Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Représentations et images du corp...

Représentations et images du corps dans l’émergence du sport moderne (xixe-xxsiècles)

Deux figures clefs, l’Homme et le Surhomme
Jean-François Loudcher

Résumés

Deux « figures » majeures, l’Homme à la fin du xviiisiècle (Foucault, 1966) et le Surhomme un siècle plus tard, sont liées à l’avènement du sport moderne. Analyser comment elles se mettent en place suppose de prendre en compte leurs représentations corporelles à partir des conceptions de la santé (Canguilhem, 1972) et des images produites. Ainsi, la première, nourrie des conceptions anciennes (ontologique et dynamique), détermine des conceptions qualitatives et quantitatives renvoyant à des images de corps lourds et lents. Ces représentations ouvrent alors sur la conception normative de la moyenne (Canguilhem, 1972) et une éducation physique éclectique dans le contexte culturel et politique particulier de la IIIRépublique. Avec l’éthique de « l’exploit » et du dépassement, essentielle au sport moderne, des images du corps aux muscles plus sveltes et saillants se répandent, en même temps qu’apparaît une diversité des normes. Leur individualisation pose alors la question de l’existence même des corps et des individus, rendant difficile leur représentation, à l’instar de certaines conceptions de l’art sportif. Dépasser l’aspect normatif mène à privilégier le processus d’adaptation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une première approche, voir Jean-François Loudcher, « Spécificités socio-politiques et culture (...)
  • 2 J.-F. Loudcher, « La France au centre de la modernité sportive », dans Histoire du sport en France, (...)
  • 3 J.-F. Loudcher, Penser les orgines du sport à la lumière foucaldienne, HDR, université de Franche-C (...)
  • 4 Jacques Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducation physiq (...)

1Évoquer l’émergence du sport en relation avec les représentations du corps qui s’y rattachent est un problème délicat. En effet, non seulement il est difficile, du fait de la longue période concernée et de la diversité des activités physiques1, de repérer quelles pratiques ont conduit principalement à structurer le sport, mais l’objet lui-même est peu aisé à cerner. De surcroît, la notion de représentation corporelle doit être précisée. Face à cette complexité, il est habituel de distinguer deux formes de pratique. Une première, dite moderne2, assez limitée, concerne la compétition institutionnalisée basée sur le principe du record classificatoire développé dans le cadre d’une pratique démocratique organisée selon des valeurs d’égalité et de fair-play3 ; celle-ci se réalise progressivement et pleinement vers la fin du xixsiècle et n’est plus l’apanage des Anglais. Une deuxième, plus extensive, s’adresse aussi bien aux pratiques de loisir que de santé et d’hygiène : il est, dès lors, plus délicat de repérer des moments historiques clefs de son évolution car, ainsi que l’a analysé Jacques Ulmann dès 19654, elles existent depuis des lustres, de l’Égypte ancienne au Moyen Âge, en passant par les Grecs et les Romains de l’Antiquité, sans oublier l’Asie, l’Afrique ou l’Amérique.

  • 5 J.-F. Loudcher, Christian Vivier, « La santé dans l’histoire de l’éducation physique : analyse des (...)
  • 6 Ibid.

2Toutefois, si les représentations du sport peuvent être lues à travers les images du corps produites, il est aussi nécessaire de les analyser selon des conceptions de la santé (théories, sciences, connaissances…) permettant de mieux cerner les rapports aux corps. Dans ce but, nous référant au travail de Georges Canguilhem5, nous avons mis en évidence6 que, en ce début du xxsiècle, en France, des conceptions de la santé se croisent d’une manière assez spécifique alors que le monde de l’éducation physique et du sport se développe tout particulièrement. En conséquence, cette relation entre conceptions et images du corps ne révèle-t-elle pas une « figure » spécifique permettant de mieux identifier et comprendre l’émergence d’un sport moderne privilégiant le dépassement de soi par la pratique compétitive régie par une éthique à l’égard d’une adversité organisée institutionnellement par des fédérations de plus en plus directives.

1. La figure de l’Homme au tournant du xviiie et du xixsiècle : nouvelle épistémê et avènement de nouvelles pratiques physiques

1.1 Nouvelles pratiques et nouveau rapport au corps

3Le sport moderne prend forme en France à la fin du xixsiècle dans un contexte tout à fait particulier. Héritier de nombreuses activités corporelles développées antérieurement, il se structure désormais autour de relations internationales selon un processus de régulation institutionnelle (fédérations, ligues…) développant une éthique (fair-play) qui tend à devenir universelle. Toutefois, afin de permettre aux individus de s’affronter les uns aux autres de manière régulière, ces activités physiques ont subi quelques transformations dans leur manière d’être pratiquées, dont certaines, décisives, remontent à la fin du xviiisiècle.

  • 7 Michel Foucault, Les Mots et les Choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, (...)
  • 8 Clément-Joseph Tissot, Gymnastique médicinale et chirurgicale, ou Esssai sur l’utilité du mouvement(...)
  • 9 J. Ulmann, De la gymnastique…, op. cit.
  • 10 J.-F. Loudcher, Histoire de la savate, du chausson et de la boxe française, 1797-1978 : d’une prati (...)
  • 11 Girolamo Mercuriale, De Arte gymnastica, Venise, Giunta, 1569.
  • 12 J.-F. Loudcher, Histoire de la savate, du chausson et de la boxe française, 1797-1978 : d’une prati (...)
  • 13 Dave Day, Tegan Carpenter, A History of Sports Coaching in Britain. Overcoming Amateurism, London/N (...)

4Ainsi, une première transformation du rapport au corps se développe à la fin du siècle précédent, que l’on peut résumer à travers l’épistémê de l’Homme que décrit Michel Foucault7. Moyen et fin de toute chose, elle génère une nouvelle manière d’être au monde, ainsi que le montre l’ouvrage du médecin Clément-Joseph Tissot (1747-1826) en 1780. L’auteur propose, pour faire relever une épaule qui baisse, « de faire porter un fardeau sur l’épaule défectueuse et ne point toucher à celle qui lève »8. Autrement dit, alors que là où des machines orthopédiques étaient le plus souvent employées, l’individu devient dorénavant la source de son propre redressement. Dans le même sens, lorsque le Suisse Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827), selon Jacques Ulmann9, invente au tout début du xixsiècle les mouvements répétitifs segmentaires du corps dans le vide et de manière collective, qui auront un immense succès international, il pousse cette logique de transformation de soi par soi à l’extrême. Plus largement, de nouvelles pratiques apparaissent. La culture physique développée peu après par des gymnasiarques tel Hippolyte Triat, Napoléon Laisné ou les frères Lecour établissant des salles d’entretien du corps commerciales10, propose de développer et de faire voir un corps, gage de santé, grâce, entre autres, à l’utilisation d’haltères utilisées jusque-là comme un moyen de renforcer l’individu en général en suivant les préceptes de la nature11. La savate, qui apparaît à la fin des années 182012, atteste aussi de ce nouveau rapport au corps, exprimant une autre relation à soi et aux autres. Il s’agit, pour les combattants, lors d’un duel à mains nues, d’affronter une sorte de double permettant d’attester son existence grâce à un défi corporel réglé et non plus par l’utilisation d’armes ou de rixes. Outre-Manche, ce nouveau rapport au corps s’exprime aussi, mais de manière spécifique. En boxe anglaise, alors que le boxeur ayant subi un knock-down pouvait être ramené quasi inconscient au centre du ring par ses seconds, les Prize Ring Rules de 1838 entérinent une évolution des règles qui imposent dorénavant qu’il le fasse par lui-même. Plus généralement, les compétitions de course à pied ou de cricket font l’objet d’un entraînement personnalisé témoignant de l’exercice d’un travail sur soi important conduisant d’ailleurs à recourir au service d’un « coach »13, prouvant ainsi l’impérieuse nécessité d’une amélioration de soi grâce au regard de l’autre.

