Skip to navigation – Site map

Étudier le costume dans une dynamique interinstitutionnelle et collaborative. L’Université Laval et les Musées de la civilisation de Québec dans la formation des étudiants

Valérie Laforge Ph.D. and Jocelyne Mathieu

Abstracts

Since 2002, a protocol of agreement established between the Laval University and the Museums of the civilisation in Quebec supports an inter-institutional collaboration in particular in the training of students, for example for the course entitled Costume and culture. Taking part in the problems of appearance, the costume is then studied like an individual and collective expression playing a strategic part in the social interrelationships. According to the periods covered by the collection of the Museums of the civilisation, work is directed especially towards the end of the 19th century, and 20th until our days. The possibility of seeing artifacts, to learn how to handle them, to study visu the forms, the materials, the manufacturing processes makes it possible to the students to be formed better thanks to the conjugation of the theory and the practice; this approach opens potential avenues of research, provides an appreciable contribution to the work of the conservatives, the valorization and the diffusion of their achievements too often remained in the shade, and enriches by new knowledge several documentary files. By thus opening the reserves and by putting the collections at the training service intellectual and professional, the Museums of the civilisation support a targeted training and contribute to the formation of the changing, particularly in conservation and museology, which proved to be unambiguous a positive experiment.

Top of page

Full text

  • 1 Ils regroupent le Musée de la civilisation, la Maison historique Chevalier, le Musée de la Place Ro (...)

1Depuis 2002, un protocole d’entente établi entre l’Université Laval et les Musées de la civilisation à Québec1 favorise une collaboration interinstitutionnelle notamment dans la formation d’étudiants. Des expériences d’enseignement sont menées au cœur des collections muséales à la fois dans les cours et séminaires offerts au premier et au deuxième cycles universitaires, par des stages spécialisés et lors de recherches visant l’obtention d’une maîtrise (Master) ou d’un doctorat (PhD) .

1. Un enseignement collaboratif

2Une collaboration soutenue s’est particulièrement développée pour le cours intitulé Costume et culture offert à l’Université Laval en ethnologie au Département des sciences historiques et ouvert à d’autres disciplines des sciences humaines. Il constitue un cas de figure significatif au regard de la perspective de recherche du Groupement d’Intérêt Scientifique « Apparences, corps et sociétés » (GIS-ACORSO) puisque l’objectif général de ce cours est d’établir des rapports entre le corps, le costume et la culture. Donnée conjointement par les auteures, cette formation de premier cycle, offerte périodiquement depuis plusieurs années, associe les compétences et les ressources des parties respectives engagées dans l’entente université-musée.

3Une conjugaison de la théorie et de la pratique permet de mettre les étudiants très tôt en contact avec le monde du travail, mais aussi et surtout avec la matière étudiée et matérialisée par les collections de la société d’État, en l’occurrence celle du costume qui couvre la période des xixe, xxe et xxie siècles. Le costume féminin y est majoritairement représenté bien que les costumes masculin et d’enfant proposent plusieurs spécimens d’intérêt. Ce segment de la collection institutionnelle s’est élaboré sur la base de donations de collectionneurs et de particuliers qui ont conservé le patrimoine familial. De plus en plus de designers de mode québécois sont aussi sensibles à la pérennisation de leur travail et se tournent vers les Musées de la civilisation. L’actualisation de la collection de costume vers une expression contemporaine et québécoise représente aujourd’hui un des objectifs prioritaires de la collecte.

  • 2 Madeleine Doyon fut secrétaire des Archives de folklore de l’Université Laval à Québec dès leur cré (...)

4D’abord dispensé sous le titre Costume et textile, le cours a été conçu dans une perspective historique en visant une connaissance de base de l’évolution du costume euro-américain et des textiles artisanaux en Occident. Quelques thématiques sont développées dans la suite des recherches des spécialistes lavalois, surtout à partir des travaux de Madeleine Doyon-Ferland (1912-1978) sur le costume dit traditionnel et régional2. Dans sa formule actuelle, le cours aborde le costume comme forme identitaire de la culture. Prenant part à la problématique de l’apparence, le costume est étudié comme une expression individuelle et collective jouant un rôle stratégique dans les interrelations sociales. Dans cette perspective, une filiation étroite entre coutume, costume et mode s’impose ; des liens pertinents s’établissent entre certaines tendances vestimentaires, des composantes de l’habillement et les modes, notamment canadiennes, depuis le xviiie siècle jusqu’à nos jours. Les objectifs d’apprentissage visent ainsi : à établir les rapports entre le corps, le costume et l’expression identitaire ; à étudier des questions relatives au corps, aux vêtements et à leurs accessoires ; à se familiariser avec le vocabulaire, les outils et les méthodes permettant de documenter les composantes des costumes et les textiles ; à dégager les éléments pertinents du costume qui permettent de cerner et d’interpréter les caractéristiques identitaires d’un individu, d’un groupe donné, d’une société, d’une culture ; à analyser les influences et la dynamique qui s’opère entre le traditionnel et le moderne. Ces objectifs se conjuguent pertinemment avec ceux d’un musée de société tels que les Musées de la civilisation.

