Navigation – Plan du site
Articles

L’intercompréhension, un tremplin pour les conversations exolingues en e-tandem ?

Intercomprehension as a Springboard for Exolingual e-Tandem Conversations?
Monique Marneffe

Résumés

Les perceptions d’environ quatre-vingt-dix étudiants sont analysées en relation avec deux modes d’interaction dans des e-tandems synchrones (compétence orale) : les interactions en intercompréhension (mode bilingue: chacun parle sa propre langue 1 au sein d’une même conversation) et les interactions monolingues exolingues (une langue partagée par un locuteur L1 et un locuteur L2 est parlée en alternance, d’une semaine à l’autre). Les étudiants sont francophones (ULiège) et néerlandophones (KU Leuven) (premier cycle en linguistique appliquée). Deux groupes sont formés: le premier groupe échange dans sa langue 1 (intercompréhension) (quatre conversations) puis passe en mode monolingue exolingue (quatre conversations: deux en français et deux en néerlandais). Le deuxième groupe interagit directement en mode monolingue exolingue pendant huit conversations. Deux questionnaires sont remplis: l'un après les quatre premières conversations, l'autre après les quatre dernières. L'objectif de la recherche est de spécifier quel type d'échange est préféré et si les préférences varient d'une communauté culturelle à l'autre. Les premiers résultats semblent montrer que les francophones considèrent l’intercompréhension comme utile au début des conversations, tandis que les néerlandophones considèrent ce mode d'interaction plutôt superflu.

Haut de page

Notes de l’auteur

Déclaration « science ouverte »
Méthodologie ouverte
« Nous rapportons ici comment l’échantillon a été choisi, nous rapportons toutes les exclusions de données (le cas échéant), nous rapportons toutes les manipulations et toutes les mesures effectuées dans cette étude. »
Données ouvertes
« 
L’ensemble des questionnaires ou enquêtes et l’ensemble des données (brutes et/ou catégorisées) générées et/ou analysées durant l’étude présentée peuvent être fournies sur demande en adressant un courriel à l’auteure. »

Texte intégral

Introduction

1Le travail de recherche exploratoire présenté ici s’intéresse au type d'échange préféré par les étudiants en e-tandem : les interactions en intercompréhension (mode bilingue: chacun parle sa propre langue 1 au sein d’une même conversation) ou les interactions monolingues exolingues (une langue partagée par un locuteur L1 et un locuteur L2 est parlée en alternance, d’une semaine à l’autre). Le public est constitué d’étudiants de l’enseignement supérieur de la communauté flamande (néerlandophone) (université KU Leuven) et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (francophone) de Belgique (ULiège). Nous cherchons à savoir si les préférences varient d'une communauté culturelle à l'autre.

2Nous dresserons tout d’abord un aperçu du cadre de l’expérience et préciserons le concept d’intercompréhension. Ensuite, nous présenterons notre question de recherche, nos hypothèses et la méthodologie suivie. Le point suivant abordera le recueil des données d’une première enquête menée auprès de nos étudiants ainsi que l’interprétation des premiers résultats. Ensuite, les données de la seconde enquête, menée un mois après la première seront analysées. Enfin, nous comparerons et tenterons d’interpréter les données recueillies après deux mois de travail en tandem, étape conclusive qui nous amènera à formuler de nouvelles pistes de recherche.

1. Cadre de l’expérience

3Les étudiants concernés sont au nombre de 106. Ils sont inscrits dans une formation académique en linguistique appliquée (première et deuxième année) et ont un niveau B1 pour la langue étrangère (LE). Ils sont informés en début d’année qu’ils seront sondés à deux reprises à propos de la méthode tandem d’apprentissage de la langue. Les tandems sont majoritairement constitués d’étudiant(e)s de 18 ans. La répartition en tandem se fait en début d’année académique de manière aléatoire.

4Les objectifs poursuivis dans nos e-tandem sont principalement le développement de la compétence orale interactionnelle. Le dispositif d’apprentissage est un dispositif hybride (Charlier et al.): les cours en présentiel sont axés sur le développement de l’oral et relayés à la maison par des activités de conversation en binômes, à raison d’une fois par semaine et pour une durée minimale de 30 min. Un guide méthodologique reprend les principes de base de la méthodologie tandem : principes de mutualisation, d’entraide, d’alternance des langues, etc. (Jardin et Baumann et al.). Différents types de scénarios de conversation sont suggérés à partir d’une typologie discursive : argumentation, narration, négociation, description, etc. Les étudiants rédigent un « carnet de bord », trace « visible » de l’activité tandem (Demaizière). Il s’agit de fiches reprenant la date et la durée de la conversation, le sujet abordé et le choix du feedback (Marneffe « Recherche exploratoire »), le vocabulaire appris et les erreurs corrigées, ainsi que des éléments culturels découverts au cours de la conversation.

2. L’interaction en intercompréhension versus en mode exolingue monolingue

5L’intercompréhension ou « paradigme bilingue proprio-lingual » (pour la terminologie, Marneffe « Recherche exploratoire »), est un mode de communication selon lequel chacun parle sa première langue du cursus scolaire et universitaire, la plupart du temps, sa langue maternelle), (L1) et est supposé comprendre la langue de l’autre, sa (ou une de ses) langue(s) étrangère(s) étudiée(s), ou LE (Escudé et Janin). En mode intercompréhension (désormais IC), l’effort langagier se concentre principalement sur l’activité de compréhension de la LE : articulation correcte, tempo modéré, choix de mots fréquents ou transparents, choix d’un registre plutôt courant, recours à la synonymie et à la paraphrase.

