Navigation – Plan du site

Éditorial – « RPPLSP », « Les cahiers de l’Apliut » en 2020

Linda Terrier

Texte intégral

1Notre revue fête ses 40 ans cette année !

2Des premiers cahiers écrits à la main par Anne Pradeilles, fondatrice, en 1977, de l’Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie (APLIUT)…

Figure 1. Couverture du premier numéro de Les Cahiers de l’Apliut. Recherche et Pédagogie constitué par Anne Pradeilles, Décembre 1980

Figure 1. Couverture du premier numéro de Les Cahiers de l’Apliut. Recherche et Pédagogie constitué par Anne Pradeilles, Décembre 1980

https://www.persee.fr/​issue/​apliu_0248-9430_1980_num_1_1
et https://journals.openedition.org/​apliut/​5807

3… les « Cahiers » sont devenus en 2011 Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité (« RPPLSP »), une revue scientifique entièrement proposée en ligne, consultée par 25 000 visiteurs différents par mois et dont près de 66 000 pages sont vues tous les mois. La revue réunit aujourd’hui sur son site1 plus de 1000 textes en lien avec l’enseignement et l’apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur, tous librement accessibles au format électronique pour tout lecteur possédant une connexion internet. Tous les textes sont également téléchargeables au format PDF pour les usagers des institutions abonnées au bouquet Open Edition Freemium2.

4Et, comme fêter un bel anniversaire à la revue, Open Edition Journals met depuis ce début d’année 2020 un lien à disposition de tous les abonnés en entête de chaque numéro. Ce lien permet le téléchargement au format PDF ou e-PUB de chaque nouveau numéro en un seul et même fichier. Cette évolution technique est une belle nouvelle pour la recherche Dans l’éditorial du numéro coordonné par Joséphine Rémon et Virginie Privas-Bréauté en 2018 sur le thème de la reliance3, j’avais souligné la nécessité scientifique de réunir tous les textes d’un même numéro en un seul fichier afin de les faire entrer en écho, les uns avec les autres. Il me semblait important de proposer au lecteur une expérience d’ensemble lui permettant d’appréhender la thématique choisie dans ses nuances et sa complexité au travers d’un fichier unique, ce que la plateforme ne permettait pas de faire aisément à l’époque :

Ce numéro sur la « reliance », qui invite à une réflexion sur l’isolement et les liens (à renouer) (…) m’a fait prendre conscience de ceci : l’ergonomie choisie par le portail Open Édition a tendance à « dé-lier » les articles les uns des autres au sein d’un même numéro. Il m’a alors paru utile de dépasser cette limite en proposant un espace numérique permettant d’appréhender le numéro dans son ensemble en un même « lieu » afin de « re-lier » tous les textes entre eux. Le lecteur trouvera ainsi tout en bas de la page d’accueil de ce numéro, à la fin du sommaire, un fichier PDF regroupant tous les textes qui composent le numéro, y compris les textes de cadrage de départ. (Terrier « Editorial » : 29-30)

5Une telle perspective de mise ensemble et de mise en écho de différents travaux autour d’une même thématique correspond me semble-t-il bien à la démarche souhaitée par Claire Tardieu et Céline Horgues qui ont cordonné ce premier numéro de l’année 2020 (n°1, vol. 39) sur le thème « Apprendre et enseigner les langues et les cultures en tandem ». Ce numéro trouve d’ailleurs tout son sens au travers de son lien avec l’ouvrage que les deux chercheures ont dirigé sur le même thème, et qui vient de paraître chez Routledge : Redefining Tandem Language and Culture Learning in Higher Education (Tardieu et Horgues).