2. Le corps, le costume et la mode aux Musées de la civilisation

  • 3 Roland Arpin, Le Musée de la civilisation. Concept et pratiques. Québec, Musée de la civilisation e (...)

5Le Musée de la civilisation a été inauguré à Québec en 1988. D’entrée de jeu, au cœur de la programmation inaugurale, a lieu l’exposition Souffrir pour être belle qui affiche au premier plan l’intérêt socioculturel de l’institution pour le corps et l’apparence. Plus encore, le corps est partie prenante des cinq grands champs thématiques sur lesquels se déploie le projet culturel originel du Musée : le corps et les mécanismes d’adaptation ; la matière et la ressource physique (la créativité) ; la société et le milieu humain (organisation sociale, pouvoir) ; le langage et la communication ; la pensée et l’imaginaire3.

  • 4 Couturier québécois, il lance sa première collection en 1963, crée plusieurs uniformes dont celui d (...)

6Plusieurs expositions relatives aux thématiques du corps, du costume, de la mode et de l’apparence ont depuis fait partie de la programmation des Musées de la civilisation. En plus de Souffrir pour être belle, mentionnons La donation Michel Robichaud 4, Mode et collection, Vive la mariée, Talons et tentations, Parole de peau, De film en aiguilles, les créations de Renée April à Hollywood, Chapeau ! Sans oublier l’intégration de textiles et de vêtements dans diverses expositions non spécifiquement dédiées à ces seules thématiques.

Fig. 1a.  MCQ. La donation Michel Robichaud, 6 octobre 1993- 13 février 1994

Photographie, Pierre Soulard

Fig. 1b.  MCQ. Mode et collection, 10 décembre 1997 – 25 octobre 1998

Photographie, Jacques Lessard

Fig. 1c. MCQ. Vive la mariée, 15 juin 1994 – 26 février 1995

Photographie, Pierre Soulard

Fig. 1d. Chapeau ! 12 octobre 2001 – 12 août 2012

Photographie, Annabelle Fouquet, Perspective Photo.

  • 5 Michel Côté, 2013. Le projet culturel des Musées de la civilisation. Québec, Musée de la civilisati (...)

7En 2013, les 25 années d’existence des Musées de la civilisation appellent les bilans, la révision de leur projet culturel de même qu’une relecture de leurs axes thématiques: la nature et l’environnement, le cadre de vie, la structuration et l’organisation, les échanges et la communication, la création et l’innovation structurent désormais la réflexion de ce musée de société qui doit rendre compte de toute la complexité du réel5. Au cœur du défi, la personne humaine incarne l’échelle privilégiée qui en permet une lecture plurielle. Plus que jamais les expressions individuelles et collectives souvent définies par les apparences et le corps constituent des enjeux contemporains qui interpellent les Musées de la civilisation.

8Les axes de la structure originale de 1988, intégrés, implicites, sont désormais redéfinis dans toutes les facettes de ce prisme à géométrie variable qui dynamise une organisation concertée de toute action des Musées de la civilisation : recherche, collecte, exposition, médiation, communications, etc.

3. Partager des sources et des méthodes

9Les diplômés en ethnologie, dont plusieurs se sont spécialisés en culture matérielle, trouvent un débouché pertinent au sein des musées. Dans le contexte d’un musée de société, les cursus et notamment celui offert en ethnologie, doivent décliner une formation qui tient compte du travail sur les collections muséales, leur gestion, leur documentation, leur conservation préventive jusqu’à leur mise en valeur. Cet apprentissage concret favorise l’application des concepts enseignés, l’approfondissement des connaissances et le développement des habiletés congrues. Dans le domaine du costume, l'étude minutieuse d’une pièce repose, selon le modèle développé, non seulement sur l’objet lui-même et sa description détaillée, mais aussi sur son contexte d’usage et sa biographie propre ; voilà l’une des premières démarches enseignées et une voie méthodologique favorisée et co-supervisée. Cette façon d’appréhender l’objet tangible, la personne et le corps exige à la fois des analyses formelle et contextuelle auxquelles l’étudiant est convié par l’exploitation de diverses sources, incluant la production de sources orales. La réalisation d’entrevues auprès notamment des donateurs s’avère centrale et, malgré les limites inhérentes à ce type de démarche et de source, fournit une information inédite et utile qui nourrit les fonds documentaires au service des chercheurs et des étudiants par un éventail de témoignages conservés à la fois dans les archives de l’Université Laval et dans les dossiers des Musées.

