Skip to navigation – Site map

« Costumer » les religieuses au xviiie siècle. Autour du père Helyot et de ses imitateurs

Nicole Pellegrin

Abstracts

Catholic habits were so numerous and so diverseley codified that they had to be portrayed and discussed in many books during the XVIIIth and XIXth centuries. The Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires (8 volumes) was the most famous (most copied too) collection dealing with the spirit of each religious order or congregation and their costumes. Its eight volumes in-4° were written and published by Father Helyot between 1714 and 1720 and adorned with hundreds of beautiful engravings introduced by long historical comments and vestimentary descriptions. To wear a consecrated veil was supposed to be a sacrifice of praise and a penance, but it was also a distinction and a life-long decoration for women. Veil was easily laughed at, but it had and still has a conspicuous spiritual meaning.

Top of page

Full text

  • 1 Description de l’habillement des Annonciades de Bourges par un hypothétique et subtilement anticlér (...)

1« Tout leur habillement est symbolique. Elles portent les trois robbes de Jesus, la grise, la blanche & la rouge, & le voile noir de la Vierge Marie. Autant de mystères ici que de mots »1

  • 2 Cette édition, dont on trouvera le descriptif plus loin, est désormais identifiée comme Helyot 1714 (...)
  • 3 Le caractère exploratoire de mon travail ne peut être sous-estimé. Il doit beaucoup aux recherches (...)

2Autant de mystères que de mots, autant d’images bigarrées, faudrait-il ajouter ! L’habillement monastique, qu’il soit féminin ou masculin, est un enjeu identitaire essentiel dont les fondements spirituels ont des corollaires politiques, économiques et sociaux inscrits dans le temps, mais ils ont aussi  fait plus oublié  une dimension esthétique qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des artistes, des curieux et des historien-ne-s. La bure et le voile, leurs textures et leurs couleurs, leurs coutures et leurs plis, leurs fonctions plurielles et leur symbolique changeante, ont suscité une abondante littérature de textes illustrés dont le père Helyot (1660-1716) est l’un des initiateurs quand il publie la somme que représente l’Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires à partir de 17142. Parce que l’ouvrage et ses imitations se veulent historiques et édifiants, ils permettent de s’interroger sur la place qu’occupe le vêtement des moniales dans leur propre spiritualité et dans celle de leur Église. Plus encore ce type d’ouvrages, ses planches pléthoriques et sa disparition à la fin du xixe siècle, font voir quelques-unes des transformations graphiques et morales des représentations de « la » religieuse. Ces images sont, longtemps avant les bouleversements vestimentaires contemporains initiés par le concile Vatican II et les questionnements actuels sur « le » voile, plus contradictoires et moins figées qu’il n’y paraît3.

I. Quelques paradoxes du vêtement de religion

3« Mais pourquoi les religieux ont-ils un extérieur si singulier et des habits si différents des nôtres ? » La réponse donnée, après quelques autres, en 1784 par l’abbé Bonnefoy de Bonyon dans sa Défense de l’état religieux est intéressante même si sa vision, plus moralisante que descriptive, est moins détaillée que celle d’Helyot.

  • 4 Sur les significations contemporaines précises de « vêtement », « costume », « habit », voir Roland (...)
  • 5 Ces deux termes se rapportent à la grande cape noire empruntée aux paysannes poitevines par Grignio (...)
  • 6 Sur « l’uniformité » (versus « singularité ») comme valeur religieuse, voir, entre autres, la confé (...)

4Hostile à la mobilité des modes et à tous les « vices du siècle » qui menacent les cloîtres longtemps avant les débuts de l’ère consumériste, Bonnefoy souligne tout à la fois le rôle universel du vêtement (distinguer) et ses particularités monacales (chez lui, déclinées – on y reviendra  seulement au masculin) : ces particularités, sacralisantes et prétendument intemporelles, visent à mettre à part, par mortification-exaltation, et à protéger par des « habits »  des corps sanctifiés ; ces vêtements codifiés (des « costumes » au sens d’aujourd’hui4) sont autant de « livrées de la pénitence », de « clôtures portatives » ou de « suaires »5 que prescrivent minutieusement les différentes « Règles ». Ces dernières, liées littéralement à une « coutume » écrite dans un « coutumier », sont à la fois créatrices d’uniformes et d’attitudes corporelles spécifiques (des habitus) que définissent des textes dont la lettre fut longtemps jugée intangible6.

  • 7 Abbé François-Albert Bonnefoy de Bonyon, « De l’état religieux » (1784), in Helyot/Badiche, Diction (...)
  • 8 Helyot 1714, t. I, pp. V-VI.
  • 9 Idée répandue mais à déconstruire ; elle ne l’a été, jusqu’ici, que pour le costume des prêtres (Lo (...)

5Parce qu’il faut « instruire les hommes par les sens » et donc rendre visibles les hiérarchies socio-politiques, le vêtement sert, selon les termes de Bonnefoy, à « écrire en quelque sorte autour de soi » les devoirs de son état, devoirs qui sont particulièrement contraignants chez les religieux. Ceux-ci se doivent de conserver leurs habillements dits traditionnels comme autant de « mœurs extérieures : ce n’est que l’écorce, il est vrai, mais cette écorce défend l’arbre »7. Comme l’enveloppe rugueuse des arbres, l’étoffe grossière dont sont vêtus les premiers moines d’Égypte et les bénédictins d’Occident (les seuls exemples dont se sert succinctement cet auteur) a de multiples fonctions : armure protectrice et étendard identificateur, c’est aussi un outil de pénitence et un moyen de rédemption puisque c’est l’indice d’une pauvreté librement consentie par laquelle s’exprime une volonté de re-vivre, dans l’humilité, l’anonymat et la prière, les souffrances du Christ. Des idées qui figurent déjà dans les écrits du père Helyot quand il affirme, dès la préface de son Histoire, l’utilité extrême de cet « ornement de l’Église » et de cette « manière de vivre » qu’est le vêtement de religion : cet « extérieur » permet de « confondre les mondains qui mènent une vie toute sensuelle », il crée « des distinctions »  destinées à attirer respect et bienfaits, enfin il atteste, par sa longue durée, « que la pureté de l’Évangile s’est conservée, lorsqu’elle a esté se corrompant de plus en plus dans le siècle »8. À noter – mais la question est complexe – que la théorie de la fixité des vêtements religieux9, présente dans le livre d’Helyot, est contredite par ses propres développements sur les tenues des congrégations féminines récentes et par les exemples qu’il donne de passages fréquents d’habits communs à un « costume » dit traditionnel que le temps a modifié plus ou moins. Une petite centaine de planches dont un tiers de féminines (33) comportent d’ailleurs dans leurs intitulés des expressions comme « Ancien habillement », « comme elles étoient anciennement », « avant/après la Réforme » (Bénédictines réformées), « avant/après la prise de Rhodes » (Hospitalières de Beaulieu), « avant/après 1707» (Saint-Cyr), etc.

  • 10 Helyot 1714, t. IV, p. 425 (considérations sur les habits dans l’ordre de Saint Augustin au début d (...)
  • 11 Remarques encore valides aujourd’hui, malgré les efforts de simplification et de discrétion survenu (...)
  • 12 Helyot 1714, t. VIII, pp. 255-256.
  • 13 Helyot 1714, t. IV, pl. 101-106 et t. VI, pl. 23-24. Les ursulines de la congrégation de Toulouse o (...)
  • 14 Un point sur lequel Helyot reste cependant laconique, à une exception près (Helyot 1714, t. III, p. (...)

6Comme tout interface, l’habit de religion sépare et réunit : il distingue religieux et religieuses du reste des fidèles mais il les subdivise, tout autant, en d’innombrables communautés distinctes dont la diversité ne peut manquer d’effarer même un ecclésiastique comme Helyot : ne martèle-t-il pas que ces habillements semblent « former autant d’Ordres differens » au sein « du même Ordre »10 ? En effet, si elles glorifient une commune vocation régulière, ces vêtures exacerbent des différences internes à chaque famille religieuse et multiplient, plus encore, des distinctions à l’intérieur de chaque couvent. Derrière la clôture des contemplatives comme dans le monde plus ouvert des apostoliques, une surenchère de signes vestimentaires permet de hiérarchiser entre elles les moniales et de marquer leurs statuts : postulant-e-s, novices, profes-ses (temporaires ou perpétuelles), abbes-se-s, sœurs de chœur, converses, etc.11. Aux différences éclatantes comme le voile blanc de la plupart des novices, la cordelière à trois nœuds des clarisses ou les couleurs propres à certains ordres (le noir et blanc des dominicain-e-s, le bleu de ciel des annonciades célestes, etc.), il faut ajouter des différenciations plus subtiles comme le taffetas des coiffes des Sœurs Pénitentes, quand les « filles » qu’elles gouvernent, dotées d’un vestiaire exactement similaire, les portent en étamine12. Et la complexité des garde-robes s’accroît de ce que « le travail des mains », la célébration de certains offices et parfois le changement des saisons ou l’alternance du jour et de la nuit requièrent des modifications plus ou moins marquées des tenues. Ainsi on distingue à Saint-Cyr et à Fontevraud comme souvent, « l’habit ordinaire dans la maison les jours ouvriers » de celui des « cérémonies », porté les dimanches et fêtes13. De même des protocoles complexes concernent ici ou là les tenues nocturnes14.

  • 15 L’accès à la sainteté à l’époque moderne passe par un dépouillement vestimentaire progressif dont l (...)
  • 16 Helyot (1714, t. IV, p. 424) ne reprend pas forcément à son compte ces formules, alors banales et p (...)
  • 17 La présence sur scène d’habits monastiques fit temporairement le succès, selon une visiteuse anglai (...)
  • 18 Voir la brillante analyse des usages, contemporains et apparemment profanes, des vêtures religieuse (...)
  • 19 La notion et la mise en pratique d’une réforme conventuelle par le biais du vêtement sont exemplifi (...)

7Enfin, bien qu’il soit le signe extérieur et la preuve d’une grâce intérieure (une « enseigne » dirait François de Sales), le vêtement de religion n’est pas épargné par le Monde, ses contraintes économiques, ses tentations, ses transformations et même ses modes. Comme le montrent toutes les biographies spirituelles15 (et, plus timidement, Helyot), Dieu, le Diable et Mammon se livrent bataille autour des dessus-dessous de corps jamais assez chastes, jamais assez mortifiés, jamais assez couverts de rapiéçures, surtout s’ils sont « les vaisseaux fragiles » et énigmatiques des filles d’Ève (et de Marie) dont « la foiblesse du sexe » est bien connue16. Témoignages textiles d’une mise à l’écart qui relève du divin, l’habit monastique, surtout s’il est féminin, est le vêtement de l’Interdit par excellence. Il est particulièrement apte à faire spectacle face à la société des laïcs et contre elle. Quand il fait surface dans l’imaginaire profane, aux alentours de la Révolution par exemple17 mais aussi pendant les guerres de religion et dans notre société post-moderne de consommateurs faussement transgressifs, son aura persistant le transforme en fétiche érotique, voire en « habit de rebellion » au sein de groupes idéologiquement opposés18. Mais quand, au contraire, il est approprié, aux xviie-xviiie siècles, par les grand-e-s spirituel-le-s de la Réformation catholique française (le retour à un vêtement dit originel en est une des pierres d’achoppement, opposant les « dérèglées » aux « mortifiées »19), son adoption est source de joie et de fierté.

8C’est ce que proclame Marie Guyart (1593-1672) devenue, après son veuvage et son entrée chez les ursulines, sœur Marie de l’Incarnation :

  • 20 Marie de l’Incarnation, La Relation autobiographique de 1654. Préface de dom Guy-Marie Oury, Sablé- (...)

« En marchant, je ne me sentais pas toucher la terre. Envisageant mon habit religieux, je mettais ma main à ma tête pour toucher mon voile et voir si je ne me trompais point, pensant posséder ce bonheur que d’être en la maison de Dieu et une portion de son héritage »20.

  • 21 [Bourrée], op. cit., pp. 108-109-252-253 et 256-7 ; Helyot 1714, t. V, p. 471 sq. et pl. 87 et 88. (...)

9C’est aussi ce que démontrent de nombreuses anecdotes figurant dans les biographies spirituelles et notamment celle de cette cistercienne de noble origine qui, « violentée pour entrer en religion » par ses frères malgré son absence de vocation, déchira son voile lors de sa prise d’habit et mena ensuite « une vie dérèglée et mondaine » à l’abbaye non encore réformée de Tart en Bourgogne ; après sa « conversion », elle décida de retrancher tous ses ajustements, de quitter « l’usage de la toile pour porter la serge » et de tailler dans ce tissu rêche et épais ses vêtements de dessous et ses draps de lit ; enfin – stade extrême d’un parcours radical –, elle choisit de se faire converse, affublée d’écœurants torchons sales, à la Visitation puis de nouveau à Tart où elle fit retour quand cette abbaye devint dijonnaise après la scission opérée par les réformatrices21.

  • 22 Helyot 1714, t. IV, pp. 435-436.
  • 23 La Vie de la mère Antoinette de Jésus religieuse chanoinesse de l’ordre de S. Augustin en l’Abbaïe (...)
  • 24 Des définitions actuelles et des contextualisations de ces différentes pièces vestimentaires dans M (...)
  • 25 C’est à ce titre un ouvrage emblématique des tensions et des innovations qui traversent la discipli (...)

