Skip to navigation – Site map

La quête d’un système socio-économique de la mode en Allemagne au début du xxe siècle : écrire l’histoire de la mode pour trouver une mode nationale

Philipp Jonke

Abstracts

The German economic writings and essays on fashion in the beginning of the 20th century, written by O. Neuburger, J. Schellwien, J. Gaulke, R. Bosselt and N. Stern can be used to analyse the use of fashion histories in works that are not meant to be histories of fashion. History of fashion is used in two ways in these writings: the first analyses the consequences of a fad on the economic system, the second sees in fads a symbol of political power. At the beginning of World War I, Bosselt and Stern see the opportunity for Germany to become the first nation in fashion. The political analysis of fashion history in these writings is of a nationalistic nature. None of these authors succeeded in finding a definition of what could be a “German national fashion”.

Top of page

Full text

  • 1 Otto Neuburger, Die Mode : Wesen, Entstehen und Wirken, Berlin, Siemenroth, 1913.
  • 2 O. Neuburger, Die Mode…, op. cit., p. 6.

1Dans le but d’évaluer l’impact de la mode sur l’économie allemande, l’économiste Otto Neuburger publie en 1913 Die Mode : Wesen, Entstehen und Wirken1. Son analyse repose en grande partie sur un commentaire des théories et de l’histoire de la mode. L’auteur précise dès la préface que pour « comprendre cette étrange apparition de la mode dans la vie économique », il ne pouvait « éviter quelques considérations historiques et théoriques »2. D’autres économistes ou essayistes témoignent eux aussi de la nécessité de se tourner vers le passé pour comprendre les évolutions contemporaines. Les auteurs cherchent donc à comprendre la situation de la mode de leur temps par le recours à l’histoire.

  • 3 Sur l’évolution de la confection de vêtements, cf. Friedrich-Wilhelm Döring, Vom Konfektionsgewerbe (...)
  • 4 De nombreuses études retracent l’importance des grands magasins dans le cadre de cette accessibilit (...)

2Les uns et les autres définissent le plus souvent la mode comme la production, distribution et utilisation de vêtements changeants dans le cadre de la culture de masse, engendrée par l’industrialisation et le capitalisme. En font-ils de même lorsqu’il s’agit de raconter l’histoire de la mode ? S’attachent-ils aux mêmes aspects ? La question prend tout son sens du fait qu’il ne s’agit pas pour ces auteurs d’écrire une histoire de la mode pour elle-même, mais de proposer une analyse de la rentabilité de la mode comme secteur de l’économie, ou encore d’identifier une mode « allemande » que les auteurs peinent à définir. Le regard sur le passé devrait alors leur permettre de dire comment la mode de leur temps se distingue de celle des siècles passés, de discerner les mécanismes du système et sa dimension culturelle : une production de plus en plus grande et sérielle3, une accessibilité plus facile aux nouveaux vêtements4 et une influence d’autres capitales de la mode, en premier lieu Paris.

  • 5 Les différents textes commentés ici sont, dans l’ordre chronologique: Johannes Gaulke, « Die Mode i (...)

3La sélection et l’analyse des passages qui relèvent de l’histoire de la mode dans les textes des écrivains Johannes Gaulke et Norbert Stern, de l’artiste Rudolf Bosselt et des économistes Johannes Schellwien et Otto Neuburger5 font ressortir deux points. D’un côté, on cherche à analyser la mode allemande comme une production vestimentaire autochtone et d’un autre côté comme un vêtement qui renvoie symboliquement à la nation allemande. Dans cet article, nous étudierons avant tout le recours à l’histoire de la mode pour voir dans quelle mesure elle peut être porteuse de nationalisme.

1. Positionnement des auteurs et enjeux des textes

4Les textes étudiés contiennent des définitions et exemples d’histoire de la mode différents. Ces différences s’expliquent dans un premier temps par leur positionnement dans l’histoire et par le contexte d’écriture. Jusqu’en 1914, la Révolution française et l’industrialisation progressive sont considérées comme les points de départ de la mode. En revanche, le début de la Première Guerre mondiale engendre un autre discours qui présente la guerre comme une nouvelle opportunité pour mettre en place une mode allemande.

5Les publications considérées n’ont pas le même but. Les auteurs des écrits publiés jusqu’en 1913 cherchent principalement à comprendre le système de la mode pour mieux évaluer les changements à introduire dans la production et la diffusion. Cela est notamment le cas du chapitre de Johannes Gaulke (1909) dans lequel il interroge les conséquences qu’a la production industrielle sur les faits culturels par le recours à l’histoire de la mode. Otto Neuburger (1913) et Johannes Schellwien (1913) décrivent les conséquences de la mode sur l’économie nationale. Ils cherchent à savoir si la mode enrichit le pays ou nuit à son économie.

