Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Les multiples vies d’un dépôt de ...

Les multiples vies d’un dépôt de chiffons de Normandie (1900-1955) : de la ferme, au dépôt, à la « pauvreté chic »

Lou Taylor

Résumés

L’article présente le traitement d’une collection de haillons datant des années 1900-1955, sélectionnés dans un ensemble plus large et donnés à l’Université de Brighton par un collectionneur privé, Lois Davidson. Ces pièces, qui proviennent de l’habillement rural de Normandie, masculin et féminin, ont été trouvées récemment dans un énorme dépôt de chiffons, dans la campagne normande. On trouve parmi elles des corsets, des jupes, des vestes et des bas. Cette présentation étudiera les usages et les fonctions de ces vêtements avant qu’ils n’échouent dans le dépôt de chiffons, puis les circonstances de leur découverte et de leur collecte, en incluant leur préservation et leur sort dans les boutiques de Brighton et aussi à Spitalfields Market, Londres, où ils sont vendus sous l’étiquette « vintage textiles ».

Haut de page

Texte intégral

1Ce article étudie l’histoire d’une collection de vêtements usés et endommagés, datant d’une période allant des environs de 1900 jusqu’aux années 1950, extraite d’un important dépôt de textiles découvert dans une grange en Normandie. Abandonné, semble-t-il, vers le milieu des années 1950, ce dépôt consistait en de gros ballots ficelés, comprimés et empilés les uns sur les autres, et délaissés pendant plus de soixante ans dans un environnement humide, infesté de rats. Vers 2010, il a été découvert, acheté et trié par un revendeur spécialisé du Sussex dans le patrimoine architectural.

  • 1 Roger Silverstone, “The Medium is the Museum: On objects and logics in times and spaces”, in R. Mil (...)

2Notre recherche a porté sur les multiples vies de ces hardes, étalées sur une période de plus de cent ans, et sur le trajet qu’elles ont parcouru en passant d’une communauté de consommation à une autre. Le plus fascinant, dans cette enquête de culture matérielle, a été d’observer les cycles de vie tout à fait inattendus de ces vêtements, de leur naissance à leur résurrection. Peu importe la condition d’un objet, nous dit Roger Silverstone, « La vie d’un objet (…) prend son sens dans le contexte social, économique, politique et culturel dans lequel il est placé et sa présence peut (…) éclairer ce contexte à la manière dont la fusée éclairante (…) illumine le ciel. »1

  • 2 Margaret Maynard, Dress and Globalisation, Manchester, Manchester University Press, 2014 ; Lucy Nor (...)

3Il s’est avéré impossible de localiser l’emplacement exact du dépôt – sauf le fait qu’il se trouve en Normandie – en raison du secret professionnel qui protège actuellement de la concurrence les revendeurs de vêtements vintage. En revanche, la recherche a montré que ces vêtements ont connu six étapes de vie : ils ont été utilisés en premier lieu pour le travail domestique, à la ferme et dans les champs, pour passer ensuite aux mains de modestes chiffonniers, appelés « biffins » ; ils ont ensuite été vendus à des chiffonniers en gros qui ont les stockés dans de grands entrepôts ; dans un quatrième temps ils ont été abandonnés parce qu’ils n’étaient plus demandés sur le marché ; puis, dans une cinquième phase, ils ont été repris, nettoyés et – sixième et dernière étape – finalement lancés dans le monde de la « pauvreté chic », aujourd’hui à la mode. En termes commerciaux, ils sont aujourd’hui au cœur des activités de recyclage et de mode vintage, étudiées en détail par des historiens tels qu’Alex Palmer, Hazel Clark, Lucy Norris, Margaret Maynard et Karen Tranberg Hansen.2

4Ces loques du vingtième siècle sont généralement rejetées par les musées et considérées comme sans valeur, sauf si elles sont liées à des contextes historiques particuliers – tels les restes des vêtements des victimes d’Hiroshima ou des camps de concentration nazis de la seconde Guerre Mondiale. Notre travail, au contraire, s’intéresse à elles, et plus particulièrement à trois groupes d’objets provenant de ce dépôt de chiffons, pour montrer la fausseté de ce parti pris. Le premier de ces groupes, et le plus important, appartient à Lois Davidson, revendeuse de textiles vintage de Hove (près de Brighton, Sussex), qui l’a acheté directement auprès de l’inventeur. Elle a fait un don généreux de sept articles à la Dress History Teaching Collection de l’Université de Brighton, qui lui a ensuite acheté deux pièces supplémentaires, ce qui a permis de constituer un deuxième groupe de neuf objets. Nous la remercions de sa générosité. Le troisième groupe appartient à Richard Rags et à son fils, Cosmo Wise, revendeurs de textiles vintage qui tiennent un stand hebdomadaire au marché de Spitalfields dans l’est de Londres.

5Ces vêtements sont remarquables parce qu’ils sont les rares vestiges de habits de travail du monde rural, dans la Normandie des années 1900-1955. La plupart d’entre eux ont été généreusement et soigneusement rapiécés, portés et effilochés jusqu’à ne plus pouvoir être utilisés, même dans les champs. Les pièces qui étaient au centre du tas étaient en meilleur état que celles qui se trouvaient à sa périphérie, détériorées par les rats et les excréments d’oiseaux, subissant l’effacement des couleurs et le développement de moisissures causées par la pluie, qui s’infiltrait dans la grange (fig. 1). Tout compte fait, elles montrent à la fois la réalité des vêtements de travail portés dans la campagne normande, et ce qu’a été le commerce des chiffons dans la région durant la première moitié du XXe siècle.

Fig. 1 : Ourlet d’un tablier court rongé par les rats, Normandie, vers 1900-1930

University of Brighton Dress History Teaching Collection n°364.05

  • 3 University of Brighton Dress History Teaching Collection, no 408.05.
  • 4 Ibid. no 408. 08.

6Les vêtements : Les trois groupes comprennent des habits d’hommes, de femmes et d’enfants. Parmi ceux qui ont appartenu à des femmes, se trouvent des sous-vêtements, tel ce corset rapiécé courbé en forme de ‘S’, datant des environs de 1905-1910, trouvé dans la collection Davidson, ainsi que des textiles roses et élastiques des années 1930 ; des pantalons de dessous, fendus à la fourche, tissés en robuste coton blanc avec d’étroites rayures noires, rapiécés avec d’autres cotonnades, datant des années 1900-1910  et des bas de soie noire rapiécés. Parmi les vêtements de dessus, on remarque diverses jupes longues, bleu indigo, en coton lourd et en lin, rapiécées et usées ; un tablier court bleu indigo3, rapiécé, endommagé par les rats et presque totalement détruit à l’ourlet (fig. 2) ; des chemisiers rapiécés en coton gris foncé, avec un motif à carreaux, de longues manches et des cols droits fermant sur le devant par des boutons ; des gilets sans manches faits d’un grossier coton bleu ou de laine mélangée grise ; et une robe complète boutonnée des années 19304, d’un lourd coton noir, avec un rapiéçage couvrant entièrement le devant de la robe (fig. 3) dont l’arrière, en revanche, n’a pas été rapiécé du tout, ce qui indique que la partie avant a été usée par le travail et les mouvements de sa propriétaire. Les raccommodages et les rapiéçages ont tous été effectués avec une couture à petit point, très soignée. Parmi les vêtements d’hommes se trouvent une paire de pantalons à jambes étroites, rapiécés sur le siège, les genoux et les jambes, ainsi que des vestes en coton bleu foncé. Cette collection comporte aussi des robes de jeunes filles en coton rapiécé, et des chaussettes tricotées à la main, reprisées plusieurs fois avec des laines de couleurs vives.

Fig. 2: Petit tablier utilisé pour les sorties, rapiécé, Normandie, vers 1900-1930

University of Brighton Dress History Teaching Collection n°364.05

Fig 3: Robe de tous les jours, rapiécée, Normandie, vers 1935-45

University of Brighton Dress History Teaching Collection, n°408.08

7Caractéristiques générales : Les vêtements extérieurs pour femmes sont tous faits de tissus robustes de couleur foncée – des mélanges de coton brut et de lin, ou de laine et de coton, en bleu foncé, noir ou gris. Certaines pièces sont tissées avec un motif jacquard blanc. D’autres ont été imprimées au rouleau avec des petits points, un dessin géométrique ou des petites fleurs en blanc – étoffes françaises habituelles pour les travailleuses âgées. Les vêtements pour hommes sont aussi bleu indigo ou gris foncé mais ils sont faits d’un coton sergé plus lourd, ou en denim. Partout, le plus frappant est le travail des femmes qui ont patiemment, sans relâche, rapiécé l’extérieur de ces habits. Leur labeur met en lumière à la fois la pauvreté et le souci d’économie des possesseurs de ces vêtements. Dans certains cas, il est presque impossible de reconnaître le matériau dans lequel ils ont été confectionnés.

  • 5 Fred Davies, Fashion, Culture and Identity, Chicago, Chicago University Press, 1994, p. 9 et 205.

8Le point de départ de notre recherche est l’examen des cycles de vie de ces vêtements. Fred Davies estime que « L’univers de la signification attachée aux vêtements, aux cosmétiques, aux coiffures et aux bijoux, jusqu’à la silhouette et au maintien du corps lui-même, diffère considérablement en raison du goût, de l’identité sociale et de l’accès qu’a un individu aux biens symboliques dans une société donnée ». Il ajoute, notamment, que la mode et l’habillement sont « des manifestations irrépressibles de caractères locaux, régionaux et particuliers de toutes sortes »5. Cette notion de communautés vestimentaires très différenciées est totalement pertinente ici.

Première étape de vie des vêtements

  • 6 Jules Prown, Mind in Matter: an introduction to material culture theory and method, Winterthur Port (...)
  • 7 Igor Kopytoff, “The Biography of Things”, in Arjun Apparadurai, The Social Life of Things, Commodit (...)
  • 8 Mrs Robert Henrey, Madelaine, Young Wife, Londres, J.M. Dent, 1960, p. 33.

9Reprenant à notre compte la méthode de déduction et d’hypothèse élaborée par Jules Prown, dans le domaine de la culture matérielle6, ainsi que l’idée, avancée par Igor Kopytoff, que les objets possèdent des biographies et des cycles de vie,7 notre recherche a rapidement démontré que ces vêtements avaient d’abord été portés comme des habits robustes de tous les jours – faits à la maison ou achetés au marché ou dans des magasins, en Normandie, voire dans certaines régions de Bretagne – et ensuite, lorsqu’ils étaient en piètre état, avaient été portés pour faire du travail plus dur. Dans ce dépôt, il n’y avait pas d’habits « du dimanche » portés à l’église ou pour aller aux fêtes : aucun corsage en velours, aucune broderie ou coiffure en fine dentelle, ou de veste en laine taillée sur mesure. Rien que des vêtements témoignant d’un dur travail, de la parcimonie des gens de la campagne et de nombreuses heures patiemment consacrées à la couture et au rapiéçage. Mme Henrey qui, dans les années 1930, acheta un corps de ferme en Normandie près de Cabourg, le confirme. En 1938, elle écrit que Louise, la fille cadette de la ferme voisine, myope, « ne travaillait pas à l’extérieur, mais était plutôt fille d’aiguille. Elle confectionnait les robes de ses sœurs, les chemises et les blouses de ses frères, reprisait des bas et des chaussettes, et cousait des boutons »8. C’était pour elle un emploi à temps plein.

  • 9 Lou Taylor, The Study of Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2002, Chapitre 5.
  • 10 Jean-Pierre Lethuillier, Des Habits et Nous, Vêtir nos identités, Rennes, Presses Universitaires de (...)

10Trouver des comparaisons, en suivant les méthodes établies de rapprochement de vêtements ayant traversé le temps avec des peintures ou photographie de leur époque9, en l’occurrence des peintures de genre représentant le monde paysan en Normandie mais aussi en Bretagne, s’est avéré aisé. Parmi ces peintures de genre, sentimentales, souvent romancées, des années 1870-1930, celles qui montrent des hommes et des femmes travaillant dans les campagnes, vêtus d’habits rapiécés, abondent : notamment dans des œuvres de Jules Breton, Julien Dupré, Julien Thibaudeau, de l’artiste américain Daniel Ridgway-Knight, de Léon l’Hermite, du peintre anglais Syney Curnow Vosper et de Lucien Simon. Des vêtements bleu foncé ou ternis, rapiécés comme ceux trouvés dans le dépôt de chiffons, figurent dans ces tableaux. L’œuvre de Thibaudeau, En Bretagne, distribution de crêpes aux pauvres (1901, Musée Bernard d’Agesci, Niort)10, en est un exemple parfait, montrant un groupe d’hommes et femmes pauvres auxquels on donne des crêpes devant l’entrée d’une grande maison (fig. 4). Une femme âgée porte une longue jupe bleu indigo rapiécée, avec une ceinture beige, assez semblable à un exemple appartement à Lois Davidson.

Fig. 4 : Julien Thibaudeau, En Bretagne, distribution des crêpes aux pauvres,'1901

Musée Bernard d'Agascie, Niort, n°. 943.2.12. Avec nos remerciements pour l’utilisation de cette image

  • 11 Lou Taylor, The Study of Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2002, Chapitre 6.
  • 12 University of Brighton Dress History Teaching Collection, no 408. 07.

11Si l’on passe maintenant à la photographie d’époque comme source documentaire11, tout en refusant les pièges de la sensiblerie de certaines pratiques artistiques de l’époque (l’utilisation de faux vêtements et de fonds de scène dans plusieurs photos « rurales » de la fin du xixe siècle), on aperçoit que beaucoup de clichés de paysans de Normandie ou de Bretagne permettent d’utiles comparaisons. Au début du xxesiècle, des cartes postales furent produites en série, imprimées et vendues aux touristes de la région. Certaines d’entre elles montraient l’habillement des dimanches et jours de fêtes, en insistant sur les coiffes en dentelle qui ont fait la célébrité de la Normandie et de la Bretagne, tandis que d’autres présentaient des « figures » locales : des hommes âgés portant d’amples blouses bleues, des pantalons rapiécés et de gros sabots, transportant des oies ou veillant sur des troupeaux de vaches et des femmes âgées assises dans des seuils d’entrée, filant de la laine. Des cartes postales appartenant à la série « La Normandie Pittoresque », ont été utilisées dans cette enquête. Elles ont été produites par une entreprise familiale normande, Le Goubey, qui commença à les imprimer en 1904. L’une d’elle, datant d’environ 1910 et provenant de Saint-Pierre-Église, montre deux femmes de la campagne, une jeune et une plus âgée. La légende indique « Tcheu nous, chest la rue sans bout, as-tu fini r'commenche... » (fig. 5). La jeune femme, chaussée de larges sabots en bois, porte un bidon de lait sur ses épaules et est vêtue d’un chemisier à manches longues et à col relevé12, semblable à un exemplaire de notre collection de l’Université de Brighton (fig. 6). Sa voisine plus âgée porte un corsage attaché à une jupe, et un chemisier sous le corsage. Le rapiéçage et l’usure de la jupe sont nettement visibles. Des vêtements plus à la mode furent trouvés au milieu du dépôt – par exemple des chemisiers en soie rayés à col relevé, appartenant à Richard Rags – ressemblent à un chemisier porté par une jeune fille vêtue de sa meilleure tenue et d’un canotier, sur le marché aux œufs de Coutances en Basse Normandie (fig. 7). Ce cas, bien que moins commun que les chemisiers en coton, montre l’influence des modes urbaines, déjà bien établies chez les jeunes femmes en Normandie au début du xxe siècle.

Fig. 5 :Carte Postale, « Saint-Pierre-Église », La Normandie Pittoresque, série n° 2071, Le Goubey, vers 1910

Collection de l’auteur

Fig 6 : Chemisier de coton, avec rapiéçages, Normandie, vers 1920-20

University of Brighton Dress History Teaching Collection, n°408.07

Fig 7 : Carte Postale, « Le marché aux œufs de Coutances », vers 1905-10

Collection de l’auteur

  • 13 « Veste de Travail », vers 1945, (no 994.47.1 Musée de Bretagne), dans Jean Pierre Lethuillier, op. (...)

12Les vêtements d’hommes apparaissent aussi dans la peinture de genre et la photographie, et sont comparables à ceux qui appartiennent à Lois Davidson et Richard Rags – ainsi des vestes de travail classiques en gros coton bleu (fig. 8). Le Musée de Bretagne possède une veste de travail semblable, provenant de Rennes et datant des environs de 194513. Richard Rags vend également, à 300 euros la pièce, quelques-unes de ces célèbres blouses bleues de Normandie et de Bretagne, bien qu’il ne soit pas certain qu’elles proviennent du même dépôt.

Fig 8 : Veste en denim artificiellement usée, £10, Sydney Street Brighton, 27 août 2016

Photographie de l’auteur

13Ce corpus d’images correspondant aux pièces trouvées dans le dépôt, il semble bien qu’on puisse assurer que ces vêtements ont été autrefois portés par des familles rurales en Normandie et dans certaines régions de Bretagne.

Deuxième et troisième étapes : les « biffins » et les chiffonniers en gros

14Portés jusqu’à usure complète, ces vêtements furent cédés à des chiffonniers locaux de petite envergure, souvent pauvres – des « biffins » (pilhaouer en basse Bretagne) – qui voyageaient à pied, de ferme en ferme et de rue en rue, menant des charrettes tirées par des ânes ou des chiens, troquant des vêtements en échange d’assiettes décoratives, des « assiettes de chiffonnier » ou de verrerie à bas prix. À cette étape la seule utilité de ces hardes était leur valeur d’échange. Leur rôle en tant que vêtements portés sur un corps humain aurait normalement dû cesser à ce stade.

  • 14 Martin O'Brien, A Crisis of Waste, Understanding the Rubbish Society, Londres, Routledge 2008, p. 5 (...)

15Les biffins vendaient ce qu’ils avaient amassé à des chiffonniers en gros, qui stockaient de grandes quantités de vêtements et de textiles non triés dans des entrepôts et des granges. C’était un commerce important et lucratif, parce que les chiffons formaient la base de deux industries essentielles établies depuis longtemps en Normandie : la production de papier et la fabrication de laines mélangées de qualité grossière. Les vieux vêtements étaient entrés sur le marché de la collecte professionnelle de déchets. Pour ces grossistes en effet, les chiffons avaient une véritable valeur commerciale. Ils étaient vendus, sans tri préalable, pour être transformés en pâte à papier dans des usines de Normandie. Martin O’Brien écrit que « La principale matière première des fabriques de papier a été, jusqu’à leur remplacement par la pâte de bois, les chiffons. Ces derniers étaient nécessaires pour les manufactures car ils permettent l’enchevêtrement des fibrilles de la cellulose – or les chiffons de coton et de lin offraient à cette fabrication un très bon apport de fibres de bonne longueur »14.

Quatrième étape : transformation en pâte à papier

  • 15 Yannick Lecherbonnier, « Du moulin à l'usine. La production de papier dans le Perche », Cahier des (...)
  • 16 Philippe Dupré, « Évolution du Patrimoine Industriel de la Vallée de L'Orbiquet », Annales de Norma (...)
  • 17 Tim Barrett et alii, “Background, European Paper Making Techniques, 1300-1900”, Paper Through Time, (...)

16Les roues des moulins à papier de Normandie et de Bretagne étaient actionnées par les rivières des étroites vallées rurales de la région. Yannick Lecherbonnier fait état de telles usines pour la fin du xvie siècle dans le Perche, en Basse Normandie15. Philippe Dupré note qu’en 1723 la vallée de l’Orbiquet à elle seule comptait vingt-sept moulins16. Ils produisaient une gamme variée de papiers pour le dessin, les lettres, les cartes de jeu. La Normandie était en effet renommée pour sa production de papier de haute qualité. Tim Barrett explique, à l’aide d’une illustration de l’Encyclopédie de Diderot, 1752-1765, qu’au début du xviiie siècle, les chiffons recueillis étaient utilisés à grande échelle, triés en premier lieu par des femmes et jeunes filles travaillant dans des remises, qui enlevaient les boutons et les épingles, déchiraient ou coupaient les vêtements à la main, triant les restes par niveau de qualité. Les chiffons étaient ensuite rouis dans l’eau (c’est-à-dire qu’ils pourrissaient dans un processus naturel de fermentation et de ramollissement) pendant une longue période, et blanchis à certaines étapes du processus. Timothy Barrett confirme que « La matière première principale pour la fabrication du papier, avant d’être remplacée par la pâte de bois, était les chiffons. Les chiffons étaient nécessaires à la production du papier parce que celle-ci consiste à faire adhérer des fibres de cellulose – les chiffons en coton et en lin constituent une excellente source de fibres assez longues pour fabriquer du papier »17.

  • 18 Lecherbonnier, art. cit., p. 260 et p. 269.

17L’étape suivante consister à frapper ces débris à l’aide de marteaux en bois, pendant plusieurs heures, pour produire une pâte qui était ensuite blanchie, séchée et roulée sous forme de papier. Dans les années 1850, les machines à vapeur introduites dans les grandes fabriques menacèrent les usines rurales, qui commencèrent à fermer régulièrement. Lecherbonnier donne l’exemple d’une usine moderne, celle d’Abadie, ouverte en 1866 à Thiel-sur-Huisne dans le Perche (Orne) ; elle était connue pour la fabrication de papier à cigarettes et utilisait des processus de fabrication plus modernes. Dans les années 1950 son activité était en déclin et elle ferma également en 197518.

  • 19 Dupré, art. cit., p. 225.

18À partir d’environ 1875, la Normandie connut une demande parallèle de déchets de laine destinés à la fabrication de textiles de qualité grossière, processus qui atteignit un niveau industriel. Dans la vallée de l’Orbiquet, et plus exactement dans la région de Lisieux, à la fin du xixe siècle, une méthode développée en Angleterre faisant usage de déchets de laine, de soie ou de coton était utilisée pour produire un tissu de laine dit « Renaissance » ; il était tissé seul ou mélangé avec de la laine pure et du coton neuf. Le tissu ainsi produit était de qualité moins élevée mais coûtait également moins cher que les tissus en laine pure19.

19Ces deux industries déclinèrent régulièrement dans la deuxième moitié du xxe siècle.