5En bref, cette épistémê exprime une autre manière de connaître les choses à travers une nouvelle représentation des corps. Surtout, elle engage une façon spécifique de différencier les individus afin qu’ils puissent se reconnaître comme des adversaires potentiellement valables, sinon « égaux ».

1.2 Classifier pour différencier

  • 14 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976, p. 224.
  • 15 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973.
  • 16 Jacques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique des enfants depuis leur naissance jusqu'à (...)
  • 17 Gerhard Ulrich Anton Vieth, Versuch einer Enzyklopädie der Leibesübungen, Berlin, Hartmann, 1794 ; (...)
  • 18 M. Ozouf, La Fête…, op. cit., p. 225 : « c’est à partir de neuf ans qu’on est autorisé à participer (...)

6En effet, une nouvelle différenciation des genres et des classes opère désormais. Sous la Première République, entre l’an IV (1796) et l’an VII (1799), selon Mona Ozouf, on assiste à une évolution radicale dans la constitution des groupes et l’élaboration de ces différenciations. Aux « groupes traditionnels se substituent progressivement les groupes par âges »14. Ce processus s’inscrit dans une transformation générale où la notion d’adolescence émerge15. Cette problématique fut reprise et développée maintes fois, par Jean Charles Desessartz (1729-1811), Jacques Ballexserd (1726-1774) et Tissot16, puis par les gymnastes allemands17 et suisses. Elle spécifie la constitution de groupes de niveaux spécifiques pour l’instruction publique et l’instruction militaire. Ainsi, l’âge de neuf ans est « l’indiscutable sortie de l’enfance »18.

  • 19 J. Ulmann, « Âgon, ludus, jocus et sport », Science et motricité, no6, novembre 1988, p. 2-6.
  • 20 Bien souvent, il y a confusion entre performance et record.

7En Angleterre, cependant, il s’agit plutôt de classer par le résultat, ainsi que l’atteste la notion de record qui s’y développe19 : l’action permet, par la comparaison aux niveaux local et national, que ce soit en course à pied, à cheval, en cricket ou en boxe, de différencier les meilleurs. Toutefois, la victoire ou la défaite est encore l’expression d’une nature ou d’un dieu tout-puissant. Au siècle suivant, la figure de l’Homme génère de nouvelles façons de pratiquer, notamment en tentant de différencier les qualités humaines. Ainsi, en boxe, les catégories de poids se précisent et se systématisent. Les courses à pied se spécialisent selon les formes (mi-distance, longue distance) et les pratiquants. On parle alors de record catégoriel plutôt que de performance20.

8Ce désir de différencier les classes, les genres et les âges entraîne, en conséquence, de nouvelles représentations, que l’on peut tenter de saisir, d’une part, à travers les conceptions de la santé proposées par Georges Canguilhem et, d’autre part, par les images des corps qui s’y rattachent. De nouvelles perspectives de canons esthétiques, quoiqu’encore peu définies, accompagnent cette mutation. La « normalité » se cherche par ce qui est différent et résulte d’une évolution de deux conceptions développées antérieurement : dynamique et ontologique.

1.3 Conceptions dynamique et ontologique

  • 21 Georges Canguilhem, Le Normal et le Pathologique [1966], Paris, PUF, « Galien », 1972, p. 12.

9Effectivement, ces deux conceptions alimentent fortement les représentations des pratiques physiques depuis de nombreuses années. La théorie d’ordre dynamique, initiée par Galien, médecin grec du iisiècle apr. J.-C., admet l’idée totalisante de la nature constituée à partir des quatre éléments que sont le chaud, le froid, l’humide et le sec. La maladie est un déséquilibre, une désharmonie, et l’organisme déclenche une maladie pour guérir. Dans cette optique, « la thérapeutique doit d’abord tolérer et au besoin renforcer ces réactions hédoniques et thérapeutiques spontanées »21. La théorie, surtout actualisée aux xvie et xviisiècles, promeut un équilibre pouvant être obtenu au moyen d’un système qualifié d’hydrodynamique ou humoral, selon des procédés qui ne relèvent pas strictement de l’éducation physique comme les saignées ou les ventouses. Plus encore, cette conception limite le type d’exercice effectué et son intensité. Dans une ambiance chaude et humide, les exercices sont modérés. Par contre, des mouvements lents sont conseillés dans une atmosphère froide et sèche, alors que le chaud et le sec interdisent l’exercice. La pratique d’exercices intenses est réservée, quant à elle, à une atmosphère froide et humide. Et ce n’est sans doute pas un hasard si le docteur Samuel Hahnemann (1755-1843) invente l’homéopathie au début du xixsiècle, car on peut y voir une réactualisation de cette théorie déterminée selon la nouvelle figure de l’Homme. C’est bien l’individu lui-même qui décide de l’absorption de doses données dans le but de guérir en recréant un équilibre interne dans le corps, qui n’est dorénavant plus soumis à un changement de conditions naturelles ou de considérations cosmogoniques entraînant dysfonctionnements et maladie.

  • 22 Ibid., p. 11.
  • 23 Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille. Lodorat et limaginaire social (xviii-xixsiècles), Pa (...)
  • 24 Philippe Perrot, Le Travail des apparences ou Les Transformations du corps féminin (xviii-xixsi (...)
  • 25 Georges Vigarello, Le Propre et le Sale. Lhygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985 (...)
  • 26 Émile André, « La méthode suédoise », dans Traité déducation physique, éd. par M. Labbé, Paris, Ga (...)

10L’autre conception est la théorie ontologique que nous ont léguée les Grecs anciens. Selon Georges Canguilhem, elle permet de « voir dans tout malade un homme augmenté ou diminué d’un être »22. Ces actions de guérison visant à faire disparaître les intrusions étrangères du corps de l’individu se sont transmises depuis le Moyen Âge (saignée, ventouses, lavements) jusqu’aux découvertes pastoriennes et, plus généralement, des micro-organismes. La prévention joue un rôle déterminant et, notamment, la gymnastique qui privilégie l’aération et la ventilation. Philippe Perrot rappelle combien les travaux de Pasteur, puis de Joseph Lister (1827-1912) et Robert Koch (1843-1910), en confirmant la théorie des miasmes de la fin du xviiisiècle23, amorcent une « paranoïa hygiéniste radicalisée »24. Désormais, la propreté ne s’attaque plus à la putridité : tout bascule. Le microbe est une cause précise, vivante, savante… et comptable. Le catastrophisme hygiénique n’a plus rien à voir avec le corps poreux des craintes anciennes mais les êtres corpusculaires, ces « monstres invisibles »25 comme le sous-titre Georges Vigarello, représentent un danger constant indirect : dépôt sur les mains, sur les vêtements, contamination de la nourriture, de l’air respiré, etc. En conséquence, des formes particulières de gymnastique, comme celle que l’on appelle suédoise, promue par Pehr Henrik Ling (1776-1839) et le docteur Philippe Tissié (1852-1935) en France, vont se répandre au cours du siècle car elles sont censées combattre le virus de la pneumonie26, la bronchite et l’asthme. Il importe donc de repérer ces différents états pour savoir s’en protéger, non seulement en s’en prévenant mais aussi en s’en guérissant.

1.4 Conception quantitative et qualitative et nouvelles représentations du corps

  • 27 Adolphe Quételet, Physique sociale ou Essai sur le développement des facultés de l’homme [1835 et 1 (...)