  • 6 Un autre cours, intitulé Documenter des objets et des collections, a été entièrement conçu pour êtr (...)

10Les expositions, les réserves muséales et les archives accueillent de façon privilégiée, en groupe ou individuellement, les candidats inscrits à la formation spécialisée relativement à l’habillement et aux arts de la mode ; des visites commentées d’expositions pertinentes sont d’ailleurs incluses dans le calendrier des rencontres prévues pour un cours ou un séminaire. Cette pratique courante est doublée d’invitations particulières dans les réserves sous la supervision des conservateurs responsables qui initient les étudiants aux collections et proposent des sélections d’artéfacts sur lesquelles travailler. Déjà au premier cycle universitaire, les étudiants sont amenés à élaborer des dossiers documentaires comme moyen d’évaluation de leur apprentissage, de leurs connaissances et de leurs habiletés. Dans Costume et culture, l’élaboration d’un tel dossier se fait à partir d’une pièce (ou ensemble) de vêtement(s) ou d’accessoire(s) des collections muséales. Les étudiants s’étant vu attribué un corpus d’objets, doivent appliquer les méthodes de recherche et de documentation utilisées par les conservateurs. L’étudiant a ainsi l’occasion d’apprendre sur l’artéfact lui-même, sur son histoire, de le situer dans le temps, dans l’espace et comme composante d’une collection institutionnelle. Il doit impérativement investiguer des sources variées et développer des habiletés de description et d’analyse des objets étudiés. Il s’initie au traitement de toute acquisition et découvre les différentes facettes de son insertion dans le patrimoine national. Le choix d’une pièce de costume issue de la collection des Musées de la civilisation et le travail in situ stimulent l’intérêt des étudiants dont plusieurs, par une motivation accrue, poursuivront des études plus poussées dans le domaine. Appelés à devenir des professionnels rompus à la fois à la recherche scientifique et à la mise en valeur d’objets et de collections6, les étudiants s’exercent au transfert de connaissances dans une perspective communicationnelle et entretiennent tôt une dynamique d’échange avec un milieu professionnel.

11Plusieurs donations de costumes représentatives des xixe et xxe siècles constituent désormais des références et des corpus incontournables. Mentionnons la collection Serge Joyal, donation d’importance majeure dès l’ouverture des Musées de la civilisation (12 000 pièces) ; elle rassemble des vêtements et accessoires majoritairement féminins attestant de la période allant de la fin du xixe siècle jusqu’aux années 1920 ; celle de  Michel Vallée et de Johanne Pilon-Vallée, de 1 200 pièces, réfère globalement à la même époque, alors que la collection d’Annie et Pierre Cantin (1 800 pièces) couvre surtout le xxe siècle (1900-1980).

Fig. 2.  Redingote. Dentelle de coton, vers 1910. Musée de la civilisation, don de  Annie et Pierre Cantin

Photo Valérie Laforge 2007.

  • 7 Voir le Dictionnaire de la mode au Québec, sous la direction de Gérald Baril, Montréal, Fides, 2004 (...)
  • 8 Laboratoire d’ethnologie urbaine (coordination à la recherche : Martine Roberge et Simonne Dubois), (...)

12D’autres collections plus récentes reflètent davantage et de façon significative l’histoire de la mode au Québec, telle la donation déjà évoquée de Michel Robichaud. D’autres stylistes7, notamment John Kelly, Marielle Fleury, Jean-Claude Poitras, Marie-Saint-Pierre, Line Bussières, Jean Airoldi, Christian Chenail, Véronique Miljkovitch, Hélène Barbeau, Michel Desjardins sont également mis en valeur lors d’expositions. Parallèlement, les collections, témoins de différentes époques, suscitent ou complètent des travaux universitaires. Par exemple, l’acquisition par les Musées de la civilisation du fonds de la Dominion Corset, entreprise de confection de sous-vêtements féminins à Québec, vient compléter l’étude réalisée au Laboratoire d’ethnologie urbaine de l’Université Laval sur Les ouvrières de Dominion Corset à Québec 1886-19888.

  • 9 Cette collection totalise 7 658 documents, dont 4 718 catalogues commerciaux, 227 manuels de l’ache (...)
  • 10 Lire Michel Lessard, « De l’utilité des catalogues commerciaux en ethnohistoire du Québec », Les ca (...)