Cinquième étape : des détritus indésirables (vers 1955-2010)

20Dans les années 1950, quand les usines à papier et de textile fermèrent leurs portes en grand nombre, le marché du chiffon s’effondra. Notre dépôt en Normandie doit avoir été abandonné à cette époque et les vêtements furent abandonnés au pourrissement parce qu’ils n’avaient plus de valeur commerciale pour qui que ce soit. Les vêtements faisant partie de notre collection n’ont jamais été transportés jusqu’à l’entrepôt d’une usine à papier ou de textile afin d’être recyclés, et n’ont évidemment pas été triés. Comme on l’a vu, la pile contenait toujours des corsets élastiques avec des bretelles intactes, et les boutons étaient toujours fixés aux chemisiers, robes et pantalons – ces accessoires auraient tous été enlevés au premier stade du processus de triage de chiffons. Dans les années 1950, ce dépôt de vêtements, d’un point de vue économique, ne valait même plus l’effort et le coût d’être déplacé. Les vêtements devinrent des détritus industriels indésirables. Leur seule utilité était désormais de nourrir les rats.

Sixième étape : résurrection et transformation en mode « miteux chic »

  • 20 E-mail de Lois Davidson à l’auteur, 30 janvier 2015.

21Environ soixante ans plus tard, notre dépôt a été découvert et les droits de prélèvement sur le stock furent achetés auprès du fermier notamment par un collectionneur et revendeur anglais en patrimoine architectural du Sussex. Vers 2010, ce dernier cherchait sans doute, parmi d’autres objets, dans les brocantes et fermes normandes, des meubles, des céramiques et des textiles de style « shabby chic » (« miteux chic ») pour les revendre dans son grand entrepôt d’articles d’occasion. Ces pièces sont populaires comme décorations intérieures dans les cafés et pubs anglais et dans certaines maisons, surtout dans le sud de l’Angleterre. Lois Davidson se souvient que la famille « permit aux revendeurs d’acheter le contenu de la grange et de revenir de temps à autre pour trier et extraire d’autres objets. Les vêtements étaient empilés dans de larges ballots qui étaient à la fois souillés et infestés de rats – c’était apparemment un sale et difficile boulot de fouiller là-dedans et de récupérer ce qu’ils pouvaient! »20.

  • 21 L’auteur a vu les vêtements provenant du dépôt de chiffons pour la première fois lors d’une petite (...)

22L’essentiel, ici, est que la potentielle valeur commerciale de ces vêtements ait été repérée. Ils ont rapidement été recyclés pour accroître cette valeur – non en France, mais en Angleterre. Un nouveau processus de transformation commençait donc, parce que ces guenilles répondaient à des valeurs culturelles entièrement nouvelles – celles du vêtement vintage. Leur caractère grossier, rural, et leur état de loques, étaient maintenant appréciés par les designers de mode et de textiles21 qui s’en inspiraient, par exemple pour créer les modèles jeunes du street style. Évidemment, ils étaient d’abord désinfectés, probablement en les lavant à l’eau chaude dans des machines à laver modernes avant d’être parfumés, afin d’enlever la saleté et les odeurs, les microbes et les virus des rats, les excréments d’oiseaux. Une fois mis en vente, sur les marchés vintage internationaux ou à des studios de design, ils avaient acquis un intérêt commercial certain. Alexandra Palmer et Hazel Clark, dans des ouvrages cités plus haut, ont identifié les multiples réseaux du marché de la mode vintage.

23Brighton, dans le Sussex, est une station balnéaire connue pour son ambiance de contre-culture, ses multiples boutiques d’entraide et ses comptoirs de mode vintage indépendants et excentriques. Ce réseau a permis une étude significative du processus de réutilisation de jeans et de vestes en denim endommagés. En juillet 2015, dans une des nombreuses boutiques de bienfaisance du quartier délabré de London Road, la Croix Rouge vendait des jeans d’occasion usés, avec des trous aux genoux, à moins d’une livre. Chez Gypsy and Wolf, le magasin à la mode, branché et « contre-culture », se trouvant tout près sur Sydney Street, rue très tendance, des jeans semblables en denim déchiré se vendaient à 45 £. Dans la même rue encore, en août 2016, des vestes en denim artificiellement usées étaient en vente à 10£ (fig. 9), tandis qu’à quelques pas de là, toujours chez Gypsy and Wolf, des vestes françaises d’occasion en denim, usées, coûtaient 50 £. Gypsy and Wolf, considérée comme une des meilleures boutiques vintage en Grande-Bretagne par le magazine Company, vendait également en 2015 des blouses blanches en coton sergé dont un laboratoire chimique s’était débarrassé – tachées, éclaboussées, discrètement trouées, lavées et repassées – également à 50£. Certains des vêtements de notre dépôt normand se retrouvent désormais dans de pareilles boutiques et dans cette une gamme de prix.

Fig 9 : Shorts de femme, artificiellement usés, £ 10, Primark, Brighton, avril 2015

Photographie de l’auteur

  • 22 Conversations avec l’auteur, Marché de Spitalfields, Whitechapel, Londres, juillet 2015.
  • 23 “At Richard and Cosmo Wise's Shop”, Spitalfields Life, 28 octobre 2011. http://spitalfieldslife.com (...)
  • 24 Adam D. Mendelsohn, The Rag Race, How Jews sewed their way to success in America and the British Em (...)

