Skip to navigation – Site map

Aux sources de l’art des tailleurs et des couturières de l’époque moderne (xvie au xviiie siècle) : des traités d’époque aux relevés contemporains

Sébastien Passot

Abstracts

This article offers a selection of the different books on the cut and construction of secular garments from the 16th century to the end of the 18th. It will cover firstly tailors’ pattern books, both handwritten and printed, written for the journeymen’s education. Then we will see how the modern publications started mainly as guide books destined to the costume makers and evolved into more academic research.

Top of page

Full text

1La toute première fonction d’un vêtement est d’être porté. Cette problématique essentielle ne doit pas être oubliée au cœur de musées de mode où ne nous restent que les enveloppes des corps qui les ont habitées. Il apparaît donc essentiel, pour transmettre au public une idée qui soit la plus juste possible de ces habits, tel qu’ils ont pu être portés, de saisir au mieux la façon dont ils sont taillés et fabriqués.

2Les pièces vestimentaires qui nous sont parvenues ne sauraient à elles seules être suffisantes pour saisir une histoire globale de la mode de l’époque à laquelle elles appartiennent. Les collections de la Renaissance et du xviie siècle sont extrêmement lacunaires, beaucoup plus riches pour le xviiie siècle mais, en grande majorité, les habits qui sont conservés ne concernent qu’une toute petite partie de la population.

  • 1 The School of Historical Dress est une institution fondée à Londres en 2009 par Jenny Tiramani, San (...)
  • 2 « Content, cut and construction, context » discours d’introduction de Jenny Tiramani, en préambule (...)

3Selon les méthodes de recherche en application à la School of Historical Dress1, la bonne compréhension du vêtement ne peut être pleinement satisfaisante qu’en appliquant la méthodologie d’étude des « quatre C » : Contenu, Coupe Construction & Contexte 2.

4Les deux premiers points ont été largement développés dans les nombreuses publications traitant de l’histoire de la Mode à l’époque moderne : description détaillée des pièces vestimentaires et évolution de la silhouette, analyse des pratiques et enjeux socio-économiques, étude approfondie de l’histoire et des techniques des textiles, etc. L’approche matérielle des vêtements-mêmes par une étude plus poussée de leur coupe et de leur fabrication occupe une place très minoritaire et, nous le verrons, assez récente lorsqu’il s’agit d’ouvrages d’analyse scientifiques.

  • 3 Cecilia Aneer, « Tailored Criticism: The Use of Renaissance and Baroque Garments as Sources of Info (...)
  • 4 C’est notamment le cas de l’ouvrage, souvent recommandé, de Ninya Mikhaila, Jane Malcom-Davies, The (...)

5Nous souhaitons présenter une sélection des ouvrages les plus importants dans le domaine, tant pour leur contenu que pour des raisons historiques. Ils se révèleront indispensables au chercheur qui souhaiterait utiliser les vêtements comme sources directes, s’il n’a que peu ou pas de connaissances techniques. Ils lui permettront notamment de prendre toutes les précautions requises dans l’observation, parfois complexe, de ces pièces3. Nous verrons l’évolution du contenu des publications modernes, d’abord plutôt destinées aux peintres et costumiers, ces derniers en restant sans doute les plus grands lecteurs, puis allant vers une plus grande rigueur scientifique dans la connaissance des vêtements anciens et des techniques utilisées pour leur fabrication. Précisons néanmoins que notre recherche ne concerne pas le domaine militaire. De même, nous avons volontairement écartés certains livres destinés exclusivement à la fabrication de costumes de scène ou intéressant la reconstitution : ils ne nous paraissent pas pertinents car ne ils ne s’appuient que partiellement sur les sources anciennes, et sont souvent complétés par des techniques modernes ne convenant pas à la réalité des périodes historiques4.

I. L’aube de la modernité : les premiers livres de tailleurs

I.1 De rares livres de corporations

6Au xvie siècle, la coupe avait atteint une assez grande complexité en raison de la sophistication de la silhouette, créée par le développement du vêtement ajusté, lui-même apparu au xive siècle avec les pourpoint, jaque et doublet. Les tailleurs réunis en guildes ou corporations aux règles strictes ont eu le souci de transmettre leur savoir-faire qui nous est parvenu sous forme de livres de chefs-d’œuvre. Il s’agit de manuscrits destinés à l’enseignement des compagnons, rédigés et conservés par la guilde des maîtres tailleurs. Seuls ceux-ci pouvaient couper, les apprentis n’ayant que le droit de coudre les pièces. En effet, la coupe était et est toujours la tâche considérée comme la plus ardue et la plus prestigieuse au sein d’un atelier. Ne dit-on pas d’ailleurs couramment d’un habit qu’il est « mal taillé » ou « mal coupé » et non pas « mal cousu » ?

  • 5 L’aune de Paris mesure par exemple 118,84 cm. Pierre Portet, « La mesure de Paris » dans, Les ancie (...)

7Avant même ces considérations essentielles sur le bien-aller d’un vêtement, c’est un souci d’économie qui motive la maîtrise de la coupe avec l’agencement judicieux des pièces du patron sur le tissu, celui-ci étant, de manière générale, beaucoup plus onéreux et précieux à l’époque qu’il ne l’est à l’heure actuelle. Une difficulté supplémentaire surgit avec la largeur des lés qui sont tout à fait différents selon les matériaux et les qualités de tissage, et requièrent de solides aptitudes en calcul pour adapter la quantité d’étoffe selon les patrons. On représente généralement ceux-ci inscrits dans une certaine largeur de tissu, avec une proposition de placement économique, certaines pièces se chevauchant, ce qui impliquait nécessairement le rajout de pièces rapportées. Avant l’apparition et la généralisation du système métrique, les calculs se faisaient systématiquement sous forme de fractions, utilisées pour mesurer le tissu en largeur et longueur. À partir de l’unité de base, l’aune ou ses variantes (bara castillane, braccia florentine, etc.), dont la longueur différait d’un pays, d’une région, d’une ville à l’autre, on se servait donc de divisions en demi, tiers, quart, sixième, huitième, voire plus5.

  • 6 Plusieurs articles et ouvrages leurs sont consacrés, en particulier Ingeborg Petrascheck- Heim, Fig (...)
  • 7 Martin Šimša, Knihy krejčovských střihů v českých zemích v 16. až 18. století /Tailor's (...)
  • 8 Karen Christie, Quirinus Reichen, Dasq Schnittmusterbuch von Salomon Erb, « Livre des Chefs d’Œuvre (...)
  • 9 Irena Turnau, History of dress in Central and Eastern Europe from the sixteenth to the eighteenth c (...)
  • 10 Ottó Domonkos, A magyarországi céhes szabók mintakönyvei 1630-1838, Budapest, Magyar Nemzeti Múzeum (...)
  • 11 Alessandra Molfino Mottola (éd.), A Tailor’s Book from the Fondazione Querini Stampalia in Venice, (...)

8Plusieurs dizaines de livres manuscrits nous sont parvenus, conservés dans les archives, depuis la première moitié du xvie siècle jusqu’au xviiie siècle, tantôt des originaux, propriété personnelle de tailleurs, annotés et aux patrons esquissés rapidement ; certains recopiés et coloriés avec soin, parfois bien plus tardivement, par des scribes attentifs au service de la guilde. Ils sont quasiment tous rédigés en allemand, provenant majoritairement de villes situées aujourd’hui en Allemagne du sud et Autriche6, République Tchèque7 et Slovaquie mais aussi en Suisse8 ou Pologne9 ; d’autres encore proviennent de Hongrie10 et, pour l’Italie, nous connaissons un livre ayant appartenu entre 1555 et 1580 à un tailleur milanais11. À notre connaissance, il n’existe pas de tel manuscrit, déjà connu ou étudié, en ce qui concerne la France. Il est important de noter que tous ces manuscrits ne contiennent pas d’instructions spécifiques quant aux techniques de confection mais concernent uniquement la coupe et les quantités d’étoffes nécessaires.

Fig. 1 Couverture d’un livre de tailleur polonais du milieu du XVIe conservé au LACMA (AC1992.243.1), milieu du 16e siècle

Polish Tailor’s Cutting Guide. Germany, Breslau, mid-16th century. (LACMA, AC1992.243.1) © https://collections.lacma.org/​node/​173816

9Le nombre et la diversité des patrons sont variables, on trouve aussi bien des vêtements civils masculins (robe, manteau, haut-de-chausses, pourpoint puis culotte et justaucorps) que féminins (jupe, robe, corps baleiné), qui ne font pas tous partie des chefs-d’œuvre requis. S’y ajoutent de façon quasi-systématique des habits ecclésiastiques (chape, chasuble, dalmatique, coule de moine) ; mais aussi des caparaçons de chevaux pour la joute, des drapeaux ou des tentes. Il s’agit donc de sources indispensables pour connaître toute l’étendue des coupes possibles, en particulier pour la Renaissance et surtout pour le costume féminin, où les pièces matérielles sont rares.

  • 12 Katherine Barich, Marion McNealy, Drei Schnittbücher: Three Austrian Master Tailor Books of the 16t (...)

10L’examen de maître-tailleur, détaillé notamment dans des livres autrichiens12, requiert la maîtrise du tracé des vêtements usuels, le placement le plus économique du patron dans le lé, l’adaptation de la quantité et du type de tissu aux usages et lois somptuaires en vigueur, la connaissance des largeurs de tissu les plus courantes. Enfin, la confection de plusieurs chefs-d’œuvre, allant d’une douzaine au double selon les villes, vient conclure cet examen. Ces livres sont donc de véritables manuels d’enseignement destinés à l’usage exclusif des tailleurs, bien qu’ils ne contiennent pas d’instructions concernant l’adaptation d’un patron en fonction d’une morphologie spécifique.

I.2 Les premiers traités de tailleurs imprimés

  • 13 Juan de Alcega, Libro de Geometría, Pratica y Traça, Madrid, Guillermo Drouy impr., 1580.
  • 14 Juan de Alcega, trad. Jean Pain, Cecilia Bainton, Tailor’s Pattern Book 1589, facsimile edition, Be (...)

11C’est en Espagne, qu’est publié, en 1580, le premier traité imprimé sur l’art de la coupe, le Libro de Geometría de Juan de Alcega13. Ce castillan, « maître de la profession de tailleur »14, s’est appliqué à documenter et compiler les informations utiles à l’exercice du métier, dans l’esprit qui caractérise les nombreux essais scientifiques et philosophiques de la Renaissance, avec l’espoir que son ouvrage puisse servir le plus grand nombre.

  • 15 Dans la réalité c’est bien l’économie qui prévaut et il n’est pas rare d’observer des pièces coupée (...)

12Son ouvrage se divise en trois parties. Tout d’abord des tables de conversion afin de connaître les équivalences de longueur entre un tissu d’une grande largeur réduit à un lé de plus petite dimension. Viennent ensuite cent-trente-deux planches de patrons de vêtements masculin, féminins, ecclésiastiques, caparaçons et drapeaux, proposant des dispositions différentes selon la taille du vêtement mais aussi selon les différents lés, le type d’étoffe (velours dont il faut respecter le sens du poil, damas ou façonnés dont il faut raccorder les motifs15), le tout agrémenté de conseils sur la coupe et parfois l’assemblage des pièces. Enfin, une dernière partie propose des tableaux qui permettent de déterminer sans calcul la quantité de tissu nécessaire selon la longueur d’un vêtement (jupes, robes et manteaux) en fonction du lé.

Fig. 2 Planche de coupe issue du Libro de Geometría de Juan de Alcega, Espagne, 1580

Juan de Alcega, Libro de Geometría, Pratica y Traça, Madrid, Guillermo Drouy impr., 1580. New York, Metropolitan Museum of Art, 4.17 © https://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​344686

  • 16 On ignore si lui-même connaissait les livres de guildes visiblement si répandus dans l’est de l’Eur (...)
  • 17 Cependant l’un des deux reconnaît ne pas savoir lire : les tailleurs n’étaient donc pas tous lettré (...)
  • 18 Diego de Freyle, Geometría y traça para el Oficio de los Sastres, Séville, Fernando Diaz impr, 1588
  • 19 Baltasar Segovia en 1617 ; Francisco de la Rocha Burguen en 1618 ; Martin de Anduxar en 1640 ; Juan (...)
  • 20 Notons le travail récent d’un tailleur américain qui s’appuie sur ces ouvrages espagnols afin d’en (...)

13Cet ouvrage, qu’Alcega considère lui-même comme novateur et sans équivalent en Espagne16, reçoit non seulement l’approbation des maîtres tailleurs de la Cour d’Espagne qui jugent de son utilité potentielle pour les apprentis17, mais doit connaître un succès certain puisqu’une réimpression est accordée en 1589. Il est impossible de savoir si l’ouvrage se retrouve, selon son souhait, dans les ateliers de ses contemporains plutôt que dans les bibliothèques de lettrés curieux, en tout cas l’initiative fait des émules et, en 1588, est publié un recueil très similaire18. La mode se poursuit dans la première moitié du xviie siècle avec pas moins de trois traités savants sur la coupe espagnole et un dernier, au début du xviiie siècle19, tous avec des contenus fort semblables20.

  • 21 Benoît Boullay, Le Tailleur Sincère, contenant les moyens pour bien pratiquer toutes sortes de pièc (...)
  • 22 Pour une analyse plus approfondie de l’aspect philosophique et savant de ce traité, Dinah Ribard, « (...)

14Il faut attendre 1671 pour voir paraître le premier ouvrage français sous la plume d’un tailleur d’habit du Faubourg Saint-Germain, Le Tailleur Sincère21. Son auteur, Benoît Boullay, avec quarante ans d’expérience, entend, avec humilité, faire profiter de son savoir pour le bien public22. Son propos est destiné non seulement aux apprentis mais également aux clients qui douteent de l’honnêteté de leur tailleur quant aux quantités d’étoffes requises ; il vise enfin à faciliter la mesure du tissu par les marchands. Comme toujours, ce sont la qualité des tracés géométriques et le souci d’économie qui priment. On trouve une liste détaillée des différentes mesures des draps de laine et étoffes de soie communément utilisées. Viennent ensuite les patrons d’une centaine de pièces de vêtements, uniquement pour homme, dont il a dû faire sa spécialité, habits civils comme cléricaux. L’auteur prévoyant la possibilité d’avoir « différentes longueurs et grosseurs » d’habits, plusieurs planches sont proposées pour un même vêtement, disposé dans des lés divers.

15Un petit recueil séparé, un « racourcy », présente quelques pièces spécifiques suggérées comme chefs-d’œuvre pour les apprentis, avec une méthode de tracé détaillée. Les ouvrages comme le manteau royal, la robe du Grand Turc ou l’habit de pauvre sont là pour faire preuve de toute la diversité du talent que doit acquérir un maître tailleur : ainsi ne sont pas proposés dans ce deuxième volume les habits communs que les apprentis ont tout loisir de pratiquer au quotidien.

  • 23 Roslin, Le Tarif des marchands fripiers, tailleurs, tapissiers, couturiers, et autres personnes qui (...)
  • 24 On imagine en effet la difficulté à calculer le prix de « 21 aunes 15/16 d’étoffe à 15 livres 18 so (...)

16Contrairement à ses prédécesseurs espagnols, Le Tailleur Sincère ne comprend pas de tables de conversions des longueurs de tissus. Ce n’est qu’en 1734 qu’un tel volume vit le jour, Le Tarif des Marchands Fripiers23, traité fort savant rédigé par M. Roslin, expert-comptable, écrivain juré et enseignant, contenant non seulement le détail des aunages utilisés en France, de multiples tables de correspondances entre longueurs de tissus de différentes largeurs, mais aussi les bases de calculs arithmétiques et l’explication de règles complexes pour définir le prix d’une étoffe24.

  • 25 François-Alexandre Pierre de Garsault, Art du Tailleur, contenant le Tailleur d’Habits d’Hommes ; l (...)
  • 26 Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Paris, Imprimerie Royale, 1722, p.114.

17Ces deux ouvrages sont tous les deux cités par le chevalier de Garsault dans l’ouvrage fondamental rédigé pour les Descriptions des Arts et Métiers, l’Art du Tailleur, publié en 176925. Il mentionne également le brevet d’invention en 1720 d’une coupe de justaucorps en 6 pièces par le sieur Cay26, maître tailleur à Paris, qui ne semble pas avoir fait l’objet d’une publication approfondie.

  • 27 Il avait fallu attendre 1675 pour que soit légalement reconnu le statut de maîtresse couturière, au (...)
  • 28 Benoît Boullay notait déjà l’importance de la prise de mesure et l’observation non seulement de la (...)

18N’étant pas tailleur de profession, Garsault avait collecté les informations nécessaires auprès de spécialistes dans leurs domaines, tant tailleurs que couturières, nommés dans son avant-propos27. Mettant de côté les questions de coupe, jusque-là seules dignes de publication, Garsault a été le premier à s’attarder avec précision sur les techniques concrètes de confection des vêtements masculin et féminin. Après avoir expliqué la prise de mesure à l’aide d’un ruban de papier sur lequel sont faites des encoches28 et passant très rapidement sur la question du tracé des patrons (il conseille d’avoir un stock de papier en différentes tailles), il développe pour chaque pièce toutes les étapes de fabrication : coupe du tissu, entoilage, points de couture adéquat, repassage, essayage et retouches, etc. Seize planches gravées présentent la disposition des pièces sur le tissu mais aussi une rapide évolution de la mode, ou les différents points de couture utilisés par les tailleurs.

Fig. 3 Planche 5 de l’Art du Tailleur de Garsault

in François-Alexandre Pierre de Garsault, Art du Tailleur, contenant le Tailleur d’Habits d’Hommes ; les Culottes de Peau ; le Tailleur de Corps de Femmes et Enfants : la Couturière ; & la Marchande de Modes, Paris, Saillant et Desaint, 1769, planche 5. Paris, BnF : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k108876j/​f69.item © http://digital.bunka.ac.jp/​kichosho/​file/​No.225/​225-0000-038.jpg

  • 29 Maurice Daumas, René Tresse, « La Description des Arts et Métiers de l’académie des Sciences et le (...)

19Il s’agit réellement d’un ouvrage documentaire sur le travail quotidien des artisans de la couture mais il n’est pas à proprement parler un manuel à l’attention des apprentis : leur longue formation en atelier leur permettait d’aborder ces questions auprès de leur maître. De même, l’ouvrage n’est en aucun cas utile à quelque dilettante souhaitant se former lui-même, les règles strictes des corporations sous l’Ancien Régime ne permettant absolument pas ce genre d’initiatives. Il s’agit d’un ouvrage à vocation scientifique, qui s’inscrit dans une longue tradition de documentation des arts et métiers en France, commandée originellement par Colbert à l’Académie royale des Sciences29.

  • 30 Sur ces derniers l’ouvrage du sieur Reisser, Avis important au sexe, ou Essai sur les corps baleiné (...)
  • 31 Charles-Joseph Panckoucke, Encyclopédie Méthodique, Manufacture, arts et métiers, Volume 2, partie (...)

20Bien que le texte soit relativement clair et compréhensible pour un lecteur possédant quelques bases de couture, les explications de Garsault sont parfois frustrantes pour quiconque voudrait s’en servir aujourd’hui comme guide pour de la reconstitution historique ; tel point de détail est expliqué de manière insistante et répétitive tandis que l’auteur passe un peu rapidement sur certaines étapes essentielles. Il s’agit néanmoins d’un témoignage précieux étant donné qu’il constitue la seule source contemporaine décrivant de manière approfondie et exhaustive les moyens de fabrication de vêtements masculins, que l’on peut ensuite retrouver dans l’étude d’habits conservés. Sans le savoir, Garsault ouvrait ainsi la voie à de multiples ouvrages de coupe-couture publiés à partir du xixe siècle. Ce travail fondamental servira en grande partie de base pour la rédaction de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en 1771 et son Supplément en 1779, notamment l’article « Tailleur », où le texte initial est synthétisé ; les planches sont reprises mais elles diffèrent des originales et sont parfois enrichies, comme pour les corps à baleines30. On retrouve également une partie du texte dans les reprises de l’Encyclopédie Méthodique31.

II. Vers une documentation scientifique de l’art de la coupe à l’époque moderne

II.1 Histoires du costume et premiers relevés

  • 32 « Il travaillait si bien, imitait si parfaitement toutes choses que chaque fois que je vois une piè (...)

21Les historiens du costume se sont intéressés très tôt aux questions de coupe. Ils sont souvent issus de milieux artistiques, à l’instar de Jules Quicherat (1814-1882), ou peintres eux-mêmes comme Carl Köhler (1825-1876) ou Maurice Leloir (1853-1940). Les artistes sont en effet les premiers à rassembler un grand nombre de costumes qu’ils copient pour leurs illustrations et tableaux historicisants. Faisant régulièrement appel à des costumiers pour combler les lacunes de leurs collections, ils mélangeaient allègrement pièces véritables, souvent retouchées, et reproductions se voulant le plus fidèle possible, souvent faites à partir de matériaux anciens. Il n’est donc pas étonnant de voir que ces premiers ouvrages s’adressent en priorité à ces artisans du spectacle, comme le célèbre Clootens32, qui avaient besoin d’une documentation solide sur laquelle s’appuyer pour leurs reconstitutions. Ces dernières se retrouvant parfois aujourd’hui dans les collections de musées, on saisit toute l’importance de savoir porter un regard technique juste sur elles, afin d’identifier clairement leur degré d’authenticité, l’observation de la silhouette générale ou la datation d’un tissu étant insuffisantes.

  • 33 Carl Köhler, Emma von Sichart, Praktische Kostümkunde in 600 Bildern und Schnitten, F. Bruckmann, M (...)

22Le peintre Carl Köhler est vraisemblablement le premier à avoir insisté sur l’importance de la coupe pour la compréhension du vêtement, en joignant à ses écrits une quantité non négligeable de patrons, dessinés dans le style simplifié et géométrique caractéristique des ouvrages de tailleurs du xixe siècle. Son travail33 ne sera cependant publié qu’en 1926, cinquante ans après sa disparition, édité et amplement complété de photographies de vêtements réels issus de grandes collections allemandes, souvent portés par des modèles vivants !

  • 34 M. Leloir, art. cit., p.170-171
  • 35 Françoise Tétart-Vittu, Notice biographique sur Maurice Leloir, INHA, 2009.
  • 36 Maurice Leloir, Histoire du costume de l'Antiquité à 1914. T.VIII à XII, Paris, H. Ernst, 1933-1949

23Dès sa première exposition au Musée des Arts Décoratifs en 1909, Maurice Leloir soutient l’idée qu’un vêtement ne peut non seulement être compris en le voyant porté mais aussi en se familiarisant avec sa coupe, ce à quoi pouvait servir les restitutions. « À côté du vêtement porté et complet, il faudrait pouvoir montrer le même vêtement accroché, étalé, et y joindre son patron. C’est ainsi que nous comptons faire quand nous serons à même d’organiser un musée du costume »34. Il travaille aussi au début des années 1930 avec Jacques Ruppert sur le projet, qui restera inabouti, d’un centre d’enseignement lié au musée dont il rêve tant35. Ses cinq volumes de l’Histoire du Costume36 sont fortement marqués par une observation directe des pièces anciennes, avec une description minutieuse de celles-ci. On y retrouve plusieurs planches de patrons, certains relevés des collections de la S.H.C ou de musées étrangers comme le Victoria & Albert Museum, le grand musée londonien dédié aux arts décoratifs et à la mode. Pour d’autres, l’origine reste assez floue et ce ne sont peut-être que des propositions à l’attention des costumiers de théâtre. Les initiatives de Leloir seront sans lendemain immédiat, il fallut attendre plusieurs décennies avant que le monde des musées ne s’intéresse de nouveau aux questions de coupe et de construction.

II.2 Une science en devenir : relevés méthodiques à partir des collections muséales

  • 37 Norah Waugh, Corsets and crinolines, New York, Theatre Art Books, 1954.
  • 38 Norah Waugh, The Cut of Men's Clothes: 1600-1914, New York, Theatre Art Books, 1964; Norah Waugh, T (...)

24Les premières vraies recherches et publications documentées de patrons relevés sur des pièces muséales apparurent dans les années 1950 sous la plume de deux universitaires britanniques, enseignantes dans le domaine du théâtre et de la création de mode et de costume. Il s’agit de Norah Waugh et de Janet Arnold. La première publie tout d’abord une étude des structures modifiant la silhouette féminine37 puis deux tomes, dont l’un est posthume, sur les patrons des vêtements féminins et masculins38, du xviie au début du xxe siècle. Assortis de résumés historiques et de nombreuses références littéraires, les patrons sont clairs bien qu’un peu schématiques ; toutefois ils ne comportent presque aucune indication sur la façon dont les pièces sont assemblées et ne sont pas exempts d’erreurs. Ces trois ouvrages sont néanmoins toujours aujourd’hui de solides références pour les costumiers du monde entier.

  • 39 Janet Arnold, Patterns of Fashion vol. 1 : Englishwomen's Dresses c. 1660-1860, Londres, Wace, 1964 (...)

25Avec le premier volume des Patterns of Fashion39 paru en 1964, Janet Arnold s’illustre en véritable pionnière de la recherche véritablement scientifique sur le vêtement ancien. A côté de dessins d’une grande qualité montrant parfois l’habit sous différents angles, les patrons réduits à l’échelle 1/8 sont inscrits dans un quadrillage en pouce qui facilite la lecture des mesures, des notes manuscrites comblent les espaces vides, indiquant tous les détails de confection de la pièce : caractéristique des tissus, types de couture employés, entoilages et renforts, modifications possibles etc. Les deux volumes les plus récents sont enrichis de multiples références iconographiques (peintures, gravures) et de photographies de détails des costumes (en couleur pour le dernier volume seulement, l’éditeur s’y étant refusé jusque là).

Fig. 4 Dessins et patron par Janet Arnold du pourpoint et haut-de-chausses conservé au Museo Parmigianino de Reggio Emilia

In J. Arnold, Patterns of Fashion vol. 3: The cut & construction of clothes for men and women c.1560-1620, London, MacMillan, 1985, 23 b et 23 c. © The School of Historical Dress

  • 40 À titre d’exemple, on estime à ce jour que le premier volume de Patterns of Fashion s’est vendu à p (...)
  • 41 Nancy Bradfield, Costume in detail, 1730-1930, Londres, Dobby Publishing, 1981.
  • 42 Janet Arnold, « List of publications », Costume Journal, 34, Londres, Maney Publishing, 2000, p. 3- (...)
  • 43 Jenny Tiramani, « Janet Arnold’s Patterns of Fashion », Costume Journal, 49-2, Londres, Maney Publi (...)

26Ces livres sont clairement rédigés d’abord à l’attention des étudiants de mode et de théâtre. Ils sont par ailleurs considérés aujourd’hui comme les ouvrages de référence pour les costumiers du monde entier40, souvent utilisés avec le très utile livre de Nancy Bradfield41 explorant des robes de collections anglaises sous toutes leurs coutures, extérieures comme intérieures, sous la forme de croquis et notes crayonnées. Néanmoins, la volonté de Janet Arnold était aussi de pouvoir être utile à tous les chercheurs et scientifiques et elle publia de nombreux articles approfondis dans des revues spécialisées telles que Waffen-und Kostümkunde et Costume42, deux sources incontournables pour leurs articles concernant l’habillement, avec à chaque fois des études techniques assorties de relevés de patrons. C’est aujourd’hui à l’équipe de The School of Historical Dress, légataire de ses archives, qu’est revenue la tâche de poursuivre la publication inachevée de ses travaux43, toujours dans l’optique de servir le plus grand nombre, passionnés, costumiers, historiens et personnel scientifique des musées.

27Il convient de mentionner enfin les travaux hélas quelque peu oubliés, faute de publication, entrepris par l’universitaire américaine Blanche Payne, dès les années 1930, avec des relevés très détaillés de vêtements traditionnels d’Europe de l’Est44, ainsi que quelques pièces d’Europe occidentale concernant la période moderne qui seront, elles, publiées au sein d’une histoire du costume en 196545.

  • 46 Ellen Andersen, Danske Dragter, Moden I 1700-årene, Copenhague, Nationalmuseet, 1977 ; Ellen Anders (...)
  • 47 Dorothy K. Burnham, Cut my cote, Royal Ontario Museum, Toronto, 1973. Plus récemment Gail Cariou, M (...)

28La dernière étape de cette « scientifisation du propos » a été la documentation des collections par les équipes des musées mêmes, conservateurs et restaurateurs. Les premières tentatives avaient été faites dès les années 70 avec la publication de patrons, dans le même esprit que ceux de Janet Arnold ou Blanche Payne, publiés par le musée national du Danemark par Ellen Andersen46 ou au Canada par le Royal Ontario Museum.47

  • 48 Ce musée à ciel ouvert situé en Virginie propose aux visiteurs de se replonger aux origines des Éta (...)
  • 49 Linda Baumgarten, John Watson, Florine Carr, Costume Close-Up: Clothing Construction and Pattern 17 (...)
  • 50 Linda Baumgarten, What Clothes Reveal, The Language of Clothing in Colonial and Federal America, Ne (...)
  • 51 Britta Hammar, Pernilla Rasmussen, Kvinnligt Mode Under Två Sekel, Lund, Signum, 2001.

29À la fin des années 1990 et au début des années 2000, on peut noter le travail important mené par Linda Baumgarten et ses équipes de Colonial Williamsburg48. Un premier volume49 fut consacré à une sélection de tous les éléments composant la garde-robe masculine et féminine au xviiie siècle, des dessous aux couvre-chefs : ces vingt-cinq patrons sont accompagnés de notices détaillées sur la construction, et de schémas explicatifs très pédagogiques, présentant des aspects jusque-là inédits, comme par exemple l’agencement précis des plis du justaucorps. S’ensuivit un ouvrage notable50 sur le vêtement au xviiie siècle, décryptant toutes les informations que peuvent nous transmettre ces témoins du passé sur leur histoire : par leur examen détaillé il est possible d’en tirer de précieuses informations historiques, sociales et économiques, selon les étoffes employées, l’habileté du tailleur ou de la couturière, la morphologie et la posture de la personne portant le vêtement, les possibles altérations et réutilisations dans les siècles suivants (bal masqué, théâtre, etc.). Des travaux similaires ont été poursuivis de manière fort rigoureuse, à la même époque, par Brita Hammar et Pernilla Rasmussen, sur les collections du xviiie et du début du xixe siècle de l’université de Lund, s’attachant à documenter précisément les techniques de travail des artisans suédois51, à l’attention d’un lectorat scientifiquement informé – ou très amateur de couture ! – et non plus seulement pour du costume de scène.

  • 52 Plus particulièrement Mechtild Flury-Lemberg, Textile Conservation and Research, Schriften der Abeg (...)
  • 53 Johannes Pietsch, Karen Stolleis, Kölner Patrizier- und Bürgerkleidung des 17. Jahrhunderts. Die Ko (...)
  • 54 Cette rigueur scientifique sera appliquée à l’analyse de deux chamarres des collections de Munich, (...)
  • 55 Thessy Schoenholzer Nichols, Valeria David, Emanuela Micucci, L’ultima veste, gli abiti delle mummi (...)

30Pour la qualité de l’analyse et la présentation des résultats, il faut louer les récentes publications de conservation-restauration éditées par la fondation Abbegg52, en particulier celle des travaux de Johannes Pietsch sur la collection du musée de Darmstadt53. La formation initiale de modéliste du conservateur munichois est sans doute pour beaucoup dans la précision et l’exhaustivité de ses patrons. Les méthodes des tailleurs allemands y sont décryptées très en détail, jointes à l’analyse complète des matériaux, au service d’une restauration optimale de pièces parfois très endommagées et d’un mannequinage se voulant le plus adapté54. Néanmoins ces ouvrages, sans diffusion « grand public » et au tarif plutôt élevé, s’adressent avant tout à la communauté scientifique. Mentionnons également les travaux de recherche de Thessy Schoenholzer Nichols sur les vêtements et textiles italiens, souvent issus d’un contexte archéologique. On notera en particulier le travail qu’elle a consacré aux « momies » populaires du xviiie siècle, qui a bénéficié d’une publication, certes peu diffusée mais accessible55.

  • 56 Susan North, Jenny Tiramani, Seventeenth-Century Women's Dress Patterns: Book 1 & Book 2, London, V (...)

