Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Comptes RendusSaga Esedin Rojo, Sur la trace de...

Comptes Rendus

Saga Esedin Rojo, Sur la trace des chopines, XIIIe-XVIIe siècle

Paris, Horizons d’attente, 2019
Nadège Gauffre Fayolle
Référence(s) :

Saga Esedin Rojo, Sur la trace des chopines, XVIIe-XVIIe siècle, Paris, Horizons d’attente, 2019, ISBN 978-2-491382-00-1

Texte intégral

1Lorsque l’on évoque les chopines, ce sont toujours les extravagantes chaussures féminines vénitiennes qui viennent à l’esprit, or ces accessoires ont une histoire bien plus ancienne, plus complexe et qui implique différents espaces géographiques. L’ouvrage de la chercheuse Saga Esedin Rojo Sur la trace des chopines XIIIe-XVIIe siècle qui s’attache à l’étude de ce type de chaussures en terres espagnoles apporte un regard nouveau sur les chopines, définies ainsi : « chaussure à plate-forme en liège de hauteur variable, sans talon, et à quelques exceptions près à bouts ouverts, avec deux oreilles lacées ou une bande unique pour contenir le métatarse ».

2Le cœur du travail de l’autrice s’appuie sur un corpus de chopines encore conservées, mais l’étude ne rend pas seulement compte des techniques de fabrication et des aspects artistiques des ornementations, puisqu’elle remet la chaussure dans un contexte historique large et qu’elle s’intéresse aux contraintes sur le corps, la démarche et la vie quotidienne des femmes qui les chaussent, ainsi qu’aux regards des contemporains.

3Le livre revient sur les formes les plus anciennes de chaussures à plate-forme, connues principalement à travers l’iconographie et les textes littéraires dans le monde grec et romain et interroge avec prudence la continuité des usages au cours du Haut Moyen Âge et les possibles courants de diffusion de ce type de chaussure vers l’Espagne. La chercheuse évoque aussi l’historiographie des analyses linguistiques de l’origine du terme, des plus fantaisistes aux plus vraisemblables, qui associent chopine à l’ancien espagnol chaparro ou sapino signifiant respectivement liège ou sapin. Comme le montre Saga Esedin Rojo, la large gamme de chaussures à plate-forme telles que les alcoques, chopines, socca, cueco ou zueco, sont faites de l’un de ces deux matériaux. L’étude taxinomique décrit en effet plusieurs modèles avant de recentrer l’analyse sur les chopines et d’en établir une définition rendant compte de toute la subtilité des évolutions des usages terminologiques au cours des siècles. Cette dernière notion est inhérente à l’étude du glossaire du vêtement, mais n’est que trop peu mise en avant par des études concernant des périodes historiques très fractionnées.

4Au XVIe siècle, les chopines semblaient présentes dans les garde-robes de toutes les femmes de la société espagnole. La qualité et le type de matières premières, les ornementations plus ou moins élaborées, ou encore leurs différentes hauteurs définissaient le statut social de la personne qui les portait. Objets de représentation, elles constituaient des éléments symboliques dans le rite du mariage qui a d’ailleurs laissé des traces dans la langue espagnole sous la forme d’une expression, « mettre en chopine », qui signifiait, selon les époques, se marier ou s’élever dans la société. Ce type de chaussure, peu pratique, complétait un costume qui tendait déjà, à partir du XVIe siècle, à raidir les corps et entraver le mouvement, ce qui garantissait une forme de réclusion ou de surveillance des femmes, puisqu’il était en effet recommandé de se faire aider pour marcher. Toutefois, l’historienne, attentive au ressenti de la démarche a fait refaire par un artisan une paire de chopines selon un cahier des charges établi à partir de l’analyse des pièces archéologiques, avec certaines adaptations pour des raisons de temps et de coût. Il s’est avéré que la marche n’est pas si difficile, même si un apprentissage s’avère nécessaire. Ainsi, l’allure des femmes espagnoles était lente, raide mais balancée, et la marche rapide, exclue.

5Cette démarche et l’insécurité qu’elle engendre ont souvent été évoquées dans la littérature du XVIIe siècle, soit pour s’en moquer et engendrer des scènes comiques aux dépens des femmes ou des hommes, qui risquaient à tout moment le coup de chopines sur la tête, soit pour évoquer le romantisme, voir l’érotisme, de l’objet personnifiant la femme désirée. Les moralistes quant à eux, ont dès l’origine fustigé les chopines qui allaient contre la nature divine en grandissant la femme, confortant ainsi sa vanité et son orgueil. De plus elles étaient trop onéreuses et causaient des accidents.

6L’ouvrage de Saga Esedin Rojo, est l’aboutissement d’un profond ? travail de recherche de master articulant synthèse historiographique, analyse de corpus inédits, et archéologie expérimentale afin d’appréhender divers angles d’études autour des chopines espagnoles. Si l’on devait toutefois trouver quelques défauts, il faudrait signaler un flou au sujet de l’élaboration des corpus littéraire et iconographique qui aurait mérité un développement. En ce qui concerne le livre lui-même, il s’agit du premier ouvrage, dans un format poche, à un prix accessible, d’une collection intitulée « Études de mode et de design » des éditions Horizons d’Attente. Ces dernières sont dédiées aux recherches récentes dans les domaines de l’histoire de la danse, de la théorie du design, du graphisme et de la mode. Il faut saluer cette initiative, en souhaitant toutefois à l’avenir une meilleure qualité d’impression pour l’iconographie qui est parfois illisible, principalement dans les annexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Gauffre Fayolle, « Saga Esedin Rojo, Sur la trace des chopines, XIIIe-XVIIe siècle »Apparence(s) [En ligne], 10 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/apparences/2994 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.2994

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search