6En revanche, les écrits de 1915 ont été rédigés par des auteurs proches du Werkbund (Association allemande des artisans) et encouragent avant tout un artisanat allemand. En 1915, Rudolf Bosselt, médailleur, publie un discours prononcé devant le Nationaler Frauendienst, association liée à l’économie de guerre. Norbert Stern, de son côté, fait paraître ses deux volumes de Mode und Kultur et Die Weltpolitik der Weltmode dans le but de déceler les enjeux de pouvoir politique et d’hégémonie culturelle dans la mode.

7Tant la présentation du moment de rupture qu’est la Révolution française que le positionnement dans leur propre temps renvoie à un but différent : d’un côté, Gaulke, Neuburger et Schellwien proposent une analyse des spécificités de la mode de leur temps, de l’autre côté, Bosselt et Stern veulent exposer la nature de la mode dans l’absolu.

8Tous les auteurs présentent la Révolution française comme un moment de rupture dont les conséquences peuvent être résumées en trois points :

  • 6 J. Gaulke, art. cit., p. 1363.
  • 7 J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 6.

(a) Le premier changement est une réorganisation de la société ou, du moins pour l’Allemagne, une nouvelle façon de concevoir la société. La fin des « préjugés d’ordres et de classes »6 constituerait la « condition sociale de la mode »7. Cette rupture radicale et cette nouvelle organisation de la société en France changerait alors la façon de concevoir le vêtement et donnerait lieu à une « uniformisation » qui est opposée aux lois somptuaires. Chaque individu pourrait alors se vêtir comme il l’entend et tenter de d’avoir la même apparence que les classes au-dessus de lui.

  • 8 J. Gaulke, art. cit., p. 1363.
  • 9 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 1, op. cit., p. 87.

(b) Il s’agit sans doute de la conséquence la plus importante pour les auteurs. Lorsque Gaulke parle de « Vereinheitlichung »8 (uniformisation) ou que Stern décrit la mode comme « Gemeingut »9 (bien commun), ils renvoient à une unité des modes possible après la Révolution. C’est précisément cette unité qui augmente l’importance de la question nationale : est-ce que l’unité de la mode se situe sur le plan national ou sur le plan international ? Quelles en sont les conséquences pour la production de mode et pour la société ?

  • 10 Maria Makela, « The Rise and Fall of the Flapper Dress : Nationalism and Anti-Semitism in Early-Twe (...)
  • 11 Karin A. Wurst, « Fashioning a Nation : Fashion and National Costume in Bertuch’s “Journal des Luxu (...)
  • 12 K. Wurst, art. cit., p. 378.

(c) Pour Norbert Stern, l’échelle locale voire nationale disparaîtrait après la Révolution. La « Weltmode » (mode mondiale) en serait renforcée et les nouvelles modes seraient diffusées plus rapidement. Ce constat renvoie à l’opposition entre modes nationales et modes internationales caractéristique de son époque. Si le primat des modèles parisiens peut faire l’objet d’une critique chez certains auteurs, nous pouvons également suivre l’avis de Maria Makela qui rappelle que la production de vêtements à partir de modèles parisiens en Allemagne pouvait être considérée comme un bénéfice partagé jusqu’en 191410. La volonté de mettre en place d’une mode allemande distincte de la mode française se renforce au moment d’un conflit politique. Cela se confirme par l’étude menée par Karin Wurst sur les débats autour du costume national dans le Journal des Luxus und der Moden de Bertuch11. Le deuxième débat a lieu en 1814-1815. Il oppose une approche économique et une approche culturelle. La deuxième approche s’inscrit alors, peu de temps après les guerres napoléoniennes, dans une opposition à Paris et une affirmation de l’Allemagne12.

  • 13 J. Gaulke, Die ästhetische Kultur des Kapitalismus, op. cit., p. 95.
  • 14 J. Schellwien, Wirtschaft und Mode…, op. cit., p. 8.

9Enfin, c’est le deuxième caractère, l’industrialisation, qui permettra aux auteurs allemands de se situer dans l’histoire de la mode. Comme le souligne Gaulke, il fallait ce changement économique pour que l’uniformisation puisse avoir lieu : « Die Vereinheitlichung des Kostüms hat jedoch erst durch die wirtschaftliche Entwicklung des 19. Jahrhunderts eine reale Basis erhalten / L’uniformisation du costume n’a cependant reçu son fondement réel qu’avec l’évolution économique du xixe siècle »13. La mode deviendrait alors le vêtement des « masses » comme le souligne Schellwien : « Massenbedarf und Massenartikel sind die ersten unbedingt notwendigen Voraussetzungen für das Bestehen der Mode / Le besoin des masses et des articles de masses sont les premières conditions indispensables à l’existence de la mode »14.

