Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Les collections du Palais Gallier...La culotte

Les collections du Palais Galliera et le sport

La culotte

Pascale Gorguet-Ballesteros et Garance Salaün

Texte intégral

  • 1 Ce vêtement ainsi que d’autres, associés à des documents graphiques et photographiques, sont à retr (...)

Culotte de cycliste, vers 1895-19001. Sergé de laine gris chiné ; boutons en nacre

Culotte de cycliste, vers 1895-19001. Sergé de laine gris chiné ; boutons en nacre

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, inv. GAL 1995.122.X

CCØ Paris Musées / Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

1Les premières décennies de la Belle Époque voient se développer la pratique physique et sportive, et annoncent particulièrement l’avènement du cyclisme et de la bicyclette en France. Cependant, la bicyclette, bien qu’elle se popularise progressivement, au même titre que d’autres sports tels que la natation ou la chasse, est très majoritairement réservée aux hommes à ses débuts. Les cyclistes féminines font en effet l’objet de vives critiques, aussi bien hygiénistes que sociétales : elles seraient inconscientes de s’adonner à une pratique trop dangereuse. De même, cette activité leur apporterait trop de liberté d’action et d’indépendance.

2Pour autant, nombreuses sont les femmes à braver petit à petit l’interdit. Avec la démocratisation du vélocipède et l’apparition de nouveaux modèles plus économiques, vers 1895, pédaler est devenu à la mode. Bridées par leurs corsets étouffants et leurs longueurs de jupes qui se coincent dans les rayons des bicyclettes, les dames adoptent progressivement une tenue tout à fait spécifique : la culotte bouffante, resserrée en-dessous du genou. Celle-ci est empruntée au vestiaire masculin où elle est en usage pour les activités physiques pédestres et pour faire du vélo. Un rare exemple de ces culottes cyclistes féminines, datée de la toute fin du xixe siècle, est conservé au Palais Galliera : ses rangées de boutons en nacre placés sur les hanches ainsi que son sergé de laine répondent aux exigences de maintien et de résistance requises par les vêtements de sport.

  • 2 Patricia A. Cunningham, Reforming Women’s Fashion, 1850-1920. Politics, Health and Art, Kent & Lond (...)
  • 3 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, Paris, Ernest Flammarion, 1899, p. 201-237.

3Ce type de vêtement reste, souvent encore, improprement nommé « bloomer », en référence à l’Américaine Amelia Bloomer (1818-1894) qui, à la suite de quelques femmes désireuses, entre autres, de s’habiller de façon plus pratique pour leur quotidien, revêtit en 1851 un pantalon – et non une culotte – long et bouffant aux chevilles. La même année, Amelia Bloomer devint célèbre en confiant ses impressions à l’organe de presse The Lily, suscitant des réactions parfois violentes chez ses lecteurs. D’après certaines hypothèses, le vêtement arboré par Amelia Bloomer, souvent surnommé par la presse américaine « Turkish pants » (« pantalons à la turque »), aurait une origine controversée. Il pourrait en effet dériver de ceux portés par des curistes européennes, des gymnastes ou des femmes vivant dans des communautés américaines spécifiques 2. La renommée d’Amelia Bloomer traversa les océans, au point que l’historien et journaliste John Grand-Carteret (1850-1927) lui consacra une trentaine de pages dans son ouvrage La Femme en culotte, publié en 18993 :

  • 4 Ibid., p. 201-202.

Le « bloomérisme » ! […] Ne cherchez point midi à quatorze heures. C’est tout simplement la culotte – et par extension le culottisme – baptisé du nom de la brave dame qui, la première en notre siècle, […] eut l’idée de réformer le costume féminin et de doter la femme d’un habillement plus ou moins gracieux ayant pour base la blouse et le pantalon4

  • 5 Ibid., p. 218-219.
  • 6 Pascale Gorguet Ballesteros, «Women in Trousers : Henriette d’Angeville, a French Pioneer ? », Fash (...)

