Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26I. Par-delà le cognitivisme : pen...La pensée et les choses : pour un...

I. Par-delà le cognitivisme : penser l'extériorisation de l'esprit

La pensée et les choses : pour une psychologie matérielle

Lambros Malafouris
Traduction de Anne Alombert

Résumé

Nous vivons et nous pensons à l’intérieur d’un monde fait de choses fabriquées et de choses trouvées. Pourtant, les recherches psychologiques se sont peu intéressées à la relation entre la cognition et la culture matérielle : l’influence diachronique des choses dans la vie mentale humaine et leur potentiel de transformation demeurent peu étudiés. La plupart des psychologues considèrent les choses comme externes et passives, comme les objets sans vie auxquels se rapportent la conscience, la perception et la mémoire humaines. Au contraire, cet article soutient que les choses sont importantes pour la psychologie humaine et que leur rôle doit être pris en considération. Bien que les choses passent généralement inaperçues, elles sont tout sauf insignifiantes : elles jouent un rôle dans l’évolution de la vie cognitive. Nous pensons « avec » et « à travers » les choses, pas simplement « à propos » des choses. Les choses occupent l’espace intermédiaire entre l’esprit et la matière. La théorie de l’engagement matériel fournit un moyen de décrire et d’étudier cet espace intermédiaire où le cerveau, le corps et la culture se confondent.

Haut de page

Texte intégral

Cet article constitue une traduction de l’article suivant : Malafouris, L. (2020), « Thinking as “Thinging”: Psychology With Things », Current Directions in Psychological Science, vol. 29, n° 1, p. 3-8. La version originale de l’article est disponible sur le lien suivant : https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0963721419873349

Le terme anglais « thinging » joue sur la consonance entre « think » et « thing » pour témoigner des liens entre la pensée et les choses (afin de souligner la dimension pratique, matérielle et technique de la pensée).

Introduction

  • 1 Chris Gosden et Lambros Malafouris, « Process archaeology (P-Arch) », World Archaeology, vol. 47, n (...)

1Pourquoi les psychologues devraient-ils se soucier des choses ? Comment les choses (au sens large et anthropologique des formes, des flux et des techniques matériels) sont-elles liées à la pensée ? L’examen des intersections entre l’esprit et la matière est une pratique courante en archéologie cognitive, qui constitue le domaine dédié à l’étude comparative entre les évolutions des écologies matérielles et les modalités du devenir humain1. Mais ce type de questions au sujet des enjeux cognitifs des choses sont rares dans le champ des recherches en psychologie. Cela n’a rien d’étonnant : les choses existent « à l’extérieur », elles font partie du monde externe ou objectif. En revanche, la psychologie s’intéresse à ce qui existe « à l’intérieur », dans le monde mental ou subjectif. Aucun psychologue, bien sûr, ne niera que les esprits et les choses interagissent constamment. Pourtant, cette interaction (consciente ou non) se produit à distance. Les choses ne pénètrent pas dans la tête comme la nourriture pénètre dans l’estomac ou l’air dans les poumons.

2Au contraire, il est communément admis que notre pensée des choses se produit indirectement, au moyen de substituts internes : le terme technique que les psychologues utilisent pour décrire ces substituts est celui des « représentations » mentales ou neuronales. La notion de « représentation » permet de penser la rencontre entre les esprits et les choses et les échanges d’informations qui s’opèrent entre eux. Mais elle implique aussi une opposition problématique entre le fait de connaître le monde et le fait de s’engager dans le monde. Surtout, selon cette ontologie représentationnelle, la matérialité des choses n’a pas d’importance et n’est pas prise en compte. Si le sous-titre de cet article, qui en appelle à une « psychologie matérielle », résonne de manière étrange, c’est à cause de cette hypothèse commune selon laquelle les phénomènes mentaux qui font l’objet de la psychologie ne peuvent être qu’« à propos » des choses. Cet « à propos de » qui décrit l’intentionnalité confère à notre pensée une direction et une référence vers un contenu, et sépare ainsi les esprits du monde matériel.

  • 2 Jerry A. Fodor, The Language of Thought, Cambridge, Harvard University Press, 1975.

3Il y a plusieurs raisons à cette scission. Certaines de ces raisons sont bien fondées et doivent être respectées : elles traduisent des préoccupations pragmatiques concernant le fondement neuronal et biologique des processus cognitifs humains, ainsi que des considérations méthodologiques importantes concernant les données ou les objets de la recherche psychologique. Un problème se pose néanmoins lorsque nous prenons cette séparation analytique des esprits et des choses pour une séparation ontologique, c’est-à-dire, lorsque nous posons qu’il existe un fossé représentationnel entre le monde interne des actions mentales et le monde externe des actions physiques (comme le propose la théorie de Fodor2), fossé qui est créé de toutes pièces par nos théories représentationnalistes. Les frontières rigides et les objets unifiés sont parfois nécessaires à la recherche et à l’analyse des phénomènes, mais ils ne doivent pas être tenus pour acquis ou perçus comme naturels pour autant, sans quoi, la théorie des représentations devient une tyrannie.