6L’IC invite à une écoute de l’autre, à la fois au sens littéral (écoute langagière) et au sens moral puisqu’un échange « égalitaire » s’opère entre interlocuteurs utilisant des moyens d’expression comparables dans un souci de respect mutuel. Dans ce sens, on peut parler d’une communication relativement équitable.

7Les premiers contacts avec un inconnu sont déjà, par définition, source de stress ; à cela s’ajoute le filtre technologique (les contacts se font exclusivement par Skype). Il nous paraît dès lors intéressant de privilégier l’approche IC pour les premières conversations en tandems. Pour avancer cela, nous pouvons nous appuyer sur une première expérimentation menée en 2015-16 (Buurke et Marneffe). La diminution du stress permet la décentration sur le message et le développement de l’empathie. S’il y a des problèmes de compréhension, il suffit de demander la répétition des propos, un tempo moins rapide, une paraphrase, voire une traduction d’un mot non compris. Cette modalité communicative permet d’apprendre à connaître la personnalité de son partenaire tandem dans l’authenticité de son expression en L1. En outre, la prise de parole favorise l’estime de soi et l’écoute, la construction de l’estime mutuelle, atouts importants pour stimuler les affects positifs, comme le sentiment de bien-être, par exemple, que l’on reconnaît comme favorable, voire indispensable pour qu’il y ait acquisition (Arnold).

8Enfin, les blocages dus le plus souvent à un manque de vocabulaire disponible « immédiatement » (Marcelli et al.) sont évités. Les caractéristiques de l’IC peuvent être ramenées à un double exercice : 

La compréhension (exercée dans l’IC) n’est plus considérée comme une activité langagière passive mais, a contrario, active puisque apte à viser la construction du sens, sans cibler ni l’exhaustivité ni la perfection, et à gérer convenablement l’ambiguïté et l’approximation ; (dans son versant interactionnel l’IC implique même un double exercice, l’effort de comprendre et de se faire comprendre ce qui appelle à une certaine éthique communicative). (Carrasco Perrea 8) 

9L’autre mode d’interaction en tandem, consiste à n’utiliser qu’une seule langue. Un partenaire s’exprime dans sa L1 et l’autre, en LE. Il s’agit d’échanges exolingues monolingues (pour la terminologie, voir Bouchard dans Alao et al. 172 et Cappellini).

3. Question de recherche et méthodologie

10Notre question de recherche est la suivante : Comment les étudiants se positionnent-ils par rapport aux modalités interactionnelles selon qu’ils échangent en mode intercompréhension et/ou en mode exolingue ? Deux questionnaires ont été proposés aux étudiants pour comprendre la manière dont ils perçoivent la progression d’apprentissage proposée, en termes de confort affectif et d’efficacité. Nos travaux précédents (Buurke et Marneffe) nous amènent à formuler l’hypothèse que les étudiants qui échangent au départ en intercompréhension développent davantage de confiance en eux, se sentent moins stressés et de ce fait sont mieux préparés aux échanges en mode exolingue. Ils devraient alors ressentir une plus grande efficacité dans l’apprentissage. Les étudiants qui travaillent en mode exolingue, quant à eux, devraient ressentir davantage de stress et de blocages linguistiques. Dans notre recherche, nous voulons également aborder les perceptions des étudiants sous l’angle communautaire. En d’autres termes, il s’agit de répondre à la question de savoir si les étudiants néerlandophones et francophones présentent des appréciations assez semblables des modalités d’échanges (IC versus EXO), ou s’il y a des divergences et alors, dans quelle mesure.

11Pour mieux cerner les perceptions des étudiants, nous les avons séparés en deux groupes : le premier, nommé « groupe progressif » (désormais GP) entre progressivement dans l’échange monolingue. Ce groupe est constitué au départ de 24 tandems (48 étudiants) menant d’abord 4 conversations en IC (conversations bilingues), à raison d’une conversation par semaine (de la mi-octobre 2016 à la mi-novembre 2016) ; ensuite, il passe au mode exolingue à raison de 4 conversations (une par semaine, de nouveau). Le mode exolingue implique que les étudiants parlent une semaine en français et l’autre semaine, en néerlandais. La séparation des langues doit ici être strictement respectée. Ces conversations se répartissent sur un mois de temps, de la mi-novembre 2016 à la mi-décembre 2016. Le deuxième groupe, nommé « groupe direct » (désormais « GD EXO ») échange directement en mode exolingue. La langue de départ (la première semaine) est le français. 29 tandems sont concernés en tout début d’année (58 étudiants). Les 8 conversations du semestre (à raison d’une conversation par semaine) s’échelonnent, comme pour le groupe parallèle, sur deux mois de temps, de la mi-octobre à la mi-décembre.

12Les groupes GP et GD EXO ne comptent pas exactement le même nombre d’étudiants pour des raisons pratiques : ils correspondent aux groupes d’étudiants constitués en présentiel et non à des groupes constitués spécifiquement pour cette recherche.

