Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Physical Culture

Physical Culture

Une revue pour la régénération de l’idéal physique masculin
Thierry Laugée

Résumés

La notion d’idéal masculin est intrinsèquement liée à celle d’apparence, de mise en image de soi. A l’aube du XXe siècle, un accessoire auparavant attaché au monde du spectacle réapparait dans l’iconographie des culturistes américains : le slip léopard. Ce vêtement aujourd’hui risible était arboré avec sérieux, il était le symbole d’un combat contre la négligence du corps engendrée par l’industrie. En retraçant le parcours du chef de file d’un mouvement pour la revitalisation du corps national, Bernarr Macfadden, cet article entend présenter le combat par l’image de l’homme industriel et de l’homme naturel dans les revues populaires américaines des premières années du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernarr Macfadden, « Solid Comfort and Health for hot weather », Physical Culture, vol. XII, juille (...)

1En juillet 1904, les lecteurs de la revue Physical Culture purent découvrir les  recommandations de son directeur, Bernarr Macfadden (1868-1955), à propos des tenues à privilégier dans l’exercice sportif. Il indique qu’il est souhaitable d’être au plus proche de la nudité, de porter le moins possible de vêtements, de privilégier les tissus absorbants1 ; les illustrations accompagnant l’article étaient censées rendre compte de cet usage [Fig. 1].

Fig 1 : « Al Treloar »

Fig 1 : « Al Treloar »

Illustration n° 1 de Bernarr Macfadden, « Solid Comfort and Health for hot weather », Physical Culture, v. XII, juillet 1904, p. 3

Courtesy of HathiTrust

  • 2 John F. Kasson, Houdini, Tarzan and the Perfect Man: The white male body and the challenge of moder (...)
  • 3 Ibid., p. 32.
  • 4 Sur Sandow, la virilité et l’homoérotisme, voir Michael Anton Budd, The Sculpture Machine. Physical (...)
  • 5 J.F. Kasson, op. cit., p. 11.
  • 6 Sur la carrière de Sandow, se référer à David L. Chapman, Sandow the Magnificent, Eugen Sandow and (...)
  • 7 Eugen Sandow, Sandow on Physical Training. A Study in the Perfect Type of the Human Form, New York, (...)
  • 8 « As a child he was healthy and well-formed, but there was nothing of the prodigy about him, physic (...)
  • 9 J. F. Kasson, op. cit., p. 12.

2Chacune présente Albert Treloar (1873-1960), vainqueur du concours de développement corporel organisé la même année par la revue, simplement vêtu d’un slip de fourrure léopard et de sandales inspirées des cothurnes antiques. Cette tenue, arborée par l’individu consacré « homme parfait » de l’année, ne peut être vue comme un simple choix de confort pour la respiration du corps : il s’agit manifestement d’un choix de mise en représentation de l’idéal masculin prôné par Bernarr Macfadden. Le slip léopard est aujourd’hui associé au caractère grotesque d’une démonstration de force et d’une virilité surannée. Toutefois, replacer cet accessoire dans l’histoire visuelle des États-Unis à l’aube du xxsiècle permet d’envisager plus largement une histoire de la construction visuelle de la masculinité contemporaine. En effet, la tenue en peau de léopard, de panthère ou de tigre est un costume appartenant au monde du spectacle ; il s’agit du vêtement reconnaissable des strongmen et des dompteurs de la fin du xixe siècle, parades d’hommes triomphant de la férocité ou possédant une musculature et une force hors-norme les apparentant à des demi-dieux. Le  slip ou maillot de fourrure est ainsi censé rappeler les prouesses d’Hercule et en particulier son combat contre le lion de Némée. Dans ce cas précis, porter la peau de la  dépouille symbolise le combat passé, elle est supposée doter celui qui la revêt des caractéristiques physiques de l’animal vaincu. Comme évoqué en introduction du présent numéro, c’est avec Eugen Sandow (1867-1925) que le statut du strongman et l’utilisation de la peau de bête furent réinvestis. Ainsi que l’a démontré John F. Kasson, Sandow passa en effet aux États-Unis du statut de strongman à celui de sportif à la suite de son apparition publique à New York à un moment clé de l’histoire américaine, en juin 18932. Un mois plus tôt, un krach boursier avait entraîné une profonde dépression économique. Selon Kasson, en raison du nombre considérable d’employés licenciés, cette dépression s’accompagna d’un « malaise du genre3 », le fait pour beaucoup d’hommes de ne plus être en mesure de répondre aux besoins de sa famille semblant avoir fragilisé la virilité masculine4. La virilité n’était alors plus une condition naturelle mais une qualité à développer et à défendre. C’est  ainsi que Sandow apparut comme un guide pour la masculinité. Après cette première manifestation new-yorkaise du 12 juin 1893, Sandow ne fut plus qualifié de strongman mais d’« homme parfait5 » par la presse ; il n’était plus un phénomène de foire mais l’incarnation d’un nouvel idéal corporel masculin. Fort de ce nouveau statut, il devint instructeur6, et pour endosser au mieux cette responsabilité, il rédigea une autobiographie, élabora des manuels de musculation tels On Physical Training7. Dans cet ouvrage, il insiste sur le fait qu’il était né faible et qu’il s’est construit en tant qu’homme puissant8, argument visant à démontrer que chacun pouvait, à force de travail, devenir à son tour un nouveau Sandow. La carrière de Sandow est révélatrice de la considération nouvelle accordée au  strongman, dépassant le freak – homme étrange – pour incarner un « idéal » ; preuve que la considération du corps est soumise à la situation sociopolitique. Pour l’envisager, il  faut évoquer les liens existants entre Eugen Sandow et Théodore Roosevelt. Les deux hommes se rencontrèrent en 1905 afin d’évoquer la question de leur soutien mutuel à la cause nationale pour le développement du corps9. Ensemble, ils contribuèrent au nouvel intérêt populaire porté au nu masculin, symbole d’une suprématie nationale à reconquérir.

3La pratique de la culture physique permit l’appropriation de cet accessoire du slip de  fourrure, l’incorporant à une nouvelle définition de l’idéal masculin ; le combat ne  semblait plus devoir avoir lieu entre l’homme et l’animal mais entre l’industriel et l’homme naturel. En confrontant l’idéal iconographique défini par les industriels du temps aux préconisations dédiées à l’entretien du corps dans les revues de santé, nous entendons ainsi révéler la dualité de la masculinité dans les représentations et les discours populaires américains à l’aube du xxsiècle.

1. La mécanique du corps

  • 10 « It was a revelation to the public that technical subjects could be handled in simple everyday wor (...)
  • 11 Ibid., p. 117.

4Pour décrypter les enjeux de cette conquête contemporaine de la masculinité, il convient de déterminer ce qui était attendu d’un homme américain durant le premier tiers du xxsiècle et, pour ce faire, il est particulièrement instructif de s’intéresser aux publicités qui lui sont destinées dans la presse. En effet, la publicité permet d’envisager les besoins construits par les entreprises, elle crée des envies, celles de posséder, de connaître, de ressembler ou de paraître. Les encarts publicitaires, souvent délaissés par les chercheurs au profit des  articles, constituent toutefois une ressource de choix pour identifier un canon non pas artistique mais social de l’identité masculine. Si les publicités émanent bien sûr des  industriels ou des entrepreneurs, leur succès dépend essentiellement de la pertinence de  l’expression d’une envie, et de son efficacité sur sa cible. En analysant la récurrence des  campagnes publicitaires, leur mise en page – s’agit-il d’une annonce, d’une pleine page, illustrée ou non, ou accompagnée d’un slogan marquant ? –, l’historien peut saisir les  modalités de la construction de soi à une période donnée. L’élaboration de l’idéal de  virilité dans le premier tiers du xxsiècle américain conduit à se pencher plus particulièrement sur les journaux et revues consacrés aux loisirs masculins. Dans  cette  perspective, la revue Popular Mechanics est particulièrement révélatrice. Cette  publication, destinée aux hommes et vouée à la popularisation des connaissances technologiques, à l’apprentissage de la mécanique et du bricolage, fut fondée par Henry  Haven Windsor (1859-1924) en 1902. Elle devint rapidement une institution en  raison d’un recours significatif à l’image et d’une approche pédagogique touchant les  inventions modernes les plus complexes10 ; ceci au point qu’en 1952, au moment de  célébrer le cinquantenaire de la revue, Wayne Whittaker rédigea un article rétrospectif dans lequel il se targuait que Popular Mechanics avait été lu par des millions d’Américains11. Ce succès avait évidemment attiré les annonceurs, qui envahirent rapidement les pages du magazine. À titre d’exemple, le volume du second semestre 1910 compte 46 pages de publicité, certaines d’entre elles comportant plusieurs dizaines d’annonces ; la cible atteinte par la revue était de toute évidence recherchée par nombre d’industriels de l’époque. La très grande majorité de ces annonces concerne la formation, les  annonceurs proposant des cours par correspondance pour devenir mécanicien, commercial, secrétaire ou même taxidermiste. Les annonces sont alors présentées comme des opportunités pour s’élever économiquement, professionnellement et socialement.

  • 12 Chandlee & Chandlee, « Patent your ideas », Popular Mechanics, vol. XVIII, juillet-décembre 1912, p (...)