La théorie de l’engagement matériel

  • 3 Gregory Bateson, Steps to an Ecology of Mind, London, Granada, 1973 ; Andy Clark, Being There: Putt (...)
  • 4 Lambros Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement, Cambridge, MIT Pres (...)

4Dans cet article, je soutiens que la frontière entre les gens et les choses, l’esprit et la matière est tout sauf fixe ou évidente. Je ne suis pas la première ni la seule personne à avancer une telle idée. Les limites de l’esprit ont toujours été problématiques et il existe une longue tradition de théories allant dans ce sens, issues de différentes disciplines3. La théorie de l’engagement matériel4, dont les principaux postulats sont résumés dans la figure 1, s’appuie sur cette longue tradition et offre une nouvelle perspective sur l’étude de la pensée humaine dans la lignée de l’archéologie cognitive. La théorie de l’engagement matériel peut être résumée par trois idées principales, qui constituent le fondement de mon analyse.

Figure 1. Les principaux postulats de la théorie de l’engagement matériel.

Figure 1. Les principaux postulats de la théorie de l’engagement matériel.

Les choses sont des parties consubstantielles et coextensives des esprits en action (esprit étendu), les choses ont une efficacité causale dans la pensée et l’action humaines (agentivité matérielle), et les choses en tant que signes matériels produisent des effets et ne représentent pas simplement des concepts ou des images préexistants, comme les signifiants d’un signifié (signes énactifs).

© Lambros Malafouris for ERC/Handmade Project.

L’esprit ne se réduit pas au cerveau

  • 5 Voir Shaun Gallagher, op. cit. ; L. Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Eng (...)

5Comme évoqué ci-dessus, la vision communément admise de l’esprit humain est celle d’un dispositif intérieur, relié au cerveau, fonctionnant principalement en construisant et en manipulant des représentations internes du monde extérieur. Mais cette vision neurocentrique et « cognitiviste » de l’esprit a été remise en question à de multiples reprises et est en train d’évoluer5. De nouveaux développements théoriques et de nouvelles découvertes empiriques sur la nature énactive, distribuée et étendue de la cognition humaine nous permettent de reconsidérer les anciennes hypothèses concernant l’articulation entre l’esprit et la nature ou les artefacts – hypothèses devenues non pertinentes mais qui persistent encore aujourd’hui. La question n’est pas vraiment de savoir si nous devrions aller au-delà du cerveau, mais de savoir exactement où, quand et comment aller au-delà du cerveau. Ce sont des questions difficiles.

  • 6 Lambros Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory Of Material Engagement, op. cit., p. 97.

6Si l’on s’intéresse seulement au cerveau ou à certaines de ses régions spécifiques, les cartes fonctionnelles, les réseaux et les zones d’activation (ou de désactivation) nous guideront. Une fois à l’extérieur, cependant, nous devrons comprendre la nature et le rôle des signes et des traces matériels. Les signes matériels ne représentent pas : ils « enactent ». Cela signifie qu’ils ne fonctionnent pas comme des équivalents symboliques ou des substituts des choses, mais qu’ils impliquent une participation6. Rien de ce que nous voyons à l’intérieur ne peut rendre compte de ce qui se passe à l’extérieur, et vice versa. Nous avons besoin de rendre compte de manière unifiée de la vie cognitive humaine dans le monde. La cognition et l’émotion n’ont pas lieu dans le cerveau mais avec un cerveau : pour penser comme pour ressentir, nous avons besoin de plus qu’un cerveau. Les régions cérébrales travaillent de concert, mais elles ne fonctionnent jamais seules : au contraire, elles font toujours partie de systèmes plus larges s’étendant au-delà du crâne et de la peau.

Le rôle des choses matérielles

  • 7 Carl Knappett et Lambros Malafouris (dir.), Material Agency: Towards a Non-Anthropocentric Approach(...)
  • 8 Nous conservons le terme anglais « thinging » qui joue sur la consonance entre « think » et « thing (...)
  • 9 Voir aussi Malafouris Lambros, « Mind and material engagement. », op. cit. Nous traduisons « Things (...)

