Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10« […] mise comme l’homme, elle va...

« […] mise comme l’homme, elle va, comme l’homme […] »1.

La femme et son vestiaire, 1838-1914
Pascale Gorguet  Ballesteros

Résumés

Dans les dernières décennies du xixsiècle et au début du  xxsiècle, la pratique physique entraîne chez les femmes une modification progressive de leur vestiaire. Celle-ci conduit à l’adoption du vêtement « bifide », culotte et pantalon, dont le port leur est pourtant interdit par la loi française. Cette évolution irréversible habitue non seulement les femmes à porter culotte mais induit aussi l’idée d’un  vêtement unisexe. De nombreuses représentations commerciales et publicitaires, satiriques voire artistiques témoignent de cette mutation vestimentaire, renouvelant l’image de la femme2.

Haut de page

Dédicace

Pour Guy et Bernadette Gorguet

Texte intégral

1. Les prémices de la pratique sportive féminine

  • 1 John Grand-Carteret, xixsiècle (en France) : classes, mœurs, usages, costumes, inventions, Paris, (...)
  • 3 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, Paris, Ernest Flammarion, 1899, p. 165-166 : « Culotte de (...)

1Entre 1835 et 1910, la pratique féminine des activités physiques puis sportives se  développe graduellement et irréversiblement. Si, dans un premier temps, cette dernière donne lieu à des aménagements simples dans la garde-robe citadine des femmes, elle conduit progressivement à l’adoption de formes et de matières textiles empruntées à l’homme pour gagner en aisance, voire en performance3. La femme « culottée », à l’apogée de cette  évolution, ouvre radicalement une ère vestimentaire où s’observent les prémices d’une  vision unisexe : il en résulte une culture visuelle nouvelle des apparences féminines.

2À l’aube de ce changement de vestiaire, dans le dernier quart du xixsiècle, la pratique sportive au féminin est partagée entre une éducation physique, perçue comme nécessaire à la bonne santé et à la beauté des mères, et des activités de loisir – escrime, équitation, lawn-tennis, golf, conduite automobile – qui permettent aux femmes du meilleur monde, aristocrates et grandes bourgeoises, de pimenter leurs distractions de façon inédite et d’entretenir leur sociabilité.

  • 4 Surnom donné au tableau de Franz Xaver Winterhalter (1805-1873), L’Impératrice Eugénie entourée de (...)

S’attendait-on, au temps du décaméron4 du Second Empire, à voir bientôt Mme la duchesse de Chartres nager comme lord Byron, Mme la duchesse d’Uzès sonner l’hallali, la princesse de Metternich et la vicomtesse de Gilly être sans rivaux, l’une à la chasse au tir, l’autre au tir à l’arc, la baronne de Vimont croiser le fer avec les plus braves, la baronne de Rothschild conduire un yacht audacieux à travers toutes les surprises des flots ?

  • 5 Ludovic de Vaux, Les Femmes de sport, préface d’Arsène Houssaye et lettre de Catulle Mendès, Paris, (...)

3s’exclamait Arsène Houssaye (1814-1896) dans la préface du fameux ouvrage du baron de Vaux (1850-1897) dédié aux Femmes de sport en 18855. Vingt ans plus tard, en  août 1905, le chroniqueur des Sports modernes lui fait écho à propos du Cercle de tennis de l’île de Puteaux :

  • 6 Battle-Door, « Le Cercle de Tennis de l’Île de Puteaux », Les Sports modernes, août 1905, année 8, (...)

Au coucher du soleil, l’activité sportive se ralentit, et les joueurs satisfaits se rassemblent autour de petites tables à thé. On danse les mercredis en juin, par des nuits claires et scintillantes. […] Des soupers sont servis par petites tables. […] On voit là cette élégance discrète de bon ton qui ravit l’épicurien et qui reste un des apanages de Paris6.

  • 7 Calixte Pagès était docteur en médecine et en sciences, vétérinaire délégué de Paris et de la Seine

4Cependant l’exercice physique est présenté également comme un moyen de cultiver son  corps afin d’accomplir ses devoirs de bonne mère. Ainsi le médecin Calixte Pagès (1877-1952)7, en 1911, distingue pour les femmes un objectif sportif suivant leur statut social :

  • 8 Calixte Pagès, Manuel de culture physique, Paris, Vigot, 1911, p. 220-221.

Méfiez-vous donc, ici comme ailleurs, de cette tendance à l’égalité des sexes qui veut les rendre tributaires des  mêmes moyens de perfectionnement ; laissez les femmes riches et les femmes acrobates faire des exercices et du sport à la façon des hommes ; et ne prenez dans la culture corporelle que ce qui est possible et avantageux à la  ménagère, c’est-à-dire la marche matinale, les exercices de chambre du soir et les jeux de plein air8.

5Ces femmes de sport « riches et acrobates » ne cherchent pas à promouvoir les disciplines ni  à les introduire dans l’espace public. En revanche, elles ouvrent la voie à des consœurs souvent issues d’univers bourgeois ou artistique, qui s’investissent dans la compétition.

  • 9 Félix Marvingt, père de Marie Marvingt, était directeur des postes à Aurillac et passionné par les (...)
  • 10 Françoise Baron Boilley, Marie Marvingt. À l’aventure du sport, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 65-67.
  • 11 Anne Velez, Les Filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), t (...)
  • 12 Quatre concurrents ne terminent pas l’épreuve.
  • 13 Anne Velez, Les Filles de l’eau, op. cit., p. 43.
  • 14 Frantz Reichel, « La vie sportive », Le Figaro, 29 juillet 1906, p. 5 ; Anne Velez, Les Filles de l (...)
  • 15 Anne Velez, Les Filles de l’eau, op. cit., p. 149.
  • 16 Ibid., p. 228.
  • 17 Pierre Arnaud, « Le genre ou le sexe ? Sport féminin et changement social (xixe-xxsiècle) », dans (...)
  • 18 Ibid., p. 151.

6Marie Marvingt (1875-1963), Annette Kellermann9 (1886-1975), entre autres, sont  exemplaires de ces pionnières qui optent pour des pratiques mises en spectacle par la  presse. La première multiplie les activités : équitation, marche, ski, alpinisme, cyclisme, aviation. Le 27 novembre 1910, elle établit le premier record féminin de durée de vol, remportant la coupe Femina parrainée par le magnat de la presse Pierre Lafitte (1872-1938), directeur du magazine La Vie au grand air et fondateur entre autres de la revue Femina en 1901. Cette performance est relayée par la presse à grand tirage10. En 1905, pour la première fois, une femme est admise à une compétition de natation11, la Traversée de Paris à la nage, organisée par la Société nationale d’encouragement à la natation et le  journal L’Auto : l’Australienne Annette Kellermann est l’unique femme inscrite et termine en quatrième position sur huit concurrents12. L’année suivante, la même épreuve, toujours organisée par L’Auto, compte trois femmes, dont l’Australienne, sur seize nageurs13. Cette dernière vient par ailleurs de tenter à deux reprises la traversée de la  Manche. Ces événements sportifs remportent un très grand succès médiatique et la  presse relève le piquant apporté par une présence féminine : « […] la nageuse, c’est la great attraction des épreuves nautiques », note Le Figaro du 29 juillet 190614 à propos de la  deuxième Traversée de Paris à la nage. Aux épreuves de natation des Jeux olympiques parisiens de 1924, vingt pour cent des concurrents sont des femmes15. À partir de 1906, des  sociétés sportives féminines se développent timidement dans les grandes villes. Deux  clubs de natation surnommés « Ondine » sont fondés cette année-là, à Lyon et Paris16. Les sociétés Femina-Sport, Académia et En-avant, respectivement créées en 1912, 1915 et 1916, associent différents sports à l’éducation physique. En 1917 se tient la  première rencontre de football féminin français. La même année, ces sociétés sportives se  regroupent avec d’autres au sein de la Fédération des Sociétés féminines sportives de France (FSFSF). Présidé par Alice Milliat (1884-1957) à partir de 1919, cet organisme milite pour l’intégration des femmes dans les championnats, organisant des compétitions exclusivement féminines, comme les premiers championnats de France d’athlétisme et de  cross-country féminins à partir de 1918. La Fédération sportive féminine internationale, fondée à Paris en 1921, promulgue les premiers règlements relatifs à la pratique sportive féminine, témoignant des débuts d’une professionnalisation17 et reléguant dans le passé l’opposition du baron Pierre de Coubertin (1863-1937) à des olympiades dites « femelles18 ».

2. Premiers aménagements du vestiaire féminin

7Dans ce contexte, un vocabulaire vestimentaire nouveau apparaît dans les garde-robes féminines. Il atteste l’adaptation des tenues féminines dédiées aux activités physiques et  surtout, intègre les codes des tenues sportives spécialisées masculines.

8Raccourcissement des jupes, allègement et assouplissement des corsets témoignent de ce  premier ajustement du vêtement aux contraintes de l’exercice. Pour la marche, les jeux de plein air, la chasse au fusil, entre autres, les jupes sont relevées au moyen de liens intérieurs ou coupées moins longues alors que leur volume diminue (Fig. 1).

Fig. 1 : Toilettes d’excursion

Fig. 1 : Toilettes d’excursion

Le Moniteur de la mode, 1864, pl. 744

Galliera GAL K5224

  • 19 Ensemble d’été (jupe et boléro), vers 1867, Paris, Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de (...)
  • 20 La Mode illustrée, no 37, 11 septembre 1991, p. 46 ; La Mode illustrée, no 34, 1888 : « Toilettes d (...)
  • 21 X. L. Vallet, « Choses et autres », La Vie parisienne, 30 août 1890, p. 488.
  • 22 Ernest Léoty est aussi l’auteur de Le Corset à travers les âges, Paris, P. Ollendorff, 1893.
  • 23 Jeanne de Céran, « La mode », La Vie parisienne, 29 novembre 1890, p. 671.
  • 24 Corset de vélo, 1900-1910, Anvers, Momu, collection Jacoba de Jonge 030 (numéro d’inventaire de la (...)

9Le Palais Galliera conserve ainsi un ensemble d’été, en toile de lin beige et passementerie noire, composé d’un boléro et d’une jupe pouvant être retroussée par des tirettes internes de façon à dégager les chevilles19. Les gravures du magazine La Mode illustrée des  années 1881 et 1888 présentent des tenues pour le tir au fusil dont la jupe s’arrête à la  naissance du mollet20. En 1890, le chroniqueur de l’article « Choses et autres » dans La Vie parisienne recommande, pour un costume de tir au fusil, une jupe « […] aussi plate, courte et étroite que possible »21. Autre adaptation du vestiaire féminin, le corset raccourcit et s’allège à la fin du xixsiècle et au début du siècle suivant. Une publicité parue dans La Vie  parisienne du 29  novembre 1890 vante le corsetier Léoty22. Pour faire de  l’équitation : « Allez place de la Madeleine et dites à Léoty de vous faire un corset de  cheval, un corset spécial, un peu plus court mais juste ce qu’il faut23. » Deux corsets conservés dans les collections publiques24 ont des inscriptions sur leurs rubans de taille qui les identifient comme des sous-vêtements destinés au tennis, au golf ou au vélo. Lacés dans le dos, ils s’agrafent sur le devant, ce qui permet de les fermer plus rapidement. Leur  baleinage est considérablement allégé par rapport aux corsets prévus pour des  activités de ville ou du soir.

  • 25 Grands Magasins du Louvre. Nouveautés d’hiver 1887-1888, vol. 4, p. 13 ; Grands Magasins du Louvre. (...)
  • 26 Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, […] (Dido (...)
  • 27 « Étude sur le jersey. Dessin et légendes de Hy », L’Art et la mode, 25 juillet 1885, no34, p. 402- (...)
  • 28 Ibid.

10Des matières s’affirment dans ce nouveau vestiaire, la maille et les draps de laine en  particulier, d’origine anglaise et écossaise. Dans les années 1880, le jersey, ou maille fine, ainsi nommée en raison de son lieu réputé d’origine, l’île de Jersey, est, déjà, très utilisé pour des corsages féminins de jour désignés par le même nom. Ces derniers sont largement proposés dans les catalogues de grands magasins tels ceux des  Grands  Magasins  du  Louvre25, où leur sont assignés des comptoirs spécialisés. Plusieurs maisons de confection telles « Fraenkel (H) manufacture spéciale de jersey » et  Neyret (C) et Cie, indiquent offrir cette marchandise dans les annuaires du commerce Firmin-Didot de la fin du xixe et du début du xxsiècle26. D’ailleurs, une « Étude sur le  jersey », publiée par la revue L’Art et la mode en juillet 1885, établit avec humour la  popularité de cette étoffe pour les activités physiques : des vignettes légendées y  montrent une vicomtesse qui, en vue d’un séjour campagnard, « […] éprouve le besoin d’acheter divers jerseys : pour cela elle va visiter la maison de M. L. Le Roy, créateur de  jersey parisien, rue du Faubourg Poissonnière, 56, accompagnée du Vicomte qui  s’intéresse toujours, et en cela il a raison, aux toilettes de sa femme »27. La jeune femme demande « […] un Jersey à tout faire, […] avec lequel on peut s’agiter de toute façon et aller jouer au crockett et au law-tennis (sic) sans faire craquer le vêtement et en laissant toute la souplesse aux membres »28. La maille est également utilisée en corsetterie, augmentant le confort des dessous tout en leur conférant un meilleur ajustement, qualité précieuse pour la pratique sportive et le temps de repos qui la suit. En outre, des vêtements en maille sont couramment vendus aux hommes et aux femmes par les équipementiers sportifs, jetant les bases de futurs vêtements unisexes. Ces dernières adoptent, en effet, les  culottes et collants masculins en jersey noirs qu’elles glissent sous des maillots de bain également de jersey de laine. Ceux-ci sont d’ailleurs de plus en plus recommandés aux  femmes qui pratiquent la nage sportive. Ainsi Femina recommande en 1914 :

  • 29 Claire Lausnay, « Marmottes Capes & Maillots », Femina, 15 juin 1914, p. 357-358.

11Si on choisit un maillot, on le prendra noir ou marine uni, sans manches et d’encolure très dégagée, il descendra jusqu’aux genoux, recouvrant et cachant la naissance du  bas noir qui gaine la jambe et semble continuer le maillot. Les nageuses porteront des maillots de laine dont le contact sur la peau n’est pas très agréable, mais qui seuls résistent à l’effort des gestes larges et des mouvements un peu brusques ; […] Les  femmes qui trouvent dans le costume de bain le seul prétexte à une toilette de plus, celles qui ne demandent à un maillot que de pouvoir servir une fois ou deux, peuvent choisir les maillots de soie, mais il faut alors prendre un tricot un peu épais si  l’on ne veut pas risquer la fâcheuse déchirure, la maille qui craque si facilement dans nos bas de soie, de si belle qualité qu’ils soient29.

  • 30 Williams & Co. Fabricants, Sports athlétiques, 1 et 3 rue Caumartin, Paris, 1908, p. 100 et 102 : « (...)

12Pour les activités hivernales, en 1908, le catalogue de l’équipementier Williams & Co propose aux hommes et aux dames des « sweaters (chandails) » en laine quasi semblables30.

  • 31 Jeanne de Céran, « La mode », La Vie parisienne, 22 novembre 1890, p. 657. La jaquette est égalemen (...)
  • 32 Svelt, « Élégances parisienne », La Vie parisienne, 9 mai 1903, p. 270.
  • 33 Fiona Anderson, « This Sporting Cloth: Tweed, Gender and Fashion 1860-1900 », Textile History, 37 ( (...)
  • 34 Grands Magasins du Louvre, Nouveautés d’hiver 1887-1888, vol. 4, p. 3-4. ; Grands Magasins du Louvr (...)
  • 35 Catalogue commercial Burberry, 1908-1911, Londres, Museum of London, n. p., Inv. LW.COS.OFF.1.3.
  • 36 « Choses et autres », La Vie parisienne, 30 août 1890, p. 488.

