Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Sports à domicile

Sports à domicile

L’aménagement de salles de culture physique par les ensembliers de l’entre-deux-guerres
Jérémie Cerman

Résumés

Dans le contexte du développement des sports, et de l’incitation à s’exercer individuellement et à domicile, la salle de culture physique investit la sphère domestique, devenant dans l’entre-deux-guerres l’un des centres d’intérêt d’ensembliers en prise avec l’évolution des mœurs. Si les types d’espaces investis dans la demeure sont variés, leur vocation avant tout fonctionnelle, leur dépouillement et leur contenu, essentiellement composé d’agrès, d’accessoires et de machines, interrogent la nature même de l’intervention du décorateur. Alors que le décor tend à disparaître au profit d’une approche fonctionnaliste, certaines propositions se démarquent en ce qu’elles relèvent d’une démarche plus architecturale, intégrant la zone de la pratique sportive à des espaces décloisonnés réunissant les activités essentielles du quotidien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Max Terrier, « Meubles métalliques (Les sièges) », Art et décoration, t. LVII, fév (...)
  • 2 Voir notamment Eugen Sandow, Strength and how to Obtain it, London, Gale & Polden, 1897, p. 32-33.
  • 3 Voir par exemple Jacques Baschet, « Le Salon des Artistes décorateurs », L’Illustration, no 4815, 1 (...)
  • 4 « Chalet de ski. Projet de Jean Royère », Art et industrie, janvier 1936, p. 42-43.

1Les liens entre le développement des pratiques sportives et celui des arts décoratifs et du design dans l’entre-deux-guerres sont nombreux. Un exemple bien connu est celui des sièges en métal tubulaire pour la garniture desquels René Herbst (1891-1982) emploie, à partir de la fin des années 19201, des sandows, ces câbles élastiques aux fonctions diverses, notamment utilisés en musculation et ainsi dénommés en raison de l’usage qu’en fit le célèbre culturiste allemand Eugen Sandow (1867-1925)2. Plus globalement à cette période, et en particulier dans les années 1930, les espaces en lien avec la pratique sportive, ou inspirés par celle-ci, qui ont été aménagés par les décorateurs et les architectes sont de types variés, qu’il s’agisse, exemples parmi d’autres, de la Chambre d’une sportive présentée par Claude Salvy (1900-1986) au Salon des artistes décorateurs de 19353 ou d’un projet de chalet de ski imaginé par Jean Royère (1902-1981), publié dans Art et industrie en 19364. Parmi ces installations, la conception de salles de culture physique, destinées à une pratique sportive plutôt individuelle, agrémentées d’appareils de musculation ou encore d’équipements de gymnastique, apparaît comme un « exercice » qui retint l’attention de nombreux créateurs, en particulier en France à partir du milieu des années 1920. Alors que ces installations ont pu faire partie de programmes architecturaux et décoratifs de diverses natures, cet article s’attachera à étudier plus spécifiquement les modalités de leur intégration à la sphère domestique, qui se concrétise souvent dans l’application de préceptes fonctionnalistes régissant nombre de recherches de l’époque.

1. Du gymnase à la pratique domestique

  • 5 Voir R. de B., « Le théâtre », L’Illustration, n° 4993, 12 novembre 1938, p. 357 et Théâtre Pigalle (...)
  • 6 Vogue, mars 1939, n. p.
  • 7 « De la beauté pour la beauté. Les nouveaux salons d’Elizabeth-Arden », Vogue, mars 1939, p. 68-69 (...)
  • 8 Voir par exemple la salle des agrès de culture physique de la cité universitaire de Dijon reproduit (...)
  • 9 Voir par exemple « La piscine de l’Automobile-Club », L’Illustration, n°3633, 12 octobre 1912, p. 2 (...)
  • 10 Voir par exemple Ludovic Roubaudi, Thomas Jorion, Molitor. Ceci n’est pas une piscine, Paris, Archi (...)
  • 11 « Le paquebot “Kaiserin-Augusta-Victoria” », L’Illustration, n°3263, 9 septembre 1905, p. 175.
  • 12 « La catastrophe du “Titanic” », L’Illustration, n°3608, 20 avril 1912, p. 317.

2Au cours de la première moitié du xxsiècle, différents domaines culturels se font l’écho de la popularisation grandissante des pratiques sportives. Au théâtre, par exemple, la pièce Femmes, adaptation française par Jacques Deval (1890-1972) de The Women de Clare Boothe (1903-1987), est jouée en 1938 au théâtre Pigalle à Paris, faisant intervenir quarante-deux actrices, et aucun homme5. Les douze tableaux mis en scène reflètent diverses activités de leur quotidien, incluant une séance de gymnastique, pour laquelle le décor et les accessoires avaient été fournis par une entreprise spécialisée dans les soins esthétiques, celle de l’Américaine Elizabeth Arden (1878-1966), dont l’une des monitrices avait d’ailleurs réglé les mouvements. Dans le contexte des préoccupations hygiénistes de la période, l’importance accordée aux apparences tend effectivement à associer la beauté à la pratique du sport, comme en atteste une publicité promouvant justement le salon de beauté parisien d’Elizabeth Arden, place Vendôme, dont le texte recommande de compléter les traitements proposés par « une gymnastique appropriée »6. L’établissement, qui venait tout juste d’être aménagé par Raymond Nasenta (1899-1979), comportait d’ailleurs une salle de culture physique, « conçue dans toute une gamme de bleus » et dont le dépouillement contrastait fortement avec l’aspect luxueux et décoratif des autres pièces, telle la galerie agrémentée d’un grand paravent figuratif d’Étienne Adrien Drian (1885-1961)7. L’aménagement de ce type de salle s’était progressivement développé au sein de bâtiments à usage collectif de diverses sortes, qu’il s’agisse bien sûr de gymnases, d’établissements spécialisés ou de cités universitaires8, mais aussi, par exemple, de l’Automobile-Club de France, dans son hôtel de la place de la Concorde à Paris, où une salle de sport était adjointe à la piscine conçue en 1912 par l’architecte René Loysel9. Les piscines, qui font partie des programmes architecturaux emblématiques de la période, pouvaient être dotées de tels espaces, comme celui qui, au sein de la piscine Molitor construite en 1929 par Lucien Pollet, était situé, tout comme les douches, au centre du bâtiment et était accessible à la fois depuis le bassin d’hiver et le bassin d’été10. De même en est-il au sein des paquebots transatlantiques, par exemple dès 1905-1906 à bord du Kaiserin Auguste Victoria11 et, au début des années 1910, à bord du Titanic, dont la salle de gymnastique et d’exercices physiques était équipée d’un punching-ball, d’un « appareil de canotage avec ses avirons à ressorts », d’une « bicyclette fixe » ou encore d’un appareil permettant d’effectuer une « séance d’équitation en chambre », comme en témoignent les vues reproduites de cette installation en avril 1912 dans L’Illustration, moins d’une semaine après le naufrage du navire12. Dans l’entre-deux-guerres, de tels équipements se retrouvent sur le De Grasse, l’Île-de-France ou encore le Normandie, aménagements dont des visuels nous sont notamment parvenus par l’intermédiaire de cartes postales photographiques éditées à l’époque.

