Navigation – Plan du site

Maria Teresa Costa & Hans Christian Hönes (eds), Migrating histories of art – Self-translations of a discipline

Émilie Oléron Evans
Référence(s) :

Maria Teresa Costa & Hans Christian Hönes (eds), Migrating histories of art – Self-translations of a discipline, Berlin/Boston, De Gruyter, 2018, 232 pages, 40 ill. [Contributeurs : Jennifer Cooke, Maria Teresa Costa, Burcu Dogramaci, Uwe Fleckner, Hans Christian Hönes, Mingyuan Hu, Irving Lavin, Linda Sandino, Giovanna Targia, Francesco Ventrella, Sigrid Weigel]

Texte intégral

1Les histoires de l’art en migration, évoquées en titre de cet ouvrage dirigé par Maria Teresa Costa et Hans Christian Hönes, sont celles écrites et réécrites par des historiens de l’art encouragés ou contraints, pour trouver leurs marques en terre étrangère, à domestiquer une nouvelle tradition discursive et intellectuelle. Basé sur un colloque qui a eu lieu en octobre 2015 au Kunsthistorisches Institut de Florence, ce recueil contribue éloquemment à réévaluer une interprétation réductrice qui voit dans l’internationalisation des savoirs une façon d’élaborer collectivement une lingua franca technique. En montrant comment toute tentative de dialogue inter-linguistique crée une tension entre répétition et création qui ne saurait trouver de résolution dans une langue institutionnelle homogène, cet ouvrage examine terminologie, conventions stylistiques et schémas de pensée.

  • 1 Jás Elsner, « Art History as Ekphrasis », Art History, no 33, 2010, p. 11-27, ici p. 27. Voir aussi (...)
  • 2 Voir James Elkins (ed.), Is Art History global? Londres, Routledge, 2007 ; Thomas DaCosta Kaufmannn (...)
  • 3 Michel Espagne, L’Histoire de l’art comme transfert culturel. Itinéraire d’Anton Springer, Paris, B (...)

2Qu’il s’agisse de la traduction entre l’image et l’écrit qui est au principe de la « discipline verbale du visuel1 » qu’est l’histoire de l’art, de la traduction linguistique comme vecteur d’une étude globalisée de l’art2, voire de la définition de l’histoire de l’art comme une « culture traductrice3 », le caractère central du paradigme de la traduction dans l’histoire de l’art n’est plus à démontrer. Tout en s’inscrivant dans la continuité de ces travaux historiographiques, Migrating Histories of Art se concentre plus précisément sur la self-translation, terme qui englobe à la fois la « traduction de soi » et l’« auto-traduction », et évoque la simultanéité de ces deux activités : transposer son œuvre et se projeter dans un autre contexte.

3Bien que son inhérente subjectivité en rende l’observation instable, l’auto-traduction a désormais sa place dans les études littéraires, et les disciplines voisines gagneraient à suivre cet exemple, explique Sigrid Weigel dans l’excellent chapitre théorique qui précède les études de cas. En effet, si le souci de dépasser une logique binaire entre langues « source » et langues « cible » est aujourd’hui ancré dans le champ de la traductologie, il serait tout aussi important d’éviter un autre écueil : celui qui voudrait que l’exercice de transposition d’un champ linguistique à l’autre aboutisse au bilinguisme, à un état où les idées et les acteurs recouvreraient leur équilibre. C’est bien plutôt l’interprétation de la traduction par Walter Benjamin comme pratique mettant en lumière l’historicité et la fluidité des langues qui est l’horizon d’attente du panel d’analyses proposé ici. L’écriture dans une seconde langue est comprise comme traduction sans original, comme déséquilibre productif. Le travail sur la langue se fait donc non pas à partir d’un pré-texte intérieur qui serait l’état originel d’une pensée mise en mot dans la langue maternelle, mais de ce qu’un auteur peut vouloir dire et penser de différent au moment de la nouvelle phase de réflexion, lors de laquelle il commente le premier texte autant qu’il le réitère.

4À cette démarche philologique qui procède par l’examen des processus et des résultats de l’auto-traduction, les chapitres richement documentés de Migrating Histories of Art combinent une réflexion sur les spécificités des différents types de déplacement opérés par le traducteur, (pré)conditions d’une vie reconstruite dans et par l’autre langue, comme l’ont montré les études sur l’exil et les migrations d’intellectuels aux xixe et xxe siècles. Deux thématiques principales se tissent sur cette trame interdisciplinaire : l’auto-traduction comme tentative de transplantation et d’ajustement de l’histoire de l’art dans un nouveau champ, et l’auto-traduction comme métamorphose personnelle et professionnelle.

