Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Baigneurs du xixe siècle : caleço...

Baigneurs du xixsiècle : caleçons, costumes et slips

Philippe Thiébaut

Résumés

En France, le développement de la natation en milieu urbain et des bains de mer au cours des deux premières décennies du xixsiècle posa la question de la tenue vestimentaire la mieux adaptée à cette nouvelle pratique sociale. Elle affecta la garde-robe masculine dans la mesure où l’usage était jusqu’alors admis pour les hommes de se baigner nu. Se mit alors en place toute une législation découlant de l’article 330 du Code pénal de 1810 qui définissait et sanctionnait l’outrage public à la pudeur. Les hommes se virent alors imposer une tenue d’immersion définie en fonction du lieu de la baignade. Cette tenue évolua tout au long du siècle. Se succédèrent, sans pour autant s’éliminer, le caleçon, le costume deux pièces, le maillot une pièce avec puis sans manches, avant que le slip ne fasse son apparition au début du xxe siècle dans un contexte exclusivement sportif. Davantage que la peinture, sous l’emprise du thème traditionnel des baigneurs, la presse illustrée et la photographie permettent de suivre l’évolution de ces pratiques et leur réception.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le fascicule, vendu au prix de 50 centimes, était édité, sous le Second Empire, par Arnauld de Vres (...)
  • 2 Sur ce manuel, dont le titre a varié, voir Thierry Terret, « À propos de “Traité complet de natatio (...)

1Se baigner au xixsiècle est avant tout une pratique sociale, considérée soit comme un loisir soit comme une thérapie. Ce n’est qu’à l’extrême fin du siècle que la natation est appréhendée, en France du moins, comme une discipline sportive. Si le bain suscita une littérature hygiéniste abondante, l’art de nager en revanche ne fut l’objet que d’un fort petit nombre de manuels. Le plus apprécié fut sans nul doute La Natation naturelle à l’homme et l’art de nager, livret anonyme qui connut plusieurs éditions1, dont la première remonte au milieu des années 1850. Les militaires disposaient, quant à eux, d’un ouvrage plus spécialisé qui, publié pour la première fois en 1824, rencontra lui aussi un beau succès. Intitulé De la natation et de son application à l’art de la guerre, il avait pour auteur un capitaine d’infanterie de la garde royale, Ludovic-Antoine Le Compasseur, vicomte de Courtivron2. L’apparition de ce nouvel usage, qui devint rapidement une mode, posait la question de l’accessoire vestimentaire le mieux adapté à cette activité. Question d’autant plus aiguë en ce qui concernait le vestiaire masculin que pour les hommes, l’habitude était prise et généralement admise de se baigner nu. Aussi, au cours de la première moitié du xixsiècle, les bains de la gent masculine en nudité intégrale, qu’il s’agisse des bains de rivière – aussi bien à la campagne qu’à la ville – ou des bains de mer, sont-ils chose fréquente.

1. La police des bains

  • 3 Bien qu’il traite essentiellement des années 1920-1970, l’ouvrage de Christophe Granger, La Saison (...)

2Les premières décennies du siècle sont placées sous le signe d’une certaine tolérance, en dépit de l’apparition de « codes d’immersion », conséquence directe du délit d’outrage public à la pudeur sanctionné par l’article 330 du Code pénal de 1810. Mais sous la monarchie de Juillet, ces codes régissant l’accoutrement du baigneur se font plus précis, avec pour objectif premier la décence. Parallèlement se met en place une police des bains de rivière et des bains de mer, police de plus en plus sévère à mesure que l’on avance dans le siècle. En témoigne la multiplication des ordonnances préfectorales et des arrêtés municipaux relatifs, d’une part, aux lieux et périmètres de baignade, d’autre part à la tenue vestimentaire exigée en fonction du lieu3.

  • 4 Transféré par Fabienne Béranger sur le site de partage Scribd sous le titre Police des bains de mer (...)
  • 5 L’utilisation de la chemise comme cabine de bain textile eut longue vie. Ainsi peut-on lire dans un (...)
  • 6 Ce secteur avait été délimité quelques années auparavant par l’arrêté du 18 juillet 1829.
  • 7 Arrêté du 22 juillet 1892. Par « costume », il faut entendre un ensemble constitué de deux pièces : (...)

3Grâce au minutieux travail de dépouillement d’archives municipales réalisé par Johan Vincent4, la législation en usage dans les communes de la côte vendéenne nous est parfaitement connue. Citons l’exemple des Sables-d’Olonne. En juillet 1816, la municipalité, face aux protestations suscitées par des baigneurs « qui, au mépris de toute pudeur, se promènent et causent nus sur la plage et par leur indécence empêchent les habitués de se promener sur la même côte », décide de faire cesser cette pratique. Cependant, considérant « qu’il est en même temps nécessaire de limiter un lieu propice sur la côte pour que les personnes qui désirent prendre des bains de mer nus puissent le faire sans inconvénient », elle fixe les limites d’un terrain octroyé aux bains de mer nus. Vingt ans plus tard, la baignade nue ne semble plus d’actualité. En effet, un arrêté du 4 juillet 1836 stipule que, dans le secteur qui leur est réservé, les hommes peuvent se baigner s’ils portent « un caleçon de couleur prenant au-dessus des hanches et descendant jusqu’aux genoux » et précise que dans cette même partie de la plage il est défendu « à qui que ce soit de se mettre nu, conséquemment en se déshabillant les hommes devront se vêtir de leur caleçon de bain avant de laisser leur chemise »5. Par ailleurs, il est rappelé que les hommes ne sont admis dans le secteur réservé aux femmes6 qu’« à condition expresse d’être vêtu d’un pantalon de couleur et d’un gilet ou d’une chemise ». À la fin du siècle, en vertu de l’arrêté du 22 juillet 1892, il est formellement interdit de s’habiller ou de se déshabiller en plein air et tout baigneur doit « être revêtu d’un costume décent »7. Autre exemple, celui de Saint-Gilles-sur-Vie [Saint-Gilles-Croix-de-Vie] : l’arrêté du 8 juillet 1887 informe qu’il y est obligatoire de respecter les différents secteurs de la plage limités par un système de poteaux. Le premier espace est réservé aux femmes, mais les hommes peuvent s’y baigner, à condition toutefois de porter « un pantalon de laine, une chemise ou un gilet ». Dans l’espace voisin, réservé aux hommes, ceux-ci doivent porter « un pantalon ». En revanche, au-delà, il est permis, pour les hommes, de se baigner sans vêtements. Mais au début du xxsiècle, l’arrêté du 11 juillet 1904 défend expressément de se baigner nu sur toute la côte et n’autorise le caleçon qu’à partir d’une distance de 500 mètres au sud du Casino, à condition toutefois « de se déshabiller ou de se rhabiller dans les dunes et non sur la plage ».

4Sous la monarchie de Juillet et le Second Empire, nombreux étaient les hommes qui préféraient la baignade nue à la baignade « couverte », et cela en dépit d’une police qui avait pour consigne de lutter contre cet usage. Les déboires de ces ancêtres du naturisme sauvage alimentent bien des récits de l’époque avec souvent comme théâtre les côtes bretonnes :

  • 8 André Lazare, Souvenirs de voyages : un mois en Bretagne, août-septembre 1855, Paris, chez Amyot, 1 (...)

 […] pendant ce temps, L*** et Jules B *** se dépouillent de leurs vêtements, derrière de larges roches qui les dérobent aux regards des promeneurs attardés sur la rive, et prennent un excellent bain ; pourtant, comme on se lasse de tout, même de la planche et de la coupe, au bout d’une demi-heure ils voudraient bien s’en aller ; mais les promeneurs, et surtout les promeneuses, couvrent la plage et l’absence totale de caleçons rend la sortie très délicate ; heureusement G*** s’aperçoit de l’embarras de ses amis ; il leur jette son large parapluie et les mœurs n’ont presque rien à souffrir8.

  • 9 Voir par exemple sa vignette dans l’ouvrage d’Eugène Briffault, Paris dans l’eau, Paris, J. Hetzel, (...)
  • 10 Voir Clément Caraguel, « Paris dans l’eau. Vignettes de Daumier », Le Charivari, 25 juillet 1852, n (...)