5Le dépouillement systématique des encarts publicitaires de cette revue permet d’attester que, jusqu’en 1912, la pratique sportive était totalement absente des pages d’annonces de  Popular Mechanics. De très nombreuses réclames, en pleine page, proclament, à l’instar de la revue elle-même, la grandeur de la technologie, que ce soit à travers les propositions de formations, les offres d’emploi dans l’industrie et l’artisanat ou encore, de manière récurrente, à travers la chasse aux inventions. Cette dernière activité semblait en effet bien lucrative : le cabinet d’avocat Chandlee & Chandlee de Washington n’hésita pas à investir en 1912 dans une pleine page de Popular Mechanics, illustrée d’un Oncle Sam juché sur le  Washington Monument et engageant les lecteurs à faire breveter leurs idées12. Ce cabinet s’était en effet fait une spécialité du dépôt de brevets et de leur commercialisation auprès des industriels. Pour inciter le lectorat à l’innovation, Chandlee & Chandlee, comme  d’autres cabinets, faisait miroiter la fortune à ceux qui avaient des idées, et pour ceux qui n’en avaient pas encore mais étaient dotés d’« un esprit inventif », l’annonceur proposait gratuitement l’envoi d’un ouvrage au titre éloquent, Que faut-il inventer ? :

  • 13 « If you have no invention send for our book, “What to invent?”. It contains hundreds of valuable s (...)

Si vous n’avez pas d’invention, faites-vous envoyer notre livre Que faut-il inventer ? Il contient des centaines de suggestions précieuses. Nous sommes des autorités reconnues en matière de brevets et nous avons aidé des centaines de personnes à  trouver un marché prêt et rentable pour leurs idées13.

6Par ces multiples appels à l’intellect et aux connaissances technologiques pour progresser socialement, les publicitaires, dans le sillage des industriels, vantent ainsi les opportunités offertes par le savoir, et proclament de fait la supériorité de la connaissance sur la force physique. Ainsi, entre 1913 et 1917, parut à de nombreuses reprises la réclame en pleine page pour l’« International Correspondence Schools », organisme de cours par  correspondance proposant, entre autres, des leçons de dessin industriel, d’ingénierie mécanique ou de droit commercial, dont l’annonce figurait le combat de l’homme musclé contre le savant, accompagné du slogan « Never mind how Strong You are What  d’ye  KNOW? » [Fig. 2], duquel le cerveau sort grand vainqueur :

Fig. 2 : International Correspondance Schools, « What d’ye KNOW »

Fig. 2 : International Correspondance Schools, « What d’ye KNOW »

Popular Mechanics, 1913, vol. XX, p. 145

Courtesy of HathiTrust

Aujourd’hui, c’est une bataille d’esprits, et les cerveaux gagnent. Les muscles et la force physique ne comptent plus autant qu’avant.

  • 14 « Today it’s a battle of wits and brains win. Muscle and brawn don’t count so much as they used to.

Dans la course aux bons emplois et aux gros salaires, ce sont les cerveaux – et non  les muscles – qui gagnent. « Que savez-vous ? » est la seule grande question qui  démarque les perdants des vainqueurs14 […].

  • 15 « Why not divert the young man’s thoughts in practical and useful channels? Most boys would rather (...)
  • 16 « Get a Meccano Outfit now and start this fine hobby. It brightens the dullest hours, gives you a p (...)

7Les articles comme les publicités de Popular Mechanics révèlent combien être un homme d’avenir, c’est avant tout être un savant et un inventeur. Dans ses offres d’abonnement, la  revue argue d’ailleurs que « la plupart des jeunes garçons feraient mieux de lire Popular  Mechanics plutôt que n’importe quel magazine illustré15 ». Et pour façonner l’homme dès son plus jeune âge, c’est également dans ces revues consacrées aux savoirs technologiques que les pères se voient incités à offrir à leurs enfants des jeux de  construction, et en particulier ceux proposés par la société Meccano (fondée en 1913), dont le slogan éloquent était alors « Toys that teach ». La pleine page achetée par le  fabricant et insérée dans Popular Mechanics prétendait également former des  constructeurs et des inventeurs16 ; l’homme de l’avenir ainsi dessiné par les  publicitaires était un ingénieur.

  • 17 Anthony Barker, « Strong arms », Popular Mechanics, vol. XVII, janvier-juin 1912, p. 129.
  • 18 Lionel Strongfort, « Don’t you want to succeed », Popular Mechanics, vol. XX,, décembre 1913, p. 14 (...)
  • 19 « It’s perfectly simple that you can’t become a man of achievement and power and influence without (...)
  • 20 « The Strongfort System […] is a scientific and authoritative application of scientific methods to (...)
  • 21 Lindstrom-Smith Co., « Power for you! », Popular Mechanics, vol. XX, décembre 1913, p. 171.

8En 1912 toutefois, au milieu de cet idéal industriel, celui lié à la culture physique transparaît timidement à travers une annonce : celle du professeur Anthony Barker qui, par l’envoi de  cours par correspondance, proposait au lecteur de se construire des bras, des épaules et  des mains fortes, pour 10 cents17. Le peu d’espace accordé à cette publicité, en  comparaison des annonces vantant les savoirs technologiques, montre combien l’idée de  culture physique était, dans cette publication, encore marginale à cette date. L’année 1913 marque toutefois une évolution notable au sein de Popular Mechanics ; trois réclames portent en effet sur le développement du corps : si la première annonce est une nouvelle fois celle des leçons Barker, la deuxième, sous forme d’un petit encart, est de  l’inventeur d’une méthode par correspondance, celle du New-Yorkais Lionel Strongfort (1878-1967). Ce dernier, fort habilement, s’inspirait des publicités proposant des  formations professionnelles pour progresser économiquement et socialement. Par son slogan, il ne propose pas de gagner du muscle, il forme à la réussite : « Don’t you Want to succeed18? », ce qu’il assoit en affirmant : « il est évident que vous ne pouvez devenir un  homme de réussite, de pouvoir et d’influence sans Santé – Force – Vitalité. Alors, pourquoi attendre19 ? » Cet annonceur ne se présente pas comme un entraîneur sportif mais, à l’instar des ingénieurs, comme un savant ayant conçu une méthode de  développement intellectuel par le corps. Il propose alors à la vente un ouvrage intitulé Intelligence in Physical Culture, conçu comme un système scientifique appliqué à la culture physique20. C’est ainsi par l’appropriation du langage des industriels que le sport sut se  faire une place dans la presse masculine. Cette porosité se trouve plus encore marquée dans une autre publicité du même numéro, en pleine page, une annonce vantant les mérites d’une invention insolite : le vibrateur électrique. Cet appareil commercialisé par la  Lindstrom-Smith Company n’était en rien censé améliorer la masse musculaire du client mais devait, comme une batterie, recharger ces « hommes qui ont négligé leur corps par la  culture de leur cerveau »21. Selon l’annonceur, le courant électrique permettrait de  réparer la machine corporelle :

  • 22 « It will chase away the years like magic. Every nerve, every fiber in your whole body will fairly (...)

Il va faire disparaître les années comme par magie. Chaque nerf, chaque fibre de votre corps tout entier va vibrer avec la force de votre propre énergie réveillée : la  stagnation ne peut tout simplement plus exister. Vous êtes remis à neuf de la tête aux pieds. Votre sang est renvoyé en vrombissant dans chaque veine, artère et petit capillaire. Toutes les substances toxiques de votre système sont éliminées. Chaque  organe est remis en parfait état de marche22.

  • 23 Ibid., p. 171.
  • 24 Ibid., p. 171.

9Strongfort et Lindstrom-Smith proposent ainsi une redéfinition de la force physique en commercialisant la culture d’une « puissance intérieure23 », une énergie plus forte que le  muscle, « la force d’une santé parfaite »24 . Apparaissait dans les colonnes des revues masculines le culte de la Vitalité, hybridation de la culture physique et de l’innovation technologique.

  • 25 J. F. Kasson, op. cit., p. 15-16.
  • 26 George M. Beard, American nervousness. Its causes and consequences. A supplement to Nervous Exhaust (...)

10Cette mise en opposition par les publicitaires de la force musculaire avec la santé par les  publicitaires visant le lectorat de Popular Mechanics s’explique par le contexte sociomédical du temps. Comme le note justement John F. Kasson, l’apparition de la culture physique résulte du constat alarmant d’une disposition des Anglo-Saxons appartenant aux  classes sociales les plus élevées à la neurasthénie25, maladie sociale contemporaine entraînant faiblesse et fatigue physique. George M. Beard (1839-1883), membre de  l’Académie des sciences de New York et de l’American Neurological Association, s’était fait le spécialiste de cet « épuisement nerveux », et publia en 1881 American Nervousness, its causes and consequences26, ouvrage dans lequel il déterminait les éléments déclencheurs de  cette « épidémie ». Un chapitre est consacré à la répétition de mouvements due à  l’hyperspécialisation dans les usines, un autre à l’incidence sur le corps de la  mécanisation du temps par la montre et la nécessité de ponctualité en résultant, du  télégraphe, du bruit arythmique, du voyage en train ou encore de la succession trop  rapide des découvertes et des inventions. En somme, les industriels étaient désignés comme les responsables de la neurasthénie. S’opposaient ainsi la santé économique et la  santé physique d’une nation.

11Dès lors, si les industriels avaient leurs revues populaires dans lesquelles ils vantaient la  culture de l’invention, il n’est pas surprenant que le sport en ait été absent ; le culte du  corps semblait alors entrer en opposition avec celui de la technologie. Les seuls annonceurs spécialisés dans la culture physique qui parvinrent à trouver leur place dans les  colonnes de Popular Mechanics furent ainsi ceux qui surent s’adapter au lectorat, en  présentant le corps comme une machine ordinaire, dont il suffisait de maîtriser la mécanique pour atteindre la santé.