  • 13 Georges Lerousseau, « La Culture Physique », Monsieur, 1re année, n°2, février 1920, p. 64.
  • 14 Voir par exemple la publicité pour l’École des Champs-Élysées de Lerousseau publiée dans La Fronde, (...)
  • 15 G. Lerousseau, art. cit., p. 64.
  • 16 Voir également l’illustration satirique Tout le monde athlète. Vision schématique d’un immeuble par (...)
  • 17 M. Desgrieux [Miguel Zamacoïs], « À Paris tous les deux. La photographie, art gai. – Culture physiq (...)
  • 18 Voir par exemple Pierre-Gabriel Gonzalez, Bibendum. Publicité et objets Michelin, Paris, Éditions d (...)
  • 19 Voir par exemple Henri de Parville, « À travers la science. L’exerciseur », L’Express du Midi, 12(...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Charles Hanot, « Un exerciseur peu coûteux », Les Travaux de l’amateur, t. I, n°10, 15 septembre 19 (...)

3Cependant, la pratique du sport se démocratisant, chacun put être incité à pratiquer la culture physique individuellement, quotidiennement et à domicile. Dans un article intitulé « La Culture Physique » publié dans la revue Monsieur en 1920, Georges Lerousseau écrivait : « Cultivons notre corps. C’est un effort si simple. Que faut-il pour accomplir ce rite journalier ? Peu de choses. Un tapis, une paire d’haltères légers – et beaucoup de bonne volonté13. » Si l’auteur, directeur d’une salle de sport rue de Ponthieu à Paris14, n’apporte que peu de précisions quant à l’environnement dans lequel s’exercer, l’un des dessins de Maurice Rétif (1887-1966) accompagnant le texte montre un boxeur qui, tapant du poing dans son punching-ball, renverse du pied et brise le miroir d’une encombrante armoire à glace15. Le problème que pose ici un espace inadapté à la pratique domestique est une récurrence16. Dans le même registre comique, un chroniqueur du journal Candide narre en 1935 comment il retient de justesse l’armoire à trois corps qui manque d’écraser sa compagne imaginaire, Manon, lorsque celle-ci, déterminée à se remettre au sport, y cherche un point d’appui pour effectuer sa gymnastique. Le couple avait en effet assisté la veille à une démonstration publique présentant « un appareil perfectionné à pratiquer la culture physique chez soi, sans chahuter tous les tapis et sans couvrir ses membres de chapelure poussiéreuse, même lorsque le ménage est bien fait »17. Au-delà du caractère satirique de ce récit, l’exercice individuel était en effet encouragé par la mise sur le marché d’appareils qui lui étaient dévolus. À la suite de l’invention du sandow à la fin du xixsiècle, la société Michelin en France développa la production de son propre exerciseur, commercialisé à partir de 1901, promu par divers articles et réclames, certaines illustrations publicitaires particulièrement humoristiques mettant en scène le Bibendum, emblématique mascotte de la marque, ou encore la Vénus de Milo qui, « avec ses bras, faisait de l’Exerciseur Michelin »18. Cet équipement, que l’on recommandait d’employer fixé à une porte, était vanté pour son coût modeste par rapport à ses équivalents étrangers, notamment anglais et américains19, et était destiné à une clientèle diversifiée, permettant « Aux jeunes gens de se faire des muscles ; Aux amateurs de sport de se tenir en forme pendant la morte saison ; Aux jeunes filles de faire dans leur famille même un exercice modéré ; Aux personnes ayant une vie sédentaire de pouvoir se livrer sans sortir de leur chambre […] à un exercice hygiénique qui leur redonnera l’appétit et le sommeil »20. L’usage de ce type d’appareil se généralisant, une revue de bricolage comme Les Travaux de l’amateur pouvait même expliquer aux plus habiles comment fabriquer leur propre exerciseur, à coût réduit21.

  • 22 Edmond Desbonnet, La force physique. Culture rationnelle. Méthode Attila – Méthode Sandow – Méthode (...)
  • 23 Ibid., p. 16.
  • 24 Ibid., p. 77 et 93.
  • 25 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », Art et industrie, mars 1932, p. 21-24.
  • 26 Ibid., p. 21.
  • 27 Michel Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », Le Décor d’aujourd’hui, n°6, septembre 1934, p.  (...)
  • 28 Ibid., p. 33 et 35.
  • 29 Il s’agit de la « salle de récréation », agrémentée notamment d’une cible et d’un punching-ball, qu (...)
  • 30 « Gymnastique », L’Art vivant, n°54, 15 mars 1927, p. 237-238.

4C’est aussi par la publication de manuels, comme ceux d’Albert Surier ou des médecins Edmond Desbonnet (1868-1953) et James-Edward Ruffier (1875-1965), que la pratique de la culture physique se popularise22. Publié à partir de 1909, l’ouvrage Soyons forts du docteur Ruffier semble avoir rencontré un certain succès, ce dont attestent ses nombreuses rééditions jusque dans les années 1980. Bien que l’auteur ne s’avère que peu loquace quant au cadre dans lequel effectuer sa gymnastique, se contentant de préciser « que la chambre où l’on fait ses exercices » doit « être proprement [tenue] et bien [aérée] »23, certaines des illustrations humoristiques, dues à Pierre Delarue-Nouvellière (1889-1973), qui agrémentent le livre à partir de l’édition de 1930, tournent à nouveau en dérision une pratique se déroulant au sein de pièces encombrées ou à la superficie trop réduite24. Toutefois, Ruffier s’intéresse spécifiquement à cette question plus de vingt ans après la première parution de son manuel, signant en mars 1932 un article dans la revue Art et industrie intitulé « La culture physique chez soi »25, où ses préconisations sont accompagnées d’illustrations de Jean Bruller (1902-1991), connu plus tard sous le pseudonyme Vercors (Fig. 1). Ruffier constate : « Voici qu’une “pièce” […] fait […] la conquête de l’appartement moderne ; et c’est aussi l’hygiène, le souci de se bien porter qui assurent ce nouveau progrès. Il s’agit de la salle de culture physique26. » Deux ans et demi plus tard, en septembre 1934, c’est au tour de la revue Le Décor d’aujourd’hui de publier l’article « Où faire sa culture physique ? », portant sur l’aménagement de ce même type d’espace27. L’auteur de ce texte, le journaliste Michel Arbaud, spécialiste de l’hygiène et de la beauté, considère alors que « le temps est proche où, dans tous les appartements modernes, il faudra prévoir une salle de gymnastique, au même titre qu’un cabinet de toilette » et, s’il donne lui aussi quelques conseils pour ces installations, il s’en remet finalement « à l’imagination, au goût et à la fantaisie des ensembliers, si adroits à mettre un peu de séduisante invention dans les plus utilitaires de leurs travaux »28. Outre plusieurs dessins, dus cette fois à un certain H. Joubert, illustrant la pratique sportive à domicile (Fig. 4), ces pages sont agrémentées de reproductions photographiques d’intérieurs conçus par les décorateurs Maurice Dufrène (1876-1955) et Lambert, mais aussi par le réalisateur Marcel L’Herbier (1888-1979)29. Car, en effet, si des périodiques spécialisés dans les arts décoratifs comme Art et industrie et Le Décor d’aujourd’hui publient alors des articles sur cette question, tout comme, du reste, la revue artistique plus généraliste L’Art vivant, qui lui consacre deux pages dès mars 192730, c’est aussi parce que nombre d’ensembliers, répondant aux nécessités de la société contemporaine, s’attachaient à la création de tels aménagements.

