Skip to navigation – Site map
De la civilité à la vanité, réversibilité du corps féminin paré

La somptuosité de l’ornement comme marque d’honnêteté pour la femme de la première modernité : le témoignage d’Hélisenne de Crenne

Valentina Manca

Abstracts

From the first half of the sixteenth century, with the emergence of courtesan society, many intellectuals wanted to define the qualities of this new man who paved the way to the honest man of the succeeding century. Therefore, both men and women attached great importance to “the art of conversation”, to fine manners, and to the question of the ornament. Now, to focus on women, we isolated certain passages drawn from Hélisenne de Crenne’s novel and epistolary collection. Her report bears witness to how much appearance is central in the life of women: all that is required of them is to « accoutrer [themselves] d’habillements riches et somptueux » for « honnêteté, ayant regard à l’état et noblesse de leurs maris ou de leur père ». That is why Hélisenne, in her Epistles, speaks out against this consideration of women’s bodies as a mere ornamental object.

Top of page

Full text

  • 1 Pour la biographie d’Hélisenne de Crenne nous renvoyons à J. Vercruysses, « Hélisenne de Crenne : n (...)
  • 2 H. de Crenne, Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amour, éd. J.P. Beaulieu, Saint-Étienne, P (...)
  • 3 H. de Crenne, Les Épîtres familières et invectives. Le Songe, éd. J.P. Beaulieu, Saint-Étienne, Pub (...)
  • 4 H. de Crenne, « La Translation du quatrième Livre des Énéides de Virgile » (texte originale intégra (...)
  • 5 H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 89.

1Au xvie siècle, la somptuosité des habits et des parures pour les femmes honnêtes, c’est-à-dire cette élite de femmes issues de la noblesse, est une nécessité, comme en attestent certains passages tirés des écrits d’Hélisenne de Crenne, nom de plume de Marguerite Briet1. Auteure d’un roman, Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amour (1538)2, d’un recueil épistolaire Les Épîtres familières et invectives (1539), d’un songe allégorique Le Songe (1540)3, ainsi que d’une tentative de traduction des quatre premiers livres de l’Énéide (1541)4, Hélisenne de Crenne s’attache à la question de l’ornement du corps féminin, tout particulièrement dans la troisième épître invective, où elle soutient que les femmes « non pour complaire aux fols ni par orgueil, mais par honnêteté, ayant regard à l’état et noblesse de leurs maris ou de leur père »5 choisissent des riches et somptueux habits. Après avoir souligné l’importance, dans l’Europe de la première modernité, des notions de civilité et d’honnêteté qu’Helisenne de Crenne reprend elle-même dans ses écrits, nous mettrons en lumière, en suivant les étapes successives du parcours de l’héroïne et l’évolution de son discours dans les deux œuvres, les éléments d’une stratégie féminine particulière relative à ces notions, mêlant simulation et dissimulation. Enfin nous nous poserons la question d’une possible revendication féministe alimentée par la question de la parure : le modèle de la femme honnête, supposant une certaine économie de la parure, sert une stratégie permettant de revendiquer une égalité morale de la femme.

La civilité et la notion d’honnêteté dans la première modernité

1.1 L’héritage des Anciens : l’adaptation de l’éthique cicéronienne chez Montaigne

  • 6 Voir à ce sujet N. Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1973 ; A. Viala, « La genè (...)
  • 7 B. Castiglione, Il libro del Cortegiano [1528], Torino, Einaudi, 1998.
  • 8 B. Castiglione, Les quatre livres du courtisan du conte Baltazar de Castillon réduyct de langue yta (...)

2Pour revendiquer, dans ses écrits, l’idée d’égalité morale de la femme, Helisenne de Crenne a recours à la notion d’honnêteté, cette condition humaine idéale qui condense toutes les vertus de l’ancien modèle cicéronien du vir bonus et qui, au Cinquecento, a été adapté au contexte moderne de l’homme de cour, donnant lieu à une vaste littérature de comportement, parue sous forme épistolaire et dialogique6. Le Courtisan7 de Baldassarre Castiglione en est le chef-d’œuvre. Avant d’en venir à l’argument principal, il est nécessaire de revenir plus largement sur cette stylisation du modus vivendi dictée par le courtisan, lequel s’attache tant à l’ornement du corps qu’à celui de l’esprit, et qui sortira bientôt du cadre italien pour atteindre toute l’Europe dans de nombreuses traductions8.

  • 9 Pour l’apport de la rhétorique de la Renaissance au classicisme, nous renvoyons, en particulier, à (...)
  • 10 M. de Montaigne, Essais, éd. E. Naya, D. Reguig et A. Tarrête, Paris, Gallimard, 2009, vol. III, ch (...)

3Le mot honnête, qui vient du latin honestus, désigne à l’origine la condition de celui ou de celle qui est digne d’honneur, dont la vie ne s’éloigne pas des vertus de la sagesse, de la modestie et de la pudeur. Cette idée ancienne d’honneur se fonde sur les textes de Cicéron, Sénèque et Quintilien, tout particulièrement dans le De Oratore de Cicéron où nous retrouvons la formulation d’un idéal de perfection civile qui correspond à la personne de l’orateur et où l’éloquence s’unit à la sagesse morale. Toutefois, le traité qui explique le mieux cet idéal, d’une façon plus accessible pour l’homme moyen, est le De Officiis, où l’honnêteté prend le sens de bienséance (en latin decorum), préparant la voie à l’honnête homme de l’âge classique9. La Renaissance humaniste est ensuite une étape essentielle dans cette évolution de la figure du courtisan vers celle de l’honnête homme du xviie siècle. Vers la fin du xvie siècle, Montaigne se fait dans ses Essais le promoteur de la figure de l’homme d’honneur ou honnête homme. Dans le chapitre VIII du troisième livre, on retrouve en effet la formulation de sa réflexion personnelle autour de l’art de converser, issu du modèle italien, qu’il appelle l’art de « conférer »10. Montaigne avait lu et puisé dans les textes anciens et dans ceux de ses contemporains italiens, sans toutefois les sacraliser et en les adaptant à son projet socratique de creuser dans soi-même afin de se connaître. C’est dans cette perspective que nous retrouvons, dans l’auteur moderne, le véritable témoignage du genium des Anciens, et tout particulièrement de l’éloquence cicéronienne du traité Le devoir. Œuvre de vieillesse, le De Officiis est le grand héritage que le rhéteur latin laisse à la postérité, et en particulier aux humanistes, comme l’affirme Maurice Testard :

  • 11 M. Testard, « Introduction », dans M. T. Cicéron, Les Devoirs [De officiis], vol. I, Paris, Les Bel (...)

