Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10« La psychologie du costume sport...

« La psychologie du costume sportif »

Robert Delaunay et l’internationalisme olympique de Pierre de Coubertin
Pascal Rousseau

Résumés

Au Salon des indépendants de 1913, Robert Delaunay présente L’Équipe de Cardiff, illustrant une scène de rugby. Ce choix est la réponse circonstanciée à la querelle dite de  « Stockholm »,  à la suite de la lourde défaite des Français aux Jeux Olympiques de Stockholm à l’été 1912. Cette querelle va opposer, tout au long de l’automne1912, deux clans : les partisans des sports athlétiques et du pas gymnastique (pro-militariste, revanchard et nationaliste) contre les défenseurs des sports collectifs et du « football-rugby » (pacifiste, olympique et internationaliste). Avec L’Équipe de Cardiff, Delaunay propose un hymne internationaliste placé sous l’égide de Pierre de Coubertin, l’illustre défenseur de l’esprit olympique et passeur, en France, du modèle réformateur des clubs de rugby anglo-saxons.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Valentré, « Le Football-Rugby devient notre sport national », Touche à tout, no 12, décembr (...)

1Au Salon des indépendants de 1913 où il présente un imposant tableau intitulé L’Équipe de Cardiff, Robert Delaunay n’est pas seul à mettre en scène une rencontre sportive ; à quelques pas, son compatriote cubiste Albert Gleizes présente lui aussi, sous le n1293, des Joueurs de football. Malgré son titre trompeur, il s’agit tout comme chez Delaunay d’une partie de rugby, dit « football-rugby » (le football d’aujourd’hui est alors connu sous le nom de « football-association »). À quoi imputer cette coïncidence ? Certes, le sport est populaire (la revue L’Auto tire à plus de 100 000 exemplaires, Les Sports à 50 000) et, depuis peu, le « football-rugby » est à la mode : « À Paris, bien entendu, les clubs sont nombreux et ce n’est pas à notre époque, même aux profanes, qu’il faut dire l’importance qu’a prise chez nous le football-rugby au point de devenir notre grand jeu national1. » Et, c’est même au rugby (plus qu’aux courses cyclistes ou aux meetings aériens), que l’on attribue, à ce moment précis, la ferveur sportive hexagonale. En 1913, environ un million de Français sont enrôlés dans les divers groupements sportifs de notre pays. Dans les imaginaires collectifs, cette passion des sports de groupe devient l’emblème et l’instrument d’un réveil générationnel des consciences, entre ivresse des transports (ferveur de la mobilité) et entrain de l’effort physique (culte du corps), ou comment sortir de la neurasthénie fin-de-siècle par son antidote, la « fête du muscle » dont L’Équipe de Cardiff (fig. 1) illustre la conversion en culture compétitive (l’esprit « struggle-for-life ») par le choix stratégique du rugby, un sport non seulement collectif et spectaculaire mais anglo-saxon, présenté, au cœur des débats publics du moment, comme exemplaire du redressement physique, moral et libéral dans le discours « internationaliste » du baron de Coubertin.

Fig. 1 : Robert Delaunay, L’Équipe de Cardiff, 1912-1913

Fig. 1 : Robert Delaunay, L’Équipe de Cardiff, 1912-1913

Huile sur toile, 32, x 20,8 cm

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, AMVP1115

2Robert Delaunay a emprunté le motif central de sa composition, la fameuse scène de la touche, à une photographie reproduite dans l’édition du 18 janvier 1913 de La Vie au grand air. L’image source est légendée « Les Toulousains à Paris » (fig. 2); elle n’illustre pas une rencontre du Cardiff F.C. mais une partie opposant deux clubs français, le SCUF (Sporting club universitaire de France) aux Toulousains.

Fig. 2 : « Les Toulousains à Paris »

Fig. 2 : « Les Toulousains à Paris »

La Vie au Grand Air, 18 janvier 1913, p. 43

Gallica.bnf.fr / Musée Air France

  • 2 Géo Lefèvre, « Les Jeux olympiques. Les Français n’ont pas brillé », La Vie au grand air, 13 juille (...)
  • 3 Eugen Weber, « Pierre de Coubertin and the Introduction of English Sports into France », Journal of (...)
  • 4 Cette culture du sport spectacle est commune aux grands meetings aériens qui non seulement déplacen (...)
  • 5 Le 20 octobre 1908, Robert Delaunay est réformé « no 2 » en raison d’une « endocardite », il sera p (...)

3Pourquoi donc ce choix délibéré du titre, si ce n’est pour accentuer la consonance anglo-saxonne de ce sport, et par là, rappeler le débat sur les raisons, culturelles et sociétales, de l’infériorité des français en matière sportive. L’Équipe de Cardiff est la réponse circonstanciée à la « leçon dite de Stockholm », soit le trauma national produit par la défaite cuisante des sportifs français lors des Jeux olympiques de l’été 19122, une onde de choc qui produisit toute une série d’enquêtes en cascade, consacrées à la faiblesse endémique des Français et à la nécessité d’une reprise en main collective. La « querelle de Stockholm » va opposer, tout au long de l’automne 1912, deux clans : les partisans des sports athlétiques et du pas de gymnastique (pro-militariste, revanchard et nationaliste) contre les défenseurs des sports collectifs et du « football-rugby » (pacifiste, olympique et internationaliste). Delaunay a choisi son camp, dans un geste savamment calculé à l’adresse du public parisien. Avec L’Équipe de Cardiff, il propose un hymne sportif, international et pacifiste, placé sous l’égide de Pierre de Coubertin, l’illustre prosélyte de l’esprit olympique et passeur, en France, du modèle réformateur des clubs de rugby anglo-saxons3. Avec Coubertin, Delaunay fait le choix, tout aussi idéologique et décomplexé, d’un « sport-spectacle » (le modèle américain de l’entertainment4) contre la « morale des sports » du classicisme maurassien. L’Équipe de Cardiff célèbre la mobilisation d’une jeunesse cosmopolite au service d’une nouvelle guerre : non plus le conflit armé opposant les nations belligérantes mais la compétition culturelle et économique entre des entités transnationales. Elle s’affiche comme un franc contrepied aux réflexes nationalistes et « va-t-en-guerre » qui montent à l’aube d’un conflit mondial que l’on ne voit pas venir et que Delaunay, l’ami des peintres du Blaue Reiter, ses confrères du « camp ennemi », prendra soin d’éviter, en s’exilant en terres ibériques, où il retrouvera notamment son complice pacifiste Albert Gleizes5.

1. « Génération 1912 ». Le sport, remède au déclin neurasthénique

  • 6 Anson Rabinbach, Le Moteur humain. L’énergie, la fatigue et les origines de la modernité [1991], tr (...)
  • 7 Ibid., p. 248.
  • 8 Robert A. Nye, « Degeneration, Neurasthenia and the Culture of Sport in Belle Époque France », Jour (...)
  • 9 Lucien Grellety, Névrosés et décadents, Mâcon, Protat Frères, 1913, p. 11.
  • 10 Étienne Rabaud, « Origine et transformation de la notion de dégénéré », Revue de l’École d’anthropo (...)
  • 11 William Schneider, « Toward the Improvement of the Human Race: The History of Eugenics in France », (...)