11Ainsi, les considérations positivistes d’Auguste Comte (1798-1857), s’inscrivant à la suite de recherches objectivables de la science (Claude Bernard, 1813-1878) offrent une autre possibilité de sérier et de quantifier. Le passage du physiologique au social est aisé car il s’agit alors d’établir une moyenne. Pour le statisticien Adolphe Quételet (1796-1874) : « L’homme que je considère ici est, dans la société, l’analogue du centre de gravité dans les corps, la moyenne autour de laquelle oscillent tous les éléments sociaux : ce sera si l’on veut un être fictif pour qui toutes les choses se passeront conformément aux résultats moyens obtenus par la société27. »

  • 28 Ibid.
  • 29 Le bertillonnage est une anthropométrie judiciaire mise au point par le Français Alphonse Bertillon (...)

12Toutefois, la moyenne est organisée autour d’une référence à la norme et l’auteur ne s’embarrasse pas du détail : « Si l’on cherche à établir en quelque sorte les bases d’une physique sociale, c’est lui que l’on doit considérer sans s’arrêter aux cas particuliers ni aux anomalies28. » Les corps sont mesurés, et à partir de ces mesures la norme du crime et de l’honnêteté peut être déterminée, ouvrant ainsi au « bertillonnage » (1879)29. Mais, dans cette conception de la norme quantitative, la figure de l’Homme ne peut intégrer la diversité : l’apprécier, c’est s’interroger sur la qualité des éléments et donc appréhender d’autres images du corps. Plus ou moins indépendamment se développe alors la théorie qualitative.

  • 30 G. Vigarello, Le Corps redressé : histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, J.-P. Delarge, 1978.
  • 31 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilit (...)
  • 32 Théophile Gautier, « Le maître de chausson », dans Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie (...)
  • 33 Louis Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, Paris, Gabriel de Gonet, 1853-1855, p. 34.
  • 34 Frédéric Loyer, J.-F. Loudcher, « La difficile sportivisation de la lutte (1852-1913) : l’expressio (...)
  • 35 Jules Vallès, La Chronique parisienne, 1858, no 2, « Portrait de Carcassone dit le Barbare ».

13L’exemple de l’analyse du corps droit par Georges Vigarello30 en est une des plus révélatrices. Dans la lignée des corps forcés de la gymnastique médicale, puis des pratiques régimentaires de Friedrich Ludwig Jahn (1778-1852), Francisco Amoros (1770-1848) ou même Peter Heinrich Clias (1780-1854), insistant sur les positions collectives et rigides des déplacements, auxquels on pourrait associer théorie qualitative et théorie dynamique, les activités physiques se transforment, laissant libre cours à l’expression des corps. Mais la fonction d’auto-redressement de l’homme constatée à la fin de l’âge classique favorise la diversité des pratiques sociales ainsi qu’une certaine libération des corps dans le mouvement qui, désormais, est pris comme pouvoir thérapeutique. C’est pourquoi, à l’inverse de la normalité désormais recherchée sur des bases « scientifiques », il est accordé une place si importante aux hommes-phénomènes, à la femme à barbe ou aux nains et géants : ils alimentent les spectacles de foire comme autant de curiosités d’une humanité marginale faisant remonter les questions cruciales d’une « race » pouvant être désormais « objectivée ». On se questionne sur la normalité « humaine » en questionnant ses marges. Sous la Restauration et la monarchie de Juillet se développent des cercles respectables, à l’image du Jockey-Club (1833), et des « sociétés d’étudiants chahuteurs »31 comme les « Badouillards », les « Pur-sang » ou les « Bousingots ». Le corps est un repère de plus en plus important dont la mise en jeu permet de s’affirmer socialement. Les fashionables, les dandys et les lions, dont « les plus chevelus fréquentent la salle de Mr Lecour »32, pratiquent escrime et savate romantiques. Le quadrille laisse place aux « chahuts » et aux « cancans », accentuant les exhibitions individuelles des danseurs et le rapprochement des corps. Parmi la diversité de leurs images, celle d’une bourgeoisie épanouie se démarque : « on estimait les forces herculéennes » et l’on « faisait cas de larges épaules, d’un ventre proéminent, de mollets luxuriants »33. Antoine-Hippolyte Triat (1812-1881), initiateur avec Napoléon Laisné (1810-1896) du premier « gymnase club », en 1848, près des Champs-Élysées, fait le commerce d’une culture physique de plancher où les haltères modèlent des formes robustes plus proches de l’imposant gladiateur romain antique que du Grec svelte. La lutte, qui s’érige en spectacle pré-sportif, donne à voir l’expression de ces forces statiques et des corps lourds34 ; elle devient une expression sociale et populaire que traduisent les peintures de Gustave Courbet, en 1853, ou d’Alexandre Falguière, en 1875. D’ailleurs, pour Jules Vallès, à la mi-siècle, Paris devient la « Capitale du muscle »35.

  • 36 Pour Michel Foucault, trois périodes historiques depuis la fin du Moyen Âge peuvent être caractéris (...)
  • 37 Colonel Amoros, Nouveau manuel d'éducation physique, gymnastique et morale, Paris, Librairie encycl (...)
  • 38 Anne Carol, Histoire de leugénisme en France, Les médecins et la procréation, xix-xxsiècle, Pa (...)
  • 39 Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-Didot frères, 1853-1855

14Ainsi, la figure générale de l’Homme qui émerge à la fin de l’âge classique, au sens foucaldien36, actualise deux conceptions anciennes dans le domaine de la santé ; celle dynamique qui, à l’image de la théorie des humeurs grecque que reprend d’une certaine manière Samuel Hahnemann en 1796 avec l’homéopathie, postule un milieu constitué de fluides s’équilibrant les uns les autres ; celle ontologique qui voit dans la maladie un être qui augmente ou diminue l’individu. Ces grandes tendances fusionnent au cours du siècle, venant alors nourrir une théorie normative évoquée par Georges Canguilhem, qui privilégie alors les chiffres et non plus seulement le spectacle de ses marges. Le désir de la mesure et du contrôle de l’exercice du corps se précise déjà avec le colonel Amoros qui propose de mesurer, au moyen de dynamomètres, la force des bras, des jambes ou du torse37. La tentation de l’eugénisme38 gagne alors les mentalités par cette volonté comparatrice et hiérarchisée des corps, mais aussi des individus, dont Arthur de Gobineau tire certaines conséquences sur le plan des races, les hiérarchisant, permettant ainsi de justifier les conquêtes coloniales39.

2. L’homme « idéal » : la conception normative (fin du xixsiècle)

2.1 Éducation physique et normes de santé

  • 40 Gilbert Andrieu, « Du gymnase au stade ou de l’hygiène esthétique à la compétition sportive », Scie (...)
  • 41 Scientifique ayant réalisé des avancées majeures dans le domaine. Avec le professeur Étienne-Jules (...)
  • 42 Ces contrôles sont progressivement instaurés pour les écoliers à partir du manuel de gymnastique de (...)
  • 43 Auteur du livre remarquable : Physiologie des exercices du corps, Paris, Alcan, 1888.

15Au cours du xixsiècle, un changement de paradigme a lieu sur le plan des sciences et de la santé, que l’on peut suivre au niveau des représentations. Ainsi que l’indique Gilbert Andrieu40, le dynamomètre est peu à peu concurrencé par le spiromètre cher à Georges Demenÿ (1850-1917)41 pour mesurer la capacité pulmonaire. Cette évolution tient en grande partie à l’attention portée désormais à la santé des enfants42. En 1886-1887, lors de la médiatique campagne dite des « hygiénistes », les docteurs Paul Brouardel (1837-1906), Aimé Riant (1827-1902) et Alfred Collineau (1832-1894) s’élèvent contre les effets néfastes de l’inactivité. La position assise serait à l’origine d’attitudes pathogènes puisqu’elle limiterait la respiration et donc la ventilation, arme déterminante dans la lutte contre la tuberculose et les microbes. D’une manière générale, les instruments servent à interpréter ce qui ne peut se voir. L’effort et la volonté vont s’imposer face au souci de l’apparence, qui reste cependant vivace avec le culturisme, et vont opposer les tenants de l’ancienne gymnastique à ceux de la nouvelle éducation physique, tels Fernand Lagrange (1845-1909)43, Georges Demenÿ ou Georges Hébert (1875-1957).