Testament d’une portée exceptionnelle, puisque ce legs d’un père à son fils représente, en même temps, l’héritage moral du monde antique, consigné par le plus illustre des auteurs latins, le père de l’humanisme, à l’adresse et au bénéfice des générations futures. […] Ce qui préoccupe Cicéron dans le De officiis, c’est l’homme. […] Tout homme lui apparait comme au centre d’un réseau originel de droits et de devoirs. Mieux, tout homme est ce centre même et c’est ainsi que Cicéron, dans le De officiis, définit l’homme, finalement, comme une personne, et qu’il s’intéresse à lui en tant que tel. Cicéron dans cet ouvrage est moins un moraliste qu’un humaniste, mais son humanisme est un humanisme de la personne11.

  • 12 Au chapitre LI (« De la vanité des paroles ») du livre Ier Montaigne attaque durement la figure du (...)
  • 13 Voir F. Rigolot« Montaigne et Veronica Franco : de la courtisane à la femme de lettres », Montaig (...)
  • 14 M. de Montaigne, op. cit., p. 34.

4Montaigne détestait la rhétorique – en tant qu’artifice comparable à la cosmétique12 – de certains écrivains de son temps, comme par exemple l’Arétin13. Il aimait, par contre, l’éloquence des Anciens, où la rhétorique s’entremêle à l’éthique, afin de sonder l’esprit et représenter l’homme dans son devenir, comme il le déclare au troisième livre : « Je ne peins pas l’être. Je peins le passage »14.

5Toutefois, l’honnête homme de Montaigne n’est pas un ermite ; tout au contraire, il s’agit d’un homme qui regarde la société comme un champ de recherche et d’observation de l’altérité, dont la rencontre nourrit la connaissance de soi. Il écrit, donc au troisième livre (VIII, « De l’art de conférer ») :

  • 15 Ibid. vol. III, p. 202-203.

Le plus fructueux et naturel exercice de notre esprit, c’est à mon gré la conférence. J’en trouve l’usage plus doux que d’aucune autre action de notre vie […]. Les Athéniens et encore les Romains, conservaient en grand honneur cet exercice en leurs Académies. De notre temps les Italiens en retiennent quelques vestiges15.

  • 16 Ibid., p.203.
  • 17 Ibid.

6Plus avant, il se réfère à la nécessité de choisir ses interlocuteurs, puisque l’art de conférer est digne de l’homme d’honneur, non pas des « esprits bas et maladifs »16. Il dit donc : « J’aime à contester et à discourir, mais c’est avec peu d’hommes, et pour moi »17.

1.2 L’honnêteté au féminin : le modèle italien de la « femme de palais »

  • 18 B. Castiglione, op. cit., p. 12-13.
  • 19 Ibid., p. 24-25.

7En Italie, le Courtisan – de même que le dialogue de Stefano Guazzo, La Conversation civile (1574) – traduit la volonté de sauver l’ultime trésor qui reste à une terre bouleversée par la « barbarie » des envahisseurs étrangers. Les protagonistes du traité de Castiglione sont en effet des exempla de cette élite qui veut auto-promouvoir l’ethos d’un homme parfait, c'est-à-dire les meilleurs esprits de la cour d’Urbino que Castiglione décrit au premier livre comme « honnorables tesmoings qui encore vivent, de l’humanité, de la prudence, de la justice, de la liberalité, du couraige invaincu, & de la discipline militaire, qui estoit en luy »18. Ce trésor est donc cet art de la conversation dispensé par l’aristocratie, cette classe sociale qui a perdu son pouvoir politique et cherche ainsi à sauver son prestige social, son « honneur »19.

  • 20 F. Rigolot, op. cit., p.123.
  • 21 B. Castiglione, op. cit., p. 201.

8Cet idéal d’honnêteté, qui a pu influencer Hélisenne de Crenne, ne se borne pas à l’art oratoire. La discipline du decorum, en effet, s’attache également aux soins du corps, dans une continuelle tension vers l’harmonie en tant que recherche de la modération et fuite des artifices, surtout en matière d’embellissements. C’est précisément, comme le dit François Rigolot, cette « élégance naturelle, la sprezzatura, qualité essentielle de l’honnêteté »20, qui explique le succès du Courtisan auprès de quelqu’un comme Montaigne. Or, pour le courtisan, cette harmonie ne s’accomplit parfaitement que dans la beauté et l’amour. C’est à ce propos que les femmes font leur apparition, devenant le moteur social de la vie de cour. Au troisième livre, des hommes font le plaidoyer des femmes qui « embellissent & font la courtisannie Parfaicte »21 et introduisent la figure de la compagne du courtisan, c’est-à-dire la « femme de palais ». Cette femme, qui vit donc à la cour, bénéficie d’une grande liberté par rapport aux femmes mariées qui vivent à la maison. En vertu de son rôle mondain, ou mieux courtisan, elle peut et elle doit sortir du domaine privé et maitriser l’art de converser avec toutes sortes de gens :

  • 22 Ibid.

Je dis qu’a celle qui vit en court il me semble estre convenable sur toute aultre chose une certaine affabilité gracieuse, par laquelle elle sache gentilement entretenir toutes sortes de gens avecques propos aggreables, honnestes & accommodez au temps, au lieu & a la qualité de la personne a qui elle parlera, & entremettant avecques ses conditions paisibles & moderées : & avecques celle honnesteté, qui tousjours doibt composer ses actions, une prompte vivacité d’esperit, par ou elle se monstre eslongnée de toute grosserie, mais avec une telle maniere de bonté quelle se face estimer non moins femme de bien, sage & humaine, que gracieuse, prompte & discrete, au moyen dequoy luy est besoing detenir une certaine mediocrité difficile, & quasi composée de choses contraires, & arriver precisement jusques a certains limites, sans toutesfois les passer22.

9On voit ici comment le mot « honnête » va de pair avec l’idée de mediocritas, entendue au sens de modération, et qui s’applique à tout discours et geste de la femme de palais afin de se rendre agréable. Dans un contexte où presque tous les traité pédagogiques de l’époque – en particulier ceux de Juan Luis Vives (De institutione feminae christianae, 1523) et de Francesco Barbaro (De re uxoria, 1513) – promeuvent le paradoxe d’une éloquence féminine s’exprimant dans le silence et surtout considèrent le silence comme le plus honnête ornement de la femme, ce modèle de la « femme de palais » parait bien novateur.