2. Bernarr Macfadden, l’auto-Pygmalion

12La véritable incitation à la pratique de la culture physique se diffusa avant tout dans des  revues consacrées à la santé, qui condamnaient fermement ce que vantait Popular  Mechanics, la chasse à l’invention. Dans ce domaine, la revue la plus lue à  l’époque était Physical Culture, publiée à partir de 1899 sous la direction de  Bernarr  Macfadden. Dans toutes ses publications, articles de presse ou ouvrages personnels, Macfadden est à la fois auteur et modèle. Il fut en effet le sujet d’un nombre considérable d’illustrations photographiques, qui le montrent tantôt en train de réaliser les  exercices recommandés, tantôt usant du travestissement pour donner une image tangible des principes de sa discipline. Cette transcription de soi en image et, dans ce cas spécifique, en sculpture vivante, constitue une version égocentrique du mythe de Pygmalion [Fig. 3], le  modèle étant tout à la fois le sculpteur et l’œuvre à laquelle il donne vie. Macfadden est ainsi un autopygmalion, un sculpteur ayant fait de son corps la matière à modeler et ayant atteint un tel degré de perfection que le résultat, un corps vivant, mérite l’aspect des  marbres antiques.

Fig. 3 : Sarony, Classical Pose of the Author, photogravure, 1900

Fig. 3 : Sarony, Classical Pose of the Author, photogravure, 1900

Bernarr A. Macfadden, Macfadden’s physical training, An Illustrated system of exercise for the development of Health, Stength and Beauty, New York, MacFadden Cie, 1900, p. 17

Paris, collection du Centre André Chastel

13De nombreux culturistes usèrent de l’analogie avec la sculpture ; avec Macfadden, elle est tellement présente que l’on pourrait aisément établir un catalogue raisonné de ses  sculptures. La métaphore du statuaire revient sans cesse sous sa plume ; ses lecteurs sont ainsi ses élèves d’atelier, le maître recommandant aux parents de « sculpter » convenablement leurs enfants :

  • 27 « The sculptor with his chisel and mallet moulds beautiful figures of his own imagination. Just so (...)

Le sculpteur, avec son ciseau et son maillet, façonne de belles figures de sa propre imagination. Il suffit de modeler les enfants pour qu’ils correspondent à vos attentes. [...]. Arrêtez-vous et demandez-vous si vous modelez correctement les jeunes êtres humains dont vous avez la charge. Beaucoup de garçons ont maudit leur propre père parce qu’il ne les a pas informés des importants secrets physiologiques. Nombre de  jeunes filles peuvent, à juste titre, blâmer leur mère pour leur laideur et leur  mauvaise santé27.

  • 28 Voir Ellis Cashmore, Making Sense of Sports, Londres-New York, Routledge, 2010, p. 176.
  • 29 Physical Culture, vol. II, n°2, novembre 1899.

14De même, comme tout artiste, Macfadden eut un maître. Il déclare qu’après avoir vu Sandow à Chicago en 1893, il travailla à cultiver son corps28. En manière d’hommage, la  couverture de l’un des premiers numéros de Physical Culture, celui de novembre 1899, reproduisait une photographie de Sandow exclusivement vêtu de spartiates29. En épigone consciencieux, Macfadden s’appropria l’accessoire fétiche du strongman, le slip panthère qu’il arbore pour la démonstration de ses exercices. Comme son modèle, il revendique l’analogie visuelle avec Hercule : dès 1894, il est photographié par Napoleon  Sarony  (1821-1896) dans une mise en scène extravagante, posant tel l’Hercule  Farnèse, revêtu d’une fourrure de fauve renvoyant ainsi à la carrière terrestre du  fils de Jupiter [Fig. 4].

Fig. 4 : Sarony, Classical Pose of the Author, photogravure, 1894

Fig. 4 : Sarony, Classical Pose of the Author, photogravure, 1894

Bernarr A. Macfadden, Macfadden’s physical training, An Illustrated system of exercise for the development of Health, Stength and Beauty, New York, MacFadden Cie, 1900, p. 13

Paris, collection du Centre André Chastel

  • 30 B. Macfadden, « Strong men, past and present, Physical Culture, vol. I, 1899, p. 210-213.

15L’Hercule Farnèse fut d’ailleurs l’illustration d’un article de Physical Culture intitulé « Strong Men, past and present30 » visant encore à asseoir cette filiation. Son propos est  toutefois bien plus étonnant que celui de Sandow ; sa pratique de la culture physique n’appartient pas au spectacle mais est élevée au rang de dogme social.

16L’apparition d’une revue telle que Physical Culture permet de comprendre le sens donné à  la culture physique aux États-Unis, à l’aube du xxsiècle. Il s’agit d’une réponse concrète aux bilans dressés par Roosevelt sur l’état de santé de la population blanche américaine. Remarquons d’ailleurs que l’éditorial du numéro de décembre 1901 fut consacré à célébrer les exhortations du président. Réexploitant sa maxime sur la transformation physique de  l’homme chétif à l’athlète, la revue appelait son lecteur à suivre son exemple pour atteindre la force physique et s’accomplir professionnellement :

  • 31 « President Roosevelt is one of the most marvelous exemplifications of the truth of the theories ad (...)

Le président Roosevelt est l’un des plus merveilleux exemples de la vérité des  théories avancées dans ce magazine depuis sa création. Toutes les réussites de  sa  vie, en littérature, en guerre, en politique, en gouvernance, sont dues aux  indomptables énergies physiques qui ont soutenu tous ses efforts. Sa  grande  puissance nerveuse, développée par la culture de la vigueur musculaire et  fonctionnelle, a été le moyen de créer cette force, cette détermination, cette  stabilité de caractère […]. Réveillez-vous, les gars, et entamez le processus de  construction d’un superbe corps masculin. Le président Roosevelt a montré les  possibilités qui s’offrent à vous31 [...].

17Dès les premiers mots de la revue Physical Culture, en 1899, le ton fut ainsi donné : « Telle  est la conviction sincère et réfléchie de l’éditeur. La faiblesse est un crime. Personne n’a plus d’excuse pour être faible, pas plus qu’il ne peut avoir faim quand la nourriture est  à portée de main. »

  • 32 « It is the editor’s firm and conscientious belief. That weakness is a crime. That one has no more (...)
  • 33 Ibid., p. 3.
  • 34 Ibid., p. 3.
  • 35 Harry G. Hedden, « Jesus as a Physical Culturist », Physical Culture, vol. XXII, juillet 1909, p. 1 (...)
  • 36 Ibid., p. 17.
  • 37 « Head and bust of Christ by Heck, showing shoulders of a breath that would accompany a superior ph (...)

18Cette déclaration n’est pas l’expression d’une ligne éditoriale, il s’agit de l’un des  commandements inscrits par l’auteur sur ses propres tables. Ces règles, en toute logique au nombre de dix32, s’adressent à l’homme contemporain et visent à lui inculquer les lois naturelles de sa santé. La culture physique étant présentée comme une religion à  adopter, Macfadden se présente ici comme un nouveau prophète, combattant la faiblesse physique et « prêchant l’évangile de la santé33 ». Pour appuyer son propos, les  commandements du premier numéro morigènent le lecteur en trompetant que la maladie n’est pas une « épreuve envoyée par Dieu » mais « le résultat de l’ignorance34 » et de la  négligence de soi. La santé et la force sont ainsi présentées comme la condition naturelle de l’homme à l’état de création, leur affaiblissement étant la marque d’un comportement dépravé et irréligieux. Notons ainsi la déclaration publiée en 1909 par Harry G. Hedden selon laquelle Jésus aurait été un culturiste35, et qu’il conviendrait de voir la Bible comme un livre consacré « à la santé humaine »36. Sous la première image chrétienne illustrant l’article figure cette étonnante légende : « La tête et le buste du Christ par Heck montrent des épaules d’une largeur qui accompagnerait un physique remarquable37. » Si l’auteur avoue ne pas pouvoir détailler les exercices pratiqués par le Christ, l’image vient selon lui attester des rapports véritables entre respect de la Nature et idéal corporel :

  • 38 « What about the habits of Jesus’ life? Evidently, very evidently, He lived a simple, outdoor, natu (...)

Qu’en est-il des habitudes de vie de Jésus ? De toute évidence, Il a mené une vie simple, en plein air, naturelle et saine – une culture physique si vous préférez. Il  aimait la nature. [...] Lorsqu’Il commença Sa vie publique, Il avait un corps fort et sain, un corps capable d’endurer les difficultés, les agressions et autres sévères épreuves envers Sa force38.

19Cette mise en parallèle devait affermir auprès du lecteur le bien-fondé du qualificatif de  « religion » pour la culture physique. L’enjeu de la revue était tourné vers la reconquête de la suprématie de l’Homme en tant que création divine :

L’évangile de la santé, à mon avis, est beaucoup plus important que toute religion. C’est une religion et je suis fier de travailler pour une cause qui promet tant de  conversions maintenant, ici, aujourd’hui et demain. Ce n’est pas une théorie, [...] le fondement de chaque fait proclamé dans cette publication est la NATURE. 

  • 39 « I feel that while editing this magazine I am engaged in philanthropic work.

L’homme est un animal – et pour profiter du bonheur et des succès de cette vie, il  faut un animal sain et beau. Ce pouvoir physique est la « pierre angulaire » sur  laquelle devrait être construit tout ce qui élève, inspire, anoblit39.

20Il serait alors erroné de considérer cette revue consacrée à la culture physique comme une  simple revue de sport ou de musculation. S’il existe certes des articles proposant des  exercices de fitness, le propos véritable des articles sur le corps concerne le  développement de la vitalité, et la manière de soigner la société contemporaine.

  • 40 « Whiskey, ignorance and disease are boon companions. They travel in the same class. You will find (...)
  • 41 « The results of our efforts cannot be stated at this writing; but whether successful or not, the b (...)
  • 42 Remarquons en ce sens que parmi les publicités insérées dans leur revue figurent les ouvrages publi (...)

