (...)

15Nous avons créé avec les étudiants deux grandes rubriques sur RAMI : une pour la mobilité sortante et une pour la mobilité entrante. Dans chacune, une carte du pays permet de situer la destination, des fiches de conseils et d’informations pratiques sur le pays sont disponibles et le lien vers l’université partenaire10 indiqué, ainsi que des témoignages.

16Lors de la deuxième année du projet tutoré (2017-18), l’un des trois groupes engagés pour l’année a eu l’idée d’élargir le site aux réseaux sociaux. Cette réalisation a permis de mettre davantage les étudiants au cœur de la mobilité internationale et d’échanger entre eux sous forme de messages, de vidéos, de photos ou même de blogs11.

3.2. Mobilités sortantes : impliquer les étudiants et les inciter à partir

17En diversifiant la durée de leur mobilité d’études, d’un semestre à un an avec le DUETI, nous avons constaté que les étudiants étaient plus motivés et bénéficiaient d’une nouvelle chance de participer à une mobilité internationale : ils peuvent soit penser à effectuer leur stage à l’étranger pendant deux à trois mois à la suite de leur mobilité d’études, ou soit décrocher leur DUT et s’orienter l’année suivante vers le DUETI pour un an. Quelle que soit la durée de la mobilité, les bénéfices qu’en retirent les étudiants ressortent de tous les témoignages. Voici celui de l’étudiante « LK », partie en Erasmus pour études en semestre 4, à Valladolid en Espagne : « être curieux, s’ouvrir aux autres, dépasser ses peurs, être autonome, des qualités utiles pour le monde du travail plus tard ». « AH », une de ses camarades partie également en Espagne avec elle, témoigne : « Ce voyage m’a transformée car chaque jour je suis confrontée à des choix et je dois prendre de bonnes décisions ».

18Dans le cadre du partenariat avec Chicoutimi au Canada, les étudiants qui partent un an en DUETI peuvent également s’inscrire en Bachelor, ce qui leur permet d’obtenir un double diplôme. Le Bachelor canadien est l’équivalent d’une licence et il est reconnu internationalement : les étudiants auront donc bénéficié d’une année d’études à l’étranger validé par un diplôme leur permettant de poursuive leurs études où ils veulent. Même avec un coût supplémentaire de 2 500 € pour le Bachelor, presque tous les étudiants choisissent de s’y inscrire. Ils expliquent qu’ils trouvent facilement un travail étudiant et que le Bachelor leur permet de poursuivre leurs études au Canada, voire de s’y installer et d’y travailler.

19Ceux qui préparent un DUETI dans un autre pays partenaire n’ont rien à payer pour leurs études, comme dans tout échange universitaire inscrit dans un accord bilatéral. Ils doivent simplement s’acquitter d’un montant de 640 € à l’IUT, ce qui leur garantit les droits de sécurité sociale et les avantages du statut étudiant. Tout comme les étudiants Erasmus, ils peuvent bénéficier d’aides à la mobilité dispensées par l’Université et réactualisées chaque année. Les sommes varient en fonction de la situation financière de l’étudiant (boursier ou non boursier) et incluent des aides locales, régionales et/ou européennes. Elles sont disponibles sur le site de l’université12 : elles s’échelonnent de 250 à 600 € par mois selon la destination (aide au voyage), la durée du séjour, la mobilité (études ou stage) et autres critères.

3.3. Créativité et engagement des associations étudiantes

20L’engagement très actif des associations étudiantes est également à souligner. Ainsi, Air’Asmus13 a été créé en 2013. Chaque année, une équipe d’étudiants se charge d’accueillir les étudiants entrants. Une page Facebook14 permet à tous de s’informer et de témoigner. Air’Asmus travaille avec l’association Tandem15, son homologue pour l’Université Paris Sud/Saclay.

21Des vidéos promotionnelles ont été réalisées pour inciter à la mobilité internationale16. Celle de 2013-14 avait pour titre « Les études à l’étranger : à quoi s’attendre ? ».

Figure 2. Exemple de vidéo réalisée par les étudiants pour inciter à la mobilité sortante : « Les études à l’étranger : à quoi s’attendre ? »

Figure 2. Exemple de vidéo réalisée par les étudiants pour inciter à la mobilité sortante : « Les études à l’étranger : à quoi s’attendre ? »

Source : impression d’écran (1’59), http://reseauxalumni.wixsite.com/sceaux/ressources

22Des étudiants organisent aussi une « journée internationale » en choisissant un pays et invitent des membres d’une ambassade, des chefs d’entreprise, des créateurs, des danseurs, des anciens étudiants, …. Des conférences et débats sont organisés.