Fig. 1 : Jean Bruller, dessin d’une chambre à coucher

Fig. 1 : Jean Bruller, dessin d’une chambre à coucher

Art et industrie, mars 1932, p. 23

2. Des espaces domestiques variés

5Les préconisations diffusées dans la presse peuvent être confrontées à une bonne partie des installations et propositions domestiques conçues par les artistes, dont diverses publications de l’époque livrent des témoignages, afin de dégager une typologie des espaces concernés. La culture physique peut ainsi être pratiquée dans la salle de bain, dans la chambre à coucher, dans une pièce lui étant spécifiquement dévolue ou dans une salle lui étant également dédiée mais ouverte sur l’extérieur, chacune de ces quatre options bénéficiant d’une illustration commentée, due à Bruller, dans l’article publié par Ruffier.

  • 31 André Vera, « Le cabinet de toilette », Les Arts de la Maison, été 1926, p. 23-24.
  • 32 « Salles de bains modernes », Les Échos des industries d’art, n°14, septembre 1926, p. 13.
  • 33 « La salle de bains et le cabinet de toilette », Les Échos des industries d’art, n°38, septembre 19 (...)
  • 34 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 22.
  • 35 Raymond Cogniat, « Un appartement décoré par Paul Colin », Art et décoration, t. LXIV, mars 1935, p (...)
  • 36 Voir par exemple « Le concours de l’aluminium », Le Décor d’aujourd’hui, n°25, octobre-novembre 193 (...)
  • 37 « Décors d’aujourd’hui conçus pour le cinéma français », Le Décor d’aujourd’hui, n°30, 1938, p. 16.

6L’idéologie hygiéniste qui préside au développement du sport explique que la salle de bain et le cabinet de toilette soient considérés de façon récurrente comme tout à fait appropriés à la pratique de l’exercice physique. En 1926, André Vera (1881-1971) donnait ainsi les recommandations suivantes pour l’aménagement du cabinet de toilette : « Toilette, lavage, mais encore hygiène, culture physique, rangement des effets, dans une salle unique doivent être possibles. […] Le cabinet conjugal […] comporte table de massage et de gymnastique, […] et glace de pied où vérifier mouvements et attitudes, suivre votre forme. […] placard contenant massues, haltères, ressorts […]31. » La même année, quelques lignes dans Les Échos des industries d’art indiquaient aussi que la « pratique des sports [ayant] remis en faveur le culte de la beauté corporelle », la salle de bain constituait un lieu approprié à cet usage et devait être « suffisamment large pour […] permettre, avant et après les ablutions, l’exercice rituel qui donnera [au] corps souplesse et harmonie »32. L’on s’étonne, du reste, en 1928, dans la même revue, qu’en une époque où « l’hygiène et le sport vont de pair […], dans les appartements luxueux, la Salle de bains ne soit pas flanquée d’une salle de culture physique »33. Cette association réapparaît logiquement chez Ruffier, le médecin considérant qu’une séance de sport quotidienne « constitue en somme la toilette des muscles » et qu’il « est donc tout naturel que la salle de culture physique s’installe en dépendance de la salle de bains et du cabinet de toilette »34. Des exemples se rencontrent chez plusieurs créateurs, comme Paul Colin (1892-1985) pour la « salle de bains et de culture physique » de l’appartement qu’il aménage pour le producteur de cinéma P.-J. de Venloo35. Dans le cadre du concours de l’aluminium organisé lors de l’Exposition internationale des arts et des techniques dans la vie moderne de 1937, à Paris, Mme Maurice Grémeret remporte quant à elle un prix pour une Salle de beauté comportant un emplacement dévolu à la toilette et aux exercices corporels36. Citons encore la maquette réalisée par le décorateur de cinéma Jean d’Eaubonne (1903-1971), représentant la partie réservée à la culture physique dans la salle de bain d’un appartement particulier, pourvue notamment d’un lit de massage, reproduite dans Le Décor d’aujourd’hui en 193837.

  • 38 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 23.
  • 39 « Gymnastique », L’Art vivant, art. cit., p. 238.
  • 40 « La participation du Décor d’aujourd’hui au treizième Salon des Arts ménagers », Le Décor d’aujour (...)
  • 41 Michel Kamenka, Hila de Hill [Hila de Hann], « Faisons évoluer suivant leur âge, la chambre de nos (...)
  • 42 Ibid., p. 20.
  • 43 Ibid., p. 21.

7Un autre lieu de la demeure susceptible d’accueillir la pratique sportive est la chambre à coucher, possibilité illustrée dans l’article de Ruffier sous la forme d’une pièce transformable conçue dans un esprit fonctionnaliste, au sol recouvert de caoutchouc, dont le lit se rabat dans le mur, laissant apparaître les espaliers fixés au-dessous, et comportant un portique qui encadre la fenêtre et pivote pour devenir une barre fixe (Fig. 1)38. Alors que l’on relève dans L’Art vivant en 1927 que « les plus belles parures » de la chambre du jeune homme « seront toujours les livres d’étude et les rudes haltères »39, c’est effectivement l’aménagement des chambres d’enfants qui put retenir l’attention des artistes en la matière. Ainsi, dans le cadre de la participation de la revue Le Décor d’aujourd’hui au Salon des arts ménagers de 1936, sur le thème de la « cellule d’habitation » d’une famille s’agrandissant progressivement, Michel Dufet (1888-1985) optimise l’espace de la chambre des enfants, dans laquelle figurent punching-ball, médecine-ball et sandow, et dont les « lits et les tables de travail sont conçus pour se relever et livrer l’espace au sport »40. Si cette réalisation est désignée en tant que « chambre des garçons », c’est à la chambre de la fillette, puis de l’adolescente, que s’intéressent l’architecte Michel Kamenka et son épouse Hila de Hann en 1935 dans l’article « Faisons évoluer suivant leur âge, la chambre de nos enfants », publié dans Le Décor d’aujourd’hui41. Selon leurs propositions, illustrées de vues en perspective, c’est dans la chambre de la fillette, de 5 à 13 ans, que l’on « commence à s’occuper plus sérieusement de développement physique de l’enfant », où apparaissent d’abord « les premières haltères [sic] » et « le miroir pour contrôler l’exactitude des mouvements », avant que « les engins de gymnastique devenus plus nombreux » soient « disposés avec art et méthode »42. Pour « l’installation de Mademoiselle », à partir de 13 ans, le couple Kamenka précise : « Les sports la préoccupent : un matelas en permatex lavable devient nécessaire aux exercices d’assouplissement ; mais il permettra également de s’allonger pour lire, […] ou se délasser43. »

  • 44 « Gymnastique », L’Art vivant, art. cit., p. 238.
  • 45 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 22-23.
  • 46 Voir par exemple Une Ambassade française, organisée par la Société des Artistes décorateurs, Paris, (...)
  • 47 Catalogue général officiel. Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, (...)
  • 48 M. Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », art. cit., p. 32.
  • 49 Ibid., p. 34 ; Yvanhoé Rambosson, « Les nouvelles dispositions du logis », L’Illustration, n°4708, (...)