21« Weakness is a crime », ces mots très durs devinrent le slogan de la revue, placé à  la  manière d’un aphorisme en couverture, auquel s’ajouta dès novembre 1899 : « Don’t  be a criminal ». L’un des sempiternels principes de Macfadden exploités dans la  revue est la lutte contre la dépravation, celle tout d’abord causée par l’alcool, le whisky et le rhum étant personnifiés comme les alliés de l’ignorance et de la maladie dans les  illustrations satiriques de la revue40 [Fig. 5]. Ils trouvent comme compères le tabac et les  pharmaciens, à chaque numéro, les rédacteurs de Physical Culture condamnant l’utilisation de médicaments ou de vaccins41, considérés comme des poisons ou les  inventions malsaines d’industriels cupides. En rejetant l’économie pharmaceutique, la  culture physique proclame le soin du corps par l’entretien de la vitalité, à travers le  développement musculaire et le respect des lois de la Nature. L’exercice physique est donc l’une de ces solutions, le végétarianisme en est une autre42, la revitalisation du corps pour la santé, l’objectif global.

Fig.5 : Bill Nye, « Physical Culture », gravure sur bois

Fig.5 : Bill Nye, « Physical Culture », gravure sur bois

Physical Culture, vol. VIII, oct. 1902, p. 248

Courtesy of HathiTrust

22Le corps de l’auteur est l’outil de la diffusion de ses principes, le prêtre de la culture physique est un homme nu. L’image photographique du corps dénudé de Macfadden apparaît en tête de la majorité de ses publications, elle permet de démontrer les résultats de  l’exercice mais aussi de poser l’un des principes fondamentaux de ses doctrines : le rejet de la pudeur contemporaine. En effet, Macfadden répète sans cesse que les vêtements sont un danger pour la santé, d’une part parce qu’ils contraignent le corps et nuisent à son développement naturel, d’une autre, parce que la pudeur détermine le masquage du corps. Or, cette dissimulation, selon l’auteur, permettrait surtout de voiler les défauts, il s’agirait de la part des prudes d’une lâcheté coupable :

  • 43 « the prudes are not interested in remedying defects. their policy is to hide everything – ugliness (...)

Les prudes ne sont pas soucieux de remédier à leurs défauts. Leur politique consiste à tout cacher – la laideur, la faiblesse et les maladies. Il suffit de les dissimuler, et tant que les autres ne le voient pas, il n’y a guère de différence. Du moins, c’est la  théorie qu’ils semblent défendre. Partout, on trouve ces victimes lubriques de la  fausse pudeur, qui se plaignent de l’influence néfaste du nu43.

  • 44 « We want to harp on the purifying, elevating, ennobling, strengthening influence of the nude. » (i (...)

23Par conséquent, dévoiler le corps en public ne relèverait pas de l’indécence, de l’atteinte à la  morale et aux mœurs mais contribuerait au contraire au progrès de la société humaine. Le culturiste, en exposant son corps musclé, offre un modèle à atteindre, la nudité révélée à  son prochain viserait à « le purifier, l’élever, et l’anoblir44 », le corps cultivé devient ainsi un enseignement vertueux. Selon Macfadden, celui qui aura ce type de corps sous les yeux s’éloignera des lieux de dépravation, des toxiques, et adoptera le mode de vie naturel préconisé dans la revue :

  • 45 « When a man is made thoroughly familiar with what is needed in order to acquire and maintain a sup (...)

Lorsqu’un homme est parfaitement au courant de ce qui est nécessaire pour acquérir et conserver un corps superbe, lorsqu’il connaît totalement l’apparence et la  condition que son propre corps doit revêtir pour acquérir et conserver cette virilité parfaite que tout homme désire si fortement, il prendra sincèrement, volontairement et complètement toutes les mesures qui sont essentielles pour obtenir ces résultats tant désirés. Il cessera de gaspiller sa vitalité en la dissipant, cessera de consommer du whisky, de la bière et du champagne, cessera d’endurcir et d’émousser la  sensibilité de son système nerveux avec la drogue du tabac45.

24La grande majorité des textes et des photographies de la revue soutiennent cette même idée. Macfadden combat la pudeur pour enseigner la perfection de la Création.

3. Corps idéal, corps primitif, et beauté au grand air

  • 46 Physical Culture, vol. VII, janvier 1902, p. 164, cité dans Peter J. Miller, « The Imaginary Antiqu (...)
  • 47 « The magnificent specimens of human physical life handed down to us in ancient Grecian sculpture, (...)
  • 48 « […] pandering to the worst forms of vice by means of rotten literature and pictures […]. » (B. Ma (...)
  • 49 Sans doute d’après Jean de Bologne ; il faut noter que statuaire antique et formes classiques sont (...)

25Les références à la statuaire antique, ou considérée comme telle par les rédacteurs, sont  particulièrement nombreuses dans Physical Culture, que ce soit avec Macfadden se  grimant en Damoxène de Canova, dit le « Boxeur du Vatican », ou par le recours aux photographies de statues véritables, voire à travers des articles spécifiquement consacrés à la grandeur du corps et de la culture grecque. Par le biais de ces références, la sculpture matérialise l’idéal physique à atteindre par le lecteur. Signalons d’ailleurs qu’en 1902 était publié un portrait d’un culturiste de Harvard, A. Lovering, qui à force d’efforts était presque parvenu à atteindre « les proportions de l’idéal grec46 ». L’observation de la  sculpture antique semble d’ailleurs avoir conditionné la naissance de la revue, Macfadden déclarant que c’est en découvrant les corps statufiés à la World’s Columbian Exposition de 1893 (Chicago) qu’il réalisa combien l’homme contemporain était faible en  comparaison de ses ancêtres et qu’il convenait de le rééduquer physiquement47. À partir de la statuaire, Macfadden put formaliser un idéal ; emprunter la nudité, la pose ou encore le socle de la statue pour se présenter au lecteur est ainsi un moyen d’attester du caractère atteignable de celui-ci pour l’Américain contemporain. Par l’omniprésence de  l’autocélébration visuelle de Macfadden, ce dernier construisait également sa légitimité en tant que directeur de publication, une statue vivante se chargeant d’enseigner les formes de l’homme parfait. Si Macfadden fustigeait l’hypocrisie de la pudeur, le nu antique devait alors révéler le bien-fondé du dévoilement corporel pour la régénération nationale. Ce  recours à la statuaire antique, jugé immoral, fut toutefois récusé par la justice pénale, ainsi qu’il le relata en 1910 : un procès fut intenté à l’auteur et il fut condamné à deux ans d’emprisonnement et 2 000 $ d’amende pour « s’être livré aux pires formes de vice au  moyen de littérature et d’images malsaines »48. En appel, il fut questionné sur  l’indécence des couvertures de la revue, en l’occurrence les représentations de la Vénus de Milo, du Discobole et d’un Mercure volant49. Malgré la défense de Macfadden, le nu antique fut jugé tout aussi obscène que la revue en raison des intentions de l’auteur lorsqu’il  les avait publiées :

  • 50  « They found that the proceedings below had been entirely correct, that certain things in the maga (...)

Ils ont constaté […] que certaines choses dans le magazine (vraisemblablement les  images de statues grecques), montraient que le magazine était inconvenant, et  voici le coup de grâce – qu’il était aussi évident que mon but en publiant le magazine était de “satisfaire un goût lubrique.” [...] Moi, Bernarr Macfadden, qui  avais travaillé si longtemps pour la cause de l’humanité, et dont le bilan est  connu de centaines de milliers de personnes, publiais le magazine par lequel je  cherchais à atteindre le public, sans autre but que d’essayer de gagner de l’argent en vendant de la littérature et des illustrations inconvenantes. Et vous, chers lecteurs, vous vous trouveriez être les personnes aux “goûts lubriques” auxquelles je  m’adressais50.

  • 51 Gilman Low, « The Ideal male figure », Physical Culture, vol. X, septembre 1903, p. 255.

26Si, dans leur exploitation, ces illustrations défiaient la morale du temps, Macfadden semblait pourtant sincère dans sa volonté de faire du nu artistique un idéal social. Il était d’ailleurs recommandé aux lecteurs de se familiariser avec les chefs-d’œuvre de l’art antique et moderne pour s’imprégner des proportions les plus parfaites51. Ce recours à la statuaire permet également d’envisager les distances prises avec le strongman, un homme de  spectacle, à même de soulever des charges vertigineuses, mais pas nécessairement un  homme doté d’un corps-modèle aux mensurations recommandables. Le culturiste devait privilégier la musculature harmonieuse à la musculature extraordinaire :

  • 52 « A weight-lifter alone is not my ideal of a strong man. You usually associate a heavy weight-lifte (...)

Un haltérophile seul n’est pas mon idéal d’un homme fort. On associe généralement un haltérophile à la lenteur, à la rigidité du mouvement, et parfois même à la  maladresse et à l’indiscipline. Un homme fort idéal devrait être rapide, gracieux et posséder toutes les forces du corps qui indiquent la force sous toutes ses formes les  plus belles et les plus harmonieuses52.

  • 53 Gilman Low, art. cit., p. 256.
  • 54 Se référer à Claire Barbillon, Les Canons du corps humain au xixe siècle. L’Art et la Règle, Paris, (...)
  • 55 Physical Culture, vol. X, juillet 1903, p. 90.
  • 56 « Contest for best improvement in physical development in four months », Physical Culture, vol. X, (...)