13Un premier questionnaire d’enquête complété à la mi-novembre nous permet de collecter les premières impressions des deux groupes après les quatre premières conversations, étant donné qu’un groupe communique en IC et l’autre en EXO. Pour savoir si les points de vue évoluent par rapport à l’appréciation des modalités d’échanges, un second questionnaire est complété en décembre. Nous pouvons ainsi noter si les étudiants revoient ou non leur point de vue entre la mi-novembre et la mi-décembre, soit entre la cinquième et la huitième conversation. Cette question est particulièrement intéressante à traiter pour les étudiants qui ont expérimenté les deux types d’échanges, à savoir le groupe progressif (GP) qui a commencé en IC avant de passer à l’EXO.

14Les étudiants sont informés dès le début de l’année de la constitution des groupes parallèles et des deux enquêtes qu’ils seront amenés à compléter. Ils connaissent également les objectifs de recherche. Les questionnaires sont complétés individuellement à la maison, sans concertation du partenaire tandem. Les questionnaires complétés sont ensuite renvoyés par mail et traités en mode manuel. Pour chacune des assertions proposées dans le questionnaire, les étudiants doivent choisir un chiffre sur l’échelle de Likert à 5 appréciations : 1 correspondant à « tout à fait d'accord », 2 à « plutôt d’accord », 3 à « ni en accord ni en désaccord », 4 à « plutôt pas d’accord » et 5 à « pas du tout d’accord ».

1587 étudiants engagés en tandem sur les 106 inscrits au départ réagissent à la première enquête ; 97 réagissent à la seconde. Nous avons insisté, après la première enquête pour que le taux de participation soit maximalisé. Toutefois, tous les étudiants n’ont pas participé à l’enquête. Les absences de réponses s’expliquent en partie par le fait que certains tandems n’ont pas fonctionné (abandons des études, étudiants inscrits mais fantômes). D’autres étudiants ont apparemment choisi de ne pas répondre aux questionnaires. De plus, le manuscrit étant complété après téléchargement du document, les réponses n’étaient pas de facto « obligatoires »: tous les étudiants n’ont donc pas répondu à toutes les questions.

16Nous proposons les résultats sous forme de pourcentages parce que le nombre de répondants varie : il arrive que certains étudiants ne répondent pas à une question et passent à la question suivante. Nous notons toujours le nombre précis de réponses obtenues globalement par question ou assertion, nous mentionnons le nombre d’étudiants par choix d’item spécifique (chiffre sur l’échelle de Likert) et nous calculons le pourcentage sur les réponses effectives. Les abstentions n’entrent donc pas en ligne de compte dans nos calculs de pourcentage. Pour les commentaires mentionnés sous chacun des tableaux, nous recourons à la mention en pourcentages pour faciliter l’interprétation des résultats. Ces résultats proposés sous forme de pourcentages n’ont aucune visée généralisante puisque l’échantillon n’est pas représentatif de populations étudiantes données. Les pourcentages permettent une interprétation rapide des résultats, mais ne disent rien de la significativité d’une différence constatée. Nous dégagerons donc simplement quelques pistes de réflexion pour des recherches à venir.

17Les résultats des deux enquêtes sont maintenant présentés.

4. Première enquête et résultats

18Les 87 étudiants qui ont répondu au premier questionnaire se répartissent ainsi : le GP présente 33 répondants, 19 à la KU Leuven et 14 à l’ULiège. Le GD EXO présente 54 répondants, 28 à la KU Leuven et 26 à l’ULiège. Les groupes échangeant en IC étaient représentés par moins d’étudiants (comme indiqué précédemment).

19La première assertion est formulée comme suit : « Je pense que le tandem est une méthode efficace pour apprendre à converser en langue étrangère ».

Tableau 1. GP (étudiants échangeant en IC au départ), réponses « sentiment d’efficacité »

GP KU Leuven : 19 réponses sur 19

GP ULiège : 14 réponses sur 14

Tout à fait d'accord

10 (53 %)

7 (50 %)

Plutôt d’accord

8 (42 %)

4 (28 %)

Ni en accord ni en désaccord

0

2 (14 %)

Plutôt pas d’accord

1 (5 %)

1(8 %)

Pas du tout d’accord

0

0

20Pour le GP (début en IC), la méthode tandem est jugée efficace par davantage d’étudiants de la KU Leuven : 95 % « de oui et plutôt oui », contre 78 % pour l’ULiège.

Tableau 2. GD EXO (étudiants échangeant en exolingue directement), réponses « sentiment d’efficacité »

GD KU Leuven : 28 réponses sur 28

GD ULiège : 26 réponses sur 26

Tout à fait d'accord

13 (46%)

14 (54 %)

Plutôt d’accord

12 (43 %)

11 (42 %)

Ni en accord ni en désaccord

3 (11 %)

0

Plutôt pas d’accord

0

1 (4 %)

Pas du tout d’accord

0

0

21Alors que pour le GP, la méthode tandem est jugée efficace par davantage d’étudiants de la KU Leuven, pour le GD (exolingue), le rapport est inversé mais les écarts sont moins importants : 96  % de « oui et de plutôt oui » pour les étudiants de l’ULiège contre 89 % pour la KU Leuven. Globalement, les étudiants qui ont répondu au questionnaire considèrent le tandem comme une méthode d’apprentissage efficace.