8Selon les recommandations publiées dans L’Art vivant en mars 1927, tous « les coins dédaignés peuvent être utilisés à des fins d’entraînement individuel : un dessous d’escalier, un grenier »44. Mais la salle de culture de physique peut alors devenir une pièce à part entière au sein de l’habitat, solution idéale pour Ruffier, afin que le corps, « principal instrument » de cette activité, ait suffisamment d’espace pour « s’ébattre », au sein d’une pièce de grandes dimensions, aérée et haute de plafond45. C’est effectivement dans un espace assez vaste que Francis Jourdain (1876-1958) agence en 1925 la salle de culture physique d’Une Ambassade française, programme élitiste conçu par les membres de la Société des artistes décorateurs à l’occasion de l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes à Paris46. Sa sobriété contrastait avec le luxe ostentatoire de la plupart des autres pièces aménagées pour cet ensemble, par des décorateurs comme Paul Follot (1877-1941) ou André Groult (1884-1966). Au sein d’un espace pratiquement vide, l’intervention de Jourdain se borne pour l’essentiel à la création des plafonniers, destinés à dispenser l’éclairage nécessaire, et en la disposition aux murs d’éléments proprement liés à la fonction du lieu. L’une des parois comporte ainsi les miroirs indispensables au contrôle des mouvements, une horloge murale pour se chronométrer ainsi qu’un tableau noir permettant d’inscrire exercices et résultats. Le long du mur d’en face, sont disposés et accrochés haltères, punching-ball, gants de boxe, massues, exerciseurs et matériel d’escrime, équipement fourni, d’après le catalogue général de la manifestation, par les Grand Magasins du Printemps47. Les ensembliers purent toutefois s’ingénier à optimiser des superficies plus réduites, comme le décorateur Lambert qui, dans un contexte qui demeure inconnu, réalise « un équipement complet de salle dans une pièce à plan très ingrat puisque triangulaire et […] de dimensions relativement restreintes ». Outre un lit de repos et un grand miroir qui « illusionne sur les dimensions de la pièce », le matériel sportif déployé est quantitativement important mais tous les éléments qui le composent ont été « établis pour pouvoir se démonter et se ranger dans des armoires ou coffres organisés à cet effet »48. C’est également selon une démarche fonctionnaliste qu’est aménagée, vers 1932, la salle de culture physique de la villa du constructeur automobile Émile Mathis (1880-1956) au Hohwald (Bas-Rhin), conçue par Maurice Dufrène (Fig. 2). Si l’historiographie a le plus souvent retenu ce qui, au sein de la longue carrière de ce dernier, relève d’une approche plus traditionnelle et décorative des arts appliqués, cette installation témoigne au contraire de recherches qui, dans certains cas, relèvent d’un modernisme affirmé. Comme le montrent les différentes vues qui en sont publiées, les murs de la pièce sont simplement revêtus de bois verni et des tubes sont installés au plafond pour y accrocher trapèze et anneaux tandis qu’une chaise longue en métal tubulaire ainsi qu’un lit de massage suspendu grâce à une structure métallique accompagnent l’équipement sportif, composé d’un vélo, d’un rameur, d’exerciseurs ou encore d’un punching-ball49.

Fig. 2 : Maurice Dufrène, salle de culture physique de la villa d’Émile Mathis, Le Hohwald, vers 1932

Fig. 2 : Maurice Dufrène, salle de culture physique de la villa d’Émile Mathis, Le Hohwald, vers 1932

L’Art vivant, n°197, octobre 1935, p. 226

  • 50 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 24.
  • 51 Voir notamment Léon Deshairs, « Une villa moderne à Hyères », Art et décoration, vol. LIV, juillet  (...)
  • 52 Voir Catalogue du 23e Salon, du 5 mai au 9 juillet 1933, Paris, Société des artistes décorateurs, 1 (...)
  • 53 Georges Pillement, « Chez Robert Lallemant », Art et décoration, t. LXI, mars 1932, p. 68 et 73 et (...)
  • 54 Voir Jean-Charles Moreux, « Un hôtel à La Muette », Art et industrie, juin 1930, p. 9-10 ; Louis Ch (...)

9Enfin, c’est plutôt dans un contexte élitiste que la salle de culture physique privée peut être conçue en tant qu’espace ouvert sur l’extérieur, à l’image de celle illustrée dans l’article de Ruffier sous la forme d’« une vaste et luxueuse salle de sport, que prolonge une terrasse », associée à une piscine et pouvant être installée dans « un hôtel particulier ou une villa à la campagne »50. Ce type de proposition n’est pas sans rappeler l’une des réalisations les plus connues à avoir été concrètement réalisées en la matière, conçue par Robert Mallet-Stevens (1886-1945) pour la villa du vicomte Charles de Noailles (1891-1981) et de son épouse Marie-Laure (1902-1970) à Hyères (Var). À l’édifice érigé entre 1923 et 1925, l’architecte adjoint en 1927 une partie entièrement dévolue au sport, particulièrement mise à l’honneur dans deux œuvres cinématographiques tournées en ce lieu, le film Biceps et bijoux de Jacques Manuel (1897-1968) en 1928 et le court-métrage Les Mystères du château du Dé de Man Ray (1890-1976) en 1929. Cette zone est constituée d’une piscine donnant sur une vaste terrasse recouverte d’un revêtement en caoutchouc, destinée aux jeux comme le tennis ou la longue paume, et aboutissant à un espace couvert dévolu à la culture physique, où sont disposés cordes lisses, anneaux, trapèze, punching-balls, haltères, espaliers et roue allemande (Fig. 3)51. D’autres exemples de salles ouvrant sur l’extérieur peuvent être cités dans la production des architectes et décorateurs de l’époque. Michel Kamenka et son épouse présentent au Salon des artistes décorateurs de 1933 une Salle de culture physique donnant sur un jardin suspendu52 et Robert Lallemant (1902-1954) aménage dans son appartement parisien, quai d’Auteuil, une salle de gymnastique donnant sur une terrasse où exécuter ses exercices53. Cette solution est également adoptée par Jean-Charles Moreux (1889-1956) pour l’hôtel particulier de Bernard Reichenbach, rue Alfred-Dehodencq à Paris54, aménagement qui, se cantonnant pour l’essentiel en la disposition de l’équipement sportif dans une pièce au sol recouvert de liège et aux murs et plafond simplement revêtus de laque Duco blanche, frappe par son grand dépouillement, interrogeant dès lors la nature même de l’intervention de l’ensemblier, alors que le décor tend à disparaître.

Fig. 3 : Robert Mallet-Stevens, salle de sport de la villa Noailles, Hyères, vers 1927

Fig. 3 : Robert Mallet-Stevens, salle de sport de la villa Noailles, Hyères, vers 1927

Vie à la campagne, vol. 80, n° exceptionnel, 15 avril 1933, p. 29

103. De l’effacement du décor au décloisonnement de l’espace

  • 55 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 21 et 23.
  • 56 « J’ai loué une villa à la mer », L’Art vivant, n°58, 15 mai 1927, p. 382.
  • 57 M. Kamenka, H. de Hill [Hila de Hann], art. cit., p. 20.
  • 58 M. Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », art. cit., p. 35.
  • 59 Ibid., p. 33.
  • 60 Ibid., p. 35.

