Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10INTRODUCTION

Texte intégral

1Au cours de la période contemporaine, la popularisation progressive du sport a bouleversé la définition des canons et des codes de l’apparence au sein des représentations. En partant de ce constat, le colloque « Cultures physiques & Cultures visuelles » (14-15 juin 2019), organisé dans le cadre d’un partenariat entre le Centre André Chastel, le Palais Galliera et le GIS Acorso, et dont le présent numéro d’Apparence(s) réunit la plupart des contributions, avait pour objectif l’étude des liens entre la pratique sportive et la production d’images et d’objets. Il s’agissait de s’appuyer sur des données artistiques autant que sur des sources matérielles et visuelles multiples, de la presse populaire aux arts appliqués, pour replacer le propos au sein d’une approche pluridisciplinaire, relevant de l’histoire de l’art et de l’histoire comme de la sociologie ou de l’anthropologie.

2En février 1904 fut publié le premier numéro de la revue La Culture physique. Revue mensuelle illustrée. Étude documentaire du Développement musculaire rationnel par les sports, dirigée par Albert Surier (1871-1944). Ce dernier, également auteur de Comment on devient beau et fort, déterminait comme objectif principal de la culture physique le développement du corps pour atteindre la beauté :

  • 1 Albert Surier, Comment on devient beau et fort : traité pratique et élémentaire de culture physique (...)

« Par étymologie, la culture physique n’a qu’un but : la culture du corps, pour arriver au développement complet de l’homme et le mettre en possession de toute la beauté et de toute la force que la nature a déposées en lui1. »

3Mais de quel ordre était alors cette beauté sportive ? Les premières illustrations de La Culture physique, comme celles du livre en question, permettent d’attester des influences majeures du langage visuel et artistique sur la définition d’un idéal corporel à l’aube du xxsiècle. Les deux publications s’ouvrent en effet avec la même image, une statue antique dite d’Athlète grec (Fig. 1) sans plus de précision. Il s’agit de l’Apoxyomène d’Éphèse (Ephesos-Museum, Hofburg Vienna inv. VI 3168) figurant un jeune athlète se nettoyant le corps à l’aide d’un strigile à la suite d’un exercice sportif. Si le recours à la statuaire antique est une constante de l’enseignement artistique académique au xixsiècle, que nombre d’artistes du temps ont appris à appliquer ou à rejeter, apparaît ici une contagion de la norme artistique dans la sphère sociale, appelée à bouleverser les codes de l’apparence du sportif. Ce n’est plus l’artiste qui copie l’antique pour dépasser le réel mais l’homme réel qui s’inspire du canon artistique pour lui donner corps et vie. De l’aveu de l’équipe de rédaction, le culte de la beauté plastique permettait de se figurer l’idéal physique à atteindre, tout autant qu’il devait initier une régénération sociale et une renaissance physique. Les statues antiques étaient jugées belles parce qu’elles figuraient des hommes sains :

  • 2 L. Chéroux, « Les Hommes beaux », La Culture physique, no 1, février 1904, p. 4

« Jetez les yeux sur les statues antiques tels que le Gladiateur, le Discobole, le Mars Borghèse, et dites-nous, chers lecteurs, si ces hommes ne respirent pas la santé, la force, la souplesse et l’énergie. Point n’est besoin pour admirer ces statues de raconter les prouesses et les records de ceux qu’ils ont immortalisés.
La beauté de leur corps, l’harmonie de leurs proportions suffisent à nos yeux et expliquent tout2. »

4Par sa contribution, Philippe Comar permet de complexifier ce dialogue entretenu entre les canons artistiques et l’idéal de l’athlète. En analysant précisément les investigations scientifiques de Paul Richer (1849-1933) sur la physiologie artistique, l’auteur permet d’envisager combien le corps du sportif eut un rôle considérable dans la redéfinition des canons artistiques à l’aube du xxsiècle. Richer, occupant la chaire d’Anatomie de l’École des beaux-arts, sut se nourrir des compétitions sportives, des observations des athlètes, pour repenser le corps parfait. Un va-et-vient incessant s’est ainsi exercé entre exercice physique et pratique artistique, ce que la réunion des contributions de ce numéro permet de révéler.