24Deux acquéreurs de notre dépôt de chiffons, Richard Rags et son fils Cosmo Wise, sont à l’origine de la troisième collection que nous avons identifiée plus haut, qu’ils ont achetée directement dans la grange, en Normandie. Ils sont propriétaires à Hackney, dans l’est de Londres, d’un vaste entrepôt de vêtements vintage, comprenant des pièces provenant de notre dépôt de chiffons : chemisiers à 30 £, jupes, pantalons et vestes en denim pour hommes, à 100 £, vendus à côté de modèles de boro sashiko japonais. Les plus belles pièces de ces patchworks japonais, en coton indigo imprimé, savamment cousues, usées et rapiécées, sont maintenant élevées au rang d’objets d’art et se vendent parfois à plusieurs milliers de livres dans les galeries d’art. Richard Rags en offre des versions moins chères dans son grand stand du marché de Spitalfields, à côté des articles venus du dépôt normand. Il les vend à des acteurs et à de jeunes gens appartenant aux courants de la contre-culture, qui affluent vers ce quartier de Londres22. Il fait aussi des affaires dans les immenses marchés vintage de Boston et de Los Angeles23. Même si le stand de Richard Rags à Spitalfields propose encore des pièces qui peuvent passer pour usées, on constate avec une ironie quelque peu teintée d’amertume qu’aujourd’hui ses clients n’ont plus rien à voir avec ceux qui vendaient et achetaient dans les mêmes rues il y a 150 ans. L’est de Londres était connu, depuis le milieu du xixe siècle jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, pour être un quartier défavorisé où l’on trouvait un vaste trafic de vêtements d’occasion tenu par des immigrants juifs24. De nos jours, alors que Londres étale sa grande richesse par ses nouveaux gratte-ciel en verre, que les vieilles rues sont peuplées de nouvelles pâtisseries françaises, de magasins de chaussures coûteux et de tailleurs sur mesure, les clients de ces boutiques d’occasion ne sont plus des pauvres mais plutôt une classe moyenne jeune, branchée et internationale.

25Cette appropriation du vêtement de travail dans une perspective de contre-culture, par des artistes ou des intellectuels de la classe moyenne, s’affichant dans une adaptation personnelle des vêtements de leurs égéries et leurs héros de la classe ouvrière, a déjà une longue histoire. On connaît les exemples, en Angleterre, de William Morris au milieu du xixe siècle, en blouse bleue, d’Augustus John portant des vêtements gitans au début du vingtième siècle, de la société bohémienne de Londres dans les années 1930, et il y en a bien d’autres. À la fin des années 1960 on a vu apparaître les vêtements hippy venus de Californie et, à la fin des années 1980 et 1990, les modèles vintage et grunge ont été commercialisés à l’échelle internationale. Cette mode n’a plus quitté les podiums depuis.

  • 25 “Calvin Klein, Tommy Hilfiger and Ralph Lauren Embrace American to Close Fashion Week”, Daily News, (...)

26Au début des années 1990 la « pauvreté chic » a en effet rejoint le monde de la couture avec la collection Printemps-été « Grunge » de Marc Jacobs, pour Perry Ellis en 1993, et les créations Xuly Bex à Paris en 1994, pour ne nommer que ces deux exemples. Les créateurs de mode ont adopté les styles chiffon et boro sashiko, inclus dans leurs créations de prêt-à-porter haut de gamme. En juillet 2015, nous avons personnellement aperçu au 127 Brick Lane, à Londres, dans une boutique parmi les plus branchées, des pantalons en coton indigo superbement rapiécés par Yohji Yamamoto, se vendant à 2350 £. Le même été, des jeans décolorés par Philipp Plein se vendaient 1018 £. Un long manteau indigo rapiécé pour hommes, conçu par Junya Watanabe pour Comme des Garçons, se vendait 1940 £ en août 2016. Ralph Lauren, de son côté, s’est inspiré de l’histoire américaine pour ses récentes collections « hobo chic » (chic vagabond). Sa collection « Dust Bowl » présentée à la New York Fashion Week en septembre 2009 a été un grand succès pour la marque. D’après le programme du défilé, Lauren s’est inspiré du « personnage de l’ouvrier américain » ayant travaillé durant la Grande Dépression. Sa « salopette réparée en denim Polo » pour femmes se vendait à 245£ en 2015, avec une entaille verticale effilochée exposant le genou droit, telle que présentée dans sa collection en 200925.

  • 26Armani bans sandblasted jeans”, Clean Clothes Campaign, 14 septembre 2011, https://archive.cleancl (...)
  • 27 Jack Crone, “Secret footage shows how factory workers in China use controversial methods linked to (...)

27Bien entendu, les déchirures et les traces d’usure de tous ces vêtements de designers sont entièrement fausses. Ils ne montrent évidemment aucune marque de dents de rats, aucune saleté réelle, aucun effilochage causé par le travail manuel. Le seul travail dur qu’ils peuvent évoquer est celui des ouvriers qui les ont fabriqués dans des ateliers et des usines du monde entier. Ces travailleurs courent en effet des risques sanitaires liés aux substances chimiques utilisées pour le blanchiment et le sablage des tissus, afin de créer une apparence usée : ces substances mènent à la silicose des poumons. Les risques sont encore aujourd’hui réels même si des progrès ont été réalisés. Armani, Levi’s, Gucci et d’autres grands firmes de la mode n’utilisent plus ces méthodes, après qu’elles aient été contestées pendant plusieurs années par la campagne Clean Clothes26. Pourtant, en 2015, Jack Crone remarqua dans MailOnline : « Des travailleurs en Chine utilisaient toujours des méthodes de production controversées repérées par des douzaines de décès dans la fabrication de jeans pour Abercrombie and Fitch et American Eagle »27.

  • 28 Grant McCracken, “Who is the Celebrity Endorser ? Cultural Foundations of the Endorsement Process”, (...)

28Sur ses pages de ventes en ligne d’articles féminins, la ligne « Polo » de Ralph Lauren en 2016 vantait son jean « à l’usure originale, clair délavé », au prix de 78 £, avec des trous placés au hasard et une étoffe usée jusqu’à la corde. Cette mode perdure et elle est encouragée par les célébrités. Définies en 1989 par Grant McCracken comme « toute(s) personne(s) bénéficiant de notoriété et l’utilisant pour promouvoir un produit de consommation en apparaissant publiquement avec celui-ci », celles-ci ont également créé une émulation dans la consommation de produits artificiellement abîmés28. Certaines stars multimillionnaires, telles que Brad Pitt et Johnny Depp, ont joué un rôle dans cette tendance en se faisant photographier par les paparazzi en portant de tels vêtements.