5Par ailleurs, la débandade de baigneurs nus à la vue de la barque des officiers de police est un sujet prisé des caricaturistes, au premier rang desquels Charles-Albert Bertall (1820-1882)9 ou Honoré Daumier (1808-1879)10 (Fig. 1)

Fig. 1. Clément Caraguel, « Paris dans l’eau. Sauve qui peut !»

Fig. 1. Clément Caraguel, « Paris dans l’eau. Sauve qui peut !»

Le Charivari, 25 juillet 1852, vignettes d’Honoré Daumier, n. p.

Collection particulière

  • 11 Ordonnances et arrêtés relatifs à la baignade dans la Seine et la Marne sont conservés dans la sous (...)
  • 12 Voir Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’à 1844, Paris, Librairie adm (...)
  • 13 Gustave Bourdin, « Coutumes populaires. Les bains à quatre sous », La Gazette pittoresque de l’indu (...)
  • 14 E. Briffault, Paris dans l’eau, op. cit., p. 50. Les vignettes de Bertall illustrant le chapitre V, (...)
  • 15 « Se baigner nu serait sans doute préférable à tous les systèmes de vêtements » (ibid.).
  • 16 Ibid., p. 128.
  • 17 Ibid., p. 126-138.
  • 18 C. Caraguel, art. cit., n. p.

6Il n’en faudra pas moins une multitude d’arrêtés pour venir à bout des récalcitrants. C’est ainsi qu’en 1883, la préfecture de police estime nécessaire de republier l’ordonnance du 31 mai 1873 relative à la baignade dans la Seine et la Marne, qui contient deux articles relatifs à la nudité. En vertu de l’article II, « il est défendu de se baigner nu en rivière et de se tenir hors de l’eau sans être décemment couvert », tandis que l’article III précise : « Les bachots servant à la baignade en pleine eau devront être surmontés d’une tente quand les baigneurs se déshabilleront à bord11. » À Paris même, le 1er mai de chaque année, la préfecture de police republie l’ordonnance du 25 octobre 1840 sur les bains de rivière. Au terme de l’article 1er, il est défendu de se baigner dans la Seine, si ce n’est dans les bains et écoles de natation autorisés et l’article 11 défend de se montrer nu hors de ces mêmes bains ou écoles de natation12. La nudité à l’intérieur des bains semble avoir été longtemps admise. C’est ainsi que le journaliste Gustave Bourdin (1820-1870), remémorant son premier contact en 1834 avec les bains « à quatre sous », se souvenait, vingt ans plus tard, avoir été le seul à porter une « feuille de figuier en coton manufacturé »13. Certes, ces établissements, même à bon marché, fournissaient des caleçons à qui pouvait les payer mais, selon le témoignage d’Eugène Briffault (1799-1854), fin observateur des mœurs parisiennes, « la majorité des baigneurs supprimait ce vain ornement ». Il est vrai que, selon ce même observateur, « les caleçons des écoles de natation méritent de graves reproches : ce sont des sacs informes »14. Par ailleurs, partisan de la baignade nue15, Briffault déplore que, pour s’y livrer en paix, il faille aller « par-delà Charenton ou à Suresnes »16 et rappelle combien étaient actifs les agents de la garde municipale qui parcouraient incessamment la Seine pour verbaliser et même emprisonner les baigneurs nus, y compris ceux qui franchissaient le périmètre des écoles de natation où la nudité était pourtant acceptée17. Quelques années plus tard, en 1852, Le Charivari signale l’existence d’une catégorie de baigneurs qu’il qualifie d’« insoumis », à savoir ceux qui « pour ne pas subir le joug du caleçon et s’astreindre au peignoir, feraient plutôt cent lieues le long des rives de la Seine pour trouver un endroit où ils puissent en toute liberté ôter bottes, chapeau et le reste »18.

  • 19 Rappelons que Flaubert fut également un impitoyable pourfendeur de la pratique de la feuille de vig (...)
  • 20 Gustave Flaubert, Correspondance. I (janvier 1830 à juin 1851), édition établie, présentée et annot (...)
  • 21 Émile Zola, Nouveaux Contes à Ninon, Paris, G. Charpentier, 1878, p. 148-149.
  • 22 Le 12 août 1906, quelques semaines avant son décès, Cézanne écrivait à son fils : « Il y a deux jou (...)

7Parmi ces insoumis figurent quelques célébrités, dont Gustave Flaubert (1821-1880)19 et Émile Zola (1840-1902), provinciaux rebutés par la découverte des écoles de natation. On ne peut que leur donner raison lorsque l’on jette un œil sur la série de lithographies de Daumier intitulée Croquis d’été (1858). Le 3 juillet 1842, Flaubert écrivait à sa sœur Caroline : « J’ai été deux fois aux écoles de natation. J’ai haussé les épaules de pitié. Tous crétins ! une eau sale, des moutards ridicules ou des vieillards stupides qui y clapotent. Il n’y en avait pas un qui fût digne de me regarder nager20. » Quant à Zola, il évoque, dans les Nouveaux Contes à Ninon (1878), sa répugnance à fréquenter, à son arrivée à Paris en 1858, les écoles de natation, répugnance décuplée par le souvenir de ses baignades dans l’Arc en compagnie de Paul Cézanne (1839-1906). « Nous ne mettions pas même de caleçons. […] Nous restions nus sur le sable, pendant des heures […] »21, précise-t-il. Ces baignades, comme on le sait, seront de nouveau évoquées par l’écrivain dans les premières pages de L’Œuvre (1886), dont le personnage principal, le peintre Claude Lantier, est en partie inspiré par Cézanne, lequel, de la fin des années 1870 à sa mort22, ne cessa de traiter le thème des baigneurs.

2. Caleçons de bain

  • 23 Dans le manuel du professeur de coupe François Roussel, Le Chemisier moderne. Traité de coupe scien (...)
  • 24 La laine, à l’époque estimée plus fraîche en été, plus chaude en hiver, considérée comme adhérant à (...)
  • 25 Le mouchoir plié et noué sur les hanches était également utilisé dans les écoles de natation. Voir (...)
  • 26 Manuel de gymnastique approuvé par M. le Ministre de la Guerre le 26 juillet 1877, Paris, Imprimeri (...)
  • 27 Paris, musée de l’Armée, inv. 01153.

8S’il ne fait aucun doute que la baignade nue persista tout au long du xixsiècle, le caleçon de bain, en tant qu’article spécifique de la garde-robe masculine, n’apparut pas pour autant du jour au lendemain. Beaucoup d’hommes pratiquant la baignade « couverte » le faisaient en caleçon de jour, du moins ceux qui en possédaient. En effet, jusqu’au tournant des années 1870-1880, encore nombreux étaient les hommes qui n’en portaient pas, la chemise, dont la longueur variait sur le devant entre mi-cuisse et dessus de genou, faisant office de sous-vêtement global23, bien que les manuels d’hygiène domestique et professionnelle ne cessassent de prôner le port du caleçon, qu’il fût en coton, lin, chanvre, laine ou flanelle24. Par ailleurs, alors qu’un décret gouvernemental du 24 juin 1879 avait rendu obligatoire la pratique de la natation dans l’armée, le caleçon de bain ne figure pas dans le paquetage du soldat, qui n’est en aucun cas autorisé à se baigner nu, ainsi que le rappelle le Manuel de gymnastique approuvé par le Ministre de la Guerre le 26 juillet 1877 : « Dans toute école de natation militaire, les baigneurs doivent, à défaut de caleçons, être couverts avec leur mouchoir plié25. Cette règle doit être strictement observée26. » Lorsque le soldat se jette à l’eau, c’est la plupart du temps en caleçon de ville blanc, article fourni par l’armée, à l’exemple des militaires du grand tableau peint par Édouard Detaille (1848-1912) au début des années 1880, La Baignade du régiment à Saint-Germain-en-Laye27. Cependant la nudité militaire est toujours pratiquée au début du xxsiècle. Plusieurs cartes postales en font foi. Sur celles relatives au camp de Mailly, créé dans l’Aube en 1902, les hommes se baignent nus dans l’Huitrelle, comme sont nus les poilus s’ébattant dans la Meuse.