5On ne s’étonnera pas de trouver ces thèmes illustrés par l’évocation de quelques-uns des plus célèbres historiens de l’art émigrés, reconnus dans leurs pays d’accueil respectifs pour avoir été les pionniers d’une nouvelle ère de la discipline, dont le centre de gravité s’est déplacé des pays de langue allemande à l’aire anglo-saxonne dans la seconde moitié du xxe siècle. Mais les problématiques familières sont ainsi renouvelées. Définir la traduction comme zone de contact plutôt que comme point de rupture entre deux traditions permet à Jennifer Cooke de prendre, dans son article sur Frederick Antal, le contre-pied de la formule de John Berger selon laquelle Antal est « un connaisseur bien qu’un marxiste », et de montrer que ses travaux anglais de sociologie de l’art sont une accentuation de sa pensée, favorisée par un accueil positif dans la sphère britannique, plutôt qu’une conversion. Le « Panofsky américain » étudié par Irving Lavin représente l’idéal de transformation réussie d’une parole et d’un ethos qui, par le passage à l’anglais dans ses écrits, a, d’une part, levé le voile sur les mécanismes inconscients qui président à la supposée maîtrise parfaite d’une langue maternelle, et, d’autre part, surmonté les défaillances d’une histoire de l’art non seulement exprimée, mais aussi générée voire, dans une certaine mesure, formatée par les structures de l’allemand. Le fait même que Panofsky présente l’allemand comme Muttersprache de l’histoire de l’art invite aussi à s’interroger (comme le fait Francesco Ventrella) sur les raisons de la pérennité de ce mythe des origines, d’autant plus paradoxal dans le cas d’une discipline « orpheline de mère », selon la formule d’Elizabeth Mansfield. Constance Ffoulkes, disciple et traductrice de Giovanni Morelli, est représentative de ces expertes empêchées par des barrières institutionnelles d’accéder au statut d’historienne de l’art, et pour qui la traduction d’autres voix est une stratégie de contournement, mais aussi une possibilité de traduction de soi : d’étudiante, elle s’est élevée au rang d’experte par la multiplicité et la précision de ses interventions dans la version anglaise de la pensée morellienne. À cette approche par l’histoire des femmes s’ajoute une ouverture du champ d’investigation à des exemples d’auto-traduction non occidentale, telle l’étude offerte par Mingyuan Hu de la traduction du français au chinois de la Philosophie de l’art de Taine par le critique Fou Lei, proposant une nouvelle traduction du texte près de trente ans après la première, et se confortant ainsi dans son ethos d’historien de l’art producteur d’une vision alternative de la culture chinoise.

6La dimension historique de l’auto-traduction rejoint des préoccupations contemporaines liées à l’évolution internationale des carrières, puisque certains contributeurs ont eux-mêmes pratiqué ce qu’ils étudient pour rendre compte de leurs recherches dans une langue de travail commune. Ils démontrent, par l’exemple, que l’on peut éviter la formation d’une lingua franca normative en se concentrant sur les intervalles entre les langues, où s’élaborent les nouveaux savoirs. À en croire Ernst H. Gombrich dans une conférence de 1999 (citée par Costa) à la mémoire d’Aby Warburg, le meilleur moyen de déterminer ce qu’un auteur a voulu dire est d’essayer de le paraphraser, de préférence dans une langue étrangère. Ayant souscrit avec enthousiasme à cette maxime, nous espérons que la démarche réflexive de ce fascinant ouvrage fera des émules dans la sphère francophone.

Haut de page

Bibliographie

Costa Maria Teresa & Hans Christian Hönes (eds), Migrating histories of art – Self-translations of a discipline, Berlin/Boston, De Gruyter, 2018, 232 pages.

Elkins James (ed.), Is Art History global? Londres, Routledge, 2007 ; Thomas DaCosta Kaufmannn, Catherine Dossin & Béatrice Joyeux-Prunel (eds), Circulations in the Global History of Art, Londres, Routledge, 2017.

Elsner Jás, « Art History as Ekphrasis », Art History, no 33, 2010, p. 11-27, ici p. 27. Voir aussi Joanne Morra, « Translation into Art History », Parallax, vol. 6, no 1, 2000, p. 129-138, DOI : 10.1080/135346400249333

Espagne Michel, L’Histoire de l’art comme transfert culturel. Itinéraire d’Anton Springer, Paris, Belin, 2009. Voir aussi Pascal Griener, L’Esthétique de la traduction. Winckelmann, les langes et l’histoire de l’art (1755-1784), Genève, Librairie Droz, 1998.

Oléron Evans Émilie, « “Une culture traductrice” : quand des historiens de l’art (se) traduisent », Revue Germanique Internationale, à paraître, 2020.

Haut de page

Notes

1 Jás Elsner, « Art History as Ekphrasis », Art History, no 33, 2010, p. 11-27, ici p. 27. Voir aussi Joanne Morra, « Translation into Art History », Parallax, vol. 6, no 1, 2000, p. 129-138, DOI : 10.1080/135346400249333.

2 Voir James Elkins (ed.), Is Art History global? Londres, Routledge, 2007 ; Thomas DaCosta Kaufmannn, Catherine Dossin & Béatrice Joyeux-Prunel (eds), Circulations in the Global History of Art, Londres, Routledge, 2017.

3 Michel Espagne, L’Histoire de l’art comme transfert culturel. Itinéraire d’Anton Springer, Paris, Belin, 2009. Voir aussi Pascal Griener, L’Esthétique de la traduction. Winckelmann, les langes et l’histoire de l’art (1755-1784), Genève, Librairie Droz, 1998 et Émilie Oléron Evans, « “Une culture traductrice” : quand des historiens de l’art (se) traduisent », Revue Germanique Internationale, à paraître, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Oléron Evans, « Maria Teresa Costa & Hans Christian Hönes (eds), Migrating histories of art – Self-translations of a discipline », Appareil [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le , consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/appareil/3329

Haut de page

Auteur

Émilie Oléron Evans

Lecturer (maîtresse de conférences) en culture visuelle du monde francophone, Queen Mary University of London ; emilie.oleron@qmul.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals