Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10« Art ou kitsch ? »

« Art ou kitsch ? »

Homoérotisme sportif et culture visuelle dans les revues francophones d’après-guerre
Damien Delille

Résumés

La culture physique perpétue l’activité sportive de développement musculaire héritée de l’Antiquité et redécouverte à la fin du xixe siècle pour régénérer la santé morale et physique de l’homme. Les premières revues de culturisme valorisent la construction d’une virilité musclée, mise en scène dans les photographies dont les modèles imitent les poses des statues antiques et peu à peu exposée sur les plages de l’été. Avant la Seconde Guerre mondiale, avec l’émergence de revues francophones ouvertement homosexuelles comme Der Kreis, puis après-guerre, avec Futur et Juventus, s’opère un détournement homoérotique de l’imagerie sportive, dont il s’agit d’étudier les mécanismes de vision. Deux modèles de masculinité s’opposent : d’une part, l’apologie d’un corps juvénile, en osmose avec la nature helvétique et de l’autre, la création d’un stéréotype du culturisme américain, offert au regard du lectorat homosexuel. L’analyse attentive de ces constructions visuelles permet d’envisager l’homoérotisme sportif comme la contestation et le renouvellement des normes de masculinité, à travers la transformation du corps des hommes en objet de désir et de plaisir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Johann Joachim Winckelmann, Pensées sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture(...)
  • 2 Dr Ducornet, « Les Dix Commandements de l’Hygiène », La Culture physique, no 49, février 1907, p. 2 (...)
  • 3 Mentionné dans « Notre couverture », La Culture physique, no 474, octobre 1929, p. 296. Voir aussi (...)

1Dans ses Pensées sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture, Johann Joachim Winckelmann évoque l’empreinte du corps nu des jeunes athlètes en pleine action sportive, laissée dans le sable. Origine potentielle de la sculpture, l’empreinte est une manière détournée d’érotiser la beauté idéale masculine. La nostalgie de l’éducation sportive antique implique le mouvement physique, la compétition et la rigueur pour se préparer à la guerre. Le vêtement ne doit pas gêner l’action sportive. « Les jeunes Spartiates étaient si court et si légèrement vêtues qu’on les appelait les “montreuses de hanches”1 », rajoute Winckelmann, ce qui est bien loin du costume imposé par la bourgeoisie qui enserre les hanches, les cuisses et la gorge. Cet idéal classique constitue le cœur de l’imagerie sportive masculine qui se développe au xixe siècle en Europe et aux États-Unis. Inspiré de ces préceptes moraux, Edmond Desbonnet (1868-1953) modernise la culture physique en ouvrant plusieurs salles de sport à Paris, où il y applique ses méthodes, publiées dans la revue La Culture physique (1904-1962). À partir d’une forme de darwinisme social tiré des thèses d’Herbert Spencer, Desbonnet fait la promotion d’instruments de travail efficaces pour acquérir force, santé et beauté. Il s’agit de fortifier les organes internes et d’améliorer la santé physique et morale de l’homme. Dans « Les Dix Commandements de l’Hygiène », le sixième point est justement dédié à l’hygiène du vêtement : « Se bien vêtir, c’est conserver à son corps, avec la liberté de ses mouvements, sa chaleur nécessaire ; le préserver de toute variation brusque de la température2 ». Lors des concours, le port d’un slip ou d’une feuille de vigne est préconisé pour souligner les muscles et rester décent. Bien avant sa commercialisation autour des années 1910, Desbonnet semble inventer en 1883 un slip pour homme porté dans ses classes de culturisme3.

  • 4 Souvent analysée dans la revue, cette pratique est initiée par Desbonnet dès la fin du xixe siècle (...)
  • 5 Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été, Paris, Anamosa, 2017, p. 2 (...)
  • 6 La culture physique, « Inutile réponse à un “Gymnète” malheureux dévoyé, qui se proclame adepte de (...)
  • 7 Voir notamment Thomas Waugh, Hard to Imagine: Gay Male Eroticism in Photography and Film from their (...)

2La glorification du corps masculin n’est pourtant pas sans équivoque. Winckelmann suggère à demi-mot l’initiation sexuelle de la pédérastie antique, tandis que les rapports modernes entre hommes dissimulent un érotisme latent. Desbonnet insiste sur la place du miroir dans les salles de sport, afin d’imiter les chefs-d’œuvre antiques, obtenir la bonne contraction musculaire et atteindre le corps désiré4. À partir des années 1930, la culture physique d’intérieur va davantage s’extérioriser grâce aux nouveaux loisirs de plein air comme la voile, le tennis ou la natation. Comme l’explique Christophe Granger, la mise en scène des corps musclés sur les plages d’été annonce « l’avènement d’un ordre proprement saisonnier des corps et des rapports aux corps5 ». Le risque est de dévoyer ce corps musclé et semi-vêtu, offert au regard lubrique des passions jugées négatives, notamment celles des homosexuels, comme le dénonce La Culture physique en 19306. C’est à l’intersection de la culture sportive, de ses origines esthétiques et de sa diffusion dans la presse spécialisée de l’époque que se développe le tournant visuel de l’homoérotisme d’après-guerre. Objet de réappropriation homosexuelle, le modèle du sportif viril devient un alibi érotique, déjà bien analysé dans le contexte américain des cultures gays pré-Stonewall7. Il en va différemment du contexte européen qui intègre progressivement, mais non sans résistances, l’homoérotisme sportif venu des États-Unis. À travers l’étude visuelle de ces revues homosexuelles diffusées en Suisse et en France émergent de nouvelles performances physiques qui exaltent les corps libérés des plages d’été.

1. Idéal masculiniste et homoérotisme germanique

  • 8 Voir Emmanuel Cooper, Fully Exposed: The Male Nude in Photography, London/New York, Routledge, 1990 (...)
  • 9 Voir Damien Delille, « L’œil inverti. Homoérotisme et culture visuelle dans les revues Der Eigene e (...)
  • 10 Voir sur le sujet, Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, (...)
  • 11 Georges Vigarello, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jour (...)