4Camper une mêlée en plein cœur de Paris est une manière explicite de rejoindre une obsession de l’avant-garde historique : la défense d’une esthétique de combat, contrepied à la dégénérescence fin de siècle, et sa traduction nosologique citadine, la neurasthénie6. Comme l’indique Anson Rabinbach, « la nation comme l’individu se trouvait abandonnée aux vicissitudes de la volonté, aux émotions et aux ennemis de l’ordre productif. La fatigue ne se contentait pas d’exprimer l’entropie qui allait de pair avec la conservation de l’énergie à usage social, elle semblait menacer la modernité elle-même »7. En ce début d’année 1913 paraît l’ouvrage du docteur Grellety, Névrosés et décadents. On y retrouve toute la littérature anti-décadentiste développée dans le fameux pamphlet Dégénérescence de Max Nordau (paru en 1892, traduit en français deux ans plus tard) où Nordau stigmatisait le symbolisme et ses penchants névro-narcissiques8. Dans les mêmes termes, Grellety condamne les « raffinés […] du plaisir intellectuel » et leur « humanitarisme morbide9 », en trouvant de nouveaux arguments dans la « glorification de l’énergie » défendue par Maurice Barrès, agrémentée par certaines analyses médicales ou anthropologiques plus récentes10, et musclée par les premiers discours eugénistes (la Société française d’eugénisme est créée au lendemain du premier congrès international d’Eugénisme, qui s’est tenu à Londres en juillet 191211 ; le premier numéro de la revue Eugénique paraît début 1913).

  • 12 Ibid., p. 111.
  • 13 Charles Lalo, Les Sentiments esthétiques, Paris, Félix Alcan, 1910, p. 152-153.
  • 14 Raphaël Cor, Essais sur la sensibilité contemporaine, Paris, H. Falque, 1912.
  • 15 Ibid., p. 8.
  • 16 Jean Bourdeau, La Philosophie affective, Paris, Félix Alcan, 1912.
  • 17 « Il y a dans le sport, un principe d’ordre qui, appliqué dans tous les divertissements, dominera p (...)
  • 18 Mark Antliff, Inventing Bergson. Cultural Politics and the Parisian Avant-Garde, Princeton, Princet (...)
  • 19 Étienne Rey, La Renaissance de l’orgueil français, Paris, B. Grasset, 1912, cité dans Ibid.,p. 111.
  • 20 Dr Pierre Toulouse, « L’action est le but supérieur de la vie », Demain, no 1, avril 1912, p. 1-7.
  • 21 Albert Bazaillas, Musique et inconscience. Introduction à la psychologie de l’inconscient, Paris, F (...)

5À une esthétisation de la décadence (« Le dilettantisme n’est plus à la mode : l’époque des esthètes et des jeunes malades est passée12 »), les nouveaux courants de l’avant-garde vont opposer une pensée pragmatique, tournée vers l’action, en s’appuyant sur des relais philosophiques déjà bien établis (Nietzsche, Taine, Jean-Marie Guyau, Bergson). Les appellations fourmillent dans la littérature sur l’art, des Sentiments esthétiques de Charles Lalo (1910) et ce qu’il nomme le « sentiment de vitalité », « irradiation indéfinie d’une source d’énergie13 », aux Essais sur la sensibilité contemporaine, publiés fin 191214 où Raphaël Cor défend le modèle d’une « philosophie de la sensibilité » avec pour mot d’ordre la défense de « la structure fondamentale du moi vivant » à partir d’un « système de forces jeunes, frustes, héroïques15 ». Au même moment, Jean Bourdeau parle de « philosophie affective » où priorité est donnée à la « volonté instinctive de l’action16 », quand son collègue Gabriel Le Tainturier convoque une « philosophie pratique » convertie en esthétique du « courage17 ». Dans chacun de ces textes qui respirent la pensée bergsonienne du moment18, on retrouve l’idée, chère aux théories psycho-physiologiques de la fin du xixsiècle, d’un lien idéomoteur entre mouvement, volonté et représentation – ce qu’Étienne Rey appelle « l’équilibre naturel entre le désir et l’acte » et la fin de « cette opposition funeste de la pensée et de l’action, qui fut la tare des générations précédentes19 ». Cet idéo-dynamisme défendu par le docteur Toulouse dans les colonnes de la revue Demain20 consiste en une chaîne réflexe mimétique activée par une image illustrant une action qui induit chez le spectateur un mouvement intérieur, et par reproduction intériorisée, démultiplie l’énergie conservatoire du sujet. Observer une image représentant un mouvement, c’est déjà engranger une force et nourrir son élan de décision. Albert Bazaillas parle d’une « image affective » ; elle sera, selon lui, au cœur d’un nouvel « art épris d’intensité21 ».

6La couleur va prendre une part décisive au sein de cette esthétique vitaliste. Dans les deux grandes versions de son Équipe, Delaunay a choisi de vêtir les joueurs de maillots bigarrés (rayés bleu et blanc, culotte blanche, mais aussi rouge-orangé, de la tête aux pieds, notamment dans la première version). Dans la photographie source utilisée par l’artiste – un cliché reproduit en noir et blanc –, deux équipes s’affrontent dont l’une revêtant des maillots rayés, ce que l’on retrouve dans le tableau. Le maillot rayé du cliché d’origine est celui des joueurs du Stade toulousain dont les couleurs sont noir/blanc et non pas bleu/blanc comme dans le tableau, où Robert Delaunay a adopté les couleurs historiques du Cardiff F.C., ce qui confirme ici son intérêt pour l’équipe galloise (fig. 3).

Fig. 3 : « Le Match Cardiff-Stade – Un coup franc au Stade »

Fig. 3 : « Le Match Cardiff-Stade – Un coup franc au Stade »

La Vie au Grand Air, 2 mars 1912, n°702, p. 1

Gallica.bnf.fr / Musée Air France

  • 22 Pierre de Coubertin, « La psychologie du costume sportif » (février 1909), repris dans Essais de ps (...)

7L’importance qu’il accorde à la bataille de ces couleurs-emblèmes est liée à une culture de l’action que Pierre de Coubertin, disciple de Taine, commente dans un fameux article sur la « psychologie du costume sportif » (1909), repris, en ce début d’année 1913, dans les Essais de psychologie sportive. Selon Coubertin, un « étalage de vêtements sportifs provoque dans l’organisme un certain remue-ménage22 », ce qu’il appelle « l’émoi sportif ». Le simple « contact du vêtement de sport » est une source d’énergie qui éveillera une « idée de plaisir, d’ivresse, de désir bientôt satisfait » et poussera, par pure contagion, à « penser avec intensité, avec vouloir à un mouvement ». Installer la pratique sportive au cœur des villes, c’est lutter, par prophylaxie, contre les effets de surmenage de la jeune classe urbaine tertiaire, la fameuse « fatigue nerveuse » des villes. Dans ses mêmes Essais de psychologie sportive, Coubertin se demandait si le sport était en mesure d’« enrayer la névrose universelle ». Son analyse, transformiste et anti-décadentiste, trouve un écho immédiat dans le choix des motifs adoptés par Delaunay, en particulier dans l’articulation « nerveuse » qui est faite entre adaptation à la mobilité généralisée, mobilisation de ressources organiques et concentration de forces psychiques :

  • 23 Pierre de Coubertin, « Le sport peut-il enrayer la névrose universelle ? », repris dans Ibid., p. 1 (...)

La vie moderne n’est plus ni locale, ni spéciale : tout y influe sur tous […]. La rapidité et la multiplicité des transports ont fait de l’homme un être essentiellement mobile pour lequel les distances sont de plus insignifiantes à franchir et que sollicitent, par conséquent, de fréquents changements de lieu […]. Au dedans et au dehors, le cerveau est entretenu dans une sorte d’ébullition incessante. Les points de vue, les aspects de choses, les combinaisons, les possibilités, tant pour les individus que pour les collectivités, se succèdent si rapidement qu’il faut, pour en tenir compte et les utiliser au besoin, se tenir toujours en éveil et comme en mobilisation permanente23.