7Nous sommes habitués à considérer les choses comme inertes et passives. De plus, la pensée est généralement comprise comme quelque chose que nous faisons à propos des choses en l’absence des choses. La théorie de l’engagement matériel soutient une thèse radicalement différente : la vie mentale humaine (cognition et affects) est un processus intrinsèquement médié et souvent même constitué par les choses matérielles. La présence de l’artefact le plus simple a le potentiel de modifier les relations entre les humains et leur environnement. De nouveaux artefacts créent de nouvelles relations et de nouvelles compréhensions du monde. De nouvelles matérialités impliquent de nouvelles modalités d’action et de pensée7. Pour résumer, les choses participent activement à la vie cognitive humaine et l’on pourrait décrire l’activité de pensée (en anglais « thinking ») comme « thinging »8. Nous pensons avec et à travers les choses, pas simplement à propos des choses. Dans la théorie de l’engagement matériel, l’être-avec ou l’être-parmi les choses priment sur la visée ou l’intention. La notion d’esprit est utilisée pour décrire un processus, et non une substance : les choses chosifient et les esprits spiritualisent9.

Plasticité de l’esprit et des choses

  • 10 Malafouris Lambros, « Material Engagement and the Embodied Mind », dans Thomas Wynn et Frederick L. (...)
  • 11 Ihde Don et Malafouris Lambros, « Homo faber revisited: Postphenomenology and material engagement t (...)
  • 12 Laland Kevin N., Darwin’s unfinished symphony: How culture made the human mind., Princeton, Princet (...)
  • 13 Kirsh David, « Adapting the Environment Instead of Oneself », Adaptive Behavior, vol. 4, 1996, p. 4 (...)

8Nous avons un esprit plastique inextricablement lié à la plasticité des formes que nous fabriquons. La plupart des gens pensent que notre esprit « conscient », avec toutes ses capacités si spécifiques, est le résultat ultime d’un long processus d’évolution achevé et figé, adapté à des environnements passés qui n’existent plus10. Au contraire, la théorie de l’engagement matériel considère l’esprit humain comme un processus inachevé, susceptible de réorganisations profondes à travers l’incorporation des nouvelles innovations technologiques ou des nouvelles prothèses : l’esprit se trouve donc dans un état d’évolution permanente, continue et créative. L’humain évolue en faisant : nous sommes des homo faber11. Cette caractéristique créative de la psychologie humaine complique la conception traditionnelle de l’évolution darwinienne soumise à la sélection naturelle. L’adaptation ne constitue pas un processus à sens unique, comme le souligne depuis longtemps la théorie de la construction de niches12 : nous adaptons l’environnement à nous-mêmes autant que nous nous adaptons à lui13. Nous fabriquons de nouvelles choses, à travers des pratiques incarnées et des cultures matérielles, qui à leur tour façonnent nos esprits et nous constituent.

  • 14 Gosden Chris et Malafouris Lambros, « Process archaeology (P-Arch) », op. cit. ; Malafouris L., « “ (...)

9De plus, bien que nous semblions être la seule espèce capable de transformer de manière créative les conditions de sa propre évolution, rien dans notre génome ne semble susceptible d’expliquer cette capacité. La capacité créative d’engagement matériel ne se réduit pas à une adaptation statique, mais constitue plutôt un processus biologico-social continuellement modifié et transformé à travers un dialogue constructif entre l’artisan et le matériau. Dans ce contexte d’intelligence distribuée, la notion traditionnelle d’adaptation doit céder la place à une conception plus extensive et bidirectionnelle de la plasticité, que nous pouvons nommer « métaplasticité ». Selon cette conception, la plasticité du cerveau est inextricablement liée à la plasticité de la culture matérielle14. Ce processus métaplastique est au fondement d’une flexibilité représentationnelle toujours croissante, en raison de l’évolution des prothèses, des techniques et des signes extérieurs et matériels, qui impliquent des transformations d’origine culturelle dans l’architecture neuronale elle-même. Cela se traduit souvent par des dynamiques épigénétiques et ontogénétiques inhabituelles, potentiellement capables de modifier les fondations biologiques de nos esprits et la façon dont nous donnons sens au monde. De tels changements, loin d’être prédéterminés ou de se dérouler de manière linéaire, dépendent de forces historiques et socio-matérielles contingentes.

La relation entre actes d’imagination et actes de fabrication

10Pour illustrer ces idées, prenons l’un des exemples les plus processuels de la pensée à l’œuvre : l’artisan potier fabriquant un pot. Dans le cas de la création d’un vase en céramique fabriqué par les mains du potier sur le tour, tel que représenté dans la figure 2, où s’arrête la pensée du potier et où commence la mise en forme de l’argile ? Comment tracer les frontières séparant les pensées, les émotions, les perceptions et les actions ?

Figure 2. Le potier à l’œuvre.

Figure 2. Le potier à l’œuvre.

© Lambros Malafouris for ERC/Handmade Project.

  • 15 Lucy A. Suchman, Human-Machine Reconfigurations. Plans and Situated Actions, Cambridge, Cambridge U (...)
  • 16 Ludger van Dijk et Erik Rietveld, « Situated Anticipation », Synthese. Advance online publication, (...)