4Il ajoute : « Bloomérisme. Système qui consiste à changer les femmes en hommes et les hommes en femmes sans cependant modifier les sexes 5. » Le « bloomérisme » éclipsa ainsi totalement la pionnière française, Henriette d’Angeville (1794-1871) qui, en 1838, avait fait l’ascension du mont Blanc déjà vêtue d’un pantalon bouffant choisi pour des raisons de praticité.6

5Des représentations iconographiques de la culotte affluent dans la publicité, la presse de mode et les écrits satiriques, particulièrement à partir des années 1890. Mais les références à la culotte se retrouvent surtout dans les revues spécialisées ou bien dans les journaux humoristiques, dans une moindre mesure dans la presse féminine. Ce n’est que plus avant dans le xxsiècle que ce vêtement sportif devient courant dans le vestiaire féminin, et apparaît davantage dans les pages des magazines de mode.

  • 7 Quelques femmes en costume de chasse sont représentées dans la revue La Mode illustrée. Voir à titr (...)
  • 8 « Quelques femmes à bicyclette », La Vie parisienne, 16 septembre 1893, p. 516-517.
  • 9 « Jupe ou culotte ? », La Vie parisienne, 5 octobre 1895, p. 575-576.
  • 10 Le Rire, 8 décembre 1894, p. 10.
  • 11 Le Rire, 13 juillet 1895, p. 2.
  • 12 Le Rire, 12 janvier 1895, p. 10.
  • 13 Le Sport illustré, 1895, p. 96.

6Les planches de La Mode illustrée, par exemple, ne présentent aucune culotte féminine durant les deux dernières décennies du xixe siècle, alors même que plusieurs femmes en costume de chasse sont évoquées7. De même, La Vie parisienne préfère mettre en scène la femme dans des scènes de chasse ou d’équitation, consensuelles, plutôt qu’à bicyclette. Notons tout de même deux articles de cette revue à propos du cyclisme. Le premier, de 18938, met en scène dans une double page dessinée intitulée « Quelques femmes à bicyclette » des personnages féminins sur des vélocipèdes, et décrit l’un d’entre eux comme vêtue d’un « pantalon ». Deux ans plus tard, le débat sur le port de la culotte, de préférence à la jupe, est lancé dans cette même revue : « La femme qui pratique la bicyclette doit-elle porter jupe ou culotte est l’intéressante question qui remplit les colonnes des journaux depuis quelque temps9. » La verve des satiristes s’en trouve stimulée. Le journal Le Rire, entre autres, s’en fait la tribune. Une caricature de 1894 est légendée : « […] ce n’est pas une honnête femme comme la mère de tes enfants qui s’habillerait de cette façon-là [sic] !10 » Toujours dans Le Rire, une cycliste en culotte se récrie : « Devenir votre femme, moi, la femme d’un Monsieur qui monte à cheval ! Mais vous êtes du siècle dernier, mon cher ami11. » Quelques mois auparavant, le même journal avait montré une jeune femme, toujours en culotte, assise sur son mari couché sur le cadre d’une bicyclette, le tout sous-titré « Cyclisme conjugal12. » Plus visionnaire, Le Sport illustré reprend vers 1895 une solution alternative au port de la culotte, la jupe-culotte présentée dans les catalogues commerciaux : « Portera-t-on la jupe ou le pantalon ? Ou bien encore les jupes-culottes, jupes pantalons qui successivement ont pris naissance chez les différents costumiers sportifs13 ? »

  • 14 Jean Béraud, Le Chalet du cycle au Bois de Boulogne, vers 1896-1900, huile sur toile, 65 x 53,3 cm, (...)
  • 15 Victor Mignot, Les Clubs vélocipédiques de l'agglomération bruxelloise [...] organisent le 1er sept (...)
  • 16 Les collections américaines comportent davantage de culottes qui auraient été portées pour la gymna (...)
  • 17 John Grand-Carteret, op. cit., p. 342., cité par Pascale Gorguet Ballesteros, Marie-Laure Gutton, « (...)

7Néanmoins que ce soit dans la presse, la peinture, comme dans le célèbre tableau de Béraud (1849-1935) Le Chalet du cycle au Bois de Boulogne14, ou les arts graphiques, comme pour l’affiche de 1895 du Vélodrome bruxellois de grandes courses vélocipédiques15, nombreuses sont les illustrations figurant une culotte de cycliste similaire à celle conservée au Palais Galliera, reproduisant fidèlement son aspect bouffant et ses boutons latéraux. Paradoxalement, en comparaison de l’abondance des sources iconographiques, très peu de modèles sont aujourd’hui conservés dans les collections muséales françaises, probablement parce qu’ils furent trop portés, abîmés et donc très peu conservés au fil du temps16. De cette effervescence vestimentaire, l’ouvrage de John Grand-Carteret reste sans doute le meilleur témoin, attestant la réception contrastée suivant les sexes de ce nouvel usage. Il interroge ainsi la postérité de la culotte féminine et sa possible réappropriation dans la tenue quotidienne des décennies suivantes : « Jusqu’où ira l’influence de la bicyclette en matière de toilette ? […] le culottisme gagnera-t-il toute la société féminine, obtenant ses grandes entrées dans la vie civile, sans avoir pour cela besoin d’aucune machine, bicyclette ou automobile17? »