  • 24 William Howard Schneider, Quality and Quantity. The Quest for Biological Regeneration in Twentieth- (...)
  • 25 Sur ces questions, voir notamment Barbara Stiegler, Nietzsche et la biologie, Paris PUF, 2001, p. 3 (...)
  • 26 Joseph Jolinon, Le Joueur de balle [1924], Paris, Rieder, 1929, p. 75.

8L’Équipe de Cardiff est, sans équivoque, un hymne à ce nouvel esprit d’adaptation, dans sa version la plus biologique24 et nietzschéenne, à savoir la plus orientée vers une « incorporéisation » de la subjectivité : le sujet, comme « volonté de puissance » et « corps vivant », dont les facultés d’assimilation sont largement tributaires d’une physiologie de l’excitation. Ce sujet performant se reconnaît à sa capacité à accueillir et absorber les stimulations extérieures, et plus encore le sujet « artiste » dans sa quête d’une « force plastique », étroitement associée à ce que Nietzsche appelle le Lebensreiz, une « excitation-qui-pousse-à-la-vie25 ». Le lien est d’ailleurs, à cette époque, clairement attesté chez de nombreux auteurs qui rapprochent la nouvelle mode des sports collectifs au biologisme esthétique de Nietzsche. Dans ses souvenirs d’avant-guerre parus sous le titre Le Joueur de balle, Joseph Jolinon associe explicitement la philosophie du rugby aux leçons de Nietzsche26. L’auteur, qui décrit l’état d’esprit du « jeune athlète de 1913-1914 », livre des descriptions de mêlées et de touches qui semblent avoir été inspirées par le combat dynamogénique de L’Équipe de Cardiff :

  • 27 Ibid., p. 131.

À chaque torse rouge-noir un torse rouge s’accroche. Voltigeurs exaltés. Le ressort de leurs jambes, la masse de leur tête infligent au bolide blond des trajectoires de flèches. Ils se taisent, le mouvement les intoxique, ils se détachent du sol, ils retombent, leur ardeur se multiplie, environnée de regards, de rayons de soleil, de poudroiements moléculaires, d’effluves de joie. Les modulations de l’attente font vibrer la foule qui devient pathétique. L’action devance la pensée qui vogue en une sorte d’hypnose dont ils ne garderont qu’un souvenir confus et magnifique27.

2. La « revanche de Stockholm ». Les enquêtes sur la jeunesse et le modèle de l’artiste complet

9Il nous faut pour cela revenir plus attentivement sur le contexte culturel qui a manifestement motivé sa réalisation, et en particulier sur le poids des enquêtes qui fleurissent dans la presse au cours de l’automne 1912, auxquelles l’artiste va répondre par un « coup de poing » pacifiste, tout sauf va-t-en-guerre. Tout comme la présence des affiches est une réponse à la querelle dites des « panneaux-réclame » qui fait suite à la législation restrictive de l’été 1912, le motif central des joueurs de rugby peut s’interpréter, c’est l’hypothèse que nous formulons ici, comme une réaction circonstanciée au débat public sur le rôle social du sport dans la formation des nouvelles générations, mobilisant la presse parisienne du second semestre 1912. L’affaire n’est pas nouvelle, elle vient de plus loin et concerne les moyens que se donne la collectivité nationale pour assurer une relève face à la défaite de 1870. C’est le débat sur la « régénération » (il occupe les esprits du passage du siècle autour du succès rencontré par les ouvrages de Max Nordau et Paul Bourget) qui connaît un net regain d’intérêt au cours de l’été 1912, à la suite de la défaite cuisante des sportifs français aux Jeux olympiques de Stockholm. L’année 1912 a commencé avec une série d’enquêtes sur l’état d’esprit de la jeunesse ; elle se termine par une vague de réponses et d’initiatives sur « l’athlète complet » à laquelle Robert Delaunay répond publiquement par une composition filant la métaphore de la compétition sportive.

  • 28 Philippe Bénéton, « La génération de 1912-1914. Image, mythe et réalité ? », Revue française de sci (...)
  • 29 Robert Wohl, The Generation of 1914, Cambridge, Harvard University Press, 1979.
  • 30 Fernand Laudet, « Enquête sur la jeunesse », La Revue hebdomadaire, 23 mars-20 juillet 1912.
  • 31 Jules Bertaut, « La jeunesse d’aujourd’hui », Le Gaulois, 1er et 15 juin 1912.
  • 32 Agathon (Alfred de Tarde, Henri Massis), « Les jeunes gens d’aujourd’hui », L’Opinion, 13 avril-29  (...)
  • 33 Émile Henriot, « À quoi rêvent les jeunes gens? », Le Temps, 23, 24 avril 1912, 7, 13 et 27 mai 191 (...)
  • 34 Pierre Baudin, « Nos enfants. À quoi rêvent-ils, Que rêvons-nous pour eux? » (enquête nationale sou (...)
  • 35 « Consciemment ou d’instinct, elle est anti-intellectualiste », Agathon, art. cit., p. 19. Émile Fa (...)
  • 36 Bergson lui-même salue ce regain d’énergie de la jeunesse dans une réponse à l’enquête de Jules Ber (...)
  • 37 Émile Boutroux, cité par Dominique Sylvaire, « L’opinion d’un grand philosophe sur la jeunesse cont (...)
  • 38 Étienne Rey, Renaissance de l’orgueil français, op. cit.
  • 39 Gaston Riou, Aux écoutes de la France qui vient, Paris, Grasset, 1913.

10Philippe Bénéton28 et Robert Wohl29 sont revenus sur cette frénésie de sociologie collective dans ce moment que les historiens appellent la « génération 1912-1914 ». En mars 1912, La Revue hebdomadaire30 ouvre le bal, en demandant à un panel de « jeunes gens » de définir leurs idéaux quand Le Gaulois31 invite une série de personnalités à donner leur avis sur les horizons d’attente de la « jeunesse d’aujourd’hui ». Dans L’Opinion, Alfred de Tarde et Henri Massis, réunis sous le pseudonyme d’Agathon, mènent l’enquête sur les « jeunes gens d’aujourd’hui32 ». Le quotidien Le Temps33, mais aussi La Revue de la jeunesse, Les Annales politiques et littéraires, La Revue des Français34, La Guerre sociale leur emboîtent le pas, dans une surprenante surenchère, très révélatrice de la concurrence commerciale qui anime le milieu de la presse de l’époque. Le thème est porteur, manifestement « dans l’air ». Dans l’ensemble, le même discours est tenu et repris avec la force d’une antienne auto-suggestive : la « jeunesse d’aujourd’hui » s’oppose à la génération dilettante, pessimiste et passive, d’un xixe finissant ; vigoureuse, énergique, éprise d’action, elle est « anti-intellectualiste »35, un terme très en vogue qui révèle l’imprégnation de l’« intuitionnisme » bergsonien sur les nouvelles générations36. En août 1912, Excelsior donne la parole au philosophe Émile Boutroux qui oppose clairement deux jeunesses, l’une « toute extérieure, sollicitée par l’action immédiate et la force physique, l’autre, toute intérieure, qui continue les vœux du cœur perpétuel », prenant soin d’évoquer pour modèle la formation des élites anglo-saxonnes où le mouvement sportif aurait « complètement régénéré la race37 ». D’un côté, donc, les restes de « rêveries oiseuses » d’un romantisme névrotique confiné dans des lectures savantes, de l’autre, une jeunesse tout ardente de renouveau qui trouve dans la figure du sportif (celle notamment de l’aviateur) le modèles d’une nouvelle fierté qui cache difficilement ses élans nationalistes. Étienne Rey publie Renaissance de l’orgueil français38 ; Gaston Riou s’apprête à sortir des presses Aux écoutes de la France qui vient39.