  • 28 Voici la définition qu’en donne le Dictionnaire des écoles d’Alphonse Ardoin, Paris, Grandrémy et H (...)
  • 29 Voir Jean de Kerdeland, « Au Petit Matelot ». Deux siècles de commerce parisien ou La Petite Histoi (...)
  • 30 L’anecdote ne figure pas dans les célèbres Cahiers du capitaine, couvrant la période 1799-1815 et p (...)

9En ce qui concerne les authentiques caleçons de bain28, les informations relatives à leur confection et à leur commercialisation sont rares. Il semble cependant qu’un magasin, spécialisé dans les articles et vêtements de marine, ait été pionnier dans ce domaine. Fondé en 1790 et situé dans l’île Saint-Louis, à l’angle du quai d’Anjou et de la rue des Deux-Ponts, il avait pour enseigne Au Petit Matelot et pour propriétaire un dénommé Ratier29. L’activité de Ratier est évoquée dans les mémoires du capitaine Jean-Roch Coignet (1776-1865). Invité aux fêtes du mariage de l’empereur avec Marie-Louise d’Autriche, en 1810, Coignet raconte comment, complexé par la maigreur de ses mollets, il se rendit chez un fabricant de faux mollets situé rue Serpente et comment, prolongeant sa promenade, il tomba sur l’étalage du Petit Matelot dont il admira « les vêtements aquatiques ». Sur le champ, il en fit l’acquisition, les trouvant plus adaptés que la tenue imposée aux grenadiers formés à l’école de natation fondée par Napoléon en 1808, à savoir un pantalon de toile30. À quoi ressemblaient les caleçons de bain en vente au Petit Matelot ? Ils étaient vraisemblablement similaires à ceux qui apparaissent sur la pièce numéro quinze de la série de gravures Le Suprême Bon-Ton, éditée par Martinet entre 1810 et 1815 (Fig. 2). Les deux nageurs se jetant à l’eau portent des articles en toile de coton de couleur dont la coupe s’inspire de celle de la culotte, qui n’a pas encore été remplacée par le pantalon, comportant une ouverture frontale à petit pont, mais plus près du corps au niveau des fesses afin d’éviter à l’eau de s’engouffrer. C’est un caleçon quelque peu différent que l’on rencontre au fil des différentes planches de l’ouvrage de Courtivron déjà cité. Également exécuté en coton, le caleçon est en effet beaucoup plus collant grâce à un système de boutonnage qui s’effectue latéralement sur toute la hauteur de la cuisse.

Fig. 2. « Les nageurs »

Fig. 2. « Les nageurs »

Le Suprême Bon-Ton, no 15, lithographie couleurs, Martinet éditeur, vers 1810-1815

Collection particulière

  • 31 E. Briffault, Paris dans l’eau, op. cit., p. 65-67.

10Cependant, c’est l’industrie de la maille, alors en plein développement, qui s’empare de cet article pour le proposer en jersey, de laine ou de coton. Les hygiénistes souhaiteraient pour couleur le blanc, mais reconnaissent son inconvénient qui est la transparence au sortir de l’eau. Aussi le caleçon est-il généralement de couleur plutôt sombre ou à rayures. Dans les écoles de natation qui connurent un spectaculaire développement sous la Restauration, la couleur avait donné naissance à deux corporations, celle des caleçons bleus et celle des caleçons rouges, la première étant réputée d’un niveau supérieur à celui de la seconde31. Sous la monarchie de Juillet, il semble qu’il en soit fini de cette distinction, ainsi que le constate et le déplore Eugène Briffault dans Le Diable à Paris :

  • 32 E. Briffault, « Une journée à l’école de natation », dans Le Diable à Paris. Paris et les Parisiens(...)

Il n’y a plus dans les écoles ni caleçons bleus, ni caleçons rouges ; on court après l’originalité, mais le plus souvent, on n’attrape que le grotesque et le ridicule. Il y a des peignoirs bizarres, des costumes excentriques, et des caleçons qui jouent au turc, à l’arabe, à l’écossais, au grec et au polonais ; on rencontre des baigneurs qui paradent déguisés, ne se mouillent jamais, et qui vont à l’école de natation comme ils iraient au bal masqué32.

  • 33 De son vrai nom Émile Planat (1829-1889), Marcelin est le fondateur en 1863 de la célèbre revue heb (...)
  • 34 Les deux termes sont indifféremment employés dans les textes de l’époque.

11Néanmoins, aux bains de mer, le port d’un caleçon rouge continue un certain temps à être la marque distinctive des bons nageurs. En témoigne la une du Journal amusant en date du 24 juillet 1858, sur laquelle Marcelin33, observateur ironique d’une plage de la côte normande, vraisemblablement Étretat d’après les falaises qui se silhouettent à l’arrière-fond, oppose le comportement de deux baigneurs maigrelets en caleçon blanc et rayé, craintifs et totalement dépendants du maître de nage qui les assiste, à l’assurance ostentatoire d’un caleçon rouge, au corps musclé, qui entre dans la mer par une spectaculaire pirouette (Fig. 3). L’illustration étant en noir et blanc, la précision est apportée par les légendes : « De la manière d’entrer au bain quand on n’est pas fort (caleçons blancs) » pour le bandeau supérieur et « De la manière d’entrer dans l’eau quand on est fort (caleçons rouges) » pour le bandeau inférieur. La scène se déroule dans le carré ou quartier34 des hommes. En effet, à tout homme voulant accéder à l’espace dévolu à la mixité, le port du simple caleçon est interdit. Les règles qui délimitent les zones de bain en fonction du sexe et de l’habillement lui imposent en effet de porter un costume de bain qui couvre ses épaules, son torse et ses cuisses.

Fig. 3. Marcelin, « Les bains de mer. Le quartier des hommes »

Fig. 3. Marcelin, « Les bains de mer. Le quartier des hommes »

Journal amusant, 24 juillet 1858

Paris, musée d’Orsay

3. Costumes de bain

  • 35 Raoul-R. de Lamorillière, Guide-poche de l’étranger à Bordeaux et dans la Gironde, Bordeaux, chez l (...)
  • 36 Située au 25, rue de la Paix, cette maison d’origine londonienne avait ouvert sa succursale parisie (...)
  • 37 A. Ouich, « “Ondoyante et diverse…” », La Vie parisienne, 18année, no 30, 24 juillet 1880, p. 425
  • 38 Ibid., p. 426.

12Il faut attendre la fin des années 1860 pour voir apparaître la rubrique « Costumes de bains de mer » dans l’Annuaire-almanach du Commerce. Aux côtés du Petit Matelot, dont le propriétaire est alors un certain Bellevault, figurent les sœurs Blanchet de la rue de Rivoli, la maison Hocquart rue des Deux-Boules, Jules Le Chevallier place des Victoires, Cauvin frères rue de Turbigo, Édouard Gallois rue des Jeûneurs. Pourraient être citées d’autres maisons, mais il convient également de consulter la rubrique « Flanelles », dans laquelle certains fabricants précisent que l’on peut trouver chez eux des costumes de bain. Par ailleurs, certains tailleurs ne dédaignèrent pas cet article. Tel est le cas de Canonville à Bordeaux qui, en 1857, rappelle qu’il « fait aussi un commerce spécial de gilets de flanelle et de caleçons sur mesure, indépendamment de la bonneterie riche et de la ganterie ; un des rayons est affecté aux articles de toutes sortes pour bains de mer »35. Un autre exemple est celui du célèbre tailleur londonien Creed, dont la succursale parisienne, ouverte en 1854, est le rendez-vous de jeunes aristocrates comme le marquis James de Z. et le vicomte Henry de X., protagonistes d’une fiction parue dans La Vie parisienne du 24 juillet 1880. Retiré dans son château de Valfleury, dans l’Indre, le premier demande au second, demeurant rue du Cirque : « Passe donc chez Creed36 et dis-lui de m’envoyer mes deux culottes et mon costume de bain37. » Quelques jours plus tard lui parvient cette réponse : « Je sors de chez Creed qui va t’expédier tes effets. Est-il indispensable de te demander si c’est pour te baigner dans l’Indre que tu as fait faire un si joli costume de bain ? Vrai, il est divin, on dirait un mirliton38. »

  • 39 Pour s’en rendre parfaitement compte, il suffit de feuilleter par exemple les planches des catalogu (...)

