Navigation – Plan du site

Texte intégral

1C’est un honneur et un plaisir pour nous de vous présenter ce numéro de Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité (RPPLSP) consacré à la thématique « Apprendre et enseigner les langues et les cultures en tandem ». Ce mode d’apprentissage qui s’est développé dans les années 60 grâce à l’OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse) pour favoriser l’amitié entre jeunes Français et jeunes Allemands (Brammerts ; Brammerts et Calvert) connaît une expansion notable au 21e siècle à la faveur de la mobilité étudiante et des technologies de la communication. Il est probable que ces évolutions ont eu un impact sur les pratiques d’échanges, et c’est précisément l’objet de ce numéro : donner à voir des modes contemporains d’apprentissage et d’enseignement en tandem, utilisés par les étudiants et les enseignants d’aujourd’hui.

2Si à l’origine, le tandem visait un échange autonome et réciproque entre deux locuteurs natifs désireux d’apprendre la langue et la culture de l’autre, aujourd’hui, nos environnements multilingues et multiculturels remettent en question cet objectif unique quelque peu restrictif, et des formes variées de tandem voient le jour. Par exemple, la langue de communication peut être une lingua franca véhiculant des éléments culturels sans rapport avec cette langue. Dans ce cas, les apprentissages linguistiques et culturels sont dissociés : la recherche d’un échange équilibré entre deux langues n’est alors plus nécessairement de mise. Un fort déséquilibre peut même être observé dans le cas où des étudiants en mobilité sont « utilisés » pour soutenir un enseignement. Ou encore, dès lors que l’on institutionnalise les échanges tandem, les principes d’autonomie et de réciprocité vont également se trouver affectés.

3Comment apprend-on et comment enseigne-t-on avec la méthode tandem aujourd’hui dans l’enseignement supérieur ? Quelles tendances fortes observe-t-on en termes d’objectifs et de modalités ? Quels obstacles et quelles limites ou contraintes sont soulignés par les étudiants ou les enseignants utilisateurs de cette méthode ?

4Le présent numéro rassemble neuf contributions qui vont tenter de répondre à ces questions et qui peuvent être organisées en trois grandes parties : le tandem et le développement des échanges interculturels ; enseigner avec la méthode tandem dans le supérieur ; évolution des principes de la méthode tandem. Les lecteurs noteront que ce numéro est bilingue français/anglais et que les contributeurs viennent de partout en Europe.

5Plus de la moitié des contributions abordent la question du tandem et du développement des échanges interculturels, ce qui suggère que la dimension interculturelle revêt une importance majeure aujourd’hui pour les utilisateurs de la méthode tandem. Dans leur article intitulé « Intercultural Learning in Pre-mobility Teletandem », Marco Cappellini (université d’Aix-Marseille, France) et Nicola Macré (université de Lille, France) se concentrent sur un dispositif télétandem (Telles et Vassalo ; Telles) pour le développement de compétences langagières et interculturelles en amont d’un départ en mobilité. L’objectif principal de la télécollaboration est le développement de la compétence interculturelle, avec un passage du développement culturaliste fondé sur les savoirs (Abdallah-Pretceille et Porcher) à un développement en termes de savoir-apprendre (Byram et Zarate). Les auteurs ont créé six tâches télétandem et deux blogs réflexifs et ont pu observer une convergence ou une divergence entre les intentions des concepteurs (ou task-as-workplan) et les réalisations effectives (ou tasks-as-process).

6Sandro de Martino (université de Bologne, Italie) propose un compte-rendu d’expérience sur le tandem « Bologne-Munich », une collaboration permanente qui a débuté en 2011. L'objectif principal de cette collaboration est de permettre aux étudiants qui étudient l'italien à l'université Ludwig-Maximilian de Munich et aux étudiants d’allemand à l’université de Bologne de faire l'expérience de l'interculturalité en interagissant avec des locuteurs natifs de la langue cible. Le rapport présenté rend compte de l’association entre télécollaboration et mobilité pour le développement de l’interculturalité et propose des activités concrètes.

7La troisième contribution en lien avec l’interculturel est celle de Monique Marneffe (université KU Leuven campus Antwerp, Pays-Bas). Elle s’interroge sur deux modes de e-tandem synchrones. Les étudiants sont francophones et néerlandophones. Deux groupes sont formés : dans le premier groupe, les partenaires échangent d’abord dans leur L1 (intercompréhension, quatre conversations bilingues) puis passent en mode monolingue exolingue (quatre conversations unilingues : deux en français et deux en néerlandais). Les partenaires du deuxième groupe interagissent directement en mode monolingue exolingue pendant huit conversations. L'objectif est de spécifier quel type d'échange est préféré et si les préférences varient d'une communauté culturelle à l'autre.