  • 40 Émile Henriot, À quoi rêvent les jeunes gens ? Paris, Champion, 1913, p. 12.
  • 41 « Considérons par exemple, la vogue des sports. Elle entraîne toute la jeunesse des lycées et des c (...)
  • 42 Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, Paris, Plon-Nourrit, 1913, p. 34.

11C’est au tout début de l’année 1913, dans la première quinzaine de janvier, soit exactement au moment où Delaunay est occupé à la réalisation de L’Équipe de Cardiff, que deux de ces enquêtes font l’objet d’une publication sous forme d’ouvrage. Celle d’Henriot menée dans Le Temps (« Nos jeunes gens se sont ressaisis. Ils aiment l’énergie, l’action, la force, la robustesse et la virilité. Ils sont “sport”, comme ils disent, d’ailleurs en mauvais français40 »), mais surtout, celle d’Agathon, dont tout le monde parle. Dans son roman « générationnel » Jean Barois, publié en 1913, Roger Martin du Gard présente le jeune héros répondant à une enquête sur la « jeunesse d’aujourd’hui », probablement celle de Tarde et Massis. La sortie du livre est annoncée dans Excelsior41, elle fait l’objet, le 10 janvier 1913, d’une édition spéciale de ses meilleures feuilles dans les colonnes du Matin sous le titre « Le Miracle de la jeunesse », un best-of dans lequel se retrouvent de nombreux éléments symboliques que Robert Delaunay fait dialoguer dans son tableau, notamment l’aviation et le football, retenus comme exemplaires de ce nouveau « goût de l’action et du risque » : l’aviation pour sa soif de conquête de nouveaux territoires, son goût de l’exploit et du dépassement individuel, le football, son pendant, pour son éveil à l’esprit collectif de solidarité (il donne le « sentiment d’une action commune où chaque volonté particulière doit consentir au sacrifice42 »).

  • 43 Claude-Georges Rozet, Défense et Illustration de la race française, Paris, Alcan, 1911.

12Un élément, non pas déclencheur mais accélérateur, est venu aiguiser l’urgence du débat : la défaite française aux Jeux olympiques de l’été 1912. Ils ont lieu, en Suède, à Stockholm, du 29 juin au 22 juillet, et suscitent dans la presse une véritable polémique qui enfle à mesure que les athlètes français accumulent les contre-performances (la France arrive en sixième position, avec sept médailles d’or, et quasiment rien dans la discipline reine, l’athlétisme, excepté une médaille d’argent de Jean Bouin au 5 000 mètres). Cet échec va donner un relief inattendu aux « enquêtes » du printemps 1912 et impulser une campagne nationale en faveur de la « culture physique », conduite notamment par Georges Rozet, journaliste sportif influent, grand défenseur de « l’athlète intégral43 ». L’exposé des attendus de cette énième enquête laisse très vite entendre une fascination pour le modèle anglo-saxon, celui des universités anglaises et américaines notamment, les Américains grands triomphateurs des jeux de 1912 :

  • 44 Claude-Georges Rozet, « Préparons la revanche de Stockholm. Il faut créer un Collège d’athlètes », (...)

Voici le sujet de cette enquête. Étant donné que nous avons été battus à Stockholm et très nettement battus dans le strict domaine des sports athlétiques ; étant donné que les vrais triomphateurs de l’affaire, les Américains, ont vaincu autant par leur science minutieuse de l’entraînement que par les qualités intrinsèques de leur race, par leur « classe » [...] pour toutes ces raisons, peut-on, doit-on, désirer la création, en France, d’une véritable élite du muscle, éduquée et perfectionnée, à la manière américaine, dans une sorte de collège athlétique […]. En un mot, devons-nous songer à fonder – en vue de la compétition internationale et aussi pour l’exemple à donner au reste du pays – une école de « phénomènes », ainsi qu’on a appelé les champions des États-Unis44 ?

  • 45 « Le muscle joue un rôle social. Aveugle celui qui ne s’en rend pas compte » (L’Éducation physique, (...)
  • 46 Ibid., p. 78.
  • 47 « Le collège d’athlètes », L’Intransigeant, 1er janvier 1913, p. 3.
  • 48 Rodin répond à cette enquête en précisant que le « projet du collège d’athlètes [l’]intéresse » (L’ (...)
  • 49 Jean-Raymond Guasco, Le Collège d’athlètes. École française de l’éducation physique et des sports, (...)

13Nous sommes dans une situation très particulière puisqu’il s’agit de préparer la nouvelle Olympiade qui est prévue, en 1916, à Berlin, c’est-à-dire chez l’ennemi. L’une des solutions avancées, la plus commentée, est la formation d’un « collège d’athlètes », une proposition qui va nourrir les chroniques tout au long du second semestre 1912, alors que se met en place et s’organise un réseau d’influence en faveur de la formation athlétique des « jeunes gens », où l’on va beaucoup insister sur le « rôle social du muscle45 ». L’enquête de L’Opinion, qui se développe en septembre et octobre 1912, va devient un « événement national et nationaliste46 », avec un moment d’acmé au tout début 191347. La fine fleur de l’élite politique, sociale, éducative et sportive se précipite pour surenchérir en propositions et doléances (des coureurs, comme Géo André ou Marcel Bal, des sociologues comme André Lichtenberger, des écrivains comme Marcel Boulanger, des médecins, comme le docteur et physiologiste Raoul Baudet, des journalistes comme Pierre Laffitte ou Frantz Reichel, des hommes politiques comme Paul-Boncour, la liste est longue). L’enquête se clôt par la publication d’un manifeste en faveur d’un « collège d’athlètes, école de renaissance physique », signé notamment par Rodin48, puisqu’il s’agit aussi de produire, par ce mouvement, non seulement l’avenir du peuple français mais le développement de « sa force créatrice49 ».

  • 50 Vincent Pidoux, « Sur les traces d’une théorie énergétique de l’esprit. Angelo Mosso et le travail (...)
  • 51 Angelo Mosso, Les Exercices physiques et le développement intellectuel, Paris, Félix Alcan, 1904, p (...)

14Le « collège d’athlètes » se présente comme une école de formation de « l’homme complet », alliant donc étroitement le muscle et la culture, la force et l’invention. C’est là que le modèle anglo-saxon apparaît en pleine lumière, et éclaire le choix partagé de Delaunay et Gleizes pour une équipe de rugby. Car, dans une partie des arguments avancés pour assurer les conditions du redressement et de la « revanche », c’est l’éducation des collèges anglais et américains qui est citée en exemple. Dans son ouvrage Les Exercices physiques et le développement intellectuel (1904), Angelo Mosso, promoteur d’une « théorie énergétique de l’esprit » très inspirante pour les futuristes50, propose le terme « agonistique » pour qualifier cet usage redresseur du sport scolaire ou universitaire, une éducation physique considérée comme le pendant du bon développement intellectuel des individus, contrairement à l’esprit « classique » de la Sorbonne, avec une priorité donnée à l’émulation des sports collectifs, à l’esprit de compétition des grandes rencontres internationales (« le signe distinctif de l’agonistique est le match et l’antagonisme entre équipes rivales51 »). Mosso s’appuie notamment sur le modèle des universités américaines, la fabrique des « champions » de la nouvelle compétition économique globale :

  • 52 Ibid., p. 156-157.

En Amérique, toutes les universités ont un gymnase […]. Les Américains possèdent à un si haut degré l’art de rendre plus intense l’éducation intellectuelle et physique, ils lui insufflent, avec tant de sollicitude, une vie si forte, qu’ils semblent demeurer jeunes plus longtemps que les Européens … More life and fuller52.