10Ces deux évolutions permettent de dire que les auteurs conçoivent la mode comme un système de vêtements changeants, sans distinction d’ordres, produits en série et diffusés rapidement à grande échelle. Il s’agirait d’un système international de la mode. À partir de 1914, la conception change encore : Bosselt comme Stern croient dès à présent que l’Allemagne pourrait devenir la première puissance dans ce système.

  • 15 Cette expression se retrouve dans: J. Gaulke, Die ästhetische Kultur des Kapitalismus, op. cit., p. (...)

11La mode est caractérisée comme « enfant de [leur] temps »15 par Gaulke et Schellwien. Ils se situent dans une évolution continue de la mode, évolution liée au capitalisme et à la production industrielle. La question principale était de savoir comment s’inscrire dans ce système pour en faire profiter l’économie nationale. La participation à ce système pouvait se faire par la production de modèles parisiens en Allemagne, par exemple, et ne demandait pas de remettre en question le rôle de Paris comme capitale de la mode.

  • 16 M. Makela, art. cit., p. 188.
  • 17 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 47.
  • 18 Moritz Loeb, Berliner Konfektion, Berlin, Seemann, 1906, p. 10 ; Brunhilde Dähn, Berlin Hausvogteip (...)
  • 19 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 1.

12Le début de la Grande Guerre est alors présenté par Bosselt et Stern comme une opportunité à saisir pour ne plus seulement s’inscrire dans ce système dépendant de Paris mais pour imposer une « mode allemande » au monde, notamment aussi parce que les producteurs allemands étaient exclus des présentations de collection à Paris16. En comparant cette affirmation à d’autres textes de l’époque, on constate un changement de signification du terme « mode ». Bosselt et Stern repensent aux victoires contre l’Empire napoléonien en 1814 et contre le Second Empire en 1870-71 en soulignant que la victoire n’a pas été remportée dans le domaine de la mode17. Cette affirmation ne peut pas faire référence au système de production vestimentaire puisque le secteur industriel a connu un essor considérable après l’occupation de Paris en 187018. Le terme de « mode » doit donc faire référence aux modèles vestimentaires et à la signification qui leur est attribuée. Suite à ce constat, l’avenir devient le mot-clé et l’histoire de la mode, entendue cette fois-ci comme l’histoire des formes vestimentaires changeantes issues d’un pays, servira d’illustration pour comprendre les jeux de pouvoirs à l’œuvre dans la mode. Bosselt souligne l’importance de l’avenir de la mode après la guerre en disant : « Nicht von der Mode für den Krieg wollen wir reden, sondern von der Zukunft der Mode durch den Krieg, der Zukunft einer deutsche Mode / Nous ne voulons pas parler de la mode pendant la guerre mais de l’avenir de la mode par la guerre, de l’avenir d’une mode allemande »19.

13La mode qu’ils espèrent trouver à la fin de la guerre ne se définit pas comme un système de production et de diffusion mais davantage comme un ensemble de valeurs visibles dans le vêtement :

  • 20 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 5.

Das gegenwärtige Empfinden – das Heraufholen oder Wiederbloßlegen deutscher Tugenden, die durch den langen Frieden und den wirtschaftlichen Aufschwung verloren geglaubt waren und nun plötzlich wieder auflebten, soll ausgenutzt werden, um in Verbindung mit dem Krieg und der Absperrung von Paris eine deutsche Mode zu schaffen, deren Gesetzgeberin die Sittlichkeit ist20.

Le sentiment actuel – la redécouverte et la mise au jour de vertus allemandes, que l’on croyait perdues durant cette longue paix et cet essor économique, et qui maintenant renaissent subitement – doit être exploité pour créer avec la guerre et l’exclusion de Paris une mode allemande dont la législatrice serait la vertu.

  • 21 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 14.
  • 22 Elke Gaugele, « Modetheorien und Fashion Studies », dans Critical Studies. Kultur-und Sozialtheorie (...)

14Cette citation de Bosselt illustre l’idée d’une analyse différente de la mode. Cette dernière se caractériserait principalement par la « vertu » voire les « vertus allemandes ». Son analyse de la mode diffère de celle des autres dans la mesure où elle serait l’expression du peuple allemand comme « Kulturvolk »21 (peuple de culture). Son propos se place davantage dans la lignée des écrits ethnographiques où la mode renverrait à un degré de culture. Cette idée se trouve déjà chez Christian Garve pour qui la mode devient l’expression « de la culture des nations développées »22. Dans cette forme d’étude du costume, les peuples sont comparés, ce qui ouvre la voie à des considérations nationales. Peut-on dès lors considérer qu’il s’agit de deux histoires de la mode, l’une comme analyse du système de production, l’autre porteuse de nationalisme ?