22La deuxième assertion est formulée comme suit : « En général, j’ai éprouvé un sentiment de calme lors des premiers échanges (calme versus stress) ».

Tableau 3. GP, réponses « sentiment de calme »

GP KU Leuven : 19 réponses sur 19

GP ULiège : 14 réponses sur 14

Tout à fait d'accord

3 (16 %)

2 (15 %)

Plutôt d’accord

11 (58 %)

5 (36 %)

Ni en accord ni en désaccord

2 (10 %)

3 (21 %)

Plutôt pas d’accord

3 (16 %)

3 (21 %)

Pas du tout d’accord

0

1 (7 %)

23Pour le GP, 74 % d’étudiants de la KU Leuven se définissent comme « calmes ou plutôt calmes » contre 51 % pour l’ULiège. A contrario, seuls 16 % d’étudiants néerlandophones se disent « plutôt stressés » contre 28 % d’étudiants francophones (plutôt stressés et stressés). Les étudiants francophones se déclarent donc davantage stressés que les étudiants néerlandophones, alors qu’à ce stade, pour le GP, les échanges se font encore en IC, donc chacun dans sa L1.

Tableau 4 : GD EXO, réponses « sentiment de calme »

GD KU Leuven : 28 sur 28 réponses

GD ULiège : 25 réponses sur 26

Tout à fait d'accord

4 (14 %)

3 (12 %)

Plutôt d’accord

13 (46 %)

10 (40 %)

Ni en accord ni en désaccord

6 (21 %)

6 (24 %)

Plutôt pas d’accord

5 (19 %)

5 (20 %)

Pas du tout d’accord

0

1 (4 %)

2460 % d’étudiants néerlandophones échangeant directement en EXO se disent « calmes, voire plutôt calmes » contre 52 % d’étudiants francophones. Les pourcentages de stress (items 4 et 5 sur l’échelle de Likert) sont légèrement plus élevés du côté francophone : 24 % contre 19 %. Il faut souligner que la première conversation en mode exolingue devait se faire en français. Malgré cela, les étudiants francophones sont plus nombreux à se déclarer stressés mais la différence est minime (un étudiant de plus sur un nombre de répondants légèrement inférieur).

25La troisième assertion est formulée différemment selon les deux groupes. Elle interroge la perception du progrès au niveau de la compétence exercée. Le GP réagit à l’assertion suivante : « En général, grâce au tandem, je me sens progresser dans ma compétence réceptive (comprendre) » ; le GD EXO a une assertion comparable mais adaptée: « En général, grâce au tandem, je me sens progresser dans ma compétence interactive (comprendre et répondre) ».

26À ce stade de l’expérimentation, il n’y a encore eu que quatre conversations, soit deux conversations en langue maternelle et deux en langue étrangère. La notion de « perception de progrès » doit être interrogée. Il est difficile d’imaginer que le progrès puisse se situer au niveau de la compétence langagière. Pour mesurer cela, il faudrait d’ailleurs disposer de conversations enregistrées. Nous faisons l’hypothèse que la perception du progrès se situe davantage à un niveau socio-affectif et concerne le dépassement de la peur.

Tableau 5. GP, réponses « progression »

GP KU Leuven : 19 réponses sur 19

GP ULiège : 10 réponses sur 14 possibles

Tout à fait d'accord

4 (22 %)

1 (10 %)

Plutôt d’accord

5 (26 %)

4 (40 %)

Ni en accord ni en désaccord

5 (26 %)

4 (40 %)

Plutôt pas d’accord

5 (26 %)

1 (10 %)

Pas du tout d’accord

0

0

27Beaucoup d’étudiants francophones sont sceptiques (40 % ne se prononcent pas) et seul un étudiant sur deux dans chacune des universités a le sentiment de progresser. C’est assez peu.

Tableau 6. GD EXO, réponses « progression »

GD KU Leuven : 28 réponses sur 28

GD ULiège : 26 réponses sur 26

Tout à fait d'accord

6 (22 %)

8 (31 %)

Plutôt d’accord

16 (57 %)

16 (62 %)

Ni en accord ni en désaccord

5 (18 %)

2 (7 %)

Plutôt pas d’accord

1 (3 %)

0

Pas du tout d’accord

0

0

28Les pourcentages relatifs au sentiment de progression sont très différents dans le groupe qui échange en modalité exolingue. 93 % des étudiants francophones et 79 % d’étudiants néerlandophones qui ont répondu au questionnaire se perçoivent en progression. Les réponses négatives (item 4) sont à peine représentées chez les néerlandophones (3 %), soit un seul étudiant et aucun étudiant francophone ne se perçoit comme n’ayant pas progressé.

29La dernière question du premier questionnaire vise à mesurer le degré de satisfaction par rapport au mode d’échanges proposé et à mieux cerner les raisons menant à ce degré de satisfaction / insatisfaction : le choix du chiffre sur l’échelle de Likert doit être complété par une justification. Pour faciliter le traitement des données, nous avons proposé une question mixte.

30L’assertion (échelle de Likert) est formulée comme suit pour le GP : 4. a Je suis content(e) d’avoir commencé les échanges en parlant ma langue 1 (mode bilingue). Et comme suit pour le GD EXO : 4. b Je suis content(e) d’avoir commencé les échanges en parlant directement la langue étrangère, une semaine sur deux.