Fig. 1 : Couverture du premier numéro de La Culture physique, no 1, février 1904, p. 1

Fig. 1 : Couverture du premier numéro de La Culture physique, no 1, février 1904, p. 1

Source BnF, Tolbiac, Rez-de-jardin, 4-V-6318, numérisation Gallica

  • 3 Pascal Rousseau, « La psychologie du costume sportif. Robert Delaunay et l’internationalisme olympi (...)

5Plusieurs auteurs envisagent le dialogue singulier de l’image du sportif avec l’histoire socio-politique de l’époque contemporaine. Jean-François Loudcher retrace dans son article l’évolution de la normalisation du sportif dans le système éducatif au prisme des besoins militaires, observant ainsi l’émergence du concept d’homme moyen et son remplacement par celui du surhomme. En miroir, Pascal Rousseau, propose l’analyse du cas spécifique de L’Équipe de Cardiff de Robert Delaunay (1885-1941) pour y interroger la compétition sportive internationale comme lieu d’apaisement utopiste des conflits politiques, l’idéal du sport collectif défendu par Pierre de Coubertin (1863-1937) étant proposé comme un « dérivatif aux instincts guerriers3 ». Frédéric Herbin propose quant à lui une lecture de la subite visibilité du voguing en France en 2018 en analysant la façon dont la mise en lumière de cette culture artistique contestataire permettait au gouvernement de se montrer soucieux des identités minoritaires. C’est alors en interrogeant l’histoire de la visibilité de cette pratique artistique et sportive que l’auteur entend aborder l’ambivalence de la visibilité d’une contre-culture.

6La tentative de normalisation de l’apparence du sportif par l’idéal artistique doit nécessairement nous amener à considérer le corps vivant contemporain comme une image matérialisant des préoccupations sociales et se nourrissant de références iconographiques. Telle une physiognomonie renouvelée, le corps sportif peut être envisagé comme un langage visuel pour s’adresser au spectateur, afin de susciter l’envie, l’admiration ou le soutien. Ainsi que le présente Stéphane Héas dans ce numéro, en analysant les modalités du langage corporel des sportifs par leur pilosité, l’apparence du footballeur par exemple est construite sur des indicateurs faciaux réfléchis, soumis à l’évolution du contexte social, pour construire une image publique conforme au type d’adhésion souhaité. Si la pilosité permet d’envisager les canons sportifs actuels, ces derniers révèlent également la place de l’auto-représentation dans l’iconographie du sportif. Le culturiste physique est en effet tout autant une image diffusée qu’un faiseur d’images, les revues spécialisées faisant d’ailleurs dialoguer dans leurs colonnes les statues antiques et les corps musclés pour en afficher la conformité. Si Chéroux proclamait l’inutilité de décrire les chefs-d’œuvre de l’Antiquité reproduits dans La Culture physique, leur perfection visuelle étant suffisamment éloquente, il convient de remarquer qu’il accordait le même pouvoir suggestif aux photographies des héros du culturisme :

  • 4 L. Chéroux, art. cit., p. 4

« Nous ferons donc défiler, dans cette rubrique, les hommes qui présenteront le plus harmonieux développement corporel, et nous n’aurons pas besoin de mettre en valeur leurs prouesses et leurs records, leur beauté suffisant à nous convaincre de leurs aptitudes en toute chose4. »

7Pour illustrer cette équivalence des modèles de marbre et de chair, la deuxième illustration du numéro inaugural de La Culture physique est un portrait d’un sportif reconnu internationalement, celui d’Eugen Sandow (1867-1925), sous le titre « le roi de la beauté plastique », et présenté comme l’incarnation de l’idéal physique selon les artistes du temps (Fig. 2) :

  • 5 Ibid. p. 4.