15Le plaidoyer de Coubertin en faveur du modèle éducatif des collèges anglais échafaude les mêmes hypothèses, au contact des théories sociales de Frédéric Le Play.

  • 53 Pierre de Coubertin, « La Haute École » (mars 1911), repris dans Essais de psychologie sportive, op (...)

16La coupure de presse qui a servi d’inspiration à Delaunay (celle arrachée aux pages de La Vie au grand air) met en scène une rencontre entre le Stade toulousain et le SCUF, une équipe universitaire. Ce n’est pas totalement fortuit. Par son titre, Équipe de Cardiff FC, Delaunay se réfère à la domination « naturelle » des Anglo-saxons dans ce sport ; par son motif, il pointe le débat sur la formation de la jeunesse. Cette éducation aux nouveaux défis du monde moderne porte un nom aux résonances justement anglo-saxonnes : le « physical learning », soit l’apprentissage cognitif par la culture physique. Il circule dans les cercles proches de Coubertin et concerne d’assez près l’urgence vitale et adaptative de la créativité dans un univers concurrentiel – ce que Coubertin appelle « l’instinct d’aller de l’avant53 ». D’Hippolyte Taine à Paul Souriau, les relais philosophiques français de cette approche sont nombreux et influents. On les retrouve à l’œuvre dans les Essais de psychologie sportive de Coubertin dont la publication au printemps 1913 coïncide avec la présentation de L’Équipe de Cardiff au public parisien, à un moment de culmination d’une polémique qui enfle autour de ce débat sur la « jeunesse d’aujourd’hui » et oppose, de manière de plus en plus franche, deux camps : le clan des partisans du pas gymnastique (philo-militariste et revanchard), contre les partisans des sports collectifs (libéral et pacifiste). Coubertin incarne la seconde voix ; c’est celle que va porter, haute en couleurs, Robert Delaunay.

3. Le sport cosmopolite : la touche de rugby contre le pas gymnastique

  • 54 Philippe Tissié, De la Méthode en éducation physique par le mouvement discipliné, Pau, impr. J. Emp (...)

17Car à la recherche de « l’athlète complet », deux options s’offrent avant-guerre, qui vont animer le contenu idéologique des réponses aux enquêtes sur la jeunesse. Dans l’avalanche suivie et continue de ces chroniques et entretiens, en fonction des obédiences politiques des différents organes de presse, deux camps se dégagent : d’un côté, les partisans du classicisme rationnel de la gymnastique, de l’autre, les alliés du modernisme énergétique des sports collectifs. Car tous les acteurs de ce débat ne lorgnent pas sur Cambridge et Oxford ; l’anglomanie n’est pas du goût de tous. De nombreux partisans du « redressement national » (l’aile la plus « revancharde » et nationaliste) dédaignent trouver leur modèle sur le plateau d’Albion ou les rives du Nouveau Monde, à l’image de Philippe Tissié, opposant sa « méthode naturelle et rationnelle » de culture physique à la « brutalité » anglaise et à la « barbarie » américaine, en vue de défendre un modèle « français » d’une rythmique gymnaste. La discipline et l’ordre « athlétique » contre le dynamisme et la liberté « footballistique54 ».

  • 55 Pierre-Alban Lebecq, Paschal Grousset et la Ligue nationale de l’éducation physique, Paris, L’Harma (...)
  • 56 Voir Pierre Arnaud, « Dividing and Uniting : Sport Societies and Nationalism, 1870-1914 », dans Rob (...)
  • 57 Patrick Clastre et Nathalie Duval, « Bien armés pour la vie ou Français je suis. Deux modèles scola (...)
  • 58 Eugen Weber, « Pierre de Coubertin and the introduction of organized sport in France », Journal of (...)
  • 59 Pierre de Coubertin, « L’Éducation anglaise », La Réforme sociale, no 13, 1887, p. 632-652.
  • 60 John J. MacAloon, « The Vision at Rugby Chapel », This Great Symbol. Pierre de Coubertin and the Or (...)

18Ce clivage vient de loin. Dès le début du siècle, le divorce est consommé au sein des mouvements sportifs où s’opposent la « Ligue nationale de l’éducation physique » de Paschal Grousset55 aux « Comités pour la propagation des exercices physiques » de Pierre de Coubertin56. Grousset reproche à Coubertin son anglophilie (on retrouve la même offensive sous la plume de Charles Maurras quand, dans Anthinéa, il décrit Coubertin comme le défenseur aveugle d’une « Internationale des sports »). Grousset dit préférer le jeu de paume au tennis et refuse le terme « football » auquel il préfère celui de « barette », saluant les vertus fédératrices d’un sport vernaculaire, ancré sur un territoire et des traditions57, discours que l’on retrouve déjà au cœur de la campagne orchestrée par le diplomate Jean-Jules Jusserand dans Sports et Jeux d’exercice dans l’ancienne France58. Avant d’être le refondateur des Olympiades, Coubertin est l’un des principaux divulgateurs en France de la « pédagogie sportive » anglaise59, prenant parti pour la méthode développée par Thomas Arnold, à qui les collèges anglais doivent justement l’introduction du football-rugby60. Pour Arnold, la pratique collective du rugby est une excellente préparation des futures élites à la concurrence économique globale du futur ; elle n’est en aucun cas un terrain d’exercice pour refaire Waterloo. C’est sous l’influence de Le Play que Coubertin va repenser cette approche sociale et pacifiste du sport, diffusée notamment à travers les Comités Jules Simon, dits « Comités pour la propagation des exercices physiques », fondés par Coubertin.

  • 61 Eugen Weber, « Pierre de Coubertin and the Introduction of Organized Sport », dans My France. Polit (...)
  • 62 Pierre de Coubertin, « Le Remède au surmenage et la transformation des lycées à Paris », La Réforme (...)
  • 63 Pierre de Coubertin, La Gymnastique utilitaire, Paris, Félix Alcan, 1905.

19Deux philosophies politiques du sport s’opposent donc : la première, plus normative et philo-militariste, tournée vers le modèle de la gymnastique, la seconde, moins influente, défendue par Coubertin, privilégiant le modèle anglo-saxon des sports collectifs, donnant plus de poids à la pédagogie du développement personnel, à l’éducation sociale et à la liberté individuelle61. Comme l’indique John MacAloon, très tôt, les deux camps forment des circuits différents : le clan des physiologistes et hygiénistes comme Lagrange et Étienne-Jules Marey, nourri des théories hygiéniques des ouvrages d’Herbert Spencer, proches des milieux de la Ligue des patriotes de Déroulède, livrent des manuels scolaires qui enrégimentent rapidement la « pédagogie sportive ». Même Jules Simon tempère son enthousiasme envers la méthode anglaise pour défendre un modèle d’éducation plus viril, plus revanchard, fondé en partie sur des exercices de type militaire, soutenant en 1882 la création des fameux « bataillons militaires ». Coubertin s’oppose à ce modèle revanchard62, ce qui le pousse à proposer un modèle de « gymnastique utilitaire » alternatif aux présupposés bellicistes des méthodes françaises, suédoises et germaniques de la « gymnastique militaire63 ». La « gymnastique militaire » représente l’ordre établi, la mécanique sociale ; les sports athlétiques illustrent plutôt l’initiative personnelle dans le groupe, la culture des échanges, du commerce.

  • 64 « Dans le sport exclusif, l’individualisme est exalté par l’idée d’arriver le premier ou d’être le (...)
  • 65 Ce que Coubertin appelle la « gymnastique utilitaire » (qu’il oppose à la « gymnastique militaire » (...)
  • 66 Georges Hébert, Le Sport contre l’éducation physique, Paris, Vuibert, 1925, p. 97.
  • 67 Ibid., p. 97.

