Skip to navigation – Site map

Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental

Jean-Pierre Lethuillier

Full text

1Ce numéro d’Apparence(s) rassemble quelques-unes des communications du colloque organisé en mai 2015, Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental, à l’initiative du GIS Apparences, Corps et Sociétés (Acorso). Cette réunion de trois jours, où les discussions, parfois vives, toujours riches, ont permis une utile confrontation d’idées, s’est tenue à Paris, au Musée des Arts Décoratifs, grâce à Olivier Gabet et Denis Bruna : qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

2Si le GIS n’a été créé de manière officielle que quelques mois plus tard, en septembre 2015, le groupe de chercheurs qui allait le constituer, avait voulu cette rencontre pour réfléchir sur ce que l’on peut entendre par « histoire de la mode » et, d’abord, par « mode ». Il était facile de constater qu’à travers l’Europe – le GIS avait dès le départ une dimension internationale – la coopération entre chercheurs posait maints problèmes : l’Europe anglophone et scandinave trustait les grands programmes de recherche alors que, sur le continent, des travaux de qualité ne parvenaient pas à bénéficier des mêmes supports, pour ne pas parler de l’Europe orientale dont les problématiques de recherche, originales, étaient la plupart du temps ignorées. Les différences d’attitude institutionnelles, vis-à-vis des structures de recherche européennes, n’expliquant pas tout, il fallait en venir au fond : les mots, à commencer par celui de « mode », ne véhiculent pas les mêmes concepts, ou ceux-ci ne sont pas reçus et utilisés de la même manière.

3« Mode » est depuis longtemps d’une polysémie telle qu’on peut s’interroger sur ce que comprend l’interlocuteur, ou l’auditoire. Comptons d’abord sur une acception littéraire – mais le débat scientifique n’en est pas complétement débarrassé – qui fait de la mode une simple manière d’être : tous les groupes humains, à travers le temps et l’espace, ont alors une mode. Une autre formule valorise le changement qui caractériserait la mode, en insistant sur le fait que des groupes réduits sont à l’initiative de ce changement, introduisant des lignes de clivage, plus ou moins nettes, dans le corps social. Des sociétés anciennes, ou extra-européennes, ou des groupes nombreux au sein d’une société telle la paysannerie, seraient alors privés de mode laquelle serait une invention des cours de l’Occident médiéval. Une troisième manière de faire est de focaliser encore sur les lieux institutionnels qui imposent ce changement : la cour autrefois, les ateliers de haute couture ou la presse aujourd’hui, pour s’en tenir à ces exemples. La conscience même qu’une société a du caractère structurant de la mode, en son sein, viendrait constituer un ultime critère de définition.

  • 1 Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation. Étude sociologique, Félix Alcan, 1890 ; Thorstein Veblen, T (...)
  • 2 John H. Plumb, The birth of a consumer society: the commercialization of eighteenth-century England(...)

4Ces jeux d’échelle, résumés grossièrement, ne sont qu’une entrée possible : sur eux, se greffent d’autres questions, par lesquelles on aurait pu aborder le dossier. Il y a, selon les options, la possibilité de prendre la mode pour un pur fait social en la détachant du vêtement. Yuniya Kawamura, quoiqu’isolée dans le colloque, a fait ce choix. C’est ce que font aussi nombre d’historiens ou de sociologues, qui pensent recueillir ainsi l’héritage des pères fondateurs de la fin du xixe siècle ou du début du xxe : Georg Simmel, Thorstein Veblen, Gabriel Tarde, etc.1 À quoi l’on peut opposer que la mode n’est pas séparable des savoir-faire techniques et des circuits économiques qui l’ont vu naître : les historiens français et britanniques, à la fin du siècle dernier, en ont apporté des preuves convaincantes à l’instar de John Brewer ou Daniel Roche2. Un degré supplémentaire, franchi avec détermination par nombre de chercheurs des fashion studies, et par ceux du GIS Acorso, est de prendre aussi en compte dans le vêtement, et généralement dans tous les objets qui portent la mode, jusqu’aux cosmétiques, leur matérialité, leur rapport au corps. Ils marient ainsi à l’histoire de la mode d’autres histoires qui se sont elles-mêmes renouvelées, telle celle des techniques, ou sont récentes, telle celle du corps. Ces options ne se sont pas présentées à nous au même moment mais surgissent dans une chronologie différenciée : il y a une histoire des histoires de la mode à construire. Elle montrerait qu’il n’y a pas eu succession dans le temps, une théorie remplaçant l’autre ; c’est à une sorte de sédimentation qu’on assiste. Toutes les stratégies demeurent et, si elles ne s’excluent pas, la cohabitation ne va pas sans problème : ce n’est pas céder à l’esprit polémique que de dire que les premières venues peuvent encore ignorer les plus récentes alors que l’inverse n’est pas vrai.