11En accompagnement de considérations visant la rationalisation de la pratique sportive à domicile, le docteur Ruffier, dans son article de 1932, accorde encore une place importante à la question du décor. Ainsi propose-t-il, pour l’encadrement du miroir de la salle de bains, une « suite de dessins […] qui indique les principaux mouvements de la séance quotidienne » ou encore, dans une salle spécifiquement dévolue au sport, « quelques colonnes de style grec », « des reproductions de belles statues antiques, modèles éternels de la beauté humaine » ainsi qu’une frise représentant « les principaux exercices de culture physique exécutés par des athlètes, des éphèbes et des vierges de l’Hellade »55. Force est de constater que ce parti ornemental n’est clairement pas celui adopté par la plupart des ensembliers, comme en témoignent plusieurs exemples déjà cités, où les éléments déployés relèvent essentiellement de l’équipement sportif. Dans bien des cas, c’est l’article de sport qui devient élément de décor. C’est ce qu’illustre de façon plutôt humoristique un passage d’un texte anonyme publié dans L’Art vivant en mai 1927, intitulé « J’ai loué une villa à la mer » et mis en image par le dessinateur René Burel : « Et je ne mettrai pas mes appareils de sport au fond du cellier. Ils décoreront la pièce principale en lui donnant l’aspect que j’aime. Oui, la motocyclette sur un petit tapis de caoutchouc, parallèlement au canoë. Les raquettes bien en vue, le ballon à portée du pied, les clubs dans un coin, mais un coin bien éclairé56. » De même, pour le couple Kamenka, les appareils de gymnastique peuvent former dans la chambre d’enfant « une véritable panoplie d’allure fort décorative »57 tandis que pour Michel Arbaud, il y a « un parti décoratif amusant à tirer des rateliers [sic] d’haltères, des trophées de barres à sphères, des médicine-balls et de massues de bois verni »58. Arbaud établit toutefois un lien direct entre l’évolution des mœurs, de laquelle émanent les développements du sport, et qui voit triompher « la civilisation mécanique », et les évolutions modernistes des arts appliqués, qui amenuisent la place accordée au décor au profit d’une approche fonctionnelle et d’une esthétique industrielle59. Cette association est illustrée de la façon la plus parlante par l’un des dessins de Joubert qui accompagnent son texte, montrant une sportive s’exerçant avec son sandow fixé au mur et se tenant à côté d’une chaise tubulaire en porte-à-faux (Fig. 4)60, semblable à celle, pionnière, inventée par le Néerlandais Mart Stam (1899-1986) en 1926, puis reprise en Allemagne par Marcel Breuer (1902-1981). Le métal tubulaire, dont l’usage se généralise alors chez nombre de créateurs dans un souci d’ergonomie et de fonctionnalisme, est en effet le matériau le plus souvent choisi pour les quelques meubles que les ensembliers disposent dans les salles de culture physique privées qu’ils aménagent, que ce soit Dufrène (Fig. 2), Lambert ou Kamenka, mais aussi ceux dont l’approche relève d’une conception plus globalisante de l’habitat ou de l’espace collectif.

Fig. 4 : H. Joubert, dessin d’une sportive s’exerçant à domicile

Fig. 4 : H. Joubert, dessin d’une sportive s’exerçant à domicile

Le Décor d’aujourd’hui, n°6, septembre 1934, p. 35

  • 61 « Gymnastique », L’Art vivant, art. cit., p. 237.
  • 62 Voir par exemple Une Ambassade française, organisée par la Société des Artistes décorateurs, op. ci (...)
  • 63 Répertoire du goût moderne, Paris, Albert Lévy, n°2, 1929, pl. 18-22.
  • 64 Élise Koering, Eileen Gray et Charlotte Perriand dans les années 1920 et la question de l’intérieur (...)
  • 65 Ibid., p. 401-402.
  • 66 Francis Jourdain, Intérieurs. Présenté par Francis Jourdain, Paris, Charles Moreau, coll. « L’Art i (...)
  • 67 Louis Chéronnet, « Les arts à l’Exposition de Bruxelles. France », Art et décoration, t. XLIV, août (...)
  • 68 Voir par exemple Ibid., p. 303 et 308-309 ; Bernard Champigneulle, « La participation de la France (...)

12La vocation avant tout fonctionnelle de l’espace dévolu à la culture physique, de même que son contenu essentiellement constitué d’agrès et de machines, explique que ce sont en particulier des créateurs dont l’œuvre relève des tendances dites modernistes qui s’investirent en la matière, notamment ceux, en France, qui devaient quitter en 1929 la Société des artistes décorateurs pour fonder l’Union des artistes modernes. L’évocation dans L’Art vivant en 1927 de la « salle-type de gymnastique individuelle »61 renvoie d’ailleurs à un vocabulaire caractéristiquement employé par les partisans de la standardisation, à commencer, en France, par Le Corbusier (1887-1965). Mais, plus qu’une pièce spécifique de la demeure, la zone dévolue au sport est envisagée par certains d’entre eux selon une approche bien plus totalisante, et architecturale, de l’espace habitable. Si la salle de culture physique de Francis Jourdain pour Une Ambassade française en 1925 était déjà conçue de façon plus ouverte, donnant directement sur une salle de repos aménagée par Pierre Chareau (1883-1950)62, d’autres créateurs allèrent plus loin en concevant des intérieurs décloisonnés regroupant différentes activités essentielles du quotidien et de la vie contemporaine, parmi lesquelles le sport figure en bonne place. Dessiné en 1927-1928 et publié en plusieurs planches en 1929 dans le Répertoire du goût moderne63, le projet Travail et sport de Charlotte Perriand (1903-1999) se présente ainsi comme un espace ouvert divisé en différents secteurs : salle de sport, cuisine-salle à manger disposant d’un bar, salle de travail, zone consacrée au repos et à l’hygiène, terrasse prenant la forme d’un jardin suspendu (Fig. 5). Le périmètre dévolu à la pratique sportive, comportant notamment une grande cible et un punching-ball, occupe la surface la plus importante et joue un rôle prédominant dans l’articulation de l’ensemble. Pour Élise Koering, qui a étudié cette réalisation de façon détaillée64, Travail et sport pourrait être à destination collective mais resta probablement « un projet de papier à seule vocation éditoriale »65, tout comme la « Salle de culture physique » que l’artiste conçut dans un esprit similaire, publiée dans un autre portfolio la même année 192966. La dimension polyvalente et multifonctionnelle de ce projet, associant notamment sport, repos et travail intellectuel, n’est en tout cas pas sans évoquer un programme collaboratif auquel Perriand participa quelques années plus tard. Lors de l’Exposition internationale de Bruxelles en 1935, Maurice Dufrène est chargé d’organiser, au sein du palais de la France métropolitaine, une section intitulée Foyer de la famille française, incluant un Appartement du jeune homme composé de trois pièces qui, comme le note alors Louis Chéronnet (1899-1950), « ne paraissent former qu’une, où l’air et la lumière circulent librement »67. Cet ensemble comporte ainsi une salle d’étude conçue par Le Corbusier, Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret (1896-1967), une chambre à coucher aménagée par Louis Sognot (1892-1969) et une salle de culture physique réalisée par René Herbst68. Dans cette dernière, uniquement séparée de la salle d’étude par un filet et présentant une grande peinture murale de Fernand Léger (1881-1955) sur le thème des sports, Herbst dispose, outre l’équipement sportif, plusieurs meubles en métal tubulaire, dont des chaises aux dossiers et assises constitués de sandows.