13Ces costumes, de teintes sombres, généralement bleu marine ou noirs, mais parfois marrons, sont composés de deux pièces : une tunique boutonnée s’arrêtant en haut des cuisses et un pantalon s’arrêtant au-dessus des genoux. Les manches de la tunique s’arrêtent généralement à mi-hauteur du bras, certaines pouvant cependant descendre jusqu’au coude. L’ensemble peut être uni, mais il est souvent bordé d’un galon blanc ou rouge, qui peut être réalisé, pour les modèles présentés comme les plus élégants, et qui sont par conséquent les plus chers, en flanelle. Une ceinture, cousue sur la tunique ou indépendante, complète l’ensemble, qui est proposé en coton, en serge de qualité supérieure ou en laine. À la fin des années 1870, ce costume, très comparable à celui porté par les baigneuses39, se voit concurrencé par un nouveau modèle que les fabriques de bonneterie désignent sous le terme de « gilet-caleçon de bain ». Il s’agit d’un justaucorps d’une seule pièce, plus collant, boutonné sur le devant et couvrant les épaules. Il est réalisé en jersey de coton ou de laine. Il est assurément d’une plus grande commodité car il ne gêne en rien les mouvements dans l’eau. En revanche, une fois mouillé, il moule les formes et ne dissimule rien des reliefs. Les deux modèles coexistent pendant près de trente ans, aussi bien pour les bains de mer que les bains de rivière. En témoignent les planches des catalogues d’été édités par la Belle Jardinière (Fig. 4) mais aussi les tableaux de baigneurs peints par Gustave Caillebotte (1848-1894), au cours des années 1877 et 1878.

Fig. 4. Pages d’un catalogue commercial de la Belle Jardinière, été 1886

Fig. 4. Pages d’un catalogue commercial de la Belle Jardinière, été 1886

Paris, bibliothèque Forney.

14Si les deux types sont toujours proposés dans les catalogues commerciaux jusqu’environ 1907, l’ensemble tunique-pantalon semble être devenu un objet de raillerie de la part des jeunes gens, ainsi que le suggère tel passage d’un ouvrage destiné à la jeunesse, qui connut un vif succès et que nous citons dans l’édition de 1907 :

  • 40 Maurice Barr, Mémoires d’une poule noire, Paris, Hachette, 1907, p. 188. Il est fort intéressant de (...)

Pendant ce temps Pierre et Paul étaient remontés à la cabine, en costume de bain, caleçon-maillot rayé […] Dans l’intervalle, M. Timothée était allé se vêtir pour le bain. Quand il reparut sur le pont, ce fut un éclat de rire général. M. Timothée avait un costume de bain des plus compliqués. D’abord des chaussures de liège, ensuite un grand caleçon de flanelle et une petite veste pareille40.

  • 41 N’ont été prises en considération que les cartes portant un cachet postal.

15Par ailleurs, les cartes postales de bains de mer du début du siècle41 mettant en scène des groupes de baigneurs montrent que le costume deux-pièces est à l’évidence boudé par les hommes. L’une d’elles, illustrant la plage de Boulogne-sur-Mer et portant le cachet postal de 1906, est particulièrement digne d’attention car elle présente un groupe mixte au sein duquel évoluent des hommes jeunes en simple caleçon (Fig. 5).

Fig. 5. Boulogne-sur-Mer. L’Heure du Bain

Fig. 5. Boulogne-sur-Mer. L’Heure du Bain

Carte postale photographique, cachet postal de 1906.

Collection particulière.

  • 42 Mars, « Comment on se baigne », L’Illustration, no 2523, 4 juillet 1891, p. 10-11 et no 2524, 11 ju (...)

16À cette date, la pratique des carrés – carrés des hommes, carrés des femmes, carrés des familles – est bel et bien révolue. En réalité, même si les modalités de la baignade varient d’un point à l’autre d’une même côte au gré des municipalités, dès la fin des années 1880, les deux sexes se baignent ensemble de plus en plus fréquemment. Un article fort intéressant de L’Illustration de juillet 1891 fait le point sur la question42. La palme de la pudibonderie revient à Trouville. La répartition en trois quartiers distincts est toujours à l’ordre du jour : le carré des hommes, où le simple caleçon est exigé, ce qui signifie qu’il y est interdit de se baigner nu, le carré mixte, où les hommes doivent revêtir le maillot complet, et le carré des dames, auquel est affecté un agent surnommé le Père la Pudeur, chargé d’en interdire l’entrée aux hommes. Au Havre, les carrés subsistent mais seulement pour les cabines : les baigneurs des deux sexes peuvent sans encourir la moindre sanction se retrouver dans l’eau. En revanche, à Étretat, au Tréport, à Houlgate, Cabourg, Boulogne, Dunkerque, Berck, Dinard ou Saint-Lunaire, il n’y a plus aucune séparation entre les sexes. Le rédacteur de l’article remarque que la préférence des flâneurs va à Étretat, car « c’est le maillot collant, d’une venue, qui domine, pour les dames comme pour les messieurs : tout le monde s’y pique d’être nageur, et rien n’est charmant pour bien tirer sa coupe, comme un tricot léger, sanglé d’une bonne ceinture de gymnastique. Les spectateurs groupés sur la plage ne se plaignent point de ce costume peu discret ».

4. Peintres et baigneurs

  • 43 Quant à la sculpture, elle ignore le thème du baigneur. Signalons cependant l’étonnant caleçon moui (...)
  • 44 Citons, parmi les plus récentes études, celle de Aruna D’Souza, Cézanne’s Bathers. Biography and th (...)
  • 45 Par exemple : Les Cinq Baigneurs, vers 1876-1877, Paris, musée d’Orsay (RF 1982-42) ; Baigneurs au (...)
  • 46 Le premier mesure 127 sur 97 cm, le second (collection particulière) 73 sur 60 cm.
  • 47 Seule une toile de petites dimensions, de 24 sur 14 cm, montre explicitement le sexe d’un baigneur, (...)

17Force est de constater que, contrairement à l’illustration de presse, la peinture43 ne s’est guère intéressée au costume de bain « moderne », même si le thème la baignade est largement présent. Il ne saurait être question ici de s’attarder sur les nombreux baigneurs de Cézanne, qui ont généré une abondante et savante littérature44. Qu’il nous soit cependant permis d’attirer l’attention sur un détail qui ne semble guère avoir retenu celle des historiens de l’art : leur maillot de bain. Il est vrai qu’ils n’en portent guère, la majorité d’entre eux évoluant nus. Ce qui ne signifie pas pour autant que leur sexe soit dévoilé. Le peintre les a la plupart du temps représentés de dos, de trois-quarts dos, allongés avec une jambe pliée ou dans d’autres attitudes ne pouvant laisser apparaître leurs parties génitales. Dans les tableaux de groupe45, les rares baigneurs couverts portent un caleçon – toujours blanc – dont la longueur varie. S’il est long, s’arrêtant au-dessus des genoux, il s’agit un caleçon de ville ; s’il est court, il s’agit d’un véritable article de bain. En cela, ce sont incontestablement des hommes de leur temps. En revanche, le célèbre Grand Baigneur du Museum of Modern Art de New York, daté aux alentours de 1885 ainsi que le Baigneur aux bras écartés, sensiblement contemporain mais de dimensions inférieures46, arborent un maillot totalement inconnu de la garde-robe masculine de l’époque et qui évoque au premier regard un article de la bonneterie masculine de la seconde moitié du xxe siècle : le slip blanc fermé à taille basse. Ce bandage blanc contribue certainement à accentuer le caractère « moderne » des deux figures cézaniennes, d’autant que leur anatomie est éloignée des critères de la beauté académique. Pourquoi donc un tel choix de la part du peintre ? Faut-il invoquer une réticence à représenter un nu masculin de face47 ? Mais alors pourquoi ne pas avoir eu recours au caleçon ou à la serviette qui ceint les reins du baigneur central des Baigneurs au repos de Philadelphie et de Genève ? Ne conviendrait-il pas plutôt de voir dans le cache-sexe du Grand Baigneur une référence à la peinture ancienne et plus précisément à celle du xvsiècle italien ? Il est en effet comparable aux pièces de textile qui dissimulent par exemple la nudité d’un saint Sébastien ou celle des larrons crucifiés sur le Golgotha. Dans ces représentations de la Renaissance, les suppliciés sont, à la différence des baigneurs de Cézanne, vêtus comme leurs contemporains : à cette époque, les chausses, taillées dans une toile de lin, avaient considérablement raccourci, étaient devenues très moulantes, à taille basse et retenues sur les hanches par un cordon qui pouvait aussi faire office de lacet sur le devant. Ne conviendrait-il alors de considérer la simplicité et le caractère minimaliste du maillot de ces baigneurs non pas comme un signe de « modernité » mais comme une référence de plus de l’artiste à la peinture des maîtres ?