13L’ensemble tailleur, veste et jupe, pas toujours assorties, s’impose également dans le  vestiaire féminin de la fin du xixe et du début du xxsiècle. La chroniqueuse Jeanne  de Céran s’exclame, dans La Vie parisienne du 22 mai 1890 : « Le vêtement qui va à tout le monde, c’est la veste tailleur, en drap, modification de la jaquette31. » Empruntée au vestiaire masculin, la veste de tailleur cintrée et boutonnée et sa jupe plate en drap de  laine est à la fin du xixsiècle couramment portée pour les activités physiques, notamment la marche, à laquelle, selon la presse, toute femme soucieuse de sa ligne ne peut se dérober. En 1903, le chroniqueur Svelt détaille dans La Vie parisienne la journée d’une jolie femme au printemps : après avoir déjeuné au lit, vu ses enfants et fait ses ablutions, elle revêt, si elle monte à cheval, chemise « anglaise, corset de cheval, culotte de peau  souple, bottes, jupe et jaquette gris fer, cravate blanche à plastron, chapeau melon ». Si elle ne fait pas d’équitation, il lui est recommandé d’aller, « pour ne pas engraisser », faire « un peu de footing ». Son costume du matin est alors un « trotteur de cheviotte avec jupe à empiècement et à plis […]32. » La veste tailleur reprend des caractéristiques de coupe de son homologue masculin, col justement dit tailleur, parfois plis plaqués ou à soufflets sur les devants, détails d’assemblage, fermeture devant et aux poignets avec de simples boutons ronds de corne ou de résine. Elle est coupée dans des draps de laine, en particulier le tweed et la cheviotte pour les activités de plein air. Ceux-ci sont souvent commercialement attribués à l’Angleterre et à l’Écosse. Fiona Anderson, spécialiste de l’histoire du tweed écossais, souligne d’ailleurs le lien entre la vogue des tailleurs de drap de laine, en  particulier du tweed, et l’image véhiculée par ceux-ci de la virilité idéalisée du soldat Highlander, réputé pour sa bravoure et son goût des jeux rudes et des sports de plein air33. Dans le catalogue commercial de l’hiver 1887-1888 des Grands Magasins du Louvre, le  « Comptoir des étoffes de fantaisie » et celui des draperies offrent plusieurs qualités de cheviotte, dont certaines sont qualifiées de drapées, mélangées et rayées, dites pour « robes  et costumes ». Pour l’hiver 1896-1897, drap cheviotte, bure cheviotte et drap anglais pour costumes, robes et manteaux de voyages sont proposés aux dames34. L’équipementier Burberry propose, lui, différents modèles de tailleurs et manteaux pour femmes pour lesquels on peut choisir son drap, en particulier les fameux tweeds dits  « gamefeather » aux couleurs les plus proches possible de la nature35. Il est d’ailleurs à noter que les fabricants équipementiers offrent aux femmes des manteaux, capes et autres vêtements de pluie, de voyage et de chasse calqués sur ceux des hommes. Une forme de  tailleur pour la chasse au fusil, vantée dans La Vie parisienne d’août 1890, inclut la  redingote, elle aussi d’origine masculine, dont les longues basques tombant jusqu’aux  genoux recouvrent une culotte bouffante. Le chroniqueur ajoute à propos de  celle-ci : « Cette forme très enveloppante peut tenir lieu de jupe, sans que ce costume masculin ait rien de disgracieux, ce qui arrive toujours lorsqu’une femme bien faite revêt des  habits d’homme36. »

3. La culotte féminine : usages et critiques

  • 37 Colette Cosnier, Henriette d’Angeville. La dame du Mont-Blanc, Chamonix, Guérin, 2006, p. 100.
  • 38 Nadine Chaboud, « La controverse du pantalon, deux siècles d’alpinisme féminin », dans Défilé alpin (...)
  • 39 Colette Cosnier, Henriette d’Angeville, op. cit., p. 102.
  • 40 Petit Courrier des Dames. Journal des Modes, noVI, t. XXIX, 14e année, 31 juillet 1835, n. p., grav (...)
  • 41 Pascale Gorguet Ballesteros, « Women in Trousers: Henriette d’Angeville, a French Pioneer? », Fashi (...)
  • 42 The Radical Women’s Press of the 1850s, éd. par Anne. Russo et Cheris. Kramarae, New York et Londre (...)

14Ainsi, le costume tailleur féminin peut être associé à une culotte ou une jupe-culotte. Or,  l’un des jalons principaux de l’histoire du vêtement bifide féminin appartient explicitement à l’histoire des activités sportives françaises. Sa date précoce, 1838, détrône l’épopée plus tardive de l’Américaine Amelia Bloomer (1818-1894). En effet, Henriette  d’Angeville (1794-1871), deuxième femme à être parvenue au sommet du  mont Blanc, adopte un pantalon resserré aux chevilles pour son ascension. Fille du  Comte Adolphe d’Angeville, elle est originaire de la ville de Lompnes, dans l’Ain, où  sa  famille possède un château. Orpheline de mère, elle passe son enfance en compagnie de trois frères dont elle partage les courses dans la campagne. Jeune femme, elle mène la vie mondaine d’une aristocrate de province, assistant à des dîners et des bals. Mais elle lit également beaucoup, revendique une grande liberté de pensée et aime arpenter les sentiers de montagne. Elle séjourne souvent à Genève où circulent, abondamment commentés, les  récits des alpinistes lancés à la conquête du mont Blanc, comme celui du jeune Henry  Martin Atkins (1818-1842) en 1837. Celle qui fut surnommée « la fiancée du mont  Blanc » rédige deux versions de son ascension de 1838, l’une spontanée qu’elle note dans un carnet au fur et à mesure de son parcours, l’autre plus posée qu’elle fera illustrer à son retour dans l’espoir de la publier. Elle se prépare à cette aventure avec soin et prévoit le  port d’une culotte, soit, détaille-t-elle, « une paire de pantalons larges à corsage haut et à  guêtres en bas rentrant dans le soulier. Ce pantalon en étoffe écossaise, doublé d’un drap molleton et bien clos (sic) […]37 » et resserré aux chevilles, est connu grâce au dessin qu’en  fit Henri Deville38 pour illustrer le récit de l’ascension. Consciente du caractère inconvenant de sa tenue pour une femme, Henriette écrit : « Tel est le costume peu coquet que j’aurai à revêtir aux Grands-Mulets pour la deuxième journée d’ascension, car je  compte partir de Chamonix en costume très féminin39. » Cette tenue dérive en fait des  costumes de chasse masculins des années 1830, publiés par la presse de mode, que la  jeune femme a certainement vus portés par son frère Adolphe40. L’Américaine Amelia  Bloomer n’est donc pas la toute première femme à avoir arboré un pantalon d’homme, contrairement à une légende bien établie. En effet, si, en Amérique, au milieu du xixsiècle, plusieurs femmes veulent réformer leur vêtement et font de ce dernier un  symbole de leur désir d’indépendance41, l’histoire a retenu le nom d’Amelia Bloomer qui non seulement le porta mais en loua également les qualités dans des articles publiés dans la revue The Lily42 en 1851, portant ainsi le débat sur la place publique.

  • 43 Les Modes françaises, journal des tailleurs, 35e année, août 1864.

