Navigation – Plan du site
Recensions

Betty Leask, Internationalizing the Curriculum

Internationalization in Higher Education Series Routledge, 2015
Anne-Marie Barrault-Méthy
Référence(s) :

Betty, Leask. Internationalizing the Curriculum. Internationalization in Higher Education Series Routledge, 2015, 202 pages, ISBN 978-0-415-72815-7

Texte intégral

1Dans cet ouvrage paru au moment où se terminait le projet européen IntlUni sur les défis de l’internationalisation dans l’espace universitaire multilingue et multiculturel et dont l’auteur faisait partie des invités de la conférence de clôture, Betty Leask offre une perspective extra-européenne fondée sur une recherche-action. A l’université La Trobe, à Melbourne, en Australie, le Professeur Leask est titulaire d’une chaire d’internationalisation et d’un mandat de vice-présidente chargée de l’enseignement. Ce livre résulte d’un concours national organisé par l’Etat fédéral australien et dont l’auteur a été lauréate. Le concept d’internationalisation fait particulièrement sens en Australie pour des raisons qui tiennent à la fois à l’économie et à la culture (Koppe). Du point de vue économique d’abord, l’enseignement supérieur est la première industrie d’Australie à l’exportation, l’afflux d’étudiants étrangers ayant permis de compenser le désengagement de l’Etat du financement des universités aux niveaux fédéral et fédéré intervenu depuis 1987. Du point de vue culturel ensuite, dans le modèle anglo-saxon de capitalisme social, l’université est, par excellence, le lieu où s’incarnent les principes de responsabilité individuelle et de concurrence. Le thème de l’internationalisation de l’enseignement supérieur est largement couvert par la littérature scientifique des pays anglo-saxons, comme le montre la bibliographie à la fin de l’ouvrage. L’auteur de sa préface, Elspeth Jones, est Professeur émérite d’internationalisation de l’enseignement supérieur à l’université Beckett à Leeds, au Royaume Uni, et directrice de la collection Internationalization in Higher Education dans laquelle est publié le livre. Cette première édition est actuellement disponible en France en version reliée et au format e-book.

2La réponse à la question « comment transformer en atout pour l’enseignement la diversité ethnoculturelle des campus ? » se déploie en trois parties et un appendice. La première partie définit les concepts, la deuxième évoque des considérations pratiques et la troisième contient un guide et des études de cas. En appendice, on trouve une boîte à outils avec un instrument d’autodiagnostic fondé sur six critères de bonne pratique, des adresses de sites internet de trois projets nationaux sur des thèmes connexes et six références théoriques.

3Dans un premier chapitre introductif, Leask indique que l’internationalisation doit être pensée différemment selon les contextes nationaux et que la recherche montre le besoin d’une démarche comparative. L’internationalisation des contenus peut être vue soit comme un processus, soit comme un résultat et n’est pas réductible à la présence d’étudiants étrangers ou à la localisation en pays étranger de programmes d’enseignements dans le cadre d’une politique de site. De même, l’internationalisation des contenus ne peut se réduire à une mobilité des étudiants qui, parfois, se contente de renforcer préjugés et stéréotypes, ni non plus à la création de contenus standardisés. On observe certaines tendances par-delà la pluralité des interprétations de l’internationalisation des enseignements à travers le monde. On peut citer, par exemple, le besoin de développer chez les étudiants la capacité d’intégrer les standards professionnels internationaux, d’accepter la diversité des points de vue, méthodes et cultures, de relativiser leur propre culture et de se percevoir comme citoyen d’un monde dont ils peuvent contribuer à relever les défis. Leask note aussi la propension de la recherche à distinguer les sciences dures, peut-être plus propices à l’internationalisation des contenus, des sciences humaines. Finalement, l’internationalisation reviendrait à transformer plus les objectifs que les dispositifs.

  • 1 Cette proposition de traduction pour le concept de « internationalisation at home » émane de Knight (...)