31Pour finir, l’interprétation sans doute la plus complète est celle proposée ces dernières années sur les collections du xviie siècle du Victoria & Albert Museum. La collaboration entre la conservatrice Susan North, la créatrice de costumes Jenny Tiramani et son équipe de costumiers-chercheurs (forts de près de vingt ans d’expérience en reconstitution historique exigeante pour la scène et les musées) a donné le jour à trois ouvrages56 où tous les aspects du vêtement sont couverts : contexte historique, avec des comparaisons iconographiques et textuelles ; contenu de l’objet avec analyse des matériaux, radiographies, photos détaillées extérieures et intérieures ; coupe présentée à travers des patrons reproduisant chaque couche et la moindre pièce de matière ; construction via une gamme de montage illustrée pas à pas et enfin reconstruction de l’objet, essentielle pour la confirmation des théories avancées. L’ambition de ces ouvrages est de proposer aux chercheurs l’équivalent de plusieurs semaines d’observation en réserve sur des objets fragiles, et de fournir aux costumiers et aux amateurs pratiquant la reconstitution historique un guide qui soit le plus précis et détaillé possible, sans équivalent jusqu’ici.

Fig. 5 Première page du patron du corps baleiné rose vers 1660-80 par Luca Costigliolo, Victoria and Albert Museum, T.14&A-1951

in Susan North, Jenny Tiramani, Seventeenth-Century Women's Dress Patterns: Book 2, p.88 © The School of Historical Dress

32Ainsi que nous avons pu le voir, la publication des patrons et la documentation des techniques de confection sont des sources essentielles de connaissances, souvent méconnues, utiles en complément des sources textuelles et iconographiques. Elles nous permettent une meilleure compréhension non seulement de l’objet en lui-même mais également de la personne pour qui il a été conçu ; elles informent enfin sur celle, celui ou ceux, qui l’ont fabriqué. Les premiers patrons manuscrits ont été conçus initialement comme des documents de travail par les corporations de tailleurs, puis les premières publications imprimées de l’époque moderne se sont tournées vers un milieu plus intellectuel. Les relevés modernes, souvent réalises par des enseignants du monde du théâtre, ont été aux costumiers d’indispensables sources pour pratiquer leur métier. Le contenu de ces ouvrages s’est peu à peu enrichi avec l’implication des équipes muséales, responsables de collections et restaurateurs, afin d’approfondir toujours plus cette science à part entière.

Top of page

Notes

1 The School of Historical Dress est une institution fondée à Londres en 2009 par Jenny Tiramani, Santina Levey et Vanessa Hopkins, sur l’héritage de l’historienne Janet Arnold (voir partie II.2). Elle privilégie une étude de la mode par une approche concrète des vêtements, approfondie par le contexte historique, lors de sessions de cours, conférences, colloques et publications scientifiques.

2 « Content, cut and construction, context » discours d’introduction de Jenny Tiramani, en préambule du deuxième Janet Arnold Study Day, le 23 janvier 2016, cette doctrine fut appliquée au programme de cette journée d’étude, entièrement consacrée à une robe de velours du xviie siècle conservée dans les collections du Victoria & Albert Museum.

3 Cecilia Aneer, « Tailored Criticism: The Use of Renaissance and Baroque Garments as Sources of Information », dans Dressing the Past, éd. par M. Gelba, C. Munkholt et M. L. Nosch, Oxford, Oxbow Books, 2008, p.98-114 ; Alexandra Kim, Ingrid Mida, The Dress Detective, A Practical Guide to Object-based Research in Fashion, Londres, Bloomsbury Academic, 2015. Notons aussi un site internet très complet mis en place par l’ICOM depuis 2013, Clothes Tell Stories : working with costumes in museums.

4 C’est notamment le cas de l’ouvrage, souvent recommandé, de Ninya Mikhaila, Jane Malcom-Davies, The Tudor Tailor, techniques and patterns for making historically accurate period clothing, Batsford, 2006. Malgré une introduction historique de qualité, le cœur de l’ouvrage est souvent problématique. Il présente parfois des formes de vêtements sans aucun rapport avec les vraies techniques de coupe observées au xvie siècle, en dépit de ce qu’annonce son sous-titre, mais très influencées par des méthodes modernes. En comparaison, le récent guide pas à pas de Lauren Stowell, Abby Cox, The American Duchess Guide to 18th Century Dressmaking, How to Hand Sew Georgian Gowns and Wear Them with Style, Page Street Publishing Co, 2017, est beaucoup plus rigoureux sur le plan historique, tant pour les patrons proposés que pour les techniques de confection montrées en détail.

5 L’aune de Paris mesure par exemple 118,84 cm. Pierre Portet, « La mesure de Paris » dans, Les anciennes mesures locales du Bassin Parisien et du Nord, d'après les tables de conversion, éd. par P. Charbonnie, Institut d'études du Massif Central, Université Blaise Pascal, 2008, p.12-18.

6 Plusieurs articles et ouvrages leurs sont consacrés, en particulier Ingeborg Petrascheck- Heim, Figurinen nach alten Schnittbüchern, Linz, 1968 et Ingeborg Petraschek-Heim, «Die Meisterstückbüeher des Schneiderhandwerks in Innsbruck», Veröffentlichungen des Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum, Innsbruck, 1970, p.159-218.

7 Martin Šimša, Knihy krejčovských střihů v českých zemích v 16. až 18. století /Tailor's pattern books in the Czech lands in the 16th-18th centuries, Strážnice, Národní ústav lidové kultury, 2013. Un ouvrage bilingue tchèque/anglais, publiant pas moins de 11 livres de chefs-d’œuvre rédigés entre 1501 et 1797. Les livres étant parfois recopiés à des époques plus tardives, on retrouve souvent des modèles déjà passés de mode depuis plusieurs décennies. Il est difficile d’évaluer si ces-derniers étaient néanmoins toujours considérés comme des chefs-d’œuvre possibles pour l’examen ou s’ils étaient copiés pour cultiver la mémoire d’un savoir-faire ancestral.

8 Karen Christie, Quirinus Reichen, Dasq Schnittmusterbuch von Salomon Erb, « Livre des Chefs d’Œuvres de la Maistrise des Tailleurs de Berne, 1730 », Berne, Bernisches Historisches Museum, 2000.

9 Irena Turnau, History of dress in Central and Eastern Europe from the sixteenth to the eighteenth century, Varsovie, Institute of the History of Material Culture Polish Academy of Sciences, 1991.

10 Ottó Domonkos, A magyarországi céhes szabók mintakönyvei 1630-1838, Budapest, Magyar Nemzeti Múzeum, 1991.

11 Alessandra Molfino Mottola (éd.), A Tailor’s Book from the Fondazione Querini Stampalia in Venice, Modène, Edizoni Panini, 1987.

12 Katherine Barich, Marion McNealy, Drei Schnittbücher: Three Austrian Master Tailor Books of the 16th Century, Nadel und Faden Press, 2015. Cet ouvrage récent, avec une traduction anglaise systématique facilitant l’appréhension des sources, est clairement destiné au public le plus large, notamment aux groupes de reconstitution historique.