1.3 Les bornes du modèle italien : une liberté apparente

  • 23 « Beaucoup deffault a la femme a qui beaulté deffault », Ibid., p. 202.

10Toutefois, il ne faut pas se leurrer : la femme de palais ne participe pas aux grands débats qui sont réservés aux hommes. Elle doit se limiter à rendre paisible l’atmosphère à la cour, en facilitant les échanges entre les hôtes masculins : la femme de palais n’est elle-même qu’un ornement de la cour où elle vit, afin de l’embellir. Du reste, l’importance accordée dans le dialogue à la beauté en tant que vertu primaire pour la femme23, témoigne d’un rôle féminin encore marginal :

  • 24 Ibid., p. 207.

Elle doibt encores accommoder ses habillemens a ceste intention, & se vestir de sorte qu’elle ne se monstre point esventée ne legiere : mais pource qu’il est licite aux femmes & deu avoir plus de soing de la beaulté que aux hommes, & qu’il ya diverses sortes de beaulté. Ceste femme doibt avoir jugement de congnoistre quelz sont les habillemens qui augmentent la grace & qui sont plus accommodez aux exercices qu’elle entend faire sur l’heure & se servir de ceulx la. Et si elle congnoist qu’elle ayt en soy une certaine beaulté delectable & joyeuse, elle doibt layder avec ses mouvemens, les parolles & les habillemens qui tous tendent a resjouyssance ainsi come ung aultre qui se sent estre de contenance grave & rassise elle doibt aussi l’acompaigner par facons de celle sorte pour accroistre ce qui est don de nature24.

  • 25 H. Dusevel, op. cit., p. 113.

11En France, la cour de François Ier, qui n’était pas si différente des cours italiennes, dont ce dernier avait voulu reproduire le faste et la magnificence, a peut-être été fréquentée par Hélisenne de Crenne. Nous avons peu d’informations et de documents sur sa vie. Selon la biographie de Louis Loviot – dont se sont inspirés des biographes plus récents – elle était une femme de la petite noblesse picarde qui, après s’être séparée de son mari, alla s’installer à Paris où elle publia ses écrits. Toutefois, d’après la version plus romantique de Hyacinthe Dusevel, critique du xixe siècle, Hélisenne, « qui fit honneur à son sexe »25, aurait eu une relation avec un chevalier connu à la cour de François Ier :

  • 26 Ibid.

Ce monarque qui chérissait les lettres et encourageait ceux qui les cultivaient, attira à sa cour Hélisenne. Cette nouvelle Sapho y vivait heureuse, lorsque la mort d’un jeune chevalier, qu’elle aimait tendrement, vint l’accabler de douleur26.

  • 27 Ibid.
  • 28 Voir en particulier l’épître invective IV, où Hélisenne de Crenne cite Marguerite de Navarre en tan (...)

12Après la disparition de son aimé, elle serait tombée dans un profond désespoir qui lui aurait inspiré Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amour (1538), roman que, selon Dusevel, « les dames de la cour galante et frivole de François Ier ne lisaient jamais sans verser des larmes »27. En considérant aussi l’hommage qu’Hélisenne, dans ses Épîtres28, rend à la sœur du roi Marguerite de Navarre, il se peut que cette hypothèse ne soit pas si invraisemblable et que, par conséquent, Hélisenne ait appris ici l’art du mimétisme courtisan.

La stratégie féminine : une combinaison de simulation et dissimulation

2.1 Le témoignage des œuvres d’Hélisenne de Crenne

13À une époque qui demande à la femme d’être chaste, silencieuse, modeste et confinée à l’espace privé de la vie domestique, toute femme qui désire accéder à la parole publique par la pratique littéraire doit recourir à de subtiles stratégies. Hélisenne de Crenne, qui a été auteure d’une importante production textuelle, doit dissimuler son véritable dessein qui est celui de réclamer l’accès des femmes au monde des Belles Lettres – domaine traditionnellement réservé aux hommes – et simuler l’obéissance à l’autorité masculine en se parant de propos honnêtes et chastes, au moins en apparence.

  • 29 Comme l’a souligné Marie-Claude Malenfant, cette ambigüité d’Hélisenne dans les Angoysses se fonde (...)
  • 30 Voir J. P. Beaulieu, « Didactisme et parcours discursif dans les Epistres d’Hélisenne de Crenne », (...)

14Par ce procédé, au modèle négatif féminin d’Ève comme tentatrice et source des malheurs, elle oppose celui de la femme honnête, visant ainsi à vaincre la méfiance misogyne d’une société encore largement patriarcale. Voilà comment cette honnêteté, qui toujours, comme on le lit dans le Courtisan, doit composer les actions féminines, de simulacre de la vertu morale féminine se transforme en masque. La femme, en effet, pourra désormais cacher ses propos et sa conduite « subversive » par le moyen du masque de l’honnêteté29. Dans le corpus hélisenien, si le mensonge et la dissimulation prédominent dans la première partie du roman Les Angoisses, on retrouve également dans la première partie des épîtres une rhétorique de la dissimulation qui petit à petit permet l’émergence de la subjectivité féminine dans les épîtres invectives30. L’héroïne, qui a précédemment démontré son honnêteté morale dans les lettres familières, peut maintenant revendiquer la légitimité de sa condition de femme de lettres et procéder à la formulation d’une apologie du sexe féminin, notamment dans la quatrième épître invective. Afin de suivre l’évolution de la persona d’Hélisenne qui, d’exemple négatif en raison de son amour extraconjugal pour Guénélic, devient championne de vertu morale et intellectuelle, nous verrons, à partir de certains passages tirés du roman et du recueil épistolaire, comment l’ornement du corps et les manières de la protagoniste sont subordonnés à cette honnêteté, qui se veut à la fois exemplaire et stratégique.

2.2 Première étape : le roman et la simulation de la modestia

  • 31 H. de Crenne, Les Angoisses, op. cit., p. 32.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.

15Dans l’épître dédicatoire de son roman, qu’elle adresse aux lectrices, Helisenne en appelle à la clémence des « toutes honnêtes dames »31 et les exhorte à « bien et honnêtement aimer, en evitant toute vaine et impudique amour »32. Plus avant nous lisons : « Je vous prie de vouloir éviter ociosité, et vous occuper à quelques honnetes exercices »33. Au devoir d’honnêteté évoqué dans cette dédicace succède le récit de l’épisode qui a déclenché la passion « déshonnête » d’Hélisenne pour Guénélic :

  • 34 Ibid., p. 36-37.