3Au début du xxe siècle, les premières revues masculines ouvertement homosexuelles tentent d’inscrire l’esthétique homoérotique au cœur d’une économie visuelle héritée de l’imagerie sportive. Les études gays et lesbiennes ont souligné le rôle de la presse spécialisée dans la transmission de ces désirs par le regard, sans pour autant interroger l’articulation entre le visuel et le tactile du papier journal, qui mène à la rencontre entre hommes8. L’accès à la photographie invite à construire un imaginaire collectif homoérotique, issu des désirs individuels mis à disposition du lecteur. La pratique des sports de plein air accompagne ce régime visuel dans la première revue homosexuelle allemande, Der Eigene (1896-1932). Pour son fondateur, Adolf Brand (1874-1945), la revue devient le support d’une communauté d’esprit « masculiniste », où la femme est rejetée des lieux de sociabilité9. Dans l’un des premiers articles consacrés à l’esthétique homoérotique, les conduites corporelles de l’héliotropisme et du nudisme sportif régénèrent le corps glorieux de l’adolescent10. Le port du caleçon court est toutefois préconisé en public, afin de contourner l’interdit judéo-chrétien de la nudité. Comme le souligne Georges Vigarello, c’est au début du xxe siècle que la rupture est définitive entre l’esthétique des vêtements “enveloppants” et celle des vêtements “découvrants”11 », qui laissent notamment apparaître les jambes.

  • 12 Sur la revue Der Kreis, voir notamment Teresa Vena, « Le journal homosexuel zurichois Der Kreis », (...)
  • 13 Voir Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, P (...)
  • 14 Voir Thierry Delessert, « Les Homosexuels sont un danger absolu » : homosexualité masculine en Suis (...)

4L’homoérotisme moderne hérité de la vision antique se poursuit dans les années 1930 en Suisse allemande. En 1932, année de dissolution de la revue Der Eigene, est publiée à Zurich la revue « Bannière de l’amitié Suisse12 » (Freundschafts-Banner), qui prend par la suite le nom de Der Kreis, Le Cercle (1943-1967). Ses fondatrices, Laura Thomas et Anna Vock (1885-1962), créent dès 1931 un Club de l’Amitié féminine pour défendre l’homosexualité et lutter contre sa pénalisation dans le Code pénal suisse. À partir de 1934, elles s’associent à un proche de Brand, Karl Meier (1897-1974), propriétaire du cabaret zurichois Le Cornichon, et débattent dans les colonnes de Der Kreis de la pénalisation de l’homosexualité en Allemagne, avec le fameux paragraphe 17513. Après l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933, de nombreux Allemands se réfugient en Suisse. En Grande-Bretagne comme aux États-Unis et en Allemagne, les lois anti-sodomites sont sévèrement appliquées tandis qu’en Suisse, le Code pénal est plus souple. Les relations homosexuelles avec ou sans consentement entre militaires, les actes sexuels entre majeur et mineur, les abus de détresse et la prostitution continuent d’être condamnés. Le Code civil suisse dépénalise cependant dès 1942 les relations homosexuelles entre adultes consentants14.

  • 15 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 12, 1944, p. 5 et no13, 1945, p. 9.

5La revue Der Kreis en profite pour publier la même année une nouvelle version franco-germanophone, ne portant dorénavant que sur l’homosexualité masculine, avec une abondante série d’illustrations. À travers l’imagerie sportive de corps habillés ou totalement nus, l’homosexualité réprimée en Europe vient à s’exprimer plus librement en Suisse. Dans la continuité des revues allemandes marquées par le naturisme, Der Kreis exalte une masculinité helvétique construite à travers l’image d’hommes qui portent, ou non, des maillots de bain en pleine montagne15 (Fig. 1).

Fig. 1 : « In der herbstlichen Sonne »

Fig. 1 : « In der herbstlichen Sonne »

Der Kreis, vol. XII, n°5 mai 1944, p. 11

ETH Zürich e-periodica

  • 16 Ibid., no 12, 1944, p. 7.

6La revue fait appel à des agences photographiques de presse internationales, afin de publier les exploits sportifs provenant des plages australiennes ou américaines16. Les cadrages rapprochés et les poses suggestives imposent une seconde lecture encline à satisfaire les désirs du lectorat encore restreint, la revue n’étant alors diffusée qu’à une centaine d’exemplaires. Sans publier un quelconque article sur le sujet, l’intention est claire : faire de la pratique de sport de plein air un alibi pour exposer les corps homoérotisés.

  • 17 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 11, 1943, p. 4 et 12. Les premières p (...)
  • 18 Der Kreis Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 14, 1946, p. 10, « In der Oktobersonne (...)

7En 1943, la publication croisée d’une statue moderne et d’une photographie en noir et blanc d’un corps d’homme nu consolide l’imagerie homoérotique de la revue. La sculpture Le Blessé (vers 1920) du tchèque Jan Stursa (1880-1925), dont la pose des muscles en tension exprime une douleur intérieure, dialogue avec l’image d’un corps recroquevillé sur lui-même, probablement du photographe américain George Platt Lynes (1907-1955)17. Dans une autre image, peut-être due au même photographe, intitulée « Sous le soleil d’octobre18 », l’œil photographique en cadre plongé semble caresser les muscles huilés de sa peau (Fig. 2).

Fig. 2 : « In der Oktobersonne »

Fig. 2 : « In der Oktobersonne »

Der Kreis, vol. XIV, n°10, octobre 1946, p. 11

ETH Zürich e-periodica.

  • 19 Voir en particulier C. Granger, La Saison des apparences…, op. cit., p. 37-95.
  • 20 Voir Bernard Andrieu, Bronzage. Une petite histoire du soleil et de la peau, Paris, CNRS éditions, (...)

8Cette forme d’héliotropisme photographique s’inscrit au cœur de l’esthétique des corps d’été dont parle Christophe Granger19. Le contraste entre la peau tannée par le soleil et le maillot de bain d’une blancheur immaculée rappelle la saison du bronzage, qui apparaît au début du xxe siècle20. Un nouveau regard se porte sur ces silhouettes élancées et ces muscles qui deviennent une parure naturelle à perfectionner.

  • 21 « Joh. Joachim Winckelmann. Zum 175 Todestag », Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue men (...)
  • 22 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 18, 1950, p. 1.
  • 23 Charles Welti, « À propos de la “partie française” du Cercle », Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatssc (...)
  • 24 Ibid.

9C’est dans la publication de différents récits de rencontres amoureuses et dans les théories esthétiques que le projet homoérotique se confirme. Un hommage est rendu à l’amitié amoureuse entre hommes évoquée par Winckelmann et les relectures qu’en donne Goethe afin de justifier de l’idéal de beauté masculine venu du passé21. D’autres écrits poétiques du mentor et ami de Goethe, Johann Gottfried von Herder (1744-1803), relatent l’amitié grecque entre hommes qui prend forme dans l’image des corps nus22. Par juxtaposition, le texte de Herder épouse la silhouette de deux hommes enlacés, dessinée par l’artiste allemande Renée Sintenis (1888-1965). La publication de ces articles durant les années 1950 tente de donner une forme de dignité et de respectabilité historique au projet, tandis que de nombreux débats relatifs à la psychologie sexuelle offrent une crédibilité scientifique aux tentatives de dépénalisation de l’homosexualité en Europe. Le correspondant francophone, Charles Welti (1902-1999), répond d’ailleurs aux objections du lectorat français sur les contenus « trop bourgeois, pas assez extravagants, pas assez osés surtout23 » de la revue. La respectabilité doit permettre à la revue de « rester la “carte de visite” de “notre monde”24 ». Cette discrétion revendiquée, qui condamne notamment la prostitution, tranche singulièrement avec le caractère de plus en plus sensuel des modèles masculins reproduits en photographie.

2. Culturisme à l’américaine et érotisme voilé

  • 25 Connu pour son œuvre littéraire et poétique sous le pseudonyme d’Henry Benrath.
  • 26 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 14, 1946, p. 10. Voir La Culture phys (...)
  • 27 Voir en particulier Harvey Green, Fit For America: Health, Fitness, Sport, and American Society, Ba (...)

10De l’imagerie sportive détournée aux corps homoérotiques, les échanges s’intensifient dans le contexte de libération des mœurs d’après-guerre. Afin d’illustrer le récit du journaliste Albert H. Rausch (1882-194925) de sa rencontre érotique avec un jeune bédouin, la revue suisse publie un cliché du culturiste arménien Georges Manoukian le montrant ballon de plage au bras et portant un maillot de bain à motif léopard : cette image spectaculaire avait fait la couverture de La Culture physique en 193926. Issue des médias populaires américains d’avant-guerre, cette nouvelle image du corps musclé s’intègre à présent aux récits policés de la revue suisse. Imitant les canons antiques avec la pose en contrapposto, le culturiste suit les formes de la rationalité moderne. Dos droit, larges épaules, petite taille et ventre plat, le style hygiéniste s’inscrit dans la diététique sportive voulue par la masculinité moderne27. Différente du corps helvétique, moins musclé et plus naturel, l’esthétique culturiste à l’américaine s’impose progressivement.

  • 28 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 17, 1949, p. 4. Voir Mountain Men: Th (...)

11À partir de 1949, l’influence des agences photographiques de culturisme américain transforme l’érotisme des corps d’été en machine de compétition. La revue suisse publie les photographies de la Western Photography Guild, créée en 1947 par le photographe Don Whitman (1917-1998)28. Le décor helvétique est remplacé par les paysages rocheux de la région de Denver, dans le Colorado, qui accueille à partir de 1950 une compétition de bodybuilding (Fig. 3).

Fig. 3 : « Western Photography Guild Denver, Colorado »

Fig. 3 : « Western Photography Guild Denver, Colorado »

[Sans titre], Der Kreis, vol. XX, n°8, août 1952, p. 14 et 15

ETH Zürich e-periodica

  • 29 Voir Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 19, 1951, p. 12, « Atelier Lutz, (...)

12Plusieurs recommandations sont préconisées par Don Whitman : ne pas tendre les muscles par l’exercice physique avant la pose, avoir les cheveux fraichement coupés, des poils non taillés et s’appliquer une huile sur le corps. L’élan dynamique de la posture souligne les muscles saillants, l’utilisation d’effets de réverbération lumineuse pour adoucir et harmoniser le grain de la peau. De nombreux clichés rejouent les références éculées de la nudité masculine en peinture, comme l’œuvre Jeune homme nu assis au bord de la mer (1834) d’Hippolyte Flandrin29. Le culte mécanique du muscle travaillé valorise la force physique et consolide les stéréotypes visuels de l’homme viril. Amateurisme helvétique contre professionnalisme américain, deux conceptions de la culture physique s’affrontent. La construction d’une masculinité hypervirile américaine tend à dominer la nature, en décalage avec le corps de jeunes garçons montagnards, sans muscles apparents, au bord de lacs, ainsi évoqués par une citation de Goethe dans la revue Der Kreis, tirée de ses voyages en Suisse :

  • 30 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 17, 1949, p. 8. Sur l’homosexualité e (...)

J’inviterai Ferdinand à se baigner au bord du lac, ce qu’il est magnifiquement formé mon jeune ami ! Quelle proportion de toutes les parties ! Quelle pureté des formes, quelle gloire de la jeunesse, quel bonheur pour moi d’avoir enrichi mon imagination de ce modèle accompli de la nature humaine ! Je peuple maintenant les forêts, les près et les hauteurs de si jolies formes : je le vois comme Adonis poursuivre le sanglier, comme le Narcisse se mirer dans une source…30.

  • 31 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, n°19, 1951, p. 5.