10Pour changer et être changée, il faut « se changer » au sens le plus prosaïque de cette expression. Les révolutionnaires de tous les temps, qu’ils soient jacobins, maoïstes, directeurs de conscience, fondatrices et/ou réformatrices d’ordres (Madame de Maintenon est l’une et l’autre et crée de ce fait deux types successifs d’habillements pour les Dames religieuses de Saint-Cyr et pour les Sœurs converses)22, n’ont jamais ignoré l’aspect vestimentaire des rituels de passage et ont accordé une grande importance à la création sartoriale, dans les communautés régulières comme dans les congrégations séculières : des habits nouveaux proclament silencieusement une « conversion » et la produisent, car le renversement de l’ancien monde passe par sa visibilité immédiate. L’habit de religion est donc, selon les cas et sans que cela puisse être contradictoire, contrainte carcérale et/ou barrière libératrice, puisque – doit-on le répéter ? – « l’état de religion est un état de mort » et, tout à la fois, une voie privilégiée d’accès à un au-delà béatifique23. Il ne faut pas l’oublier, quand les séductions ambivalentes du voile monacal sont mises en scène par l’auteur – rigoriste et masculin – d’un célèbre et somptueux ouvrage d’histoire et… d’édification : le père Helyot. La « beauté poétique » de ce monument « colossal », aux dires du continuateur de l’ouvrage, l’abbé Badiche en 1847, tient essentiellement à la richesse en détails de ses longs paragraphes vestimentaires et de gravures très précises qui permettent d’imag(in)er le matériau, la couleur et la coupe des chemisettes, guimpes, robes, tuniques, manches, coules, scapulaires, manteaux de chœur, hongrelines, tabliers de travail, manches, surplis et chausses de femmes, aspargates, « toquois », voiles, capuchons et autres vêtures des religieuses et religieux des temps anciens24. Pourtant l’Histoire que donne Helyot est – même s’il est facile de l’ignorer – autant qu’une galerie d’images, un livre d’Histoire et d’histoires, mêlant enquêtes érudites sur le passé, réflexions politico-théologiques sur les fragilités de l’ici-bas, instantanés hagiographiques de « vies » exemplaires et descriptions chatoyantes de vestiaires communautaires25. (Fig. 1)

Fig. 1. « Ancienne religieuse d’Orient » Helyot, Histoire des ordres monastiques […], 1714, t. I, pl. 3.

Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand/Olivier Neuillé : cote B 617

II. Un livre à la singulière « beauté poétique »

11C’est sous l’anonymat que paraît entre 1714 et 1719, la première édition (parisienne et publiée par Jean-Baptiste Coignard) des huit volumes in-4° de l’Histoire des Ordres monastiques, religieux et militaires, et des congrégations séculières de l’un et l’autre sexe, qui ont esté establies jusqu’à présent ; Contenant leur origine, leur fondation, leurs progrès, les évènemens les plus considérables qui y sont arrivés, La décadence des uns et leur suppression, l’agrandissement des autres, par le moïen des différentes Réformes qui y ont été introduites, Les vies de leurs Fondateurs & de leurs Réformateurs : Avec des figures qui représentent tous les différens habillemens de ces Ordres et de ces Congregations.

  • 26 À noter que plusieurs congrégations féminines ont des « armes » ou armoiries, épinglées ou brodées (...)
  • 27 R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Lettre du père Hippolyte Helyot religieux Pénitent du troisième ordr (...)

12Le titre du livre est long et explicite. Il définit un vaste programme qui, déployé en 459 chapitres et 805 planches gravées en taille-douce, affiche son caractère proprement militant26 : d’une part, il associe ordres religieux et ordres militaires ; d’autre part, il promeut implicitement une Église qui s’est « réformée » (le mot apparaît deux fois dès le titre et nul n’ignore alors que la Réforme catholique a été une grande créatrice de tenues monastiques nouvelles tout en rêvant d’une « pureté » des origines27). Ce titre exhibe aussi trois intentions peu communes : d’un côté, la volonté de conjuguer histoire institutionnelle et approche biographique individualisée ; de l’autre, un désir d’indifférenciation sexuelle qui semble mettre sur le même pied femmes et hommes ; enfin, une attention aux « habillements » qui singularise le livre, même si les vestiaires monastiques et autres ne sont présentés, dans le titre sinon dans le corps du texte, que comme de simples illustrations aptes à donner de l’agrément et de la valeur (accessoirement du prix) à l’ensemble. En soulignant, dès la préface, l’absence ou la mauvaise qualité des gravures des livres concurrents, Helyot rappelle cependant l’importance qu’il accorde à l’iconographie de son ouvrage : plus de 800 planches (ordres militaires et ordres religieux mêlés). Parmi celles-ci se détachent plus d’un tiers (seulement ?) de figures féminines (38 %).

  • 28 Impossible, pour l’instant, de comprendre pourquoi certaines figures ne sont pas signées (plus de 2 (...)
  • 29 Helyot 1714, t. I, p. XVII.
  • 30 Helyot 1714, t. V, p. 124, 479, etc.

13Complétées par des descriptions systématiques des habits règlementaires de toutes les communautés religieuses évoquées, les planches, de facture très soignée et pour la plupart signées28, ont été attentivement supervisées par l’auteur. Celui-ci affirme même avoir parfois fait prendre comme modèles des pièces textiles originales quand les écrits ou les images dont il disposait lui paraissaient peu fiables. Le cas des coiffures des « religieuses Benedictines des Abbayes de Bourbourg en Flandres, du Ronceray à Angers, de Moizeaux en Alsace et de plusieurs autres », est mis en avant dès la préface comme la preuve d’un souci d’exactitude exceptionnel que l’auteur voudrait voir partout respecté29. Quand « leur coëffure est [par trop] particulière », les religieuses sollicitées ont envoyé des « mémoires particuliers » ou des dessins selon une pratique de l’échange épistolaire érudit qui ne concerne pas seulement les travaux des mauristes30.

  • 31 Dans un cas seulement, le sol est pavé : «  Sœur de la Charité » (Helyot 1714, t. VIII, pl. 19), ma (...)
  • 32 Helyot 1710, p. 24 ; Helyot 1714, t. I, p. XXIX.
  • 33 Voir par exemple l’effigie en marbre noir et blanc de la prieure dominicaine de Poissy, Marie de Bo (...)

14À noter cependant que rien n’est dit des inévitables distorsions qu’inflige au réel sa figuration graphique : ici une quasi transfiguration, tant ont d’élan et de majesté tranquille les figures féminines gravées pour Helyot (leurs homologues masculins, plus diversifiés, ont des traits plus marqués). Finement modelées en pied par les zébrures grisées du burin qui creusent les plis des voiles et des robes, elles se détachent fortement sur un fond vide et, saisies en légère contre-plongée, elles semblent s’élever du sol neutre où se projette leur ombre31. Et on peut s’étonner qu’un auteur qui se dit si soucieux de se procurer des peintures, dessins, miniatures et estampes anciennes pour mieux multiplier des représentations exactes et pour se démarquer ainsi d’ouvrages précédents, dénués d’images ou remplis de « fables »32, ne mentionne pas la sculpture comme le procédé artistique le plus susceptible d’avoir inspiré ses graveurs. Le fait est d’autant plus surprenant que les « antiquaires » du temps, clercs ou collectionneurs comme Roger de Gaignières, font alors dessiner monuments ou effigies de personnages célèbres et de religieuses33.

  • 34 Pierre Le Moyne, La Gallerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommavile, 1647, ill. Voir Ian Mc (...)

15Deux exemples peuvent révéler la richesse informative des passages vestimentaires du livre d’Helyot, ainsi que la prudence intellectuelle de cet auteur et la qualité de son iconographie. Soigneusement placées en regard du texte (comme ces deux versions d’une « Ancienne Religieuse d’Orient » par Pierre Giffard (1631 ou 1638-1723) et Simon Thomassin (1655-1733), les illustrations sont évidemment porteuses d’informations autres que celles du texte. Elles tendent à le déshistoriciser et à l’aplatir car si la gravure donne corps au décor/dé-corps des vêtements (des détails réalistes, parfois absents des descriptions écrites), elle fait défiler des modèles, à la fois emblèmes et mannequins. Posant à l’identique face à l’observatrice ou l’observateur, ces femmes vues de face ou de trois-quarts ont les traits idéalisés, le regard vague et des postures standardisées. Leur succession, comme dans une galerie de « femmes fortes »34, crée une impression d’uniformité sans jamais être répétitive. Elle semble indiquer qu’une norme est à suivre, fixée de toute éternité, celle de « la bonne religieuse ».

  • 35 Helyot 1714, t. I, p. 84 et pl. 4 et 5. À coup de vocables latins, Helyot se défend dans la page et (...)

16« L’Histoire ne nous apprend point quel estoit l’habillement de sainte Syncletique & de ses Religieuses. Saint Athanase, que plusieurs croïent avoir esté l’Auteur de la vie de cette Sainte, dit seulement qu’elle se revêtit d’un habit de pauvreté jusqu’à une extrême vieillesse. Mais les Religieuses qui vivoient dans les Communautés qui dependoient de ce S. Prelat, (s’il est vrai que le traité de la Virginité qui se trouve parmi ses Œuvres soit veritablement de lui) devoient s’habiller d’étoffes simples & communes. Leurs manteaux ne devoient point estre teints, mais de noir naturel, ou au moins rougeâtres ou de couleur de roses seches aussi bien que leurs robes qui n’avoient point de frange, & dont les manches devoient couvrir leurs bras jusques aux doigts. Elles avoient les cheveux coupés, & leur tête estoit entourée d’un bandeau de laine. Leurs capuces & leurs scapulaires devoient estre simples & sans frange. Quand elles rencontroient quelqu’homme, elles se cachoient le visage, & ne levoient jamais la teste que vers Dieu »35 (Fig. 2)

Fig. 2. Ancienne religieuse d’Orient. Helyot, Histoire des ordres monastiques […], 1714, t. I, pl. 4

Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand/Olivier Neuillé : cote B 617

17Le ton est fort érudit dès cette première apparition d’une figure féminine dans le livre. Paul et les Pères de l’Église y ont bien sûr une précédence chronologique et symbolique, tandis qu’Augustin (deux fois), puis Benoît et François d’Assise président aux sections suivantes de l’ouvrage comme ils ont inauguré les quatre grandes règles monastiques d’Occident.

18Le style change quelque peu, quand il s’agit de décrire un habillement de création récente, celui porté par exemple dans la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (fondée en 1651 au Puy-en-Velay) qui ne prononcent que des vœux simples et s’occupent d’œuvres charitables variées. Cependant la fonction normative et les sous-entendus moraux du texte d’Helyot subsistent dans le descriptif, comme toujours très concret et très minutieux, des tenues contemporaines. La reproduction de celles-ci, devenue plus sûre, semble garder malgré tout la trace d’une représentation univoque de la « bonne religieuse », car les différences costumières tendent à s’estomper au profit d’une même norme : treize siècles après la mort édifiante des compagnes d’Athanase d’Alexandrie (et sept volumes imprimés plus loin), les séculières à mitaines du temps de Louis XIV se voient attribuer une silhouette et une gestuelle proches de celles de leurs antiques devancières :

  • 36 Helyot 1714, t. VIII, pp. 189-190 et pl. 26 : « Sœur de S. Joseph », par de Poilly.

« Leur habillement est honête & modeste d’une étoffe commune de laine noire, qui ne doit point avoir été pressée ni lustrée : le corps de l’habit doit être sans taille, les manches simples & d’une largeur médiocre, dont la longueur, quand elles sont étendues, va jusques au bout de la main ; la longueur des jupes ne doit point toucher à terre & leurs souliers doivent être noirs & sans façon. Elles portent un bandeau de toile blanche sur le front, une coëffe toute simple aussi de toile blanche qui se joint avec une épingle sous le manton ; une autre petite coëffe de taffetas noir qu’elles ont toûjours dans la maison en forme de petit voile, & quand elles sortent, elles mettent une grande coêffe de taffetas noir comme les Dames du monde. Elles ont sur les épaules un mouchoir simple de toile blanche, & portent sur la poitrine une croix de bois noir avec un Christ de cuivre jaune, & à la ceinture un chapelet noir. Les Sœurs servantes sont habillées de même façon, excepté que leurs habits sont d’une étoffe plus grossière & qu’elles ne portent ni coëffes de taffetas, ni bandeaux, ni crucifix. »36 (Fig. 3)

Fig. 3. « Sœur de Saint-Joseph ». Helyot, Histoire des ordres monastiques […], 1714, t. VIII, pl. 26.

Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand/Olivier Neuillé : cote B 617

  • 37 Helyot 1714, t. VIII, p. 113
  • 38 Helyot 1714, t. IV, pp. 435-446 (deux pages sont consacrées au rituel de la prise d’habit). On s’ét (...)
  • 39 Références qui redoublent ou complètent la bibliographie préliminaire et ses rajouts (Helyot 1714, (...)

19La description couvre ici une petite demi-page (18 lignes sur 40) et, si c’est là à peu près la longueur habituelle des interventions vestimentaires d’Helyot, il arrive à celui-ci d’être soit beaucoup plus bref (une phrase dans le cas des Sœurs de la Charité ou de celles des Écoles chrétiennes, qui, vaquant dans « le  monde », s’efforcent à la discrétion37), soit beaucoup plus disert quand il s’agit de vieux ordres contemplatifs ou d’une fameuse création royale (douze pages sont vouées aux vêtures de la maison de Saint-Cyr, il est vrai transformée depuis peu)38. Textes que mettent en valeur un retour à la ligne, le ou les paragragraphe-s consacré-s aux garde-robes s’insère-nt, ici comme ailleurs, en fin d’un chapitre qui a d’abord décliné l’historique de l’ordre ou de la congrégation concernée et résumé la biographie des fondateurs-fondatrices avant que de fournir les principaux éléments de la règle qui régit cette communauté. Logiquement tout ce qui concerne le « costume » sert de quasi clôture à chaque chapitre car il définit, incarne et symptomatise l’esprit de la maison. Il aide aussi à le construire. Ces passages et planches de modes monastiques précèdent enfin de peu une ou deux lignes de références documentaires : chroniques, vies, règles, mémoires manuscrits, etc., qui valident la volonté érudite de l’auteur et veulent montrer son sérieux39.