6Claire Tardieu et Céline Horgues soulignent dans leur introduction4 de ce numéro la cohérence forte entre les différentes contributions qui s’organisent autour de trois grands thèmes : le développement des échanges interculturels, l’enseignement avec tandem et les évolutions des principes de tandem. Les démarches de recherche et approches pédagogiques qui constituent ce très beau numéro permettent, ensemble, d’obtenir une réelle vision de la recherche et des pratiques pédagogiques actuelles autour des dispositifs tandem. La variété des terrains, sur le territoire européen (Allemagne, Belgique, France, Hongrie, Italie) et en Australie, donne à voir la richesse mais aussi la continuité des questions et des pratiques autour des interactions langagières des étudiants durant les échanges en tandem. Chacune des contributions donne également à voir l’engagement sans relâche de chacun.e des auteur.e.s dans leur institution et auprès de leurs étudiant.e.s, qu’elles/ils soient enseignant.e.s ou enseignant.e.s-chercheur.e.s.

7L’autre particularité de ce numéro est qu’il inaugure un nouveau type de collaboration au sein de la revue. C’est avec beaucoup d’honneur, et de plaisir, que la rédaction de la revue a accueilli l’idée de Claire Tardieu de produire ce numéro thématique sur le dispositif tandem dans RPPLSP. Le projet de publication proposé par Claire Tardieu et Céline Horgues se trouvait en parfaite concordance avec la politique éditoriale de la revue qui vise à promouvoir et publier les résultats de recherches sur l’enseignement-apprentissage de toutes les langues dans l’enseignement supérieur, à contribuer à la formation des enseignants de langues de spécialité et à aider les jeunes chercheurs à progresser. Ce projet était également en parfaite adéquation avec notre souhait de donner un deuxième élan à l’effort de mutualisation porté dans sa première phase par Mireille Hardy entre 2010 et 2014.

  • 5 Voir à ce sujet les trois rapports en prévision du vote d’une loi de programmation pluriannuelle de (...)

8Avec ce numéro, la revue est entrée dans une démarche de mutualisation encore renforcéeentre les acteurs-trices des langues pour spécialistes d’autres disciplines dans l’enseignement supérieur, chercheur.e.s et enseignant.e.s : une « mutualisation + + ». Notre volonté pour cette phase de mutualisation + + est très claire : dans un monde où les revues se multiplient, dans un monde où la compétition entre chercheurs, entre laboratoires, entre équipes de recherche, entre projets de recherche, est prônée5, nous considérons que RPPLSP constitue un espace commun propre à rassembler nos forces, plutôt que les diviser ;à recentrer nos efforts également, plutôt que les éparpiller ; à partager nos expériences et nos résultats, plutôt que de les séparer. RPPLSP est un espace de partage de la recherche en didactique des langues, comme un espace de partage de pratiques pédagogiques innovantes ; un espace en ligne déjà existant, un espace qui peut et doit s’ouvrir encore davantage. La mutualisation ++ est lancée : ce numéro en est le visage.

9Le reste de l’année 2020 sera ainsi consacré à la réflexion et au développement d’un modèle pérenne d’organisation de la revue et de l’édition dans le but de permettre à tout.e.s celles et ceux qui le souhaitent de se saisir d’outils mutualisés pour produire des numéros thématiques sous la forme de dossiers de recherche et de pédagogie au sein de RPPLSP. L’objectif sera de trouver des modalités pour une mutualisation dans laquelle chacun.e pourra donner sa voix, tout en respectant la nécessaire homogénéité thématique et éditoriale de toute revue scientifique. Il s’agira aussi de réfléchir aux questions majeures auxquelles le monde de l’édition scientifique se trouve confronté : des questions telles que les budgets pouvant être alloués aux revues, puisque le travail de rédaction et d’édition n’est plus guère possible dans un temps de l’enseignement supérieur qui s’est par trop accéléré ; ou celles des modes d’évaluation scientifique à favoriser. Le principe d’évaluation en double-aveugle est-il encore tenable quand les participations à ces évaluations relève d’une certaine forme bénévolat étant donné le peu de reconnaissance qui lui sont conférées ? D’autres modalités d’évaluation sont-elles possibles, souhaitables ? Ces sujets passionnants seront abordés durant la première réunion entre les associations partenaires de la revue prévue le 13 mars 2020, une réunion ouverte à tout.e.s les membres de la communauté Lansad qui souhaitent y participer.