2. Deux histoires de la mode ? La quête d’un nouveau modèle : étude du système, étude des tendances

  • 23 O. Neuburger, Die Mode…, op. cit., p. 41.

15Neuburger, Gaulke et Schellwien conçoivent la mode uniquement dans le cadre de l’industrialisation et du capitalisme. Le rythme de production et de diffusion est donc crucial pour eux. Cela les amène à restreindre d’emblée le nombre d’illustrations historiques. Neuburger cherche explicitement à exclure un grand nombre d’exemples historiques en écartant les modes produites dans le cadre de l’« économie domestique »23. Son propos s’appuie ainsi sur des modes du xixe siècle.

  • 24 O. Neuburger, Die Mode…, op. cit., p. 71-73.

16Ces trois auteurs se demandent alors qu’elles étaient les répercussions d’une certaine mode mondiale sur le système de production et le marché du travail allemand. Neuburger consacre deux pages24 à cette question en revenant sur les changements de lieux de production en Europe suite à un changement de mode et à ses conséquences sur le marché du travail. Un changement en faveur de dentelles faites de laine et de soie aurait fait tripler les salaires en 1852 avant de les faire chuter. Si les exemples qu’évoque Neuburger accentuent l’instabilité économique liée à la mode, il n’y voit que peu d’inconvénients pour l’économie nationale. En ce sens, il rejoint Schellwien qui encourage la production de vêtements à l’échelle internationale :

  • 25 J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 28.

Wenn es auf der einen Seite auch zu beklagen ist, daß infolge der Vorherrschaft von Paris auf dem Gebiete der Damenmode alljährlich große Summen ins Ausland wandern, so wird doch dieser volkswirtschaftliche Nachteil dadurch wieder aufgewogen, daß sehr viel billiger produziert werden kann, weil gerade dank der Internationalität der Mode Bedarf an gleichartiger Ware auf eine ganz andere Basis gestellt wird25.

Si d’un côté, il est regrettable que tous les ans de grandes sommes aillent à l’étranger dans le cadre de la mode féminine en raison de la domination de Paris, ce désavantage pour l’économie nationale est équilibré par le fait que l’on produit à prix bien plus bas puisque, grâce à l’internationalisme de la mode, le besoin d’un même produit est mis à un autre niveau.

  • 26 M. Makela, art. cit., p. 188.

17Une analyse de l’évolution économique de la mode amène donc à relativiser la position culturelle de l’Allemagne et à encourager la participation à la production mondiale. Ceci s’explique également par l’exportation de la mode fabriquée en Allemagne qui s’élève en 1890 à 874 millions de Marks26.

  • 27 N. Stern, Die Weltpolitik der Weltmode, op. cit., p. 11.

18Les exemples cités dans les textes des auteurs jusqu’en 1914 datent principalement du xixe siècle puisque seules les modes de cette période permettraient de comprendre l’évolution jusqu’au tournant de siècle. Or, il en va autrement des écrits publiés après 1914, écrits qui s’intéressent moins au système de production de la mode et accentuent l’idée d’hégémonie politique et culturelle véhiculée par le vêtement, comme le montre Die Weltpolitik der Weltmode de Stern, qui cite la Rome antique27. Ce glissement d’une analyse économique à une analyse culturelle est mis en évidence par la comparaison du traitement de l’histoire des modes chez les auteurs.

  • 28 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 71, J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 17.
  • 29 Therese Dolan revoie aux différentes caricatures de l’Impératrice Eugénie en montrant que la crinol (...)

19Neuburger et Schellwien28 évoquent la crinoline afin d’illustrer les conséquences de cette mode sur l’économie allemande. Leurs remarques se limitent au système de production. Cette restriction est d’autant plus étonnante que la crinoline servait à la critique du pouvoir de l’impératrice Eugénie de 1850 à 187029. Comme en témoigne un extrait de Neuburger, aucune allusion n’est faite à la valeur politique et culturelle associée à cette mode.

  • 30 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 67.

Wer die Geschichte der Modenindustrien kennt, der weiß z.B., dass mit dem(?) Aufhören der Krinolinenmode in den 70er Jahren viele Krinolinenfabriken in Korsettfabriken umgewandelt wurden30.

Celui qui connaît l’histoire des industries de mode sait, par exemple, qu’avec la fin de la mode des crinolines dans les années 1870, de nombreuses fabriques de crinolines ont été converties en fabriques de corsets.