23Chaque année, lors d’une présentation en amphi des partenariats et des possibilités de mobilités internationales, d’anciens étudiants viennent témoigner de leurs expériences à l’étranger, relayées sur RAMI.

4. Bilan de ces expériences

4.1. Des dispositifs fructueux

24Une des forces de ces dispositifs réside dans la diversité des propositions. Pour les étudiants, l’intégration des parcours de mobilité dans un cursus est un atout : validation en ECTS (European Credits Transfer System) équivalences des enseignements suivis en S4 ou S6 ; mise en place du DUETI avec l’équivalence en ECTS d’une licence ou un double diplôme comme pour le Canada ; choix plus large de poursuite d’études en France ou à l’étranger ; aisance linguistique, développement de compétences « comportementales » (soft skills) meilleure adaptabilité et confiance en soi, propositions d’emploi à l’international, pour n’en citer que quelques-uns (Aerden). La valorisation des expériences à l’international a suscité une mobilité croissante. En treize ans, l’IUT est passé de dix étudiants sortants à 85 (dont 42 en DUETI), de 4 étudiants entrants à 25 (avec 165 étudiants chinois en DU FLE, de 2007 à 2017), de 5 partenariats à 23, sans compter les initiatives de séjours courts et les projets tutorés, qui impliquent un bon nombre d’étudiants, entrants et sortants, et le personnel enseignant et administratif.

25Les associations étudiantes (Air’Asmus, Tandem, …) et les divers projets tutorés, dynamisent l’accueil des étudiants internationaux et permettent aux étudiants nationaux de s’impliquer sur place.

  • 17 La DRI accorde un bonus international lors de déplacements ou de projets internationaux, qui varie (...)

26La mise en réseau et son suivi sont un facteur déterminant à tous les niveaux entre étudiants, membres du personnel, partenaires, la direction des relations internationales (DRI) de l’université17 et les composantes, de même que l’intégration dans un réseau international déjà existant, comme l’Assemblée des Directeurs d’IUT (ADIUT).

  • 18 <https://ressources.campusfrance.org/publi_institu/etude_prospect/mobilite_continent/fr/note_12_hs_fr.pdf>

27La diversité des langues enseignées (anglais, allemand, espagnol, chinois, italien et français langue étrangère) et les modules d’interculturalité dans les cursus témoignent de cette volonté de former au mieux les futurs candidats à l’international. La mobilité contribue fortement aux progrès linguistiques, à la découverte d’autres cultures et à une meilleure connaissance de soi et des autres. Ce sont les axes prioritaires qui ressortent des études sur la mobilité internationale et qui recueillent les pourcentages les plus élevés (Craciun et Orosz). C’est la force de l’immersion et des soft skills qui en découlent et que les établissements universitaires tout comme les entreprises essaient de développer. Une étude de Campus France montre que les étudiants asiatiques qui viennent en France donnent priorité à l’apprentissage du français en immersion, à la dimension culturelle et à l’ouverture sur le monde, ainsi qu'à l’enrichissement personnel qui leur permettra de favoriser leur insertion professionnelle18.

4.2. Des axes à renforcer

28Certains projets ne voient pas le jour ou sont abandonnés par manque de moyens financiers et humains. Les déplacements à l’étranger ne donnent pas lieu pour le personnel à une reconnaissance de mobilité et sont contraints par leurs emplois du temps chargés.

29Aucun parcours de mobilité au cours des études n’étant obligatoire, il est difficile de pousser des étudiants qui hésiteraient à partir. Par ailleurs, le choix de la période de mobilité (S4 et S6, post-DUT : DUETI) correspond à l’année des concours, ce qui dissuade un bon nombre d’étudiants de partir. En dehors du tutorat qui fonctionne bien en général, un parrainage entre étudiants entrants et français (« Buddy System ») a déjà fait ses preuves.

30Pour les déplacements des enseignants-chercheurs concernant les activités de recherche rattachées à leur laboratoire, aucune remontée n’est enregistrée. Pourtant, leurs déplacements concernent très souvent l’international. Prendre contact avec l’université partenaire est l’occasion de rappeler le partenariat et la possibilité de rencontrer d’autres enseignants et acteurs de l’international.

31Le montage de projets européens et internationaux reste difficile car les enseignants et personnels n’ont pas les compétences requises. Cela engendre la perte non négligeable de financements possibles (Robin et al.).

32Des leviers ont été mis en place : l’ADIUT/RI et son réseau, la création du DUETI et la diversité de l’offre de formation initiale, continue et en apprentissage. La demande en DUETI est de plus en plus importante, car c’est le seul diplôme international. La diversité des spécialités en IUT est un atout par rapport à la longueur des études en université (de la L3 au doctorat). Ces points forts qu’offrent les IUT sont à développer.