13En 2009, les Musées de la civilisation acquièrent une collection exceptionnelle de catalogues commerciaux rassemblée par un collectionneur renommé, Ronald Chabot9. Cette acquisition est précieuse pour la recherche et l’enseignement car elle offre la possibilité d’étudier la circulation des biens, notamment celle du costume et de la mode, et fournit une riche iconographie, parfois contextualisée et mise en scène, permettant d’ajouter, entre autres, l’étude des silhouettes et des attitudes suggérées10.

Fig. 3a. Catalogues, Fonds Ronald Chabot

Photographie Musées de la civilisation

Fig.  3b. Catalogues, Fonds Ronald Chabot

Photographie Musées de la civilisation

14Avec les collections déposées aux Archives de l’Université Laval qui conservent des enquêtes de terrain, des fonds iconographiques et des documents relatifs à la francophonie nord-américaine, les collections des Musées de la civilisation offrent un corpus incontournable pour étudier la société québécoise, les représentations identitaires, l’expression de la mode dans le quotidien et les événements spéciaux de la vie, des thèmes traités dans le cours Costume et culture.

15La mise sur pied du Centre national de conservation et d’études des collections (CNCEC) s’impose maintenant comme une plateforme, une interface entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Dans un avenir relativement proche, les Musées de la civilisation prévoient l’agrandissement de l’actuel CNCEC afin d’une part, d’accroître l’espace des voûtes pour l’entreposage des collections et d’autre part, de développer un lieu multiforme favorisant la démocratisation de l’accès aux collections de l’institution d’État. À l’instar d’un centre d’archives où les chercheurs viennent consulter des documents précieux, les Musées de la civilisation souhaitent accueillir les chercheurs et les étudiants qui désirent travailler in situ sur un corpus choisi, et approfondir leurs connaissances en utilisant l’objet comme source de première main. En parallèle, les Musées de la civilisation aspirent à se doter d’espaces pour tenir séminaires et colloques, classes pratiques, cliniques de documentation ponctuelles en favorisant la participation citoyenne. Un Musée de société se définit par une mission nécessairement très large. Il a le devoir de comprendre, de connaître, de transmettre la mémoire de cette société, une mémoire qui se construit aussi au présent, dans le monde contemporain avec tous les enjeux qui la dynamisent. Dans ce contexte, le CNCEC favorisera également les résidences d’artistes qui souhaitent utiliser les objets de la collection dans leur exploration de ce social qui nous anime et nous définit. Tout cela renforcera les pratiques actuelles dans un environnement favorable à la formation des étudiants.

4. Des connaissances conjuguées

16Mais quel apprentissage cette dynamique interinstitutionnelle favorise-t-elle pour la connaissance du costume au Québec ?

  • 11 Jean Cuisenier, Costume Coutume. Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1987, p. 33
  • 12 Le costume civil en Nouvelle-France. Ottawa, Musée national du Canada, 1968, p. 1-13 (Bulletin 215)
  • 13 Jocelyne Mathieu, « Au sujet des rapports entre le costume traditionnel et la mode. Le cas du costu (...)
  • 14 Jocelyne Mathieu, «Mode vestimentaire. Une modernité partagée entre l’Amérique et l’Europe», Québec (...)

17Le cours Costume et culture, pose la question des rapports entre l’habillement traditionnel et la mode. L’affirmation de Jean Cuisenier selon laquelle « être en costume, c’est bien, au fond, exposer la coutume11 » lance la réflexion et la perspective promue notamment par l’historien et ethnologue Robert-Lionel Séguin, au regard du comportement du Canadien et de la Canadienne qui s’habillent d’abord à la française en suivant les modes métropolitaines, convie l’étudiant à s’interroger sur les rapports interculturels et sur la circulation des idées et des biens. Ainsi, les modes se diffusent-elles en milieu urbain et rural dès le xviiie siècle12. Ce propos, affirmé à la lumière de documents d’archives, révèle que le Canada n’était pas isolé et qu’il adopte les modes qui circulent à cette époque. Dans une colonie où les habitants dépendent de la métropole, la perméabilité aux courants de mode, combinée à une prédisposition à la mobilité de l’immigrant et du voyageur, tracent un trait de caractère dominant des comportements collectifs tel que le besoin de changement qui s’exprime de différentes façons, notamment dans les tenues vestimentaires observées chez les Québécois même aujourd’hui13. Diverses influences s’exercent au cours des siècles, non seulement par des emprunts du Nouveau monde à l’Ancien, mais aussi par le rayonnement de l’Amérique en Europe14.