27C’est par conséquent grâce à une observation attentive de la sculpture antique que les  rédacteurs de la revue offrirent au lecteur le détail des mensurations optimales. Gilman Low publia ainsi en 1903 un diagramme figurant les divisions du corps selon « l’idéal de  quelques célèbres maîtres de l’art et de la sculpture »53. L’article précisait que les  meilleures représentations étaient celles de Michel-Ange et de Canova, et c’est à partir de leurs œuvres que Low donna les proportions du corps masculin parfait, un homme de sept têtes et demie, dont les règles géométriques étaient directement inspirées de celles de Vitruve54. La publication de ce diagramme ainsi que la reproduction soutenue de sculptures antiques doivent ainsi être perçues comme des éléments d’une éducation visuelle. Si le détail des exercices permettait d’enseigner les meilleures méthodes pour cultiver son corps, l’image devait cultiver l’œil du praticien, deux méthodes proposant au lecteur les clés pour devenir à son tour un auto-Pygmalion. Le diagramme proposé dans l’article de Low fut  publié avec une logique particulièrement habile de la part de l’éditeur, sa date de parution permettant de s’assurer l’adoption par le lecteur de ce canon. En juillet 1903, Macfadden fit paraître l’annonce d’un concours : à l’issue d’une compétition internationale devant se dérouler à New York55, 1 000 $ seraient offerts par la revue à l’« homme le plus parfaitement développé », un prix du même montant étant attribué à la « femme la plus parfaitement développée ». Dans cette annonce, aucune précision n’était donnée quant aux critères d’évaluation de cette perfection. Dès le numéro suivant, la revue lançait un nouveau concours, celui de la meilleure amélioration physique en l’espace de quatre mois56. L’article était illustré d’un diagramme, un homme bras tendus, sur lequel le lecteur devait reporter les  mesures prises sur son corps au début du programme, puis celles obtenues à la fin du  mois de novembre 1903. Pour participer, il devait joindre des photographies le  représentant aux deux moments de la prise de mensurations. Électrisés par cet esprit de compétition, les lecteurs de Physical Culture ne découvrirent le diagramme de Gilman Low que le mois suivant, alors qu’ils travaillaient potentiellement depuis un mois à devenir des  hommes parfaits. Le diagramme fourni était identique à celui publié pour reporter ses  propres mesures, mais pour la première fois dans la revue étaient données les règles et les mesures de la perfection humaine objective, et pourtant théorisée à partir de la sculpture classique. Pour remporter ces concours, il convenait par conséquent de devenir soi-même une statue antique vivante. L’usage régulier des poses comme des accessoires des statues antiques les plus célèbres par les culturistes photographiés dans la revue atteste de  l’efficacité de cette mise en place d’un idéal visuel. Dans la revue était accordé à la  statuaire un rôle de suggestion, mécanisme emprunté à la croyance ancienne d’une transmission par l’art de la beauté pendant le développement du fœtus, usage relaté dans deux articles de la revue :

On raconte une jolie histoire à propos de la beauté grecque. On dit que les femmes, lorsqu’elles portaient un enfant, avaient l’habitude de regarder l’incomparable statuaire commandée par Périclès et sculptée par Phidias et Praxitèle. Si l’histoire des  moutons de la Bible est une histoire de rue, pourquoi pas celle de la beauté grecque ?

  • 57 « They tell a pretty story of Grecian beauty. They say the women, while bearing child, were wont to (...)

La même image suggestive a été utilisée pour rendre compte de la beauté des jeunes filles italiennes, à Florence et dans les autres grands centres de l’art italien. Les  mères, en admirant les beautés de Raphaël, Angelo [Michel-Ange], Leonardo et  [Fra] Angelico, ont transmis leurs émotions à leur progéniture57

28Physical Culture s’attribuait cette fonction maternelle et proposait une renaissance du  peuple américain par le beau :

  • 58 Chas E. Faulkner Jr, « A Summons », Physical Culture, vol. VI, mars 1902, p. 277.

Pourquoi le peuple américain ne se réveille-t-il pas de la léthargie qui s’est abattue sur  lui ? Levons-nous, comme un malade de son lit, et déclarons d’une seule voix : « Nous serons forts ! » Pourquoi ne pas faire de l’Amérique la patrie d’hommes puissants, comme les Grecs et les Romains d’autrefois, et étonner le monde par nos  actes58 ?

  • 59 « The Greeks of 500 B. C., according to one of the foremost scientists of the nineteenth century, w (...)
  • 60 « Sandows, Cyrs and Samsons, as mighty as any that we can boast, were killed each day in the market (...)

29Le corps de marbre est certes défini comme un idéal physique à atteindre, mais il n’est pas dissocié d’un idéal spirituel. Nombre d’articles de type philhellènes portent en effet sur la  culture antique et la façon dont l’éducation intellectuelle s’accompagnait de celle du  corps. Le Grec n’aurait pas été un homme supérieurement musclé mais un individu quelconque qui avait appris dès l’enfance à cultiver et entretenir sa force et sa vitalité59. Chas Faulkner déclare ainsi en 1902 que si chaque jour une grande quantité de Sandow et de Samson étaient tués durant l’Antiquité sans jamais que ces forces vives ne se fussent éteintes, l’Amérique n’en possédait que quelques-uns jugés extraordinaires60. Cette  opposition rendait la dégénérescence du peuple américain évidente. Par un discours sur la santé, Macfadden prenait dans sa revue le contrepied du discours sur la supériorité nationale en matière d’industrie. La prospérité présente, s’accompagnant de la négligence du corps, devait mener au déclin de la civilisation américaine, tout comme avaient disparu avant elle les civilisations égyptiennes, grecques, romaines ou encore espagnoles. L’histoire permettrait de connaître l’issue pour l’Amérique :

  • 61 « In each case their people succumbed because of weakness and degeneracy that follow a life of luxu (...)

Dans chaque cas, leur peuple a succombé à cause de la faiblesse et de la  dégénérescence qui font suite à une vie de luxe, de facilité et de dissipation. La  dégénérescence physique, en d’autres termes, a dans tous les cas entraîné leur  chute, leur fin. […] Sommes-nous, nous aussi, condamnés au même sort ? Est-il nécessaire que nous nous affaiblissions en devenant plus savants61 ?

  • 62 Cette culture antique est bien sûr arrangée pour correspondre aux principes édictés par Macfadden ; (...)
  • 63 « The lesson left by the Spartans the world has learned by heart. “How”, one will ask and justly, “ (...)

30Afin de lutter contre cette fatalité, Macfadden proposait de régénérer le peuple américain en  adoptant un mode de vie dit ancestral et vertueux : ces corps nus antiques sont ainsi un  appel à adopter un système civil d’éducation physique calqué sur celui des Grecs62. L’Américain du futur s’apparente par conséquent ici à une transcription de l’homme du  passé, voire de l’homme premier. L’homme contemporain devait ainsi devenir un  nouveau Spartiate, formé au sport, à la compétition, un idéal qui ne pouvait être atteint qu’en reproduisant un mode de vie qui prenne en compte les capacités primitives de  l’homme. Dans un article de 1905, James C. Mongahan questionnait en effet la  supériorité physique des Spartiates, et déclarait que leur mode de vie naturel en était l’explication63. Ainsi relate-t-il combien l’éducation des jeunes enfants passait par l’acceptation de leurs propriétés animales, et le rejet du vêtement, contrainte physique et sociale :

  • 64 « After being bathed in wine at their birth, to test their right to enter and stay in the arena of (...)

Après avoir été baignés dans le vin à leur naissance, pour tester leur droit d’entrer et de rester dans l’arène de la vie, les bébés garçons et filles de Sparte devaient donner des coups de pied, se tortiller et bouger leurs membres aussi librement que s’ils  étaient de petits animaux. On ne les emmaillotait pas dans des vêtements inconfortables et dits décoratifs. Les petits, laissés en grande partie à la meilleure des  mères, la Nature, grandissaient libres, sans entraves et sans contraintes de  membres et de formes64.

31Le nu prôné par Macfadden n’est donc pas qu’une célébration du muscle ou une lutte contre la pudeur, il s’agit également d’une volonté de revenir aux origines de l’humanité, par le respect de son propre statut de créature. Il n’est d’ailleurs pas anodin de lire dans ces  articles sur l’idéal grec des réflexions sur les récits génésiaques de l’humanité. Niant les  religions antiques, Macfadden et son équipe de rédaction font en effet du Grec et de son peuple de statues les archétypes d’un idéal primitif, un peuple ayant conservé les qualités de l’homme premier. Son utilisation visuelle visait à rendre évidente la dégénérescence contemporaine, cette dernière étant qualifiée d’irréligieuse. En effet, dans un article uniquement illustré de statues antiques et intitulé « A summon », Chas E. Faulkner, après avoir relaté que « Dieu dota l’homme de trois forces, la spiritualité, le mental et le  physique » et expliqué l’interdépendance de ces facultés, condamne du point de vue religieux les saboteurs de leur corps.

  • 65 « What shall we say of the man who fails to develop the third force which God has given him? Will i (...)

Que dire de l’homme qui ne parvient pas à développer la troisième force que Dieu lui  a donnée ? Sera-t-il capable d’atteindre le degré de développement mental et spirituel que Dieu a voulu qu’il recherche ? Non, absolument pas ! [...] C’est pourquoi la négligence du côté physique de la nature de l’homme est un péché absolu ; et combien d’entre nous, il y a lieu de s’en inquiéter, peuvent répondre négativement à une telle accusation65 ?

32La nudité du culturiste ne serait par conséquent pas indécente ou immodeste, elle serait respectueuse des Écritures. Macfadden, évangéliste nu, prêchait, par son corps exposé, le  retour à la pureté de la Création. Sa définition de l’homme primitif est toutefois multiple, l’éditeur de la revue en traque les manifestations dans le temps comme dans l’espace géographique.

  • 66 Ce modèle est présent dans le catalogue de moulages de Domenico Brucciani (1914) reproduit dans Fra (...)