4Le deuxième chapitre vise à répondre aux opposants à l’internationalisation des contenus. Les universités sont à la fois les vecteurs et les produits de la mondialisation. L’internationalisation à domicile1 est déjà largement pratiquée grâce aux outils numériques d’enseignement, de communication et de télécollaboration. L’augmentation du nombre d’étudiants étrangers n’a pas en elle-même généré la tolérance, la compréhension mutuelle et les amitiés profondes et durables avec les étudiants locaux que l’on escomptait. Il reste maintenant à faire entrer l’internationalisation dans les objectifs des programmes de tous les étudiants, et pas seulement de ceux concernés par les départs en mobilité. C’est aussi aux disciplines, lorsqu’elles élaborent les programmes, de se saisir, comme elles le font trop rarement, de la critique de l’internationalisation comme forme avancée de colonisation qui s’exerce au détriment des économies et des identités nationales de pays dits du « sud » (Afrique, Amérique latine, Moyen-Orient, certains pays d’Asie). Enfin, il est de la responsabilité des universités de former des citoyens du monde.

5Leask présente son cadre conceptuel dans le troisième chapitre. Les disciplines, en tant que communautés organisées internationalement, y forment l’unité de base. Ce sont elles qui déclinent le savoir en termes d’objectifs, de programmes et d’évaluations aux niveaux supranational, national, régional, local et institutionnel en fonction de paradigmes évolutifs. S’appuyant sur la recherche, l’auteur préconise aux communautés disciplinaires d’accepter d’être bousculées dans toutes leurs activités et à tous les niveaux de gouvernance par ces nouveaux paradigmes. Le chapitre se clôt sur le récit de la mise en œuvre de ces recommandations dans des cursus de journalisme, de comptabilité et de relations publiques dans plusieurs universités.

6Le quatrième chapitre présente un mode opératoire en cinq étapes avec une boucle de rétroaction. Une équipe se réunit pour établir un diagnostic et un plan d’action, identifier les facilitateurs et les obstacles, négocier la place de chacun et suggérer des tâches. L’auteur recense les sujets des discussions entre membres du groupe de travail et formule des recommandations.

7Le cinquième chapitre précise trois concepts liés à l’internationalisation des enseignements, objectifs de formation, citoyenneté globale et compétence interculturelle. L’auteur s’appuie sur les sites institutionnels et sur son expérience à l’Université d’Australie du Sud (University of South Australia) et indique que ces objectifs permettent d’établir des cadres logiques utiles à l’enseignement et à l’évaluation des formations. Elle admet que le concept de citoyenneté globale est critiqué : il serait vague et sans substance, introduirait une comparaison artificielle avec la citoyenneté nationale, qui suppose l’acceptation par un Etat-nation, et masquerait l’enjeu de la domination d’une élite transnationale. Leask estime qu’il existe cependant un consensus sur la dimension éthique liée au concept et constate que la recherche fait de plus en plus état de la nécessaire responsabilité sociale des universités. Tout aussi problématique est le concept de compétence interculturelle : la capacité à agir dans une culture ne préjuge pas de celle d’agir dans une autre culture, la place des langues reste à définir, et la notion même de compétence ne peut être appréciée que par rapport à des valeurs. Leask présente son propre cadre logique d’analyse des compétences interculturelles.

8La deuxième partie de l’ouvrage, subdivisée en trois chapitres, est conçue comme un guide. Le sixième chapitre traite de la planification des contenus et des activités. Leask y recommande de formuler des objectifs au niveau de l’institution, du diplôme et du cours dans un langage accessible aux étudiants, de réécrire les objectifs existants en tenant compte de l’hétérogénéité des contextes internationaux et en associant étroitement les disciplines aux reformulations et de définir avec réalisme les savoirs procéduraux à acquérir. Cette partie se clôt sur un mémorandum de questions à traiter. Concernant la planification des activités d’enseignement, l’auteur donne des pistes fondées sur la recherche et renvoie à l’appendice. Pour développer l’apprentissage par la pratique, elle propose des activités d’apprentissage comme des projets impliquant des minorités ethnoculturelles, des eTwinnings, des conférences d’un expert international en mode synchrone ou asynchrone, des interprétations d’un même événement à travers plusieurs prismes culturels, des rédactions de politiques destinées à avantager certains groupes ethnoculturels, de faire réfléchir les étudiants sur leurs propres comportements culturellement inadaptés, tout en favorisant la rétroaction des pairs.