20L’allusion à « l’histoire des industries de mode » est significative puisqu’il explicite son recours à l’histoire : il place l’analyse d’une mode et, surtout, sa fin, dans le cadre d’une analyse d’un système économique proche de celui de 1913 pour en tirer des conclusions sur le fonctionnement du système de la mode et pour présenter ce qu’il faudrait encourager pour rendre le production allemande plus efficace. Il n’y évoque ni pouvoir étranger ni dimension culturelle mais uniquement l’impact sur les industries et la nécessité d’ajustement de la production à l’évolution du marché et de la demande.

21C’est précisément cette dimension qui manque dans les trois écrits de Norbert Stern. Un exemple récurrent dans ses écrits est celui de la robe à paniers, rappelée pour sa présence à l’époque rococo et associée au pouvoir politique et culturel de la France. Tout comme la crinoline, la robe à paniers était associée au pouvoir français, incarnée dans ce cas par Marie-Antoinette. Or, au lieu d’y revenir pour analyser le système de production, Stern l’analyse comme un symbole de pouvoir politique sous Louis XIV :

  • 31 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 166-167.

Es gibt keine Staatseinrichtung, keine Kulturbestrebung von Bedeutung, die sich nicht im Bilde der Mode widergespiegelt hätte. [...] Die mächtigen Perücken, die weiten Reifröcke zur Zeit Ludwigs XIV. symbolisieren den königlichen Pomp, den vornehmen Stolz...31

Il n’y a pas d’institution étatique, pas d’ambition culturelle d’importance qui ne se soit reflétée dans l’image de la mode. […] Les imposantes perruques, les larges robes à paniers du temps de Louis XIV symbolisent la pompe royale, l’élégante fierté...

  • 32 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 40.
  • 33 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 105.

22La robe à paniers ne sert pas à comprendre les changements introduits par la mode dans un système de production mais à démontrer à quel point elle participe à la gloire du monarque et à la représentation du pouvoir politique. Sa diffusion est alors interprétée comme une hégémonie politique et culturelle de la France. Cela se lit enfin dans l’association que Stern propose entre la robe à paniers, le rococo et la France. Il dit que « [d]ans le rococo l’esprit français triomphe »32 et que la robe à paniers est la « forme fondamentale »33 du rococo.

  • 34 Dans le cadre de l’Italie, Rosa Genoni a également cherché dès le début du XXe siècle à définir et (...)

23Cette différence dans le recours à des exemples de l’histoire de la mode suggère que les auteurs allemands définissent de plus en plus la mode allemande en opposition à une autre culture nationale, et que pour comprendre et transformer l’évolution de l’Allemagne, des critères culturels et nationaux sont à prendre compte. La mode s’inscrit pleinement dans la lutte contre l’hégémonie culturelle française. Enfin, cela se reconnaît le plus dans l’association de certaines modes à l’hégémonie d’une nation. En opposition à l’autre, on cherche alors une mode nationale en puisant dans l’histoire du pays34.

24De fait, quand on vise à cerner la composante nationaliste de la quête d’une mode allemande, une particularité des œuvres de Stern retient l’attention : il associe de manière systématique le pouvoir politique à la mode. Cela s’inscrit dans l’attente d’un changement, dans une nouvelle perspective, qui est celle d’écrire enfin l’histoire de la mode allemande comme « mode mondiale » :

  • 35 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 220.

Die Geschichte der Moden und Trachten ist gleichbedeutend mit der Geschichte der Völker. Die Geschichte der spanischen Tracht erzählt die Geschichte Spaniens. In der Geschichte der französischen Mode konterfeit sich die Geschichte Frankreichs. Wann wollen wir endlich einmal daran gehen, einer fernen Zukunft unsere Geschichte in einem eigenen Kleidsystem zu zeigen35 ?

L’histoire des modes et des costumes est synonyme de l’histoire des peuples. L’histoire du costume espagnol raconte l’histoire d’Espagne. Dans l’histoire de la mode française se reflète l’histoire de France. Quand allons-nous enfin montrer à un futur lointain notre histoire dans notre propre système vestimentaire ?

25Stern dépasse dans ce cadre les limites chronologiques imposées par la définition de la mode au début du xxe siècle, à savoir, le changement et la diffusion rapides et l’adaptation en un temps court grâce à une production sérielle et industrialisée et enfin la prise en compte des conditions de vente, parmi lesquelles les grands magasins.

26Dans ce contexte, il aspire à trouver une mode qui reflèterait l’histoire et les mœurs allemandes. Imposer une mode allemande, dont Stern ne donne pas de définition précise, serait imposer l’esprit allemand :

  • 36 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 1, op. cit., p. 47-48.