Tableau 7. GP, réponse « satisfaction »

GP KU Leuven : 19 réponses sur 19

GP ULiège : 10 réponses sur 14 possibles

Tout à fait d'accord

1 (5,3 %)

2 (20 %)

Plutôt d’accord

5 (26, 3 %)

3 (30 %)

Ni en accord ni en désaccord

3 (15,8 %)

2 (20 %)

Plutôt pas d’accord

5 (26,3 %)

3 (30 %)

Pas du tout d’accord

5 (26,3 %)

0

31Seuls 31,4% des étudiants de la KU Leuven se déclarent satisfaits d’avoir commencé en IC contre 50 % d’étudiants francophones. 50% des étudiants de la KU Leuven se déclarent insatisfaits contre 30% d’ULiège. Les proportions de contentement / mécontentement sont inversées selon la communauté linguistique.

Tableau 8. GD EXO, réponse « satisfaction »

GD KU Leuven : 28 réponses sur 28

GD ULiège : 24 réponses sur 26 possibles

Tout à fait d'accord

20 (71,5 %)

13 (54 %)

Plutôt d’accord

5 (18 %)

8 (33,5 %)

Ni en accord ni en désaccord

2 (7 %)

2 (8,5  %)

Plutôt pas d’accord

1 (3,5 %)

1 (4 %)

Pas du tout d’accord

0

0

32L’adhésion des néerlandophones aux échanges en mode exolingue est très claire : près de 90 % se disent « contents » dont 71,5 % « très contents ». Les pourcentages à l’ULiège sont également en faveur du mode exolingue même si l’enthousiasme est un peu moins marqué : un peu moins de 90 % déclarent leur satisfaction et parmi cette majorité, 54  % se disent « très contents ».

33Dans le questionnaire de novembre, les étudiants des deux groupes sont invités à justifier leur choix du chiffre indiquant leur degré de satisfaction (les choix de justification leur sont imposés. Les étudiants ayant choisi « 3 » (position neutre) ne répondent pas. Seuls les étudiants qui adhèrent au mode des échanges (chiffres 1 ou 2) ou rejettent le mode (chiffres 4 et 5) sont concernés. Comme les deux modalités d’échanges présentent des avantages et des désavantages différents, les justifications proposées sont également différentes.

34Pour les aspects positifs de l’IC, nous relevons :

  • 11 occurrences pour « c’est un bon moyen de briser la glace ». 8 occurrences pour « cela crée un bon climat ‘affectif’ entre nous ; nous sommes spontanés parce que nous parlons chacun notre langue ».

  • 6 occurrences pour « je peux me concentrer sur la compréhension orale (une seule difficulté à la fois) ».

  • 3 occurrences seulement pour les 3 items suivants (3 occurrences pour chacun des items): « C’est plus facile d’un point de vue linguistique. » ; « C’est plus agréable parce que la conversation est fluide. » ; « J’ai vraiment l’impression d’échanger, de partager des idées, de livrer mes points de vue personnels. »

35Pour les aspects négatifs de l’IC, nous relevons pour un public de 11 étudiants (les deux groupes confondus) :

  • 11 occurrences pour « j’exerce uniquement la compréhension orale et pas la production ».

  • 5 occurrences pour « c’est bizarre de parler en mode bilingue ».

  • 4 occurrences pour « c’est une perte de temps ».  

36Le point le plus apprécié en intercompréhension est le confort affectif. Le point qui déprécie le plus ce mode d’échange est qu’il est vu comme un exercice langagier incomplet.

37Pour le GD EXO, les réponses aux justifications sont les suivantes pour les 44 étudiants qui ont répondu (41 étant satisfait, 3 non satisfaits) :

  • 40 occurrences : « C’est un bon moyen de se mettre directement dans le bain des conversations avec les natifs.»

  • 33 occurrences pour : Je peux exercer tout à la fois mes compétences réceptives et productives.

  • 10 occurrences pour : Je gagne du temps, parce que je fais directement ce que je devrai faire, finalement, parler la langue étrangère.

38Pour les traits négatifs :

  • 1 occurrence pour « je me sens bloqué(e) linguistiquement, je n’arrive pas à parler et la conversation n’avance pas ».

  • 1 occurrence pour « j’éprouve de la gêne, du stress parce que je ne me sens pas à la hauteur pour parler la langue étrangère ».

  • 1 occurrence pour « je me sens démotivé(e) parce que le défi est trop grand ».

39La grande majorité des étudiants apprécie de se mettre dans le bain directement et de travailler conjointement les compétences réceptives et productives.

40Cette première enquête montre des perceptions différentes entre les deux communautés linguistico-culturelles : les néerlandophones se positionnent très nettement contre l’intercompréhension là où les francophones sont moins catégoriques dans leur positionnement.

5. Seconde enquête et résultats

4199 étudiants ont répondu au second questionnaire proposé en décembre, à la fin des 8  conversations. Ils se répartissent comme suit : le GP présente 46 répondants, 24 étudiants à la KU Leuven et 22 à l’ULiège. Le GD EXO présente 53 répondants, 27 étudiants à la KU Leuven et 26 à l’ULiège. Nous attirons néanmoins l’attention sur le fait qu’il s’agit du nombre maximum de répondants mais que tous les étudiants n’ont malheureusement pas rendu des questionnaires complets et que le nombre de répondants est variable question par question. Pour plus de précisions, nous mentionnons pour chaque question le nombre de répondants par rapport au nombre de réponses possibles.