10Cet éditorial serait incomplet si je n’abordais pas, enfin, une autre évolution importante qui transparait dans ce premier numéro de 2020 : celle d’un début d’ancrage de la revue pour favoriser le paradigme de la recherche ouverte.

  • 6 « What scientists and science users are really concerned about when they debate research reproducib (...)

11Le mouvement général pour la science ouverte (« Open Science ») n’est pas un effet de mode mais une (r)évolution épistémologique, pensée depuis plus d’une décennie dans d’autres domaines de recherche que le nôtre, face à une inquiétude que l’on pourrait résumer ainsi : les résultats produits et publiés disent-ils des choses « vraies »6 (Goodman et al.) ? Les sources inquiétude a été en particulier formalisée par Ionnadis dès 2005. Mais c’est sans doute Baker qui, par son éditorial dans la revue Nature, l’a révélée au grand public, au-delà de la seule communauté scientifique. L’expression de « crise de la reproductibilité » (« Reproducibility Crisis ») a alors été popularisée. C’est une crise que d’autres ont nommé « crise de la science » (« science’s crisis ») (Saltelli et Funtowicz) afin d’intégrer la question de la reproductibilité et de la réplicabilité des résultats dans une réflexion plus large sur les contextes et les paradigmes de recherche qui ont mené à cette crise. De très, très nombreux travaux de recherche à ce sujet ont vu le jour durant ces deux ou trois dernières années (voir Fanelli Figure 1). Fanelli, nous invite à considérer l’ensemble de ces travaux, et l’ensemble de cette crise, non pas comme un aveu d’échec de la science mais, bien au contraire, comme le récit d’une transformation profonde et d’une émancipation à venir (« a narrative of transformation and empowerment » Fanelli 2630).

12Dans un domaine proche du nôtre, celui de l’acquisition d’une L2 (Second Language Acquisition), Plonsky en particulier a travaillé sur la question de la « qualité » des études quantitatives, Marsden et al. ont travaillé sur les questions de transparence méthodologique. D’autres, comme Porte et McManus ont par exemple travaillé sur la question de la réplicabilité. L’ensemble de ces travaux récents illustre selon moi parfaitement le récit de transformation et d’émancipation que Fanelli nous engage à lire, et dont notre domaine de la didactique des langues peut tout à fait s’emparer.

13Le mouvement des sciences ouvertes est considéré comme une clé de voute pour faire évoluer les pratiques (Munafo et al). Ce mouvement est susceptible de favoriser un nouveau paradigme, celui de la recherche ouverte, et les revues ont leur rôle à jouer dans cette (r)évolution de la science. En acquisition des L2, Luke Plonsky (Studies in Second Language Acquisition) et Emma Marsden (Language Learning) montrent la voie. Les revues de références qu’il et elle dirigent font figure de proue dans la mise en œuvre des pratiques recommandées dans le cadre du mouvement de la science ouverte : davantage d’étude de réplication, davantage de transparence dans les démarches, davantage de matériau de la recherche mis à disposition du lecteur, davantage d’enregistrement préalable des projets de recherche et des méthodologies de récoltes et d’analyses des données prévues. Selon Plonsky, en exigeant ces éléments de la part des auteur.e.s, les revues peuvent avoir une influence positive sur la manière dont les recherches sont menées. C’est dans cette voie que nous souhaitons emmener RPPLSP avec une première étape simple mais importante en cette année 2020 : celles de l’ouverture des données et des méthodologies d’analyse. J’ai pour cela demandé aux auteurs de ce numéro si elles/ils seraient d’accord pour rendre leurs données et leur méthodologie ouvertes à tout lecteur qui souhaiterait en disposer. Tous les auteurs qui ont recueilli et analysé des données, ont accepté, sans hésitation, de participer à cette aventure de la science ouverte. Une déclaration de « science ouverte », sous la forme d’une note, a été ajoutée en haut de leur contribution. C’est une belle aventure qui commence grâce à eux ! Je les ai vivement remercié.e.s. Je les remercie à nouveau ici. Je remercie également chaleureusement Claire Tardieu et Céline Horgues d’avoir fait confiance à notre revue pour publier ce beau numéro.