Was die Mode zeichnet, formt und koloriert, sind keine Nebensächlichkeiten, es sind die kulturellen Anschauungen, die sozialen Bestrebungen, die politischen Ziele und die wirtschaftlichen Verhältnisse der Völker, Stände und Geschlechter36.

Ce que la mode dessine, forme et colorie, ce ne sont pas des détails, ce sont les conceptions culturelles, les ambitions sociales, les buts politiques et les relations économiques des peuples, ordres et sexes.

27Dans les écrits plus proches de la Première Guerre, les interprétations culturelles voire subjectives des modes dominent. On quitte le terrain des analyses économiques où une production autochtone suffirait à faire la mode allemande pour chercher des spécificités culturelles signifiées par le vêtement.

3. Une mode allemande ? L’exemple du costume tudesque

28Du point de vue culturel, l’étude de certaines modes n’a pas permis aux auteurs de définir ce qu’est une mode allemande. Tous cependant renvoient au « costume tudesque ». Ce costume traditionnel aux variations régionales devrait, a priori, correspondre aux exigences d’une mode allemande puisqu’il serait la cristallisation de toutes les vertus accordées aux Allemands. Pourtant, les auteurs le refusent et ne voient dans ce vêtement aucune possibilité de créations nouvelles, nécessaires au bon fonctionnement du nouveau système de mode. On perçoit à travers le refus du costume tudesque des différences dans les approches : d’une part, il ne correspondrait pas à un système économique performant, d’autre part, il ne permettrait pas de refléter la personnalité de la personne vêtue.

  • 37 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 85.

29Le premier argument, celui de Neuburger, est exemplaire à ce titre. La « Tracht » (costume) n’est pas étudiée pour sa signification nationale mais pour son utilité. Si l’on cherche à « s’émanciper de la mode futile », on se tournerait vers ce qui a déjà existé et qui témoigne d’une « utilité », à savoir le costume37. En revanche, Neuburger s’oppose au costume tudesque puisqu’il ne permettrait pas de participer à la mode internationale. Tout semble dire que pour Neuburger l’uniformisation qui s’est faite au niveau mondial engendre également des considérations sur les échanges internationaux et empêcherait l’Allemagne de créer un modèle « allemand ».

  • 38 N. Stern, Die Weltpolitik der Weltmode, op. cit., p. 9.

30Les termes dans lesquels Norbert Stern écrit sur le costume sont différents. Il inscrit les créations de costumes nationaux en 1814 et 1871 dans le cadre d’une émancipation de la « tyrannie française »38. Le costume relève pour lui de mœurs cristallisées et peut devenir la base de différentes modes successives. Il le présente davantage comme un modèle. S’il refuse les costumes tudesques des années précédentes, c’est pour leur opposer un costume qui peut donner lieu à des modes différentes et être imposé à d’autres nations. Cette ambiguïté qui lie à la fois enjeux nationaux et souci de commerce international se retrouve dans l’image que Stern donne de Colbert :

  • 39 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 157-158.

In diesem Falle, wie so oft, wie immer, sprach der Prophet nur aus, was der Historiker gefunden hatte. [...] Jedes Volk verfügt über ganz bestimmte spezifische Vorzüge. [...] Er [Colbert] fing an, diese besonderen National-Eigentümlichkeiten seines Langes im weitesten Maße zu veredeln, zusammenzuschließen, einheitlichen Arbeiten, Aufgaben und Ideen dienstbar zu machen. [...] Mit ihrer [der Mode] Hilfe bekriegte, besiegte, regierte Colbert die weibliche Welt, das will sagen die ganze Welt 39.

Dans ce cas [le pressentiment qu’avait Colbert pour la mode], comme si souvent, comme toujours, le prophète ne dit que ce que l’historien avait trouvé. […] Chaque peuple possède certains traits spécifiques définis. […] Il [Colbert] commença par ennoblir largement ces particularités nationales, par les réunir, les mettre au service de travaux, missions et idées communs. […] Grâce à son aide [celle de la mode], Colbert menait la guerre, vainquait, régnait sur le monde des femmes, ce qui veut dire, sur le monde entier.

31Au centre de toutes ces considérations se situe l’ambition d’encourager la production allemande et de la rendre plus rentable. L’impossibilité de définir concrètement des modes dont l’apparence ferait référence à l’Allemagne amène les auteurs à considérer les possibilités économiques. À partir de cette étude, on peut retenir que la quête d’une mode allemande juxtapose le souci de la stabilité économique et celui de la cohérence nationale créée par le discours. Au moment des conflits, l’interprétation culturelle du vêtement l’emporte dans les discours sur la mode.