16Finalement, théorie quantitative et qualitative se rejoignent, permettant d’établir une conception normative dans laquelle chacune renvoie à l’autre, répondant ainsi à des courbes mathématiques (Gauss). Non seulement la caution scientifique, à travers le positivisme de Claude Bernard et Auguste Comte, est primordiale pour l’éducation physique, qui cherche à obtenir une certaine légitimité au sein de l’école (obligation de la gymnastique en 1880) mais de plus, l’idée d’une norme sociale organisée par une moyenne traverse toute la IIIRépublique. Toutefois, si, après la dimension militaire, l’hygiène, respiratoire et de plein air, détermine l’éducation physique, le sport moderne aussi va tenter de s’en emparer.

2.2 Éclectisme de l’éducation physique et représentation des corps

17En effet, chacun entend la notion de santé à sa manière. Paschal Grousset (1844-1909), cet ex-communard devenu député socialiste, milite pour une sportivisation des activités françaises traditionnelles au sein de la Ligue nationale d’éducation physique qu’il a lancée en 1888. La même année, Philippe Tissié développe les jeux scolaires dans sa Ligue girondine d’éducation physique avec un certain succès, avant de se tourner vers une dimension plus médicale en constatant son échec. Pierre de Coubertin (1863-1937), monarchiste rallié à la République, n’ayant pu s’adjoindre les services du docteur bordelais, envisage quant à lui de « rebronzer » la France en s’adressant prioritairement aux adolescents, grâce à la création du Comité Jules Simon (1888). La fameuse devise « citius, altius, fortius », qu’il emprunte à l’école d’Arcueil et au père Henri Didon (1840-1900), semble s’opposer à l’effort contrôlé et à la maîtrise de soi développés alors dans le cadre de l’éducation physique scolaire. Il faudra attendre les années 1960 pour que l’idéologie d’une certaine maîtrise de soi obtenue par le résultat sportif remplace celle obtenue par le contrôle du geste de la gymnastique.

  • 44 Georges Hébert, Le Code de la force, Paris, Vuibert, 1911.
  • 45 Les situations sont complexes et réductrices tant les méthodes sont différentes. Ainsi, Pierre de C (...)

18Quant au lieutenant de vaisseau Georges Hébert, créateur de la fameuse « Méthode naturelle », il développe l’athlète « débrouillé », prêt à faire face à toute situation dangereuse. Il recherche la norme de tous et chacun, établie à partir de mesures et d’analyses qualitatives44. Il associe, à partir des familles d’exercices qu’il a sélectionnées, des notes (quantitatif) à des états de débrouillardise, d’athlètes différenciés (qualitatif), etc. Bien sûr, des niveaux et des catégories différentes sont envisagés, de même que la recherche d’excellence (Fig. 1)45.

Fig. 1 : Georges Hébert, « Reims, au collège d’athlètes »

Fig. 1 : Georges Hébert, « Reims, au collège d’athlètes »

Carte postale, 1913

Collection personnelle

19En définitive, l’idée d’un individu que l’on peut mieux cerner et identifier grâce à une individualisation des normes se développe. Elle permet d’organiser une finalité d’excellence pour soi ou pour les autres, ainsi que le stade moyen pour tous à atteindre. Afin de faire progresser d’un niveau à un autre les individus, il faut alors suivre des principes de progression et de gradation, si importants chez Georges Demenÿ, avec qui Georges Hébert aurait d’ailleurs dû travailler en 1913.

  • 46 Georges Demenÿ, Cours théorique et pratique d’éducation physique [1909], Paris, F. Alcan, 1914, p.  (...)
  • 47 La Méthode française que traduit le Règlement général de 1925 est censée faire la synthèse de tous (...)
  • 48 Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris (...)
  • 49 La création des Instituts régionaux d’éducation physique (1927), puis de l’École normale d’éducatio (...)

20Pour l’inventeur de l’étude scientifique de la bio-mécanique humaine, l’éducation physique se définit comme étant « l’art de déterminer la mesure ou quantité de travail et la forme du travail convenable à chacun pour le perfectionner46 ». Largement copiée dans le cadre scolaire (Méthode française de 192547), elle répond à la pluralité des méthodes et à l’idéal d’une conception normative de santé qui les organise ; on parle alors d’éclectisme « fermé ». Sans aucun doute faut-il faire un parallèle avec un certain équilibre politique caractéristique de la IIIRépublique et le développement d’une société « moyenne48 ». Le gouvernement français intervient en légiférant et en se positionnant comme arbitre dans un contexte passablement conflictuel, à un moment où les tensions entre médecins, pédagogues, scientifiques et sportifs atteignent leur apogée49.

21Des représentations idéales de corps jalonnent alors cette vision d’une éducation physique qui reconnaît la diversité des formes et des approches. Ainsi, entre les deux guerres, les mesures du périmètre thoracique nourrissent les formules « cabalistiques » des médecins de Joinville (Maurice Boigey, 1877-1952, Marc Bellin du Coteau, 1883-1938…), selon le mot de Georges Hébert, pour tenter de rendre objective la santé physique de l’individu. Désormais, classer l’individu à partir de normes quantifiées et qualifiées des individus entre eux devient un repère incontournable, à l’image des morphotypes du docteur Alfred Thooris (1866-1956). Par ailleurs, l’image des athlètes se diversifie aussi. Celle que propose Georges Hébert n’est pas celle du culturiste Edmond Desbonnet (1868-1953), ni du sport coubertinien (Fig. 2).

Fig. 2 : Edmond Desbonnet, Apollon. Un demi-dieu de la Force

Fig. 2 : Edmond Desbonnet, Apollon. Un demi-dieu de la Force

Paris, Librairie Athlétique, 1910. Source gallica.bnf.fr / BnF

  • 50 Voir J.-F. Loudcher, C. Vivier, « La santé dans l’histoire de l’éducation physique : analyse des co (...)
  • 51 Pierre Seurin, Laurent Haure-Placé, Roger Marchand, Vers une éducation physique méthodique, Bordeau (...)
  • 52 Ibid.

22Mais alors que les aspects physiologiques étaient prédominants pour déterminer une norme collective autour de la santé, l’individualisation des repères conduit à admettre différentes finalités. Cet éclectisme devient ouvert, autour de la Seconde Guerre mondiale, dans le monde de l’éducation physique scolaire, ainsi que le révèle l’analyse du livre collectif publié en 194950 par un aréopage d’inspecteurs et de médecins, intitulé Vers une éducation physique méthodique51. Le corps droit y représente une vérité qui mobilise les facteurs biologiques auxquels cette norme fait appel. Mais il est précisé que l’attitude scientifique consiste à s’efforcer « d’employer les unes ou les autres [formes utiles du mouvement] suivant leur valeur particulière pour atteindre certains buts »52.

23Toutefois, ces représentations sont condamnées à se croiser, voire à fonctionner ensemble, comme pour le modèle de l’homme complet ou débrouillard. En effet, l’idéal de l’homme normatif, surtout s’il s’individualise et se différencie, ne s’accompagne-t-il pas aussi, et inexorablement, de l’idée de son dépassement, du fait même que les principes de progression et de gradation organisent ces méthodes ? La conception normative des corps ne peut finalement pas exister sans que ne soit envisagée sa transgression. Or, c’est bien ce souci de dépassement constant dont se nourrit en grande partie le sport moderne.