Fig. 5 : Charlotte Perriand, Travail et sport, 1927-1928

Fig. 5 : Charlotte Perriand, Travail et sport, 1927-1928

Répertoire du goût moderne, Paris, Albert Lévy, n°2, 1929, pl. 19

  • 69 Voir notamment Georges Rémon, « Le Salon des Artistes décorateurs », Mobilier et décoration, juin 1 (...)
  • 70 Ibid., n. p.
  • 71 Voir par exemple Edith Rischowski, « Die Wohnung unserer Zeit. Raüme aus der “Deutschen Bau-Ausstel (...)
  • 72 Voir par exemple Ibid., p. 96 ; J. Badovici, « L’Exposition internationale du bâtiment, à Berlin, 1 (...)

13Alors que les recherches d’artistes comme Jourdain, Perriand et Herbst sont en partie redevables des évolutions modernistes des arts appliqués qui, du Deutscher Werkbund au Bauhaus, s’étaient exprimées bien plus tôt en Allemagne, c’est effectivement chez les créateurs actifs outre-Rhin que se rencontrent des propositions plus poussées de décloisonnement de l’espace sportif. Lors du Salon des artistes décorateurs de 1930, le Werkbund est invité à exposer à Paris dans le cadre d’une « section allemande » placée sous la direction artistique de Walter Gropius (1883-1969). Celui-ci conçoit en cette occasion une Salle de réunion d’une maison de dix étages, espace collectif et ouvert comportant l’aménagement d’installations destinées à la toilette, au jeu, à la musique ou à la lecture, ainsi qu’un bar donnant directement sur la zone dédiée à la culture physique (Fig. 6)69, dont l’équipement sportif avait été fourni par un fabricant de Cologne, la Kölner Turngerätefabrik70. Si Gropius réitère l’année suivante, en aménageant, pour l’Exposition allemande du bâtiment (Deutsche Bauausstellung) à Berlin, une maison haute d’esprit similaire, pourvue du même type d’espace dévolu au sport71, cette manifestation est également l’occasion pour Marcel Breuer de présenter la maison d’un sportif (Haus für einen Sportsmann), en collaboration avec Gustav Hassenpflug (1907-1977)72. L’organisation spatiale de cette dernière est dominée par une vaste salle d’entraînement donnant sur cinq zones distinctes, se présentant telles des cellules ou des cabines, pouvant s’ouvrir et se fermer grâce à des cloisons à soufflet, chacune se voyant attribuée une fonction : dormir, se laver, se changer, manger, travailler. Ici, l’exercice physique apparaît comme une pratique essentielle du quotidien, à laquelle s’articulent de façon plus annexe les activités fonctionnelles de la vie courante.

Fig. 6 : Walter Gropius, Salle de réunion d’une maison de dix étages, Salon des artistes décorateurs, 1930

Fig. 6 : Walter Gropius, Salle de réunion d’une maison de dix étages, Salon des artistes décorateurs, 1930

Mobilier et décoration, juin 1930, p. 273

  • 73 Y. Rambosson, « Les nouvelles dispositions du logis », art. cit.
  • 74 Jean-Paul Sabatou, « Le sport dans la maison », art. cit., p. 94.
  • 75 M. Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », art. cit., p. 35.
  • 76 Lysiane Bernhardt, « Confort chez soi », Art et industrie, mai-juin 1936, p. 25.
  • 77 Georges Eude, « Le coin de culture physique », Art et décoration, n°48, octobre-novembre 1955, p. 1 (...)

14En 1933, le critique Yvanhoé Rambosson (1872-1943) constate que la « santé par le sport semble bien être une devise moderne » entraînant la « [multiplication des] chambres de culture physique » mais regrette que cette « heureuse innovation [soit] malheureusement compensée par la multiplication des bars d’appartement avec lesquels des habitudes d’alcoolisme risquent de pénétrer dans la famille »73. Pourtant, la pratique sportive tout comme la consommation d’alcool, activités usuellement pratiquées en dehors de l’habitat, tendent dans l’entre-deux-guerres à pénétrer l’espace domestique, ne manquant pas dès lors de susciter l’intérêt d’ensembliers en prise avec l’évolution des mœurs. Bar et salle de sport peuvent du reste se retrouver directement associés au sein d’espaces décloisonnés, que ce soit chez Perriand (Travail et sport) ou Gropius (Salon des artistes décorateurs de 1930). En outre, par sa fonction même, l’aménagement de la salle de culture physique relève bien plus de l’organisation spatiale que de l’ornementation et, dès lors qu’il questionne le rôle joué par le décorateur dans sa conception, il revient davantage à « l’architecte […] de prévoir une place pour le sport dans la maison »74. Enfin, alors que les espaces les plus dépouillés se composent pour l’essentiel de l’équipement du sportif, la question de l’exercice à domicile se pose également en des termes qui relèvent du design de produits. Michel Arbaud ne manque pas en 1934 de faire état du coût du matériel que l’on peut acquérir auprès de l’équipementier Tunmer75 tandis que la revue Art et industrie, vantant les horloges électriques de la société Magnéta, qui « garantissent l’heure avec une exactitude absolue », reproduit en 1936 une salle de gymnastique, anonyme, pourvue au mur de l’un de ces cadrans76. Les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale entérinent les développements du design industriel et lorsque Georges Eudes consacre en 1955 deux pages d’Art et décoration au « coin de culture physique », son attention se porte désormais moins sur l’aménagement de l’espace, à l’exception d’une installation de Marcel Gascoin (1907-1986) dans une salle de bain, que sur des conseils relatifs à la pratique et à l’équipement adéquat disponible sur le marché : balances de la maison Testut, tatami et kimonos Clairitex, machines et accessoires en vente chez Tunmer ou Mestre et Blatgé77. L’avènement de la société de consommation dans les Trente Glorieuses ne fait dès lors qu’accroître la diffusion domestique de l’équipement sportif, et donc la popularisation du sport à domicile.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Max Terrier, « Meubles métalliques (Les sièges) », Art et décoration, t. LVII, février 1930, p. 33 et 48.

2 Voir notamment Eugen Sandow, Strength and how to Obtain it, London, Gale & Polden, 1897, p. 32-33.

3 Voir par exemple Jacques Baschet, « Le Salon des Artistes décorateurs », L’Illustration, no 4815, 15 juin 1935, p. 255 et « L’emploi du métal », Le Décor d’aujourd’hui, n°11, juin-juillet 1935, p. 19.

4 « Chalet de ski. Projet de Jean Royère », Art et industrie, janvier 1936, p. 42-43.