33En couverture du numéro de janvier 1902, Macfadden fit le choix de présenter la  photographie d’une prétendue sculpture d’homme primitif [Fig. 6]. Cette figure primitive est en réalité la reprise d’une sculpture anciennement attribuée à Michel-Ange66, bien éloignée de toute considération archéologique sur les origines de l’homme. Le primitif consiste en un homme nu, musculeux, incarnant une fois encore l’idéal corporel défini par Macfadden.

Fig. 6 : « Primitive Man »

Fig. 6 : « Primitive Man »

Physical Culture, v. VI, janv. 1902, couverture

Courtesy of HathiTrust

  • 67 J. R. Stevenson, « A Long-lived Race », Physical Culture, vol. VI, juillet 1902, p. 176-177.
  • 68 Ibid., p. 176.
  • 69 « In short, they are credited with having every sense developed to the greatest degree, as well as (...)

34Cette couverture renvoie à un article de Stevenson intitulé « A long-lived race67 », contribution visant à présenter les causes de la longévité chez l’homme qualifié de « non  civilisé68 ». L’auteur cherche à déterminer quel est l’environnement idéal pour vivre longtemps et en pleine santé. Pour ce, il se targue d’avoir étudié le mode de vie des  populations d’Afrique noire, mais surtout des Indiens d’Amérique du Sud dont certains étaient réputés vivre jusqu’à cent vingt ans, posséderaient une excellente vue et une  audition très fine. Il fallait par conséquent découvrir leur secret, et sans surprise, les  résultats sont conformes au mode de vie préconisé par Macfadden : ils seraient végétariens, fortifiés par un nomadisme pastoral, ils séjourneraient à l’état de nature dans des tentes et vivraient nus. Si ces considérations s’appuient de toute évidence sur les  hiérarchies des races du temps, l’auteur les renverse pour faire des populations jugées moins civilisées que l’homme blanc américain un modèle duquel recevoir des enseignements pour la régénérescence nationale : « Bref, on leur attribue le mérite d’avoir développé au plus haut point tous les sens et d’être dotés d’une réserve de vitalité qui leur permet de mener une vie deux fois plus longue que celle de l’homme civilisé69. »

  • 70 « Kaffir Athletes », Physical Culture, vol. VII, juin 1902, p. 148-149.
  • 71 « It is here that the most unobservant are compelled to see the great lesson to be learned from bea (...)

35Cette étude de l’homme dit « non civilisé » se déploie dans de très nombreux articles de Physical Culture : ainsi MacFadden analyse-t-il le corps des Masaï, des Basutos, des  Zoulous, des Hawaïens ou encore des athlètes cafres – guerriers dotés, selon l’auteur, d’un physique magnifique et d’un superbe développement pectoral ; résultat là encore du  régime végétarien de la vie au grand air et de l’éducation à la culture physique70. À  travers cette pseudo-ethnographie forgée sur le modèle de l’anthropologie comparative, l’homme blanc américain devait se sentir honteux de sa dégénérescence et ainsi remettre en cause sa supposée prééminence. En exhibant des photographies de corps vigoureux de peuples qualifiés de « non civilisés », Macfadden entend guérir la civilisation par le rejet de l’influence néfaste des villes et des industriels. Ainsi s’appuie-t-il également sur la  physiologie animale, en particulier celle des fauves, pour prouver combien le mode de vie des citadins porte atteinte au corps. En 1903, William E. Meehan publia dans la revue un  article consacré à la captivité des animaux au parc zoologique de Philadelphie et à son incidence sur la forme physique de ses hôtes. S’ouvrant sur une photographie d’un léopard nourri à l’excès, le lecteur pouvait observer les résultats néfastes de l’enfermement et du  manque d’activité physique, conjugués à une alimentation trop riche et régulière. Les  fauves pansus ici présentés par la photographie, lion, tigre ou léopard, étaient les  protagonistes d’une nouvelle fable métaphorique adressée à l’humanité : « Ici les plus ignorants sont contraints de voir la grande leçon à tirer des bêtes en captivité par l’homme dans la civilisation. La morale est écrite en grand sur la porte de chaque cage et enclos71. »

  • 72 « Otto Petersen, The danish strong man, and how he hopes to cross Niagara falls », Physical Culture(...)
  • 73 « Can you not arrange an exhibit of perfect manhood and perfect womanhood? I know that the appearan (...)

36Ces images de fauves trop civilisés étaient immédiatement suivies, dans le numéro de  juin 1903, d’un article consacré à Otto Peterson, strongman vêtu d’une peau de tigre se  vantant de pouvoir, à la seule force de ses mâchoires, se suspendre à un câble pour traverser les chutes du Niagara72. Cette juxtaposition rendait plus éloquente encore l’adoption de la peau du fauve, le culturiste l’arborait comme symbole de son retour glorieux à la sauvagerie primitive. Dans cette construction d’un idéal régénéré, l’homme semblait devoir admettre sa propre animalité. En témoigne le souhait exprimé par un lecteur de la revue que soient exhibés au sein des concours animaliers de l’Exposition universelle de Saint-Louis de 1904 les exemples les plus parfaits des « animaux humains »73, exposés autant que possible dans leur nudité. Cette idée fut relayée et appuyée par Macfadden, une  telle proposition permettant de présenter artificiellement l’homme en tant qu’espèce, et  l’Américain comme l’une de ses races :

  • 74 « Imagine, if you can, the change that would occur in the appearance of men and women of this count (...)

Imaginez, si vous le pouvez, le changement qui se produirait dans l’apparence des  hommes et des femmes de ce pays si nous pouvions offrir des prix et encourager de quelque manière que ce soit le développement d’hommes parfaits et de femmes superbes ? Au lieu d’exposer nos magnifiques spécimens de chevaux à viande, nous  pourrions avoir quelque chose à montrer qui aurait une réelle valeur pour la  race ; qui se traduirait par plus de force, plus de santé, plus de stabilité de caractère et plus de force d’esprit ainsi que de beauté du corps74.

  • 75 B. Macfadden, « My experience going back to nature. Gardening, Mountain and tree climbing as a mean (...)

37Le mode d’élevage privilégié pour ces spécimens parfaits de la race humaine était bien sûr le  plein air. Dans cette perspective, Macfadden publia en 1904 « My experience going back to nature. Gardening, Mountain and tree climbing as a means of building physical power75 », et surtout, il fonda  l’année suivante Physical Culture City, une petite communauté installée dans le New Jersey et peuplée de sportifs végétariens vivant à moitié nus. Il s’agissait ici du résultat surprenant du résultat d’une réflexion menée au fil de la  revue censée régénérer la race américaine. Ce retour à la nature primitive de la Création se trouve admirablement exprimé par la mise en scène de Macfadden incarnant Samson  et  le  lion, œuvre de Léon Bonnat d’après Rubens, combat primal et sportif, aux  frontières entre l’épisode gladiatoire et le récit biblique [Fig. 7].

Fig. 7 : Sarony, The Author Posed after the Painting « The Youth of Samson. », photogravure, 1894

Fig. 7 : Sarony, The Author Posed after the Painting « The Youth of Samson. », photogravure, 1894

Bernarr A. Macfadden, Macfadden’s physical training, An Illustrated system of exercise for the development of Health, Stength and Beauty, New York, MacFadden Cie, 1900, p. 5

Paris, collection du Centre André Chastel

38Cette éducation par le sport eut une importante réception populaire. Signalons que l’imaginaire littéraire et artistique s’imprégna du discours de la culture physique. Aborder le  strongman arborant un slip panthère amène inévitablement à évoquer le personnage de  Tarzan d’Edgar Rice Burroughs de 1912. Le jeune Britannique, tel Samson, combattant la lionne, vivant à l’état de nature parmi les anthropoïdes, développe de fait une force physique et d’esprit spectaculaires, au point de prendre une place dominante dans la  hiérarchie des espèces animales. Au fil de l’ouvrage, Tarzan, en culturiste fictif, utilise des prises de lutte qu’il aurait reçues par instinct. Précisons toutefois que Tarzan ne porte pas de slip panthère dans le roman original mais en quelque sorte une peau d’homme : c’est en effet après avoir tué un chasseur africain que Tarzan se para de la peau de biche que sa  victime portait autour de la taille. Le chasseur, en portant cette peau de cervidé, s’était fait proie, et Tarzan se fit homme en lui volant sa parure. Le slip panthère n’apparut que tardivement dans les versions illustrées et les comics ; ceux-ci, d’ailleurs, établirent plus clairement encore que ne l’avait fait Burroughs un parallèle entre les strongmen et le héros. Burroughs matérialisa finalement pour le lectorat américain ce vaste projet de reconquête d’une suprématie raciale par le muscle et l’abandon de la civilisation. Si le slip panthère est  un accessoire prêtant aujourd’hui à sourire, il appartient néanmoins à une histoire visuelle et à une histoire sociale moins légères qu’il n’y paraît, celle d’un combat entre industriels américains et militants pour la santé nationale autour de la définition de la  masculinité contemporaine à l’aube du xxsiècle.

Haut de page

Notes

1 Bernarr Macfadden, « Solid Comfort and Health for hot weather », Physical Culture, vol. XII, juillet 1904, p. 3.

2 John F. Kasson, Houdini, Tarzan and the Perfect Man: The white male body and the challenge of modernity in America, New York, Hill and Wang, 2002, chapitre 1, p. 31.

3 Ibid., p. 32.

4 Sur Sandow, la virilité et l’homoérotisme, voir Michael Anton Budd, The Sculpture Machine. Physical Culture and Body Politics in the Age of Empire, New York, New York University Press, 1996, p. 58-80.

5 J.F. Kasson, op. cit., p. 11.

6 Sur la carrière de Sandow, se référer à David L. Chapman, Sandow the Magnificent, Eugen Sandow and the Beginnings of Bodybuilding, Urbana, Chicago, University of Illinois Press, 1994.