3. Un nouvel esprit sportif : le dépassement dans le contexte démocratique et l’avènement du Surhomme

3.1. Une mutation sociétale

  • 53 Voir J.-F. Loudcher, « La France au centre de la modernité sportive ? », art. cit.

24En ce début du xxsiècle, le mouvement sportif se diversifie et laisse voir une vision du sport fondamentalement différente des trop sages démonstrations d’éducation physique et de gymnastique : la passion, la concurrence, le dépassement ont envahi la France dans le domaine du muscle. Mais si l’anarchie compétitive règne encore, il est un fait que ce pays la supporte mal et tente de l’organiser sur le plan international53. Le sport confessionnel, bien qu’actif depuis 1897, est constitué en 1903 sous la direction du docteur Paul Michaux (1854-1923) (Fédération gymnastique et sportive des patronages de France). Le sport ouvrier se structure en 1908 (Fédération sportive et athlétique socialiste) et le sport féminin se met en place en 1916 (Fédération des Sociétés féminines sportives de France) sous la direction d’Alice Milliat (1884-1957). Épreuves et compétitions se multiplient. Mais ce sont les événements à sensation qui traduisent peut-être le plus l’ampleur du phénomène. L’endurcissement des corps développé par le sport témoigne d’un esprit caractérisé par le courage physique et le dépassement. Se déroulent des courses automobiles comme le Paris-Rouen en 1894 (128 km), le Paris-Bordeaux (aller-retour) en 1895 et le Paris-Marseille (aller-retour) l’année suivante, sous les auspices de l’Automobile Club de France, fondé en 1895. Rapidement, les épreuves s’exportent. En 1898, Paris-Amsterdam (aller-retour) est organisé. Puis ce sont, en 1901, Paris-Vienne, en 1902, Paris-Berlin et, en 1903, Paris-Madrid, stoppé à Bordeaux pour cause d’accidents mortels. Le développement de l’aviation et des plus légers que l’air traduit aussi ce dynamisme hexagonal. En 1909, les frères Wright créent la première école de pilotage au monde à Pau, et, la même année, la traversée de la Manche est accomplie avec succès par Louis Blériot. L’exploit attire et est largement partagé par les Français grâce aux médias qui se développent. Le tirage quotidien du journal L’Auto à 120 000 exemplaires avant la Première Guerre mondiale, mais qui peut monter à 800 000 entre les deux guerres, de même que des publications comme La Vie au grand air, L’Écho des sports ou le tri-hebdomadaire Le Miroir des sports, après la guerre, témoignent d’une réelle vie sportive hexagonale. La presse, qui se développe fortement depuis l’invention de la rotative à la fin xixsiècle, est un relais puissant de l’expansion du sport moderne. Le Matin lance, en 1899, le premier Tour de France de voitures, qui donne l’idée à Henri Desgrange (1865-1940), rédacteur en chef du journal L’Auto (1901), d’organiser la compétition cycliste mythique en 1903.

25Mais c’est la philosophie de Pierre de Coubertin qui symbolise sans doute le mieux cette idée. L’auteur valorise le sport « plus » et fustige « l’utopie » de la modération que développent les hygiénistes :

  • 54 Pierre de Coubertin, Association française pour l’avancement des sciences. Compte-rendu de la 23s (...)

Mais, Messieurs, il n’y a pas de modération à cet âge-là ! C’est tout ou rien : ou bien ils vont exagérer l’exercice physique, ou bien ils vont lui tourner le dos ; choisissez ! Où avez-vous jamais vu un adolescent prendre assez d’exercice pour compenser son travail intellectuel et s’en tenir là ? Si nos enfants faisaient cela, ils seraient des anges : le ciel nous en préserve ! Non, il ne faut pas leur parler de modération, il faut leur parler d’effort, et d’effort libre […]. L’entraînement est le secret de toutes les victoires ! Laissez-les concourir, entre eux d’abord, avec d’autres, ensuite : le concours est la loi de la vie ! Laissez-les oser ; l’audace est le grand levier !54

  • 55 A. Carol, Histoire de leugénisme en France…, op. cit.
  • 56 Pourtant, on sait que la réalité est bien autre. À partir de 1895, le taux de mortalité décroît grâ (...)
  • 57 D’ailleurs, en 1921, L’Auto organise encore une épreuve « sportive » internationale de chars de com (...)

26La peur de la dégénérescence, liée à la baisse démographique, favorise les prises de positions parfois extrêmes en faveur d’un eugénisme dur55, visant l’amélioration de la « race » par manipulation, prônant la sélection naturelle, voire l’élimination. Le sport moderne de compétition, à travers la notion de struggle for life qui nourrit l’idéologie des « Muscular Christians » du pasteur Charles Kingsley (1819-1875), courant paternaliste important qui a suscité la création de nombreux clubs sportifs d’entreprise en Angleterre, fait la part belle au darwinisme social56. Plus encore, l’aventure que promeut Coubertin est aussi militaire, à l’instar de l’expansion colonialiste française (Madagascar, le Tonkin). Le culte du courage et du risque s’accompagne d’une diminution de la sensibilité à la violence, à une époque où l’ère de la revanche se profile, surtout après les affaires de Tanger (1905) et d’Agadir (1911), ravivant les tensions avec l’Allemagne. La France se prépare à la guerre et cherche les moyens de se renforcer physiquement, moralement et techniquement. Et l’on doit à l’admiration de l’administration française pour la victoire du minuscule Japon contre l’Ours russe, en 1905, l’introduction du jiu-jitsu dans la police parisienne et l’armée. L’esprit sportif est bien souvent confondu avec l’esprit guerrier57.

3.2 La figure du Surhomme : nouvelle norme de « santé » et représentations du corps

  • 58 Gilles Deleuze, Nietzsche, sa vie, son œuvre, avec un exposé de sa philosophie, Paris, PUF, 1965.
  • 59 Ami de Tristan Bernard, Alfred Jarry et Apollinaire, correspondant de Marcel Proust, inspirateur de (...)
  • 60 Les deux avaient une taille imposante et fréquentaient le monde des surréalistes et dadaistes. Arth (...)
  • 61 Gaston de Pawlowski, « Le nouvel instinct social de conservation », LAuto, 19 avril 1912, p. 1.

27Le culte du chef va de pair avec le développement du courage et l’endurance à l’entraînement afin de s’élever au-dessus de l’individu moyen. Mais ce mythe du Surhomme prône-t-il forcément une morale qui mène à la guerre, au nihilisme et à la destruction ? Une lecture trop rapide de la philosophie nietzschéenne peut conduire à cette interprétation58. Pour le philosophe allemand, il s’agit plutôt d’une recherche constante d’une modification de la nature humaine pour atteindre un idéal. Cette éthique se traduit par la « volonté de puissance » donnant lieu à une « œuvre ». D’ailleurs, c’est bien cette interprétation qu’en fait Gaston de Pawlowski (1874-1933, Fig. 3). Sportif, homme de lettres59 à la stature et la posture d’un Arthur Cravan60, prenant exemple sur le radio du Titanic, récemment naufragé, qui a tenu à envoyer des messages en morse sans faire aucune faute jusqu’au dernier moment, l’auteur de Voyage dans la quatrième dimension voit là l’avènement d’une nouvelle dimension pouvant être obtenue quasi scientifiquement qui serait appelée à remplacer la raison humaine de l’instinct trop facilement défaillant. « Le surhomme tant annoncé ne sera pas un homme supérieur mais un organisme scientifique supérieur à l’homme61. » Finalement, est-ce que cette nouvelle humanité n’est pas contradictoire à la pratique sportive qui suppose la passion et le désir de gagner en se surpassant et en cherchant des ressources insoupçonnées remontant aux origines de l’homme et à ses « instincts basiques » ?