« Aujourd’hui, nous donnerons à nos lecteurs une photographie du plus beau spécimen de la race humaine, celui qui, de l’avis des sculpteurs et des peintres les plus célèbres, réunit toutes les qualités des athlètes antiques, la beauté des formes et du visage, la souplesse, la ligne pure et la grâce dans l’attitude5. »

Fig. 2 : [Anonyme], Eugène Sandow Le roi de la beauté plastique

Fig. 2 : [Anonyme], Eugène Sandow Le roi de la beauté plastique

La Culture physique, no 1, février 1904, p. 4

Source BnF, Tolbiac, Rez-de-jardin, 4-V-6318, numérisation Gallica

  • 6 Pour un récit de la prise d’empreinte, voir « Sandow in plaster of Paris », The Strand Magazine, 19 (...)
  • 7 « A good many people, he remarked, are fond of insisting that the mighty men of muscle which were p (...)

8Cette perméabilité entre sculpture antique et corps contemporain fut rendue d’autant plus visible par Sandow qu’il aimait à se grimer en statue, et qu’il accepta de faire mouler son corps par les artisans de la maison Brucciani, spécialisée dans l’édition de plâtres, pris en particulier sur les collections d’antiques (Fig. 3). Ce moulage fut réalisé pour le Muséum de Londres, il était destiné à intégrer les collections permanentes et offrir aux générations futures un exemple du plus parfait spécimen né de la culture physique contemporaine6. Selon le professeur Lakester, qui en demanda l’acquisition, le corps de Sandow devait prouver combien les formes de la statuaire antique n’étaient pas nées de l’imaginaire d’un sculpteur mais figuraient la morphologie véritable des meilleurs athlètes du temps7.

Fig. 3 : Arthur Waston [phot.], « Molding of figure from feet to hips (front) »

Fig. 3 : Arthur Waston [phot.], « Molding of figure from feet to hips (front) »

«Sandow in plaster of Paris », The Strand Magazine, 1901, v. XXII, juil-déc. 1901, p. 462

9Le culturiste physique fut ainsi un objet d’attention artistique tout autant qu’il s’impliqua dans la construction d’une pédagogie visuelle par le corps. C’est cette même porosité entre statuaire antique et éloquence du muscle qu’analyse Thierry Laugée dans son article consacré à la revue Physical Culture et à son fondateur Bernarr Macfadden (1868-1955). Cette étude permet d’envisager combien le réinvestissement des canons plastiques antiques et l’auto-représentation en sculpture de chair fut, à l’aube du xxsiècle, aux États-Unis, un mouvement militant, de rébellion par le corps contre les méfaits de l’industrie contemporaine. Sara Vitacca propose quant à elle une lecture de l’hybridation de l’idéal antique et du corps athlétique dans l’œuvre d’Hendrik Christian Andersen (1872-1940) pour envisager ce nouveau canon dans ses liens avec la politique de Mussolini (1883-1945) et la propagande fasciste en Italie. L’essai de Damien Delille permet d’offrir un éclairage supplémentaire sur l’appropriation de l’antique par détournement. Par une lecture attentive des revues destinées à un lectorat homosexuel, telles que Der Kreis ou Juventus, l’auteur analyse la façon dont le corps idéal du sportif masculin permit de repenser les normes de la masculinité par l’introduction du désir homo-érotique dans la culture visuelle de l’athlète. Cette dernière est également l’objet des réflexions d’Arnaud Maillet, pour qui les représentations des sportifs aux corps hypertrophiés dans les productions cinématographiques mainstream américaines à travers les deux prismes supposément opposés de la culture populaire et de la culture de masse. En effet, si le culturiste est un héros symbolique ou un dieu du stade dans la culture populaire, la culture de masse le recycle pour en faire un véhicule de l’ordre social et un moyen de reformater la mentalité des spectateurs au profit d’une idéologie capitaliste qui, dans le dernier tiers du xxsiècle, revisite les représentations issues de l’Antiquité. Ces quatre articles permettent ainsi de comprendre combien l’idéal physique était certes un canon artistique commun à plusieurs pays, et révèlent la multiplicité des visées de l’appropriation visuelle du culturiste en fonction de l’environnement social, politique et géographique dans lequel ces images furent conçues.