13Le régime économique des images produites par Whitman contribue à accentuer ces différences. Frôlant la mécanique publicitaire, le culturiste américain se montre s’abandonnant à la nature pour mieux la dompter et éveille un sentiment de domination dans l’œil du lecteur devenu voyeur. Dans la série photographique de Spartan of Hollywood, pseudonyme du danseur Constantine Hasselevris (ou Hassalevris, 1913-1982), reconverti en 1947 dans la photographie, le procédé devient industriel et finit par pervertir le message original de la pratique sportive. Le modèle, Peter Gordon, reprend des poses stéréotypées du cinéma hollywoodien et son image s’inscrit au cœur d’une diffusion de masse. À partir de la publication d’une photographie de Gordon l’air menaçant, portant artificiellement un couteau à la main, la revue suisse s’interroge en légende : « Kunst Oder Kitsch31 ? ».

  • 32 T. Waugh, Hard to imagine…, op. cit., p. 56-78.

14Comme le souligne Thomas Waugh, la pratique du culturisme homogénéise les désirs masculins et construit une identité américaine ambivalente, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale32. La circulation des images détournées fait de l’imagerie sportive un prétexte marchand pour stimuler le plaisir homoérotique des lecteurs. Cette forme de consommation s’inscrit plus largement, selon Waugh, dans une économie communautaire composée d’agents, de modèles et de lecteurs consuméristes qui placent le désir entre hommes au cœur des résistances aux canons hétérosexuels de la beauté masculine, où la femme est complètement absente. La consommation d’images homoérotiques constitue le premier stade d’une acceptation des désirs et des plaisirs par la stimulation corporelle. L’imagerie de ces revues d’après-guerre défie clairement, selon Waugh, l’oppression et l’isolement, créant un rapport avec autrui comme source potentielle de plaisir.

3. Homoérotisme sportif et vestimentaire en France

  • 33 F. Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe…, op. cit., p. 160. Voir Julian Jackson, Arcadie  (...)
  • 34 Voir Jacques Girard, Le Mouvement homosexuel en France : 1945-1980, Paris, Syros, 1981, p. 31-33.

15Les processus d’appropriation et de diffusion d’une imagerie homoérotique sportive cryptée répond à des enjeux politiques et culturels différents en France. La revue bilingue Der Kreis accueille notamment les articles de collaborateurs parisiens comme André Baudry (1922-2018), fondateur de la revue Arcadie (1954-1982). Cette revue française s’inscrit dans la même veine que Der Kreis, recherchant la respectabilité sociale mais n’accueillant que peu, voire pas, d’illustrations et de photographies. De fait, l’« individualisme jouisseur33 » propre à la tradition française n’est pas propice, selon Florence Tamagne, à l’accueil d’un militantisme homosexuel en France, dans le contexte d’un État répressif d’après-guerre. À la Libération, l’âge de la majorité sexuelle est abaissé à quinze ans pour les hétérosexuels, à vingt et un ans pour les homosexuels, décret de février 1945 rendu possible grâce au parti chrétien-démocrate (MRP) issu de la Résistance. C’est dans ce contexte qu’apparaît Futur (1952-1956), revue homosexuelle au ton anticlérical et anti-puritain de défense des droits des homosexuels, fondée par un jeune homme, un certain Jean Thibault34. Cette revue est encore peu étudiée, alors qu’elle représente un jalon important dans l’homoérotisme visuel des années 1950.

  • 35 Futur, février 1955, p. 1.
  • 36 Der Mann in der Photographie – L’homme, sujet de l’art photographique – L’uomo sogetto d'arte fotog (...)

16S’inspirant du journal satirique Le Canard enchaîné dans son format « quotidien » de grandes pages à colonnes, Futur accueille les illustrations du caricaturiste Henri Oriouls. Les rares photographies, provenant notamment de la revue danoise homosexuelle Vennen (1949-1974), aident à illustrer la pratique sportive35. Le contexte français oblige en effet la revue à renoncer aux photographies explicites et à renvoyer le lectorat à l’album publié en 1952 par la revue Der Kreis36. Cet ouvrage constitue une compilation des dix années de publication de photographies de nus masculins, premier opus homoérotique multilingue, sans véritable contenu éditorial. À partir de 1957, la censure de la presse se durcit en France, avec l’interdiction de vente de plusieurs magazines de culturisme importés de l’étranger, comme Physique Pictorial, Body Beautiful ou Tomorrow’s Man.

  • 37 « Sport naturisme », Futur, no 4, 1955, p. 1.
  • 38 Ibid.
  • 39 Fil de caoutchouc filé avec du coton, de la soie, de la laine ou une fibre synthétique.
  • 40 Voir S. Cole, L’Histoire des sous-vêtements masculins, op. cit., p. 71-77.

17Le contexte répressif n’empêche pas Futur de débattre des tenues sportives de plage et des pratiques du culturisme. Dans la rubrique mensuelle « Sport naturisme37 », les rédacteurs évoquent le rôle des sports de plein air dans l’éducation de la jeunesse. Jean Thibault dénonce le moralisme désuet consistant à restreindre l’activité et la liberté de porter des vêtements courts. Le port des maillots de bain en Espagne témoigne par exemple de nouvelles modes propices à la liberté des mœurs. L’article mentionne notamment les maillots dits « fleuves » portés par les femmes et leur pendant masculin, avec la « culotte de sport38 » qui fait l’objet d’une surveillance de la police. Rappelons qu’à partir de 1928, le maillot de bain pour homme sans jambe est commercialisé et couvre le torse pour s’arrêter en haut des cuisses. Il faut attendre 1935 pour que soit autorisé le dévoilement en public de la poitrine jusqu’au nombril et en haut des cuisses, avec une fabrication en rayonne ou en lastex39 qui permet un séchage plus rapide40.

  • 41 C. Granger, La Saison des apparences…, op. cit., p. 142-152.
  • 42 Ibid., p. 146.
  • 43 « Sur les plages espagnoles… », Futur, no 2, 1955, p. 1.
  • 44 Ibid.