  • 48 Cambridge Harvard University, The Fogg Art Museum. Bazille entreprend le tableau au printemps 1869 (...)
  • 49 Voir Frédéric Bazille, Correspondance, recueillie, présentée et annotée par Didier Vatuone, Montpel (...)
  • 50 Frédéric Bazille, Correspondance, op. cit., p. 174 et 175.

18En revanche, antérieur de quelques années aux premiers baigneurs de Cézanne, le tableau de Frédéric Bazille (1841-1870) intitulé Scène d’été48 donne a priori une idée plutôt exacte des modèles de caleçons d’usage courant à la fin du Second Empire. Sur les cinq baigneurs hors de l’eau, trois portent des caleçons rayés – noir et blanc, noir et rouge –, deux des caleçons unis – rouge pour l’un, bleu pour l’autre. Mais avons-nous pour autant affaire à une baignade « moderne » ? Il serait péremptoire de l’affirmer dans la mesure où les caleçons de ces jeunes gens tendent à occulter ce que cette œuvre ambitieuse doit à la tradition. On sait que son accomplissement causa bien des tourments au peintre. Au cours de l’été 1869, il avouait à son ami et collectionneur Edmond Maître (1840-1898) traverser « un moment de découragement profond » en raison de l’impossibilité de trouver des modèles lui convenant49. Le projet initial était, selon la déclaration de l’artiste, un « tableau d’hommes nus »50. Sa réalisation se fit en deux temps. Tout d’abord, au printemps 1869, Bazille imagine et dessine dans son atelier parisien les figures qu’il entend reprendre l’été pour les intégrer dans un paysage des bords du Lez, cette rivière qui coule non loin du domaine de Méric (Hérault), propriété familiale de l’artiste. Mais il lui faut renoncer à faire poser des modèles dans le paysage et se résoudre à intégrer tant bien que mal les figures conçues à Paris. Si la tâche paraît avoir été surmontée pour les figures de l’arrière-plan, l’homme se déshabillant et les lutteurs en caleçon, il n’en est pas de même pour celles du premier plan, d’autant plus que leur pose renvoie à la peinture des maîtres. Le jeune homme appuyé au tronc d’arbre pourrait être saint Sébastien de la Renaissance, celui allongé au centre une divinité fluviale classique.

  • 51 Ambroise Vollard, Auguste Renoir (1841-1919), Paris, Paris, Crès et Cie, 1919, p. 112.

19Renouveler le thème séculaire des baigneurs pour un peintre soucieux d’évoquer la vie moderne n’était pas une tâche aisée, tant il était délicat de substituer à la nudité jusqu’alors de mise des hommes en caleçon ! Aussi comprend-on mieux l’enthousiasme d’Auguste Renoir (1841-1919) se souvenant devant son marchand Ambroise Vollard (1866-1936) de son séjour à Guernesey en septembre 1883 : « Quel agréable pays, quelles mœurs patriarcales ! Du moins, à l’époque où j’y étais, Tous ces protestants anglais ne se croyaient pas obligés, en villégiature, d’étaler la pudibonderie de rigueur dans leur pays. Ainsi pour les bains le caleçon était inconnu. Aucune de ces petites “miss” si gentilles ne s’offusquait de se baigner à côté d’un garçon tout nu. C’est ainsi que je pus faire mon étude de Jeunes gens nus au bain51. »

  • 52 Paris, E. Dentu, p. 27.
  • 53 La plupart des tableaux de baigneurs de Caillebotte sont en mains privées, mais citons, dans les co (...)

20C’est vers la peinture de Gustave Caillebotte (1848-1907) qu’il convient en réalité de se tourner si l’on est en quête d’évocations picturales de contemporains au bain. En phase avec les principes énoncés par Louis Edmond Duranty (1833-1880) dans son célèbre manifeste de 1876, La Nouvelle Peinture52 – « ce qu’il nous faut, c’est la note spéciale de l’individu moderne, dans son vêtement, au milieu de ses habitudes sociales » – Caillebotte peint, sur une courte période comprise entre 1876 et 1877, les plaisirs de la baignade dans l’Yerres qui coule au bas de la propriété familiale. Qu’ils soient vêtus d’un seul caleçon, blanc, de couleur ou rayé, d’un ensemble deux pièces bleu marine plus entravant ou encore d’un maillot une pièce rayé, à manches courtes, boutonné sur le devant, les baigneurs de Caillebotte53, tout comme ses canotiers, sont des hommes dont le corps n’exprime et ne traduit qu’une seule chose : le plaisir de se livrer à son loisir préféré.

5. Maillots sans manches et slips

  • 54 Sur la natation sportive en France, voir Richard Alix, « Championnats de France. Histoire d’une nai (...)
  • 55 Voir Le Vélo, 4 septembre 1898.
  • 56 Voir L’Auto, 4 septembre 1905.
  • 57 Voir L’Auto, 3 septembre 1906, 25 août 1907, 12 septembre 1910 et 21 août 1911. Précisons que toute (...)
  • 58 Sur Marcel Boulenger et les goûts vestimentaires des jeunes gens des années 1910, voir Philippe Thi (...)

21La dernière étape de l’évolution du costume de bain masculin d’une pièce réside dans la suppression des manches et dans le dégagement plus ou moins accentué du torse. Cette coupe nouvelle est liée à la reconnaissance de la natation comme discipline sportive. Rappelons que le premier club parisien de natation, « La Libellule de Paris », est créé en 189854 et que cette même année, le journal sportif Le Vélo organise une compétition sur la Seine, s’inspirant de ce qui se pratiquait à Londres, sur la Tamise55. Quant au journal sportif L’Auto, il patronne en 1905 la première traversée à la nage de Paris56 ainsi que le meeting international de Joinville-le Pont, qui se déroule en 1906, 1907, 1910 et 1911 dans le bassin aménagé sur la Marne, centre de sport nautique57. Par ailleurs, au cours de ces années 1905-1910, se fait sentir dans la mode masculine un besoin de changement, mené par un petit groupe de dandys sportifs parmi lesquels Marcel Boulenger (1873-1932), médaille de bronze aux Jeux olympiques de 1900 dans la discipline de l’escrime58. À leurs yeux, l’élégance repose avant tout sur une morphologie corporelle parfaite, qui ne peut être obtenue que par la pratique sportive. Ainsi voit-on Boulenger s’en prendre au maillot à manches, à l’occasion de la publication d’une photographie du président du Conseil, Joseph Caillaux (1863-1944), sur la plage de Dinard, reproduite dans la presse quotidienne en août 1911 :

  • 59 Photographie reproduite dans la rubrique « L’Actualité en Images » à la une de L’Intransigeant, 31e (...)
  • 60 « Pour nos lectrices », Nos Élégances & La Mode masculine, no 2, septembre 1911, p. 21. Sur cette r (...)