14Je vous en souhaite une très bonne lecture.

Haut de page

Bibliographie

Baker, Monya. « 1,500 scientists lift the lid on reproducibility. » Nature News - Nature. MacMillan Published Limited, May 25, 2016. Ioannidis, John P. A. « Why most published research findings are false. » PLoS Med vol. 2, n° 8-e124, 2005. DOI: https://doi.org/10.1371/journal.pmed.0020124

Goodman, Steven N., et al. « What does research reproducibility mean? » Science translational medicine, vol. 8, issue 341, 2016, pp. 341ps12-341ps12.

Marsden, Emma, et al. "Introducing registered reports at Language Learning: Promoting transparency, replication, and a synthetic ethic in the language sciences." Language Learning 68.2 (2018): 309-320.

Munafò, Marcus R. et al. 2017. « A manifesto for reproducible science. » Nature Human Behavior 1(21). DOI: https://doi.org/10.1038/s41562-016-0021

Porte, Graeme, and Kevin McManus. Doing replication research in applied linguistics. Routledge, 2018.

Plonsky, Luke. 2014. « Study quality in quantitative L2 research (1990-2010): A methodological synthesis and call for reform. » The Modern Language 98(1). 450-470.

Saltelli, Andrea, and Silvio Funtowicz. « What is science’s crisis really about? » Futures, no.91, 2017, pp. 5-11.

Tardieu, Claire, et Céline Horgues, éditeurs. Redefining Tandem Language and Culture Learning in Higher Education. Routledge, 2019.

Terrier, Linda. « Éditorial–De la reliance » Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité. Cahiers de l'Apliut, vol. 37, n°1, 2018.

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/apliut/

2 Pour savoir si votre institution de rattachement est abonnée : https://auth.openedition.org/

3 Lien vers le numéro : https://journals.openedition.org/apliut/5461, et lien vers l’éditorial : https://journals.openedition.org/apliut/5817

4 https://journals.openedition.org/apliut/7437

5 Voir à ce sujet les trois rapports en prévision du vote d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche en ce début d’année 2020 : Rapport du groupe de travail "Financement de la recherche" ; Rapport du groupe de travail "Attractivité des emplois et des carrières scientifiques" ; Rapport du groupe de travail "Recherche partenariale et innovation" et https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145221/restitution-des-travaux-des-groupes-de-travail-pour-un-projet-de-loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche.html

6 « What scientists and science users are really concerned about when they debate research reproducibility is the truth of research claims. » (Goodman et al.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Couverture du premier numéro de Les Cahiers de l’Apliut. Recherche et Pédagogie constitué par Anne Pradeilles, Décembre 1980
Légende https://www.persee.fr/​issue/​apliu_0248-9430_1980_num_1_1 et https://journals.openedition.org/​apliut/​5807
URL http://journals.openedition.org/apliut/docannexe/image/7431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Terrier, « Éditorial – « RPPLSP », « Les cahiers de l’Apliut » en 2020 », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 39 N°1 | 2020, mis en ligne le 30 janvier 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7431

Haut de page

Auteur

Linda Terrier

Linda Terrier dirige la revue Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité. Les cahiers de l’Apliut depuis 2015. Elle est maître de conférences à l’université Toulouse – Jean Jaurès et membre du laboratoire CAS (Cultures Anglo-Saxonnes, EA 801).
linda.terrier@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page