  • 40 M.-E. Henneau, op. cit., p. 155 ; Rituel françois pour les religieuses de l’Ordre de Cisteaux, Pari (...)
  • 41 Helyot 1714, t. I, p. XXIII sq.
  • 42 Helyot 1710, p. 23 ; Helyot 1714, t. I, p. XXII.
  • 43 Helyot 1714, passim et t. V, p. 124, 309 (diverses informatrices religieuses).

20La fiabilité des dires de Helyot est confirmée aujourd’hui par des spécialistes de la vie religieuse ancienne comme Marie-Elisabeth Henneau qui a su confronter, à propos des cisterciennes, la vision d’Helyot et celle que fournissent nombre de textes règlementaires (mais il faudrait confronter ces données aux pratiques quotidiennes que précisent livres de comptes, récits de vies et de rares portraits d’abbesses)40. Il faut d’ailleurs saluer la prudente honnêteté de l’auteur face aux contradictions ou aux incertitudes que pose une documentation proliférante mais largement livresque. Ses sources ne sont sans doute pas des vêtements réels mais bien plutôt ce que lui en ont dit des écrivains, vivants ou morts, appartenant presque toujours au sexe dit fort. Helyot est d’ailleurs fier de compter parmi ses informateurs le savant mauriste dom Mabillon et d’avoir lui-même fréquenté plusieurs bibliothèques : celle du roi, de l’archevêque de Reims, des jésuites et des génovéfains de Paris41. Dans sa Lettre d’annonce de 1710, il dit avoir consulté plus de 1800 volumes (dont « treize à quatorze cens pour la partie monastique ») et s’il retombe à un chiffre moindre en 1714 (1500)42, son ouvrage est le résultat d’une compilation considérable d’écrits de toutes sortes. Des images et des livres, bien sûr, mais aussi des « mémoires » manuscrits et des « dessins » donnés par divers-es correspondant-e-s43.

  • 44 Helyot 1714, t. VII, p. 193.

21La multitude des vêtures monastiques, mais aussi leurs transformations, brutales ou insensibles, rendent néanmoins impossible une connaissance exhaustive du sujet (Helyot le répète avec force) et les cas particuliers surabondent. Ainsi des clarisses : certaines portent des scapulaires et d’autres non, la longueur de leurs manteaux diffère et parfois leur voile, étrangement, est « en forme de capuce »44. Par ailleurs, un même habit peut être porté par deux ordres différents (les minimes d’une part et les ermites de Spolète d’autre part) et des habits composites contredisent la norme d’un habillement spécifique pour chaque ordre : celui des Filles de la Charité Notre-Dame emprunte autant aux franciscaines qu’aux augustines, alors que les ursulines de la seule congrégation de Bordeaux qui sont « de l’Ordre de saint Augustin » et suivent sa règle, dérogent aux traditions de celle-ci :

  • 45 Helyot 1714, t. IV, pp. 183-184 et pl. 43 et 44.

« Elles ne portent point la ceinture de cuir ni l’habit blanc & noir, car leur habillement consiste en une robe de serge noire ceinte d’un cordon de laine noire […]. Les Ursulines de la Congregation de Bordeaux ne portent point non plus de manteau dans les Ceremonies, ni en allant à la Communion ; mais elles ont seulement un grand Voile de toile claire & noire, qui leur couvre la tête & descend jusques aux pieds ; & les Novices au lieu de Voile de toile blanche en ont un d’étamine blanche. Anciennement leur habillement & leur coëffure étoient differens de l’habillement & de la coëffure qu’elles portent presentement, comme on peut voir dans la figure que nous donnons d’une ancienne Religieuse de cette Congregation »45.

  • 46 Propositions d’améliorations (Helyot 1714, t. III, pp. III-IV ; t. IV, p. 425 ; etc.)  et rapproche (...)

22L’identification et l’assignation de chaque congrégation à un habit (le but principal du père Helyot) deviennent dès lors quelque peu aléatoires, mais l’auteur, sensible à ce risque, sait reconnaître ses erreurs et inviter ses lecteurs à lui proposer des corrections, se contentant parfois d’annoncer que tel habit est « à peu près comme » celui d’un autre ordre (Sœurs des Écoles chrétiennes et Filles de l’Union Chrétienne)46. Une manière courageuse de faire acte d’humilité et d’accroître l’étonnement des lecteurs et lectrices de son patient travail.

  • 47 Dans le Recueil de la diversité des habits, qui sont de présent en usage, tant ès pays d’Europe, As (...)
  • 48 Sur le retour à la tradition du voile catholique après Vatican II, voir R. Lambin (op. cit., pp. 14 (...)

23En matière de vêtements de religion, l’ouvrage du père Helyot offre donc l’apparence d’un bloc irréprochable de savoirs entremêlés mais dûment vérifiables, puisés aux meilleures sources. Ces prodigieuses connaissances d’ordre sartorial, contemporaines des travaux des bollandistes, semble un commentaire exhaustif de l’adage : « l’habit fait le moine ». Il n’est pas sûr néanmoins qu’à l’instar des premiers « recueils d’habits » des xvie-xviie siècles et de leurs merveilles47, l’objectif d’Helyot et de ses graveurs ait été de produire un ouvrage d’ethnologie, scientifiquement neutre. Par état et par vocation, il lui faut « édifier » et donc démontrer la grandeur de la seule Église qui vaille, en renforcer aussi la volonté universaliste tout en entérinant ses transformations les plus récentes. Le langage du vêtement, chez la carmélite déchaussée comme chez la chanoinesse régulière, sert à délivrer une même leçon, où d’aucuns pourraient retrouver certains échos d’injonctions cléricales plus récentes, catholiques comme musulmanes48. Pour Helyot, ce langage – ne l’oublions-pas – est un élément puissant d’une catéchèse où la prière au féminin joue un rôle à la fois subordonné et essentiel.

III. Le théologien-tailleur et les railleurs. Modèles, continuations et imitations

24Publiant « sous l’anonyme », comme il se doit alors, quand on est ecclésiastique (ou femme de lettres !), l’auteur de l’Histoire n’est pas un inconnu pour un lectorat averti. Longtemps avant sa mort, survenue en 1716 deux ans après le début de la publication de l’ouvrage, personne ne peut ignorer son nom, ses qualités et sa participation à la redécouverte critique de l’histoire du catholicisme.

L’érudition et la piété au service des modes (de) religieuses

  • 49 Daniel Roche, « La Mémoire de la mort. Recherche sur la place des arts de mourir dans la librairie (...)

25L’identité du père Helyot figurait dans la Lettre de 25 pages, publiée dès 1710, où il annonçait et vantait son projet éditorial tout en critiquant ses concurrents et devanciers, tout comme elle précédait son autre best-seller : l’Idée d’un chrétien mourant et maximes pour le conduire à une heureuse fin, contenant des instructions pour bien mourir et exhorter les malades à la mort, paru en 1695 à Paris chez Thierry et réédité toujours dans la capitale en 1686, 1698, 1705, 1707, par divers éditeurs (le dernier en date étant le Jean-Baptiste Coignard de l’Histoire). Devenu Le Chrétien mourant et maximes […], cet in-12 de 318 pages appartient au genre de l’« art de bien mourir » et si cet ouvrage de piété ascétique nous paraît aujourd’hui sans grande originalité, sa notoriété fut certaine en son temps49. Il est intéressant de noter que, par ailleurs, une courte Lettre du P. H. Hélyot, […], à M***, contenant quelques remarques historiques touchant la ville de Riga en Livonie et celle d’Espinal en Lorraine, avec l’éloge du cardinal Casanate, était sortie des presses de Coignard en 1707. Moine, historien, voyageur et panégyriste, le père Helyot a toutes les qualités pour rédiger un monument à la gloire de l’Eglise et de quelques-unes de ses pieuses singularités.

  • 50 Louis Moreri, prêtre, Le grand Dictionnaire historique ou Le Mélange curieux de l’histoire sacrée e (...)
  • 51 Une tante, Marie Herinx (1644-1682), épouse d’un conseiller de la Cour des comptes auteur d’Œuvres (...)
  • 52 Sur l’origine, les différentes branches des religieux Pénitents du tiers ordre de Picpus (à ne pas (...)

26Grâce à Moreri, Badiche et quelques autres50, on sait sa naissance en janvier 1660 dans le milieu dévot de la bourgeoisie financière parisienne51 et son décès, toujours dans la capitale, le 5 janvier 1716. On sait aussi que devenu religieux du tiers-ordre de Saint-François à Picpus52 le 1er août 1683 comme son oncle Jérôme, bienfaiteur de cet ordre et mathématicien, Pierre Helyot, devenu le père Hippolyte, passa trente-trois ans « en religion » et en… travaux savants :

« Il fit deux voyages à Rome, & visita toute l’Italie. Ce fut là qu’il composa l’Histoire des ordres monastiques […]. Il y travailla pendant plus de vingt-cinq ans. De retour en France, il fut choisi successivement par trois provinciaux de son ordre pour leur secrétaire ; ce qui lui donna lieu de parcourir plusieurs provinces pendant douze ou treize ans, où il acheva de recueillir les mémoires nécessaires pour son ouvrage. […]. Il commença en 1714 de faire imprimer son histoire. Il y en avait déjà quatre volumes imprimés in-4° lorsqu’il mourut à Picpus […]. Les quatre autres tomes de cet ouvrage, qu’il avoit finis avant sa mort, ont été imprimés depuis par les soins du P. Louis, provincial de cet ordre. » (Moreri).

  • 53 Cette liberté de mouvement qu’évoquent si bien les « voyages littéraires » des mauristes n’existe p (...)

27Ses biographes, et Moreri en particulier, insistent sur les voyages nécessaires et souvent pénibles qui permettent alors de rassembler une documentation historique de première main53, mais ces auteurs ne disent rien de la vogue des histoires consacrées en tout ou partie aux habillements. Ils font d’Helyot un pionnier en ce domaine, ce qu’il n’est pas puisque son Histoire s’inscrit dans une lignée d’ouvrages du même genre.

  • 54 Helyot 1710, pp. 3-22. La présentation de son propre projet ne couvre que les deux dernières pages (...)

28La République des lettres fonctionne alors comme un champ clos de querelles incessantes (et fructueuses) et la publicité des ouvrages savants passe toujours par la controverse. Or Helyot ne déteste pas ces débats acerbes, qui lui permettent de souligner ses dettes et ses modèles mais aussi, et plus encore, ses contre-modèles. Il le fait dès 1710. Sous prétexte d’écrire un compte rendu d’une nouvelle édition (la première est de 1697) de l’Histoire des Ordres religieux du curé Hermant (un séculier normand, quand Helyot est régulier et parisien), il rédige alors les vingt-cinq pages d’une Lettre à double entrée : annoncer son ouvrage et se démarquer de ses prédécesseurs. Leurs livres, du moins celui de Hermant seul pris à partie en 1710, sont sans images, incomplets, peu référencés, fautifs ou incertains. On ajoutera que les erreurs mentionnées ne concernent que des ordres masculins et qu’Helyot veut bien à l’occasion les imputer à des « fautes d’impression », mais il sera moins ironique et moins aimable dans sa préface de 171454.

  • 55 C’est probablement sans permission de l’auteur (décédé la même année), que paraît l’Histoire du Cle (...)
  • 56 Helyot 1714, pp. VIII-XIII.
  • 57 Corinne Thépaut-Cabasset éd., L’esprit des modes au Grand Siècle, Paris, CTHS, 2010, ill. Les célèb (...)

29Dans cette préface, il est peu indulgent à l’égard de son collègue mais il allonge le nombre des titres dont son livre offre le prolongement et dont il prétend qu’ils ne peuvent être comparés à son propre ouvrage. Ainsi l’Histoire abrégée des Ordres religieux de Schoonebeck (Amsterdam, 1688) et sa réédition augmentée de 80 figures coloriées en 1700, tout comme sa version latino-italienne par le jésuite Bonanni, comporte des « habillements, mais ils sont méconnaissables ou erronés ou obsolètes »55. Cette salve de critiques (elles portent sur une demi-douzaine de textes, s’échelonnant de 1577 à son temps, et leur validité reste à vérifier)56, révèle l’inscription d’Helyot dans une lignée d’écrits analogues au sien, lignée dont l’acmé se situe à la fin du règne de Louis XIV, ce qui ne peut manquer d’intriguer au moment même où les travaux d’érudition religieuse prennent leur essor, moment où – fait tout aussi notable –, se développent la gravure de modes et des visions de plus en plus galantes de la vie monastique57.

  • 58 Critiqué néanmoins par le biographe anonyme de la fondatrice des Hospitalières de la Charité Notre- (...)
  • 59 Helyot/Badiche 1847, col. 18. Helyot y est accusé d’un léger parti-pris à l’égard des capucins.

30La réception du livre d’Helyot et les commentaires qu’il a immédiatement suscités mériteraient attention. Ce travail reste à faire. Seuls quelques possesseurs sont connus grâce aux ex-libris qui ornent parfois les premières pages et l’on peut s’amuser d’apprendre, à titre encore anecdotique, que la reine Marie-Antoinette en possédait un exemplaire à Versailles (aujourd’hui à la BnF), tout comme les capucins de Poitiers (désormais à la Médiathèque de Poitiers), ceux-ci y ayant même porté de brèves annotations. Les louanges connues des imitateurs d’Helyot sont unanimes et les critiques58 si rares qu’on peut admettre avec Badiche que cet « ouvrage colossal » a pu être jugé à bon droit comme « un monument utile à la gloire de Dieu et à l’édification des fidèles »59. Paradoxalement cependant, les premiers utilisateurs de la somme produite par Helyot et ceux qui contribueront à sa renommée sont, dès le xviiie siècle, des anti-cléricaux, amateurs d’images distrayantes et de comparaisons animalières où la science se met au service de la pensée anti-religieuse et d’un anti-féminisme marqué.