Et le lendemain, me levai assez matin (ce qui n’était ma coutume) et, en m’habillant, vins ouvrir la fenetre. Et en regardant à l’autre part de la rue, je vis un jeune homme […] lequel je pris à regarder ententivement. Il me sembla de très belle forme et, selon ce que je pouvais conjecturer à sa physionomie, je l’estimais gracieux et aimable : il avait le visage riant, la chevelure crêpe, un petit blonde et, sans avoir barbe, qui était manifeste démontrance de sa gentille jeunesse. Il était assez honnete en son habit, toutefois sans user d’accoutrements superflus. Et au moyen de la grande chaleur, n’avait autre habillement qu’un pourpoint de satin noir. […] Je ne pouvais retirer mes yeux, ne désirais autre plaisir que cettui-là34.

16De la description de Guénélic on peut retenir et observer comment Hélisenne insiste sur l’honnêteté de son aspect, qu’elle juge digne de son amour. Sans nous donner trop de détails, la narratrice évoque la figure d’un gentilhomme habillé honnêtement, c’est-à-dire avec élégance, mais sans « toutefois user d’accoutrements superflus ».

17En revanche, en ce qui concerne Hélisenne, on voit comment à l’honnêteté de la parure de son ami s’oppose sa propre transgression des codes de l’honnêteté, dans la mesure où elle prend la résolution de persévérer tacitement dans cet amour illégitime en simulant l’honnêteté :

  • 35 Ibid., p. 39.

Et disais en moi-même : « Ce n’est que simplesse d’être ainsi timide, il faut laisser la triste appréhension de maux qui sont advenus au temps prétérit et avoir regard au temps présent. Je connais plusieurs jeunes dames et demoiselles, qui ont bruit d’avoir quelque ami, lesquelles vivent en joie et liesse. Force me sera de les ensuivre, car de résister, les puissances me sont otées. Et pour finale résolution, pour le moins, je veux avoir plaisir du regard délectable de mon ami. Je nourrirai amour tacitement en mon cœur sans le divulguer à personne, tant soit-il mon ami fidèle ». Ainsi donc, commençai du tout à chasser raison, parquoi la sensualité demeura supérieure35.

  • 36 Ibid., p. 40.

18À cette résolution succède le récit du changement de mœurs de la dame, maintenant vouée à une honnêteté seulement apparente et non plus ornée de chasteté et d’obéissance : « Alors, je commençai à user de regards impudiques, délaissant toute crainte et vergogne, moi qui avais jusqu’à ce temps usé de regards simples et honnêtes »36. Toutefois la passion n’entraine pas la dame vers l’irrationalité. Au contraire, elle sait bien qu’elle doit dissimuler son sentiment et se conduire avec modération et prudence face à son mari :

  • 37 Ibid., p. 43.

Je ne dois être hors d’espérance de mon ami, car mon mari n’a point de suspicion de moi, mais indubitablement m’estime ferme et constante. S’il s’est aperçu des coutumiers regards de mon ami, je trouverai bien excuse qui aura lieu. Il me faut apprendre à souffrir patiemment, car il n’est si grand travail que par prudence ne soit moderé, ni acerbe douleur que patience ne dérompe […]. Dorénavant je n’userai plus de regards, au moins en public, car la bonne renommée est facile à dénigrer, et par especial des gentilles femmes, quand elles ne sont modestes, comme à leur honnêteté appartient37.

2.3 La somptuosité des habits comme marque d’honnêteté

19Ce précaire équilibre s’interrompt lorsque le mari découvre les signes de cette passion, cachée par Hélisenne mais qu’elle ne peut s’empêcher de trahir, jusqu’à parvenir à rompre le silence par un furieux aveu à son mari :

  • 38 Ibid., p. 51.

Quand je pus parler, comme femme du tout aliénée de raison, je lui dis : […] « Et vraiment, je l’aime effusément et cordialement, et avec si grande fermeté qu’autre chose que la mort ne me saurait séparer de son amour. Venez donc avec épée. Faites transmigrer mon âme de cette infélice prison corporelle. Et je vous en prie, car j’aime mieux mourir d’une mort violente que le continuel languir ; car mieux vaudrait être étranglée que d’être toujours pendante. Et pourtant, ne tardez plus, transpercez le cœur variable et retirez votre épée teinte et sanguinolente ». […] Et en ce disant, mes yeux étincelaient de furieuse chaleur, et frappais de mon poing contre mon estomac, tellement que je fus lassée que je demeurai comme morte38.

20Après cet aveu, le contrôle que son mari exerce sur elle se fait plus étroit, faisant tomber Hélisenne dans un état de mélancolie tel qu’il la pousse à songer au suicide, refuser de sortir et d’entretenir des relations mondaines, bref à cesser de faire tout ce que sa condition d’honnête femme exige. Aux yeux de son mari, cette « débilitation » est donc doublement déshonnête : d’abord en tant que marque d’un amour lascif et illégitime pour Guénélic ; ensuite en tant que cause d’un laisser-aller qu’il n’estime ni digne ni convenable à leur condition sociale. Tombée dans une profonde dépression, Hélisenne néglige le soin de sa personne, oublie son devoir qui est d’observer la bienséance en se parant et en s’habillant honnêtement, par respect pour son mari, lequel lui tient ce propos :

  • 39 Ibid., p. 54-55.

M’amie, je vous prie de délaisser vos pleurs et gémissements, et réduire votre cœur en consolée liesse. Quant à moi, je ne vous prêterai matière ni occasion de mélancolie. Il est demain le jour d’une fête solennelle, parquoi je veux, et vous commande, que vous accoutriez triomphamment afin que vous assistiez au temple avec moi39.

21Il est intéressant de remarquer que le mari commande à Hélisenne de porter des vêtements de fête conformes aux circonstances : l’honnêteté dans l’ornement du corps est un devoir que la femme, surtout noble, doit observer. Comme elle s’en est abstenue longuement à cause de son « amoureuse folie », il la rappelle à l’ordre. En outre, il le lui demande en raison de sa participation à une fête solennelle, c’est-à-dire à une sortie officielle où il doit et il veut exhiber son appartenance au milieu social des « gens honnêtes ».

La rébellion féminine

3.1 La résolution à persister dans le « fervent désir »

  • 40 Ibid., p. 55.
  • 41 Ibid.

22Hélisenne lui obéit car elle entrevoit dans cette sortie l’occasion de rencontrer son ami. C’est ainsi qu’après une nuit qui lui semble « de grande durée »40 pour « le fervent désir »41 qu’elle a de voir Guénélic, elle se lève et s’habille :

  • 42 Ibid.