20La « méthode naturelle » du lieutenant Hébert va rallier le camp Grousset. Pour Hébert, l’éducation physique se justifie par un double processus normalisateur : former une jeunesse virile et prompte à l’action militaire, canaliser les énergies pulsionnelles vers des idéaux moraux et nationaux. « L’éducation physique » est du côté de l’ordre et de l’harmonie, de la rationalité, elle est proprement « classique » (elle s’appuie sur les canons esthétiques des statues antiques, omniprésentes comme norme visuelle dans les revues de « culture physique », à l’image du lieutenant Hébert se mettant en scène en « discobole »), quand le « sport » serait du côté de la liberté individuelle et de l’instinct64, de la concurrence et de la nouveauté65. Anciens et modernes se disputent sur la division opposant l’ordre naturel (la ressemblance, la reproduction) à la performance artificielle (la différence, la transformation), une dichotomie qui se retrouve dans le conflit qui oppose, au sein même des Comités Jules Simon, le docteur Philippe Tissié, fondateur de la Ligue girondine de l’éducation physique et Pierre de Coubertin. Tissié voit dans la gymnastique un instrument de régulation sociale fondée sur « l’ordre et la mesure », avec de fortes connotations morales et civiques, ce à quoi adhère le lieutenant Hébert qui reproche aux Jeux olympiques de n’être qu’une « foire musculaire internationale sans valeur éducative ». C’est tout le sens de ses chroniques distillées dans les colonnes de la Renaissance physique, dans une critique ouverte de la marchandisation du sport et de sa spectacularisation. Hébert oppose, terme à terme, le « sport et l’éducation physique », le premier visant l’esprit de la performance individuelle66 quand la seconde se focalise sur l’aspect éducatif et moral de l’exercice, ce qui le conduit à regretter et blâmer le développement du « sport-spectacle », un « vrai spectacle, avec attractions, qui tend fatalement à l’exploitation de la badauderie […] avec publicité rappelant celle des entreprises théâtrales67 ».

  • 68 Ibid., p. 98.
  • 69 En 1889, Pierre de Coubertin initie dans le cadre de l’Exposition universelle un « Congrès des exer (...)
  • 70 Pierre de Coubertin, « La Haute École » (mars 1911), repris dans Essais de psychologie sportive, op (...)
  • 71 Paul Henri d’Estournelles de Constant, « Pour l’aviation », La Revue bleue, no 9, 27 février 1909, (...)
  • 72 « Il fallait réaliser une entente internationale portant d’abord sur la détermination exacte de l’h (...)

21Hébert reproche aux sports modernes leur dérive vers l’exhibition populaire et la culture du divertissement : « À vrai dire, le sport, en dévoyant vers le spectacle, n’a fait qu’industrialiser en grand les exhibitions foraines68. » Or, c’est justement, on l’a vu, ce « spectacle du sport » que célèbrent les reportages illustrés de La Vie au grand air sur lesquels s’est appuyé Delaunay dans l’élection de son motif sportif. Dans ce conflit de chapelles (Éducation physique/Vie au grand air), Delaunay a donc fait son choix : la défense du sport (le rugby), de sa popularité (20 000 spectateurs assistent à la rencontre internationale France-Écosse, le 1er janvier 1913), et de sa mise en spectacle, dans un parc des Princes devenu l’arène moderne où s’illustre la révélation de la compétence dans l’exaltation de la compétition. Il adopte pour cela le montage que l’on connaît : il décide d’installer la partie sous l’ombre tutélaire de la Grande Roue (la fête foraine) et de la tour Eiffel (les Expositions universelles). On ne sera pas surpris d’apprendre que Coubertin a pensé les Jeux olympiques sur le modèle des Expositions universelles69. Il souhaite en effet inscrire le développement des sports collectifs sous l’égide d’une modernité pleinement assumée associant art et technique, invention et diffusion spectaculaire, mondialisation et universalisme, ce qu’il traduira, d’un mot, par « cosmopolitisation du sport70 ». Delaunay pense son Équipe comme un condensé visuel de cet internationalisme. Un biplan survole les joueurs : l’aéronautique sera la nouvelle arme de la « conciliation » mondiale. C’est là encore une option qui n’est pas dominante. Car l’avion est plutôt présenté à cette époque comme la « quatrième arme » préparant la revanche (ce que commente Picasso dans le collage Notre Avenir est dans l’air (Centre Pompidou, musée national d’Art moderne) de 1912, dans une allusion à peine camouflée à un prospectus diffusé en faveur du développement militaire de l’aviation) et non pas comme un outil de fraternité transfrontalière, à la manière d’un Estournelles de Constant, dans ses articles sur « l’aviation inespérée » publiés dans les bulletins de la Conciliation internationale ou son plaidoyer en faveur d’une aviation pacifiste dans La Revue bleue71. La tour Eiffel surplombe les rugbymen. Rien d’étonnant à cela : elle vient d’accueillir, en octobre 1912, une grande conférence en faveur de la mise en place d’une « unification internationale de l’heure72 » qui viendrait elle aussi abolir les frontières. Tout ici converge pour faire de L’Équipe de Cardiff un hymne à la concorde universelle, où l’arène compétitive du sport deviendrait un authentique dérivatif aux instincts guerriers – ce qu’Alain Ehrenberg a appelé une « dérive pacifique de la mobilisation générale » :

  • 73 A. Ehrenberg, « Aimez-vous les stades ? Architecture de masse et mobilisation », art. cit., p. 33-3 (...)

22La compétition concrétise l’utopie d’une guerre rêvée dans une société pacifiée jusque dans ses moindres manifestations agressives. Sa mise en scène vise à instaurer un rapport aux masses de spectateurs qui n’est autre que celui établi entre la guerre et le peuple en démocratie : une mobilisation générale […]. Le projet athlétique à l’œuvre dans la compétition n’est autre chose qu’une dérive pacifique de la mobilisation générale73.

  • 74 En août 1912, Pierre de Coubertin a triomphé dans l’épreuve littéraire de la Ve Olympiade de Stockh (...)

23Delaunay ne dépeint pas la foule hystérique et grégaire ; il rend hommage aux grandes rencontres internationales converties en réconciliation des pays, salue les vertus du sport collectif dans la construction fragile d’un monde globalisé concurrentiel mais pacifié74, un univers qui a déplacé le paradigme autoritaire de la guerre des nations et des peuples vers le modèle libéral d’une « lutte pacifique » des intérêts commerciaux et économiques. C’est ce que Pierre de Coubertin appelle « l’avenir démocratique » du sport :

  • 75 Pierre de Coubertin, « L’avenir des sports au point de vue psychologique, international et démocrat (...)

Par sport il ne faut pas entendre éducation physique, pas même culture musculaire car alors l’aphorisme ne serait plus exact ; il l’est du sport seul c’est-à-dire de cette façon de sentir et de pratiquer l’exercice qui suppose un acte de volonté libre, une ambition constante de faire mieux et une concurrence régulière avec ses camarades […]. Les sports plus encore que les autres manifestations d’activité humaine ont besoin d’internationalisme et y tendent75.

24Cette idée généreuse et optimiste, on la retrouve, sous une forme humoristique, en février 1913 dans les colonnes de Fantasio, qui propulse le lecteur dans un monde du futur, enfin débarrassé des malédictions de la guerre à répétition :

  • 76 Legrogneux, « Complications footballkaniques. Extrait d’un correspondant de guerre en l’an 1950 », (...)