La « monacologie »

  • 60 À côté d’ouvrages illustrés comme Vert-Vert de Grasset ou, plus tardivement, La Religieuse de Dider (...)

31Le succès du travail d’Helyot se lit principalement dans les rapides rééditions et traductions de l’ouvrage. Il se lit aussi (mieux encore ?) dans l’usage détourné qu’en font divers polygraphes des Lumières qui citent Helyot ou le parodient pour mieux railler la vie monastique et ses marquages vestimentaires. Deux exemples suffiront à le montrer, sans qu’il soit besoin de se référer à la littérature diversement pornographique et souvent illustrée qui au même moment met à profit divers accessoires des habits de religion pour contester celle-ci, n’hésitant pas à imaginer et imager les pires abus qu’autoriserait le couvert du froc ou du voile60.

- Le présumé Musson

32C’est un auteur anonyme (peut-être l’abbé Musson) qui dit publier à Berlin en 1751 les quatre volumes in-12° non illustrés des Ordres monastiques. Histoire extraite de tous les Auteurs qui ont conservé à la postérité tout ce qu’il y a de plus curieux de chaque ordre. L’ouvrage n’a pas de nom d’éditeur et il est peu probable que celui-ci ait eu une adresse berlinoise. Le format est maniable et donne d’emblée à cette anthologie un lectorat autre que celui des usagers ou propriétaires de riches bibliothèques conventuelles ou aristocratiques. Son ton finement ironique est propre à la littérature anti-cléricale encore feutrée qui se développe au milieu du siècle et permet au compilateur de parodier l’Histoire des ordres monastiques de Helyot sans encourir immédiatement les foudres des autorités (la mise à l’Index ne surviendra qu’en 1755). D’ailleurs, il s’agit encore d’instruire en édifiant, puisque tous les éléments du livre ont la prétention d’« éclairer » celles et ceux qui souhaitent vérifier la solidité de leur vocation et leurs capacités, physiques et spirituelles, à l’assumer.

33Toutes les descriptions de la vie monastique en général et des usages de chaque famille religieuse, vêtements compris, en particulier, visent ce but prophylactique et empruntent à Helyot la structure de son texte et partie de ses données documentaires. Le plan des Ordres monastiques passe d’abord par quelques « traités préliminaires » (88 pages), des « lettres spirituelles » (70 pages) et un chapitre sur l’origine des moines (62 pages), puis il offre, à coup d’extraits et de raccourcis de toutes sortes, un panorama historique du monachisme occidental, ordre après ordre, les spécificités vestimentaires de chacun d’eux faisant l’objet de longs développements distincts qui définissent les forces et les faiblesses des diverses branches du catholicisme. Et si femmes et hommes sont généralement traités sur un pied d’égalité en matière d’habits extravagants et de querelles vaines, les futures religieuses – et elles principalement – sont invitées à bien considérer si leur vocation résistera au refus de toute coquetterie et aux humiliations punissant, via le vêtement, satisfactions narcissiques et infractions à « l’obéissance aveugle » et au despotisme régnant dans la plupart des communautés religieuses. Dans une lettre « À une demoiselle. Sur le choix d’un Couvent », « l’esprit des chanoinesses de l’abbaye de Sainte Perrine ou de Picpuces » (sic) est synthétisé par quelques phrases mais ce qui est principalement mis en exergue, ce sont les anormales usurpations d’accessoires supposés virils (ici le port d’un rochet ou le don d’une épée à une femme) dont seraient coupables les religieuses de cet ordre :

  • 61 Musson 1751, t. I, p. 101.

« L’habit est noir, à la différence de celui des autres chanoinesses : elles portent un rochet sans manches avec un grand manteau. […] Votre cousine chanoinesse de Nivelle a été reçue Chevalière de S. Georges. […] Pendant l’Évangile elle tint une épée nue ; à la fin de la messe un Gentilhomme après lui avoir donné l’accolade, lui donna trois coups de plat d’épée sur le dos »61

34À la Visitation, que Musson semble avoir en particulière détestation, la punition des jeunes religieuses trop mondaines passe par le port de pièces vestimentaires dégradantes dont jouerait la maîtresse des novices :

  • 62 Musson 1751, t. IV, p. 200-202, 214-215. La Visitation est présentée comme une règle d’autant plus (...)

« elle vous fera prendre un voile tout usé, une guimpe déchirée & de grosse toile, & une robbe pleine de pièces & de lambeaux ; & il n’y aura pas à répliquer. Vous aurez beau representer que cette robbe est trop longue, ou trop courte, ou trop large, ou trop étroite, qu’elle ne vous couvre pas les épaules. Votre Maîtresse ne daignera pas à vous écouter. […] point de filles dissipées ou immodestes  […] C’est pour cela que le noviciat est toujours fourni de grandes lunettes. Il y a un magazin de baillons, de voiles de grosse toile, de pierres & de billots de toutes sorte de grosseur »62.

  • 63 Musson 1751, t. I, p. 163 et passim, mais le nom d’Helyot n’apparaît pas devant le titre de son liv (...)
  • 64 Musson 1751, t. I, p. 23, 30 ; t. IV, pp. 127-129 (la ceinture donnée par sainte Monique aux August (...)

35L’imitation du livre du père Helyot est poussée jusqu’à inclure des biographies succinctes de fondateurs et de fondatrices et à fournir des preuves bibliographiques étalées sur onze pages serrées. La présence de citations entre guillemets, en français et en latin, de notes nombreuses et d’une table des matières très détaillée donnent l’illusion d’une grande scientificité63. Un sérieux qui, en multipliant anomalies scandaleuses et curiosités piquantes, permet un travail de sape efficace des dogmes et des pratiques. Les croyances faisant de certains habits un don de la Vierge, des saint-e-s ou du Ciel, et les querelles durables qui en découlent sont en effet systématiquement ridiculisées, certains ordres s’estimant supérieurs à d’autres du fait de l’ancienneté et de l’origine divine de leurs défroques64.

36Helyot se contentait de trouver douteuses certaines de ces traditions (le scapulaire des carmes et carmélites par exemple) mais il en tirait argument pour promouvoir ou consolider des réformes internes à l’Église prônant l’uniformité des costumes et la modération en matière d’actes pénitentiels. Chez le supposé Musson, le port de la haire, du cilice et des ceintures à pointes de fer est jugé, à l’instar de « la discipline », comme une atteinte corporelle. Quant aux dés-habillages/r-habillages propres à celles qui prennent l’habit et acceptent les violences conventuelles, ils deviennent, sous sa plume, une disgrâce. Des moments hideux ou ridicules qui mettent en doute la Grâce.

- Deux naturalistes

  • 65 Désormais Born 1798.

37La violence du ton est encore plus grande chez un autre utilisateur du père Helyot, le minéralogiste allemand Ignace de Born (1742-1791), responsable d’une satire parue à Augsbourg en 1783 (Joannis Physiophili specimen monachologiæ) et objet d’une imitation en français par le médecin et naturaliste français, Pierre-Auguste Broussonnet (1761-1807). Placé sous l’égide de Rabelais dès le revers de la page de titre, cet Essai sur l’histoire naturelle de quelques espèces de moines, décrits à la manière de Linné. Ouvrage traduit du latin par Jean d’Antimoine, Naturaliste du Grand Lama, etc., etc., Avec figures (Paris, Obré, an VI-1798)65 est caractéristique du vent de déchristianisation qui parcourt une partie des milieux savants d’Europe entre 1770 et 1800 et des efforts parallèles de classification des êtres vivants et des faits sociaux, habillements compris. L’ouvrage, bref et polémique, se veut le résultat d’une enquête scientifique, menée par un naturaliste lettré (et lecteur attentif d’Helyot et de Linné) auprès d’espèces animales disparues ou en voie de disparition : les moines et leurs éventuelles « femelles », les moniales.

  • 66 Born 1798, p. 13 et 40.
  • 67 Born 1798, p. XXVIII, 3, 9, 13, 16, 21, 35, 39 et pl. 1 (fig. 6 et 7).

38Le texte, drôle, frise parfois l’obscénité quand il décline l’apparence physique (les vêtements-peaux sont décrits comme des « téguments ») et les mœurs – fort grossières – de douze familles d’animaux. Certains de ces ordres n’ont pas les moyens de se reproduire, faute de posséder une branche féminine (les trinitaires, les trappistes) ou en raison d’une « androgynie » native (les minimes, qui ressemblent à des « colimaçons »). Par contre « le bénédictin », « le jacobin ou dominicain », « le camaldule », « le franciscain », « le capucin », « l’augustin », « le carme » (sous ses deux sous-espèces, « ordinaire » et « déchaussé ») et « le servite » sont une espèce hétérosexuelle. Aussi « l’extérieur » de leurs consœurs est décrit grâce à des renseignements pris dans Helyot et Musson66 mais, simplifiée à l’extrême, leur apparence devient caricaturale et limitée aux seules parures de tête. En cette fin du xviiie siècle, « le voile » condense en effet tout ce qu’il suffit de savoir de l’habillement des religieuses et c’est ce seul détail vestimentaire qui, présent sous deux formes sur les trois planches de figures (43 au total), sert de leit-motiv féminin à la « monacologie » masculiniste de Born et Broussonnet67.

« La femelle [du moine] ne diffère du mâle que par un voile qu’elle a toujours sur la tête ; elle est plus propre, ne sort presque pas de son habitation, qu’elle a soin de tenir nettea.[…] La femelle [du Bénédictin] cache son front & ses joues sous un voile blanc en dessous, noir en dessus ; elle couvre aussi son sein d’un linge blanc. Les deux sexes offrent un grand nombre de variétés ; & nous exhortons les naturalistes qui seront à portée de les examiner dans leurs propres habitations, à nous donner les caracteres essentiels à chacune d’elles. […] La femelle [du Capucin] a le voile supérieur noir, l’inférieur blanc ; l’un & l’autre presque en forme de cœur sur le front ; le col nud ; l’enveloppe du sein blanche. […]

  • 68 Born 1798, p. XXVII et 3. Pour d’autres descriptifs féminins, voir p. 9, 16, 35, 39.

Elle dit Ave quand on l’interroge, elles jasent toutes à la fois, quand elles en ont la parmission ; elles tremblent au son des cloches »68.

  • 69 Ce que révèleraient la prolifération des caricatures révolutionnaires contre les moniales et la dis (...)
  • 70 Aucune figure de religieuse dans Millin 1792, qui par ailleurs dispose, sur quatre planches au moin (...)

39Objet de moqueries narquoises et parfois cruelles69, la religieuse en ses habillements semble avoir perdu toute séduction dès avant la fermeture des couvents à l’été 1792 et cela malgré une énième version de l’Histoire des Ordres religieux et militaires ainsi que des congrégations séculières de l’un & l’autre sexe qui ont été établies jusques à présent, ornée de 812 figures (Paris, Louis, 1792). D’ailleurs c’est en vieille femme réduite à sa seule appartenance de sexe (les figures dites : « Voile levé » et « Voile couvrant la face » de la planche III de La Monacologie), que l’esprit anticlérical et viril dominant des années thermidoriennes imagine les différentes « espèces » (de) religieuses en ne leur accordant que deux représentations en buste. Désormais sans revenus, sans pouvoir apparent, sans directeurs spirituels et sans habits distinctifs, elles semblent vouées à disparaître, jusque dans les livres à images où ne perdurent plus que des figures de moines, avant que ne triomphent de nouvelles constructions imagières à partir des années 1830-184070.

- Les reconstructeurs de l’Église

  • 71 Voir bibliographie. Un dernier avatar paraît à la fin du XIX e siècle sous forme d’une grande litho (...)

40Mais, après cette décennie et selon une chronologie qui reste à affiner, la figure de la religieuse refait surface sous forme de lithographies, coloriées ou non, présentées isolément ou réunies en collections, dans les albums et les nouvelles éditions, échelonnées dans le temps (1829, 1837, 1838), provincialisées et miniaturisées, « du » Helyot71. Une réémergence parallèle, bien sûr à la résurrection et à la multiplication des congrégations féminines au xixe siècle au sein d’une Église triomphaliste en mal de nouvelles héroïnes, de statistiques glorieuses et de rééditions, à prix raisonnables, d’écrits religieux fondateurs.

41C’est dans ce contexte d’une « restauration » qui est reconstruction et innovation, que les initiateurs de l’Encyclopédie Migne ont su récupérer le texte du père Helyot pour livrer, sous les auspices du père Marie-Léandre Badiche (1798-1867), les quatre grands volumes d’un monument à la gloire des ordres anciens et nouveaux, féminins notamment, le Dictionnaire des ordres religieux, ou Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires […], mise par ordre alphabétique […] et augmentée d’une introduction, d’une notice sur l’auteur, d’un grand nombre d’articles ou parties d’articles et d’un supplément où l’on trouve l’histoire des congrégations omises par Hélyot et l’histoire des sociétés religieuses établies depuis que cet auteur a publié son ouvrage. L’ouvrage, publié entre 1847 et 1859, constitue les tomes XX à XXIII d’un ensemble de cinquante volumes in-4° : la célèbre « Bibliothèque universelle du clergé ».

  • 72 Helyot/Badiche 1847, t. I, col. 13-15, 18.
  • 73 Démonstration à poursuivre à partir d’ouvrages de qualité typographique médiocre et bon marché comm (...)

42C’est un dictionnaire, et non une « histoire » de tous les ordres religieux et militaires dépendant des quatre grandes règles monastiques. Une reprise et une refonte donc des textes de 1714, car une réorganisation alphabétique, une présentation sur deux colonnes très pleines, une table méthodique, des amplifications (le cas des reclus) et des ajouts multiples (les 15 congrégations omises par Helyot et les 107 créées depuis « les désordres et les erreurs du dernier siècle ») transforment radicalement d’un point de vue matériel et intellectuel l’œuvre du picpusien. C’est désormais un manuel d’information historique et d’édification pour les admirateurs de « l’arbre fécond et odorant de la vie monastique » et pour les tenants, et d’abord les desservants, d’une Église qui doit réparer ses erreurs passées et garder souvenir de ses « souffrances récentes »72. Il s’agit aussi d’offrir à tou(te)es les moyens de se repérer face à la prolifération de congrégations nouvelles, aux costumes toujours distinctifs mais de plus en plus sobres73.