Mais quand Proserpine commença à cheminer en la maison du chien Tricipe, […] je me levai subitement et commençai à m’appareiller. Je vêtis une cotte de satin blanc et une robe de satin cramoisi, j’ornai mon chef de belles brodures et riches pierres precieuses. Et quand je fus accoutrée, je commençai à me pourmener, en me mirant en mes somptueux habillements, comme le paon en ses belles plumes, pensant plaire aux autres comme à moi-même42.

  • 43 Ibid.

23Or, si somptueusement habillée et ornée d’un déshonnête désir de plaire aux autres, Hélisenne attire d’abord les regards de son mari, « qui prenait singulier plaisir en [la] voyant »43, puis ceux de beaucoup d’hommes, parmi lesquels elle cherche ceux de son ami :

  • 44 Ibid., p. 55-56.

Je cheminais lentement, tenant gravité honnête. Tout le monde jetait son regard sur moi, en disant les uns les autres : « Voilà la créature excédant et outrepassant toutes autres en formosité de corps ». Et après qu’ils m’avaient regardée, ils allaient appeler les autres, les faisant saillir de leurs domiciles, afin qu’ils me vissent. C’était une chose admirable de voir le peuple qui s’assemblait entour moi. Et quand je fus parvenue jusqu’au temple, plusieurs jeunes hommes venaient en circuit, tout à l’entour de moi, me montrant semblant amoureux, par doux et attrayants regards tirés du coin de l’œil, pour essayer de me divertir et décevoir. Mais je ne m’en souciais aucunement, car toutes mes pensées étaient accumulées en un seul. Je regardais en plusieurs et divers lieux, mais je ne voyais celui qui était le singulier plaisir de ma vue44.

24Finalement elle le trouve, et il est assez audacieux pour se promener très proche d’elle et marcher sur ses vêtements précieux :

  • 45 Ibid., p. 56-57.

Il venait passer si près de moi qu’il marchait sur ma cotte de satin blanc. J’étais fort curieuse en habillements, c’était la chose où je prenais singulier plaisir. Mais nonobstant cela, il ne me déplaisait ; mais au contraire, volontairement et de bon cœur j’eusse baisé le lieu où son pied avait touché45.

25Une fois à la maison, le mari, qui a tout vu, lui intime l’ordre d’abandonner cette excessive vanité dans ses habillements et de s’orienter vers des habits et des parures plus sobres, afin d’affecter une honnête modestie. Hélisenne, en effet, nous confie et admet être « curieuse » en habillements et y prendre un « singulier plaisir ».

  • 46 Ibid., p. 57.
  • 47 B. Castiglione, op. cit., p. 207.
  • 48 Ibid., p. 202.
  • 49 Voir à ce sujet M. Debaisieux, «‟Subtilitez feminines” : l’art de la contradiction dans l’œuvre d’H (...)

26Cette vanité ne doit pas pourtant nous faire conclure que la protagoniste est une « femme lascive »46. Au contraire, il s’agit d’une « légitime » lascivité, qui s’inscrit dans le cadre de rigides conventions sociales, à une époque où, comme nous le lisons dans le Courtisan, on demande à la femme d’alimenter « avec ses mouvemens, les parolles & les habillemens »47 la grâce de sa beauté naturelle. Dans cette perspective, Hélisenne nous décrit son entrée au temple, qu’elle fait animée d’une « gravité honnête », due d’un côté à des mouvements lents – qui répondent à l’exigence d’une contenance féminine « molle, paisible & délicate »48 – de l’autre aux « somptueux habillemens » qui attirent les regards. Mais si nous lisons plus attentivement, nous pouvons aussi saisir le désir d’Hélisenne de sortir de l’huis-clos de la condition féminine, où elle est prisonnière et dépendante du contrôle masculin, ici représenté par l’image de ce regard fixe et envahissant. L’héroïne nous communique ainsi le choix qu’elle fait de reprendre possession de son corps et de son cœur, en adoptant la stratégie de l’affirmation oblique de la pensée, soit de la dissimulation49. Dorénavant elle ne se souciera plus des regards des autres et se concentrera seulement sur son désir pour Guénélic, opérant un bouleversement de sa condition : de proie elle devient prédatrice.

  • 50 H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 48.
  • 51 H. de Crenne, Les Angoisses, op. cit., p. 58.

27Toutefois le projet d’Hélisenne ainsi que son œuvre de dissidence ne pourront se réaliser que si elle observe une rigide discipline fondée sur la « vigueur »50 de la « patience et [de la] discrétion », dans la dissimulation de « l’ardente flamme »51. Du reste, ses efforts seront récompensés, comme nous le démontre le passage suivant, où Hélisenne obtient « plus de liberté » en affectant l’obéissance à son mari :

  • 52 Ibid., p. 57-58.

Et quand il eut ce dit, je lui répondis que j’accomplirais son commandement, et qu’il n’en fȗt perplexe ni douteux si je ne lui en donnais l’occasion. Et à l’heure il se contenta, ajoutant foi à mon dire, et n’en fut non plus parlé jusques au lendemain, que me voulus lever et accoutrer d’habillements riches et somptueux, ce que mon mari ne voulut permettre ; et pour lui complaire, fus contente de m’habiller plus simplement. Et quand je fus appareillée, nous nous transportâmes au temple, où je trouvai mon ami […]. Ainsi donc persévérai toujours de suivre la mauvaise partie de mon esprit […]. Mais parce que j’avais les jours précédents observé le commandement de mon mari, en dissimulant l’ardente flamme qui me brȗlait et consumait, qui est une chose fort difficile, il me fut imparti plus de liberté que je n’avais eu de longtemps52.

3.2 Les Épîtres et la défense de la dignité morale féminine

28Dans ses Épîtres familières et invectives, notamment dans la troisième épître invective, la rébellion de l’auteure envers la répression d’une société sexiste se fait encore plus manifeste. Ici l’on observe en effet une évolution dans le discours d’Hélisenne, qui n’a plus besoin de camoufler sa pensée et défend ouvertement la thèse de la dignité de la femme. Elle y répond aux accusations proférées par son mari, qui a condamné « en général la condition muliebre », la taxant d’immoralité. Pour procéder à la défense de la moralité et de l’honnêteté féminines, Hélisenne de Crenne a recours aux exempla bibliques et mythologiques. En outre, elle soutient aussi la légitimité de l’innocent désir de vouloir se concéder quelques petites vanités. À la thèse misogyne de son mari, lequel considère la beauté et les ornements du corps féminin comme autant de provocations et de sources de damnation pour l’homme, Hélisenne oppose des exempla de pudicité, comme celui de la romaine Lucrèce et des juives Rebecca et Suzanne. Plus particulièrement, elle construit un plaidoyer de la vertu morale de la femme et de la légitimité de ses ornements, en tant que marque de son honnêteté en se fondant sur les Saintes Écritures :

  • 53 H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 88-89.