42La première question du second questionnaire d’enquête s’adresse aux deux groupes et est présentée comme suit : Tu es content(e) d’avoir commencé en mode IC ? (pour le GP) versus Tu es content(e) d’avoir commencé directement en mode EXO ? (pour le GD EXO).

43Chacun des deux groupes étant maintenant en mode exolingue, la question cherche à mesurer le degré de satisfaction en connaissance de cause, notamment pour le groupe progressif (GP), qui a expérimenté les deux modalités d’échanges.

Tableau 9. GP : contentement d’avoir commencé en IC

GP KU Leuven : 21 réponses sur 24 possibles

GP ULiège : 17 réponses sur 22 possibles

Tout à fait d'accord

0

8 (47 %)

Plutôt d’accord

5 (24 %)

1 (6 %)

Ni en accord ni en désaccord

3 (14 %)

5 (29 %)

Plutôt pas d’accord

8 (38 %)

3 (18 %)

Pas du tout d’accord

5 (24 %)

0

44On constate un contraste entre les deux communautés : 24 % de néerlandophones se disent « plutôt contents » (0% très contents), là où 47 % de francophones se disent « très contents » et 6% « contents ». 62  % de néerlandophones regrettent même d’avoir commencé en IC, alors que les francophones sont très peu à en exprimer le regret (18%).

Tableau 10. GD : contentement d’avoir commencé en EXO

GD KU Leuven : 27 réponses sur 27

GD ULiège : 25 réponses sur 26 possibles

Tout à fait d'accord

16 (59 %)

13 (52 %)

Plutôt d’accord

8 (30 %)

7 (28 %)

Ni en accord ni en désaccord

3 (11 %)

3 (12 %)

Plutôt pas d’accord

0

1 (4 %)

Pas du tout d’accord

0

1 (4 %)

4589 % d’étudiants néerlandophones sont contents d’avoir commencé directement en mode exolingue contre 80 % d’étudiants de l’ULiège. Le pourcentage de neutres est pratiquement semblable. Aucun étudiant néerlandophone ne regrette ses débuts en mode exolingue et côté francophone, ils sont seulement deux à ne pas apprécier cette modalité conversationnelle. Contrairement au GP, le GD EXO est plus homogène au niveau du choix de réponses, quelle que soit la communauté linguistico-culturelle.

46Nous avons également demandé aux étudiants des deux groupes de chiffrer le nombre de conversations en intercompréhension qui leur paraît souhaitable pour démarrer efficacement en e-tandem. Il s’agit de la deuxième question du questionnaire de décembre.

Tableau 11. GP : nombre de conversations souhaité en IC

Nombre de conversations en IC souhaité en préambule

GP IC > EXO

KU Leuven :24 réponses sur 24

GP IC > EXO

ULiège : 22 réponses sur 22

0 conversation

9 (35 %)

3 (14 %)

1 conversation

10 (45 %)

7 (32 %)

2 conversations

4 (15 %)

8 (36 %)

3 conversations

0

2 (9 %)

4 conversations

1 (5 %)

1 (4,5 %)

Plus de 4 conversations

0

1 (4,5 %)

47Les pourcentages représentent ici le nombre d’étudiants souhaitant zéro, une, deux, trois, quatre ou plus de conversations. 80 % de néerlandophones se prononcent pour « zéro ou une conversation » en IC, alors que les francophones sont assez peu à choisir « zéro conversation ». La majorité des francophones (68 %) se prononcent en faveur d’une voire de deux conversations. Les réponses varient donc selon les groupes et les communautés linguistiques.

Tableau 12. GD : nombre de conversations souhaité en IC

Nombre de conversations en IC en préambule

GD EXO KU Leuven : 25 réponses sur 27 possibles

GD EXO ULiège : 26 réponses sur 26

0 conversation

20 (79 %)

14 (54 %)

1 conversation

5 (21 %)

10 (38 %)

2 conversations

0

2 (8 %)

3 conversations

0

0

4 conversations

0

0

Plus de 4 conversations

0

0

48De nouveau, les pourcentages suivent la même ligne : 79 % des néerlandophones ne sont pas du tout demandeurs de conversations en IC contre 54 % à l’ULiège qui le sont. Seuls 21 % à la KU Leuven souhaitent une (seule) conversation en IC, contre 38  % à l’ULiège.

49Nous demandions aux étudiants de justifier leur choix de nombre de conversations. Dans les commentaires du GP, nous retrouvons les arguments énumérés plutôt en faveur ou en défaveur de l’IC lors de la première enquête. La réponse ici est ouverte. Parmi les arguments pour, il y a l’élément affectif : on peut « briser la glace plus facilement », on peut être « plus spontané », c’est « moins stressant », on peut « mieux découvrir la personne qu’on a en face de soi ». Une étudiante de l’ULiège relève que « les conversations en  intercompréhension  sont aussi utiles que les  exolingues car cela permet d’améliorer son audition » (s’habituer à l’accent de l’autre). Dans les arguments défavorables à l’intercompréhension (et favorables au mode exolingue), sont relevés « l’inutilité des rencontres,  le temps perdu ,  le manque de défi, l’ennui » que cela entraîne, le côté « bizarre » d’un dialogue mené en deux langues, (l’expression en intercompréhension peut effectivement être ressentie comme artificielle et comme peu conforme aux « échanges ordinaires ») et enfin l’impression que le véritable apprentissage commence quand on se met à parler la langue étrangère et à se faire corriger par le locuteur natif.