8Christiane Charon (École internationale de Genève, Suisse) nous entraîne dans un mode de tandem original visant à mettre en valeur les langues du Bush australien. Ce sont de jeunes élèves qui enseignent le vocabulaire de leur langue d’origine à leur professeur d’anglais. Tous les élèves de l'étude pilote sont Australiens d’origine aborigène en pensionnat à Darwin, la capitale du Northern Territory en Australie. L’exploration menée par l’auteure implique une négociation constante entre oralité et alphabétisation d’une part, et, d’autre part, entre les savoirs aborigènes et les savoirs non-aborigènes.

9La contribution proposée par Helga Zsak (université des études économiques appliquées de Budapest, Hongrie) relate un autre mode original de tandem puisqu’il s’agit de faire faire un projet collaboratif de français sur objectifs spécifiques de type touristique entre des étudiants hongrois de la faculté de tourisme de Budapest et des étudiants français des universités partenaires lors de leur séjour de mobilité en Hongrie. L’auteure s’inscrit dans le courant des écoles nouvelles, répandues en Hongrie, et des théories socioconstructivistes, entre autres. Elle rend compte des bénéfices observés à l’issue de cinq rencontres tandem en français et en anglais hors cours, bénéfices qui s’expriment en termes cognitifs, affectifs et attitudinaux (interculturels), mais aussi par un gain au niveau linguistique et en autonomie d’apprentissage.

10Toutes ces contributions montrent des formes de tandem très éloignées du modèle historique, aussi bien présentielles qu’à distance, privilégiant la rencontre interculturelle sur la visée linguistique.

11Deux autres contributions rendent compte de l’intégration de tandem dans le cadre institutionnel de l’enseignement. Le lecteur pourra ici s’interroger sur le tandem en tant que dispositif d’enseignement et mieux appréhender les obstacles rencontrés sur le terrain et les moyens de les surmonter. Elisabetta Longhi et Maria Joaquina Valero Gisbert (Université de Parme, Italie) comparent deux types d’apprentissage en tandem par ordinateur qui ont été réalisés à l’Université de Parme, l’un avec Skype et l’autre avec Adobe Connect. Le but d’ensemble était de combiner les bénéfices du concept de tandem avec les nouvelles possibilités offertes par la communication par ordinateur, tout en tenant compte des exigences spécifiques des étudiants. Elles rendent compte également des difficultés et contraintes liées au contexte institutionnel.

12L’article de Marie-Thérèse Batardière et Catherine Jeanneau (université de Limerick, Irlande) traite de l'utilisation d'une approche d'apprentissage en tandem comme dispositif pédagogique actif et flexible pour soutenir l'internationalisation à domicile (Beelen et Jones) dans l'enseignement supérieur. Plus spécifiquement, il rend compte d'une expérience de vingt ans d'apprentissage en tandem entre étudiants internationaux et étudiants de l’université de Limerick dans le cadre d'un programme d'échange linguistique (cursus informel), d'une classe de traduction et d'un forum en ligne (cursus formel).

13Enfin, deux articles sont consacrés à des interrogations plus théoriques autour de l’évolution des principes de tandem. Lennart Koch (université de Bochum, Allemagne) cherche à approfondir la notion de réciprocité. Il rend compte de différentes interprétations de la réciprocité et de termes similaires (coopération, interaction, alignement ou ajustements conversationnels) à la lumière de la réciprocité en tandem. En outre, son objectif est de faire prendre conscience du manque de recherche dans un domaine de plus en plus pertinent pour la linguistique et les études sur l’apprentissage des langues. Camille Debras (université Paris-Nanterre, France) souligne la spécificité des modes présentiel et distanciel de tandem. Elle montre que le télétandem ne peut pas être la simple transposition en ligne du tandem en présentiel. En effet, bien que les deux modes reposent sur des principes communs (réciprocité, autonomie, interaction entre pairs), ils constituent des contextes interactionnels différents. Les interactions en présentiel permettent la co-présence des corps, le monitoring mutuel par le jeu des regards, une focalisation de l’attention, et une gestualité spécifique. À l’inverse, les interactions en ligne sont caractérisées par la distance physique, la possibilité du désengagement et la multifocalité. La co-présence favoriserait donc la proximité et le contact, tandis que le télétandem permettrait aux apprenants de trouver leurs marques dans l’espace virtuel post-culturel.