Et pourtant déporte-toi de blamer corporelle beauté en femme, car je t’asseure qu’elle n’est périlleuse pour les hommes auxquels consiste vertu. […] Et quant à ce que tu dis de la curiosité féminine en somptueux et riches accoutrements, saint Jerome a redigé par écrit que les femmes et filles sont désireuses de precieux vetements, et savait plusieurs dames pudiques le faire, non pour complaire aux fols ni par orgueil, mais par honnetete, ayant regard à l’etat et noblesse de leurs maris ou de leur père53.

  • 54 Ibid., p. 89.

29Puis elle ajoute qu’il « faut considérer l’affection »54, c'est-à-dire les dispositions de l’âme. À ce propos, on pourrait dire que, dans le sillage de l’esprit néoplatonicien de l’époque, l’auteure nous parle de l’importance de la disposition de l’âme à la vertu, dans la mesure où, dans la beauté extérieure, l’on voit une projection de la beauté intérieure : l’idée d’une esthétique qui s’entremêle à l’éthique fait ainsi son chemin. Cet ethos vertueux que l’auteure veut promouvoir est exalté dans le passage qui suit :

  • 55 Ibid.

Tu me pourrais dire que l’ornement des femmes, de soi provoque et attire les hommes à lascivité et luxure […]. Les femmes qui ne sont liées de matrimoniale conjonction, sinon à l’intention d’avoir mari, ne leur est licite d’être ornées pour complaire à leurs amoureux ou à quelques autres personnages, car c’est donner occasion de pécher et inciter à pécher. […] Mais celles qui se parent curieusement pour une petite gloire et vanité, et non pas pour instiguer à pécher, ce n’est souvent que péché véniel. Et pource-que les choses mentales nous sont occultes, nous ne devons être prompts à faire jugements des intentions d’autrui55.

  • 56 Ibid., p. 90.
  • 57 Ibid.

30Avec ces mots Hélisenne vise à esquisser le portrait d’une femme consciemment honnête, qui choisit volontairement la vertu au lieu d’y être obligée. En accord avec le modèle de la modération et de la rationalité humanistes, elle refuse aussi l’artifice d’un maquillage excessif lorsqu’il prend la place de la beauté naturelle, en citant Augustin : « a dit Saint Augustin que celles qui se fardent offensent Dieu, car comme non contentes d’être telles que Dieu les a formées, veulent corriger nature »56. Puis, en citant Thomas, elle ajoute que le maquillage peut être toléré lorsqu’il sert non pas à feindre une beauté non naturelle mais à adoucir les traits du visage sans les changer radicalement : « Elles ne pêchent pas mortellement, si elles ne le font par outrecuidance, lascivité ou contemnement de Dieu, car aucune fois on ne le fait pas pour montrer ou feindre beauté, mais pour latiter sa turpidité »57.

  • 58 L. Labé, « Épître dédicatoire à M.C.D.B.L. », dans L. Labé, Œuvres Complètes, éd. par F. Rigolot, P (...)

31Ces derniers mots cités par Hélisenne de Crenne nous plongent dans l’atmosphère d’une société, celle de la Renaissance, qui a largement valorisé le corps humain en fonction d’une réhabilitation de la nature, opposée à l’artifice. Cependant, surtout en ce qui concerne les femmes et les milieux de cour, l’ornement du corps devient également central : le paraître ornemental prend une place de choix, au détriment de l’être naturel. Ce qui est donné à voir c’est le voile, c'est-à-dire l’enveloppe qui couvre et cache le corps féminin. S’il est vrai que le vêtement met en valeur une position sociale, l’on peut conjecturer que ces ornements font parler la persona sociale et font se taire la personne dans son individualité. Comme nous l’avons vu, l’ornement prend la valeur tantôt de signe social, en tant que marque et garantie de l’honnêteté de la persona, tantôt celui de marque de l’honnêteté morale, en tant qu’anéantissement du corps de la personne et de sa volonté propre. À cet égard, dans le roman Les Angoysses, le récit que nous fait Hélisenne de Crenne d’un corps féminin livré en même temps à l’admiration sociale, du fait de l’honnêteté qu’évoquent ses somptueux habits, et au désir des regards masculins, est exemplaire de cet état de fait. Ici, et plus clairement encore dans les Épîtres, l’auteure dénonce cette considération du corps féminin dans sa seule fonction d’objet de désir. Dans cette perspective, Hélisenne figure comme une pionnière de la revendication qui sera celle de Louise Labé, une décennie plus tard. L’auteure lyonnaise, en effet, va encore plus loin qu’Hélisenne de Crenne en soutenant que le seul ornement des femmes devrait être celui de leurs activités honorables, entre autres intellectuelles. Dans son Épître dédicatoire à Clémences de Bourges – sur lequel s’ouvre son recueil – elle invite les femmes à se parer de la gloire littéraire plutôt que « de chaines, anneaus, et somptueus habits », puisque le temps où elles peuvent « en science et vertu passer ou egaler les hommes »58 est venu, comme on le lit dans son manifeste :

  • 59 Ibid.

Estant le temps venu, Mademoiselle, que les severes loix des hommes n’empeschent plus les femmes de s’appliquer aus sciences et disciplines : il me semble que celles qui ont la commodité, doivent employer cette honneste liberté que notre sexe ha autre fois tant desiree, à icelles apprendre : et montrer aus hommes le tort qu’ils nous faisoient en nous privant du bien et de l’honneur qui nous en pouvoit venir : Et si quelcune parvient en tel degré, que de pouvoir mettre ses concepcions par escrit, le faire soigneusement et non dédaigner la gloire, et s’en parer plustot que de chaines, anneaus, et somptueus habits59.

  • 60 P. Larivaille, La Vie quotidienne des courtisanes en Italie au temps de la Renaissance (Rome et Ven (...)

32Les auteures de la Renaissance française franchissent donc le pas en dépassant le modèle féminin des cours princières italiennes, où, comme le dit Paul Larivaille, la valorisation de la femme n’advient qu’en tant que « survalorisation de la femme-objet-de l’amour-masculin »60. Chez Hélisenne de Crenne et Louise Labé, on assiste au contraire à une véritable valorisation de l’émergence de la subjectivité féminine, auparavant étouffée et camouflée, de même qu’à une promotion de l’esprit de sororité, comme le témoigne la célèbre exhortation, encore une fois, de Louise Labé :

  • 61 L. Labé, op. cit., p. 42-43.