Haut de page

Notes

1 Ce vêtement ainsi que d’autres, associés à des documents graphiques et photographiques, sont à retrouver dans Pascale Gorguet Ballesteros, Marie-Laure Gutton, « Mode féminine et sport ; 1880-1939, dans les collections des musées de la Ville de Paris », Parcours thématique dans Paris Musées Collections, https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/parcours-thematiques/mode-feminine-et-sport-1880-1939 [date de consultation 24/09/2020].

2 Patricia A. Cunningham, Reforming Women’s Fashion, 1850-1920. Politics, Health and Art, Kent & Londres, The Kent State University Press, 2003, p. 33-44.

3 John Grand-Carteret, La Femme en culotte, Paris, Ernest Flammarion, 1899, p. 201-237.

4 Ibid., p. 201-202.

5 Ibid., p. 218-219.

6 Pascale Gorguet Ballesteros, «Women in Trousers : Henriette d’Angeville, a French Pioneer ? », Fashion Practice. The Journal of design, Creative process & The Fashion Industry, vol. 9, 2017, 2, p. 200-213, disponible en ligne : https://doi.org/10.1080/17569370.2016.1215112 [date de consultation 24/09/2020] ; voir également la contribution de Pascale Gorguet Ballesteros au présent numéro de la revue Apparence(s).

7 Quelques femmes en costume de chasse sont représentées dans la revue La Mode illustrée. Voir à titre d’exemple La Mode illustrée, no37, 11 septembre 1881 ; La Mode illustrée, no34, 1888.

8 « Quelques femmes à bicyclette », La Vie parisienne, 16 septembre 1893, p. 516-517.

9 « Jupe ou culotte ? », La Vie parisienne, 5 octobre 1895, p. 575-576.

10 Le Rire, 8 décembre 1894, p. 10.

11 Le Rire, 13 juillet 1895, p. 2.

12 Le Rire, 12 janvier 1895, p. 10.

13 Le Sport illustré, 1895, p. 96.

14 Jean Béraud, Le Chalet du cycle au Bois de Boulogne, vers 1896-1900, huile sur toile, 65 x 53,3 cm, Paris, musée Carnavalet, inv. P.1665.

15 Victor Mignot, Les Clubs vélocipédiques de l'agglomération bruxelloise [...] organisent le 1er septembre 1895 au Vélodrome Bruxellois de grandes courses vélocipédiques au bénéfice de l’Œuvre des Enfants Martyrs…, 1895, affiche, lithographie couleur, Imp. J. E. Goossens, rue du Houblon, 33 (Bruxelles), 125 x 90 cm : voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9005543b [date de consultation 24/09/2020].

16 Les collections américaines comportent davantage de culottes qui auraient été portées pour la gymnastique ou la natation. C’est par exemple le cas d’un bloomer de gymnastique conservé au Costume Institute, The Metropolitan Museum, New York (Inv. 1981.149.11). En anglais, le nom bloomer permet un jeu de mots entre le patronyme d’Amelia Bloomer et le verbe to bloom (fleurir, s’épanouir).

17 John Grand-Carteret, op. cit., p. 342., cité par Pascale Gorguet Ballesteros, Marie-Laure Gutton, « Mode féminine et sport, 1880-1939 dans les collections des musées de la Ville de Paris », Parcours thématique dans Paris Musées Collections, https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/parcours-thematiques/mode-feminine-et-sport-1880-1939 [date de consultation 24/09/2020].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Culotte de cycliste, vers 1895-19001. Sergé de laine gris chiné ; boutons en nacre
Légende Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, inv. GAL 1995.122.X
Crédits CCØ Paris Musées / Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Gorguet-Ballesteros et Garance Salaün, « La culotte »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2975 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2975

Haut de page

Auteurs

Pascale Gorguet-Ballesteros

Palais Galliera

Garance Salaün

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search