5Ces problèmes ne sont pas ceux d’un seul mot. C’est toute la nébuleuse des termes qui se rapportent aux objets textiles que nous portons sur nous qui est en cause : « habit », « vêtement », « costume », les verbes étant tout aussi incertains : « habiller », « s’habiller », « vêtir ». La langue anglaise reproduit des incertitudes équivalentes avec « fashion », « dress », « clothing », etc. Équivalentes mais non identiques car « fashion », par exemple, n’a pas non plus exactement le même contenu que le français « mode », en dépit du faux-semblant des traductions. Ce n’est donc pas un mot mais bien un objet historique tout entier qu’il faut incriminer, à savoir le vêtement – le terme étant pris ici dans son sens le plus large – en raison même de la richesse de ses fonctions, de ses usages. Faire l’histoire de la mode, c’est se situer quelque part dans ce vaste débat, ouvert depuis longtemps mais sans cesse renouvelé, enrichi.

6Les implications sont partout et elles concernent toutes l’historien de la mode : choix des sources, liens avec l’histoire générale, matérialité des objets, temporalités. Commençons par les sources : au cœur de la question, il y a la place de l’artefact lui-même, entre le texte et l’image notamment ; et donc, par-delà, le lien entre centres de recherches et musées, qui conservent les objets ; et enfin l’engagement propre des musées dans la recherche. Là encore, Acorso a fait un choix : le lien entre tous les chercheurs, qu’ils viennent des universités ou des musées, est un de ses fondements.

  • 3 Alfred L. Kroeber et Jane Richardson Three Centuries of Women’s Dress Fashions. A quantitative Anal (...)

7Évitons cependant les partages simplistes et ne croyons pas qu’aux uns il faut des archives, des images, et aux autres des textiles. La réalité est qu’on n’interroge pas un texte ou une image de la même manière, selon qu’on considère ou pas la matérialité des objets décrits ou représentés : Sébastien Passot et Nicole Pellegrin (qui s’est jointe ici aux chercheurs présents dans le colloque) le rappellent dans ce numéro. Un vêtement n’est pas non plus regardé sous toutes ses coutures, au sens propre et au sens figuré de l’expression, selon les perspectives scientifiques retenues ; Valérie Laforge et Jocelyne Mathieu d’une part, et l’équipe du Musée Savoisien avec Pascale Court, Nadège Gauffre-Fayolle et Marie Marquet d’autre part, montrent, dans la diversité des choix, ce que peuvent être les formes d’un engagement muséal dans la recherche. D’autres choix peuvent être faits : à la suite de l’anthropologue américain Albert L. Krober, Roland Barthes explique que la forme d’un vêtement n’est même pas un fait historique3 : ce qui explique la mode des cheveux longs dans les années 1960, nous dit-il, c’est qu’auparavant ils étaient courts ; c’est le changement qui importe, pas la forme qu’il prend. Dès lors, regarder le vêtement est beaucoup moins intéressant que ce qu’on écrit sur lui. Le thème de l’« éternel retour » des formes vestimentaires, défendu par des historiens du costume qui eux regardent les objets, accrédite malencontreusement ce genre de théorie. Ce qui amène à demander ce qu’on entend par « vêtement » : la pièce élémentaire ou le costume, voire l’apparence tout entière ? Dès lors qu’on prend en compte toutes les apparences d’un individu, la thèse de l’éternel retour s’effondre et ces apparences redeviennent objets d’histoire, en dépit de Krober et de Barthes.

8Une autre manière de prendre en compte le vêtement – pièce ou costume – est d’en faire un objet esthétique : la mode devient alors un objet des beaux-arts, et d’aucuns imaginent à partir de là qu’elle est dispensée d’une étude de son inscription dans l’évolution économique et sociale. Nombre de présentations muséales – et les catalogues qui les accompagnent – ont récemment fait fonds, en France ou ailleurs, sur cette perspective qui vaut notamment pour les grands couturiers du xxe siècle. À l’opposé, Lou Taylor produit dans ce numéro un exemple hautement spectaculaire et probant de ce que permet un regard sur la matérialité des objets vestimentaires.

  • 4 Gil Bartholeyns, « Pour une Histoire Explicative du Vêtement. L’Historiographie, le xiiie Siècle So (...)