43L’iconographie de cette pseudo réédition est encore plus abondante que les précédentes, mais des raisons économiques ont réduit le nombre des volumes (4 au lieu de 8) et ont contraint leurs initiateurs à faire redessiner plus ou moins adroitement les figures anciennes au risque de quelques erreurs chronologiques. Ces images sont désormais 1050 (4 représentent, comme en 1714, des colliers d’ordres militaires) mais elles sont remisées en fin de chaque volume et rassemblées sur une page (et non sur une planche hors-texte) qui réunit deux rangs de trois personnages, dont la facture, la taille et les attitudes sont hétérogènes. Femmes et hommes y cohabitent selon un dosage qu’impose l’ordre alphabétique. La féminisation, numérique sinon qualitative, du catholicisme, se traduit par un part accrue de religieuses : elles sont désormais presque aussi nombreuses que les religieux (506 contre 540, soit plus de 48 % des figures humaines), Mais la disposition frontale en frises serrées des silhouettes et la mauvaise qualité de l’impression, ôtent une bonne part de la beauté et de la précision (le charme ?) des coûteuses planches initiales. (Fig. 4)

Fig. 4. « Six habits de trappistines ». Helyot/Badiche, Dictionnaire des ordres monastiques […], 1847, t. IV, fig. 245 à 250

Coll. part.

  • 74 Helyot/Badiche 1847, t. I, col. 12. Sur le père Badiche, pédagogue, historien local et prêtre breto (...)

« On s’extasie, à outrance quelquefois », face au monument du père Helyot, comme tente de s’en excuser son continuateur, le diligent et modeste père Badiche74 ! Que dire de ce qu’en a fait celui-ci ? À coup sûr et grâce à ce prêtre, c’est un usage autre de l’encyclopédie du père Helyot qui se met en place : le triomphalisme du nombre l’emporte désormais sur le souci – aristocratique ? – du Beau et des femmes d’exception.

Conclusion : les religieuses en leurs habits, de l’Histoire à l’Album ?

44Imité, parodié, contesté et régulièrement adapté, le livre à succès du père Helyot est une source de réflexions multiples sur des évolutions sociétales, religieuses, artistiques et techniques (celles de l’édition notamment), qui n’ont pu être évoquées ici que de loin mais que révèlent avec force les représentations graphiques de la mise des religieuses (Fig. 5). Soulever le… voile de ces images reste un travail à poursuivre de manière sérielle et critique, à travers les nombreuses variantes et les usages polymorphes de l’œuvre d’Helyot, mais aussi à la lumière d’autres transcriptions figuratives des religieuses : portraits peints ou gravés, statues, caricatures, illustrations de livres profanes, frontispices d’ouvrages de spiritualité, images de piété, cartes mortuaires, poupées, boîtes-cellules, photographies, etc.

Fig. 5. « Le règne de la diversité ». Ordres religieux. Costumes de femmes. Tableau historique d’après le P. Helyot et autres autorités, Paris, Basset, s. d. (fin XIXe siècle ?)

Coll. part. ; droits réservés

  • 75 La nécessité de posséder « une poupée habillée et coëfée en religieuse de l’Ordre » est rappelée da (...)
  • 76 La volonté de familiariser les jeunes enfants avec la vie consacrée font naître des jouets qui aujo (...)
  • 77 John Carl Flügel, Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire (1933), trad. de l’anglais Paris, Aubier (...)
  • 78 Odile Arnold, Le Corps et l’âme. La vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984. Voir au (...)
  • 79 Rabelais, Œuvres complètes, éd. par Jacques Boulenger, Paris, Gallimard, Pléiade, 1959, p. 755 (les (...)

45On conclura temporairement en soulignant la fonction pédagogique ambiguë de ces galeries d’objets de papier où les religieuses tiennent un rôle avantageux mais changeant. Comme les « poupées-mannequins » avant la lettre que devaient posséder chaque couvent75 mais aussi les petites filles des familles pieuses76, les livres de costumes monastiques servirent à fixer, à l’intérieur, les usages de chaque monastère et à susciter, à l’extérieur, des conversions. Ces ouvrages sont aussi le reflet de constructions/reconstructions de la piété féminine idéale. Les yeux grands ouverts, les corps déliés et les gestes démonstratifs des religieuses des éditions louis-quatorziennes ont peu à voir avec l’allure de leurs descendantes du milieu du xixe siècle. Paupières baissées, mains souvent jointes, jupons alourdis, les pieuses épouses du Christ semblent invitées à un « grand renoncement », celui qui affecte les vêtements masculins profanes et les tenues monastiques féminines77, celui qui rembrunit la vie matérielle78 et la spiritualité des couventines. Au moins en théorie, car la norme des représentations ne dit qu’imparfaitement le particulier des pratiques et la survie, ici ou là, des « pennages » monastiques dénoncés par Rabelais79 et progressivement éliminés, après leur prodigieuse efflorescence au xixe siècle, du paysage visuel occidental et… du champ de l’histoire. Un dossier à réouvrir ?

Top of page

Bibliography

Sources

Histoire des ordres monastiques du père Helyot

Helyot, 1714 : R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Histoire des Ordres monastiques, religieux et militaires et des congrégations de l’un et l’autre sexe, qui ont esté establies jusqu’à présent ; Contenant leur origine, leur fondation, leurs progrès, les évènemens les plus considérables qui y sont arrivés, La décadence des uns et leur suppression, l’agrandissement des autres, par le moïen des différentes Réformes qui y ont été introduites, Les vies de leurs Fondateurs & de leurs Réformateurs : Avec des figures qui représentent tous les différens habillemens de ces Ordres et de ces Congregations, Paris, J.-B. Coignard, 1714-1719 ; rééd. 1719-1721, 8 vol. in-4°, 805 pl.

Helyot/ Bonanni, 1716 : [Filippo Bonanni, Pierre Helyot et autres], Histoire du Clergé séculier et régulier. Des Congrégations de Chanoines & des ordres Religieux de l’un & l’autre sexes, qui ont été établis jusques à présent, avec des figures qui représentent les différens habillemens des ordres et congrégations. Nouvelle édition, tirée du R. P. Bonnani, de Herman, de Shoonebeck et du R. P. Helyot. Avec des Figures qui représentent les différens habillemens de ces Ordres & Congregations, Amsterdam, Pierre Brunel, 1716, 4 vol. petit in-8°, 432 fig. dont 27 pl.

Helyot/ Giustiniani, 1721 : [Filippo Bonanni, Pierre Helyot et autres], Histoire des Ordres militaires, ou chevaliers, des Milices Séculières et Régulières de l’un & l’autre sexe qui ont été établies jusques à présent. Avec des Figures qui représentent les différens habillemens de ces Ordres. Nouvelle édition, tirée de l’abbé Giustiniani, du R. P. Bonanni, de Mre Herman, de Shoonebeck etc. Et avec un Traité Historique de M. Basnage sur les Duels, Amsterdam, Pierre Brunel, 1721, 4 vol. petit in-8° ill., 187 pl.

Helyot, 1753 : P. Hippolyts ausführliche Geschichte aller geistlichen und weltlichen Kloster und Ritterorden für beyberley Geschlecht […] aus dem Französischen übersetzet […], Leipzig, Arkstee und Merkus, 1753-1756, 8 vol. in-4°, pl.

Helyot, 1792 : R. P. Helyot, Histoire des Ordres religieux et militaires ainsi que des congrégations séculières de l’un & l’autre sexe qui ont été établies jusques à présent, Nouvelle édition ornée de 812 figures. Paris, Louis, 1792, 8 vol. in-4°, ill.

Helyot/Roujoux, 1829 : R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Histoire des Ordres monastiques, religieux et militaires et des congrégations de l’un et l’autre sexe, qui ont esté establies jusqu’à présent par […], revue, corrigée et mise dans un meilleur ordre par M. le Baron de Roujoux et par une réunion d’ecclésiastiques, Paris, Desbarres, 1829, 1 vol. in-8°, ill.

Helyot et autres, 1837 : R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Histoire abrégée et costumes coloriés des Ordres monastiques, religieux et militaires de l’un et l’autre sexe établis depuis l’origine du christianisme ; Contenant l’histoire abrégée de ces ordres, leurs mœurs, leurs règles, la description enfin de tout ce qui se rattache à leur existence, les noms des personnages les plus illustres qui en ont été membres, etc., etc. D’après le R. P. Helyot. Nouvelle édition revue, corrigée et disposée en un meilleur ordre par une réunion d’ecclésiastiques et d’hommes de lettres. Ornées de 100 planches représentant plus de 300 costumes coloriés des différents habillements de ces ordres et de ces congrégations, Paris, Parent-Desbarres, 1837, 2 vol. in-4° en 1, ill.

Helyot/Philippon, 1838 : R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Histoire complète et costumes des ordres monastiques, religieux et militaires et des congrégations séculières des deux sexes par […], avec notice, annotations et complément, par V. Philippon de la Madelaine, Guingamp, B. Jollivet, 1838, 8 vol. in-4°, ill.

Helyot/Badiche, 1847 : Dictionnaire des ordres religieux, ou Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires […], mise par ordre alphabétique […]et augmentée d’une introduction, d’une notice sur l’auteur, d’un grand nombre d’articles ou parties d’articles et d’un supplément où l’on trouve l’histoire des congrégations omises par Hélyot et l’histoire des sociétés religieuses établies depuis que cet auteur a publié son ouvrage, par Marie-Léandre Badiche […], Petit-Montrouge, l’éditeur (« Encyclopédie théologique » publiée par l’abbé Migne, t. XX-XXIII), 1847-1859, 4 vol. gr. In-8°, ill. (1050 fig.).

Helyot, 1862 : Album ou Collection complète et historique des Costumes de la Cour de Rome des Ordres monastiques, religieux et militaires et des congrégations séculières des deux sexes. Contenant 80 figures dessinées et coloriées d’après nature par G. Perugini et accompagnées d’un texte explicatif tiré du P. Helyot, Paris, Ancienne Maison Silvestre et E. Camerlinck, 1862, 1 vol. in-4°, ill.

Helyot, s.d. (fin xixe) : Ordres religieux. Costumes de femmes. Tableau historique d’après le P. Helyot et autres autorités, Paris, Basset, s. d., 1 pl. unique de 44 fig. - Ordres religieux. Costumes d’hommes. Tableau historique d’après le P. Helyot et autres autorités, Paris, Basset, s. d., 1 pl. de 50 fig.

Autres sources

Allard, 1653 : Claude Allard, Le Miroir des âmes religieuses ou La vie de Madame Charlotte-Flandrine de Nassau, abbesse de Sainte-Croix de Poictiers, Poitiers, Thoreau, 1653.

Balzac, 1834 : Honoré de Balzac, La Duchesse de Langeais (1834), Paris, Livre de Poche, 1958.

Badiche, 1847 : Marie-Léandre Badiche, « Notice biographique et littéraire sur le père Helyot » en tête du Dictionnaire des ordres religieux de l’Encyclopédie théologique de Migne, 1847, t. XX, col. 9-18.

Bar, 1778 : J. C. Bar, Recueil de tous les costumes des ordres religieux et militaires, avec un Abrégé historique et chronologique, enrichi de notes et de planches coloriées, Paris, chez l’auteur, 1778-1791, 6 vol. ill.

Bévy, 1776 : [Dom Charles Joseph Bévy], Histoire des Inaugurations des Rois, Empereurs, et autres souverains de l’Univers, depuis leur origine jusqu’à présent. Suivie d’un précis de l’état des Arts & des Sciences sous chaque Règne : des principaux faits, mœurs, coutumes & usages les plus remarquables des François, depuis Pépin jusqu’à Louis XVI, Paris, Moutard, 1776.

Bonnefoy de Bonyon, abbé François Albert, « De l’état religieux » (1784), in Dictionnaire des ordres religieux, ou Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires […], Paris, Ateliers catholiques du Petit-Montrouge (« Encyclopédie théologique » publiée par l’abbé Migne, t. XX-XXIII), 1847-1859, t. III, col. 957-1078.

Born, 1784-1798 : Ignaz de Born, Essai sur l’histoire naturelle de quelques espèces de moines, décrits à la manière de Linné. Ouvrage traduit du latin par Jean d’Antimoine, Naturaliste du Grand Lama, etc., etc., Avec figures (Paris, Obré, an VI-1798). Rééd. : La Monacologie, ou histoire naturelle des moines, traduite de l’original latin par Broussonnet. Réimpression textuelle sur l’édition originale française de 1784. Avec nombreuses figures dans le texte, Rouen, J. Lemonnyer, 1879, ill.

[E.-B. Bourée, 1699] : La Vie de Madame Courcelle de Pourlan, dernière abbesse titulaire et réformatrice de l’Abaïe de Notre-Dame de Tart, première maison de Cisteaux au diocèse de Langres à présent transférée à Dijon, dite en religion la mère Jeanne de Saint-Joseph décédée le 16 mai, Lyon, Certe, 1699.

Chergé, 1856 : Charles de Chergé, Histoire des congrégations religieuses d’origine poitevine, Poitiers, A. Dupré, 1856, ill.

Costume, 1987 : Costume-Coutumes (catalogue d’exposition), Paris, RMN et musée des ATP, 1987, ill.

Costumes, 1776 : Les Costumes François, représentans les differens États du Royaume avec les habillemens propres à chaque État et accompagnes de reflections critiques et morales.Paris, Le Pere et Avaulez, 1776, ill.