32Neuburger est conscient de l’enjeu double de la quête d’une mode allemande, de celui d’une économie stable et celui d’une identité nationale. Il les évoque en disant :

  • 40 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 87.

Wir können von vornherein sagen: die Produzentenbewegung sucht zweierlei Maßregeln gegen die Mode zu treffen: [...]Die erste Bewegung können wir zusammenfassen unter dem Schlagwort Qualitätsarbeit und die zweite unter dem der deutschen Mode40.

Nous pouvons dire d’emblée : le mouvement des producteurs cherche à réglementer la mode de deux manières. […] Nous pouvons résumer le premier mouvement sous le terme de travail de qualité, le deuxième sous le terme de mode allemande.

  • 41 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 6-7.

33Si certains auteurs donnent des listes de ce qui resterait à faire du point de vue économique pour renforcer l’industrie de la mode allemande, les auteurs d’après 1914 ajoutent une composante culturelle plus forte au discours sur la production. Ce changement mènerait alors à une mode allemande qui favoriserait l’hégémonie allemande, et serait l’indice de velléités guerrières et conquérantes. On retrouve cela chez Bosselt : « In Deutschland soll der Versuch gemacht werden, die Herrschaft abzuschütteln, die Mode im eigenen Lande zu schaffen, und nicht nur für das eigene Land, sondern auch für andere Länder / On doit faire l’essai en Allemagne de se débarrasser de la domination, de créer la mode dans notre propre pays, et non seulement pour notre propre pays mais aussi pour d’autres pays »41.

34Il est remarquable que cette quête d’une mode allemande ne puisse plus se permettre d’exclure les ventes à l’étranger. En revanche, on cherche de plus en plus à imposer une identification claire du produit. Dans cette période, on voit ressortir l’importance du discours et de la signification construite pour le vêtement.

Conclusion

35En somme, si à travers le recours à l’histoire on cherche à comprendre l’évolution de la mode pour trouver un système de la mode performant en Allemagne, c’est qu’on essaie de trouver les moyens et dispositifs à mettre en œuvre pour s’imposer sur le marché international. En revanche, les particularités nationales ou locales ne doivent pas être perdues dans ce processus. Deux niveaux de lecture et deux types d’histoire ressortent de ces écrits : l’histoire qui se concentre sur le système économique voit une évolution ayant atteint un point de non-retour et encourage à suivre le mouvement commencé, et l’histoire du costume, des tendances et l’analyse culturelle du vêtement, qui relèvent du souci de présenter la particularité de la jeune nation allemande, de s’affirmer et de trouver une cohésion interne. Tout semble dire enfin que pour analyser les modes dans leur dimension politique, leur potentiel révolutionnaire, il faut surtout s’arrêter sur les discours qui forgent leur sens et interpréter ces discours à leur tour pour comprendre les idées politiques et économiques qui les sous-tendent. L’affirmation et le souhait de construction d’une identité nationale par une valeur culturelle commune exprimée dans le vêtement ne peut plus se dispenser d’une réflexion économique et cherche donc des solutions appropriées dans l’histoire de la mode.

Top of page

Notes

1 Otto Neuburger, Die Mode : Wesen, Entstehen und Wirken, Berlin, Siemenroth, 1913.

2 O. Neuburger, Die Mode…, op. cit., p. 6.

3 Sur l’évolution de la confection de vêtements, cf. Friedrich-Wilhelm Döring, Vom Konfektionsgewerbe zur Berkleidungsindustrie : Zur Geschichte der Technisierung und Organisierung der Massenproduktion von Bekleidung, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1992, p. 59-104 ; Uwe Westphal, Berliner Konfektion und Mode 1836-1939 : Die Zerstörung einer Tradition, Berlin, Hentrich, 1992[1986], p. 19-44.

4 De nombreuses études retracent l’importance des grands magasins dans le cadre de cette accessibilité. Cf. en particulier : Ulrike Zitzlsperger et Godela Weiss-Sussex (éd.), Das Berliner Warenhaus : Geschichte und Diskurse, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2013.

5 Les différents textes commentés ici sont, dans l’ordre chronologique: Johannes Gaulke, « Die Mode in sexueller und in wirtschaftlicher Beleuchtung », Blaubuch II, n°45, 1907, p. 1361-1366 ; Johannes Gaulke, « Stil und Modewechsel », dans Die ästhetische Kultur des Kapitalismus, Berlin, Freier literarischer Verlag, 1909, p. 91-111 ; Johannes Schellwien, Wirtschaft und Mode : eine volkswirtschaftliche Studie, Leipzig, Felix Dietrich, 1912 ; O. Neuburger, Die Mode…, op. cit. ; Norbert Stern, Die Weltpolitik der Weltmode, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1915 ; Norbert Stern, Mode und Kultur, vol. 1, « Psychologisch-ästhetischer Teil », Dresde, Klemm & Weiss, 1915 ; Norbert Stern, Mode und Kultur, vol. 2, « Wirtschaftlich-politischer Teil », Dresde, Klemm & Weiss, 1915.