Enfin les temps sont révolus : le sport est Dieu et Frantz Reichel est son prophète. Le football-rugby a remplacé la religion, l’armée, la marine. Selon une vieille prophétie, jadis mal interprétée, voici que les équipes
inter-na-tio-na-a-a-ales constituent l’élite du gen’rhumain ! Aussi bien, le budget des grandes nations européennes n’a qu’à s’en féliciter. Les matchs internationaux de football ont remplacé les batailles de jadis76.

25Quelques mois plus tard, la déclaration de guerre viendra surprendre les Français en plein été. Ils partiront la « fleur au fusil », avant que la revanche ne sombre dans l’hécatombe démographique. Delaunay, lui, sera déjà parti en Espagne puis au Portugal, confirmé, en 1916, dans sa réforme du service national. Il retrouvera à Barcelone son ami Albert Gleizes, pacifiste et antimilitariste convaincu, lui aussi échappé du front…

Haut de page

Notes

1 Georges Valentré, « Le Football-Rugby devient notre sport national », Touche à tout, no 12, décembre 1912, p. 502.

2 Géo Lefèvre, « Les Jeux olympiques. Les Français n’ont pas brillé », La Vie au grand air, 13 juillet 1912, p. 551. La France n’arrive qu’en sixième position, avec 17 médailles, après l’Allemagne, ce qui aiguise singulièrement l’esprit revanchard.

3 Eugen Weber, « Pierre de Coubertin and the Introduction of English Sports into France », Journal of Contemporary History, vol. V, no 2, 1970, p. 3-36.

4 Cette culture du sport spectacle est commune aux grands meetings aériens qui non seulement déplacent des foules (près de 500 000 personnes, lors du Grand Meeting de Reims de 1909), mais surfent médiatiquement sur des enjeux financiers importants (100 000 francs de prix, lors de la semaine de Reims).

5 Le 20 octobre 1908, Robert Delaunay est réformé « no 2 » en raison d’une « endocardite », il sera placé en réserve du 119e régiment d’infanterie. Appelé sous les drapeaux début août 1914, il sera déclaré déserteur, puis « réformé » le 13 juin 1916, au consulat de France de Vigo, au Portugal, où le couple Delaunay s’est installé pendant le conflit – ce qui lui vaudra de nombreuses critiques acerbes de la part de ses anciens compagnons de route, Cendrars et Apollinaire notamment, engagés sur le front, partis la « fleur au fusil » pour en découdre avec le camp allemand.

6 Anson Rabinbach, Le Moteur humain. L’énergie, la fatigue et les origines de la modernité [1991], traduit par Michel Luxembourg, Paris, La Fabrique éditions, 2004.

7 Ibid., p. 248.

8 Robert A. Nye, « Degeneration, Neurasthenia and the Culture of Sport in Belle Époque France », Journal of Contemporary History, vol. 17, no 1, janvier 1982, p. 51-68.

9 Lucien Grellety, Névrosés et décadents, Mâcon, Protat Frères, 1913, p. 11.

10 Étienne Rabaud, « Origine et transformation de la notion de dégénéré », Revue de l’École d’anthropologie, vol. 17, 1907, p. 36-46.

11 William Schneider, « Toward the Improvement of the Human Race: The History of Eugenics in France », The Journal of Modern History, vol. 54, juin 1982, p. 268-291.

12 Ibid., p. 111.

13 Charles Lalo, Les Sentiments esthétiques, Paris, Félix Alcan, 1910, p. 152-153.

14 Raphaël Cor, Essais sur la sensibilité contemporaine, Paris, H. Falque, 1912.

15 Ibid., p. 8.

16 Jean Bourdeau, La Philosophie affective, Paris, Félix Alcan, 1912.

17 « Il y a dans le sport, un principe d’ordre qui, appliqué dans tous les divertissements, dominera par ses vertus notre vie sociale : énergie, courage, maîtrise de soi » (Gabriel Le Tainturier-Fradin, « L’Activité sportive contient-elle le germe d’une philosophie pratique de la vie ? », dans Congrès international de psychologie et de physiologie sportives, Lausanne, 7-11 mai 1913, cité dans Alain Ehrenberg, « Aimez-vous les stades ? Architecture de masse et mobilisation », Recherches, « Les racines historiques des politiques sportives 1870-1940 », no 43, avril 1980, p. 33-34.

18 Mark Antliff, Inventing Bergson. Cultural Politics and the Parisian Avant-Garde, Princeton, Princeton University Press, 1993.

19 Étienne Rey, La Renaissance de l’orgueil français, Paris, B. Grasset, 1912, cité dans Ibid.,p. 111.

20 Dr Pierre Toulouse, « L’action est le but supérieur de la vie », Demain, no 1, avril 1912, p. 1-7.

21 Albert Bazaillas, Musique et inconscience. Introduction à la psychologie de l’inconscient, Paris, Félix Alcan, 1908, p. 239 et 241.

22 Pierre de Coubertin, « La psychologie du costume sportif » (février 1909), repris dans Essais de psychologie sportive (1913), Grenoble, Jérôme Millon, 1992, p. 63.

23 Pierre de Coubertin, « Le sport peut-il enrayer la névrose universelle ? », repris dans Ibid., p. 120.

24 William Howard Schneider, Quality and Quantity. The Quest for Biological Regeneration in Twentieth-Century France, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

25 Sur ces questions, voir notamment Barbara Stiegler, Nietzsche et la biologie, Paris PUF, 2001, p. 32-43.

26 Joseph Jolinon, Le Joueur de balle [1924], Paris, Rieder, 1929, p. 75.

27 Ibid., p. 131.

28 Philippe Bénéton, « La génération de 1912-1914. Image, mythe et réalité ? », Revue française de science politique, vol. XXI, no 5, octobre 1971, p. 981-1009.

29 Robert Wohl, The Generation of 1914, Cambridge, Harvard University Press, 1979.

30 Fernand Laudet, « Enquête sur la jeunesse », La Revue hebdomadaire, 23 mars-20 juillet 1912.

31 Jules Bertaut, « La jeunesse d’aujourd’hui », Le Gaulois, 1er et 15 juin 1912.

32 Agathon (Alfred de Tarde, Henri Massis), « Les jeunes gens d’aujourd’hui », L’Opinion, 13 avril-29 juin 1912, publiée en librairie en janvier 1913 dans Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, Paris, Plon, 1913.

33 Émile Henriot, « À quoi rêvent les jeunes gens? », Le Temps, 23, 24 avril 1912, 7, 13 et 27 mai 1912 et 4 juin 1912.

34 Pierre Baudin, « Nos enfants. À quoi rêvent-ils, Que rêvons-nous pour eux? » (enquête nationale sous la direction d’Henri Mazel), Revue des Français, no 6, 25 juin 1912, p. 113.

35 « Consciemment ou d’instinct, elle est anti-intellectualiste », Agathon, art. cit., p. 19. Émile Faguet constatait déjà cette tendance dans son enquête de la Revue hebdomadaire (n°29, 20 juillet 1912, p. 302) en relevant l’influence de Bergson, Bourget et Barrès.

36 Bergson lui-même salue ce regain d’énergie de la jeunesse dans une réponse à l’enquête de Jules Bertaut pour Le Gaulois (15 juin 1912). Sur cette collusion entre les enquêtes sur la jeunesse et Bergson, telle qu’elle est perçue en mars 1913, voir André Colomer, « Aux sources de l’héroïsme individualiste. M. Bergson et les Jeunes gens d’aujourd’hui », L’Action d’art, no 2, 1er mars 1913, p. 1.

37 Émile Boutroux, cité par Dominique Sylvaire, « L’opinion d’un grand philosophe sur la jeunesse contemporaine », Excelsior, 8 août 1912, p. 2.

38 Étienne Rey, Renaissance de l’orgueil français, op. cit.