[Desprez, 1567], Recueil de la diversité des habits, qui sont de présent en usage, tant ès pays d’Europe, Asie, Affrique & Isles Sauvages, le tout fait d’après le naturel, Paris, Richard Breton, 1567.

[Félibien, 1711] : [Michel Félibien], La Vie de Madame d’Humières, abbesse et réformatrice de l’abbaye de Monchy de l’Ordre de Cisteaux, décédée le 20 janvier 1710, Paris, J. Estienne, 1711, p. 23.

Helyot, 1710 : R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Lettre du père Hippolyte Helyot religieux Pénitent du troisième ordre de S. François du Convent de Picpus, Sur la nouvelle édition de l’Histoire des Ordres Religieux, de M. Hermant Curé de Maltot en Normandie, Paris, J.-B. Coignard, Michel Brunet & Nicolas Gosselin, 1710.

Helyot, 1695 : R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Idée d’un Chrétien mourant et maximes pour le conduire à une heureuse fin, contenant des instructions pour bien mourir et exhorter les malades à la mort, Paris, D. Thierry, 1695, rééd. 1696, 1698, 1705 et 1707.

[Journal, 1909] : « Journal des abbesses de Sainte-Croix de Poitiers », édité par le P. de Monsabert, Revue Mabillon, 1909-1910, pp. 145-168 et 474-499.

Pierre Le Moyne, La Gallerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommavile, 1647, ill.

Marie de l’Incarnation, 1654 : Marie de l’Incarnation,, La Relation autobiographique de 1654. Préface de dom Guy-Marie Oury, Sablé-sur-Sarthe, Solesmes, 1976, p. 80.

Millin, 1792 : Aubin-Louis Millin, Antiquités Nationales ou Recueil de monuments, pour servir à l’Histoire générale et particulière de l’Empire françois, tels que tombeaux, inscriptions, statues, vitraux, fresques, etc. ; tirés des abbaïes, monastères, cateaux et autres lieux devenus nationaux. Présenté à l’Assemblée Nationale et accueilli favorablement par Elle le 9 décembre 1790, Paris, Drouin, 1792, 5 vol., ill.

Moléon, 1708 : Moléon [Le Brun des Marettes], Voyages liturgiques en France, 1708, ill.

Moreri, 1759 : Moreri, Mre Louis, prêtre, Le grand Dictionnaire historique.-Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane.Nouvelle édition […], Paris, Libraires Associés, 1759.

Musson, 1751 : [Musson, abbé ?], Ordres monastiques. Histoire extraite de tous les Auteurs qui ont conservé à la postérité tout ce qu’il y a de plus curieux de chaque ordre (…), Berlin, 1751, 4 vol.

Rabelais, 1959 : Rabelais, Œuvres complètes, éd. par Jacques Boulenger, Paris, Gallimard, Pléiade, 1959

Rituel, 1715 : Rituel françois pour les religieuses de l’Ordre de Cisteaux, Paris, Denis Mariette, 1715.

Savary, 1730 : Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, Jacques Estienne, 1730, 3 vol.

Shoonenbeek, 1700 : [Adrien Shoonenbeek], Histoire de la fondation Avec les Habits des ordres des Femmes et Filles religieuses, Amsterdam, Desbordes et Brunel, 1700, ill.

Souvestre, 1860 : Émile Souvestre, Souvenirs d’un Bas-Breton, Paris, Michel Levy, 1860.

Spallart, 1809 : Robert de Spallart, Tableau historique des costumes, des mœurs et des usages des principaux peuples de l’Antiquité et du Moyen Âge, Metz, Collignon, 1809, 4 vol. ill.

Thiron, 1869 : Thiron, Album historique des costumes religieux depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours, Paris, Librairie Générale, 1869, 1 vol. in-8° ill. (140 pl.).

Taine, 1872 : Une Anglaise témoin de la Révolution française (1792-1795), Traduction et préface d’Hippolyte Taine (1872) ; rééd. Paris, Jacqueline Chambon, 2006.

Vie, 1685 : La Vie de la mère Antoinette de Jésus religieuse chanoinesse de l’ordre de S. Augustin en l’Abbaïe Royale de la Villette proche Paris. Avec ses Lettres […], Paris, Julien Villette, 1685.

Vie, 1745 : Vie de la V. M. Françoise de La Croix, Institutrice des Religieuses Hospitalières de la Charité Notre-Dame, Paris, Jacques Barrois, 1745.

Vincent de Paul, 1923 : Vincent de Paul, Correspondance, entretiens, documents. Édition publiée et annotée par Pierre Coste, prêtre de la Mission, Paris, Lecoffre, 1923-1925, 14 vol.

Travaux

Aribaud, Christine ed., Destins d’étoffes. Usages, ravaudages et remplois des textiles sacrés, xive-xxe siècles Toulouse, Éd. du CNRS, 2001, ill.

Arnold, Odile, Le corps et l’âme. La vie des religieuses au xixe siècle, Paris, Seuil, 1984.

Balmary, Marie, « Vêtement», Dictionnaire de spiritualité, Paris, Beauchesne, t. XVI (1992), col. 511-516.

Barthes, Roland, « Histoire et sociologie du vêtement. Quelques observations méthodologiques », Annales E. S. C., 1957, pp. (rééd. in Œuvres complètes, Paris, Seuil, t. I, pp. 892-906).

Bennis, Kenza, Les Monologues du voile. Des Québécoises se racontent, Paris, Robert Laffont, 2017.

Berthod, Bernard, « Le voile des moniales », in Les voiles dévoilés, pudeur, foi, élégance…, Lyon, Éditions Lyonnaises d’art et d’Histoire, 2008, pp. 56-59, ill.

Blanc, Odile, « Ethnologie et merveille dans quelques livres de costumes français », in Marie Viallon (éd.), Paraître et se vêtir au xvie siècle, Saint-Étienne, PUSE, 2006, pp. 79-94, ill.

Bréjon de Lavergnée, Matthieu, Histoire des Filles de la Charité, xiie-xviiie siècles. La rue pour cloître, Paris, Fayard, 2011, ill.

Cugy, Pascale, La dynastie Bonnart. Peintres, graveurs et marchands de « modes » à Paris sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2017, ill.

Damamme, Jeanne, Mémoires de jouets, Paris, Hatier, 1998.

Daniel-Rops, Monsieur Vincent, Paris, Éd. du Chalet, 1959, ill.

Davis, Natalie Zemon, « Genre féminin et genre littéraire. Les femmes et l’écriture historique, 1400-1820 » (1980), réed. in N. Pellegrin éd., Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, PUSE, 2006, pp. 21-43.

Flügel, John Carl, Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire (1933), trad. de l’anglais, Paris, Aubier, 1982.

Henneau, Marie-Elisabeth, « Se vêtir au couvent, quand on est femme ! », in Quand l’habit faisait le moine. Une histoire du vêtement civil et religieux en Luxembourg, Bastogne, Musée de Piconrue, 2004, pp. 139-161, ill.

Keenan, William, « From Friars to Fornicators: The Eroticization of Sacred Dress », Fashion Theory, 1999, vol. 3/4, pp. 389-410, ill.

Lambin, Rosine A., Le Voile des femmes. Un inventaire historique, social et psychologique, Berne, Peter Lang, 1999.

Langlois, Claude, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984.

McLean, Ian, Women Triumphant. Feminism in French Literature, 1610-1650, Oxford, Clarendon Press, 1977.

Maertens, Jean-Thierry, Ritologiques 4. Dans la peau des autres, Paris, Aubier, 1978.

Martin, A., « Badiche, Marie-Léandre », in Roman d’Amat et Prevost (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey, 1948, t. IV, col. 1152.

Noye, Irénée, « Hélyot (Héliot) », Dictionnaire de spiritualité, Paris, Beauchesne, t. VII/1 (1969), col. 172-175.

Paris-1400. Les arts sous Charles VI (catalogue d’exposition, Paris, RMN, 2004, ill.

Pascal, Catherine,  « Les recueils de femmes illustres au XVIIe siècle », en ligne SIEFAR http///www.siefar.org

Pellegrin, Nicole, « Le vêtement, fait social total ? », in Christophe Charle (dir.), Histoire sociale, histoire globale ?, Paris, EHESS, 1993, pp. 81-94.

Pellegrin, Nicole, « Ordre et désordre des images. Les représentations et les classifications des costumes régionaux sous l’Ancien Régime  », L’Ethnographe, 1984, pp. 387-400, ill.

Pellegrin, Nicole, « Errances, odyssées ou cheminements ? Quelques religieuses voyageuses au temps des Républiques », in G. Bertrand et P. Serna, La République en voyage, 1770-1830, Rennes, PUR, 2009, pp. 126-143.

Pellegrin, Nicole, « La Nonne en ses costumes de scène. Le cas du théâtre révolutionnaire français », in D. Doumergue et A. Verdier (dir.), Le Costume de scène, objet de recherche, Cirey-les-Mareilles, Lampsaque, 2014, pp. 139-156, ill.

Pellegrin, Nicole, « Quand le voile fait son cinéma. Notes sur les parures blanches de quelques religieuses "hollywoodiennes" préconciliaires » in Claude Coupry et Françoise Cousin (dir.), Lumières du blanc, Saint-Maur-des-Fossés, AFET et Sépia, 2014, pp. 129-138, ill.

Pellegrin, Nicole, Voiles. Une histoire, du Moyen Âge à Vatican II, Paris, CNRS éditions, 2017, ill.

Ritz-Guibert, Anne, La collection Gaignières. Un inventaire du royaume au XVIIe siècles, Paris, CNRS éditions, 2016, ill.

Daniel Roche, « La Mémoire de la mort. Recherche sur la place des arts de mourir dans la librairie et la lecture en France aux xviie et xviiie siècles », Annales E. S. C., janv-fév. 1976, pp. 76-119.

Roth-Haillotte, Roselyne, « L’habit dans la vie consacrée féminine », in Jean-Pierre Le Thuillier ed., Les Costumes régionaux, entre mémoire et histoire, Rennes, PUR, 2009, pp. 533-542, ill.

Roux, Marcel, Inventaire du fonds français des graveurs du xviiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1955.

Segre, Simona, « Fashioning the Church: A Study of Manifatture Bianchetti Tessitura Confezione e Abbigliamento per Religiosi », Fashion Theory, 2003, vol. 7/2, pp. 149-162, ill.

Suire, Eric, « Habit monastique », in Michel Figeac dir., L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2007, pp. 216-217.

Thépaut-Cabasset, Corinne éd., L’esprit des modes au Grand Siècle, Paris, CTHS, 2010, ill.

Tribout de Morembert, H., « Helyot, Pierre », in M. Prevost et Roman d’Amat dir., Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey, t. XVII (1986), col. 882.

Trichet, Louis, Le costume du clergé. Ses origines et son évolution en France d’après les règlements de l’Église, Paris, Cerf, 1986.

Vrignaud, Gilberte, Vêture et parure en France au xviiie siècle, Paris, Messena, 1995, ill.

Weigert, Roger-Armand, Inventaire du fonds français des graveurs du xviie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1961.

Top of page

Notes

1 Description de l’habillement des Annonciades de Bourges par un hypothétique et subtilement anticlérical abbé Musson (désormais Musson 1751) : Ordres monastiques. Histoire extraite de tous les Auteurs qui ont conservé à la postérité tout ce qu’il y a de plus curieux de chaque ordre (…), Berlin, 1751, t. IV, p. 176. Cet ouvrage à fausse adresse, mis à l’index en 1755, prétendait être un guide pour mieux choisir sa voie : entrer ou non en religion, dans quel ordre le faire, etc. Les questions vestimentaires y sont centrales et traitées de façon très concrète. Voir les différentes techniques de la secouette, pour enlever la proliférante vermine (t. III, pp. 376-380).

2 Cette édition, dont on trouvera le descriptif plus loin, est désormais identifiée comme Helyot 1714. Les éditions suivantes et autres imitations le seront aussi par une date.

3 Le caractère exploratoire de mon travail ne peut être sous-estimé. Il doit beaucoup aux recherches approfondies de Rosine Lambin (Le Voile des femmes. Un inventaire historique, social et psychologique, Berne, Peter Lang, 1999) et de Bruno Nissim Aboudrar (Comment le voile est devenu musulman, Paris, Flammarion, 2014). Une synthèse, plus spécifique, de la question des voiles catholiques de religion dans N. Pellegrin, Voiles. Une histoire, du Moyen Âge à Vatican II, Paris, CNRS éditions, 2017, p. 211-276.

4 Sur les significations contemporaines précises de « vêtement », « costume », « habit », voir Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement ». « Quelques observations méthodologiques », Annales E. S. C., 1957, pp. (rééd. in Œuvres complètes, Paris, Seuil, t. I, pp. 892-906). À comparer au sens ancien du mot « costume », celui plus global de « couleur locale » (l’habillement n’en est qu’un aspect), donné par l’Encyclopédie de Diderot (N. Pellegrin, « Le vêtement, fait social total ?», in Christophe Charle dir., Histoire sociale, histoire globale ?, Paris, EHESS, 1993, pp. 81-94.

5 Ces deux termes se rapportent à la grande cape noire empruntée aux paysannes poitevines par Grignion de Montfort et Marie-Louis Trichet pour rappeler aux Filles de la Sagesse « leur mort au monde » (Helyot/Badiche, t. IV, col.1358 ; [Dom Michel Félibien], La Vie de Madame d’Humières, abbesse et réformatrice de l’abbaye de Monchy de l’Ordre de Cisteaux, décédée le 20 janvier 1710, Paris, J. Estienne, 1711, p. 18 ; Helyot 1714, t. IV, p. 139 ; Musson 1751, t. IV, p. 199 : « l’habit de Religion est un habit de pénitence »).