4.3. Des difficultés à surmonter pour favoriser une meilleure employabilité

  • 19 <https://www.google.com/search?q=Forum%2C+EAIE%2C+Employability&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab>

33Ce que toute institution souhaite, dans la mise en place de dispositifs de mobilité internationale, c’est de former les étudiants, à une meilleure employabilité19. Comme le souligne Lewandowski ce n’est pas parce qu’il y a unanimité dans l’enseignement supérieur et une « quasi-obligation » de l’international, qu’il faut pour autant occulter les difficultés à le mettre en place. À la suite de Lewandowksi, toutes formations confondues, certaines difficultés nous paraissent semblables :

  • quelle évaluation des étudiants d’un accord à un autre ou d’une université à une autre ?

  • comment augmenter le nombre d’étudiants internationaux pouvant bénéficier d’études à l’étranger ?

  • comment garantir la qualité des enseignements dans chaque pays ?

  • comment préserver la diversité linguistique et ne pas se limiter à l’anglais comme langue d’enseignement ?

  • quel coût financier pour la mobilité internationale et qui finance ?

  • quelles sont la politique de recrutement des employeurs et les attentes des étudiants futurs employés ?

  • comment réduire les inégalités et renforcer la solidarité envers les pays les plus pauvres ?

4.4. Atouts des IUT

  • 20 <http://www.cpu.fr/actualite/accompagner-les-etudiants-francais-et-etrangers-sur-lensemble-de-leur-parcours-de-mobilite>

34Pour renforcer l’internationalisation des parcours, les IUT ont des atouts de premier plan : la variété des formations et des spécialités (plus d’une centaine d’IUT en France), la présence d’un réseau actif par l’ADIUT/RI, en lien avec d’autres réseaux européens et internationaux (Erasmus Student Network), la création du « modèle » IUT à l’étranger par des demandes à l’international (ex: Algérie, Liban,…), l’intégration dans les universités par l’accord-cadre avec la CPU en 2013, « l’Europe des Universités » en mars 2018, et la liste n’est pas exhaustive. Une des questions qui se pose aujourd’hui : « Dans quelle mesure la mobilité étudiante peut-elle répondre à la crise de confiance que traverse l’Europe? »20

Conclusion

35Les perspectives pour 2020 nous conduisent à élargir notre réflexion (Proctor et Rumbley) :

  • mieux prendre en compte la dimension sociale corrélée à l'éducation et à la formation tout au long de la vie ;

  • favoriser un enseignement conçu selon une approche centrée sur les connaissances et les compétences, ainsi que l'insertion professionnelle des étudiants à l'issue de leur formation ;

  • accroître l'ouverture internationale des établissements et développer la mobilité qui devrait être la marque distinctive de l'espace européen de l'enseignement supérieur (Deyrich).

36A ce titre, d'ici à 2020, nous préconiserions :

  • qu’au moins 20 % des diplômés devront avoir bénéficié d'une période d'études ou de formation à l'étranger ;

  • qu’il faudra suivre le développement d'outils qui fournissent des informations plus détaillées et plus transparentes sur les établissements d'enseignement supérieur.

37Il est parfaitement établi et reconnu que la mobilité contribue fortement à renforcer la citoyenneté européenne et internationale, ainsi que la diversité sous toutes ses formes : ethnique, religieuse, culturelle et socio-économique. Comme le souligne Teekens

  • 21 Notre proposition de traduction pour: « At most universities in this part of the world, life withou (...)

Dans la plupart des universités de cette partie du monde, la vie sans la classe internationale est maintenant inconcevable21. (Teekens 227)

Haut de page

Bibliographie

Aerden, Axel. A Guide to Assessing the Quality of Internationalization. European Consortium for Accreditation, 2014.

Craciun, Daniela, et Kata Orosz. Évaluation des coûts et des avantages des partenariats transnationaux dans l'enseignement supérieur : que savons-nous jusqu'à présent ? Office des publications de l'Union européenne, 2019.

Deyrich, Marie-Christine et al. Coord. Internationalisation de la formation des enseignants du supérieur : contextes et impacts. Éducation comparée, vol. 15, 2016.

Goullier, Francis, et al. The Language Dimension in All Subjects: A Handbook for Curriculum Development, 2015. www.ecml.at/coe-docs/language-dimensions-subjects-EN.pdf

Laforest, Mario et al., éditeurs. Réflexions sur l'internationalisation du monde universitaire : points de vue d'acteurs. Éditions des archives contemporaines, 2015.

Lewandowski, Jean-Claude. « Les métamorphoses de l’enseignement supérieur. » Le Monde, Blog, Focus Campus, 14 juin 2014.

Proctor, Douglas, et Laura. E. Rumbley. Éditeurs. The Future Agenda for Internationalization in Higher Education : Next Generation Insights into Research, Policy And Practice. Routledge, 2018.