50Les commentaires du GD EXO se déclinent comme suit : les étudiants qui ont directement parlé en mode exolingue relèvent qu’ils trouvent ce mode plus efficace : il s’agit de « quitter sa zone de confort », il y a acquisition de vocabulaire, aide et corrections du partenaire tandem. Il est important de « se jeter dans le tas » (sic) dès le début et ce n’est pas grave si on commet des erreurs. Parler en mode bilingue est considéré aussi comme quelque chose de difficile parce que l’envie de répondre dans la langue de l’autre est bien présente et parce qu’il faut se concentrer sur deux langues différentes. Néanmoins et sans surprise, selon les pourcentages relevés, il y a des réserves, réserves venant surtout des étudiants de l’ULiège qui pointent le stress ou la gêne éprouvés lors de la première rencontre.

6. Pistes de recherche…pour ne pas conclure

51D’après les résultats de cette étude préliminaire, non généralisable, l’intercompréhension pourrait être considérée comme un mode favorisant un certain confort affectif favorable à l’acquisition/apprentissage. Il faut cependant noter que ce mode de communication est aussi considéré comme peu motivant parce que perçu par certains comme « peu efficace », « bizarre », « ennuyeux ». La possibilité de progression dans l’apprentissage de la langue étrangère que pourrait offrir l’intercompréhension est moins perçue par le public cible que ne l’est la progression en mode exolingue. Comme commenté dans le corps du texte, la perception de la progression en mode exolingue se situe plus vraisemblablement sur un plan psychologique que linguistique. Après quatre conversations (dont seulement deux en LE), il est assez peu probable que la production langagière se soit réellement améliorée. Par contre, il y a vraisemblablement perception de progrès parce qu’il y a dépassement de la peur d’échanger en LE avec un inconnu locuteur natif. La plupart des néerlandophones se sont en tout cas montrés « plus entreprenants » en mode exolingue, là où certains francophones semblent d’abord vouloir être à l’aise et apprécient dès lors la pratique de l’IC. Nous disons bien « certains » francophones, car il n’y a pas unanimité et la plupart des étudiants de l’ULiège sont contents d’avoir travaillé en exolingue tout en reconnaissant l’utilité d’une introduction en IC. La reconnaissance de l’utilité de l’IC est moins présente dans la population néerlandophone sondée. Si cette recherche fait émerger certaines différences d’appréciation entre les deux communautés, les chiffres ne peuvent être considérés comme représentatifs. Une enquête spécifiquement qualitative devrait être menée ultérieurement sur la base d’entretiens individuels pour mieux cerner les points de divergence et fournir des éléments d’explication.

52La question de savoir si la culture d’appartenance pourrait créer des différences d’appréciation de scénarios pédagogiques entre communautés culturelles différentes est posée mais il convient bien entendu d’éviter toute stigmatisation ou, comme le souligne Capellini, de ne pas « réifier » les cultures. Dans notre corpus d’enquêtes, la progressivité que permet l’intercompréhension est diversement appréciée selon la communauté envisagée. Il faudra veiller dans une prochaine expérimentation à croiser la biographie langagière avec l’appréciation ou non d’un démarrage du tandem en intercompréhension. Les étudiants de l’ULiège qui demandent vraiment 1 à 2 conversations en IC ont-ils eu le néerlandais comme 2e langue étrangère (l’anglais étant la 1e) durant leurs études secondaires ? Ou y a-t-il aussi des étudiants qui ont eu le néerlandais comme 1e langue étrangère parmi cette population ? Il est important de préciser que les néerlandophones n’ont pas le choix dans le curriculum du secondaire : le français est leur 1e langue étrangère, ce qui n’est pas le cas pour les francophones qui choisissent d’ailleurs de plus en plus l’anglais comme 1e langue étrangère et le néerlandais comme 2e langue étrangère (Mettewie). On comprend qu’un francophone qui aurait choisi le néerlandais comme 2e langue étrangère (après l’anglais) soit quelque peu « embarrassé » face à un néerlandophone qui a le français comme 1e langue étrangère et que, de ce fait, l’intercompréhension soit davantage plébiscitée par le francophone, moins à l’aise en néerlandais que ne l’est le néerlandophones en français. Par ailleurs, les seuls étudiants flamands qui demandent plus de conversations en IC étaient au nombre de deux dont un étudiant scolarisé aux Pays Bas et qui avait eu moins de français que les étudiants flamands dans le secondaire. La biographie langagière offre donc des éléments d’explication, ce qui montre bien l’intérêt d’une enquête qualitative approfondie.

53Que la pratique du tandem puisse permettre de faire progresser la compétence orale interactive (Guichon) est un fait établi. Que le tandem puisse aussi faire émerger un questionnement de type (inter)culturel constitue, selon nous, une piste à explorer. Comme développé par ailleurs (Marneffe « E-tandem et interculturation » et « Quels scénarios conversationnel »), nous plaidons pour que les objectifs poursuivis en tandems dépassent le cadre strict des progrès langagiers et qu’ils mènent également à une quête anthropologique basée sur des questionnements, interrogeant les attitudes et fonctionnements culturels propres ainsi que ceux de l’autre.