14Au terme de ce numéro « Apprendre et enseigner les langues et les cultures en tandem »  nous espérons que le lecteur tirera des idées pertinentes et utiles sur la façon dont la méthode tandem peut être déclinée sous différentes modalités d’échange (en face-à-face, etandem, télétandem) et exploitée dans l’apprentissage/enseignement de compétences interculturelles, linguistiques et (pré)professionnelles. Il ressort aussi que le tandem peut non seulement être abordé comme une forme de mobilité virtuelle palliant le manque de possibilités d’immersion réelle dans le monde de l’Autre, mais aussi comme un outil permettant de préparer ou encore de faire suite à une mobilité réelle dans ce monde. Le lecteur désireux de poursuivre la réflexion sur la manière dont les principes historiques de la méthode tandem ont été / sont actuellement adaptés aux exigences et contraintes des contextes éducatifs d’aujourd’hui pourra consulter avec profit l’ouvrage : Redefining Tandem Language and Culture Learning in Higher Education (2020).

Haut de page

Bibliographie

Abdallah-Pretceille, Martine, et Louis Porcher. Education et communication interculturelle. PUF, 1996.

Beelen, Jos, et Elspeth Jones. « Redefining Internationalization at Home. » The European Higher Education Area: Between Critical Reflections and Future Policies, édité par Adrian Curaj et al., Springer, 2015, pp. 67-80.

Brammerts, Helmut. « Tandem Language Learning via the Internet and the International E-Mail Tandem Network. » A Guide to Language Learning in Tandem via the Internet, édité par David Little et Helmut Brammerts, Centre for Language and Communication Studies, 1996, pp. 9-22.

Brammerts, Helmut, et Mike Calvert. « Learning by Communicating in Tandem. » Autonomous Language Learning in Tandem, édité par Tim Lewis et Lesley Walker, Academy Electronic Publications, 2003, pp. 45-60.

Byram, Michael, et Geneviève Zarate. « Définitions, objectifs et évaluation de la compétence socioculturelle. » La compétence socioculturelle dans l’apprentissage et l’enseignement des langues, édité par Michael Byram et al., Editions du Conseil de l’Europe, 1997, pp.  9-43.

Horgues, Céline, et Sylwia Scheuer. « Why some things are better done in tandem? » Investigating English Pronunciation: Current Trends and Directions, édité par Jose A. Mompeán et Jonás Fouz-González, Palgrave Macmillan, 2015, pp. 47-82.

Tardieu, Claire et Céline Horgues, éditeurs. Redefining Tandem Language and Culture Learning in Higher Education, London/New York: Routledge, 2020.

Telles, João Antonio, éditeur. Teletandem. Um contexto virtual, autônomo, colaborativo para aprendizagem das linguas estrangeiras no século XXI. Pontes Editores, 2009.

Telles, João Antonio, et Maria Luisa Vassallo. « Foreign Language Learning in-Tandem: Teletandem as an Alternative Proposal in CALLT. » The ESPecialist, vol. 27, n° 2, 2006, pp. 189-212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Tardieu et Céline Horgues, « Introduction », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 39 N°1 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7437

Haut de page

Auteurs

Claire Tardieu

Claire Tardieu est professeur des universités en didactique des langues au département du monde anglophone de l’université Sorbonne Nouvelle. Elle est l’auteur de Notions clés pour la didactique de l’anglais (2014). Collaboratrice du ministre de l’Éducation Nationale dans le domaine de l’évaluation en langues, elle a pris part à plusieurs projets européens financés par le Conseil de l’Europe. Elle a également participé à la rédaction du projet Lingua D pour la dissémination de la pratique du tandem dans l’enseignement secondaire. Ses travaux récents portent sur l’évaluation de l’interaction orale entre pairs ou professeur-élève. Elle est co-éditrice, avec Céline Horgues, de l’ouvrage Redefining Tandem Language and Culture Learning in Higher Education (2020).

Articles du même auteur

Céline Horgues

Céline Horgues est maître de conférences au département du monde anglophone de l’université Sorbonne Nouvelle. Avec Sylwia Scheuer, elle a piloté la collecte et l’analyse du corpus multimodal de conversations en tandem (corpus SITAF, 2012-2014), qui a été présenté dans l’article « Why some things are better done in tandem? » (2015). En 2012 elle a aussi créé un cours tandem et un dispositif de tandems libres pour les étudiant.e.s de son département. Elle est co-éditrice, avec Claire Tardieu, de l’ouvrage Redefining Tandem Language and Culture Learning in Higher Education (2020)

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page