Fig. 3 : Jacquet, Gaston de Pawlowski

Fig. 3 : Jacquet, Gaston de Pawlowski

Illustration reproduite dans LAuto-Vélo, 1ère année, n°1, 16 octobre 1900, p. 1

Source gallica.bnf.fr / BnF

  • 62 Tout ce débat traverse le petit monde de l’éducation physique dans les années 1960, concernant « l’ (...)

28De fait, si le sport moderne permet ce dépassement et l’atteinte de cet état de Surhomme, la manière d’y arriver ne peut-elle pas se faire avec d’autres formes de pratiques, à l’image du yoga ou d’autres techniques de contrôle de soi ? Toute l’ambiguïté des méthodes d’éducation physique, qu’elles soient « sportives » ou non, se retrouve dans cet amalgame entre buts et moyens62, entre morale et éthique, d’autant que sur le terrain, bien souvent, ces différences s’estompent. Bref, la sage idée de la moyenne et la folle passion du dépassement ne s’opposent pas forcément dès lors qu’on envisage leur réalisation pratique selon des préceptes éducatifs déterminés.

29En tous les cas, par cette recherche de l’extrême, le sport moderne est un objet de distinction qui vise à transcender les classes sociales. La gratuité de l’exploit trace une ligne de partage définitive, comme l’exprime Tristan Bernard (1866-1847) en prenant l’exemple de la traversée de la Manche à la nage par l’Anglais Matthew Webb (1875) :

  • 63 Jacques Mortane, André Linville, Victor Castérés, La Boxe/ traité pratique et complet, Paris, Lafit (...)

Hé bien ! cher Monsieur, il y a ainsi des exploits athlétiques qui ne servent à rien [...] mais peut-être vingt mille jeunes gens [...] suivront « l’exemple » du héros [...]. J’aurais pu me servir d’autres arguments, et dire à ce monsieur qu’une prouesse athlétique nous satisfait pleinement par elle-même et que nous ne cherchons pas toujours quelles conséquences elle peut avoir pour le progrès social, mais je ne parlais pas à un sportsman, ou à un artiste, je parlais à un utilitaire63.

  • 64 Pierre de Coubertin, Une Campagne de 21 ans (1887-1908), Paris, Librairie de l’éducation physique, (...)
  • 65 Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques [1931], Paris, Édition « Revue EPS », « Archives et mémoir (...)
  • 66 Ibid.
  • 67 Mémoires Olympiques, op. cit., pp. 79-80.
  • 68 P. de Coubertin, Mémoires Olympiques, op. cit., p. 80.
  • 69 Voir Gigliola Gori, « Supermanism and Culture of the body in Italy : the case of Futurism », The In (...)
  • 70 P. de Coubertin, Mémoires Olympiques, op. cit., p. 80.
  • 71 On pense, entre autres, à la toile intitulée Joueurs de ballon sur la plage de Pablo Picasso (1928  (...)
  • 72 Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Buchet Chastel, 1967, p. 19.

30Pour Tristan Bernard, ce sport rejoint l’art. Mais de quel art parle-t-il ? En effet, tout comme le sport, l’art est en pleine transformation à cette époque. Les sportsmen y portent un fort intérêt au point même que Pierre de Coubertin envisage dès la création des Jeux olympiques modernes, la tenue de concours d’arts sportifs appelés le « Pentathlon des muses »64. Pour le baron, « les Jeux olympiques ne sont point de simples championnats mondiaux, mais bien la fête quadriennale de la jeunesse universelle, du “printemps humain” la fête des efforts passionnés, des ambitions multiples65 ». L’art, au même titre que le sport, serait un moyen de contribuer à renforcer « le contrefort intellectuel », « moral » et « religieux66 ». Le rénovateur des Jeux olympiques modernes doit attendre cependant « la Conférence consultative des arts, des lettres et des sports », tenue à Paris au printemps 1906, pour étudier « dans quelle mesure et sous quelle forme les arts et les lettres pourraient participer à la célébration des Olympiades modernes et, en général, s’associer à la pratique des sports pour en bénéficier et les ennoblir »67. Cinq sections sont alors envisagées : peinture, architecture, musique, littérature et sculpture. Mais si les Olympiades parisiennes de 1924, après celles de 1912 (Stockholm) et Anvers (1920), sont incontestablement une réussite, elles révèlent aussi les tensions dans le domaine de l’art sportif, notamment de la peinture. Pour Pierre de Coubertin et ses affidés, le sport réclame « plus de ligne que de couleur, c’est-à-dire le contraire des tendances régnantes »68 comme le fauvisme, le cubisme, le futurisme et le surréalisme, qui sont alors les nouveaux courants artistiques69. Il se rappelle ainsi que, pour le concours de 1924, « les jeunes artistes, pour qui classique et poncif demeuraient synonymes, étaient évidemment ceux dont dépendraient le succès de l’initiative »70. Un divorce s’installe entre les défenseurs d’un art prônant des représentations du sport et des sportifs valorisant l’effort et une morale républicaine, et ceux revendiquant une liberté de style pouvant aller jusqu’à l’abstraction dont le sport, finalement, ne serait plus l’objet essentiel71. En parallèle, le sport lui-même se transforme. La médiatisation, des journaux aux reportages télévisuels des années 1960 en passant par la TSF de l’entre-deux-guerres, transforme le sportif en un nouvel héros, sinon héraut, d’une société du spectacle qui isole et sépare peut-être autant qu’il réunit72. Les représentations du sport changent. Finalement, si art et sport ont sans aucun doute des relations, c’est probablement à travers l’étude de leurs représentations, notamment des sportifs et des corps, qu’elles peuvent être le mieux analysées.

Conclusion

  • 73 P. Rosanvallon, op. cit.

31Quelles « figures » symptomatiques de l’évolution des représentations corporelles ont accompagné la mise en place du sport moderne ? Répondre à cette question nécessiterait un long traitement, aussi a-t-on été amené à décrire et interpréter l’évolution historique de ce phénomène à partir de quelques rapides notions théoriques. Deux figures se dégagent de l’analyse de ces représentations. La première est celle de l’Homme, en référence aux travaux de Michel Foucault décrivant la rupture de l’épistémê, qui se discerne à la fin du xviiisiècle : elle caractérise des représentations corporelles que l’on peut saisir à travers l’appréhension historique et épistémologique de la notion de santé empruntée à Georges Canguilhem et donnant lieu à un ensemble de pratiques physiques assez spécifiques. Nourrie par les conceptions dynamiques et ontologiques déjà anciennes, la conception de « l’homme moyen » se déploie ainsi tout au long du xviiie siècle à partir des théories qualitatives et quantitatives de la santé. Les représentations dominantes des corps chez la bourgeoisie du milieu du xixsiècle donnent à voir des images plutôt « lourdes » et « épaisses » ; elles ne sont pas néanmoins exclusives et évoluent vers des corps plus athlétiques, aux ventres rentrés et aux muscles plus saillants à l’approche des bouleversements culturels et politiques du siècle suivant menant à l’émergence du sport moderne. C’est cette diversité que tente d’intégrer une éducation physique scolaire éclectique reflétant le fonctionnement d’une société aussi largement caractérisée par cette « moyenne »73 du point de vue économique, politique et culturel.

  • 74 Exposée à la VIIIe Olympiade (1924) (aujourd’hui au musée d’Orsay, Paris, inv. RF 1742). Voir Emman (...)