11Examinons de plus près le processus de fabrication, en nous concentrant, par exemple, sur le moment où le potier crée une ligne qui fait le tour du pot, comme le montre la figure 3. Il semble logique de penser que le potier doit imaginer exactement l’endroit où placer cette ligne et visualiser la forme que la ligne prendra : va-t-elle être peinte, gravée ou élevée ? Le potier devra probablement aussi décider de l’épaisseur de la ligne et du type d’instrument à utiliser pour obtenir telle grosseur ou telle épaisseur. S’agira-t-il d’une ligne parcourant uniformément le pot ? D’une ligne circulaire ou d’une ligne en spirale ? Tous ces questionnements constituent des projections15 ou des anticipations16 situées qui mêlent considérations esthétiques et considérations fonctionnelles.

Figure 3. La formation de la ligne dans l’argile.

Figure 3. La formation de la ligne dans l’argile.

© Lambros Malafouris for ERC/Handmade Project.

12Comment rendre compte de la vie cognitive qui anime cette ligne ? Selon le point de vue représentationaliste, la vie cognitive de la ligne commence hors de la matière, comme une image mentale formée à l’intérieur de la tête du potier avant sa réalisation concrète sur la surface du vase en argile. La représentation mentale de la ligne précède et provoque une séquence de commandes motrices et d’événements proprioceptifs, tactiles et visuels ainsi que les expériences perceptives et kinesthésiques qui ont lieu lors du processus de fabrication réel. Cette ligne imaginaire ne peut être que partielle, contenant des informations pertinentes mais générales sur les lignes (par exemple, sur leur largeur, leur taille, leur couleur ou leur texture possibles ou sur les compétences et les outils nécessaires pour les produire). Néanmoins, cette ligne imaginaire précède (ou anticipe) la forme de la ligne réelle produite avec de l’argile à travers les actions et les mouvements du potier. En d’autres termes, tout ce qui compte se déroule en amont, dans la tête du potier. Cette conception cognitiviste semble de prime abord convaincante. Mais elle implique un présupposé sous-jacent : la pensée et l’action ou la fabrication sont séparées. Plus précisément, l’action ou la fabrication suivent et obéissent à la pensée du potier. La pensée est une activité qui se déroule à l’intérieur, dans le cerveau du potier, alors que l’action ou la fabrication sont des activités qui se déroulent à l’extérieur, dans le monde.

  • 17 Pour un développement plus détaillé de cette idée, voir Maria Danae Koukouti et Lambros Malafouris, (...)
  • 18 Dans les champs de la psychologie cognitive, du design et de l’ergonomie, les « affordances » désig (...)

13Pourquoi devrions-nous nécessairement séparer le potentiel imaginatif du cerveau du potentiel générateur de formes des matériaux, outils et autres montages environnementaux qui permettent la formation de cette ligne d’argile ? Empiriquement parlant, il semblerait plus juste de décrire l’activité d’imagination comme immanente au processus créatif de fabrication. C’est aussi ce que l’on observe effectivement lorsque l’on étudie la poterie de première main, à travers une observation participative soutenue17. Nous constatons alors un processus profondément incarné, situé et généré à partir d’une multiplicité de ressources matérielles transgressant les limites entre le cerveau et le corps du potier. Ces ressources peuvent facilement être mal interprétées et qualifiées de « mentales » au sens internaliste et conventionnel de la mémoire et de l’imagination. Mais une observation attentive et « sauvage » révèle un mélange hétérogène de compétences corporelles, d’affordances18, de techniques, de matériaux et d’outils qui implique de dépasser les oppositions analytiques traditionnelles entre sujet et objet, esprit et matière, nature et culture, etc. Au cours d’un tel processus, les frontières de l’esprit ne peuvent être délimitées et définies a priori : elles se découvrent plutôt à travers l’action elle-même, en prenant en compte la diversité des ressources (biologiques, mentales ou physiques) qui participent au processus de fabrication.

  • 19 Frédéric Vallée-Tourangeau et Paul L. March, « Insight Out: Making Creativity Visible », The Journa (...)
  • 20 Lambros Malafouris, « Creative Thinging: The Feeling of and for Clay », op. cit. Nous traduisons «  (...)
  • 21 Hubert L. Dreyfus, « The Return of the Myth of the Mental », Inquiry, vol. 50, 2007, p. 352-365.
  • 22 Erik Rietveld et Anne Ardina Brouwers, « Optimal Grip on Affordances in Architectural Design Practi (...)