Fig. 4a. À gauche : Louis Boily, L’acteur Chenard en sans-culotte, 1792, Musée Carnavalet, Paris. À droite : Un Vieux de 37 tirée de Henri Julien, Album. Montréal, Librairie Beauchemin limitée, 1916, p. 186

Musées de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec, SQ014939

Fig. 4b. À gauche : Louis Boily, L’acteur Chenard en sans-culotte, 1792, Musée Carnavalet, Paris. À droite : Un Vieux de 37 tirée de Henri Julien, Album. Montréal, Librairie Beauchemin limitée, 1916, p. 186

Musées de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec, SQ014939

  • 15 Les deux études suivantes sont de bons exemples de recherches s’appuyant en tout ou en partie sur u (...)

18Le rapprochement établi entre l’acteur Chenard et le Vieux de 37 montre que les Sans-culottes de la Révolution française ont indirectement influencé nos Patriotes des Rébellions de 1837-1838 (Figure 4 a et b). De même, le long règne de la reine Victoria (1837-1801) et son long veuvage de cinquante ans a imprégné de son austérité toute cette époque et même une partie du xxe siècle au Québec, ce dont témoignent les photographies d’archives et les collections des musées nationaux et régionaux. En même temps, le commerce prospère des grands magasins rejoint toutes les populations grâce aux catalogues commerciaux par lesquels se multiplient les achats par correspondance ; ces catalogues s’avèrent la vitrine de tenues conventionnelles portées mais aussi de costumes proposés comme nouveautés. Cette source peut être particulièrement étudiée, entre autres, grâce à l’acquisition du fonds Chabot par le musée15.

  • 16 Québec, Les Éditions GID, 2002, 146 p.
  • 17 « La collecte de l'objet contemporain : l'exemple du Musée de la civilisation de Québec »,. mémoire (...)

19Le partage de sources enrichit incontestablement les travaux dans le cadre des cours, notamment celui sur le costume, de même que les thèses et les mémoires. En fonction des collections des Musées de la civilisation, les recherches effectuées réfèrent surtout aux périodes couvrant la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours. À titre d’exemples, Louise Lalonger s’est penchée sur le problème d’identification des colorants souvent notés comme naturels dans les textiles collectés. Son mémoire intitulé Passage de l'utilisation de colorants naturels aux colorants synthétiques pour des fibres textiles en milieu domestique (fin 19e, début 20e siècles) et publié sous le titre De l’indigo à la mauvéine16, rectifie plusieurs attributions à l’aide d’observations et d’analyses en laboratoire. Après avoir été stagiaire aux services des collections des Musées de la civilisation et assistante de cours pour Costume et culture, Laurence Provencher-Saint-Pierre, aujourd’hui doctorante en muséologie, s’est intéressée à la collecte de l'objet contemporain17. Sont aussi en cours, une recherche sur les collections de vêtements pour enfants dans les collections des Musées de la civilisation de même qu’une étude de la collection d’Annie et Pierre Cantin déjà évoquée. Ces travaux fournissent un apport dynamique au cours dans son lien avec le Musée.

  • 18 Terme utilisé jusqu’au changement dans les années 1960 pour québécois.
  • 19 Nathalie Hamel, «°Créer des costumes régionaux au Québec. Entre l’inventé et l’authentique », Ethno (...)
  • 20 Suzanne Marchand, Naître, aimer et mourir : le corps dans la société québécoise à partir des source (...)
  • 21 Isabelle Simard, Créer en récupérant : les enjeux de la récupération des textiles dans le design de (...)
  • 22 Agathe Gagné-Collard, « La consommation vestimentaire à Québec, 1940-1990 : le cas du pantalon fémi (...)
  • 23 Nicole Vallières, « La robe montréalaise bourgeoise, 1870-1883. Clichés, tendances et contextes de (...)