15Depuis les années 1830, les femmes françaises ont donc progressivement pris l’habitude de  porter un vêtement bifide pour différentes catégories d’activités physiques : gymnastique, natation – les costumes peuvent d’ailleurs être les mêmes – patinage, escrime  – une culotte est généralement portée sous la jupe –, équitation – un pantalon est  enfilé sous la jupe de l’amazone –, chasse au fusil – une culotte peut être portée sous  une veste à longues basques. Le Journal des tailleurs du mois d’août 1864 publie une  gravure montrant une chasseuse au fusil dont le costume est constitué d’une veste ajustée à longues basques et d’une sorte de sarouel arrêté aux genoux, proche de la culotte bouffante arborée par les chasseurs qui l’entourent (Fig. 2)43.

Fig. 2 : Illustration publiée dans Les modes françaises, journal des tailleurs, 35année, août 1864

Fig. 2 : Illustration publiée dans Les modes françaises, journal des tailleurs, 35e année, août 1864

Les modes françaises, journal des tailleurs, 35année, août 1864

16En 1868, le tailleur Alexis Lavigne (1812-1886) prévoit quatre silhouettes de femmes en  culotte et en pantalon pour la partie de sa future encyclopédie dédiée aux amazones, pantalons et costumes de chasse (Fig. 3).

Fig. 3 : Alexis Lavigne, projet pour une encyclopédie, Amazone, pantalon, costume de chasse, 4partie, 1868

Fig. 3 : Alexis Lavigne, projet pour une encyclopédie, Amazone, pantalon, costume de chasse, 4e partie, 1868

Paris, ESMOD, Fonds ESMOD, GL4-13

© ESMOD Fonds Lavigne

  • 44 Alexis Lavigne, projets gravés pour une encyclopédie, 4partie, « Amazone, pantalon, costume de ch (...)
  • 45 Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, Seuil, 2010, p. 70.
  • 46 Le Panthéon universel. Moniteur des expositions universelles, 21année, 1895, no978, p. 19.

17Deux des dessins sont particulièrement intéressants car il y est prévu un système de relevé de mesures, en vue d’une normalisation et d’une rationalisation de la coupe44. De fait, si,  depuis le 7 novembre 1800, une ordonnance de la Préfecture de police de Paris45 interdit aux femmes le port de vêtement de l’autre sexe, il semble que le port du vêtement bifide lié à  des activités physiques soit plus répandu que nous l’imaginons dans les années 1890, au  moment où un nouveau loisir de plein air déferle dans la sphère féminine : la bicyclette. Un texte du Panthéon de l’Industrie. Moniteur des expositions universelles fait état des  préoccupations des tailleurs pour les nouveaux vêtements féminins liés au  « bicyclettisme » : « Les vélocemen ont leur costume spécial combiné de façon à rendre les efforts musculaires aisés, à dégager l’homme. Chez la dame-cycliste, l’habillement est  plus important encore et constitue, comme l’amazone, un vêtement absolument à part, difficile à combiner et difficile à établir46. » L’Exposition du cycle à Bruxelles en 1895 a  révélé un tailleur orfèvre en la matière, Prosper Astérion, tailleur pour dames à Bruxelles. Ce dernier a imaginé de présenter à cette exposition un jardin planté d’arbres et de plantes orné en son centre d’un mannequin représentant un mannequin, soit une « élégante dame-cycliste montée sur sa machine » qui pédale vigoureusement grâce à un dispositif mécanique. Cette figure porte un modèle inventé par Astérion, une jupe culotte :

  • 47 Ibid.

18Ce vêtement est, en principe, une véritable culotte et permet à la dame qui le porte d’enfourcher sa bicyclette à la façon d’un homme, d’y bondir en voltige comme un  sportsman et de rouler de la façon la plus aisée. La dame-cycliste met-elle pied  à  terre, aussitôt la culotte prend et garde la forme et l’aspect d’une véritable jupe, sans être froncée aux genoux, comme tant d’autres jupes47.

  • 48 Jean Béraud, Le Chalet du cycle au bois de Boulogne, vers 1900, huile sur toile, h : 53,5 cm, l : 6 (...)

19Jupe culotte ou culotte, ou encore « bloomer » en référence au vêtement bifide d’Amelia  Bloomer, ce vêtement fait couler de l’encre au sens propre et figuré. Il est immortalisé par le célèbre tableau de Jean Béraud (1849-1935) représentant ces dames, dans des attitudes parfois peu féminines, et leurs bicyclettes (Fig. 4)48.

Fig. 4 : Jean Béraud, Le Chalet du cycle au Bois de Boulogne, vers 1900

Fig. 4 : Jean Béraud, Le Chalet du cycle au Bois de Boulogne, vers 1900

Huile sur toile, Paris

Musée Carnavalet – Histoire de Paris

20Mais le traitement quasi théâtral de l’espace figuré et les poses figées des personnages évoquent une frontière poreuse entre des vêtements bifides de travestissement et ceux portés dans un objectif de praticité essentielle. L’ouvrage mi-historique mi-satirique, La Femme  en  culotte, publié en 1899 par l’écrivain journaliste français John Grand Carteret (1850-1927) est un des meilleurs exemples de cette ambiguïté. Il y est résumé de façon lapidaire l’accusation faite aux femmes de se viriliser :

21Femme en culotte. Genre neutre. Personnage moitié homme, moitié femme qui montre avec ostentation ce que le sexe faible cachait autrefois avec soin.

  • 49 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, op. cit., p. 267-269.

22Se prépare aux croisements par le croisement des jambes, ne manque jamais l’heure de l’apéritive (sic), fume à la douzaine cigares et cigarettes, affectionne la  littérature… déculottée, et lit quotidiennement avec le plus vif intérêt, le Sport, Le Vélo et autres organes attrayants de la plus haute intellectualité49.

  • 50 Ibid. , p. 3.