29On retrouve encore cette « pauvreté chic » jouant de l’usure artificielle, dans l’Angleterre d’aujourd’hui, en se tournant vers les chaînes de magasins de mode courante. En 2015-2017 les exemples de ce style abondent. En 2016 des jeans gris H&M avec de pudiques trous aux genoux, coûtaient 30 £ et des shorts très usés se vendaient 10£ chez Primark (fig. 9), pour ne donner que deux exemples. Une boutique de mode populaire en ligne, « Pretty Little Things », offrait 48 modèles différents de jeans filiformes, troués, usés, de style « pauvre chic », en bleu, noir et blanc, coûtant chacun 28 £ en 2016. Les modèles variaient entre le pudique « Kendall Black Knee Rip Mom Jean », avec deux petites déchirures discrètes sur chaque genou, et le « Skylare Mid Wash Linear Rip Low Rise Boyfriend Jean », modèle plus audacieux comportant dix-huit entailles horizontales, les unes au-dessus des autres, sur toute la longueur des deux jambes, du haut de la cuisse jusqu’aux chevilles, passant d’une couture latérale à l’autre et montrant plus de jambe que de tissu. Ces modèles sont désormais répandus, et bien des gens personnalisent sans doute leurs vêtements de cette manière. (fig. 10) La popularité de ce style persiste en 2017, avec des exemples encore plus extrêmes de destruction, de perçage et d’entaillage. Il est remarquable que pendant l’été 2017 ce look ait été adopté par de jeunes hommes tel Lewis Hamilton, pilote international de course, connu pour son élégance, qui apparut à la télévision en octobre 2017 vêtu d’une élégante veste design et de jeans largement troués aux genoux.

Fig. 10 : Quatre jeans, photographiés dans la rue, Brighton, août 2016

Photographies de l’auteur

Conclusion : mascarade et « vacances de classe »

30Les six étapes de vie des vêtements issus de notre dépôt de chiffons débutèrent dans des familles de d’ouvriers ruraux normands entre 1890 et 1955. Les rapiéçages soigneusement cousus sur les habits qu’elles troquèrent avec les biffins, avant que ceux-ci ne soient abandonnés dans une grange, témoignaient de la pauvreté et de l’économie, du sens pratique et de la patience des femmes qui achetaient et réparaient sans relâche ces vêtements. Neufs, ils étaient les supports des valeurs personnelles et collectives de décence et de respectabilité, une mode quotidienne commune au groupe et, même largement rapiécés, ils étaient encore utiles en tant que vêtements de travail.

31Leur signification culturelle aujourd’hui est complètement différente dès lors qu’ils sont copiés et vendus. Il faut souligner encore que les vêtements de la « pauvreté chic » à la mode sont toujours artificiellement usés et salis. Ceux du dépôt de chiffons que nous avons étudiés ont été désinfectés juste assez pour être portés par des jeunes gens branchés et non conformistes faisant leur shopping au marché de Spitalfields, mais ils ne seront jamais assez nettoyés pour être portés dans l’univers de la mode conventionnelle, que ce soit par les millionnaires ou les clients de chez Primark.

  • 29 Karen Bettez Halnon, “Poor Chic, The Rational consumption of Poverty”, Current Sociology, juillet 2 (...)

32Karen Bettez Halnon, en 2002, a finement défini la mode internationale de la « pauvreté chic » comme un processus « d’adoption d’identités superficielles et temporaires (...), un genre de vacances de classe » et « une activité distinctive de classe, qui permet de contrôler la crainte d’un déclin vers la pauvreté en la consommant comme une expérience commerciale de courte durée, sécuritaire, assainie, et socialement distanciée »29. C’est aussi une manière de se dissimuler en public derrière une apparence de pauvreté. Ces vêtements sont souvent trouvés dans des garde-robes contenant des vêtements non usés.

33En 2016-17, la passion pour les jeans déchirés a triomphé. Désormais portés par les hommes et les femmes, ces jeans sont taillés à la verticale à la longueur de la cuisse ou du mollet, de larges trous carrés ont été coupés aux genoux et les vestes sont elles aussi déchirées et trouées.

34Il reste une histoire à ajouter. Durant l’Amazon Fashion Week à Tokyo le 18 octobre 2017, la collection Printemps-été de la marque Thibaut a fourni un exemple extrême mais logique de toute cette évolution : un mannequin portant des « jeans » qui ne consistaient en rien d’autre que des bandes de denim avec des coutures, à la ceinture, de chaque côté du corps, sur les poches et les ourlets, sans tissu entre elles, ne révélant qu’un dessous du genre string30. Ce cas dépasse les « vacances de classe ». C’est une parodie complice, ironique, qui constitue l’aboutissement de ce cycle de mode. Il est très loin des vêtements de travail du passé, portés par des travailleurs pauvres ayant besogné dans les fermes de Normandie et du Japon, ou ceux qui ont été portés pendant la période de pauvreté du dust bowl américain. Halnon conclut, comme je le fais aussi, que les modes et tendances pauvre chic, telles celles qui ont été décrites dans cet article, se moquent de la pauvreté de façon stylisée et ludique. Cette mascarade, par l’entremise de la mode, est une forme de divertissement qui est, et a toujours été, en effet, une des forces motrices de l’univers de la mode.

Haut de page

Notes

1 Roger Silverstone, “The Medium is the Museum: On objects and logics in times and spaces”, in R. Miles & L. Zavala (eds.), Towards the Museum of the Future, Londres and New York, Routledge, 1994, pp. 163-175.

2 Margaret Maynard, Dress and Globalisation, Manchester, Manchester University Press, 2014 ; Lucy Norris, Recycling Indian Clothing, Global Context of Reuse and Value, Indiana, Indiana University Press, 2010 ; Alexandra Palmer and Hazel Clark, Vintage Whores and Vintage Virgins: Second Hand Fashion in the Twenty-first Century, London, Bloomsbury, 2005 ; Karen Tranberg Hansen, Salaula. The World of Second Hand Clothing and Zambia, Chicago, The University of Chicago Press, 2000.