20D’autres recherches ne portent pas directement sur les collections mais contribuent non seulement à l’avancement des connaissances mais aussi à la mise en valeur de certains artéfacts, par exemple, par l’étude de particularismes régionaux ou nationaux, thème développé dans le cours en question. Il s’en dégage des icônes tels que le capot d’étoffe de l’habitant et la ceinture de laine tissée ou fléchée aux doigts, artéfacts faisant partie des collections muséales. Selon Nathalie Hamel, la présence de différenciations régionales marquées comme en Europe est cependant peu probable compte tenu de l’occupation relativement récente de plusieurs régions du Québec. Cette chercheure démontre qu’entre 1930 et 1960 « plusieurs acteurs ont tenté d’offrir une place de premier choix aux costumes régionaux dans la construction de l’image de l’identité canadienne-française 18» Toutefois, cette propagande prend ses racines dans une idéologie glorifiant le passé et sa valorisation vise un déploiement touristique – et par le fait même un développement économique – des régions 19. Retiennent aussi l’attention de façon récurrente, les vêtements de circonstance que ce soit pour la documentation de trousseaux de baptême, d’ensembles de première communion, d’uniformes militaires ou de couventines, de toilettes de mariées et d’habits de deuil ou encore, pour la reconstitution dites historiques de costumes. Entre tradition et mode, les sujets développés analysent des représentations collectives au sein de la société québécoise et la construction de l’apparence au féminin20, les enjeux de la récupération en mode vestimentaire21, l’intrusion du pantalon dans la garde-robe féminine22, la robe montréalaise en milieu bourgeois, les modes enfantines ou le costume de mariée23.

  • 24 Le culte du corps ou le culte de l'âme : mode féminine et société québécoise au cours de la période (...)
  • 25 Valérie Laforge :  Corps et culture : une stratégie de l’apparence, l’exemple du pied et de la chau (...)

21Par ailleurs, l’étude d’imprimés particuliers telle que La Revue Moderne, magazine féminin qui paraît à compter de 1919 jusqu'à 1960, puis devenu Châtelaine, publié encore aujourd'hui, véhicule des idées, des modes, des conseils pour améliorer son apparence, partout au Québec. Cette source nourrit, entre autres, les travaux sur le modèle féminin des années 1920-1930, les pratiques esthétiques et la mode ; l’étude de Suzanne Marchand24 en est un bon exemple. Une silhouette mince est prescrite pour une meilleure santé, mais aussi pour paraître plus jeune ; une fois le corset disparu, il faut dompter le corps pour construire son apparence. Dans cette construction des apparences, la chaussure joue aussi un rôle stratégique ; Valérie Laforge s’emploie à le démontrer à la fois dans son étude doctorale et dans l’exposition Talons et tentations, comme elle le fait dans son enseignement à l’Université et au Musée25.

22Toutes ces recherches et publications sont autant de matériel qui enrichit à la fois le cours Costume et culture au sein des sciences historiques de l’Université Laval, de même que les recherches et expositions des Musées de la civilisation à Québec26.

Conclusion

23Un enseignement collaboratif tel que développé entre l’Université Laval et les Musées de la civilisation à Québec favorise des études de corpus issus des collections, dynamise l’enseignement, offre divers outils pédagogiques et prépare les étudiants au travail professionnel auquel ils aspirent. L’objet, en l’occurrence composant le costume, devient tantôt sujet de recherche, tantôt source parmi d’autres sources. La possibilité de voir les artéfacts, d’apprendre à les manipuler, d’étudier de visu les formes, les matériaux, les modes de fabrication permet aux étudiants d’être mieux formés grâce à la conjugaison de la théorie et de la pratique. Cette approche ouvre des avenues potentielles de recherche, souvent insoupçonnées jusque-là par les étudiants, fournit une contribution appréciable au travail des conservateurs, à la valorisation et à la diffusion de leurs réalisations trop souvent restées dans l’ombre, et enrichit plusieurs dossiers documentaires. En ouvrant ainsi les réserves et en mettant les collections au service de la formation intellectuelle et professionnelle, les Musées de la civilisation favorisent un apprentissage ciblé et contribuent à la formation de la relève notamment en muséologie, en recherche, en conservation et en mise en valeur. Pour l’Université, l’apport réside beaucoup dans la possibilité immédiate de développement, d’application et de transfert de connaissances et de théories par l’étude d’artéfacts conservés en musée. De plus, la possibilité de former de futurs professionnels proches d’une réalité de pratique, et de les insérer dans un réseau pendant leurs études est un avantage certain à la fois pour les étudiants et pour un éventuel employeur. De surcroît, les Musées de la civilisation bénéficient d’un enrichissement des dossiers sur les collections, sous la supervision des responsables en milieu de pratique. Leur précieuse contribution à la formation d’étudiants et de professionnels en devenir de même que l’apport au développement de la recherche conduisent sans équivoque à une évaluation positive de l’expérience qui témoigne d’une collaboration fructueuse entre l’Université et les Musées.

Top of page

Notes

1 Ils regroupent le Musée de la civilisation, la Maison historique Chevalier, le Musée de la Place Royale, le Musée de l’Amérique francophone ainsi que le Centre national de conservation et d’études des collections (CNCEC), où se situent les réserves.