9Le septième chapitre suggère de mettre à profit la présence des étudiants internationaux. Ayant énoncé les principes qui fondent la qualité dans enseignement, Leask recommande de demander aux étudiants d’établir leur profil culturel individuel au moyen d’un questionnaire. Elle présente six principes pour guider enseignants et institutions à faciliter l’apprentissage des étudiants internationaux : diversifier les formes d’apprentissage, prendre en compte la diversité ethnoculturelle dans les contenus et le travail de groupe, fournir des aides méthodologiques, s’engager individuellement dans une démarche de développement de ses compétences d’enseignement et questionner les cadrages institutionnels à l’université et en dehors. L’énoncé de ces principes est suivi d’exemples concrets d’activités.

10Le huitième chapitre porte sur les aspects politiques de l’internationalisation. Il décrit les obstacles culturels, institutionnels et en termes de personnes. Leask propose de débattre de l’épistémologie des disciplines, même au prix d’un inconfort. Elle émet des suggestions à l’intention des vice-présidences pour que l’internationalisation des contenus de formation s’accompagne d’une gestion des ressources humaines adéquates, ce type de politique étant si complexe et faisant l’objet d’une littérature si abondante qu’il justifie de considérer l’internationalisation comme un champ disciplinaire à part entière.

11Le neuvième chapitre contient deux questionnaires, un qui vise à stimuler la réflexion des coordinations de programmes et un autre sur les obstacles et les facilitateurs. Le premier questionnaire est présenté sous deux versions. La seconde explicite davantage les objectifs du questionnaire, contient un glossaire et permet de traiter plus facilement les réponses informatiquement. Les questionnaires sont brièvement contextualisés.

12Le dernier chapitre présente quatre études de cas dans lesquelles ont été utilisés les questionnaires du chapitre précédent ainsi que des questions destinées à guider la lecture. Dans le premier cas, un cursus de journalisme ancré dans une recherche internationale, le questionnaire a permis d’engager une réflexion collective et de faire évoluer les paradigmes guidant l’enseignement et la recherche. Ces changements en profondeur ont été rendus possible par le soutien de la présidence. Le second cas est celui d’un cursus d’infirmier et sage-femme dans lequel il a été décidé de tirer parti des compétences pratiques de communication interculturelle développées par quelques enseignants et étudiants à l’occasion de stages annuels au Cambodge. La troisième étude concerne une faculté de gestion qui a introduit le changement en reformulant les compétences attendues des diplômés à l’issue de la formation. Le quatrième cas pratique montre comment une formation en relations publiques a identifié et essayé de combler une lacune dans la recherche en interrogeant sur leurs besoins les professionnels du secteur dans la région Australasie. Cette réflexion a conduit à créer une unité d’enseignement spécifique pour répondre aux besoins en communication interculturelle et à publier deux articles sur la recherche réalisée. L’appendice de l’ouvrage s’adresse essentiellement aux enseignants. Il énonce six principes pour la gestion de groupes multiculturels, chacun assorti de points de vigilance et de notes.

13Cet ouvrage pratique intéressera les enseignants du secteur des langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad) notamment lorsque, dans leurs attributions administratives de gestion d’échanges internationaux, ils sont amenés à réfléchir à l’évolution des cursus et à gérer les aspects linguistiques de formations dispensées en langues étrangères. Ce travail très documenté vaut aussi pour son intérêt civilisationnel. Il offre un aperçu fascinant de l’importance de la recherche sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur en pays anglophones, où existent de nombreux réseaux professionnels, laboratoires et chercheurs spécialisés sur le thème, comme le montre l’abondante bibliographie en fin d’ouvrage. Enfin, le livre intéressera les experts en didactique.