32Dans cette évolution, une deuxième figure se dégage, celle du Surhomme au sens nietzschéen. Se profilant en contrepoint de la conception de l’homme moyen, elle permet une individualisation des normes et l’expression de différentes images du corps, de l’athlète complet à celui plus performant ainsi qu’à différents morphotypes. Ce sport moderne à travers l’éthique de l’exploit inutile et du dépassement de soi et des autres pouvant mener à une autre « humanité » ne permet plus une représentation de la santé autour de ce fragile équilibre régnant entre les différentes activités physiques. Plus encore, il remet en cause l’image classique des corps qu’a tenté d’appréhender un art « sportif » débutant à l’instar, par exemple, de la peinture de Pierre Puvis de Chavannes intitulée Ludus pro Patria (1883)74 et auquel s’essayent les nouveaux courants artistiques du début xxsiècle évoluant vers des représentations de plus en plus abstraites. Or, comment exprimer cette intériorité des corps, c’est-à-dire finalement cette volonté de dépassement, de courage ainsi que de solidarité propres à la IIIRépublique si les modèles présidant à leurs représentations disparaissent ? C’est bien contre cette nouvelle expression artistique que s’insurge Pierre de Coubertin, notamment lors des concours d’art sportif aux olympiades de Paris (1924). Ainsi, le modèle d’une santé moyenne permettant l’expression d’un gymnaste accompli ou d’un athlète débrouillé ne répond plus à ces dépassements qui privilégient l’intensité de la pratique et sa spécialisation. Mais ces nouvelles représentations du sport et du sportif révèlent là aussi une évolution des conceptions liées à la santé et au rapport au corps où s’exprime désormais la capacité constante d’adaptation de l’homme à son milieu changeant. Cette normativité, mobilisant des processus plus que des normes quantitatives ou qualitatives établies, ouvre alors à de nouvelles figures.

33Ainsi, en marge de l’évolution du sport, « l’art » sportif s’invente et se réinvente, mais sans forcément contenter les tenants d’une représentation du sport assez classique, plus proches finalement d’une éducation physique où l’équilibre des fonctions prime. Ce divorce n’est sans doute pas inéluctable mais son dépassement va alors nécessiter l’acceptation, de part et d’autre, de nouvelles formes de représentations et de nouvelles références.

Haut de page

Notes

1 Pour une première approche, voir Jean-François Loudcher, « Spécificités socio-politiques et culturelles de la destinée d’un jeu de balle traditionnel rural français : la non-sportivisation hexagonale de la soule (choule) », Sport History Review, vol. 50, no 2, novembre 2019, p. 205-224.

2 J.-F. Loudcher, « La France au centre de la modernité sportive », dans Histoire du sport en France, t. 1, Du Second Empire au régime de Vichy, éd. par P. Tétart, Le Mans/Paris, université du Maine/Vuibert-musée national du Sport, 2007, p. 107-129.

3 J.-F. Loudcher, Penser les orgines du sport à la lumière foucaldienne, HDR, université de Franche-Comté, Besançon, 2002.

4 Jacques Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducation physique, Paris, PUF, 1965.

5 J.-F. Loudcher, Christian Vivier, « La santé dans l’histoire de l’éducation physique : analyse des conceptions de la normalité à travers la méthode de Pierre Seurin », dans L’Éducation physique au xxe siècle : approches historique et culturelle, éd. par J. Gleyse, Paris, Vigot, 1999, p. 81-97.

6 Ibid.

7 Michel Foucault, Les Mots et les Choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

8 Clément-Joseph Tissot, Gymnastique médicinale et chirurgicale, ou Esssai sur l’utilité du mouvement, Paris, chez Bastien, 1780, p. 374.

9 J. Ulmann, De la gymnastique…, op. cit.

10 J.-F. Loudcher, Histoire de la savate, du chausson et de la boxe française, 1797-1978 : d’une pratique populaire à un sport de compétition, Paris, L’Harmattan, 2000.

11 Girolamo Mercuriale, De Arte gymnastica, Venise, Giunta, 1569.

12 J.-F. Loudcher, Histoire de la savate, du chausson et de la boxe française, 1797-1978 : d’une pratique populaire à un sport de compétition, Paris, L’Harmattan, 2000.

13 Dave Day, Tegan Carpenter, A History of Sports Coaching in Britain. Overcoming Amateurism, London/New York, Routledge, 2016.

14 Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976, p. 224.

15 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973.

16 Jacques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique des enfants depuis leur naissance jusqu'à l’âge de puberté, Paris, Vallat-La-Chapelle, 1762 ; Jean Charles Desessartz, Traité de l'éducation corporelle des enfans en bas âge, ou Réflexions pratiques sur les moyens de procurer une meilleure constitution aux citoyens, Paris, J.-T. Hérissant, 1760 ; C.-J. Tissot, Gymnastique médicinale et chirurgicale…, op. cit.

17 Gerhard Ulrich Anton Vieth, Versuch einer Enzyklopädie der Leibesübungen, Berlin, Hartmann, 1794 ; Peter Villaume, Von der Bildung des Körpers in Rücksicht auf die Volkommenheit und Glückseligkeit der Menschen, Hamburg, Campe, 1787 ; Friedrich Ludwig Jahn, Deutsches Volksthum, Lübeck, Niemann, 1810 ; Johann Christoph Friedrich Guts Muths, Turnbuch für die Söhne des Vaterlandes, Frankfurt am Main, bei den Gebrüdern Wilmans, 1817.

18 M. Ozouf, La Fête…, op. cit., p. 225 : « c’est à partir de neuf ans qu’on est autorisé à participer aux compétitions physiques dans les jeux ».

19 J. Ulmann, « Âgon, ludus, jocus et sport », Science et motricité, no6, novembre 1988, p. 2-6.

20 Bien souvent, il y a confusion entre performance et record.

21 Georges Canguilhem, Le Normal et le Pathologique [1966], Paris, PUF, « Galien », 1972, p. 12.

22 Ibid., p. 11.

23 Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille. Lodorat et limaginaire social (xviii-xixsiècles), Paris, Aubier Montaigne, 1982.

24 Philippe Perrot, Le Travail des apparences ou Les Transformations du corps féminin (xviii-xixsiècle), Paris, Seuil, 1984, p. 127.

25 Georges Vigarello, Le Propre et le Sale. Lhygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985, p. 218.

26 Émile André, « La méthode suédoise », dans Traité déducation physique, éd. par M. Labbé, Paris, Gaston Doin, 1930, p. 230.

27 Adolphe Quételet, Physique sociale ou Essai sur le développement des facultés de l’homme [1835 et 1869], éd. É. Vilquin, J.-P. Sanderson, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1997, t. I, p. 46.

28 Ibid.

29 Le bertillonnage est une anthropométrie judiciaire mise au point par le Français Alphonse Bertillon en 1879 reposant sur un système d'identification basé sur des mesures spécifiques accompagnée de photographies de face et de profil. Il n’envisage pas de conclusions sur les mesures puisque ce n’est qu’un système de classement, alors que Quételet, lui, tire des conclusions sur les manifestations physiques des penchants

30 G. Vigarello, Le Corps redressé : histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, J.-P. Delarge, 1978.

31 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, A. Colin, 1977, p. 30.

32 Théophile Gautier, « Le maître de chausson », dans Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du xixsiècle, Paris, L. Curmer, 1841-1842, p. 268.

33 Louis Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, Paris, Gabriel de Gonet, 1853-1855, p. 34.

34 Frédéric Loyer, J.-F. Loudcher, « La difficile sportivisation de la lutte (1852-1913) : l’expression d’une force trop maîtrisée ? », Sport History Review, vol. 44, 2013, p. 144-164.

35 Jules Vallès, La Chronique parisienne, 1858, no 2, « Portrait de Carcassone dit le Barbare ».

36 Pour Michel Foucault, trois périodes historiques depuis la fin du Moyen Âge peuvent être caractérisées, au niveau des connaissances, par des Epistémés. Celle de l’Homme, apparaissant à la fin du xviiisiècle, postule que l’horizon de la connaissance est désormais borné par l’idée que l’homme en constitue à la fois ses moyens et ses fins. D’où le passage sur la célèbre « fin » possible de l’Homme que le philosophe évoque en conclusion du livre Les Mots et les Choses (1966).