6 J. Gaulke, art. cit., p. 1363.

7 J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 6.

8 J. Gaulke, art. cit., p. 1363.

9 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 1, op. cit., p. 87.

10 Maria Makela, « The Rise and Fall of the Flapper Dress : Nationalism and Anti-Semitism in Early-Twentieth Century Discourses on German Fashion », The Journal of Popular Culture, n°24/3, 2000, p. 187.

11 Karin A. Wurst, « Fashioning a Nation : Fashion and National Costume in Bertuch’s “Journal des Luxus und der Moden” », German Studies Review, n°28/2, 2005, p. 367-386.

12 K. Wurst, art. cit., p. 378.

13 J. Gaulke, Die ästhetische Kultur des Kapitalismus, op. cit., p. 95.

14 J. Schellwien, Wirtschaft und Mode…, op. cit., p. 8.

15 Cette expression se retrouve dans: J. Gaulke, Die ästhetische Kultur des Kapitalismus, op. cit., p. 95 ; J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 6. On peut estimer qu’il s’agit d’une variante de l’expression connue de Werner Sombart, « la mode est l’enfant chérie du capitalisme » : Werner Sombart, Wirthschaft und Mode : Ein Beitrag zur Theorie der modernen Bedarfsgestaltung, Wiesbaden, Bergmann, 1902, p. 23.

16 M. Makela, art. cit., p. 188.

17 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 47.

18 Moritz Loeb, Berliner Konfektion, Berlin, Seemann, 1906, p. 10 ; Brunhilde Dähn, Berlin Hausvogteiplatz : Über 100 Jahre am Laufsteg der Mode, Göttingen, Musterschmidt, 1968, p. 92 ; F.-W. Döring, Vom Konfektionsgerwebe…, op. cit., p. 62.

19 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 1.

20 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 5.

21 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 14.

22 Elke Gaugele, « Modetheorien und Fashion Studies », dans Critical Studies. Kultur-und Sozialtheorie im Kunstfeld, éd. par E. Gaugele et J. Kastner, Wiesbaden, Springer, 2016, p. 187.

23 O. Neuburger, Die Mode…, op. cit., p. 41.

24 O. Neuburger, Die Mode…, op. cit., p. 71-73.

25 J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 28.

26 M. Makela, art. cit., p. 188.

27 N. Stern, Die Weltpolitik der Weltmode, op. cit., p. 11.

28 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 71, J. Schellwien, Wirtschaft und Mode..., op. cit., p. 17.

29 Therese Dolan revoie aux différentes caricatures de l’Impératrice Eugénie en montrant que la crinoline servait à l’identification. Crinoline et pouvoir étaient donc associés. Therese Dolan, « The Emperess’s New Clothes : Fashion and Politics in Second Empire France », Woman’s Art Journal, n°15/1, 1994, p. 22-28.

30 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 67.

31 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 166-167.

32 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 40.

33 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 105.

34 Dans le cadre de l’Italie, Rosa Genoni a également cherché dès le début du XXe siècle à définir et mettre en place une mode italienne, opposée à la mode française. Cf. Eugenia Paulicelli, « Fashion, the Politics of Style and National Identity in Pre-Fascist and Fascist Italy », Gender & History, n°14/3, 2002, p. 537-559.

35 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 220.

36 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 1, op. cit., p. 47-48.

37 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 85.

38 N. Stern, Die Weltpolitik der Weltmode, op. cit., p. 9.

39 N. Stern, Mode und Kultur, vol. 2, op. cit., p. 157-158.

40 O. Neuburger, Die Mode..., op. cit., p. 87.

41 R. Bosselt, Krieg und deutsche Mode, op. cit., p. 6-7.

Top of page

References

Electronic reference

Philipp Jonke, « La quête d’un système socio-économique de la mode en Allemagne au début du xxe siècle : écrire l’histoire de la mode pour trouver une mode nationale », Apparence(s) [Online], 9 | 2019, Online since 13 May 2019, Connection on 19 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/apparences/1451

Top of page

Author

Philipp Jonke

Université de Lyon, ENS de Lyon, IHRIM – UMR5317
philipp.jonke@ens-lyon.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page