Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Les collections du Palais Gallier...Antonio 1970. Le corps à la mode.

Les collections du Palais Galliera et le sport

Antonio 1970. Le corps à la mode.

Laurent Cotta

Texte intégral

Antonio Lopez, dit "Antonio"

Antonio Lopez, dit "Antonio"

Juin-juillet 1970, L´Uomo, Vogue Italie
Encre de Chine, stylos Pentel, films de couleur sur papier, 62 X 46 cm

inv. GAL2016.5.31 et inv. GAL2016.5.32
Acquisition Vogue Paris Foundation 2015
Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
(avec l’aimable autorisation de la famille de l’artiste)

1https://www.palaisgalliera.paris.fr/​fr/​oeuvre/​pourquoi-pas-st-trop-antonio

Juin-juillet 1970, Vogue Paris
Encre de Chine, stylos Pentel, films de couleur sur papier, 62 X 46 cm

Inv. GAL2015.1.1
Acquisition Vogue Paris Foundation 2014
Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
(avec l’aimable autorisation de la famille de l’artiste)

  • 1 « Bikers », L’Uomo Vogue, juin-juillet 1970, p. 90-91.
  • 2 « Pourquoi Pas Saint-Trop ? », Vogue, édition française, juin- juillet 1970, p. 74
  • 3 Michael A. Langkjaer, « Urban Fitness, Gendered Practices, and Fine Art : The Significance of Anton (...)

2Les trois dessins d’Antonio Lopez (1943-1986), dit Antonio, ici présentés, appartiennent à deux séries commandées à l’illustrateur pour deux titres du groupe Condé Nast : L’Uomo Vogue1 et Vogue France2 des mois de juin et juillet 1970. Il s’agit de la première collaboration d’Antonio avec les éditions italienne et française de la prestigieuse revue de mode américaine. Le dessinateur renouvelle l’illustration de mode dès le milieu des années 1960. Le genre avait déserté les pages des grands magazines au tournant des années 1950-1960, au profit de la photographie de mode. Aux antipodes des dessins à l’élégance hautaine et compassée des années du New Look, Antonio propose un style en parfaite harmonie avec les révolutions survenues dans le monde de la mode dès le début de la décennie. Son style traduit parfaitement l’art de son temps. S’il s’inspire des aplats des estampes japonaises ou du trait d’un Aubrey Beardsley (1872-1898), sa production s’intègre, avant tout, dans l’esthétique du Pop Art3, en ce début des années 1970. Il ne cessera d’expérimenter par la suite d’autres formes d’expression, renouvelant son talent en fonction des séries qui lui sont commandées.

3Ces trois planches, qu’elles aient été dessinées pour un magazine féminin ou masculin, dans tous les cas luxueux et élitiste, font preuve d’une parfaite unité esthétique et stylistique, à tel point qu’un biker sorti de la série créée pour L’Uomo Vogue s’invite en arrière-plan de la page du Vogue France, intitulée « Pourquoi pas Saint-Trop ? ». Chaque planche témoigne de la même sensualité, voire de la même charge érotique, mêlées aux éléments de la contre-culture : hippies de luxe, bikers, nudité féminine assumée et triomphante traitée de manière particulièrement sophistiquée. La presse de mode de luxe est, à bien des égards, un baromètre de l’intégration des nouveaux phénomènes de société et de leur reprise, ou récupération, dans le renouvellement du vocabulaire du glamour, se vidant par là-même de leur charge transgressive pour entrer dans les courants de mode.

  • 4 Voir David Teboul, Yves Saint Laurent. Le temps retrouvé, film documentaire, 2002.

4Lors d’une interview télévisée en 19684, le grand couturier Yves Saint Laurent (1936-2008) déclarait détester les bourgeoises et préférer la notion de séduction à celle d’élégance, désormais caduque. Ainsi, le couturier conférait-il aux femmes le pouvoir conscient de séduire et de ne plus être de simples objets d’attraction, affichant au passage le niveau de fortune de leur conjoint. De même, Antonio traduit un rapport à la mode particulièrement sensuel, teinté de révolution sexuelle, à travers ces planches à l’aspect solaire. Ces éléments, liés aux différentes contre-cultures, deviennent des valeurs ajoutées à un style de vie hédoniste, se rapportant à un groupe financièrement favorisé, libéré des tabous de ses aînés, acteur accompli de la société des loisirs dont il lance les tendances.