39 Gaston Riou, Aux écoutes de la France qui vient, Paris, Grasset, 1913.

40 Émile Henriot, À quoi rêvent les jeunes gens ? Paris, Champion, 1913, p. 12.

41 « Considérons par exemple, la vogue des sports. Elle entraîne toute la jeunesse des lycées et des collèges, qui lit avec passion les feuilles sportives" et d’évoquer un "amour du courage et de l’audace que l’aviation symbolise à nos yeux » (Agathon, « Les jeunes gens d’aujourd’hui », Excelsior, 16 janvier 1913, p. 1-2.

42 Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, Paris, Plon-Nourrit, 1913, p. 34.

43 Claude-Georges Rozet, Défense et Illustration de la race française, Paris, Alcan, 1911.

44 Claude-Georges Rozet, « Préparons la revanche de Stockholm. Il faut créer un Collège d’athlètes », L’Opinion, 17 août 1912, p. 1.

45 « Le muscle joue un rôle social. Aveugle celui qui ne s’en rend pas compte » (L’Éducation physique, septembre 1912, cité dans Jean-Michel Delaplace, Georges Hébert. Sculpteur de corps, Paris, Vuibert, 2005, p. 78).

46 Ibid., p. 78.

47 « Le collège d’athlètes », L’Intransigeant, 1er janvier 1913, p. 3.

48 Rodin répond à cette enquête en précisant que le « projet du collège d’athlètes [l’]intéresse » (L’Opinion, no 37, 14 septembre 1912, p. 335-336).

49 Jean-Raymond Guasco, Le Collège d’athlètes. École française de l’éducation physique et des sports, Paris, G. Oudin, 1913, p. 17.

50 Vincent Pidoux, « Sur les traces d’une théorie énergétique de l’esprit. Angelo Mosso et le travail des émotions », PSN (Psychiatrie, Sciences Humaines, Neurosciences), vol. 13, no 2, 2015, p. 43-69.

51 Angelo Mosso, Les Exercices physiques et le développement intellectuel, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 76.

52 Ibid., p. 156-157.

53 Pierre de Coubertin, « La Haute École » (mars 1911), repris dans Essais de psychologie sportive, op. cit., p. 145.

54 Philippe Tissié, De la Méthode en éducation physique par le mouvement discipliné, Pau, impr. J. Empéranger, 1910.

55 Pierre-Alban Lebecq, Paschal Grousset et la Ligue nationale de l’éducation physique, Paris, L’Harmattan, 1997.

56 Voir Pierre Arnaud, « Dividing and Uniting : Sport Societies and Nationalism, 1870-1914 », dans Robert Tombs (éd.), Nationhood and Nationalism in France. From Boulangism to the Great War, 1889-1918, London, Harper Collins, 1991, p. 182-194. Arnaud révèle notamment l’opposition entre la diffusion de la gymnastique militaire défendue par les instances politiques de la IIIRépublique et le discours plus internationaliste de Coubertin.

57 Patrick Clastre et Nathalie Duval, « Bien armés pour la vie ou Français je suis. Deux modèles scolaires concurents : l’École des Roches et le Collège de Normandie », Les Études sociales, no 137, 2003, p. 21-35.

58 Eugen Weber, « Pierre de Coubertin and the introduction of organized sport in France », Journal of Contemporary History, vol. 5, no 2, 1970, p. 3-26.

59 Pierre de Coubertin, « L’Éducation anglaise », La Réforme sociale, no 13, 1887, p. 632-652.

60 John J. MacAloon, « The Vision at Rugby Chapel », This Great Symbol. Pierre de Coubertin and the Origins of the Modern Olympic Games, Chicago, University of Chicago Press, 1981, p. 43-82.

61 Eugen Weber, « Pierre de Coubertin and the Introduction of Organized Sport », dans My France. Politics, Culture, Myth, Cambridge, Harvard University Press, 1991, p. 207-225.

62 Pierre de Coubertin, « Le Remède au surmenage et la transformation des lycées à Paris », La Réforme sociale, no 16, 1888, p. 241-249, cité par J. MacAloon, op. cit., p. 106.

63 Pierre de Coubertin, La Gymnastique utilitaire, Paris, Félix Alcan, 1905.

64 « Dans le sport exclusif, l’individualisme est exalté par l’idée d’arriver le premier ou d’être le plus fort. Les sentiments égoïstes s’affirment et s’exaspèrent d’autant plus que l’outrance est poussée plus avant » (Georges Hébert, L’Éducation physique ou l’Entraînement complet par la méthode naturelle, Paris, Vuibert, 1912, p. 51).

65 Ce que Coubertin appelle la « gymnastique utilitaire » (qu’il oppose à la « gymnastique militaire ») destinée à la formation de jeunes « débrouillards », capables de s’adapter « à ces changements de lieu, de métier, de situation, d’habitudes et d’idées que rend nécessaire la féconde instabilité des sociétés modernes » (Pierre de Coubertin, « Une nouvelle formule d’éducation physique », Revue mensuelle du Touring Club de France, 20 mars 1902, p. 146-151, repris et développé dans L’Éducation des adolescents au xxe siècle. I. L’Éducation physique : la gymnastique utilitaire. Sauvetage-Défense-Locomotion, Paris, Félix Alcan, 1905).

66 Georges Hébert, Le Sport contre l’éducation physique, Paris, Vuibert, 1925, p. 97.

67 Ibid., p. 97.

68 Ibid., p. 98.

69 En 1889, Pierre de Coubertin initie dans le cadre de l’Exposition universelle un « Congrès des exercices physiques », piloté par les Comités Jules Simon, avec une exposition (P. de Coubertin, « L’exposition athlétique », Revue athlétique, 25 mai 1890).

70 Pierre de Coubertin, « La Haute École » (mars 1911), repris dans Essais de psychologie sportive, op. cit., p. 144.

71 Paul Henri d’Estournelles de Constant, « Pour l’aviation », La Revue bleue, no 9, 27 février 1909, p. 271-273.

72 « Il fallait réaliser une entente internationale portant d’abord sur la détermination exacte de l’heure unique, puis, sur son mode de transmission par les signaux de télégraphie sans fil. Il fallait donc créer un service international de l’heure » (Alphonse Berget, « Heure », Larousse mensuel, no 71, janvier 1913, p. 609-611). Cette transmission est permise par le laboratoire installé sur la tour Eiffel.

73 A. Ehrenberg, « Aimez-vous les stades ? Architecture de masse et mobilisation », art. cit., p. 33-34.

74 En août 1912, Pierre de Coubertin a triomphé dans l’épreuve littéraire de la Ve Olympiade de Stockholm grâce à un poème pacifiste bilingue franco-allemand intitulé « Ode au sport ».

75 Pierre de Coubertin, « L’avenir des sports au point de vue psychologique, international et démocratique », repris dans « Psychologie, internationalisme, démocratie », Revue olympique, juillet 1910, p. 103.

76 Legrogneux, « Complications footballkaniques. Extrait d’un correspondant de guerre en l’an 1950 », Fantasio, no 157, 1er février 1913, p. 475.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Robert Delaunay, L’Équipe de Cardiff, 1912-1913
Légende Huile sur toile, 32, x 20,8 cm
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 2 : « Les Toulousains à Paris »
Légende La Vie au Grand Air, 18 janvier 1913, p. 43
Crédits Gallica.bnf.fr / Musée Air France
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Fig. 3 : « Le Match Cardiff-Stade – Un coup franc au Stade »
Légende La Vie au Grand Air, 2 mars 1912, n°702, p. 1
Crédits Gallica.bnf.fr / Musée Air France
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Rousseau, « « La psychologie du costume sportif » »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2675

Haut de page

Auteur

Pascal Rousseau

HICSA – Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search