Haut de page

Bibliographie

Alao, George, et al., directeurs. Didactique plurilingue et pluriculturelle : l’acteur en contexte mondialisé. Éditions des archives contemporaines, 2013.

Arnold, Jane. « Comment les facteurs affectifs influencent-ils l’apprentissage d’une langue étrangère ? » Études de linguistique appliquée, n° 144, 2006, pp. 405-425.

Baumann, I., Bricaud, B., Chollet, I., Dupuis, I., Falk, P. et Herfurth, H.-E. (2007). La méthode tandem. Guide pédagogique pour les stages linguistiques binationaux, OFAJ/DFJM, 2007. URL https://docplayer.fr/15754877-La-methode-tandem-guide-pedagogique-pour-les-stages-linguistiques-binationaux.html. Dernière consultation le 13 janvier 2020.

Buurke, Dominique et Monique Marneffe. «  Une approche e-tandem intégrant l’intercompréhension dans son approche méthodologique : bilan et perspectives », Actes du XIV e Congrès mondial de la FIPF, vol.  XXX, 2018, pp.  47-61.

Cappellini, Marco. « La télécollaboration vue par la communication exolingue – Pour un enrichissement mutuel de deux traditions de recherche » Alsic, vol. 20, n° 2, 2017, DOI : 10.4000/alsic.3128.

Carrasco Perea, Encarnación. « Intercompréhension(s) : repères, interrogations et perspectives » Synergies Europe, n°5, 2010,  pp. 7-12.

Charlier, Bernadette et al. « Apprendre en présence et à distance. Une définition des dispositifs hybrides. » Distances et savoirs, vol. 4, n° 4, 2006, pp. 469-496.

Demaizière, Françoise. « Quelques classiques de l'usage des TIC, Intervention au master 2 de Lyon 2. » Didatic.Net, 2008. URL http://didatic.net/article.php3?id_article=172. Dernière consultation le 28 novembre 2019.

Escudé, Pierre, et Pierre Janin. « Le point sur l’intercompréhension, clé du plurilinguisme ». CLE International, 2010.

Guichon, Nicolas. « Développer la compétence d'interaction à l'oral grâce à la visioconférence poste à poste », Alsic, Apprentissage des langues et systèmes d’information et de communication, vol 21, 2018, URL https://journals.openedition.org/alsic/3034. Dernière consultation le 13 janvier 2020.

Jardin, Anne, directrice. Tête à tête, supports pour le travail linguistique en tandem. OFAJ, 2012, URL https://www.ofaj.org/media/tete-a-tete-supports-pour-le-travail-linguistique-en-tandem.pdf. Dernière consultation le 12 novembre 2019.

Marcelli, Agnès, David Gaveau et Rioko Tokiwa. « Utilisation de la visioconférence dans un programme de FLE : tâches communicatives et interactions orales ». Alsic. Apprentissage des langues et systèmes d’information et de communication, vol.  8, n°3, 2005, pp.  185-203, DOI : 10.4000/alsic.354.

Marneffe, Monique. « E-tandem et « interculturation » : un archipel en chantier ! », APLV, n°1, 2017, pp.  50-58, URL http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article6554. Dernière consultation le 28 novembre 2018.

---. « Recherche exploratoire pour développer les interactions orales en e-tandems : perceptions concernant la progression d’apprentissage et attitudes par rapport aux types de feedback ». Distances, médiations et savoirs, n° 15, 2016, URL http://dms.revues.org/1498. Dernière consultation le 28 novembre 2018.

---. « Motivation et e-tandems : scénarios didactiques en question. » Emotissage, les émotions dans l’apprentissage, dirigé par Berdal-Masuy, Françoise Presses Universitaires de Louvain, 2018, pp. 229-246.

---. « Quels scénarios conversationnels pour une formation e-tandem visant à intégrer la dimension (inter)culturelle ? ». Distances, médiations et savoirs, n° 28, 2019, URL https://journals.openedition.org/dms/4260 . Dernière consultation le 13 janvier 2020.

Mettewie, Laurence. 2018. « Maux de langues: biopsie de la difficulté d’apprendre les langues en Belgique. » Dossier néerlandais à l’école : enjeux pédagogiques et communautaires, Éduquer, Tribune laïque, 2018, n°141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Marneffe, « L’intercompréhension, un tremplin pour les conversations exolingues en e-tandem ? », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. 39 N°1 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/apliut/7770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apliut.7770

Haut de page

Auteur

Monique Marneffe

Monique Marneffe est Professeur de français à la KU Leuven campus Anvers depuis 1987. En tant que didacticienne en langues étrangères, elle a pour sujet de recherche le développement de la compétence orale. Le volet « compréhension à l’audition » a fait l’objet de diverses publications, de 2009 à 2015. Depuis 2015, elle s’intéresse tout particulièrement à développer une méthodologie e-tandem, notamment en y intégrant l’intercompréhension comme modalité d’échanges facilitatrice. Depuis 2017, elle a pour principal sujet de recherche un questionnement méthodologique de la pratique tandem visant à la fois le développement des compétences interactionnelles mais également le développement de compétences (inter)culturelles.
monique.marneffe@kuleuven.be

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page