18Durant l’entre-deux guerres, l’exposition des corps dévêtus devient un enjeu crucial dans le contrôle des pulsions sexuelles, participant, selon Christophe Granger, aux mêmes processus de civilisation des mœurs analysés durant cette période par Norbert Elias41. Au moment où les gestes obéissent au nouveau maintien moral, un « régime des corrections des regards42 » s’opère dans l’« inattention respectueuse » des corps exposés. Ce processus de désintéressement visuel des corps se poursuit après-guerre dans les manières de délimiter le caché du révélé, en accord avec les lieux où ces tenues de bain sont portées. Dissociée des pratiques culturistes, l’exaltation de la virilité sur la plage fait l’objet de censure et de poursuites policières en France. L’article de Futur évoque notamment la création d’une culotte de sport créée par un certain Daniel Parker, composée d’un short long à la ceinture froncée et muni d’un « dispositif anti-indécence breveté pour l’éternité43 », en forme de coquille, fixé sur le devant de la culotte. Il s’agit de protéger les jeunes adolescents du regard indécent de leurs aînés et d’éliminer les courbes trop suggestives de leur entre-jambe. La nouvelle mode des maillots de bain sportifs représente toutefois un avantage certain selon le journaliste, puisqu’il permet de « voir libres ces beaux corps juvéniles ou adultes44 ».

  • 45 « Sport naturisme », art. cit., p. 1.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.

19La bonne pratique sportive devient un enjeu de santé publique face au culturisme, « sport industrie45 » de la « civilisation mécanique » américaine. « Le culturisme va-t-il faire fausse route ? 46 », s’interroge Futur, face à la course aux records physiques dont témoigne la mise en image du corps hyperviril. « Peut-être les avez-vous contemplés sur du beau papier satiné, ces énormes paquets de muscles hypertrophiés qui ne ressemblent plus guère à des bras, ces seins quasi féminins à force d’être volumineux, ces torses de lutteurs de foire caricaturés ? 47 » Futur fustige bien moins la pratique sportive que l’obsession du résultat visible. Seule la revue Apollon-Vénus, fondée en 1946 par le culturiste et inventeur du terme Marcel Rouet, évite cet écueil. S’inspirant des principes de Desbonnet, sa méthode de Santé et Beauté Plastique s’appuie sur une conception médicale de relaxation psychosomatique et de concentration intellectuelle :

  • 48 Marcel Rouet, Santé et beauté plastique, méthode pratique de culture physique... répertoire de tous (...)

[…] il existe une méthode beaucoup plus efficace pour le repos parfait de l’esprit et du corps, c’est la pratique de l’isolement. Lorsque, par des exercices répétés, vous aurez conquis le pouvoir de vous isoler des impressions extérieures, acquis la facilité de relâcher absolument vos muscles au gré de votre volonté, alors seulement vous connaitrez le repos48.

20Cette méthode alternative n’empêche pas la revue de diffuser en France les clichés du culturisme à l’américaine.

4. Esthétique Beefcake et réappropriation

  • 49 La revue est mentionnée dans l’histoire des homosexualités en France, sans faire l’objet d’une étud (...)
  • 50 Pierre Mullet, « Sable d’or et beaux muscles », Juventus, no 2, juin 1959, p. 9.
  • 51 Ibid.

21Ces débats trouvent un nouvel écho dans Juventus (1959-1960), autre revue homosexuelle française d’après-guerre, au format plus petit et à la diffusion plus confidentielle49. Dans le premier numéro sont évoquées diverses activités sportives, comme l’ouverture d’une salle de culture physique privée, restée à l’état de projet. Le ton éditorial, moins politique et plus sociétal, se retrouve dans l’article du journaliste Pierre Mullet intitulé « Sable d’or et beaux muscles50 ». Ce dernier évoque les efforts à fournir pour espérer flirter avec un athlète durant les vacances d’été. Bien que fasciné par la pratique du culturisme qui s’étend à présent sur les plages françaises, le narrateur avoue avec amertume : « Ces athlètes […] sont des têtes de linottes doublées de prétentieux. Mieux vaut beaux muscles que gros muscles et la gonflette n’est pas mon fait. J’ai horreur du toc et préfère rester tout habillé plutôt que de me donner ainsi en spectacle. Le surhomme me fait l’effet d’un monstre et la littérature américaine est responsable de tout cela51. »

  • 52 Germaneau, « Divagations sur le blue-jean », Juventus, no 4, septembre 1959, p. 27.
  • 53 Ibid.

22La contemplation esthétique des corps musclés cède à la diététique sportive et à la rigueur martiale du culturisme, moins intéressantes aux yeux du narrateur. Dans la revue, la valorisation du corps viril est nuancée par d’autres articles portant sur l’apparence vestimentaire issue des phénomènes de jeunesse comme les beatniks, potentiels « voyous homosexuels52 », et le port du blue-jean : « Vêtement de virilité, il exagère l’horreur des gros fondements mous retombant à mi-jambe. Vêtement de vérité, il dit tout ce qu’il sait et ne supporte ni la modestie ni la vantardise. Aussi renoncerez-vous au blue-jean si vous êtes en même temps bedonnant et fessu53. » La revue Juventus tente d’atténuer l’attirance des lecteurs pour les corps hypervirils des culturistes américains, avec la publication, tout au long de sa brève existence, de photographies de jeunes garçons en tenue de ville ou au bord des plages, affichant des poses suggestives (Fig. 4).

Fig. 4 : Juventus, n°6, novembre 1959, dos de couverture

Fig. 4 : Juventus, n°6, novembre 1959, dos de couverture

Papier

Collection privée.

23La naissance d’un homoérotisme sportif en photographie conduit finalement à imaginer d’autres corps fantasmés en dessin et en peinture. Les illustrateurs s’appuient sur l’exagération outrancière des poses des culturistes et la valorisation de leurs attributs sexuels pour exalter une virilité parodique. Le peintre et illustrateur français Jean Boullet (1921-1970) participe, dès leurs débuts, aux revues Der Kreis et Juventus, afin de mettre en image l’évocation littéraire de la rencontre amoureuse (Fig. 5).