13 Juan de Alcega, Libro de Geometría, Pratica y Traça, Madrid, Guillermo Drouy impr., 1580.

14 Juan de Alcega, trad. Jean Pain, Cecilia Bainton, Tailor’s Pattern Book 1589, facsimile edition, Bedford, Ruth Bean, Carlton 1979, p.13.

15 Dans la réalité c’est bien l’économie qui prévaut et il n’est pas rare d’observer des pièces coupées tête bêche dans du velours (comme les godets de la robe de velours ciselé du V&A 178-1900) ou des pièces dont les motifs ne sont aucunement symétriques.

16 On ignore si lui-même connaissait les livres de guildes visiblement si répandus dans l’est de l’Europe.

17 Cependant l’un des deux reconnaît ne pas savoir lire : les tailleurs n’étaient donc pas tous lettrés, même si les nombreux livres manuscrits personnels sont la preuve qu’un certain nombre devaient l’être, outre la maîtrise de l’arithmétique indispensable aux calculs complexes des mesures.

18 Diego de Freyle, Geometría y traça para el Oficio de los Sastres, Séville, Fernando Diaz impr, 1588.

19 Baltasar Segovia en 1617 ; Francisco de la Rocha Burguen en 1618 ; Martin de Anduxar en 1640 ; Juan de Albayceta en 1720. Pour une synthèse sur les livres de tailleur espagnols voir Ruth de la Puerta Escribano, « Los tratados del arte del vestido en la España moderna », Archivo Español de Arte, Vol 74, N° 293, 2001, p.45-65. Voir également le catalogue de l’exposition organisée en 2015 à la Biblioteca Nacional de España, De la geometría a los pespuntes.

20 Notons le travail récent d’un tailleur américain qui s’appuie sur ces ouvrages espagnols afin d’en tirer des manuels de tracés détaillés qui se veulent respectueux des méthodes anciennes. Mathew Gnagy, The Modern Maker Vol. 2: Pattern Manual 1580-1640, CreateSpace, 2018.

21 Benoît Boullay, Le Tailleur Sincère, contenant les moyens pour bien pratiquer toutes sortes de pièces d'ouvrage pour les habits d'hommes, et la quantité des estoffes qu'il y doit entrer en chaque espèce […],Paris, Antoine de Raffle impr., 1671.

22 Pour une analyse plus approfondie de l’aspect philosophique et savant de ce traité, Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : travail et philosophie, xviie-xixe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2010/3 (65e année), p. 715-742.

23 Roslin, Le Tarif des marchands fripiers, tailleurs, tapissiers, couturiers, et autres personnes qui veulent se faire faire des habits ou meubles [...], Paris, Antoine de Heuqueville impr., 1734.

24 On imagine en effet la difficulté à calculer le prix de « 21 aunes 15/16 d’étoffe à 15 livres 18 sols et 3 deniers l’aune »... (réponse : 349 livres, 1 sol, 7 deniers 5/16).

25 François-Alexandre Pierre de Garsault, Art du Tailleur, contenant le Tailleur d’Habits d’Hommes ; les Culottes de Peau ; le Tailleur de Corps de Femmes et Enfants : la Couturière ; & la Marchande de Modes, Paris, Saillant et Desaint, 1769. Il avait été précédé en 1767 de l’Art du Perruquier et sera suivi en 1771 de l’Art de la lingerie.

26 Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Paris, Imprimerie Royale, 1722, p.114.

27 Il avait fallu attendre 1675 pour que soit légalement reconnu le statut de maîtresse couturière, autorisée à confectionner tout vêtement féminin, à l’exclusion du corps de robe et du bas de robe, réservés aux seuls tailleurs. Clare Haru Crowston, Fabricating women, The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham & Londres, Duke University Press, 2001.

28 Benoît Boullay notait déjà l’importance de la prise de mesure et l’observation non seulement de la morphologie mais aussi de la posture du client, déterminante pour la coupe.

29 Maurice Daumas, René Tresse, « La Description des Arts et Métiers de l’académie des Sciences et le sort de ses planches gravées en taille douce », dans Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, tome 7, n°2, 1954, p.163-171.

30 Sur ces derniers l’ouvrage du sieur Reisser, Avis important au sexe, ou Essai sur les corps baleinés, Lyon, 1770, contient plusieurs chapitres détaillés sur la confection des corps baleinés, rédigés à l’attention des apprentis, qui apportent des informations complémentaires au texte de Garsault.

31 Charles-Joseph Panckoucke, Encyclopédie Méthodique, Manufacture, arts et métiers, Volume 2, partie 1, Paris, 1784. On y trouve également plusieurs articles inédits sur la coupe et fabrication d’articles de mode notamment aux entrées « coutière » pour les robes et « boursier » pour les paniers, bouffants et culs.

32 « Il travaillait si bien, imitait si parfaitement toutes choses que chaque fois que je vois une pièce de costume antérieure au dix-huitième siècle en bon état, je me méfie et m’imagine que Clootens a passé par là » : Maurice Leloir, « A propos de la première exposition de costumes anciens », Bulletin de la Société d’Histoire du Costume, Tome Premier 1907-1909, Paris, Leroy, 1910, p.167.

33 Carl Köhler, Emma von Sichart, Praktische Kostümkunde in 600 Bildern und Schnitten, F. Bruckmann, Munich, 1926. Traduit sous le titre de A History of Costume, with Over 600 Patterns and Illustrations, G. Harrap and Company, 1928.

34 M. Leloir, art. cit., p.170-171

35 Françoise Tétart-Vittu, Notice biographique sur Maurice Leloir, INHA, 2009.

36 Maurice Leloir, Histoire du costume de l'Antiquité à 1914. T.VIII à XII, Paris, H. Ernst, 1933-1949.

37 Norah Waugh, Corsets and crinolines, New York, Theatre Art Books, 1954.

38 Norah Waugh, The Cut of Men's Clothes: 1600-1914, New York, Theatre Art Books, 1964; Norah Waugh, The Cut of Women's Clothes 1600-1930, New York, Theatre Art Books, 1970.

39 Janet Arnold, Patterns of Fashion vol. 1 : Englishwomen's Dresses c. 1660-1860, Londres, Wace, 1964. Janet Arnold, Patterns of Fashion vol. 2 : Englishwomen's Dresses c. 1860-1940, Londres, MacMillan, 1966 ; Patterns of Fashion vol. 3 : The cut & construction of clothes for men and women c. 1560-1620, Londres, MacMillan, 1985. Janet Arnold, Jenny Tiramani, Santina Levey, Patterns of Fashion vol. 4 : The Cut and Construction of Linen Shirts, Smocks, Neckwear, Headwear and Accessories for Men and Women c. 1540 – 1660, Londres, MacMillan, 2008.