  • 8 Citons, entre autres exemples, Antoine Le Bas, Architectures du sport, 1870-1940. Val-de-Marne, Hau (...)
  • 9 Edmond Desbonnet, La Force physique. Culture rationnelle. Méthode Attila – Méthode Sandow – Méthode (...)
  • 10 Georges Lerousseau, « La Culture Physique », Monsieur, 1re année, no 2, février 1920, p. 63-64.
  • 11 Au sujet des liens entre sport et histoire du vêtement, voir également, entre autres exemples, Mari (...)
  • 12 Daniel Roche, La Culture des apparences : une histoire du vêtement, Paris, Fayard, 1989.

10La popularisation grandissante de l’exercice physique a inévitablement eu des conséquences sur la conception de l’environnement et de l’équipement nécessaires à sa pratique. Si la question a pu intéresser les historiens de l’architecture à bien des reprises8, elle doit également être considérée sous l’angle de l’histoire des arts appliqués, qu’il s’agisse de la production d’objets ou de la conception de vêtements. Alors que se multiplièrent les publications incitant chacun à s’exercer, que ce soit des manuels, comme ceux d’Albert Surier et d’Edmond Desbonnet (1868-1953)9, ou des articles de presse10, la pratique individuelle se généralisa au point d’être tournée en dérision. Le journal Le Rire publiait ainsi en 1913 une illustration satirique due à Jean-Jacques Roussau (1886-1948) intitulée Tout le monde athlète, représentant, en coupe, la « Vision schématique d’un immeuble parisien en notre ère de culture physique à outrance », où la fonction des meubles était détournée pour servir la pratique sportive, où la baignoire devenait une piscine, un mannequin de couture l’adversaire d’un combat et la cuvette des toilettes le domaine du pêcheur (Fig. 4). Jérémie Cerman explique dans sa contribution que c’est justement en raison d’un espace domestique souvent inadapté à ces activités que les ensembliers et architectes d’intérieur, en prise avec l’évolution des mœurs, s’intéressèrent dans l’entre-deux-guerres à l’incorporation de pièces ou de zones dévolues à la culture physique au sein de l’habitat. Il relève notamment comment le décor tendit à s’effacer au profit d’une approche fonctionnaliste et plus proprement architecturale, en lien avec la nature même du type d’espace à aménager. La construction du corps, telle qu’elle est alors déterminée selon les normes occidentales, est en outre intimement liée à une évolution de la silhouette à laquelle participent activement les manières de se vêtir11. Pascale Gorguet Ballesteros revient ainsi sur le contexte qui vit se développer les pratiques sportives féminines au xixsiècle, entraînant une adaptation de la garde-robe, tant formelle que technique. Elle montre notamment que l’histoire du port d’un vêtement bifide par les femmes dans un contexte sportif invite à remonter aussi tôt que les années 1830. L’usage de la culotte et du pantalon excède le cadre qui lui est généralement associé : la pratique de la bicyclette comme l’affirmation politique de la femme dans le dernier quart du xixsiècle. Ainsi s’esquisse un nouveau corps féminin dont les jambes révélées sont les métaphores d’une mutation vers une plus grande indépendance sociale. Philippe Thiébaut s’intéresse quant à lui à l’histoire, du xixsiècle jusqu’au début du xxsiècle, d’un élément spécifique du vestiaire masculin, la tenue de bain, depuis le caleçon et le costume deux-pièces jusqu’au slip, retraçant cette évolution à travers des témoignages variés, qu’ils soient visuels ou littéraires. Mais c’est aussi grâce à leur patrimonialisation qu’œuvres et documents relevant d’une histoire croisée du sport et de la mode nous sont parvenus. Organisé dans les réserves du Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, en guise de prélude au colloque de 2019, un atelier a permis aux intervenants d’échanger à partir d’une sélection de pièces conservées dans les fonds du musée. De l’éventail publicitaire au vêtement haute-couture en passant par l’illustration de mode, ces œuvres ont été l’objet de présentations par les conservateurs et responsables de collections du Palais Galliera, que nous avons également souhaité publier ici. Cet ancrage dans la culture matérielle, fruit d’une collaboration suivie entre le Palais Galliera, le Centre André Chastel et Sorbonne Université, a favorisé de nouveaux éclairages sur les œuvres du musée, attestant combien la « culture des apparences »12, conceptualisée par l’historien Daniel Roche pour l’époque moderne, nourrit toutes les histoires de l’homme.