Je ne puis faire autre chose que prier les vertueuses Dames d’eslever un peu leurs esprits par-dessus leurs quenoilles et fuseaus […]. Et pource que les femmes ne se montrent volontiers en publiq seules, je vous ay choisie pour me servir de guide […] et vous inciter et faire venir envie voyant ce mien euvre rude et mal bati, d’en mettre en lumiere un autre qui soit mieus limé et de meilleure grace61.

Top of page

Notes

1 Pour la biographie d’Hélisenne de Crenne nous renvoyons à J. Vercruysses, « Hélisenne de Crenne : notes biographiques », Studi francesi, XI, n. 31, fasc. I, janvier-avril, 1967, p. 77-81 ; V.L. Saulnier, « Quelques nouveautés sur Hélisenne de Crenne », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, IV, n. 4, 1964, p. 459-463 ; H. Loviot, « Hélisenne de Crenne », Revue des livres anciens, II, 1916, p. 137-143 ; G. Reynier, Le Roman sentimental avant l’Astrée, Paris, 1908, p. 117-119 ; H. Loviot, Hélisenne de Crenne, « Revue des livres anciens », II, 1916, p. 137-143 ; J. M. Guichard, « Hélisenne de Crenne », Revue du XIXe siècle, VIIII, 1840, p. 276-284 ; H. Dusevel, Lettres sur le Département de la Somme, Amiens, Imprimerie de Caron-Vitet, 1840, p. 113-115. En ce qui concerne le choix du nom de plume de l’auteure, voir en particulier J.C. Nash, « Introduction », dans H. de Crenne, Les Epistres Familieres et Invectives, [Les Epistres familieres et invectives de ma dame Helisenne, Paris, Denys Janot, 1539], éd. J. C. Nash, Paris, Honoré Champion, coll. « Textes de la Renaissance », 1996, p. 8-15 ; J. C. Nash, « Discours performatif d’une femme écrivain ‟exerceant œuvres viriles” : Les Epistres Familieres et Invectives d’Hélisenne de Crenne », dans Hélisenne de Crenne. L’écriture et ses doubles, éd. par J.-P. Beaulieu et D. Desrosiers-Bonin, Paris, Champion, 2004, p. 160-161.

2 H. de Crenne, Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amour, éd. J.P. Beaulieu, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, « La cité des dames », 2005.

3 H. de Crenne, Les Épîtres familières et invectives. Le Songe, éd. J.P. Beaulieu, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, « La cité des dames », 2008.

4 H. de Crenne, « La Translation du quatrième Livre des Énéides de Virgile » (texte originale intégral), Exercices de rhétorique [En ligne], V, 2015, mis en ligne le 24 septembre 2015, URL : http://rhetorique.revues.org/417. Pour la traduction au xvie siècle nous renvoyons, en particulier, à J. Bellanger, Histoire de la traduction en France (auteurs grecs et latins), Paris, A. Lemerre, 1903 ; A. Berman, « De la translation à la traduction », TTR, XI, 1988, p. 23-40 ; G. Dotoli, « Traduire au xvie siècle », dans G. D., Traduire en français du Moyen âge au xxie siècle : théorie, pratique et philosophie de la traduction, Paris, Hermann, « Savoir. Lettres », 2010, p. 63-94 ; L. Guillerm, Sujet de l'écriture et traduction autour de 1540, Paris, Aux Amateurs de livres, 1988 ; G. P. Norton, The Ideology and Language of Translation in Renaissance France and their Humanist Antecedents, Genève : Droz, 1984 ; M. Viallon (éd.), La Traduction à la Renaissance et à l'âge classique, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2001 ; plus spécifiquement, autour de la traduction d’Hélisenne voir E. Delvallée, « Hélisenne de Crenne : traduire, réécrire, amplifier Virgile au xvisiècle », Exercices de rhétorique [En ligne], V, 2015, mis en ligne le 17 septembre 2015, URL : http://rhetorique.revues.org/416.

5 H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 89.

6 Voir à ce sujet N. Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1973 ; A. Viala, « La genèse du genre épistolaire français et ses sources latines et européennes : essai de chronologie distinctive », Revue de Littérature Comparée, LV, n. 2, avril-juin 1981, p. 173-177 ; A. Montandon (dir.), Les Traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand, Ass. Des Publications de la Faculté de Lettres de Clermont-Ferrand, vol. II, 1995.

7 B. Castiglione, Il libro del Cortegiano [1528], Torino, Einaudi, 1998.

8 B. Castiglione, Les quatre livres du courtisan du conte Baltazar de Castillon réduyct de langue ytalicque en françoys, [En ligne] trad. de J. Colin, Paris, Denys de Harsy, 1537, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49708n. Au sujet de la diffusion du traité italien en France, voir A. Viala, op. cit., p. 174 ; G. Devincenzo, « Le livre du Courtisan en France aux XVIe et XVIIe siècles », Tradurre, Bari, B. A. Graphis, 2007, p. 65-75 ; G. Devincenzo, « Traduire le savoir-vivre : Baldassarre Castiglione en France », Les Traductions de l'italien en français du xvie au xxe siècle, Actes du Colloque international de Monopoli, 4-5 octobre 2003, Fasano-Paris, Schena-Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004, p. 97-109.

9 Pour l’apport de la rhétorique de la Renaissance au classicisme, nous renvoyons, en particulier, à John D. Lyons : « Pour l’histoire de la rhétorique, le concept de l’honnête homme constitue l’un des apports majeurs de la Renaissance. […] Le concept d’honnêteté prolonge en l’approfondissant un des types de caractère que l’orateur cicéronien avait à sa disposition lorsqu’il cherchait à gagner la sympathie du public : le caractère de l’homme modeste, modéré […]. C’est surtout dans la conversation, et non pas dans les occasions ouvertement vouées à la persuasion, que l’honnêteté fleurit. […] Ainsi se manifeste dans les manuels de conversation et de comportement l’hypertrophie d’un des thèmes de l’ancienne rhétorique, l’ethos. L’homme agréable, ou honnête homme, devient donc l’objet de spéculations théoriques intensives, qui culminent chronologiquement dans les années 1650 et 1660, et dont la logique aboutit dans les fragments sur la rhétorique qui nous restent des réflexions de Blaise Pascal » (J.D. Lyons, « La rhétorique de l’honnêteté : Pascal et l’agrément », éd. F. Cornilliat et R. Lockwood, Ethos et pathos. Le statut du sujet rhétorique, Paris, Champion, 2000, p. 357-369). Nous renvoyons aussi à M. Magendie, La Politesse mondaine et les théories de l’honnêteté, en France au xviie siècle, de 1600 à 1660, Genève, Slatkine, t. I, 1925 ; M. Fumaroli, L’Age de l’éloquence. Rhétorique et res literaria de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980 ; M. Fumaroli, « De l’âge de l’éloquence à l’âge de la conversation : la conversation de la rhétorique humaniste dans la France du xviie siècle », B. Bray (éd.), Art de la lettre. Art de la conversation à l’époque classique en France, actes du colloque de Wolfenbuttel (octobre 1991), Paris, Klincksieck, 1995, p. 25-46 ; M. Fumaroli, Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne (1450-1950), Paris, PUF, 1999, p. 1-498.