Ritzen, Jo. « From the New World. » Possible Futures. The Next 25 Years of the Internationalisation of Higher Education, édité par Hans de Wit et al., European Association for International Education, pp. 58-59, 2013.

Robin, Vincent, et al. Directeurs. Formation des enseignants : répondre aux défis de l’internationalisation : mise en perspective du dispositif PEERS, Programme d’Étudiants et Enseignants Chercheurs en Réseaux Sociaux. EME Editions, 2017.

Teekens, Hanneke. 2013. « Internationalisation at Home: Which Way does the Compass Point on the Journey Home? » Possible Futures. The Next 25 years of the Internationalisation of Higher Education, édité par Hans de Wit et al., European Association for International Education, pp. 227-229, 2013.

Truchot, Claude. Quelles langues parle-t-on dans les entreprises en France ? Les langues au travail dans les entreprises internationales. Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Privat, octobre 2015.

Haut de page

Notes

1 http://empowereu.merit.unu.edu/

2 Notre proposition de traduction pour : « Internationalisation will become more and more central in universities as a means for students to develop an international attitude, to develop cultural sensitivity and to become in that way more productive as well as better citizens. This is internationalisation of the mind, which will be linked to mobility at the end with passion and pleasure. » (Ritzen 59)

3 http://sepie.es/doc/comunicacion/publicaciones/erasmus-impact_fr.pdf

4 http://www.iut-sceaux.u-psud.fr/fr/formations2/formation-initiale/lp-commerce-international-des-produits-de-luxe.html

5 Le coût du DU FLE a été fixé par l’université à 4 500 € pour les 3 ans.

6 http://reseauxalumni.wixsite.com/sceaux/summer-course Coût du séjour: 2 000 euros par personne, voyage non compris

7 Coût du séjour : 400 € par étudiant, voyage et hébergement non compris

8 https://reseauxalumni.wixsite.com/sceaux

9 https://reseauxalumni.wixsite.com/sceaux/finlande

10 Ce projet tutoré n’a que deux ans et toutes les fiches n’ont pas été complétées : chaque année, un à trois groupes travaillent sur RAMI et définissent leurs objectifs. Cela permet de faire avancer le réseau et le site en créant de nouvelles rubriques et en apportant de nouveaux témoignages.

11 Voici un exemple de blog : https://erasmuswolverhampton.wordpress.com/

12 http://www.u-psud.fr/fr/international/etudiants-de-paris-sud/financements.html

13 http://www.airasmus.asso.u-psud.fr/?page_id=83

14 https://www.facebook.com/groups/176621622539171/?fref=ts

15 http://www.u-psud.fr/fr/international/etudiants-de-paris-sud/tandem.html

16 http://reseauxalumni.wixsite.com/sceaux/ressources

17 La DRI accorde un bonus international lors de déplacements ou de projets internationaux, qui varie en fonction du projet (de 150€ à 600€). http://www.u-psud.fr/fr/international/etudiants-de-paris-sud/financements.html

18 <https://ressources.campusfrance.org/publi_institu/etude_prospect/mobilite_continent/fr/note_12_hs_fr.pdf>

19 <https://www.google.com/search?q=Forum%2C+EAIE%2C+Employability&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab>

20 <http://www.cpu.fr/actualite/accompagner-les-etudiants-francais-et-etrangers-sur-lensemble-de-leur-parcours-de-mobilite>

21 Notre proposition de traduction pour: « At most universities in this part of the world, life without the international classroom is now inconceivable. » (Teekens 227)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Evolution Erasmus
Crédits Source : Agence Erasmus +, rapport d’activités 2016, https://orientactuel.centre-inffo.fr/​Quelles-evolutions-pour-Erasmus-a.html
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/7227/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 2. Exemple de vidéo réalisée par les étudiants pour inciter à la mobilité sortante : « Les études à l’étranger : à quoi s’attendre ? »
Légende Source : impression d’écran (1’59), http://reseauxalumni.wixsite.com/sceaux/ressources
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/7227/img-2.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francoise Wolf-Mandroux, « L’international en IUT : pratiques pédagogiques et dispositifs pour une mobilité et formation sans frontières », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 38 N°2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7227 ; DOI : 10.4000/apliut.7227

Haut de page

Auteur

Francoise Wolf-Mandroux

Francoise Wolf-Mandroux est maître de conférences en anglais à l’IUT de Sceaux (université Paris Sud/Saclay) et a été responsable des relations internationales de 2013 à 2018. Elle enseigne l’anglais des affaires et le FLE et est membre du laboratoire Plidam (« Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations ») de l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales).
francoise.wolf-mandroux@u-psud.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page