6 Sur « l’uniformité » (versus « singularité ») comme valeur religieuse, voir, entre autres, la conférence du même nom donnée aux Filles de la Charité par Vincent de Paul le 15 novembre 1657 (Correspondance (…), t. X (1923), pp. 347-350 et 372). Sur l’habillement très particulier des Filles de la Charité, ibid., t. IX (1923), p. 175, t. X (1923), p. 295, 313 et t. XIII (1924), p. 254 et passim. Sur ses transformations (apparition de la cornette à ailes rigidifiées vers 1750, puis déploiement de celles-ci, enfin abandon en 1964 de cette coiffure emblématique), voir les illustrations de Daniel-Rops, Monsieur Vincent, Paris, Éd. du Chalet, 1959, et Matthieu Bréjon de Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité, XVIIe-XVIIIe siècles. La rue pour cloître, Paris, Fayard, 2011.

7 Abbé François-Albert Bonnefoy de Bonyon, « De l’état religieux » (1784), in Helyot/Badiche, Dictionnaire des ordres religieux, ou Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires […], Paris, Ateliers catholiques du Petit-Montrouge (t. XX-XXIII de l’« Encyclopédie théologique » publiée par l’abbé Migne), 1847-1859, t. III, col. 972-973 (désormais Helyot/Badiche). À cause de ce texte, on a cru pouvoir comparer le polygraphe, dramaturge et pamphlétaire qu’est Bonnefoy, à l’auteur du Génie du christianisme !

8 Helyot 1714, t. I, pp. V-VI.

9 Idée répandue mais à déconstruire ; elle ne l’a été, jusqu’ici, que pour le costume des prêtres (Louis Trichet, Le costume du clergé. Ses origines et son évolution en France d’après les règlements de l’Église, Paris, Cerf, 1986).

10 Helyot 1714, t. IV, p. 425 (considérations sur les habits dans l’ordre de Saint Augustin au début du chapitre LVI : « Des Dames religieuses de la roïale maison de saint Louis de saint Cir près de Versailles »).

11 Remarques encore valides aujourd’hui, malgré les efforts de simplification et de discrétion survenus après le concile de Vatican II (Roselyne Roth-Haillotte, « L’habit dans la vie consacrée féminine », in J.-P. Lethuillier ed., Les Costumes régionaux, entre mémoire et histoire, Rennes, PUR, 2009, pp. 533-542, ill.).

12 Helyot 1714, t. VIII, pp. 255-256.

13 Helyot 1714, t. IV, pl. 101-106 et t. VI, pl. 23-24. Les ursulines de la congrégation de Toulouse ont un « habit ordinaire les jours ouvriers », un autre « les dimanches et festes » et un troisième dit « de Cérémonie allant à la Communion » (Helyot 1714, t. IV, pl. 40 à 42).

14 Un point sur lequel Helyot reste cependant laconique, à une exception près (Helyot 1714, t. III, p. 241).

15 L’accès à la sainteté à l’époque moderne passe par un dépouillement vestimentaire progressif dont la vie des premières visitandines et notamment de Jeanne de Chantal offre un des exemples les plus éclatants (Françoise de Chaugy, Mémoires sur la vie et les vertus de sainte Jeanne de Chantal, rééd. par la Visitation d’Annecy, Paris, Plon, 1893, p. 22, 52, 77, 81, 425-426).

16 Helyot (1714, t. IV, p. 424) ne reprend pas forcément à son compte ces formules, alors banales et prêtées ici au père Antoine Le Quieu, rédacteur des Constitutions des Religieuses du Saint-Sacrement de Marseille dont l’habit noir, brodé de soie jaune, couvre des corps qui ne connaissent pas « les grandes austérités […] des pénitences extérieures & corporelles ».

17 La présence sur scène d’habits monastiques fit temporairement le succès, selon une visiteuse anglaise de passage à Arras en septembre 1792, de pièces de théâtre, d’opéras et de farces « qui préparèrent à la fermeture des couvents de femmes et au bannissement des prêtres » (Une Anglaise témoin de la Révolution française (1792-1795), traduction et préface d’Hippolyte Taine (1872) ; rééd. Paris, Jacqueline Chambon, 2006, p. 32). Dans le monde de « la culture des apparences » (D. Roche), le déguisement en religieuse est blasphématoire mais commode : il peut être utilisé par Catherine de Médicis fillette comme par le beau Henri de Marsay (Jean-François Solnon, Catherine de Médicis, Paris, Perrin, 2003, p. 21 ; Honoré de Balzac, La Duchesse de Langeais (1834), Paris, Livre de Poche, 1958, p. 160). À comparer avec costumes de théâtre et de cinéma : N. Pellegrin, « La Nonne en ses costumes de scène. Le cas du théâtre révolutionnaire français », in D. Doumergue et A. Verdier (dir.), Le Costume de scène, objet de recherche, Cirey-les-Mareilles, Lampsaque, 2014, pp. 139-156, ill. et « Quand le voile fait son cinéma. Notes sur les parures blanches de quelques religieuses "hollywoodiennes" préconciliaires » in Claude Coupry et Françoise Cousin (dir.), Lumières du blanc, Saint-Maur-des-Fossés, AFET et Sépia, 2014, pp. 129-138, ill.

18 Voir la brillante analyse des usages, contemporains et apparemment profanes, des vêtures religieuses par la haute-couture et le monde du spectacle (William Keenan, « From Friars to Fornicators : The Eroticization of Sacred Dress», Fashion Theory, 1999, vol. 3/4, pp. 389-410, ill.), au moment où les intégrismes de tous bords et de toutes religions veulent réinvestir, au sens propre (revêtir et resacraliser), le corps des fidèles et notamment celui des femmes.

19 La notion et la mise en pratique d’une réforme conventuelle par le biais du vêtement sont exemplifiées dans Helyot 1714 (t. V, face p. 471 : « Religieuse de l’Abbaïe de Tart avant la Réforme ») et dans la biographie spirituelle anonyme attribuée au père E.-B. Bourée, La Vie de Madame Courcelle de Pourlan, dernière abbesse titulaire et réformatrice de l’Abaïe de Notre-Dame de Tart, première maison de Cisteaux au diocèse de Langres à présent transférée à Dijon, dite en religion la mère Jeanne de Saint-Joseph décédée le 16 mai, Lyon, Certe, 1699, pp. 48, 61, 103, 131-133. Voir parmi beaucoup d’autres textes (en cours de réexamen), le « Journal des abbesses de Sainte-Croix de Poitiers », Revue Mabillon, 1909-1910, p. 153, 156, 163, 476-477.

20 Marie de l’Incarnation, La Relation autobiographique de 1654. Préface de dom Guy-Marie Oury, Sablé-sur-Sarthe, Solesmes, 1976, p. 80. Son exultation est partagée par une Charlotte Flandrine de Nassau (1579-1640) comme par une Mme d’Humières (1658-1710) : Claude Allard, Le Miroir des âmes religieuses ou La vie de Madame Charlotte-Flandrine de Nassau, abbesse de Sainte-Croix de Poictiers, Poitiers, Thoreau, 1653, p. 133-134 ; [Félibien], op. cit., p. 18. A contrario, le désespoir des religieuses expulsées de leurs couvents à l’été 1792 et obligées de prendre des « habits de dérision » mériteraient attention (N. Pellegrin, « Errances, odyssées ou cheminements ? Quelques religieuses voyageuses au temps des Républiques », in G. Bertrand et P. Serna, La République en voyage, 1770-1830, Rennes, PUR, 2009, pp. 126-143).

21 [Bourrée], op. cit., pp. 108-109-252-253 et 256-7 ; Helyot 1714, t. V, p. 471 sq. et pl. 87 et 88. À noter que la question du tissu des chemises, de leur usure, de leur lessivage ou de leur absence (neuves, elles peuvent avoir la rudesse du crin des haires pénitentielles), figure dans toutes les Constitutions monastiques et dans les chapitres « Pauvreté », « Humilité » ou « Mortification » de bon nombre de biographies spirituelles. Des accommodements sont possibles « avec la permission de la prieure » dans certaines abbayes comme Fontevraud (Helyot 1714, t. VI, p. 94).

22 Helyot 1714, t. IV, pp. 435-436.

23 La Vie de la mère Antoinette de Jésus religieuse chanoinesse de l’ordre de S. Augustin en l’Abbaïe Royale de la Villette proche Paris. Avec ses Lettres […], Paris, Julien Villette, 1685, p. 177.

24 Des définitions actuelles et des contextualisations de ces différentes pièces vestimentaires dans Marie-Elisabeth Henneau (« Se vêtir au couvent, quand on est femme ! », in Quand l’habit faisait le moine. Une histoire du vêtement civil et religieux en Luxembourg, Bastogne, Musée de Piconrue, 2004, pp. 139-161, ill.) ; Gilberte Vrignaud, Vêture et parure en France au XVIIIe siècle, Paris, Messena, 1995, pp. 43-47. Une précieuse analyse d’anthropologue : Jean-François Maertens, Ritologiques 4. Dans la peau des autres, Paris, Aubier, 1978, pp. 125-129. Le vocabulaire textile est lui aussi d’une richesse exceptionnelle et parfois révélatrice : le voile des Dames (réformées) de Saint-Cyr est en « pomille » dite « prisonnière » et se porte baissé (Helyot, 1714, t IV, p. 436). Matières et formes sont aussi définies dans Musson (op. cit, t. I, pp. 176-220), et dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, Jacques Estienne, 1730, 3 vol.

25 C’est à ce titre un ouvrage emblématique des tensions et des innovations qui traversent la discipline historique à la fin du règne de Louis XIV, mais on laissera ici de côté les aspects non vestimentaires et non directement religieux de ce texte foisonnant.

26 À noter que plusieurs congrégations féminines ont des « armes » ou armoiries, épinglées ou brodées sur leur scapulaire comme les Religieuses de l’Ordre de Notre-Dame de Charité (Helyot 1714, t. IV, p. 405). Les chevalières, quant à elles, sont peu nombreuses : 5 planches (t. VIII, pl. 91-95) ; 2 de plus (t. II, pl. 70 et 71) représentent une religieuse « en habit ordinaire » et en « habit de chœur » de l’ordre espagnol de Saint Jacques de l’Épée.

27 R. P. Hippolyte Pierre Helyot, Lettre du père Hippolyte Helyot religieux Pénitent du troisième ordre de S. François du Convent de Picpus, Sur la nouvelle édition de « l’Histoire des Ordres Religieux », de M. Hermant Curé de Maltot en Normandie, Paris, J.-B. Coignard, Michel Brunet & Nicolas Gosselin, 1710, p. 23 (désormais Helyot 1710) ; Helyot 1714, t. I, p. VI, t. V, p. 21 sq. et pl. 4 et 5.

28 Impossible, pour l’instant, de comprendre pourquoi certaines figures ne sont pas signées (plus de 200) et, quand elles le sont, pourquoi Claude Duflos (une centaine de planches), Pierre Giffart (près de 168), les de Poilly (environ 298) et Thomassin (16) ont été choisis pour illustrer une section ou une autre.

29 Helyot 1714, t. I, p. XVII.

30 Helyot 1714, t. V, p. 124, 479, etc.

31 Dans un cas seulement, le sol est pavé : «  Sœur de la Charité » (Helyot 1714, t. VIII, pl. 19), mais les ombres portées le sont tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche. Toutes les figures sont isolées (une par planche) et cernées par un cadre de deux traits : un mince, un plus épais. À noter que de rares exemplaires ont été colorisés, et cela vraisemblablement sans l’aval de Helyot.

32 Helyot 1710, p. 24 ; Helyot 1714, t. I, p. XXIX.

33 Voir par exemple l’effigie en marbre noir et blanc de la prieure dominicaine de Poissy, Marie de Bourbon (morte en 1401) et dessinée pour Gaignières à la fin du XVIIe siècle (catalogue de l’exposition, Paris.1400. Les arts sous Charles VI, Paris, RMN, 2004, p. 254 ; Anne Ritz-Guibert, La collection Gaignières. Un inventaire du royaume au XVIIe siècles, Paris, CNRS éditions, 2016). Un souci patrimonial que développent les artistes de l’époque révolutionnaire, comme le montrent les représentations de religieux figurant dans les Antiquités Nationales ou Recueil de monuments, pour servir à l’Histoire générale et particulière de l’Empire françois, tels que tombeaux, inscriptions, statues, vitraux, fresques, etc. ; tirés des abbaïes, monastères, cateaux et autres lieux devenus nationaux. Présenté à l’Assemblée Nationale et accueilli favorablement par Elle le 9 décembre 1790, d’Aubin-Louis Millin, Paris, Drouin, 1792, 5 vol. (désormais Millin 1792).

34 Pierre Le Moyne, La Gallerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommavile, 1647, ill. Voir Ian McLean, Women Triumphant. Feminism in French Literature, 1610-1650, Oxford, Clarendon Press, 1977 et Catherine Pascal,  « Les recueils de femmes illustres au XVIIe siècle », en ligne SIEFAR http///www.siefar.org

35 Helyot 1714, t. I, p. 84 et pl. 4 et 5. À coup de vocables latins, Helyot se défend dans la page et demie suivante de son interprétation des textes patristiques à partir desquels il a « fait graver » ces habillements (pp. 84-85).

36 Helyot 1714, t. VIII, pp. 189-190 et pl. 26 : « Sœur de S. Joseph », par de Poilly.

37 Helyot 1714, t. VIII, p. 113

38 Helyot 1714, t. IV, pp. 435-446 (deux pages sont consacrées au rituel de la prise d’habit). On s’étonnera que la tenue des fontevristes, objet de longues disputes au cours des siècles, soit évoquée en 9 lignes seulement (t. VI, p. 94).

39 Références qui redoublent ou complètent la bibliographie préliminaire et ses rajouts (Helyot 1714, t. I, pp. XXXIII-XCVIII et t. III, pp. XV-XVI).

40 M.-E. Henneau, op. cit., p. 155 ; Rituel françois pour les religieuses de l’Ordre de Cisteaux, Paris, Denis Mariette, 1715, pp. 411-412.