23Les illustrations de Fernand Fau (1858-1915) et Gustave Girrane (1865-1922), comme des  reprises de croquis parus dans la presse internationale, ponctuent le texte, véhiculant diverses variantes de femme culottée, commentant ses essais d’émancipation : « Cupidon, entrant chez elle en facteur, se demande, à la vue de tous ces attirails de sport et d’exercices violents, s’il ne se trompe pas d’adresse, autrement dit de sexe »50 claironne une vignette reprise d’un album humoristique néerlandais. Car si le vestiaire féminin évolue formidablement sous la poussée des activités physiques puis sportives, ne nous y trompons pas. La femme « mise comme l’homme » a encore un long chemin à parcourir avant d’être acceptée. Le Journal des tailleurs du mois d’août 1864, déjà cité, commente ainsi le costume de la chasseuse en culotte :

  • 51 Les Modes françaises, journal des tailleurs, 35e année, août 1864, p. 2.

24[…] costume auquel on donne le nom de Diane chasseresse, Diane au bois, ou tout autre nom mythologique pouvant donner lieu à quelque compliment ou à quelque phrase gracieuse. La chasseresse n’est au fond que le costume d’homme plus élégamment arrangé, et que plusieurs de nos grandes dames ne dédaignent pas de  porter une fois ou deux, par hasard, par caprice, et sous prétexte de chasse : c’est  un travestissement d’été. On a un petit fusil, très-léger, très-damasquiné, et  c’est un garde-chasse qui, placé directement en arrière, abat le gibier que la  châtelaine croit avoir atteint51.

  • 52 Ingrid Runggaldier, « Alpinisme au féminin », L’Alpe, no19, 2003, « Des sports et des jeux », p. 49
  • 53 Jessica Compois, Catherine Poletti, Des musées, un patrimoine. Les collections se dévoilent, Chamon (...)

25De fait, il s’agit probablement d’un véritable vêtement de travestissement, ce qui explique la  publication de cette gravure alors que le port du pantalon féminin est interdit par la loi. Dans un autre domaine, au début du xxsiècle, les femmes alpinistes quittent toujours la  vallée de Chamonix en jupe : Elizabeth Le Blond (1860-1934), fondatrice du Ladies  Alpine  Club en 1907, raconte comment, ayant oublié sa jupe au refuge, elle envoya son guide à l’hôtel, qui lui ramena par mégarde une robe de bal52. Dans les années 1910, Madeleine Namur Vallot scandalise Chamonix en s’y promenant en pantalon. Elle est d’ailleurs immortalisée dans ce vêtement par son époux, le peintre Paul-Franz Namur (1877-1958)53 (fig. 5).

Fig. 5 : Paul-Franz Namur, Madeleine Namur-Vallot à ski, 1910

Fig. 5 : Paul-Franz Namur, Madeleine Namur-Vallot à ski, 1910

Chamonix, Musée Alpin.

26Il est vrai qu’elle est représentée sur ses skis, fendant la neige, et non dans la vallée. Marie  Marvingt écrit d’ailleurs, dans un ouvrage relatif aux femmes et au ski :

  • 54 Marie Marvingt, « Les femmes et le ski », dans Louis Magnus, Renaud de La Fregeolière, Les Sports d (...)

Or si une femme veut sérieusement faire du tourisme dans la montagne elle devra avant tout s’occuper de son costume. Là apparaît une question d’une importance capitale : adoptera-telle une culotte ou une jupe ? […] L’habillement le plus pratique consiste dans une veste, une petite jupe et une culotte, puisqu’il faut en passer par là. La veste doit être ample et aura des poches assez larges pour enfermer les objets indispensables tels que le canif, lunettes vertes, ficelle, foulard, etc. La culotte doit  être soigneusement coupée. Trop serrée, comme les pantalons des hommes, elle  tendrait à faire croire que les genoux se heurtent. Par conséquent, l’étoffe devra surplomber le genou à l’endroit où les leggins commenceront. La jupe doit être courte et aussi légère que possible de façon à pouvoir être mise sans difficulté dans le sac, de même qu’il convient de pouvoir l’ôter ou la remettre sans difficulté54.

  • 55 Ibid., p. 55.

Le souci de praticité doit s’accorder avec la bienséance55.

4. Être moderne en culotte !

  • 56 Antonin Louis, Les Femmes en culotte. Chansonnette comique, Paris, Édition musicale française, 1911
  • 57 Marianne Weber, « La femme nouvelle. The new Woman » [1914], traduction de Michèle Dupré, Gwenaëlle (...)
  • 58 John Grand-Carteret, xixe siècle, op. cit.

27Entre autres manifestations d’humour viril à propos de la femme-homme, en 1911, le  chansonnier et compositeur Louis Antonin (1845-1915) crée une polka qui se gausse de  ces nouvelles femmes en culotte : « […] Ce grimpant facilite / les exercic’s de corps, / À  la grande ou la p’tite / pour les jeux et les sports […] Cette pantalonnade / va les mettre en valeur, / […] Malgré ça, le vrai rêve / pour rincer l’œil aux vieux, / ce serait l’costume d’Ève […]56. ». Or, à peu près dans le même temps, « La femme nouvelle », titre d’un texte de la sociologue allemande Marianne Weber (1870-1954) publié en 1914, prône une femme active, qui ne garde plus le foyer mais conquiert l’espace public : « La femme moderne revendique de toutes ses forces la possibilité de se construire elle-même et de participer à la  production du monde social57. » À la faveur de diverses évolutions sociales, dont le  développement des activités physiques et sportives, il est patent que la femme de la fin du xixe et du début du xxsiècle est en pleine métamorphose. La femme « mise comme l’homme […] »58 se pose de plus en plus comme l’équivalent visuel de cette femme déterminée qui, depuis les années 1830, instaure, progressivement mais durablement, une  apparence nouvelle et un engagement inédit dans le monde qui l’entoure. John  Grand Carteret prédisait que :

  • 59 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, op. cit., p. vi-vii. Une note dans le texte de Grand-Cart (...)