L’on a donné l’autre soir, dans L’Intransigeant59, puis dans les autres gazettes, une photographie de M. Caillaux sortant de l’onde amère. Et je n’ai pu m’empêcher d’en être fort attristé. Ce n’est pas que je répugne à voir les puissants de ce monde à l’état de nature ou presque ; ce n’est pas non plus que je croie qu’un ministre perde de sa dignité lorsqu’il se livre aux sports les plus sains ; mais c’est le costume de Monsieur le Premier qui m’a défrisé et d’une manière très forte : Monsieur Caillaux avait un maillot à manches. Conçoit-on une pareille hérésie ! N’y-t-il donc personne pour rappeler au plus élégant de nos ministres que cela ne se porte plus, même à Nevers ou à Tulle ? Il est inadmissible qu’un homme de goût donne d’aussi tristes exemples aux jeunes générations… M. Caillaux saura donc, puisqu’il semble l’ignorer, qu’il est esthétique, naturel, hygiénique, commode, agréable, pratique, de porter à la mer un maillot sans manches et très collant. C’est la seule tenue admissible pour la natation. Et il faut laisser seulement à ces pâles citoyens, qui louent un maillot quand ils prennent leur bain de mer annuel, à Dieppe, le droit de s’affubler d’un vêtement trop large aux plis pachydermiques et aux manches évasées qui coupent pour l’œil la ligne du biceps, et empêchent le mouvement vigoureux de la nage bien comprise60.

22Considéré, à la veille de la Première Guerre mondiale, comme le vêtement le mieux adapté à la pratique de la natation, le maillot collant et sans manches (Fig. 6) se veut également un outil de séduction pour les hommes bien faits, bien que ces derniers ne soient pas légion, aux dires de la très sérieuse revue La Culture physique, fondée en 1904 :

  • 61 L. Janin, « L’École des Mères (suite) », La Culture physique, 6année, no 104, 1er mai 1909, p. 31 (...)

Nous devons à la vérité avouer cependant qu’ils ne forment qu’une infime minorité, ceux de nos contemporains qui peuvent quitter la jaquette ou la redingote aux épaules renforcées, aux devants capitonnés et revêtir un maillot de laine sans paraître immédiatement grotesques et faire rire sous cape les jeunes personnes assises sur la plage et venues se gaudir de leurs contemporains à l’heure du bain61.

Fig. 6. Le champion de natation Théodore Peyrusson (1884-1916)

Fig. 6. Le champion de natation Théodore Peyrusson (1884-1916)

Page de couverture de La Culture physique, 5année, no 88, 1er septembre 1908

Paris, Bibliothèque nationale de France.

  • 62 Notamment ceux de l’agence Rol, numérisés par la Bibliothèque nationale de France et consultables s (...)
  • 63 Première société française de vente par correspondance créée en 1885 à Saint-Étienne.
  • 64 Sur cette institution à la brève existence (avril 1913-août 1914) et son directeur Georges Hébert ( (...)
  • 65 Michel Psichari, « Parmi les athlètes », L’Illustration, no 3682, 20 septembre 1913, p. 215 : « Pou (...)
  • 66 Cette publication bi-mensuelle illustrée prônait les bienfaits de la méthode de musculation enseign (...)
  • 67 Voir P. Thiébaut, op. cit., p. 80-81. Sur la feuille de vigne et ses ersatz, voir le bel ouvrage de (...)
  • 68 Police des bains de mer sur la côte vendéenne…, op. cit.
  • 69 Paru dans le numéro de septembre 1933 de Paris Magazine. Voir Marcel Aymé, Œuvres romanesques compl (...)

23C’est au cours de ces mêmes années qu’apparaît un nouveau venu : le slip. S’il est volontiers adopté par certains nageurs qui participent aux compétitions en rivière, ainsi qu’en témoignent les reportages photographiques de l’époque62, il n’en reste pas moins considéré comme un accessoire d’athlète. C’est comme tel qu’il est décrit dans le catalogue de Manufrance63, où il est mentionné pour la première fois en 1906, sous la référence 1661 : « Slip pour athlètes, en jersey coton fin, avec élastique serrant la ceinture et les cuisses, soutient sans gêner aucun des mouvements. Très utile pour les exercices violents. Le même modèle est proposé en tricot laine douce sous la référence 1661 bis. » Quelques années plus tard, son port est imposé aux pensionnaires du Collège d’athlètes de Reims64, solennellement inauguré en octobre 1913 par le président Raymond Poincaré (1860-1934). C’est du reste à l’occasion d’un reportage paru dans L’Illustration qu’apparaît pour la première fois ce mot, en caractères italiques, dans la presse française65. Mais, curieusement, le slip mit un certain temps à détrôner dans la photographie d’athlètes posant nus – qu’il s’agisse de célèbres culturistes ou d’amateurs, lecteurs assidus de La Culture physique, magazine fondé en 190466 – l’indispensable accessoire qu’était la feuille de vigne découpée dans du carton ou du métal67. De même, comme le caleçon cinquante ans auparavant, il peinera à s’imposer sur les plages, en raison essentiellement d’une police des bains toujours aux aguets. Signalons comme exemple particulièrement éloquent l’arrêté municipal de Noirmoutier du 12 août 1932 : « Le simple caleçon de bain et à plus forte raison le slip sont rigoureusement défendus sur tout le territoire de la commune68. » Il est vrai qu’à cette époque le maillot de bain masculin est particulièrement échancré. On trouve un écho de la polémique relative à ce sujet, qui se développa au début des années 1930, dans un savoureux article de Marcel Aymé intitulé Décence69. Ce texte, écrit sur ce ton humoristique et sarcastique si caractéristique de son auteur, est le fruit d’une enquête menée par l’auteur lui-même « sur une plage à la mode », auprès de quelques jeunes femmes, afin de savoir « dans quelle mesure l’audace du costume masculin risquait de frôler l’obscénité ». La conclusion est que le spectacle de ce que Marcel Aymé nomme la « saine réalité », à savoir le sexe masculin, « blessera toujours », selon la déclaration d’une baigneuse, « les regards d’une jeune personne, bien élevée ». Réponse sans surprise, dans la mesure où le xixe avait vu la pudeur se concentrer définitivement sur la zone génitale et le Code pénal définir l’outrage à la pudeur par son caractère public. C’est en toute logique qu’il fut alors demandé à l’homme, au moment où la baignade revêtit un caractère social, de soustraire ses organes génitaux au regard de la femme au moyen d’une tenue spécifique, établie selon les codes vestimentaires de la bourgeoisie.

Haut de page

Notes

1 Le fascicule, vendu au prix de 50 centimes, était édité, sous le Second Empire, par Arnauld de Vresse, libraire-éditeur sis 55, rue de Rivoli. Sur la sixième édition, datée 1861, apparaît un nom d’auteur : Louis Camille Auguste Desloges Sur la huitième, datée 1868, apparaît un autre nom d’auteur : L.-D. Renauld mais il s’agit du pseudonyme utilisé par Desloges. Par ailleurs, sur les toutes premières éditions ne figure aucun nom d’auteur. Mais sur d’autres éditions, Desloges est mentionné en qualité d’éditeur. Il se pourrait que le titre appartînt à un ancien fonds de libraire racheté par Desloges qui, à son tour, aurait pu vendre le sien à de Vresse. Il faudrait disposer de toutes les éditions successives pour retracer l’histoire de ce petit livre à succès. Quant à son contenu, il s’inscrit directement dans la lignée du Manuel du nageur ou De la pratique de l’art de nager, livret anonyme plus confidentiel, publié à Rouen en 1821.

2 Sur ce manuel, dont le titre a varié, voir Thierry Terret, « À propos de “Traité complet de natation. Essai sur son application à l’art de la guerre” du vicomte de Courtivron », Revue EPS, n°254, juillet-août 1995, p. 65-68. L’étude se fonde sur l’édition de 1836.

3 Bien qu’il traite essentiellement des années 1920-1970, l’ouvrage de Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été, Paris, Anamosa, 2017, revient à plusieurs reprises sur ce que l’auteur nomme « les balbutiements » de la fin du xixesiècle et du début du xxe siècle. Sur la tenue vestimentaire, voir, pour les illustrations, Olivier Saillard, Les Maillots de bain, Paris, Editions du Chêne, 1998. L’arrière-plan socio-culturel de l’évolution des habitudes de baignade est abordé par Jean Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Paris, Olivier Orban, 1986 et Anne-Marie Sohn, « Le corps sexué », dans Histoire du corps, Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), vol. 3, Les Mutations du regard. Le xxe siècle, Paris, Seuil, 2006, p. 93-127.