3 University of Brighton Dress History Teaching Collection, no 408.05.

4 Ibid. no 408. 08.

5 Fred Davies, Fashion, Culture and Identity, Chicago, Chicago University Press, 1994, p. 9 et 205.

6 Jules Prown, Mind in Matter: an introduction to material culture theory and method, Winterthur Portfolio (vol, 17. 1982), p. 7.

7 Igor Kopytoff, “The Biography of Things”, in Arjun Apparadurai, The Social Life of Things, Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 66-67.

8 Mrs Robert Henrey, Madelaine, Young Wife, Londres, J.M. Dent, 1960, p. 33.

9 Lou Taylor, The Study of Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2002, Chapitre 5.

10 Jean-Pierre Lethuillier, Des Habits et Nous, Vêtir nos identités, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 133.

11 Lou Taylor, The Study of Dress History, Manchester, Manchester University Press, 2002, Chapitre 6.

12 University of Brighton Dress History Teaching Collection, no 408. 07.

13 « Veste de Travail », vers 1945, (no 994.47.1 Musée de Bretagne), dans Jean Pierre Lethuillier, op. cit., p. 154.

14 Martin O'Brien, A Crisis of Waste, Understanding the Rubbish Society, Londres, Routledge 2008, p. 58.

15 Yannick Lecherbonnier, « Du moulin à l'usine. La production de papier dans le Perche », Cahier des Annales de Normandie, 1992, Volume 24, n° 1, p. 256. http://www.persee.fr/doc/annor_0570-1600_1992_hos_24_1_4088, consulté le 25 août 2016.

16 Philippe Dupré, « Évolution du Patrimoine Industriel de la Vallée de L'Orbiquet », Annales de Normandie, 1982, Vol. 32, no. 3, p. 2. Persée: http://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1982_num3_5490, consulté le 27 août 2016.

17 Tim Barrett et alii, “Background, European Paper Making Techniques, 1300-1900”, Paper Through Time, Nondestructive Analysis of 14th through 19th century Paper’, Iowa; University of Iowa, 2012. http://paper.lib.uiowa.edu, consulté le 23 août 2016. « L’usage judicieux du rouissage est la raison principale de l’apparence et des qualités au toucher des meilleurs papiers à livres anciens » (sans numéro de page).

18 Lecherbonnier, art. cit., p. 260 et p. 269.

19 Dupré, art. cit., p. 225.

20 E-mail de Lois Davidson à l’auteur, 30 janvier 2015.

21 L’auteur a vu les vêtements provenant du dépôt de chiffons pour la première fois lors d’une petite rencontre de jeunes designers de mode/textiles et de collectionneurs et revendeurs de vêtements vintage à Brighton en 2013, qui s’étaient réunis pour consulter la collection de Lois Davidson comme source d’inspiration. Merci à Susan Bishop pour l’invitation à cette réunion. Lois Davidson fait affaire sous le nom de “Morgaine Le Fey, Antique Textile.”

22 Conversations avec l’auteur, Marché de Spitalfields, Whitechapel, Londres, juillet 2015.

23 “At Richard and Cosmo Wise's Shop”, Spitalfields Life, 28 octobre 2011. http://spitalfieldslife.com/2011/10/28/at-richard-cosmo-wises-shop/

24 Adam D. Mendelsohn, The Rag Race, How Jews sewed their way to success in America and the British Empire, New York, New York University Press, 2015, Chapitre 1.

25 “Calvin Klein, Tommy Hilfiger and Ralph Lauren Embrace American to Close Fashion Week”, Daily News, Lifestyle, 18 septembre 2009. http://www.nydailynews.com/life-style/fashion/calvin-klein-tommy-hilfiger-ralph-lauren-embrace-americana. Consulté le 31 août 2016.

26Armani bans sandblasted jeans”, Clean Clothes Campaign, 14 septembre 2011, https://archive.cleanclothes.org/news/armani-bans-sandblasting.html. Consulté le 25 août 2016.

27 Jack Crone, “Secret footage shows how factory workers in China use controversial methods linked to dozens of deaths to make jeans for Abercrombie and Fitch and American Eagle Outfitters” Mailonline, 14 mars 2015. https://www.google.co.uk/?gws_rd=ssl#q=+Jack+Crone+noted+in+MailOnline+. Consulté le 31 août 2016.

28 Grant McCracken, “Who is the Celebrity Endorser ? Cultural Foundations of the Endorsement Process”, Journal of consumer Research, Vol. 16, n° 3, (décembre. 1989), pp. 310-321.

29 Karen Bettez Halnon, “Poor Chic, The Rational consumption of Poverty”, Current Sociology, juillet 2002, Vol. 50, n° 4, p. 501 et 513.

30 https://www.youtube.com/watch?v=LdiZCfEFqsw. Merci à Marie McLoughlin.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits University of Brighton Dress History Teaching Collection n°364.05
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Crédits University of Brighton Dress History Teaching Collection n°364.05
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Crédits University of Brighton Dress History Teaching Collection, n°408.08
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Crédits Musée Bernard d'Agascie, Niort, n°. 943.2.12. Avec nos remerciements pour l’utilisation de cette image
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Crédits Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits University of Brighton Dress History Teaching Collection, n°408.07
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Crédits Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Crédits Photographies de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lou Taylor, « Les multiples vies d’un dépôt de chiffons de Normandie (1900-1955) : de la ferme, au dépôt, à la « pauvreté chic » »Apparence(s) [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2177

Haut de page

Auteur

Lou Taylor

Professeur émérite à l’Université de Brighton
lt73@brighton.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search