Chansonnée, caricaturée, – les chansons sur elle sont déjà légion, les caricatures emplissent nos illustrés, – la femme en culotte s’annonce bien réellement comme la  femme de demain. Elle représente une des faces – et non la moindre – du mouvement d’émancipation ; elle personnifie la révolution du costume ; elle indique la fin de tout un vieux monde, la disparition du dernier vestige des lois somptuaires appliquées au sexe59.

Haut de page

Notes

1 John Grand-Carteret, xixsiècle (en France) : classes, mœurs, usages, costumes, inventions, Paris, Firmin-Didot, 1893, p. 759.

2 Je remercie Garance Salaün qui a contribué à la documentation de cet article.

3 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, Paris, Ernest Flammarion, 1899, p. 165-166 : « Culotte de canotage, culottes de chasse, c’est-à-dire liberté, excentricité, rupture avec le pot-au-feu de la vie bourgeoise et pour certaines professionnelles, ragoût, piment d’une saveur particulière. » Grand-Carteret signale les jeux de travestissements des « canotières » et des chasseuses qui, sous le Second Empire, adoptent un vêtement bifide pour imiter leurs compagnons. Dans le registre des activités physiques, il y voit les ancêtres de la femme cycliste en culotte.

4 Surnom donné au tableau de Franz Xaver Winterhalter (1805-1873), L’Impératrice Eugénie entourée de ses dames d’honneur (1855, palais de Compiègne).

5 Ludovic de Vaux, Les Femmes de sport, préface d’Arsène Houssaye et lettre de Catulle Mendès, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1885, p. vii.

6 Battle-Door, « Le Cercle de Tennis de l’Île de Puteaux », Les Sports modernes, août 1905, année 8, IIe série, no4, p. 7.

7 Calixte Pagès était docteur en médecine et en sciences, vétérinaire délégué de Paris et de la Seine.

8 Calixte Pagès, Manuel de culture physique, Paris, Vigot, 1911, p. 220-221.

9 Félix Marvingt, père de Marie Marvingt, était directeur des postes à Aurillac et passionné par les activités physiques. Les parents d’Annette Kellermann, musiciens, avaient fondé un conservatoire de musique à Sydney (Australie) ; Annette Kellermann pratiqua la natation de façon intensive pour compenser un handicap musculaire de naissance.

10 Françoise Baron Boilley, Marie Marvingt. À l’aventure du sport, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 65-67.

11 Anne Velez, Les Filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Christine Bard, Angers, Université d’Angers, 2010, vol. 1, p. 40-42 : disponible en ligne https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00608847/PDF/TheseVELEZ.pdf [date de consultation 20/09/2020].

12 Quatre concurrents ne terminent pas l’épreuve.

13 Anne Velez, Les Filles de l’eau, op. cit., p. 43.

14 Frantz Reichel, « La vie sportive », Le Figaro, 29 juillet 1906, p. 5 ; Anne Velez, Les Filles de l’eau, op. cit., p. 62. Marie Marvingt participe à cette épreuve sous le numéro 20.

15 Anne Velez, Les Filles de l’eau, op. cit., p. 149.

16 Ibid., p. 228.

17 Pierre Arnaud, « Le genre ou le sexe ? Sport féminin et changement social (xixe-xxsiècle) », dans Histoire du sport féminin. Sport masculin-sport féminin : éducation et société, éd. par P. Arnaud et T. Terret, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 154 et 163-164.

18 Ibid., p. 151.

19 Ensemble d’été (jupe et boléro), vers 1867, Paris, Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, Inv. 1968.8.1AB.

20 La Mode illustrée, no 37, 11 septembre 1991, p. 46 ; La Mode illustrée, no 34, 1888 : « Toilettes de Mme GRADOZ, rue de Provence 52  ».

21 X. L. Vallet, « Choses et autres », La Vie parisienne, 30 août 1890, p. 488.

22 Ernest Léoty est aussi l’auteur de Le Corset à travers les âges, Paris, P. Ollendorff, 1893.

23 Jeanne de Céran, « La mode », La Vie parisienne, 29 novembre 1890, p. 671.

24 Corset de vélo, 1900-1910, Anvers, Momu, collection Jacoba de Jonge 030 (numéro d’inventaire de la collection Jacoba de Jonge) : voir Een Leven in mode Vrouwenkleding 1750-1950. Uit de collectie Jacoba de Jonge/Living fashion. Women’s Daily Wear 1750-1950. From the Jacoba de Jonge Collection, Tielt, Lannoo, 2012, p. 106. Le ruban de taille de ce corset précise : « véritable Baleine garantie. HG Cycling Corset ». Corset de vélo, vers 1890-1900, Londres, Museum of London, Inv. W.COS.COR.21.11. Ce corset de vélo est de la marque Charles Bayer, corsetier établi à Bath. L’étiquette sur la boîte stipule : « The CB/Cyclist Corset/facilitates cycling/The Best Cycling Corset Extant/with baystar spring supports ».

25 Grands Magasins du Louvre. Nouveautés d’hiver 1887-1888, vol. 4, p. 13 ; Grands Magasins du Louvre. Saison d’hiver 1889-1890, vol. 5, p. 15 et 48.

26 Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, […] (Didot-Bottin), 91année, 1888, p. 504, 1471-1472, 1662 et 2484 ; Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie de la magistrature et de l’administration, Didot-Bottin, t. II, 1907, p. 787 et 2826.

27 « Étude sur le jersey. Dessin et légendes de Hy », L’Art et la mode, 25 juillet 1885, no34, p. 402-403.

28 Ibid.

29 Claire Lausnay, « Marmottes Capes & Maillots », Femina, 15 juin 1914, p. 357-358.

30 Williams & Co. Fabricants, Sports athlétiques, 1 et 3 rue Caumartin, Paris, 1908, p. 100 et 102 : « sweaters » d’après le nom anglais donné aux tricots qui s’enfilent par la tête.

31 Jeanne de Céran, « La mode », La Vie parisienne, 22 novembre 1890, p. 657. La jaquette est également une forme de veste masculine.