7 Eugen Sandow, Sandow on Physical Training. A Study in the Perfect Type of the Human Form, New York, J. Selwin Tait & Sons, 1894.

8 « As a child he was healthy and well-formed, but there was nothing of the prodigy about him, physically or mentally; nor were either of his parents of anything but normal physique. Up to his fifteenth year, indeed, young Eugene was of slight build and rather delicate constitution. » (ibid., p. 23).

9 J. F. Kasson, op. cit., p. 12.

10 « It was a revelation to the public that technical subjects could be handled in simple everyday words. Every issue of the magazine carried numerous photographs; in fact, the entire first page of the first edition was given to a picture of the interior of a British submarine. » (Wayne Whittaker, « The Story of Popular Mechanics », Popular Mechanics, vol. 97, janvier 1952, p. 130).

11 Ibid., p. 117.

12 Chandlee & Chandlee, « Patent your ideas », Popular Mechanics, vol. XVIII, juillet-décembre 1912, p. 120.

13 « If you have no invention send for our book, “What to invent?”. It contains hundreds of valuable suggestions. We are recognized authorities on patent matters and have helped hundreds to find a ready and profitable market for their ideas. » (ibid., p. 120).

14 « Today it’s a battle of wits and brains win. Muscle and brawn don’t count so much as they used to.

In the conquest for good jobs and big salaries it’s brains – not brawn – that win the day. “What d’ye KNOW?” is the one great question that draws the line between defeat and victory […]. » (International Correspondence Schools, « What d’ye KNOW », Popular Mechanics, vol. XX, 1913, p. 145).

15 « Why not divert the young man’s thoughts in practical and useful channels? Most boys would rather read Popular Mechanics than any other story paper. » (Popular Mechanics, 1903, vol. V, p. 301).

16 « Get a Meccano Outfit now and start this fine hobby. It brightens the dullest hours, gives you a passport to engineering wonderland, teaches you how to plan and build and invent. » (« Meccano », Popular Mechanics, vol. XXII, 1914, p. 105).

17 Anthony Barker, « Strong arms », Popular Mechanics, vol. XVII, janvier-juin 1912, p. 129.

18 Lionel Strongfort, « Don’t you want to succeed », Popular Mechanics, vol. XX,, décembre 1913, p. 141.

19 « It’s perfectly simple that you can’t become a man of achievement and power and influence without Health – Strength – Vitality. Then why do you wait? » (ibid., p. 141).

20 « The Strongfort System […] is a scientific and authoritative application of scientific methods to Physical Culture. » (ibid., p. 141).

21 Lindstrom-Smith Co., « Power for you! », Popular Mechanics, vol. XX, décembre 1913, p. 171.

22 « It will chase away the years like magic. Every nerve, every fiber in your whole body will fairly tingle with the force of your own awakened power: Stagnation simply cannot exist. You are made over new from head to foot. Your blood is sent humming along through every vein, artery and tiny capillary. All the poisonous matters in your system are washed away. Every organ is put in a perfect working order. » (ibid., p. 171).

23 Ibid., p. 171.

24 Ibid., p. 171.

25 J. F. Kasson, op. cit., p. 15-16.

26 George M. Beard, American nervousness. Its causes and consequences. A supplement to Nervous Exhaustion (Neurasthenia), New York, G. P. Putnam’s sons, 1881.

27 « The sculptor with his chisel and mallet moulds beautiful figures of his own imagination. Just so can children be moulded to suit individual ideas of perfection […]. Stop and ask if you are properly moulding the youthful human beings in your care. Many a boy has cursed his own father because of his failure to inform him of important physiological secrets. Many a girl can rightly blame her mother for her ugliness and ill health. » (B. Macfadden, Macfadden’s Physical training, An illustrated system of exercise for the development of health, strength and beauty [1895], New York, The Macfadden Company, 1900, p. 33.)

28 Voir Ellis Cashmore, Making Sense of Sports, Londres-New York, Routledge, 2010, p. 176.

29 Physical Culture, vol. II, n°2, novembre 1899.

30 B. Macfadden, « Strong men, past and present, Physical Culture, vol. I, 1899, p. 210-213.

31 « President Roosevelt is one of the most marvelous exemplifications of the truth of the theories advanced in this magazine since its very inception. All the successes of his life, in literature, in war, in politics, in statesmanship, have been due to the indomitable physical energies back of his every effort. His great nervous power, developed by the cultivation of muscular and functional vigor, has been the means of creating that force, determination, stability of character […]. Wake up, boys, and begin the process of building a superb manly body. President Rossevelt has shown the possibilities for you […]. » (B. Macfadden, « Strength, Energy – President Roosevelt », Physical Culture, vol. VI, décembre 1901, p. 136).

32 « It is the editor’s firm and conscientious belief. That weakness is a crime. That one has no more excuse for being weak than he can have for going hungry when food is at hand. That if one possesses sufficient vitality to remain alive under the abnormal conditions of sickness, he has more than sufficient strength to regain vigorous health. That usually disease is simply an effort on the part of the physical organism to right itself, and is the means adopted to attain the end of effecting a cure. That disease is not “sent by Divine Providence”, but is the result of the victim’s own ignorance or carelessness. That vigorous, pulsating health, with all the energy of mind and body that accompanies this exalted physical condition, is within the reach of all. That health and strength of a high degree is the natural condition of man, and it is otherwise only when one’s life does not conform to nature’s laws. That there are thousands in every civilized country annually dying from consumption annually dying, from consumption, general debility, heart trouble, and other causes too numerous to mention, who could easily have been brought back to health, strength and power had they adopted rational methods at the proper time. That his great purpose in life is to “preach the gospel” of health, strength and the means of acquiring it. That the finest and most satisfying results that can be acquired from proper physical culture are the cure of disease and the development of that energy, vitality and health essential to the success and happiness of life. » (B. Macfadden, « Physical Culture », Physical Culture, vol. I, 1899, p. 3).

33 Ibid., p. 3.

34 Ibid., p. 3.

35 Harry G. Hedden, « Jesus as a Physical Culturist », Physical Culture, vol. XXII, juillet 1909, p. 17-23.

36 Ibid., p. 17.

37 « Head and bust of Christ by Heck, showing shoulders of a breath that would accompany a superior physique […]. » (ibid., p. 17).

38 « What about the habits of Jesus’ life? Evidently, very evidently, He lived a simple, outdoor, natural, healthful life – a physical culture if you please. He loved Nature. […] When He began His public life, He had a strong, healthy body, a body capable of enduring hardship, exposure, and other severe demands upon His strength. » (ibid., p. 23).

39 « I feel that while editing this magazine I am engaged in philanthropic work.

The Gospel of Health, to my mind is of far more importance than any religion. It is a religion, and I am proud to be working for a cause that promises so much to convert now, here, to-day and tomorrow.

It is not a theory – the rewards are palpable to the sense of sight and of feeling almost immediately I may make errors occasionally – there are but few who do not – but the foundation of every fact proclaimed in this publication is NATURE.

Man is an animal – and in order to enjoy the happiness and successes of this life, wholesome, beautiful animal. That physical power is the “foundation stone” upon which should be built all that is elevating, inspiring, ennobling. » ([B. Macfadden], « [éditorial] », Physical Culture, vol. I, septembre 1899, p. 199).

40 « Whiskey, ignorance and disease are boon companions. They travel in the same class. You will find them conferring together at all time. The cartoonist in this instance has given them their appropriate characteristics. » (Physical Culture, vol.VIII, octobre 1902, p. 248).

41 « The results of our efforts cannot be stated at this writing; but whether successful or not, the battle will prove of value as an educational influence upon the general public, and help forward the day when the vicious and every way useless practice of vaccination will be abolished; when indeed, it will become a penal offense for anyone to inject the virus of cowpox into the circulation of a human being. » (Charles E. Page, « Revolt of the anti-compulsory vaccinationists in Boston », Physical Culture, vol. VII, avril 1902, p. 20) ; voir également A. Opermann, « Vaccination is One of the Main Causes of Cancers and Consumption », Physical Culture, vol. VIII, décembre 1902, p. 171-173.

42 Remarquons en ce sens que parmi les publicités insérées dans leur revue figurent les ouvrages publiés par Physical Cultural Co. ; une pleine page est ainsi consacrée en 1899 aux ouvrages de John Smith et Russell Thacher Trall, Fruits and Farinacea. The proper Food of Man (1845), et celui de Martin Luther Holbrook, Eating for Strength, or Food and Diet in their relation to Health and Work (1888) (Physical Culture, vol. I, 1899, p. 109).

43 « the prudes are not interested in remedying defects. their policy is to hide everything – ugliness, weakness and diseases. Merely cover it up, and as long as others cannot see it there is but little difference. At least, this is the theory they seem to hold. Everywhere you find these prurient victims of mock modesty, harping on the baneful influence of the nude. » (B. Macfadden, [éditorial], Physical Culture, vol. IX, février 1903, p. 149).

44 « We want to harp on the purifying, elevating, ennobling, strengthening influence of the nude. » (ibid., p. 149).

45 « When a man is made thoroughly familiar with what is needed in order to acquire and maintain a superb body, when he fully knows the appearance and condition that his own body should assume in order to acquire and retain that perfect manhood which every man so strongly desires, he will earnestly, willingly and thoroughly take any steps that are essential to secure these greatly desired results. He will cease to waste his vitality in dissipation, cease to consume whiskey, beer and champagne, cease to harden and dull the sensitiveness of his nervous system with tobacco dope. » (ibid., p. 150).

46 Physical Culture, vol. VII, janvier 1902, p. 164, cité dans Peter J. Miller, « The Imaginary Antiquity of Physical Culture », The Classical Outlook, vol. 93, n° 1, 2018, p. 23.