10 M. de Montaigne, Essais, éd. E. Naya, D. Reguig et A. Tarrête, Paris, Gallimard, 2009, vol. III, ch. VIII, p. 201.

11 M. Testard, « Introduction », dans M. T. Cicéron, Les Devoirs [De officiis], vol. I, Paris, Les Belles Lettres, 1965, p. 51-54.

12 Au chapitre LI (« De la vanité des paroles ») du livre Ier Montaigne attaque durement la figure du « Rhétoricien » : « Ceux qui masquent et fardent les femmes, font moins de mal car c’est chose de peu de perte de ne les voir pas en leur naturel : là où ceux-ci font état de tromper, non pas les yeux, mais notre jugement, et d’abâtardir et corrompre l’essence des choses », M. de Montaigne, op. cit., vol. I, p. 530.

13 Voir F. Rigolot« Montaigne et Veronica Franco : de la courtisane à la femme de lettres », Montaigne Studies, XV, n. 1-2, 2003, p. 123.

14 M. de Montaigne, op. cit., p. 34.

15 Ibid. vol. III, p. 202-203.

16 Ibid., p.203.

17 Ibid.

18 B. Castiglione, op. cit., p. 12-13.

19 Ibid., p. 24-25.

20 F. Rigolot, op. cit., p.123.

21 B. Castiglione, op. cit., p. 201.

22 Ibid.

23 « Beaucoup deffault a la femme a qui beaulté deffault », Ibid., p. 202.

24 Ibid., p. 207.

25 H. Dusevel, op. cit., p. 113.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Voir en particulier l’épître invective IV, où Hélisenne de Crenne cite Marguerite de Navarre en tant que modèle moderne de la virago antique : « Car je n’estime point que au prétérit jamais fut, ni pour le futur peut-être, personne de plus préclaire et altissime esprit que la très illustre et magnanime princesse, Madame la reine de Navarre. C’est une chose toute notoire que, en sa réginale excellente et sublime personne, réside la divinité platonique, la prudence de Caton, l’éloquence de Cicéron et la socratique raison. Et à bref parler, sa sincérité est tant accomplie que la splendeur d’icelle à la condition féminine donne lustre », H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 96.

29 Comme l’a souligné Marie-Claude Malenfant, cette ambigüité d’Hélisenne dans les Angoysses se fonde sur le modèle de Didon à la fois citée en tant qu’emblème des troubles de la passion –  en raison de son amour malheureux pour Énée – et exemplum de constance en tant que fondatrice de Carthage, selon la version virgilienne. Voir l’épître familière VIII (p. 46), où Hélisenne écrit à Clarice : « T’efforceras d’être semblable à celle à qui la magnanime constance fut occasion de changer son nom primitif, qui était Hélissa, mais subséquentement appelée fut Didon, qui en langage phénicien est interprété et vaut autant à dire comme virago, exerçant œuvres viriles. […] Car à l’heure qu’icelle instable la voulait totalement prosterner en permettant la mort immaturée de son fidèle mari, cette Didon fit grande démontrance de sa vertu […] de telle sorte que par elle fut construite et édifiée la noble cité de Carthage, laquelle depuis fut très fameuse et renommée ». Voir M.-C. Malenfant, « Quelques modalités exemplaires des Angoysses douloureuses qui procedent d’amours d’Hélisenne de Crenne (1538) », éd. J.P. Beaulieu et D. Desrosiers Bonin, op. cit., p. 83-110.

30 Voir J. P. Beaulieu, « Didactisme et parcours discursif dans les Epistres d’Hélisenne de Crenne », Renaissance et Réforme, XVIII, 2, 1994, pp. 33-43.

31 H. de Crenne, Les Angoisses, op. cit., p. 32.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 36-37.

35 Ibid., p. 39.

36 Ibid., p. 40.

37 Ibid., p. 43.

38 Ibid., p. 51.

39 Ibid., p. 54-55.

40 Ibid., p. 55.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 55-56.

45 Ibid., p. 56-57.

46 Ibid., p. 57.

47 B. Castiglione, op. cit., p. 207.

48 Ibid., p. 202.

49 Voir à ce sujet M. Debaisieux, «‟Subtilitez feminines” : l’art de la contradiction dans l’œuvre d’Hélisenne de Crenne », Études littéraires, XXVII, 2, 1994, pp. 25-37 ; C. Winn, « La femme écrivain au xvie siècle. Écriture et transgression », Poétique, n. 84, 1990, p. 435-452.

50 H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 48.

51 H. de Crenne, Les Angoisses, op. cit., p. 58.

52 Ibid., p. 57-58.

53 H. de Crenne, Les Épîtres, op. cit., p. 88-89.

54 Ibid., p. 89.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 90.

57 Ibid.

58 L. Labé, « Épître dédicatoire à M.C.D.B.L. », dans L. Labé, Œuvres Complètes, éd. par F. Rigolot, Paris, Flammarion, 2004, p. 41.

59 Ibid.

60 P. Larivaille, La Vie quotidienne des courtisanes en Italie au temps de la Renaissance (Rome et Venise, xve et xvie siècles), Paris, Hachette, 1975, p. 11.

61 L. Labé, op. cit., p. 42-43.

Top of page

References

Electronic reference

Valentina Manca, « La somptuosité de l’ornement comme marque d’honnêteté pour la femme de la première modernité : le témoignage d’Hélisenne de Crenne », Apparence(s) [Online], 8 | 2018, Online since 17 December 2018, Connection on 23 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/apparences/1533

Top of page

Author

Valentina Manca

Docteur de recherche en Langues, Littératures et Cultures Étrangères
Université Roma Tre
valentina.manca@uniroma3.it

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page