4 Transféré par Fabienne Béranger sur le site de partage Scribd sous le titre Police des bains de mer sur la côte vendéenne. Extraits de quelques arrêtés municipaux allant de La Tranche à Noirmoutier (1816 à 1933). https://www.scribd.com/document/319615348/Quelques-Arretes-Municipaux-Police-Des-Bains [date de consultation 30/12/2019]

5 L’utilisation de la chemise comme cabine de bain textile eut longue vie. Ainsi peut-on lire dans une dictée éducative proposée aux garçonnets de cours élémentaire en 1897 : « Louis sort de l’eau. Il vient de prendre un bain dans la rivière. Il s’habille rapidement pour ne pas avoir froid. Il met sa chemise et retire son caleçon. Il met alors ses bas, son pantalon, son gilet et son paletot » (L’Enseignement Pratique. Journal pédagogique et scolaire, 24 octobre 1897, p. 38.)

6 Ce secteur avait été délimité quelques années auparavant par l’arrêté du 18 juillet 1829.

7 Arrêté du 22 juillet 1892. Par « costume », il faut entendre un ensemble constitué de deux pièces : une tunique et un pantalon s’arrêtant aux genoux. Le simple caleçon n’est pas autorisé.

8 André Lazare, Souvenirs de voyages : un mois en Bretagne, août-septembre 1855, Paris, chez Amyot, 1857, p. 13.

9 Voir par exemple sa vignette dans l’ouvrage d’Eugène Briffault, Paris dans l’eau, Paris, J. Hetzel, 1844, p. 127.

10 Voir Clément Caraguel, « Paris dans l’eau. Vignettes de Daumier », Le Charivari, 25 juillet 1852, n. p. Daumier s’intéresse aux baigneurs dès 1839.

11 Ordonnances et arrêtés relatifs à la baignade dans la Seine et la Marne sont conservés dans la sous-série DA (1810-1980) des Archives de la préfecture de police de Paris.

12 Voir Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’à 1844, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 1845, p. 307 et 405.

13 Gustave Bourdin, « Coutumes populaires. Les bains à quatre sous », La Gazette pittoresque de l’industrie à l’Exposition universelle, no 39, 12 août 1855, p. 2.

14 E. Briffault, Paris dans l’eau, op. cit., p. 50. Les vignettes de Bertall illustrant le chapitre V, « Une journée à l’école de natation », donnent une bonne idée de ces « sacs informes ».

15 « Se baigner nu serait sans doute préférable à tous les systèmes de vêtements » (ibid.).

16 Ibid., p. 128.

17 Ibid., p. 126-138.

18 C. Caraguel, art. cit., n. p.

19 Rappelons que Flaubert fut également un impitoyable pourfendeur de la pratique de la feuille de vigne en sculpture. Voir Philippe Thiébaut, Pudeur. De l’usage de la feuille de vigne, Paris, La Table ronde, 2014, p. 77.

20 Gustave Flaubert, Correspondance. I (janvier 1830 à juin 1851), édition établie, présentée et annotée par J. Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 108.

21 Émile Zola, Nouveaux Contes à Ninon, Paris, G. Charpentier, 1878, p. 148-149.

22 Le 12 août 1906, quelques semaines avant son décès, Cézanne écrivait à son fils : « Il y a deux jours, le sieur Rolland est venu me voir. […] Il m’a offert de me poser une figure de baigneur au bord de l’Arc – ça me souriait bien un peu, mais je crains que le monsieur ne veuille mettre la main sur mon étude ; j’ai presque envie cependant de tenter quelque chose avec lui. » (Paul Cézanne. Correspondance, recueillie, annotée et préfacée par John Rewald, Paris, Grasset, 1937 ; republiée en 2006 dans la collection du même éditeur, « Les Cahiers Rouges »)

23 Dans le manuel du professeur de coupe François Roussel, Le Chemisier moderne. Traité de coupe scientifique de la chemise, du gilet de flanelle et du caleçon, Paris, Chez l’auteur, 1883, apparaît un modèle de « chemise-caleçon ».

24 La laine, à l’époque estimée plus fraîche en été, plus chaude en hiver, considérée comme adhérant à la peau sans la comprimer et facilitant le processus de la transpiration, est jugée préférable à toute toile qui est présentée comme excitant la transpiration et qui, en se mouillant de sueur, risque de provoquer des refroidissements dangereux. Voir par exemple Auguste Debay, Hygiène vestimentaire. Les Modes et les Parures chez les Français depuis l’établissement de la monarchie jusqu’à nos jours, Paris, E. Dentu, 1857, p. 294-295 et 298. Sur le vêtement masculin et le mouvement hygiéniste au xixe siècle, notamment les théories du médecin allemand Hans Gustav Jaeger (1832-1917), voir Stella Mary Newton, Health, Art and Reason. Dress Reformers of the 19th Century, London, John Murray, 1974, p. 89-114.

25 Le mouchoir plié et noué sur les hanches était également utilisé dans les écoles de natation. Voir E. Briffault, Paris dans l’eau, op. cit., p. 34.

26 Manuel de gymnastique approuvé par M. le Ministre de la Guerre le 26 juillet 1877, Paris, Imprimerie nationale, 1877, p. 145.

27 Paris, musée de l’Armée, inv. 01153.

28 Voici la définition qu’en donne le Dictionnaire des écoles d’Alphonse Ardoin, Paris, Grandrémy et Hénon, 1880-1881, p. 712 : « Caleçon de bain. Pièce de tricot qui couvre le corps du baigneur depuis les hanches jusqu’au milieu des cuisses. Caleçon de bain uni, caleçon de bain rayé de couleurs » alors que le caleçon de ville est ainsi défini : « Pantalon court, de toile, de coton ou de tricot, que les hommes portent sur la peau, par-dessous le pantalon de drap et les femmes par-dessous le jupon ».

29 Voir Jean de Kerdeland, « Au Petit Matelot ». Deux siècles de commerce parisien ou La Petite Histoire du premier grand magasin, texte écrit par Jean de Kerdeland en 1961 d’après les archives de M. Michel Lion, propriétaire du Petit Matelot, édité par le Comité Saint-Louis, manuscrit inédit mis en ligne sur le site internet du Comité Saint-Louis. http://www.ilesaintlouis.paris/app/download/23087828/Au+Petit+Matelot+-+Bonne.pdf [date de consultation 30/12/2019]. Dans les années 1920, le Petit Matelot est transféré avenue de la Grande-Armée, où il existe toujours.

30 L’anecdote ne figure pas dans les célèbres Cahiers du capitaine, couvrant la période 1799-1815 et publiés pour la première fois en 1851, mais a été exhumée dans les papiers du capitaine (archives départementales de l’Yonne) par Jean de Kerdeland, « Au Petit Matelot »…, op. cit., p. 56-57.

31 E. Briffault, Paris dans l’eau, op. cit., p. 65-67.

32 E. Briffault, « Une journée à l’école de natation », dans Le Diable à Paris. Paris et les Parisiens, Paris, J. Hetzel, 1845, p. 134. C’est vraisemblablement aux habitués des bains Deligny, rendez-vous à l’époque, en milieu d’après-midi, des lions et des flâneurs désœuvrés, qu’il est ici fait allusion.

33 De son vrai nom Émile Planat (1829-1889), Marcelin est le fondateur en 1863 de la célèbre revue hebdomadaire La Vie parisienne.

34 Les deux termes sont indifféremment employés dans les textes de l’époque.

35 Raoul-R. de Lamorillière, Guide-poche de l’étranger à Bordeaux et dans la Gironde, Bordeaux, chez les principaux libraires, 1857, p. 175.

36 Située au 25, rue de la Paix, cette maison d’origine londonienne avait ouvert sa succursale parisienne en 1854.

37 A. Ouich, « “Ondoyante et diverse…” », La Vie parisienne, 18année, no 30, 24 juillet 1880, p. 425.

38 Ibid., p. 426.

39 Pour s’en rendre parfaitement compte, il suffit de feuilleter par exemple les planches des catalogues commerciaux d’été de la Belle Jardinière présentant côte à côte les modèles féminins, masculins et pour enfants.