47 « The magnificent specimens of human physical life handed down to us in ancient Grecian sculpture, would leave the impression that Nature was more lavish in the dispensation of her favors at that time than she is to-day. Such is not the case. The development of a fine physique is governed by laws of accurate, as definitely fixed, as are the movements of the heavenly bodies. Physical training was to the ancient Greeks what mental culture is to the present time. […] In every human being of to-day there is a possibility for the development of just as much beauty, just as much health and strength, as there was in the days of the ancient Grecian athletes. », (B. Macfadden, Macfadden’s Physical training, op. cit., p. 23). Sur cette question, voir Robert Ernst, Weakness is a crime: The Life of Bernarr Macfadden, Syracuse-New York, Syracuse University Press, 1991, p. 17).

48 « […] pandering to the worst forms of vice by means of rotten literature and pictures […]. » (B. Macfadden, « Details of the Prosecution of the Editor », Physical Culture, vol. XXIII, février 1910, p. 132).

49 Sans doute d’après Jean de Bologne ; il faut noter que statuaire antique et formes classiques sont régulièrement confondues dans la revue.

50  « They found that the proceedings below had been entirely correct, that certain things in the magazine (presumably the illustration of Greek statues), showed the magazine to be improper, and now comes the final blow – that it was evident that my purpose in publishing the magazine was “to cater to a prurient taste”. […] I Bernarr Macfadden, who had labored so long in the cause of humanity, and whose record is known to hundreds of thousands, was publishing the magazine by which he sought to reach the people, for no higher motive than to try to make money by selling improper literature and illustrations. And you, dear readers, were found to be persons of “prurient tastes” to whom I was catering. » (ibid., p. 133).

51 Gilman Low, « The Ideal male figure », Physical Culture, vol. X, septembre 1903, p. 255.

52 « A weight-lifter alone is not my ideal of a strong man. You usually associate a heavy weight-lifter with slowness, rigidity of movement, and sometimes even awkwardness and ungainliness. An ideal strong man should be quick, graceful, and in thorough possession of all the powers of body which indicate strength in all its most beautiful and most harmonious forms. » (Physical Culture, vol. VII, avril 1902, p. 11).

53 Gilman Low, art. cit., p. 256.

54 Se référer à Claire Barbillon, Les Canons du corps humain au xixe siècle. L’Art et la Règle, Paris, Odile Jacob, 2004.

55 Physical Culture, vol. X, juillet 1903, p. 90.

56 « Contest for best improvement in physical development in four months », Physical Culture, vol. X, août 1903, p. 168-169.

57 « They tell a pretty story of Grecian beauty. They say the women, while bearing child, were wont to look upon the matchless statuary ordered by Pericles and carved by Phidias and Praxiteles. If the sheep story of the Bible be true, why not this one about Greek beauty?

The same suggestive illustration has been used to account for the beauty of Italian girls, in Florence and the other great centers of italian art. The mothers, feasting their eyes upon the beauties of Raphael, Angelo, Leonardo and Angelico, carried their emotions over to their offspring. » (Dr. James C. Monaghan, « The Strength of Sparta », Physical Culture, vol. XIV, juillet 1905, p. 24-28). Ce même culte est rapporté par F. M. Mackie : « Beautiful persons were sometimes worshipped as something half divine, and Greek women often kept statues of Apollo or Adonis in their rooms, that they might, by looking on them, have sons as beautiful. » (F. M. Mackie, « Greek Athletes and the Olympic Games », Physical Culture, vol. XII, octobre 1904, p. 369).

58 Chas E. Faulkner Jr, « A Summons », Physical Culture, vol. VI, mars 1902, p. 277.

59 « The Greeks of 500 B. C., according to one of the foremost scientists of the nineteenth century, were physically, as well as mentally, far superior to the people of any modern nation. The care and training of the body in harmony with the mind was the aim of Greek education. » (F. M. Mackie, art. cit., p. 369).

60 « Sandows, Cyrs and Samsons, as mighty as any that we can boast, were killed each day in the marketplace. » (ibid., p. 275).

61 « In each case their people succumbed because of weakness and degeneracy that follow a life of luxury, ease and dissipation. Physical degeneracy, in other words, in every case has brought their downfall, their end. […] Are we, too, consigned to the same fate? Is it necessary that we should grow weaker ad we grow wiser? » (« Physical Culture – Its phenomenal growth », Physical Culture, vol. VII, avril 1902, p. 44-45).

62 Cette culture antique est bien sûr arrangée pour correspondre aux principes édictés par Macfadden ; voir sur ce point P. J. Miller, « The Imaginary Antiquity of Physical Culture », art. cit., p. 21-31.

63 « The lesson left by the Spartans the world has learned by heart. “How”, one will ask and justly, “was all this possible?” The answer is easy and natural: “Because they lived large-hearted, large-minded, natural lives.” » (Dr. J. C. Monaghan, « The Strength of Sparta», art. cit., p. 24).

64 « After being bathed in wine at their birth, to test their right to enter and stay in the arena of life, the baby boys and girls of Sparta were left to kick, squirm and move their limbs as freely as if they were little animals. There was no swaddling of them in uncomfortable and so-called ornamental garments. The little ones, left largely to that best of mothers, Nature, grew up free, untrammeled and unrestrained in limb and form. » (ibid., p. 25).

65 « What shall we say of the man who fails to develop the third force which God has given him? Will it be possible for such a one to attain the degree of mental and spiritual development which God intended that he should seek? No, most emphatically, no! […] Hence it is, that neglect of the physical side of man’s nature is absolute sin; and how many of us are there, there is cause to inquire, can return a negative answer to such an accusation? » (Chas. E. Faulkner Jr, art. cit., p. 276).

66 Ce modèle est présent dans le catalogue de moulages de Domenico Brucciani (1914) reproduit dans Francis Haskell, Nicholas Penny, Pour l’amour de l’Antique. La statuaire gréco-romaine et le goût européen, 1500-1900, Paris, Hachette, 1988, p. 138. Nous tenons ici à remercier Claire Barbillon pour cette identification.

67 J. R. Stevenson, « A Long-lived Race », Physical Culture, vol. VI, juillet 1902, p. 176-177.

68 Ibid., p. 176.

69 « In short, they are credited with having every sense developed to the greatest degree, as well as being possessed of a stock of vitality that carries them through a life twice as that of the man of civilized life and environment […]. » (ibid., p. 177).

70 « Kaffir Athletes », Physical Culture, vol. VII, juin 1902, p. 148-149.

71 « It is here that the most unobservant are compelled to see the great lesson to be learned from beasts in captivity by man in civilization. The moral is written large over the door of every cage and paddock […]. » (William E. Meehan, « Food supply for animals under restraint », Physical Culture, vol. IX, juin 1903, p. 462).

72 « Otto Petersen, The danish strong man, and how he hopes to cross Niagara falls », Physical Culture, vol. IX, juin 1903, p. 466-467.

73 « Can you not arrange an exhibit of perfect manhood and perfect womanhood? I know that the appearance of cattle, horses, guinea pigs, pug dogs, and bantam chickens are supposed to be much more important than humanity, but is humanity deserving of a little attention? are we so contemptible that we ought to be crowded out and left entirely unnoticed? » (John W.Van Deventen, « Suggestion to the World’s fair offer prizes for Human Animals », Physical Culture, vol. IX, avril, 1903, p. 345).

74 « Imagine, if you can, the change that would occur in the appearance of men and women of this country if we were to offer prizes and in every way encourage the development of perfect men and superb women? Instead of exhibiting our magnificent specimens of horseflesh, we might have something to exhibit of real value to the race; something that would mean more strength, more health, more stability of character and more power of mind as well as beauty of body. » (B. Macfadden, « [sans titre] », Physical Culture, vol. IX, avril 1903, p. 346).

75 B. Macfadden, « My experience going back to nature. Gardening, Mountain and tree climbing as a means of building physical power », Physical Culture, vol. XII, août 1904, p. 99-102.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : « Al Treloar »
Légende Illustration n° 1 de Bernarr Macfadden, « Solid Comfort and Health for hot weather », Physical Culture, v. XII, juillet 1904, p. 3
Crédits Courtesy of HathiTrust
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 2 : International Correspondance Schools, « What d’ye KNOW »
Légende Popular Mechanics, 1913, vol. XX, p. 145
Crédits Courtesy of HathiTrust
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 3 : Sarony, Classical Pose of the Author, photogravure, 1900
Légende Bernarr A. Macfadden, Macfadden’s physical training, An Illustrated system of exercise for the development of Health, Stength and Beauty, New York, MacFadden Cie, 1900, p. 17
Crédits Paris, collection du Centre André Chastel
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 4 : Sarony, Classical Pose of the Author, photogravure, 1894
Légende Bernarr A. Macfadden, Macfadden’s physical training, An Illustrated system of exercise for the development of Health, Stength and Beauty, New York, MacFadden Cie, 1900, p. 13
Crédits Paris, collection du Centre André Chastel
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig.5 : Bill Nye, « Physical Culture », gravure sur bois
Légende Physical Culture, vol. VIII, oct. 1902, p. 248
Crédits Courtesy of HathiTrust
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 6 : « Primitive Man »
Légende Physical Culture, v. VI, janv. 1902, couverture
Crédits Courtesy of HathiTrust
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 7 : Sarony, The Author Posed after the Painting « The Youth of Samson. », photogravure, 1894
Légende Bernarr A. Macfadden, Macfadden’s physical training, An Illustrated system of exercise for the development of Health, Stength and Beauty, New York, MacFadden Cie, 1900, p. 5
Crédits Paris, collection du Centre André Chastel
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2890/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Laugée, « Physical Culture »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2890 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2890

Haut de page

Auteur

Thierry Laugée

Centre André Chastel, Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search