14Pour le dire simplement, nous devons prendre au sérieux la matérialité de l’activité mentale et essayer de penser son évolution au fil du temps, ainsi que ses effets sur la structure temporelle de l’expérience du potier. La théorie de l’engagement matériel considère que penser et faire (agir ou fabriquer) sont inséparables. La forme que nous voyons émerger n’est pas le produit d’une externalisation. Au contraire, la forme matérielle est enclose dans ou intériorisée par la pensée. Les projections et les anticipations du potier habitent l’argile elle-même. Les formes ne circulent pas de l’esprit à la matière : la création de formes s’apparente plus à un échange de dons et de contre-dons qu’à l’imposition d’une idée à une matière. Les formes sont des dons du monde que l’esprit échange avec la matière, souvent en deçà de toute inscription linguistique. L’esprit ne s’impose ni ne s’oppose à la matière. Au contraire, l’esprit et la matière, les intuitions internes et les visions externes19 se confondent dans les activités situées qui constituent le processus de création des choses20. Sans doute pour l’œil non averti d’un observateur extérieur et détaché, la manipulation de l’argile s’apparente-t-elle à un processus très différent de ceux qui sont généralement étudiés par la psychologie. Pourtant, l’activité de la poterie implique elle aussi une forme d’intelligence. Ce n’est pas le mouvement de l’argile qui est aveugle21, dépourvu de mémoire, de conscience ou d’imagination : c’est plutôt notre attention non éduquée qui n’a pas la capacité de parcourir le paysage d’affordances22 qui se constitue à travers cette activité et de découvrir la vie cognitive qui se joue dans les échanges entre les mains et l’argile.

Conclusion

15Comment penser le rôle des choses dans la vie cognitive humaine ? À l’heure actuelle, la question demeure mal comprise. Cela s’explique en partie par le fait que les différentes disciplines, qui travaillent généralement de manière isolée, accordent peu d’attention aux divers enchevêtrements entre les humains et les choses et aux écologies cognitives à travers lesquelles les deux se relient, se contraignent mutuellement et co-évoluent ensemble. Ce n’est pas que l’étude de ces interactions soit inintéressante ou moins importante, mais c’est qu’elles sont difficilement pensables dans le cadre des présupposés neurocentriques concernant l’emplacement et la nature de l’esprit, qui sont profondément ancrés dans les théories. Le cerveau est bien sûr essentiel à la cognition, mais il ne constitue qu’une partie du processus : les autres composantes de l’esprit humain, à la fois corporelles, sociales et matérielles, demeurent impensées ou mal pensées. L’un des principaux défis, pour les sciences cognitives, consiste à inventer des théories et des méthodes susceptibles de prendre en compte la dimension culturelle et les conditions matérielles de la pensée humaine.

16La théorie de l’engagement matériel a pour fonction de se demander comment, de quelle manière et à travers quels processus, la plasticité incarnée et évolutive de l’esprit humain s’intègre avec et dépend de la plasticité (ou de la stabilité) des choses. L’enjeu consiste à comprendre la nature des changements métaplastiques qui s’opèrent non pas au niveau de l’individu, mais au niveau plus large des pratiques culturelles et de l’engagement matériel. Dans cet article, il s’agissait d’explorer l’aspect créatif du devenir cognitif humain à travers l’exemple de l’activité de poterie. Cette situation paradigmatique de la fabrication a été considérée comme un exemple de découverte énactive et d’imagination matérielle. Le potier (cerveau et corps) réalise les affordances de l’argile. L’argile réalise les affordances du potier. Cette rencontre entre l’esprit et la matière ne se joue pas au niveau des représentations : elle constitue plutôt une transaction participative. Les formes sont les produits émergents de cette rencontre, à travers laquelle les mains et les yeux du potier touchent l’argile. Les formes sont les pensées de la matière.

Haut de page

Bibliographie

Bateson Gregory, Steps to an Ecology of Mind. London, Granada, 1973.

Clark Andy, Being There: Putting Brain, Body, and World Together Again. Cambridge, MIT Press, 1997.

Dreyfus Hubert L., « The Return of the Myth of the Mental », Inquiry, vol. 50, 2007, p. 352-365.

Fodor Jerry A., The Language of Thought, Cambridge, Harvard University Press, 1975.

Gallagher Shaun, Enactivist Interventions: Rethinking the Mind, Oxford, Oxford University Press, 2017.

Gosden Chris et Malafouris Lambros, « Process archaeology (P-Arch) », World Archaeology, vol. 47, n° 5, 2015, p. 701-707.

Hutchins Edwin, « Cognitive ecology », Topics in Cognitive Science, vol. 2, n° 4, 2010, p. 705-715.

Ihde Don et Malafouris Lambros, « Homo Faber revisited: Postphenomenology and material engagement theory. », Philosophy & Technology, vol. 32, 2019, p. 195-214.

Iliopoulos Antonis et Malafouris Lambros, « Cognitive archaeology », dans Claire Smith (dir.), Encyclopedia of Global Archaeology, New York, Springer, 2014, p. 1522-1530.

Ingold Tim, Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture, London, Routledge, 2013.

Kirsh David, « Adapting the Environment Instead of Oneself », Adaptive Behavior, vol. 4, 1996, p. 414-452.

Knappett Carl, Thinking Through Material Culture: An Interdisciplinary Perspective, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2005.