5 Voir R. de B., « Le théâtre », L’Illustration, n° 4993, 12 novembre 1938, p. 357 et Théâtre Pigalle. 12, rue Pigalle, Jane Marnac présente Femmes. Pièce en deux actes et 12 tableaux de Clare Boothe. Adaptation française de Jacques Deval. Mise en scène de Mmes Jane Marnac et Juliette Delannoy. Saison 1938-1939, Paris, W.  Fischer, s. d. [1938].

6 Vogue, mars 1939, n. p.

7 « De la beauté pour la beauté. Les nouveaux salons d’Elizabeth-Arden », Vogue, mars 1939, p. 68-69 et 108.

8 Voir par exemple la salle des agrès de culture physique de la cité universitaire de Dijon reproduite dans Paul-Émile Cadilhac, « Enquête sur la jeunesse étudiante. Les cités universitaires de France », L’Illustration, n°4690, 21 janvier 1933, p. 72.

9 Voir par exemple « La piscine de l’Automobile-Club », L’Illustration, n°3633, 12 octobre 1912, p. 267. Cette salle de culture physique nous est visuellement connue grâce à des cartes postales photographiques éditées à l’époque.

10 Voir par exemple Ludovic Roubaudi, Thomas Jorion, Molitor. Ceci n’est pas une piscine, Paris, Archibooks + Sautereau, 2014, p. 34-35, 45 et 58-59.

11 « Le paquebot “Kaiserin-Augusta-Victoria” », L’Illustration, n°3263, 9 septembre 1905, p. 175.

12 « La catastrophe du “Titanic” », L’Illustration, n°3608, 20 avril 1912, p. 317.

13 Georges Lerousseau, « La Culture Physique », Monsieur, 1re année, n°2, février 1920, p. 64.

14 Voir par exemple la publicité pour l’École des Champs-Élysées de Lerousseau publiée dans La Fronde, 18année, n°1, 3 juillet 1914, p. 4.

15 G. Lerousseau, art. cit., p. 64.

16 Voir également l’illustration satirique Tout le monde athlète. Vision schématique d’un immeuble parisien en notre ère de culture physique à outrance, due à Jean-Jacques Roussau (1886-1948), publiée dans Le Rire, n°548, 2 août 1913, n. p.

17 M. Desgrieux [Miguel Zamacoïs], « À Paris tous les deux. La photographie, art gai. – Culture physique », Candide. Grand hebdomadaire parisien et littéraire, n°571, 21 février 1935, p. 5.

18 Voir par exemple Pierre-Gabriel Gonzalez, Bibendum. Publicité et objets Michelin, Paris, Éditions du Collectionneur, 1995, p. 65.

19 Voir par exemple Henri de Parville, « À travers la science. L’exerciseur », L’Express du Midi, 12année, n°3477, 20 janvier 102, p. 1 ; Albert Surier, Comment on devient beau et fort. Traité pratique et élémentaire de culture physique, Levallois-Perret, Imp. Roche et Wellhoff, s. d. [c. 1903], p. 26-27 et Michelin et Cie, « Exerciseur Michelin », L’Auto-Vélo, n°157, 21 mars 1901, p. 3.

20 Ibid.

21 Charles Hanot, « Un exerciseur peu coûteux », Les Travaux de l’amateur, t. I, n°10, 15 septembre 1923, p. 145-146.

22 Edmond Desbonnet, La force physique. Culture rationnelle. Méthode Attila – Méthode Sandow – Méthode Desbonnet. La santé par les exercices musculaires mis à la portée de tous, Paris, Berger-Levrault, 1901 ; A. Surier, op. cit. ; James-Edward Ruffier, Soyons forts ! Manuel de culture physique élémentaire, Paris, Éditions « Physis », 1938 [1909].

23 Ibid., p. 16.

24 Ibid., p. 77 et 93.

25 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », Art et industrie, mars 1932, p. 21-24.

26 Ibid., p. 21.

27 Michel Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », Le Décor d’aujourd’hui, n°6, septembre 1934, p. 32-35.

28 Ibid., p. 33 et 35.

29 Il s’agit de la « salle de récréation », agrémentée notamment d’une cible et d’un punching-ball, que Marcel L’Herbier aménage en 1927 dans son propre appartement : voir René Chavance, « Chez un cinéaste », Art et décoration, t. LII, août 1927, p. 48.

30 « Gymnastique », L’Art vivant, n°54, 15 mars 1927, p. 237-238.

31 André Vera, « Le cabinet de toilette », Les Arts de la Maison, été 1926, p. 23-24.

32 « Salles de bains modernes », Les Échos des industries d’art, n°14, septembre 1926, p. 13.

33 « La salle de bains et le cabinet de toilette », Les Échos des industries d’art, n°38, septembre 1928, p. 7.

34 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 22.

35 Raymond Cogniat, « Un appartement décoré par Paul Colin », Art et décoration, t. LXIV, mars 1935, p. 87-88.

36 Voir par exemple « Le concours de l’aluminium », Le Décor d’aujourd’hui, n°25, octobre-novembre 1937, p. 23.

37 « Décors d’aujourd’hui conçus pour le cinéma français », Le Décor d’aujourd’hui, n°30, 1938, p. 16.

38 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 23.

39 « Gymnastique », L’Art vivant, art. cit., p. 238.

40 « La participation du Décor d’aujourd’hui au treizième Salon des Arts ménagers », Le Décor d’aujourd’hui, n°15, février-mars 1936, p. 21 et 26.

41 Michel Kamenka, Hila de Hill [Hila de Hann], « Faisons évoluer suivant leur âge, la chambre de nos enfants », Le Décor d’aujourd’hui, n°9, février-mars 1935, p. 19-21.

42 Ibid., p. 20.

43 Ibid., p. 21.

44 « Gymnastique », L’Art vivant, art. cit., p. 238.

45 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 22-23.

46 Voir par exemple Une Ambassade française, organisée par la Société des Artistes décorateurs, Paris, Éditions d’art Charles Moreau, 1925, pl. XLIII-XLIV ; Pierre Olmer, « La décoration intérieure et le mobilier à l’Exposition de 1925 », L’Architecture, vol. XXXVIII, n°17, 10 septembre 1925, p. 292 et Léon Werth, « Francis Jourdain, décorateur », La Demeure française, n°3, automne 1925, p. 16.

47 Catalogue général officiel. Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, Paris, avril-octobre 1925, Paris, ministère du Commerce et de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, 1925, p. 98.

48 M. Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », art. cit., p. 32.

49 Ibid., p. 34 ; Yvanhoé Rambosson, « Les nouvelles dispositions du logis », L’Illustration, n°4708, 27 mai 1933, n. p. et Jacques Guenne, « Un grand décorateur : Maurice Dufrène », L’Art vivant, n°197, octobre 1935, p. 226.

50 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 24.

51 Voir notamment Léon Deshairs, « Une villa moderne à Hyères », Art et décoration, vol. LIV, juillet 1928, p. 5-7 et 15 et « La terrasse du Clos Saint-Bernard », Vie à la campagne, vol. 80, no exceptionnel, 15 avril 1933, p. 29 et 39.

52 Voir Catalogue du 23e Salon, du 5 mai au 9 juillet 1933, Paris, Société des artistes décorateurs, 1933, p. 124, Gaston Derys, « Le vingt-troisième Salon des Artistes décorateurs », Mobilier et décoration, 13année, juin 1933, p. 262 et Marcel Zahar, « XXIIIme Salon des Artistes décorateurs. Les ensembles », Art et industrie, juin 1933, p. 11.