14Les faiblesses de l’étude tiennent aux obstacles à la mise en œuvre des recommandations compte tenu des différences de contexte national, régional et international. Les langues restent peu mentionnées dans ce livre et lorsqu’elles le sont, c’est plus en tant porteuses d’une culture étrangère que comme un médium de la transmission des connaissances, ou un obstacle, les enseignements considérés étant dispensés en anglais. Un grand nombre de thèmes ne sont pas traités, comme les enjeux linguistiques des formations internationales, le fait de savoir si un étudiant apprend mieux ou moins bien lorsque les enseignements sont dispensés dans une langue qui n’est pas sa L1, quelles stratégies mettre en œuvre pour optimiser la formation et comment aider les enseignants qui enseignent dans une langue qui n’est pas non plus leur L1. De même, en contexte français et comme l’indique l’auteur, des tensions peuvent exister entre le cadrage de la discipline aux niveaux local et national dès lors que l’enseignant d’anglais est censé dispenser à la fois des enseignements portant sur une aire géographique particulière et sur une culture internationale ainsi que sur une langue dont l’usage est à la fois international et ancré nationalement. Les principes énoncés peuvent parfois sembler abstraits. L’ouvrage comporte aussi des redites. Par exemple, Leask recommande à plusieurs endroits de favoriser chez les étudiants la réflexion métacognitive en faisant interpréter le même événement selon plusieurs prismes culturels. L’auteur se dit consciente du danger de tomber dans les stéréotypes sans expliquer comment s’en prémunir. Les recommandations sont parfois formulées en termes vagues et l’adresse de certaines ressources internet est obsolète.

15La réflexion de Leask sur l’internationalisation nous semble en grande partie pertinente pour notre contexte. On constate en Europe un même besoin de répondre aux attentes de secteurs professionnels locaux, nationaux et internationaux, d’élargir le recrutement d’excellents étudiants et d’accroître le prestige des universités, la même difficulté à formuler des objectifs d’apprentissage compréhensibles par les usagers et déclinables à travers la diversité des cursus, ainsi qu’à composer avec les traditions disciplinaires. Un des grands mérites de l’ouvrage est de lancer des pistes pour une réflexion souple, non dogmatique, contextualisée et toujours fondée sur une conversation entre le porteur du projet d’internationalisation, l’administrateur du programme d’enseignement, les enseignants et, chaque fois qu’il est possible ou souhaitable, d’autres parties prenantes comme les professionnels et les étudiants. Les nombreuses pistes théoriques et méthodologiques font véritablement la force de cet ouvrage, même s’il s’intéresse essentiellement aux aspects non linguistiques de l’internationalisation.

Haut de page

Bibliographie

Knight, Jane, et al. L'enseignement supérieur en Amérique latine : la dimension internationale. OCDE, 2006.

Koppe, Sophie. « Asia, Australia, Transnational Education and Research Networks: Implications for the ‘Anglo-Saxon Model’. » Revue LISA/LISA e-journal, vol. 14, n° 1, 2016. DOI : 10.4000/lisa.8919

Haut de page

Notes

1 Cette proposition de traduction pour le concept de « internationalisation at home » émane de Knight et al. (11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Barrault-Méthy, « Betty Leask, Internationalizing the Curriculum », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 38 N°2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7393 ; DOI : 10.4000/apliut.7393

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Barrault-Méthy

Anne-Marie Barrault-Méthy est maître de conférences d’anglais à l’université de Bordeaux et membre à titre principal de l’EA 3816 FoReLLIS Université de Poitiers. Elle a porté localement projet européen IntlUni sur l’internationalisation des universités et a été chercheur invitée à l’université La Trobe à Melbourne (Australie).
anne-marie.barrault-methy@u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page