32 Svelt, « Élégances parisienne », La Vie parisienne, 9 mai 1903, p. 270.

33 Fiona Anderson, « This Sporting Cloth: Tweed, Gender and Fashion 1860-1900 », Textile History, 37 (2), novembre 2006, p. 169-171.

34 Grands Magasins du Louvre, Nouveautés d’hiver 1887-1888, vol. 4, p. 3-4. ; Grands Magasins du Louvre, Saison d’hiver 1896-1897, vol. 6, p. 4-5, en ligne sur le site internet du Palais Galliera : voir https://www.palaisgalliera.paris.fr/sites/galliera/files/iframe/GALCP-1896-97-LOU-01-vol6/files/assets/basic-html/page6.html et https://www.palaisgalliera.paris.fr/sites/galliera/files/iframe/GALCP-1896-97-LOU-01-vol6/files/assets/basic-html/page7.html [date de consultation 20/09/2020].

35 Catalogue commercial Burberry, 1908-1911, Londres, Museum of London, n. p., Inv. LW.COS.OFF.1.3.

36 « Choses et autres », La Vie parisienne, 30 août 1890, p. 488.

37 Colette Cosnier, Henriette d’Angeville. La dame du Mont-Blanc, Chamonix, Guérin, 2006, p. 100.

38 Nadine Chaboud, « La controverse du pantalon, deux siècles d’alpinisme féminin », dans Défilé alpin… La mode et la montagne du 18siècle à nos jours, éd. par N. Chaboud et C. Dupré, Annecy, conseil général de la Haute-Savoie, coll.  « Culture 74 », 2014, p. 32.

39 Colette Cosnier, Henriette d’Angeville, op. cit., p. 102.

40 Petit Courrier des Dames. Journal des Modes, noVI, t. XXIX, 14e année, 31 juillet 1835, n. p., gravure no1179.

41 Pascale Gorguet Ballesteros, « Women in Trousers: Henriette d’Angeville, a French Pioneer? », Fashion Practice. The Journal of design, Creative process & The Fashion Industry, vol. 9, 2017, 2, p. 200-213, disponible en ligne : https://doi.org/10.1080/17569370.2016.1215112 [date de consultation 20/09/2020] ; Patricia Anne Cunningham, Reforming Women’s Fashion 1850–1920.Politics, Health and aAt, Kent & Londres, The Kent State University Press, 2003, p. 38-40

42 The Radical Women’s Press of the 1850s, éd. par Anne. Russo et Cheris. Kramarae, New York et Londres, Routledge, coll. «Women’s Source Library», 1991, p. 257-264.

43 Les Modes françaises, journal des tailleurs, 35e année, août 1864.

44 Alexis Lavigne, projets gravés pour une encyclopédie, 4partie, « Amazone, pantalon, costume de chasse », 1868, Paris, ESMOD, Fonds ESMOD, GL4-13.

45 Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, Seuil, 2010, p. 70.

46 Le Panthéon universel. Moniteur des expositions universelles, 21année, 1895, no978, p. 19.

47 Ibid.

48 Jean Béraud, Le Chalet du cycle au bois de Boulogne, vers 1900, huile sur toile, h : 53,5 cm, l : 65 cm, Paris, musée Carnavalet, Inv. P.1665.

49 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, op. cit., p. 267-269.

50 Ibid. , p. 3.

51 Les Modes françaises, journal des tailleurs, 35e année, août 1864, p. 2.

52 Ingrid Runggaldier, « Alpinisme au féminin », L’Alpe, no19, 2003, « Des sports et des jeux », p. 49.

53 Jessica Compois, Catherine Poletti, Des musées, un patrimoine. Les collections se dévoilent, Chamonix, communauté de communes de la Vallée de Chamonix Mont Blanc-Préambule, 2012, p. 170-171.

54 Marie Marvingt, « Les femmes et le ski », dans Louis Magnus, Renaud de La Fregeolière, Les Sports d’hiver, Paris, Pierre Lafitte, 1911, p. 179, cité par Sandrine Jamain-Samson, Sport, genre et vêtement sportif : une histoire culturelle du paraître vestimentaire (fin xixsiècle - début des années 1970), thèse de doctorat sous la direction de Thierry Terret, Lyon, Université de Lyon 1, 2008, vol. 1, p. 53.

55 Ibid., p. 55.

56 Antonin Louis, Les Femmes en culotte. Chansonnette comique, Paris, Édition musicale française, 1911.

57 Marianne Weber, « La femme nouvelle. The new Woman » [1914], traduction de Michèle Dupré, Gwenaëlle Perrier, Isabelle Berrebi-Hoffmann, Michel Lallement, Socio, no7, 2016, « Les dynamiques de l’intime », p. 131-139, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/socio/2473 [date de consultation 20/09/2020].

58 John Grand-Carteret, xixe siècle, op. cit.

59 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, op. cit., p. vi-vii. Une note dans le texte de Grand-Carteret renvoie à des exemples de chansons.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Toilettes d’excursion
Légende Le Moniteur de la mode, 1864, pl. 744
Crédits Galliera GAL K5224
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 2 : Illustration publiée dans Les modes françaises, journal des tailleurs, 35année, août 1864
Légende Les modes françaises, journal des tailleurs, 35année, août 1864
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 3 : Alexis Lavigne, projet pour une encyclopédie, Amazone, pantalon, costume de chasse, 4partie, 1868
Crédits Paris, ESMOD, Fonds ESMOD, GL4-13
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2514/img-3.png
Fichier image/png, 398k
Titre Fig. 4 : Jean Béraud, Le Chalet du cycle au Bois de Boulogne, vers 1900
Légende Huile sur toile, Paris
Crédits Musée Carnavalet – Histoire de Paris
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2514/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 5 : Paul-Franz Namur, Madeleine Namur-Vallot à ski, 1910
Crédits Chamonix, Musée Alpin.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2514/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Gorguet  Ballesteros, « « […] mise comme l’homme, elle va, comme l’homme […] ».  »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2514

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search