2 Madeleine Doyon fut secrétaire des Archives de folklore de l’Université Laval à Québec dès leur création en 1944. Enseignante, chercheure, femme de terrain, elle laisse sa marque dans plusieurs champs dont celui du costume, des jeux et divertissements traditionnels et des coutumes. Elle occupe un poste de professeure d’ethnologie, rattachée au Département d’histoire pour les études canadiennes à cette même université en 1947 jusqu’à son décès survenu en janvier 1978. Ce sont surtout ses travaux sur le costume qui font sa réputation. Dès leur parution en 1946 et 1947, ses articles sur le costume de la Beauce d’une part et de Charlevoix d’autre part, jouent un rôle de marqueurs et pendant de nombreuses années s’avèrent des références incontournables : « Le costume traditionnel féminin : documents beaucerons », Les Archives de folklore, 1 (1946), p. 112-120 et « Le costume traditionnel féminin : documents de Charlevoix », Les Archives de folklore, 2 (1947), p. 183-189.

3 Roland Arpin, Le Musée de la civilisation. Concept et pratiques. Québec, Musée de la civilisation et les Éditions MultiMondes, 1992, p. 35-36.

4 Couturier québécois, il lance sa première collection en 1963, crée plusieurs uniformes dont celui des agents de bord de la compagnie d’aviation Air Canada en 1964, des hôtesses de l’Exposition universelle de Montréal en 1967, des jeux olympiques de Montréal en 1976 et propose du prêt-à-porter dès 1967.

5 Michel Côté, 2013. Le projet culturel des Musées de la civilisation. Québec, Musée de la civilisation, p. 6 et 7.

6 Un autre cours, intitulé Documenter des objets et des collections, a été entièrement conçu pour être donné en lien avec le Centre national de conservation et d’études des collections des Musées de la civilisation : https://www.youtube.com/watch?v=TPzDmbfYdi0 ; https://www.youtube.com/watch?v=AUIeziIuln4 ; https://itunes.apple.com/ca/podcast/introduction-objets-et-collections/id466881829?mt=2

7 Voir le Dictionnaire de la mode au Québec, sous la direction de Gérald Baril, Montréal, Fides, 2004, 382 p.

8 Laboratoire d’ethnologie urbaine (coordination à la recherche : Martine Roberge et Simonne Dubois), sous la direction de Jean Du Berger et Jacques Mathieu, Québec, Presses de l’Université Laval, 1993, 148p.

9 Cette collection totalise 7 658 documents, dont 4 718 catalogues commerciaux, 227 manuels de l’acheteur, 9 guides commerciaux, 403 publications thématiques, de 43 correspondances, de 26 factures et bons de commande, de 51 primes, de 1 306 prospectus publicitaires et de 16 autres publications commerciales.

10 Lire Michel Lessard, « De l’utilité des catalogues commerciaux en ethnohistoire du Québec », Les cahiers des dix, Québec, Les éditions La Liberté, no 49, 1994, p. 213-251.

11 Jean Cuisenier, Costume Coutume. Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1987, p. 33

12 Le costume civil en Nouvelle-France. Ottawa, Musée national du Canada, 1968, p. 1-13 (Bulletin 215).

13 Jocelyne Mathieu, « Au sujet des rapports entre le costume traditionnel et la mode. Le cas du costume canadien », Canadian Folklore canadien, vol. 10, nos 1-2, 1988, auteure et éditrice, p.35-52.

14 Jocelyne Mathieu, «Mode vestimentaire. Une modernité partagée entre l’Amérique et l’Europe», Québec, Champlain, le monde (sous la direction de Michel De Waele et Martin Pâquet, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008, p. 259-272.

15 Les deux études suivantes sont de bons exemples de recherches s’appuyant en tout ou en partie sur un corpus de catalogues : celle de Sylvie Raymond, « Iconographie publicitaire de l'activité sportive : le cas de Dupuis Frères dans La Presse, 1909-1952 », mémoire de maîtrise en ethnologie, Université Laval, 1995, 149 p. ; et celle de Catherine Côté-Cyr intitulée « Des activités physiques et sportives pratiquées par les femmes au Québec : témoignages et collections (1880-1974) », mémoire de maîtrise en ethnologie, Université Laval, 2014. Il est intéressant de souligner que celle-ci travaille présentement au Musée de la mode et du textile à Montréal.

16 Québec, Les Éditions GID, 2002, 146 p.

17 « La collecte de l'objet contemporain : l'exemple du Musée de la civilisation de Québec »,. mémoire de maîtrise en ethnologie, Université Laval, 2012, 121 p.