Knappett Carl et Malafouris Lambros (dir.), Material agency: Towards a Non-Anthropocentric Approach. New York, Springer, 2008.

Koukouti Maria Danae et Malafouris Lambros, « Material Imagination: An Anthropological Perspective », dans Anna Abraham (dir.), The Cambridge Handbook of the Imagination, Cambridge, Cambridge University Press.

Laland Kevin N., Darwin’s Unfinished Symphony: How Culture Made the Human Mind, Princeton, Princeton University Press, 2017.

Laland Kevin N., Odling-Smee John et Feldman Marcus W., « Niche Construction, Biological Evolution, and Cultural Change », Behavioral & Brain Sciences, vol. 23, n° 1, 2000, p. 131-146.

Latour Bruno, « Where are the Missing Masses? The Sociology of a Few Mundane Artefacts », dans Wiebe E. Bijker et John Law (dir.), Shaping Technology/Building Society: Studies in Sociotechnical Change, Cambridge, MIT Press, 1992, p. 225-259.

Malafouris Lambros, « At the Potter’s Wheel: An Argument for Material Agency », dans Carl Knappett et Lambros Malafouris (dir.), Material agency: Towards a Non-Anthropocentric Perspective, New York, Springer, 2008, p. 19-36.

Malafouris Lambros, « “Neuroarchaeology”: Exploring the Links Between Neural and Cultural Plasticity », Progress in Brain Research, vol. 178, 2009, p. 251-259.

Malafouris Lambros, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement, Cambridge, MIT Press, 2013.

Malafouris Lambros, « Creative Thinging: The Feeling of and for Clay », Pragmatics and Cognition, vol. 22, 2014, p. 140-158.

Malafouris Lambros, « Metaplasticity and the Primacy of Material Engagement », Time and Mind, vol. 8, 2015, p. 351-371.

Malafouris Lambros, « Material Engagement and the Embodied Mind », Thomas Wynn et Frederick L. Coolidge (dir.), Cognitive Models in Palaeolithic Archaeology, Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 69-82.

Malafouris Lambros, « On Human Becoming and Incompleteness: A Material Engagement Approach to the Study of Embodiment in Evolution and Culture », Gregor Etzelmüller et Christian Tewes (dir.), Embodiment in Evolution and Culture, Tübingen, Mohr Siebeck, 2016, p. 289-305.

Malafouris Lambros, « Bringing Things to Mind: 4Es and Material Engagement », Albert Newen, Leon De Bruin, et Shaun Gallagher (dir.), The Oxford handbook of 4E cognition, Oxford, Oxford University Press, 2018, p. 755-771.

Malafouris Lambros, « Mind and material engagement », Phenomenology and the Cognitive Sciences, vol. 18, 2019, p. 1-17.

Malafouris Lambros et Koukouti Maria Danae, « More than a Body: A Material Engagement Approach », dans Christian Meyer, Jürgen Streeck et J. Scott Jordan (dir.), Intercorporeality: Emerging socialities in interaction Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 289-303.

Malafouris Lambros et Koukouti Maria Danae, « How the Body Remembers its Skills: Memory and Material Engagement. », Journal of Consciousness Studies, vol. 25, 2018, p. 158-180.

Malafouris Lambros et Renfrew Colin, « Steps to a “Neuroarchaeology” of Mind: Introduction », Cambridge Archaeological Journal, vol. 18, n° 3, 2008, p. 381-385.

Malafouris Lambros et Renfrew Colin, « The Cognitive Life of Things: Archaeology, Material Engagement and the Extended Mind », dans Lambros Malafouris et Colin Renfrew (dir.), The Cognitive Life of Things: Recasting the Boundaries of the Mind, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, University of Cambridge, p. 1-12.

March Paul, « Playing with Clay and the Uncertainty of Agency. A Material Engagement Theory Perspective », Phenomenology and the Cognitive Sciences, 18, 2019, p. 133-151.

Newen Albert, De Bruin Leon et Gallagher Shaun (dir.), The Oxford Handbook of 4E Cognition, Oxford, Oxford University Press, 2018.

Renfrew Colin, Frith Chris et Malafouris Lambros, « Introduction. The Sapient Mind: Archaeology Meets Neuroscience », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 363, n° 1499, 2008, p. 1935-1938.

Rietveld Erik et Brouwers Anne Ardina, « Optimal Grip on Affordances in Architectural Design Practices: An Ethnography », Phenomenology and the Cognitive Sciences, 16, 2017, p. 545-564.

Rietveld Erik et Kiverstein Julian, « A Rich Landscape of Affordances », Ecological Psychology, vol. 26, 2014, p. 325-352.

Suchman Lucy A., Human-Machine Reconfigurations. Plans and Situated Actions (2nd ed.), Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Vallée-Tourangeau Frédéric et March Paul L., « Insight out: Making Creativity Visible », The Journal of Creative Behavior, advance online publication, 2018.

