Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Les collections du Palais Gallier...« Le vêtement doit être au servic...

Les collections du Palais Galliera et le sport

« Le vêtement doit être au service du corps »

Combinaison léotard et paire de gants par Issey Miyake
Alexandre Samson

Texte intégral

Issey Miyake, Léotard et paire de gants assortis. Prêt-à-porter, automne-hiver 1989-1990

Issey Miyake, Léotard et paire de gants assortis. Prêt-à-porter, automne-hiver 1989-1990

Maille stretch 80 % polyuréthane et 20 % Nylon imprimée bleu d’encre sur chair
Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, Inv. GAL2012.18.6 (1 à 3), don anonyme.

© Palais Galiera

1Issey Miyake (Hiroshima, 1938), présente son premier défilé en 1971. En 1976, sa collection « A Piece of Clothes » interpelle. La construction de ses vêtements va à l’encontre des techniques occidentales : à la coupe en forme sur un corps en trois dimensions, Miyake préfère une coupe à plat et laisse la matière s’exprimer et créer de nouveaux volumes, le tout donnant au corps son aisance.

  • 1 Palais Galliera, Inv. GAL1960.58.62, don de la Société de l’Histoire du costume, ancienne collectio (...)
  • 2 Palais Galliera, fonds ancien.

2Pour la collection automne-hiver 1989-1990, Miyake présente ses premiers essais de plissés en fibres polyester, à l’origine de la ligne Pleats Please initiée en 1992. Au sein de ce défilé historique, un groupe de léotards imprimés fait sensation. Le « léotard », ou justaucorps, est un body moulant, comportant des manches et des jambes couvrant parfois les pieds. Élément de lingerie populaire au xixsiècle, il est adopté par le monde du spectacle grâce au trapéziste Jules Léotard (Toulouse, 1838-Toulouse, 1870), qui, le premier, l’aurait arboré afin de souligner ses mouvements et sa musculature. La comédienne Jeanne Roques, dite Musidora (Paris, 1889- Paris, 1957), devient célèbre en portant un justaucorps en maille de soie noire, dont le Palais Galliera possède un exemple daté de 19181. En outre, l’usage d’une telle combinaison garantit la décence des comédiennes sur scène tout en donnant l’illusion de la nudité. C’est le cas d’un léotard en fin jersey de soie rose clair aux pieds formant même des orteils, porté vers 1900 par la comédienne Caroline-Eugénie Segond-Weber (Paris,1867- Paris, 1945)2.

  • 3 Palais Galliera, Inv. GAL1971.36.3, don André Courrèges et Inv. GAL1988.1.110, don de la Société de (...)

3Adopté comme vêtement d’exercice par les danseurs, le léotard intègre la mode dès la fin des années 1960. Pour la saison haute couture automne-hiver 1968-1969, André Courrèges (Pau, 1923-Neuilly-sur-Seine, 2016) l’introduit sous forme de body intégral, en tricot de laine ou de coton blanc, porté sous des robes, des capes ou des minijupes, comme en témoignent deux tenues conservées par le Palais Galliera3.

4À la fin des années 1980, cette combinaison moulante se décline en prêt-à-porter, notamment grâce à l’invention de la matière Stretch bi-extensible par Marc Audibet qui la déploie dans ses collections à partir de 1984.

  • 4 « Vogue Signals. Nightlife », Vogue, édition américaine, juillet 1989, p. 152 ; « La mode 89-90 des (...)
  • 5 « Tattoo you », ELLE, édition américaine, août 1989, p. 192.

5L’un des exemplaires de la collection automne-hiver 1989-1990 d’Issey Miyake a été offert en donation au Palais Galliera en 2012 par Marie Chalmel, directrice de la communication de la maison Miyake. En maille stretch composée de fibres synthétiques à 80 % polyuréthane et 20 % Nylon, ce léotard, s’il dénude légèrement le dos en arrondi, couvre les bras et les jambes tout en épousant et fuselant les courbes du corps féminin. Comme un trompe-l’œil de nudité, il est entièrement imprimé de motifs abstraits bleu d’encre sur fond chair inspirés de tatouages polynésiens et de certaines tribus d’Amérique du Sud. Parmi la centaine de modèles du défilé Issey Miyake automne-hiver 1989-1990, ce léotard est la pièce la plus publiée. De l’édition américaine de Vogue à Rolling Stones4, la presse, comme Elle5, loue cette « seconde peau parfaite, pour un corps soyeux en mouvement ».

6Les années 1980 célèbrent un corps athlétique. Par sa matière, ce léotard confère une liberté totale aux mouvements du corps féminin. Il révèle les courbes en donnant l’impression d’une nudité aux détails anatomiques gommés par la tension du stretch. La pratique sportive extérieure, l’engouement pour les salles de sport mais aussi la popularisation de la pratique des exercices à domicile, grâce à la télévision, concourent à la promotion d’un corps galbé que le vêtement vient souligner et non plus modeler.

  • 6 Interview d’Issey Miyake publiée dans ELLE, 4 mai 1992, p. 114.

7L’œuvre d’Issey Miyake, pour qui « le vêtement doit être au service du corps »6, est fidèle à l’esprit de son temps. Initiée en 1997, la collection Issey Miyake du Palais Galliera compte soixante-six tenues couvrant la carrière du créateur japonais, de ses débuts en 1972 jusqu’en 1999, date à laquelle il se retire de la création. L’entrée de cet ensemble enrichit de manière notable ce fonds, tout en s’inscrivant dans l’histoire du léotard, bien représentée dans les collections historiques du musée de la Mode de la Ville de Paris.

Haut de page

Notes

1 Palais Galliera, Inv. GAL1960.58.62, don de la Société de l’Histoire du costume, ancienne collection André Gilles.

2 Palais Galliera, fonds ancien.

3 Palais Galliera, Inv. GAL1971.36.3, don André Courrèges et Inv. GAL1988.1.110, don de la Société de l’Histoire du costume.

4 « Vogue Signals. Nightlife », Vogue, édition américaine, juillet 1989, p. 152 ; « La mode 89-90 des créateurs. Libérée, structurée, osée », ELLE, 28 août 1989, p. 43 ; « Miyake Hautnah », Elle, édition danoise, octobre 1989, p. 250 ; Rolling Stones, octobre 1989, n. p. ; « Gilbert della Noce - Issey Miyake », L’Officiel, décembre 1989, p. 270.

5 « Tattoo you », ELLE, édition américaine, août 1989, p. 192.

6 Interview d’Issey Miyake publiée dans ELLE, 4 mai 1992, p. 114.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Issey Miyake, Léotard et paire de gants assortis. Prêt-à-porter, automne-hiver 1989-1990
Légende Maille stretch 80 % polyuréthane et 20 % Nylon imprimée bleu d’encre sur chairPalais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, Inv. GAL2012.18.6 (1 à 3), don anonyme.
Crédits © Palais Galiera
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Samson, « « Le vêtement doit être au service du corps » »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2954 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2954

Haut de page

Auteur

Alexandre Samson

Palais Galliera

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search