37 Colonel Amoros, Nouveau manuel d'éducation physique, gymnastique et morale, Paris, Librairie encyclopédique Roret, 1839.

38 Anne Carol, Histoire de leugénisme en France, Les médecins et la procréation, xix-xxsiècle, Paris, Seuil, 1995.

39 Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-Didot frères, 1853-1855.

40 Gilbert Andrieu, « Du gymnase au stade ou de l’hygiène esthétique à la compétition sportive », Science et motricité, no 12, 1990, p. 3-15.

41 Scientifique ayant réalisé des avancées majeures dans le domaine. Avec le professeur Étienne-Jules Marey, ils ont créé le premier laboratoire de bio-mécanique au monde, en 1882, à Paris ; ils ont inventé, entre autres, le chronophotographe, permettant d’analyser le mouvement image par image. Le docteur Paul Richer, plus ou moins à la même époque, effectue aussi un travail semblable à la Salpêtrière.

42 Ces contrôles sont progressivement instaurés pour les écoliers à partir du manuel de gymnastique de 1891. J.-F. Loudcher, C. Vivier, « Les manuels de gymnastique et d’éducation physique officiels et officialisés (1869-1931) », dans L’Identité de l’éducation physique scolaire au xxe siècle : entre l’école et le sport, éd. par M. Herr et J.-P. Clément, Clermont-Ferrand, Éditions AFRAPS, 1993, p. 311-327.

43 Auteur du livre remarquable : Physiologie des exercices du corps, Paris, Alcan, 1888.

44 Georges Hébert, Le Code de la force, Paris, Vuibert, 1911.

45 Les situations sont complexes et réductrices tant les méthodes sont différentes. Ainsi, Pierre de Coubertin développe aussi un sportif « complet » à partir du pentathlon moderne qu’il crée en 1912 et propose une gymnastique pour les plus faibles.

46 Georges Demenÿ, Cours théorique et pratique d’éducation physique [1909], Paris, F. Alcan, 1914, p. 2.

47 La Méthode française que traduit le Règlement général de 1925 est censée faire la synthèse de tous les courants et méthodes exposés jusque-là ; voir J.-F. Loudcher, C. Vivier, « Les manuels de gymnastique et d’éducation physique officiels et officialisés (1869-1931) », art. cit.

48 Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000.

49 La création des Instituts régionaux d’éducation physique (1927), puis de l’École normale d’éducation physique (1933), tout d’abord sous la direction de médecins, puis de pédagogues (Ernest Loisel, 1935), met bien en évidence cette idée que la science, et au-delà, l’Université, doit réguler cet enseignement et donc les corps par délégation étatique.

50 Voir J.-F. Loudcher, C. Vivier, « La santé dans l’histoire de l’éducation physique : analyse des conceptions de la normalité à travers la méthode de Pierre Seurin », art. cit., p. 81-97.

51 Pierre Seurin, Laurent Haure-Placé, Roger Marchand, Vers une éducation physique méthodique, Bordeaux, Bière, 1949.

52 Ibid.

53 Voir J.-F. Loudcher, « La France au centre de la modernité sportive ? », art. cit.

54 Pierre de Coubertin, Association française pour l’avancement des sciences. Compte-rendu de la 23session, 1partie, Paris, Masson, 1894, p. 241-251.

55 A. Carol, Histoire de leugénisme en France…, op. cit.

56 Pourtant, on sait que la réalité est bien autre. À partir de 1895, le taux de mortalité décroît grâce à l’augmentation du niveau de vie (progrès de la médecine et de l’alimentation) qui profite à tous.

57 D’ailleurs, en 1921, L’Auto organise encore une épreuve « sportive » internationale de chars de combat.

58 Gilles Deleuze, Nietzsche, sa vie, son œuvre, avec un exposé de sa philosophie, Paris, PUF, 1965.

59 Ami de Tristan Bernard, Alfred Jarry et Apollinaire, correspondant de Marcel Proust, inspirateur de Marcel Duchamp (Pierre Cabanne, Entretiens avec Marcel Duchamp, Paris, Belfond, 1967, p. 67), Pawlowski était un grand amateur de sport et, notamment, de cyclisme ; il a ainsi été parmi les fondateurs de l’Union vélocyclopédique de France et membre du Touring-Club de France (fondé en 1890).

60 Les deux avaient une taille imposante et fréquentaient le monde des surréalistes et dadaistes. Arthur Cravan (1887-1918), d’origine suisse, de son vrai nom Fabian Avenarius Lloyd, est le neveu d’Oscar Wilde. Il est connu pour ses provocations visant à faire de sa vie une œuvre d’art. Celle qui l’a amené à affronter le champion du monde de boxe noir Jack Johnson à Barcelone en 1916 (KO à la 6reprise) n’est pas des moindres. Il meurt probablement dans le golfe du Mexique deux ans plus tard.

61 Gaston de Pawlowski, « Le nouvel instinct social de conservation », LAuto, 19 avril 1912, p. 1.

62 Tout ce débat traverse le petit monde de l’éducation physique dans les années 1960, concernant « l’identité » de cette discipline scolaire. Voir J. Ulmann, « Sur quelques problèmes concernant l’éducation physique », Revue EPS, no81, 1967, p. 7-11.

63 Jacques Mortane, André Linville, Victor Castérés, La Boxe/ traité pratique et complet, Paris, Lafitte, 1908, préface de T. Bernard, p. V.

64 Pierre de Coubertin, Une Campagne de 21 ans (1887-1908), Paris, Librairie de l’éducation physique, 1908.

65 Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques [1931], Paris, Édition « Revue EPS », « Archives et mémoires de l’éducation physique et du sport », 1996, p. 77. Pierre de Coubertin fut médaillé d’or en littérature pour avoir envoyé, sous le pseudonyme de Georges Hohrod et Martin Eschbach, d’Allemagne et en allemand, le poème intitulé « Ode au sport » en 9 strophes (1912).

66 Ibid.

67 Mémoires Olympiques, op. cit., pp. 79-80.

68 P. de Coubertin, Mémoires Olympiques, op. cit., p. 80.

69 Voir Gigliola Gori, « Supermanism and Culture of the body in Italy : the case of Futurism », The International Journal of the History of sport, March 1999, vol. 16, p. 159-165.

70 P. de Coubertin, Mémoires Olympiques, op. cit., p. 80.

71 On pense, entre autres, à la toile intitulée Joueurs de ballon sur la plage de Pablo Picasso (1928 ; Paris, musée Picasso). J.-F. Loudcher, C. Vivier, « Les concours olympiques d’art dans les VIIIes Olympiades (1924) et l’art sportif », dans Le Sport français dans lentre-deux-guerres : regards croisés sur les influences étrangères, éd. par J. Saint-Martin et T. Terret, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 95-122.

72 Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Buchet Chastel, 1967, p. 19.

73 P. Rosanvallon, op. cit.

74 Exposée à la VIIIe Olympiade (1924) (aujourd’hui au musée d’Orsay, Paris, inv. RF 1742). Voir Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Gründ, 1976, 10 volumes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Georges Hébert, « Reims, au collège d’athlètes »
Légende Carte postale, 1913
Crédits Collection personnelle
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 2 : Edmond Desbonnet, Apollon. Un demi-dieu de la Force
Crédits Paris, Librairie Athlétique, 1910. Source gallica.bnf.fr / BnF
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 3 : Jacquet, Gaston de Pawlowski
Légende Illustration reproduite dans LAuto-Vélo, 1ère année, n°1, 16 octobre 1900, p. 1
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Loudcher, « Représentations et images du corps dans l’émergence du sport moderne (xixe-xxsiècles) »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2654

Haut de page

Auteur

Jean-François Loudcher

jean-françois.loudcher[at]u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search