Van Dijk Ludger et Rietveld Erik, « Situated anticipation », Synthese, advance online publication, 2019.

Varela Francisco J., Thompson Evan et Rosch Eleanor, The Embodied Mind: Cognitive Science and Human Experience, Cambridge, MIT Press, 1991.

Wynn Thomas et Coolidge Frederick L. (dir.), Cognitive Models in Palaeolithic Archaeology., Oxford, Oxford University Press, 2017.

Haut de page

Notes

1 Chris Gosden et Lambros Malafouris, « Process archaeology (P-Arch) », World Archaeology, vol. 47, n° 5, 2015, p. 701-707 ; Antonis Iliopoulos et Lambros Malafouris, « Cognitive archaeology », dans Claire Smith (dir.), Encyclopedia of Global Archaeology, New York, Springer, 2014, p. 1522-1530 ; Carl Knappett, Thinking Through Material Culture: An Interdisciplinary Perspective, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2005 ; Lambros Malafouris et Renfrew Colin, « Steps to a “neuroarchaeology” of Mind: Introduction », Cambridge Archaeological Journal, vol. 18, 2008, p. 381-385 ; Lambros Malafouris et Colin Renfrew, « The Cognitive Life of Things: Archaeology, Material Engagement and the Extended Mind », Lambros Malafouris et C. Renfrew (dir.), The Cognitive Life of Things: Recasting the Boundaries of the Mind, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, University of Cambridge, p. 1-12 ; Colin Renfrew, Chris Frith et Lambros Malafouris, « Introduction. The Sapient Mind: Archaeology Meets Neuroscience », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 363, 2008, p. 1935-1938 ; Thomas Wynn et Frederick L. Coolidge (dir.), Cognitive Models in Palaeolithic Archaeology, Oxford, Oxford University Press, 2017.

2 Jerry A. Fodor, The Language of Thought, Cambridge, Harvard University Press, 1975.

3 Gregory Bateson, Steps to an Ecology of Mind, London, Granada, 1973 ; Andy Clark, Being There: Putting Brain, Body, and World Together Again, Cambridge, MIT Press, 1997; Gallagher Shaun, Enactivist Interventions: Rethinking the Mind, Oxford, Oxford University Press, 2017 ; Edwin Hutchins, « Cognitive Ecology », Topics in Cognitive Science, vol. 2, 2010, p. 705-715 ; Ingold Tim, Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture, London, Routledge, 2013 ; Francisco J. Varela, Evan Thompson et Eleanor Rosch, The Embodied Mind: Cognitive Science and Human Experience, Cambridge, MIT Press, 1991.

4 Lambros Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement, Cambridge, MIT Press, 2013.

5 Voir Shaun Gallagher, op. cit. ; L. Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement, op. cit. ; Albert Newen, Leon De Bruin et Shaun Gallagher (dir.), The Oxford Handbook of 4E Cognition, Oxford, Oxford University Press, 2018.

6 Lambros Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory Of Material Engagement, op. cit., p. 97.

7 Carl Knappett et Lambros Malafouris (dir.), Material Agency: Towards a Non-Anthropocentric Approach. New York, Springer, 2008 ; Bruno Latour, « Where are the missing masses? The sociology of a few mundane artefacts », Wiebe E. Bijker et John Law (dir.), Shaping Technology/Building Society: Studies in Sociotechnical Change, Cambridge, MIT Press, 1992, p. 225-259.

8 Nous conservons le terme anglais « thinging » qui joue sur la consonance entre « think » et « thing » pour témoigner des liens entre la pensée et les choses (pour souligner la dimension pratique, matérielle et technique de la pensée).

9 Voir aussi Malafouris Lambros, « Mind and material engagement. », op. cit. Nous traduisons « Things are for thinging, and minds are for minding » par « les choses chosifient et les esprits spiritualisent ».

10 Malafouris Lambros, « Material Engagement and the Embodied Mind », dans Thomas Wynn et Frederick L. Coolidge (dir.), Cognitive Models in Palaeolithic Archaeology, Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 69-82 ; Malafouris Lambros, « On Human Becoming and Incompleteness: A Material Engagement Approach to the Study of Embodiment in Evolution and Culture », Gregor Etzelmüller et Christian Tewes (dir.), Embodiment in Evolution and Culture, Tübingen, Mohr Siebeck, 2016, p. 289-305.

11 Ihde Don et Malafouris Lambros, « Homo faber revisited: Postphenomenology and material engagement theory. », Philosophy & Technology, vol. 32, 2019, p. 195-214.

12 Laland Kevin N., Darwin’s unfinished symphony: How culture made the human mind., Princeton, Princeton University Press, 2017 ; Laland Kevin N., Odling-Smee J. et Feldman M. W., « Niche Construction, Biological Evolution, and Cultural Change », Behavioral & Brain Sciences, vol. 23, 2000, p. 131-146.