41 Helyot 1714, t. I, p. XXIII sq.

42 Helyot 1710, p. 23 ; Helyot 1714, t. I, p. XXII.

43 Helyot 1714, passim et t. V, p. 124, 309 (diverses informatrices religieuses).

44 Helyot 1714, t. VII, p. 193.

45 Helyot 1714, t. IV, pp. 183-184 et pl. 43 et 44.

46 Propositions d’améliorations (Helyot 1714, t. III, pp. III-IV ; t. IV, p. 425 ; etc.)  et rapprochements sans description (ibid., t. VIII, p. 236), etc.

47 Dans le Recueil de la diversité des habits, qui sont de présent en usage, tant ès pays d’Europe, Asie, Affrique & Isles Sauvages, le tout fait d’après le naturel (Paris, Richard Breton, 1567) attribué au protestant Desprez, aucun habillement de religieuse, mais 7 figures de membres du clergé. Voir N. Pellegrin, « Ordre et désordre des images. Les représentations et les classifications des costumes régionaux sous l’Ancien Régime  », L’Ethnographe, 1984, pp. 387-400, ill. ; Odile Blanc, « Ethnologie et merveille dans quelques livres de costumes français », in Marie Viallon (éd.), Paraître et se vêtir au XVIe siècle, Saint-Étienne, PUSE, 2006, pp. 79-94, ill.

48 Sur le retour à la tradition du voile catholique après Vatican II, voir R. Lambin (op. cit., pp. 147-166). Voir aussi les justifications données par les porteuses de voiles dits musulmans (Kenza Bennis, Les Monologues du voile. Des Québécoises se racontent, Paris, Robert Laffont, 2017).

49 Daniel Roche, « La Mémoire de la mort. Recherche sur la place des arts de mourir dans la librairie et la lecture en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales E. S. C., janv-fév. 1976, pp. 76-119.

50 Louis Moreri, prêtre, Le grand Dictionnaire historique ou Le Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane. Nouvelle édition, Paris, Libraires Associés, 1759, t. V, p. 573 ; Marie-Léandre Badiche, « Notice biographique et littéraire sur le père Helyot » en tête du Dictionnaire des ordres religieux de l’Encyclopédie théologique de Migne (Helyot/Badiche, 1847), t. I, col. 9-18 et t. III, col. 203-204 ; dr. Hœfer (dir.), Nouvelle biographie générale, Paris, Didot, t. XXIII (1861), col. 893 ; Irénée Noye, « Hélyot (Héliot) », Dictionnaire de spiritualité, Paris, Beauchesne, t. VII1 (1969), col. 174.

51 Une tante, Marie Herinx (1644-1682), épouse d’un conseiller de la Cour des comptes auteur d’Œuvres spirituelles (1710), fut biographiée par le père jésuite Jean Crasset, auteur de nombreuses vies spirituelles (Vie de madame Helyot, Paris, 1683) et qui prépara l’édition posthume des œuvres de ce Claude Helyot (1628-1686).

52 Sur l’origine, les différentes branches des religieux Pénitents du tiers ordre de Picpus (à ne pas confondre avec la Société des Sacrés-Cœurs de Jesus et de Marie dite de Picpus, fondée à Poitiers en 1800), voir Helyot 1714, t. VII, pp. X et Helyot/Badiche, t. III, col. 168-204 et t. IV, col. 1278-1302. Vincent Mussart (1570-1637) en fut le réformateur.

53 Cette liberté de mouvement qu’évoquent si bien les « voyages littéraires » des mauristes n’existe pas pour les religieuses savantes (N. Z. Davis, « Genre féminin et genre littéraire. Les femmes et l’écriture historique, 1400-1820 » (1980), rééd. in N. Pellegrin éd., Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, PUSE, 2006, pp. 21-43).

54 Helyot 1710, pp. 3-22. La présentation de son propre projet ne couvre que les deux dernières pages (pp. 23-24). Helyot 1714, t. I, pp. VIII-XIII (il attaque ici surtout les ouvrages de Schoonebeck et Bonanni et leurs ancêtres du XVIe siècle).

55 C’est probablement sans permission de l’auteur (décédé la même année), que paraît l’Histoire du Clergé séculier et régulier. Des Congrégations de Chanoines & des ordres Religieux de l’un & l’autre sexes, qui ont été établis jusques à présent, avec des figures qui représentent les différens habillemens des ordres et congrégations. Nouvelle édition, tirée du R. P. Bonnani, de Herman, de Schoonebeck et du R. P. Helyot. Avec des Figures qui représentent les différens habillemens de ces Ordres & Congregations, Amsterdam, Pierre Brunel, 1716, 4 vol. petit in-8°, Cet ouvrage composite n’a pu être consulté.

56 Helyot 1714, pp. VIII-XIII.

57 Corinne Thépaut-Cabasset éd., L’esprit des modes au Grand Siècle, Paris, CTHS, 2010, ill. Les célèbres graveurs-libraires Bonnart publient eux aussi, à la même époque, une série de gravures dites de modes où paradent quelques élégants ecclésiastiques et… une « Fille de Charité servant les malades ». Au pied de la gravure, un quatrain humoristique : « Cette sœur est charitable/ Envers son frere le prochain/ Qu’il suffit d’estre Miserable/ Pour avoir son cœur et sa main ». Voir Pascale Cugy, La dynastie Bonnart. Peintres, graveurs et marchands de « modes » à Paris sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2017, ill.

58 Critiqué néanmoins par le biographe anonyme de la fondatrice des Hospitalières de la Charité Notre-Dame qui cite longuement un passage, jugé calomnieux, d’Helyot (Vie de la V. M. Françoise de La Croix, Institutrice des Religieuses Hospitalières de la Charité Notre-Dame, Paris, Jacques Barrois, 1745, note p. 162) ainsi que par un anonyme capucin de Poitiers (brèves annotations à la plume sur le dernier feuillet blanc des tomes II, IV et VIII de l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers).

59 Helyot/Badiche 1847, col. 18. Helyot y est accusé d’un léger parti-pris à l’égard des capucins.

60 À côté d’ouvrages illustrés comme Vert-Vert de Grasset ou, plus tardivement, La Religieuse de Diderot, la peinture de chevalet montre aussi d’accortes fausses moniales, comme Mademoiselle de Charolais en sœur cordelière de Natoire (c. 1740, musée de Versailles), The Fair Nun Unmasked d’Harrry Moreland (c. 1730-1737, musée de Leeds), Madame la duchesse de Chartres peinte en religieuse par Carmontelle, vers 1770 (Vente Drouot, février 2014) ou La Nonne, soulevant sa guimpe, de Lequeu (Paris, BnF estampes, c. 1790).

61 Musson 1751, t. I, p. 101.

62 Musson 1751, t. IV, p. 200-202, 214-215. La Visitation est présentée comme une règle d’autant plus difficile à suivre qu’elle paraît à première vue bénigne (t. I, p. 13, 104, 143 sq.). Quant aux « lunettes » et autres bandeaux oculaires qui punissent ici et là les récalcitrant-e-s en les aveuglant, leur dénonciation (fondée sur des pratiques réelles ?) semble une des obsessions récurrentes de cet écrivain… « éclairé ».

63 Musson 1751, t. I, p. 163 et passim, mais le nom d’Helyot n’apparaît pas devant le titre de son livre.

64 Musson 1751, t. I, p. 23, 30 ; t. IV, pp. 127-129 (la ceinture donnée par sainte Monique aux Augustines) ; etc. Autre morceau de bravoure qui concerne seulement les religieux : la querelle du capuchon franciscain (t. III, pp. 286-375).

65 Désormais Born 1798.

66 Born 1798, p. 13 et 40.

67 Born 1798, p. XXVIII, 3, 9, 13, 16, 21, 35, 39 et pl. 1 (fig. 6 et 7).

68 Born 1798, p. XXVII et 3. Pour d’autres descriptifs féminins, voir p. 9, 16, 35, 39.

69 Ce que révèleraient la prolifération des caricatures révolutionnaires contre les moniales et la disparition de représentations de religieuses dans les recueils d’habits non spécialisés des dernières décennies du XVIIIe siècle. Dom Charles Joseph Bévy (Histoire des Inaugurations des Rois, Empereurs, et autres souverains de l’Univers, depuis leur origine jusqu’à présent. Suivie d’un précis de l’état des Arts & des Sciences sous chaque Règne : des principaux faits, mœurs, coutumes & usages les plus remarquables des François, depuis Pépin jusqu’à Louis XVI, Paris, Moutard, 1776) n’a pas un mot sur les habits monastiques. Voir sur les taxinomies vestimentaires de ce temps, N. Pellegrin, « Ordre et désordre … », op. cit.

70 Aucune figure de religieuse dans Millin 1792, qui par ailleurs dispose, sur quatre planches au moins, des silhouettes de moines gravés par Brion et qui n’hésite pas à citer longuement « M. de Born » et son « Œconomie animale » du Jacobin ou Dominicain (t. IV, pp. 9-12).

71 Voir bibliographie. Un dernier avatar paraît à la fin du XIX e siècle sous forme d’une grande lithographie coloriée comptant 44 figures de religieuses : Ordres religieux. Costumes de femmes. Tableau historique d’après le P. Helyot et autres autorités, Paris, Basset, s. d. Je remercie vivement Jean Elie de m’avoir fourni la photographie d’un exemplaire conservé par une communauté d’augustines hospitalières poitevines aujourd’hui réinstallées en Bretagne. Sur les nouvelles formes de vie monastique féminine nées au XIXe siècle, voir Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984.

72 Helyot/Badiche 1847, t. I, col. 13-15, 18.

73 Démonstration à poursuivre à partir d’ouvrages de qualité typographique médiocre et bon marché comme celui in-8°, en 15 chapitres et 37 planches (dont 18 de costumes), par Charles de Chergé (Histoire des congrégations religieuses d’origine poitevine, Poitiers, A. Dupré, 1856, ill.). 10 congrégations féminines (dont 5 anciennes) et 4 d’hommes sont évoquées sur le modèle, historique, biographique et iconographique, des deux versions du livre de Helyot dont les illustrations, non signées, sont grossièrement copiées et continuent à distinguer, pour les seules religieuses apostoliques, tenues de travail, de cérémonies et de sortie. Un à plusieurs paragraphes en décrivent les vêtements.

74 Helyot/Badiche 1847, t. I, col. 12. Sur le père Badiche, pédagogue, historien local et prêtre breton (1798-1867), voir la notice d’A. Martin dans le Dictionnaire de biographie française, de Roman d’Amat et Prevost, t. IV (1948), col. 1152.

75 La nécessité de posséder « une poupée habillée et coëfée en religieuse de l’Ordre » est rappelée dans le Rituel françois pour les religieuses de l’Ordre de Cisteaux (Paris, Denis Mariette, 1715, p. 414), cité par M.-E. Henneau, op. cit., p. 154 ; Musson 1751, t. III, p. 298 (poupée statutaire des chanoinesses régulières de Saint Augustin à Reims, 1629). De tels mannequins habillés sont conservés, par exemple, par les Augustines de Québec (Québec, Canada), les Sœurs Maristes de Belley (Ain, France), etc.

76 La volonté de familiariser les jeunes enfants avec la vie consacrée font naître des jouets qui aujourd’hui peuvent surprendre : matériel à dire la messe pour le seul usage des petits garçons, poupées vêtues en capucin ou en religieuse. Comme les fillettes peintes par Greuze, les deux sœurs d’Émile Souvestre (1806-1854) « se préparaient déjà à leur sort, en jouant au couvent, comme on joue au petit ménage. La maison était pleine de poupées habillées en nonnes. Mes frères s’étaient faits les aumôniers de cette communauté de carton, et avaient transformé le bûcher en une chapelle dans laquelle ils disaient la messe tous les dimanches, à la grande édification de leur troupeau ». Les mémoires fictifs d’Émile Souvestre veulent décrire la vie à Guingamp à la fin du XVIIIe siècle (Souvenirs d’un Bas-Breton, Paris, Michel Levy, p. 13) ; Jeanne Damamme, Mémoires de jouets, Paris, Hatier, 1998, p. 15, 50, 143.

77 John Carl Flügel, Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire (1933), trad. de l’anglais Paris, Aubier, 1982, pp. 102-103 (la « grande renonciation masculine »). La sévérité croissante de la tenue des congrégations séculières est déjà esquissée par Helyot, pointant par exemple la bigarrure initiale des vêtements des Hospitalières de Saint-Joseph, puis leur simplification, ainsi que les éléments « mondains » des habits des premières dames de Saint-Cyr (Helyot 1714, t. IV, p. 419 et 430 sq.).

78 Odile Arnold, Le Corps et l’âme. La vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984. Voir aussi le chapitre sur le costume religieux (pp. 55-81).

79 Rabelais, Œuvres complètes, éd. par Jacques Boulenger, Paris, Gallimard, Pléiade, 1959, p. 755 (les moines et moniales de l’Île Sonante transformés en oiseaux multicolores).

Top of page

Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand/Olivier Neuillé : cote B 617
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1517/img-1.jpg
image/jpeg, 216k
Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand/Olivier Neuillé : cote B 617
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1517/img-2.jpg
image/jpeg, 224k
Poitiers, Médiathèque François-Mitterrand/Olivier Neuillé : cote B 617
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1517/img-3.jpg
image/jpeg, 196k
Coll. part.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1517/img-4.jpg
image/jpeg, 184k
Coll. part. ; droits réservés
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/1517/img-5.jpg
image/jpeg, 326k
Top of page

References

Electronic reference

Nicole Pellegrin, « « Costumer » les religieuses au xviiie siècle. Autour du père Helyot et de ses imitateurs », Apparence(s) [Online], 9 | 2019, Online since 13 May 2019, Connection on 15 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/apparences/1517

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page