9Avec le lien entre la mode et la matérialité des objets, ce sont aussi les temporalités de la mode qui sont en cause. La première question est celle de la dialectique qu’on retient entre le temps court et le temps long. Vieux problème que connaissent bien les héritiers de Fernand Braudel : là-dessus, les différentes branches des sciences humaines n’ont pas fait les mêmes choix, et la « longue durée » n’est pas toujours bien reçue. L’histoire de la mode, avec les incertitudes qui l’assaillent, ne peut évacuer ces questions mais on devine que, en sus du problème général, les chronologies ne peuvent pas être pensées sur les même canevas, selon qu’on fonde le travail sur l’observation de la forme du vêtement, en constant renouvellement et qui impose le temps court, ou sur les trajectoires historiques des matériaux qui le portent (pensons au coton puis aux synthétiques). Au sein de l’histoire du costume elle-même, un fossé sépare les grands ancêtres, Quicherat et Racinet par exemple, pour s’en tenir à des références françaises, de leurs continuateurs du xxe siècle : les premiers, obnubilés par l’historicisation de chacune des pièces du vêtement, n’ont pas su dégager les grandes respirations de l’histoire du costume et se sont raccrochés, parce qu’il fallait bien une logique dans la découpe des chapitres de leurs livres, à la scansion des dates de règnes des rois de France ; ils y voyaient même un lien, ce qui était une pure tautologie dénoncée par Roland Barthes et par Gil Bartholeyns4. Les seconds sont plus sensibles aux problématiques de l’histoire générale actuelle mais, à lire les manuels encore en usage, on devine qu’ils n’ont pas encore complètement rompu avec l’artificielle référence au politique.

10Sur ces questions, les chercheurs des régions de l’Europe ne se positionnent pas de manière uniforme. Les héritages, les problématiques actuelles et les configurations institutionnelles locales réapparaissent dans la diversité des pratiques scientifiques. Dans le temps, en vertu même de la sédimentation théorique que nous avons rappelée, la pensée scientifique, et ses époques, ont elles aussi abordé la mode et l’histoire de la mode à leur manière. Le découpage que nous produisions plus haut, distinguant les grands sociologues fondateurs des historiens britanniques ou français des années 1980, et des chercheurs actuels, à l’époque des fashion studies, est trop simple : il faut au moins remonter aux premiers historiens du fait vestimentaire, dès le xviiie siècle, pour découvrir d’autres manières de faire l’histoire des modes. Elke Gaugele et Philip Jonke en donnent deux exemples pour le monde germanique.

11A fortiori, cette diversité est aujourd’hui accrue. Le développement des fashion studies depuis une bonne trentaine d’années est allé de pair avec d’autres renouvellements scientifiques, l’équipe italienne réunie autour de Marco Belfanti, avec Cinzia Capalbo, Elisabetta Merlo et Valeria Pinchera, le rappelle pour ce qui est du rapport entre sciences économiques et mode ; Muriel Berthou-Crestey le montre aussi à propos de la photographie, quant aux sciences de l’art. Les fashion studies ne supposent pas non plus l’essor d’un corps de doctrine qui pourrait s’imposer à l’histoire de la mode, mais plutôt le foisonnement de recherches qui n’ont pas renoncé à la diversité.

12L’heure était donc venue de faire un point sur ce dossier, avec des ambitions raisonnées. L’objectif n’était pas de tout dire, de remuer toutes les questions, encore moins de proposer une ligne d’action qu’on aurait prétendu meilleure que d’autres. Échanger, discuter, apprendre, se situer dans le débat, étaient le véritable objectif, ce dont les textes réunis ici témoignent : que tous les auteurs en soient remerciés.

Top of page

Notes

1 Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation. Étude sociologique, Félix Alcan, 1890 ; Thorstein Veblen, Theory of the leisure class. An economic Study of Institutions, 1899, New York, Mas Millan ; Théorie de la classe de Loisir, Paris, Gallimard, 1970 ; Georg Simmel, Philosophie de la mode, 1905 ; et autres textes publiés en français dans Philosophie de la modernité, Paris, Payot, 2, vol., 1988 et 1990.

2 John H. Plumb, The birth of a consumer society: the commercialization of eighteenth-century England, Europa, 1982 ; John Brewer et Roy Porter, Consumption and the world of goods, Routledge, 1993; Daniel Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation. xviie-xixe siècle, Fayard, 1997.

3 Alfred L. Kroeber et Jane Richardson Three Centuries of Women’s Dress Fashions. A quantitative Analysis, 1940, Berkeley et Los Angeles, University of California Press. Roland Barthes, Système de la Mode, Paris, Le Seuil, 1967.

4 Gil Bartholeyns, « Pour une Histoire Explicative du Vêtement. L’Historiographie, le xiiie Siècle Social et le xvie Siècle Moral », dans R. Schorta, R. C. Zwinges & K. Oschema (dir.), Mode und Kleidung im Europa des späten Mittelalters / Fashion and Clothing in The Late Medieval Europe, 2009, Riggisberg-Bale, Abegg-Stiftung-Schwabe, p. 209230.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Lethuillier, « Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental », Apparence(s) [Online], 9 | 2019, Online since 13 May 2019, Connection on 15 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2235

Top of page

Author

Jean-Pierre Lethuillier

Maître de conférences, Université de Rennes 2
jean-pierre.lethuillier@univ-rennes2.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page