Fig. 4 : Jean-Jacques Roussau, Tout le monde athlète

Fig. 4 : Jean-Jacques Roussau, Tout le monde athlète

Illustration publiée dans Le Rire, no 548, 2 août 1913, n.p.

Source BnF, Tolbiac, Rez-de-jardin, 4-Z-1086, numérisation Gallica

11Ce numéro de la revue Apparence(s) bénéficie du soutien de

Haut de page

Notes

1 Albert Surier, Comment on devient beau et fort : traité pratique et élémentaire de culture physique, Paris, s.l., s.d. [v. 1903], p. 12.

2 L. Chéroux, « Les Hommes beaux », La Culture physique, no 1, février 1904, p. 4

3 Pascal Rousseau, « La psychologie du costume sportif. Robert Delaunay et l’internationalisme olympique de Pierre de Coubertin », infra.

4 L. Chéroux, art. cit., p. 4

5 Ibid. p. 4.

6 Pour un récit de la prise d’empreinte, voir « Sandow in plaster of Paris », The Strand Magazine, 1901, v. XXII, juil-déc. 1901, p. 461-468.

7 « A good many people, he remarked, are fond of insisting that the mighty men of muscle which were portrayed in marble by the sculptors of the classical age were simply products of the sculptor’s imagination […]. But here we have a cast of a man who lives and breathes at this very moment which comes favourably out of a comparison with any of them. […] In the times to come this will show the world that such men as the great sculptors portrayed have most indubitably existed in the flesh », Ibid., p. 461-462.

8 Citons, entre autres exemples, Antoine Le Bas, Architectures du sport, 1870-1940. Val-de-Marne, Hauts de Seine, Paris, Connivences, Cahiers de l’Inventaire, 1991 ou encore Hélène Caroux (dir.), Sport et architecture en Seine-Saint-Denis : les équipements sportifs de la banlieue du Nord-Est parisien (xixe-xxsiècle), Paris, Carré, 2017.

9 Edmond Desbonnet, La Force physique. Culture rationnelle. Méthode Attila – Méthode Sandow – Méthode Desbonnet. La santé par les exercices musculaires mis à la portée de tous, Paris, Berger-Levrault, 1901 ; A. Surier, op. cit.

10 Georges Lerousseau, « La Culture Physique », Monsieur, 1re année, no 2, février 1920, p. 63-64.

11 Au sujet des liens entre sport et histoire du vêtement, voir également, entre autres exemples, Marie-Christine Grasse (dir.), En mode Sport, Nice, Musée national du sport, Paris, Somogy, 2015 ; Pascale Gorguet Ballesteros, Marie-Laure Gutton, « Un sportswear féminin dans les années 1910 », in Jérémie Cerman (dir.), Les Années 1910. Arts décoratifs, mode, design, Bruxelles, Peter Lang, à paraître et Philippe Thiébaut, « “L’élégance est toute en muscles” (Abel Léger, 1912). Aux origines de la mode masculine moderne », in ibid.

12 Daniel Roche, La Culture des apparences : une histoire du vêtement, Paris, Fayard, 1989.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Couverture du premier numéro de La Culture physique, no 1, février 1904, p. 1
Crédits Source BnF, Tolbiac, Rez-de-jardin, 4-V-6318, numérisation Gallica
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 : [Anonyme], Eugène Sandow Le roi de la beauté plastique
Légende La Culture physique, no 1, février 1904, p. 4
Crédits Source BnF, Tolbiac, Rez-de-jardin, 4-V-6318, numérisation Gallica
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3 : Arthur Waston [phot.], « Molding of figure from feet to hips (front) »
Légende «Sandow in plaster of Paris », The Strand Magazine, 1901, v. XXII, juil-déc. 1901, p. 462
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2509/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4 : Jean-Jacques Roussau, Tout le monde athlète
Légende Illustration publiée dans Le Rire, no 548, 2 août 1913, n.p.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2509/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2509/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« INTRODUCTION »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2509

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search