40 À titre d’exemple, on estime à ce jour que le premier volume de Patterns of Fashion s’est vendu à plus de quarante-mille exemplaires.

41 Nancy Bradfield, Costume in detail, 1730-1930, Londres, Dobby Publishing, 1981.

42 Janet Arnold, « List of publications », Costume Journal, 34, Londres, Maney Publishing, 2000, p. 3-6.

43 Jenny Tiramani, « Janet Arnold’s Patterns of Fashion », Costume Journal, 49-2, Londres, Maney Publishing, 2015, p. 186-197. Le dernier ouvrage publié : Janet Arnold, Jenny Tiramani, Luca Costigliolo, Armelle Lucas, Sébastien Passot, Johannes Pietsch, Patterns of Fashion 5: The content, cut, construction and context of bodies, stays, hoops and rumps c. 1595 to 1795, Londres, The School of Historical Dress, 2018. Les prochains volumes seront consacrés à la mode masculine au XVIIe siècle, au vestiaire féminin en Europe au xviiie siècle, à la Renaissance italienne aux xve et xvie siècle.

44 Guide to Blanche Payne papers 1930-1981.

45 Blanche Payne, History of Costume: From the Ancient Egyptians to the Twentieth Century, New York, Harper & Row, 1965.

46 Ellen Andersen, Danske Dragter, Moden I 1700-årene, Copenhague, Nationalmuseet, 1977 ; Ellen Andersen, Danske Dragter, Moden1790-1840, Copenhague, Nyt Nordisk Forlag Arnold Busck, 1986 ; Viben Bech, Danske dragter, Moden 1840-1890, Copenhague, Nyt Nordisk Forlag Arnold Busck, 1989.

47 Dorothy K. Burnham, Cut my cote, Royal Ontario Museum, Toronto, 1973. Plus récemment Gail Cariou, Man's Coat 1730-1750 & Lady's Gown 1730-1770: A Visual Guide to cut and construction, Ottawa, 1995-1997.

48 Ce musée à ciel ouvert situé en Virginie propose aux visiteurs de se replonger aux origines des États-Unis au xviiie siècle avec un site mêlant des maisons historiques et reconstitutions, où évoluent des animateurs en costumes qui proposent une vision aussi authentique que possible de la vie et des métiers au moment de l’Indépendance américaine.

49 Linda Baumgarten, John Watson, Florine Carr, Costume Close-Up: Clothing Construction and Pattern 1750-1790, The Colonial Williamsburg Foundation, 1999. A noter un autre ouvrage sur une collection américaine paru l’année précédente : Sharon Ann Burnston, Fitting & proper: 18th century clothing from the collection of the Chester County Historical Society, Chester, Village Green Press, 1998.

50 Linda Baumgarten, What Clothes Reveal, The Language of Clothing in Colonial and Federal America, New Haven & Londres, Yale University Press, 2002.

51 Britta Hammar, Pernilla Rasmussen, Kvinnligt Mode Under Två Sekel, Lund, Signum, 2001.

52 Plus particulièrement Mechtild Flury-Lemberg, Textile Conservation and Research, Schriften der Abegg-Stiftung, vol. VII, Berne, Abegg-Stiftung, 1988 et Bettina Niekamp, Agnieszka Wos Jucker, Das Prunkkleid des Kurfürsten Moritz von Sachsen (1521-1553) in der Dresdner Rüstkammer. Dokumentation – Restaurierung – Konservierung, Riggisberg, Abegg-Stiftung, 2008.

53 Johannes Pietsch, Karen Stolleis, Kölner Patrizier- und Bürgerkleidung des 17. Jahrhunderts. Die Kostümsammlung Hüpsch im Hessischen Landesmuseum Darmstadt, Riggisberg, Abegg-Stiftung, 2008.

54 Cette rigueur scientifique sera appliquée à l’analyse de deux chamarres des collections de Munich, déterminant que l’une est originale du xvie siècle et la seconde une bonne copie du xixe. Johannes Pietsch, Zwei Schauben aus dem Bayerischen Nationalmuseum München. Ein Beitrag zur Kostümforschung, Munich, Siegl, 2004.

55 Thessy Schoenholzer Nichols, Valeria David, Emanuela Micucci, L’ultima veste, gli abiti delle mummie di Monsampolo del Tronto, Communi di Monsampolo del Tronto, La Congrega, 2015.

56 Susan North, Jenny Tiramani, Seventeenth-Century Women's Dress Patterns: Book 1 & Book 2, London, V&A Publishing, 2011 & 2012. Melanie Braun, Luca Costigliolo, Susan North, Claire Thornton, Jenny Tiramani, 17th-Century Men’s Dress Patterns, 1600-1630, Londres, Thames & Hudson, 2016.

Top of page

Polish Tailor’s Cutting Guide. Germany, Breslau, mid-16th century. (LACMA, AC1992.243.1) © https://collections.lacma.org/​node/​173816
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2203/img-1.jpg
image/jpeg, 284k
Juan de Alcega, Libro de Geometría, Pratica y Traça, Madrid, Guillermo Drouy impr., 1580. New York, Metropolitan Museum of Art, 4.17 © https://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​344686
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2203/img-2.jpg
image/jpeg, 56k
in François-Alexandre Pierre de Garsault, Art du Tailleur, contenant le Tailleur d’Habits d’Hommes ; les Culottes de Peau ; le Tailleur de Corps de Femmes et Enfants : la Couturière ; & la Marchande de Modes, Paris, Saillant et Desaint, 1769, planche 5. Paris, BnF : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k108876j/​f69.item © http://digital.bunka.ac.jp/​kichosho/​file/​No.225/​225-0000-038.jpg
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2203/img-3.jpg
image/jpeg, 72k
In J. Arnold, Patterns of Fashion vol. 3: The cut & construction of clothes for men and women c.1560-1620, London, MacMillan, 1985, 23 b et 23 c. © The School of Historical Dress
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2203/img-4.jpg
image/jpeg, 68k
in Susan North, Jenny Tiramani, Seventeenth-Century Women's Dress Patterns: Book 2, p.88 © The School of Historical Dress
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2203/img-5.jpg
image/jpeg, 163k
Top of page

References

Electronic reference

Sébastien Passot, « Aux sources de l’art des tailleurs et des couturières de l’époque moderne (xvie au xviiie siècle) : des traités d’époque aux relevés contemporains », Apparence(s) [Online], 9 | 2019, Online since 15 February 2019, Connection on 14 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2203

Top of page

Author

Sébastien Passot

Costumier (tant reconstitution historique que costumes de scène) et assistant de recherche pour The School of Historical Dress
sebastien.passot@gmail.com ; Instagram & Facebook @thesinceretailor [comptes professionnels]

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page