Fig. 5 : Jean Boullet. Juventus, n°2, juin 1959, p. 5 et 6

Fig. 5 : Jean Boullet. Juventus, n°2, juin 1959, p. 5 et 6

Papier

Collection privée

  • 54 Voir récemment Jean Boullet, Passion et Subversion, textes de Denis Chollet, cat. exp., Paris, gale (...)

24C’est durant cette période qu’il illustre de nombreux romans de Jean Cocteau, Raymond Radiguet et Boris Vian, tout en publiant ses productions graphiques dans des revues surréalistes et fantastiques comme Aesculape et Bizarre54. L’érotisme masculin se teinte d’une étrangeté sexuelle que l’artiste cultive dans ses dessins aux silhouettes proches de celles de Cocteau.

  • 55 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 21, 1953, p. 5, « Morning » et p. 12, (...)
  • 56 Voir récemment Gilad Padva, « Foucauldian Muscles: Celebrating the Male Body in Thom Fitzgerald’s B (...)
  • 57 Littéralement « Monsieur Muscle ».

25À l’inverse, la revue Der Kreis accueille les peintures de George Quaintance (1902-1957) et sa vision édulcorée de la masculinité américaine, à travers la reprise des codes publicitaires du genre. Avec son compagnon Victor Garcia, présenté comme modèle photographique dans la revue suisse, Quaintance détourne les codes du culturisme en une version burlesque55. Les poses sont explicites, avec la mise en scène du savonnage de jeunes athlètes, la mousse couvrant leurs parties génitales, ou dont le blue-jean dissimulant autant qu’il dévoile le sexe du modèle. Ces mises en scène ne sont clairement qu’un prétexte ostensiblement parodique pour souligner l’érotisme entre hommes, sous couvert d’art. À partir de 1951, ces peintures servent de couverture à la revue américaine de culturisme crypto-homosexuel de Bob Mizer (1922-1992), Physique Pictorial56. Sur le même principe que Don Whitman, Mizer ouvre à Los Angeles une agence de modèles masculins pour les photographes, illustrateurs publicitaires et peintres comme Quaintance. L’esthétique dite beefcake57 devient le creuset des pratiques érotiques des subcultures homosexuelles dans les années 1950 et 1960, comme un équivalent masculin aux poses cheesecake des pin-ups féminines.

  • 58 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 19, 1951, p. 2, « Paul Cadmus, New Yo (...)

26La spécificité de l’imagerie homoérotique tient in fine à la mise en scène du corps masculin devenu objet de désir. Les normes visuelles de la féminité érotisée sont détournées par l’érotisation inverse de la masculinité. Ce processus est déjà engagé avant-guerre dans les peintures moins suggestives de Paul Cadmus (1904-1999), comme la peinture Réflexion (1944) reproduite dans Der Kreis en 195158. Après-guerre, l’esthétique du corps semi-nu masculin, exposé de manière frontale, joue sur l’image valorisante du corps régénéré mais aussi sur un voyeurisme de masse lié à la consommation des plaisirs homosexuels en voie d’émancipation. Comme l’analyse David Halperin, la culture physique homoérotique entre alors dans un âge industriel, avec la production d’une économie visuelle qui vise à intégrer une population longtemps marginalisée. L’alibi sportif joue un rôle normatif, dans l’acceptation d’une masculinité positive issue des préceptes hygiénistes.

  • 59 David M. Halperin, Saint Foucault, trad. de l’américain par Didier Eribon, Paris, EPEL, 2000, p. 11 (...)
  • 60 G. Padva, « Foucauldian Muscles…», art. cit., p. 61.

27La marchandisation des corps sportifs a cependant un revers. Comme le souligne Halperin, la « normalisation par la marchandisation59 » de l’esthétique beefcake, calquée sur l’imagerie hétérosexuelle, ne conduit-elle pas à annihiler les désirs interdits des homosexuels ? C’est ce que semble suggérer la résistance aux normes visuelles des revues francophones, avec le besoin d’imaginer d’autres corps et d’autres fantasmes érotiques, comme ceux illustrés par Jean Boullet. Halperin rappelle néanmoins que cette période d’après-guerre, prélude à la libération sexuelle des années 1960, conduit à se libérer non pas uniquement d’une structure oppressive mais aussi à pouvoir s’exprimer librement sur sa sexualité. L’érotisation des muscles est une manière de détourner les normes de masculinité cachées et d’envisager, selon Gilad  Padva, le culturisme comme un élément paradigmatique de la culture gay moderne60. Le corps sexualisé des hommes devient, selon Padva, un moyen de résister aux normes et aux oppressions sexuelles, mais aussi, faut-il le rajouter, d’en créer de nouvelles toutes aussi problématiques.

  • 61 Voir à ce sujet, Thomas Waugh, « Cockteaser », dans Pop Out. Queer Warhol, dir. par Jennifer Doyle (...)

28La lecture attentive des revues d’après-guerre en Europe témoigne d’un tournant dans l’économie visuelle de l’homoérotisme hérité de Winckelmann. Elle soumet au lecteur ce nouveau pacte consistant à interpréter le détournement intentionnel de l’imagerie sportive pour en faire une source de partage des désirs et des plaisirs. L’avènement d’un regard homoérotique venu des corps d’été place les cultures visuelles de la presse des années 1950 au cœur d’un nouveau réseau lié aux subcultures homosexuelles, d’abord bien constitué en Suisse, en ordre plus dispersé en France, et en voie de professionnalisation aux États-Unis. Ces expressions visuelles de plus en plus libres dissimulent certaines nuances, s’agissant en particulier de l’acceptation de la marchandisation des corps soumis au regard masculin et des limites vestimentaires à la décence. La réappropriation artistique de ces corps musclés connaîtra son heure de gloire à travers l’usage qu’en feront les artistes comme David Hockney, Francis Bacon ou Andy Warhol, dans leurs peintures, films et dessins61. C’est à travers la culture physique que la circulation des fantasmes dissimulés et des imaginaires recréés fera évoluer les cultures visuelles homoérotiques, n’attendant que la fin des années 1960 pour être révélées au public.