5Antonio appartient à ces nouveaux groupes, que l’on pourrait déjà qualifier de « (grands) bourgeois-bohèmes ». Sa vie est indissociable de son œuvre. Ami d’Andy Warhol (1928-1987), Karl Lagerfeld (1933-2019), Yves Saint Laurent ou Anna Piaggi (1931-2012), il est de toutes les fêtes données entre New York, Paris et Saint-Tropez, rendez-vous obligés où se mêlent la jet set, le monde de la mode et la bohème. Travaillant entre deux nuits blanches, souvent d’après modèle, il sera, quelques années plus tard, le découvreur de mannequins ou d’icônes de mode telles Jerry Hall, Pat Cleveland, Jessica Lange, Grace Jones ou Paloma Picasso.

6La culture transatlantique du dessinateur se révèle dans les sources d’inspiration qu’il convoque pour réaliser ces illustrations, au travers de deux films, sortis exactement un an plus tôt, et solidement ancrés dans l’imaginaire collectif : Easy Rider, de Peter Fonda (1940-2019) et Dennis Hopper (1936-2010), et La Piscine de Jacques Deray (1929-2003). Les figures de l’illustration de l’édition française de Vogue empruntent les morphologies de Jane Birkin et de Marisa Berenson, alors mannequin le mieux payé, ainsi que les attitudes des deux jeunes femmes, dont les chevelures évoquent des flammes. L’androgynie de ces silhouettes sinueuses n’est pas seulement l’apanage des femmes mais s’applique également aux figures de motards représentées dans la double page de L’Uomo Vogue. Mêmes corps fins, souples et déliés, presque identiques à ceux des jeunes femmes blondes installées à l’arrière des motos, dont les cheveux, de la même longueur que ceux de leurs cavaliers, concourent à la confusion des genres. La virilité de leurs compagnons est attestée par le port de la moustache ou de la barbe de trois jours, tolérée en vacances. L’image, mettant en scène ces rebelles de la société des loisirs, est d’une teneur assez homo-érotique, très représentative de cette période de libération sexuelle. Les hommes y sont, comme les femmes, objets de désir. Un bandeau, en haut de l’illustration de gauche de la double page, présente trois modernes ladies Godiva, libérées et triomphantes, sur fond de bannière étoilée. Les figures, féminines et masculines, offrent les standards de corps jeunes, androgynes et cependant sexualisés auxquels devra se conformer la nouvelle société. Leur aspect physique et les attitudes indiquent une nouvelle vision du luxe, à laquelle s’adjoignent les notions de liberté et de transgression ludique, symboles d’une réussite affranchie des anciens tabous bourgeois.

7Ces nouveaux modèles physiques sont habillés de créations des stylistes comme Tan Giudicelli, Emmanuelle Kahn (1937-2017) ou Christiane Bailly (1932-2000), qui contribuent à démocratiser la notion de mode pour les femmes, ou d’American Army Surplus pour les hommes. Ils font une incursion dans des pages jusqu’alors plutôt réservées à la haute couture ou aux tailleurs de renommée internationale. Les illustrations d’Antonio marquent une date décisive dans l’histoire de la mode contemporaine, à laquelle les nouveaux codes de séduction font du corps un élément de mode encore plus important que le vêtement.

Haut de page

Notes

1 « Bikers », L’Uomo Vogue, juin-juillet 1970, p. 90-91.

2 « Pourquoi Pas Saint-Trop ? », Vogue, édition française, juin- juillet 1970, p. 74

3 Michael A. Langkjaer, « Urban Fitness, Gendered Practices, and Fine Art : The Significance of Antonio Lopez’s Sporty Styling of Fashion », Fashion Practice. The Journal of Design, Creative Process and the Fashion Industry, vol. 8, n°2, 2016, p. 193-195.

4 Voir David Teboul, Yves Saint Laurent. Le temps retrouvé, film documentaire, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Antonio Lopez, dit "Antonio"
Légende Juin-juillet 1970, L´Uomo, Vogue ItalieEncre de Chine, stylos Pentel, films de couleur sur papier, 62 X 46 cm
Crédits inv. GAL2016.5.31 et inv. GAL2016.5.32Acquisition Vogue Paris Foundation 2015Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris(avec l’aimable autorisation de la famille de l’artiste)
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/2985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Cotta, « Antonio 1970. Le corps à la mode. »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2985

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search