53 Georges Pillement, « Chez Robert Lallemant », Art et décoration, t. LXI, mars 1932, p. 68 et 73 et Georges-Benoît-Lévy, « Petits jardins au goût du jour », L’Illustration, 28 mai 1932, n. p.

54 Voir Jean-Charles Moreux, « Un hôtel à La Muette », Art et industrie, juin 1930, p. 9-10 ; Louis Chéronnet, « Un hôtel particulier au Ranelagh, par J.-C. Moreux avec la collaboration de Bolette Natanson », Art et décoration, t. LXI, novembre 1932, p. 340 ; M. Zahar, « Hôtel particulier de M. Reichenbach à Paris. M. Charles Moreux, architecte », L’Architecture d’aujourd’hui, n°9, décembre 1932, p. 25 et 27 et Susan Day, Jean-Charles Moreux. Architecte-décorateur-paysagiste, Paris, Norma, Institut français d’architecture, 1999, p. 104-106.

55 J.-E. Ruffier, « La culture physique chez soi », art. cit., p. 21 et 23.

56 « J’ai loué une villa à la mer », L’Art vivant, n°58, 15 mai 1927, p. 382.

57 M. Kamenka, H. de Hill [Hila de Hann], art. cit., p. 20.

58 M. Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », art. cit., p. 35.

59 Ibid., p. 33.

60 Ibid., p. 35.

61 « Gymnastique », L’Art vivant, art. cit., p. 237.

62 Voir par exemple Une Ambassade française, organisée par la Société des Artistes décorateurs, op. cit., pl. XLIII.

63 Répertoire du goût moderne, Paris, Albert Lévy, n°2, 1929, pl. 18-22.

64 Élise Koering, Eileen Gray et Charlotte Perriand dans les années 1920 et la question de l’intérieur corbuséen. Essai d’analyse et de mise en perspective, thèse de doctorat en histoire de l’architecture, sous la direction de François Loyer, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2010, t. 1, p. 397-402 et 532-536, t. 2, pl. 123.

65 Ibid., p. 401-402.

66 Francis Jourdain, Intérieurs. Présenté par Francis Jourdain, Paris, Charles Moreau, coll. « L’Art international d’aujourd’hui », n°6, s. d. [1929], pl. 25.

67 Louis Chéronnet, « Les arts à l’Exposition de Bruxelles. France », Art et décoration, t. XLIV, août 1935, p. 303.

68 Voir par exemple Ibid., p. 303 et 308-309 ; Bernard Champigneulle, « La participation de la France à l’Exposition de Bruxelles », Mobilier et décoration, 15e année, août 1935, p. 307, 314 et 316.

69 Voir notamment Georges Rémon, « Le Salon des Artistes décorateurs », Mobilier et décoration, juin 1930, p. 271-273 ; Jacques Baschet, « Le Salon des Artistes décorateurs », L’Illustration, n°4553, 7 juin 1930, p. 237 ; André Salmon, « Exposition du Werkbund au XXe Salon des Artistes décorateurs », Art et décoration, t. LVIII, juillet 1930, p. 13, 18-20 et 24 ; Jean Badovici, « L’architecture en Allemagne », L’Architecture vivante, automne-hiver 1931, pl. 24 ; Catalogue du 20e Salon, du 15 mai au 13 juillet 1930, Paris, Société des Artistes décorateurs, 1930, p. 179 et Section allemande. Grand Palais, 14 mai-13 juillet. Exposition de la Société des Artistes décorateurs, Paris, H. S. Hermann, 1930.

70 Ibid., n. p.

71 Voir par exemple Edith Rischowski, « Die Wohnung unserer Zeit. Raüme aus der “Deutschen Bau-Ausstellung – Berlin 1931” », Innen-Dekoration, 42année, juillet 1931, p. 252-253 et 257 ; J. Badovici, « L’Exposition internationale du bâtiment, à Berlin, 1931 », L’Architecture vivante, automne-hiver 1931, pl. 27 et Jean-Paul Sabatou, « Le sport dans la maison », L’Architecture d’aujourd’hui, 5année, 4série, n°3, avril 1934, p. 94.

72 Voir par exemple Ibid., p. 96 ; J. Badovici, « L’Exposition internationale du bâtiment, à Berlin, 1931 », art. cit., p. 23 et pl. 46-47 ; E. Rischowski, « Die Wohnung unserer Zeit...», art. cit., p. 252, 254 et 258-260 ; B., « Einige Erläuterungen zu den Abbildungen Seite 258-262 », Innen-Dekoration, 42année, juillet 1931, p. 262 et Alexander Schwab, « Anmerkungen zur Bauausstellung », Die Form. Zeitschrift für gestaltende Arbeit, 6année, n°6, 15 juin 1931, p. 211.

73 Y. Rambosson, « Les nouvelles dispositions du logis », art. cit.

74 Jean-Paul Sabatou, « Le sport dans la maison », art. cit., p. 94.

75 M. Arbaud, « Où faire sa culture physique ? », art. cit., p. 35.

76 Lysiane Bernhardt, « Confort chez soi », Art et industrie, mai-juin 1936, p. 25.

77 Georges Eude, « Le coin de culture physique », Art et décoration, n°48, octobre-novembre 1955, p. 16-17.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jean Bruller, dessin d’une chambre à coucher
Crédits Art et industrie, mars 1932, p. 23
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 2 : Maurice Dufrène, salle de culture physique de la villa d’Émile Mathis, Le Hohwald, vers 1932
Crédits L’Art vivant, n°197, octobre 1935, p. 226
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 : Robert Mallet-Stevens, salle de sport de la villa Noailles, Hyères, vers 1927
Crédits Vie à la campagne, vol. 80, n° exceptionnel, 15 avril 1933, p. 29
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 4 : H. Joubert, dessin d’une sportive s’exerçant à domicile
Crédits Le Décor d’aujourd’hui, n°6, septembre 1934, p. 35
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 5 : Charlotte Perriand, Travail et sport, 1927-1928
Crédits Répertoire du goût moderne, Paris, Albert Lévy, n°2, 1929, pl. 19
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 6 : Walter Gropius, Salle de réunion d’une maison de dix étages, Salon des artistes décorateurs, 1930
Crédits Mobilier et décoration, juin 1930, p. 273
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2747/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Cerman, « Sports à domicile »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2747 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2747

Haut de page

Auteur

Jérémie Cerman

Jérémie Cerman est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Sorbonne Université, où il enseigne l’histoire des arts décoratifs et du design, et membre du Centre André Chastel. Spécialiste des périodes Art nouveau et Art déco, il a notamment publié les ouvrages Le papier peint Art nouveau. Création, production, diffusion (Mare & Martin, 2012), et, sous sa direction, Les années 1910. Arts décoratifs, mode, design (Peter Lang, 2021). Il a consacré divers travaux à la circulation et aux usages des modèles d’ornements, à l’activité des ateliers de dessin industriel ainsi qu'à l’art des boutiques dans l’entre-deux-guerres. Il étudie également, depuis plusieurs années, l’œuvre du décorateur Maurice Dufrène (1876-1955).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search