Haut de page

Notes

1 Johann Joachim Winckelmann, Pensées sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture [1755], traduit de l’allemand par Laure Cahen-Maurel, Paris, Allia, 2005, p. 17. Voir notamment Whitney Davis, Queer Beauty. Sexuality and Aesthetics from Winckelmann to Freud and beyond, New York, Columbia University Press, 2010, p. 23-50.

2 Dr Ducornet, « Les Dix Commandements de l’Hygiène », La Culture physique, no 49, février 1907, p. 28.

3 Mentionné dans « Notre couverture », La Culture physique, no 474, octobre 1929, p. 296. Voir aussi Léon Sée, « Nus ou habillés ? Un référendum », La Culture physique, no 86, août 1908, p. 1233-1236. Shaun Cole ne mentionne pas cette information, mais souligne l’invention potentielle du slip en 1893 par la marque française Petit Bateau (Shaun Cole, L’Histoire des sous-vêtements masculins, New York, Parkstone international, 2010, p. 70).

4 Souvent analysée dans la revue, cette pratique est initiée par Desbonnet dès la fin du xixe siècle et commentée dans un article consacré au nudisme sportif au cinéma, dans Dr Vendeville, « Le chemin de la Force et de la Beauté. L’académie humaine au ciné », La Culture physique, no 433, mai 1926, p. 449-456.

5 Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été, Paris, Anamosa, 2017, p. 29.

6 La culture physique, « Inutile réponse à un “Gymnète” malheureux dévoyé, qui se proclame adepte de la Gymnité », La Culture physique, no 487, novembre 1930, p. 347-348.

7 Voir notamment Thomas Waugh, Hard to Imagine: Gay Male Eroticism in Photography and Film from their Beginnings to Stonewall, New York, Columbia University Press, 1996 et Brian Pronger, Arena of Masculinity: Sports and Homosexuality and the Meaning of Sex, Toronto, University of Toronto Press, 1990.

8 Voir Emmanuel Cooper, Fully Exposed: The Male Nude in Photography, London/New York, Routledge, 1990; Allen Ellenzweig, « Picturing the Homoerotic », dans Queer Representations: Reading Lives, Reading Cultures, éd. par Martin Duberman, New York, New York University Press, 1997, p. 57-68.

9 Voir Damien Delille, « L’œil inverti. Homoérotisme et culture visuelle dans les revues Der Eigene et Akademos », Re-vues. Gestualité du rituel en images/Regard.s homoérotique.s, EHESS, 17, 2020, https://doi.org/10.4000/imagesrevues.7446

10 Voir sur le sujet, Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, PUR, 2004.

11 Georges Vigarello, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Seuil, 2004, p. 168. Voir aussi Histoire du corps, dir. par Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, t. 3, Le xxe siècle : les mutations du regard, Paris, Seuil, 2006.

12 Sur la revue Der Kreis, voir notamment Teresa Vena, « Le journal homosexuel zurichois Der Kreis », Revue suisse d’histoire, vol. 59, no 3,‎ 2009, p. 342-350 et Hubert Kennedy, The Ideal Gay Man: The Story of Der Kreis, London/New York, Routledge, 1999.

13 Voir Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000.

14 Voir Thierry Delessert, « Les Homosexuels sont un danger absolu » : homosexualité masculine en Suisse durant la Seconde Guerre mondiale, Lausanne, Antipodes, 2012, p. 121-124.

15 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 12, 1944, p. 5 et no13, 1945, p. 9.

16 Ibid., no 12, 1944, p. 7.

17 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 11, 1943, p. 4 et 12. Les premières photographies créditées de Platt Lynes sont publiées à partir de 1950.

18 Der Kreis Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 14, 1946, p. 10, « In der Oktobersonne ».

19 Voir en particulier C. Granger, La Saison des apparences…, op. cit., p. 37-95.

20 Voir Bernard Andrieu, Bronzage. Une petite histoire du soleil et de la peau, Paris, CNRS éditions, 2008 et Pascal Ory, L’Invention du bronzage. Essai d’une histoire culturelle, Paris, Complexe, 2008.

21 « Joh. Joachim Winckelmann. Zum 175 Todestag », Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 11, 1943, p. 6-7.

22 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 18, 1950, p. 1.

23 Charles Welti, « À propos de la “partie française” du Cercle », Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 21, 1953, p. 9.

24 Ibid.

25 Connu pour son œuvre littéraire et poétique sous le pseudonyme d’Henry Benrath.

26 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 14, 1946, p. 10. Voir La Culture physique, no 593, 1939, p. 1.

27 Voir en particulier Harvey Green, Fit For America: Health, Fitness, Sport, and American Society, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1988 et, plus généralement, Georges Vigarello, « Virilités sportives », dans Histoire de la virilité, dir. par Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, t. 3, La Virilité en crise ? xxe-xxisiècle, Paris, Seuil, 2015, p. 225-248.

28 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 17, 1949, p. 4. Voir Mountain Men: The Male Photography of Don Whitman, dir. par David L. Chapman, London, Aubrey Walter, 1991 et le site internet de la Western photography Guild, https://www.westernphotographyguild.net [date de consultation 01/11/2019]

29 Voir Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 19, 1951, p. 12, « Atelier Lutz, Berlin, 1928 : paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! » et no 21, 1953, p. 1.

30 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 17, 1949, p. 8. Sur l’homosexualité et Goethe, voir notamment Alice A. Kuniar, Outing Goethe & His Age, Stanford, Stanford University press, 1996, p. 165 et Robert Tobin, Warm Brothers: Queer Theory and the Age of Goethe, Philadelphia, University of Pennsylvania press, 2000. La citation a dû être directement traduite de l’allemand, car la version du traducteur Jacques Porchat de 1861-1863 diffère de celle de la revue. Voir Johann Wolfgang von Goethe, Oeuvres de Goethe. Mémoires, volume IX, traduction de Jacques Porchat, Paris, Hachette, 1861-1863, p. 13.