18 Terme utilisé jusqu’au changement dans les années 1960 pour québécois.

19 Nathalie Hamel, «°Créer des costumes régionaux au Québec. Entre l’inventé et l’authentique », Ethnologies, « Régionalismes et ethnicités », vo. 21, no 1, 1999, p. 33-46 ; et « Le costume en Beauce (1920-1960) : tradition, innovation et régionalisme », mémoire de maîtrise en ethnologie, Université Laval, Québec, 1998, 132 p.

20 Suzanne Marchand, Naître, aimer et mourir : le corps dans la société québécoise à partir des sources des Archives de folklore et d’ethnologie de l’Université Laval, PhD en ethnologie, 2006, 424 p.; Françoise Dulac, Mode, apparence et vie quotidienne. Université Laval, PhD en sociologie (et ethnologie), 2003, 308 p.

21 Isabelle Simard, Créer en récupérant : les enjeux de la récupération des textiles dans le design de mode québécois depuis 1980 2000, PhD en ethnologie, Université Laval, 2002, 429 p.

22 Agathe Gagné-Collard, « La consommation vestimentaire à Québec, 1940-1990 : le cas du pantalon féminin », mémoire de maîtrise, Université Laval, 219 p.

23 Nicole Vallières, « La robe montréalaise bourgeoise, 1870-1883. Clichés, tendances et contextes de consommation », PhD en ethnologie, 1999, 437 p.; Louise Gagnon, L'apparition des modes enfantines au Québec; reflet de coutumes vestimentaires bourgeoises, mémoire de maîtrise en ethnologie, Université Laval, 1990, 377 p., publié par l’Institut québécois de recherche sur la culture, Québec, 1992, 230 p.; Lorraine Bouchard-Pouliot, Le costume de la mariée de la région de Québec entre 1910 et 1960, mémoire de maîtrise en ethnologie, Université Laval, 1989, 186 p. publié sous le titre La mariée au grand jour: modes, coutumes et usages au Québec, 1910-1960, Montréal, Hurtubise HMH, 1999, 130 p.

24 Le culte du corps ou le culte de l'âme : mode féminine et société québécoise au cours de la période 1920-1939 Corps masculin, corps féminin : représentations collectives au sein de la société québécoise traditionnelle et actuelle, maîtrise en ethnologie, Université Laval, 1989, 147 p. publié sous le titre Rouge à lèvres et pantalon. Des pratiques esthétiques féminines controversées au Québec 1920-1939. Montréal, Hurtubise HMH, 1997, 162 p. (Cahiers du Québec, collection « Ethnologie »). Naître, aimer et mourir : le corps dans la société québécoise à partir des sources des Archives de folklore et d’ethnologie de l’Université Laval.

25 Valérie Laforge :  Corps et culture : une stratégie de l’apparence, l’exemple du pied et de la chaussure, thèse de doctorat (PhD) en ethnologie, Université Laval, 2002, 479 p. ; Talons et tentations, Saint-Laurent, Québec, Fides, 2001, 126 p.

26 Sites de référence :https://www.archives.ulaval.ca/archives_historiques/fonds_darchives/archives_de_folklore_et_dethnologie/ http://www.mediatheque-ethno-patrimoine.ulaval.ca/index.php?id=1076; https://www.mcq.org/fr/

Top of page

Photographie, Pierre Soulard
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-1.jpg
image/jpeg, 56k
Photographie, Jacques Lessard
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-2.jpg
image/jpeg, 200k
Photographie, Pierre Soulard
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-3.jpg
image/jpeg, 196k
Photographie, Annabelle Fouquet, Perspective Photo.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-4.jpg
image/jpeg, 132k
Photo Valérie Laforge 2007.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-5.jpg
image/jpeg, 160k
Photographie Musées de la civilisation
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-6.jpg
image/jpeg, 228k
Photographie Musées de la civilisation
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-7.jpg
image/jpeg, 164k
Musées de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec, SQ014939
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-8.jpg
image/jpeg, 256k
Musées de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec, SQ014939
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1463/img-9.jpg
image/jpeg, 101k
Top of page

References

Electronic reference

Valérie Laforge Ph.D. and Jocelyne Mathieu, « Étudier le costume dans une dynamique interinstitutionnelle et collaborative. L’Université Laval et les Musées de la civilisation de Québec dans la formation des étudiants », Apparence(s) [Online], 9 | 2019, Online since 13 May 2019, Connection on 15 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/apparences/1463

Top of page

Authors

Valérie Laforge Ph.D.

Musée de la civilisation, Québec
valérie.laforge@mcq.org

Jocelyne Mathieu

Université Laval, Québec
jocelyne.mathieu@hst.ulaval.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page