40 Maurice Barr, Mémoires d’une poule noire, Paris, Hachette, 1907, p. 188. Il est fort intéressant de noter que le texte a été revu par rapport à celui de la première édition, remontant à 1868 : « Pierre et Paul étaient remontés de la cabine en costume de bain, caleçon rayé […] M. Timothée avait un costume de bain des plus complets. D’abord des chaussons de liège, ensuite un grand caleçon de flanelle et une petite veste pareille » (Mémoires d’une poule noire, Paris, P. Ducrocq, 1868, p. 209-210). Ce ne sont certes que de très légères modifications, mais qui visaient à maintenir, dans l’esprit des jeunes lecteurs, le décalage vestimentaire entre l’oncle et ses deux neveux.

41 N’ont été prises en considération que les cartes portant un cachet postal.

42 Mars, « Comment on se baigne », L’Illustration, no 2523, 4 juillet 1891, p. 10-11 et no 2524, 11 juillet 1891, p. 30-31.

43 Quant à la sculpture, elle ignore le thème du baigneur. Signalons cependant l’étonnant caleçon mouillé exaltant la virilité du marin dans le groupe en marbre d’Emile Joseph Carlier (1849-1927), Gilliatt et la pieuvre (1890, Lyon, musée des Beaux-Arts), inspiré par le fameux épisode des Travailleurs de la mer (1866) de Victor Hugo.

44 Citons, parmi les plus récentes études, celle de Aruna D’Souza, Cézanne’s Bathers. Biography and the Erotics of Paint, University Park, Pennsylvania State University Press, 2008.

45 Par exemple : Les Cinq Baigneurs, vers 1876-1877, Paris, musée d’Orsay (RF 1982-42) ; Baigneurs au repos, 1876-1877, Philadelphie, Barnes Foundation (BF 906) ; Baigneurs au repos, 1875-1876, Genève, musées d’Art et d’Histoire (1985-0017) ; Baigneurs, vers 1890, Paris, musée d’Orsay (RF 1965-3) ; Baigneurs, vers 1890-1891, Saint Pétersbourg, musée de l’Ermitage ((3KP536) ; Baigneurs, vers 1890-1892, Saint Louis, Saint Louis Art Museum (2 :1956).

46 Le premier mesure 127 sur 97 cm, le second (collection particulière) 73 sur 60 cm.

47 Seule une toile de petites dimensions, de 24 sur 14 cm, montre explicitement le sexe d’un baigneur, représenté dans un environnement forestier (Waltham, Mass., Rose Art Museum, 1991-8).

48 Cambridge Harvard University, The Fogg Art Museum. Bazille entreprend le tableau au printemps 1869 et le présente au Salon de 1870.

49 Voir Frédéric Bazille, Correspondance, recueillie, présentée et annotée par Didier Vatuone, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1992, p. 175.

50 Frédéric Bazille, Correspondance, op. cit., p. 174 et 175.

51 Ambroise Vollard, Auguste Renoir (1841-1919), Paris, Paris, Crès et Cie, 1919, p. 112.

52 Paris, E. Dentu, p. 27.

53 La plupart des tableaux de baigneurs de Caillebotte sont en mains privées, mais citons, dans les collections publiques : Le Plongeur, pastel appartenant au musée d’Orsay (RF 1946-34).

54 Sur la natation sportive en France, voir Richard Alix, « Championnats de France. Histoire d’une naissance », Revue EP.S, no 284, juillet-août 2000, p. 73-76. Le premier exploit de la Libellule de Paris fut une médaille de bronze au tournoi de water-polo organisé dans le cadre de l’Exposition universelle de Paris en 1900. Plus ancien club français de water-polo, la Libellule de Paris est toujours en activité.

55 Voir Le Vélo, 4 septembre 1898.

56 Voir L’Auto, 4 septembre 1905.

57 Voir L’Auto, 3 septembre 1906, 25 août 1907, 12 septembre 1910 et 21 août 1911. Précisons que toutes ces compétitions sont largement suivies par des revues telles que La Vie au grand air et La Culture physique, respectivement créées en 1898 et 1904, et qu’elles ont bénéficié d’une large couverture photographique.

58 Sur Marcel Boulenger et les goûts vestimentaires des jeunes gens des années 1910, voir Philippe Thiébaut, « “L’élégance est toute en muscles” (Abel Léger, 1912). Aux origines de la mode masculine moderne », dans Les Années 1910. Arts décoratifs, mode, design, actes du colloque international tenu à Paris, 19-21 mai 2016, éd. par J. Cerman, Bruxelles, Peter Lang, en cours de publication.

59 Photographie reproduite dans la rubrique « L’Actualité en Images » à la une de L’Intransigeant, 31e année, no 11351, 13 août 1911.

60 « Pour nos lectrices », Nos Élégances & La Mode masculine, no 2, septembre 1911, p. 21. Sur cette revue mensuelle éphémère (août-décembre 1911), voir P. Thiébaut, « Nos Élégances & La Mode Masculine », Mode & Costumes, no 5, 2019, p. 70-73.

61 L. Janin, « L’École des Mères (suite) », La Culture physique, 6année, no 104, 1er mai 1909, p. 314.

62 Notamment ceux de l’agence Rol, numérisés par la Bibliothèque nationale de France et consultables sur le site Gallica.

63 Première société française de vente par correspondance créée en 1885 à Saint-Étienne.

64 Sur cette institution à la brève existence (avril 1913-août 1914) et son directeur Georges Hébert (1875-1957) voir les deux ouvrages de référence : Tony Froissart, Jean Saint-Martin (dir.), Le Collège d’athlètes de Reims. Institution pionnière et foyer de diffusion de la Méthode naturelle en France et à l’étranger, Reims, Éditions et presses universitaires de Reims, 2014 et Pierre Philippe-Meden, Du sport à la scène. Le naturisme de Georges Hébert (1875-1957), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2017.

65 Michel Psichari, « Parmi les athlètes », L’Illustration, no 3682, 20 septembre 1913, p. 215 : « Pour les exercices comme pour le loisir, ils ont abandonné tout inutile vêtement, portant un léger slip et se couvrant seulement, à leur gré, d’un large peignoir qui fait à merveille office de toge ».

66 Cette publication bi-mensuelle illustrée prônait les bienfaits de la méthode de musculation enseignée par Edmond Desbonnet (1868-1953). La photographie d’athlètes y occupe une place importante. Signalons à ce sujet que le musée national du Sport à Nice a récemment acquis un fonds comprenant plus de mille négatifs réalisés à la demande de Desbonnet pour illustrer les bienfaits de sa pédagogie. L’étude de ce fonds permettra entre autres d’établir une amusante typologie de la feuille de vigne.

67 Voir P. Thiébaut, op. cit., p. 80-81. Sur la feuille de vigne et ses ersatz, voir le bel ouvrage de Sylvie Aubenas et Philippe Comar, Cache-sexe. Le désaveu du sexe dans l’art, Paris, Editions de La Martinière, 2014.

68 Police des bains de mer sur la côte vendéenne…, op. cit.

69 Paru dans le numéro de septembre 1933 de Paris Magazine. Voir Marcel Aymé, Œuvres romanesques complètes, édition présentée, établie et annotée par Yves-Alain Favre, t. I, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, p. 1232-1234.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Clément Caraguel, « Paris dans l’eau. Sauve qui peut !»
Légende Le Charivari, 25 juillet 1852, vignettes d’Honoré Daumier, n. p.
Crédits Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 2. « Les nageurs »
Légende Le Suprême Bon-Ton, no 15, lithographie couleurs, Martinet éditeur, vers 1810-1815
Crédits Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 3. Marcelin, « Les bains de mer. Le quartier des hommes »
Légende Journal amusant, 24 juillet 1858
Crédits Paris, musée d’Orsay
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2682/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 4. Pages d’un catalogue commercial de la Belle Jardinière, été 1886
Crédits Paris, bibliothèque Forney.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2682/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 5. Boulogne-sur-Mer. L’Heure du Bain
Légende Carte postale photographique, cachet postal de 1906.
Crédits Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2682/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 6. Le champion de natation Théodore Peyrusson (1884-1916)
Légende Page de couverture de La Culture physique, 5année, no 88, 1er septembre 1908
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2682/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Thiébaut, « Baigneurs du xixsiècle : caleçons, costumes et slips »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2682

Haut de page

Auteur

Philippe Thiébaut

Conservateur général honoraire du patrimoine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search