31 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, n°19, 1951, p. 5.

32 T. Waugh, Hard to imagine…, op. cit., p. 56-78.

33 F. Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe…, op. cit., p. 160. Voir Julian Jackson, Arcadie : la vie homosexuelle en France, de l’après-guerre à la dépénalisation, Paris, Autrement, 2009.

34 Voir Jacques Girard, Le Mouvement homosexuel en France : 1945-1980, Paris, Syros, 1981, p. 31-33.

35 Futur, février 1955, p. 1.

36 Der Mann in der Photographie – L’homme, sujet de l’art photographique – L’uomo sogetto d'arte fotografica – The male body in pictures, 100 Photos 1942-1952 / Der KREIS, Zürich, Lesezirkel « Der Kreis », 1952.

37 « Sport naturisme », Futur, no 4, 1955, p. 1.

38 Ibid.

39 Fil de caoutchouc filé avec du coton, de la soie, de la laine ou une fibre synthétique.

40 Voir S. Cole, L’Histoire des sous-vêtements masculins, op. cit., p. 71-77.

41 C. Granger, La Saison des apparences…, op. cit., p. 142-152.

42 Ibid., p. 146.

43 « Sur les plages espagnoles… », Futur, no 2, 1955, p. 1.

44 Ibid.

45 « Sport naturisme », art. cit., p. 1.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Marcel Rouet, Santé et beauté plastique, méthode pratique de culture physique... répertoire de tous les défauts corporels, avec l'indication des exercices à exécuter pour y remédier [1937], Préface du Dr Henri Diffre, 7e éd., Paris, J. Oliven, 1952, p. 73.

49 La revue est mentionnée dans l’histoire des homosexualités en France, sans faire l’objet d’une étude plus approfondie. Voir notamment J. Girard, Le Mouvement homosexuel en France…, op. cit., p. 18 et J. Jackson, Arcadie…, op. cit., p. 103-129.

50 Pierre Mullet, « Sable d’or et beaux muscles », Juventus, no 2, juin 1959, p. 9.

51 Ibid.

52 Germaneau, « Divagations sur le blue-jean », Juventus, no 4, septembre 1959, p. 27.

53 Ibid.

54 Voir récemment Jean Boullet, Passion et Subversion, textes de Denis Chollet, cat. exp., Paris, galerie Au bonheur du Jour, 2013.

55 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 21, 1953, p. 5, « Morning » et p. 12, « Modèle du peintre américain Quaintance ». Voir The Art of George Quaintance, dir. par Volker Janssen, Berlin, Janssen, 1990.

56 Voir récemment Gilad Padva, « Foucauldian Muscles: Celebrating the Male Body in Thom Fitzgerald’s Beefcake », Film Criticism, hiver 2005/2006, vol. 30-2, p. 43-66 et Thierry Hoquet, « Beefcake. Corps gays hystériques et érotiques », Critique, no 764-765, 2011, p. 4-15.

57 Littéralement « Monsieur Muscle ».

58 Der Kreis. Le Cercle. Eine Monatsschrift. Revue mensuelle, no 19, 1951, p. 2, « Paul Cadmus, New York 1950 : Reflection, Gemälde ». Il s’agit de l’œuvre Reflexion, 1944, tempéra à l’œuf sur panneau isorel, 42,5 x 48,2 cm, Yale University Art Gallery.

59 David M. Halperin, Saint Foucault, trad. de l’américain par Didier Eribon, Paris, EPEL, 2000, p. 112.

60 G. Padva, « Foucauldian Muscles…», art. cit., p. 61.

61 Voir à ce sujet, Thomas Waugh, « Cockteaser », dans Pop Out. Queer Warhol, dir. par Jennifer Doyle et Juan Esteban Munoz, Durham/London, Duke University Press, 1996, p. 51-77 et Catherine Howe, « Beautiful Bodies », dans Queer British Art. 1861-1967, éd. par Clare Barlow, London, Tate Publishing, 2017, p. 158-171.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « In der herbstlichen Sonne »
Légende Der Kreis, vol. XII, n°5 mai 1944, p. 11
Crédits ETH Zürich e-periodica
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 2 : « In der Oktobersonne »
Légende Der Kreis, vol. XIV, n°10, octobre 1946, p. 11
Crédits ETH Zürich e-periodica.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 3 : « Western Photography Guild Denver, Colorado »
Légende [Sans titre], Der Kreis, vol. XX, n°8, août 1952, p. 14 et 15
Crédits ETH Zürich e-periodica
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 4 : Juventus, n°6, novembre 1959, dos de couverture
Légende Papier
Crédits Collection privée.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 5 : Jean Boullet. Juventus, n°2, juin 1959, p. 5 et 6
Légende Papier
Crédits Collection privée
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Delille, « « Art ou kitsch ? » »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2860

Haut de page

Auteur

Damien Delille

Historien de l’art et de la mode, Damien Delille est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Louis Lumière Lyon 2. Ses publications portent sur les arts et les cultures visuelles au passage du XXe siècle et dans les pratiques contemporaines, à partir des intersections entre les études de genre et des masculinités, les théorie queer et l’histoire des sexualités. Il a été chargé d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art (2010-2014), où il a collaboré au programme sur l’histoire de la mode et du vêtement, avec l’organisation de séminaires de recherche dont les travaux ont abouti à la publication collective d’une anthologie de textes sources et critiques (éditions INHA-MAD Paris, 2020). L’ouvrage issu de sa thèse de doctorat et intitulé Genre androgyne. Art, culture visuelle et trouble de la masculinité (XVIIIe – XXe siècle) est paru aux éditions Brepols en 2021.
damien.delille[at]univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search