13 Kirsh David, « Adapting the Environment Instead of Oneself », Adaptive Behavior, vol. 4, 1996, p. 414-452.

14 Gosden Chris et Malafouris Lambros, « Process archaeology (P-Arch) », op. cit. ; Malafouris L., « “Neuroarchaeology”: Exploring the Links Between Neural and Cultural Plasticity », Progress in Brain Research, vol. 178, 2009, p. 251-259 ; Malafouris Lambros, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement, op. cit. ; Malafouris Lambros, « Metaplasticity and the Primacy of Material Engagement », Time and Mind, vol. 8, 2015, p. 351-371 ; Malafouris L., « Material engagement and the embodied mind », op. cit. ; Malafouris Lambros, « On human Becoming and Incompleteness: A Material Engagement Approach to the Study of Embodiment in Evolution and Culture », op. cit.

15 Lucy A. Suchman, Human-Machine Reconfigurations. Plans and Situated Actions, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

16 Ludger van Dijk et Erik Rietveld, « Situated Anticipation », Synthese. Advance online publication, 2019.

17 Pour un développement plus détaillé de cette idée, voir Maria Danae Koukouti et Lambros Malafouris, « Material Imagination: An Anthropological Perspective », dans Anna Abraham (dir), The Cambridge Handbook of the Imagination, Cambridge, Cambridge University Press, à paraître ; Carl Knappett et Lambros Malafouris (dir.), Material Agency: Towards a Non-Anthropocentric Perspective, op. cit. ; Lambros Malafouris, How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement, op. cit. ; Lambros Malafouris, « Creative Thinging: The Feeling of and for Clay », Pragmatics and Cognition, vol. 22, 2014, p. 140-158 ; Lambros Malafouris et Maria Danae Koukouti, « More than a Body: A Material Engagement Approach », Christian Meyer, Jürgen Streeck et J. Scott Jordan (dir.), Intercorporeality: Emerging Socialities in Interaction, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 289-303 ; Malafouris Lambros et Koukouti Maria Danae, « How the Body Remembers its Skills: Memory and Material Engagement. », op. cit.

18 Dans les champs de la psychologie cognitive, du design et de l’ergonomie, les « affordances » désignent les caractéristiques d’un objet qui suggèrent son mode d’utilisation : l’usage de l’objet devient intuitif pour l’utilisateur en raison de certaines de ses propriétés suggérant la manière d’interagir avec lui.

19 Frédéric Vallée-Tourangeau et Paul L. March, « Insight Out: Making Creativity Visible », The Journal of Creative Behavior. Advance online publication, 2018.

20 Lambros Malafouris, « Creative Thinging: The Feeling of and for Clay », op. cit. Nous traduisons « the process of creative thinging » par « le processus de création des choses ».

21 Hubert L. Dreyfus, « The Return of the Myth of the Mental », Inquiry, vol. 50, 2007, p. 352-365.

22 Erik Rietveld et Anne Ardina Brouwers, « Optimal Grip on Affordances in Architectural Design Practices: An Ethnography ». Phenomenology and the Cognitive Sciences, vol. 16, 2017, p. 545-564 ; Erik Rietveld et Julian Kiverstein, « A Rich Landscape of Affordances », Ecological Psychology, vol. 26, 2014, p. 325-352.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les principaux postulats de la théorie de l’engagement matériel.
Légende Les choses sont des parties consubstantielles et coextensives des esprits en action (esprit étendu), les choses ont une efficacité causale dans la pensée et l’action humaines (agentivité matérielle), et les choses en tant que signes matériels produisent des effets et ne représentent pas simplement des concepts ou des images préexistants, comme les signifiants d’un signifié (signes énactifs).
Crédits © Lambros Malafouris for ERC/Handmade Project.
URL http://journals.openedition.org/appareil/docannexe/image/6658/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 2. Le potier à l’œuvre.
Crédits © Lambros Malafouris for ERC/Handmade Project.
URL http://journals.openedition.org/appareil/docannexe/image/6658/img-2.png
Fichier image/png, 745k
Titre Figure 3. La formation de la ligne dans l’argile.
Crédits © Lambros Malafouris for ERC/Handmade Project.
URL http://journals.openedition.org/appareil/docannexe/image/6658/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lambros Malafouris, « La pensée et les choses : pour une psychologie matérielle »Appareil [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 17 octobre 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/appareil/6658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/appareil.6658

Haut de page

Auteur

Lambros Malafouris

Professeur d’archéologie cognitive et anthropologique à l’université d’Oxford ; lambros.malafouris@arch.ox.ac.uk

Haut de page

Anne Alombert

Maîtresse de conférence en philosophie à l’université Paris 8 ; anne.alombert@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search