Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Introduction: parure, culture et ...

Introduction: parure, culture et nature — vers une écologie matérielle du vêtement

Ariane Fennetaux et Gabriele Mentges

Résumés

Interface entre corps individuel et corps social, le vêtement et la mode sont parfois pris comme l’un des signes discriminants de ce qui fait culture et nous distingue du règne animal. Le vêtement permettrait d’opposer nature à culture. À rebours d’une opposition trop franche entre parure, nature et culture, il s’agit au contraire ici d’explorer les multiples intersections — et interactions — entre vêtement, règne animal et civilisations humaines. Plutôt que de constituer une frontière entre les hommes et les autres animaux, le vêtement est vu comme interrogeant leurs liens, l’animal formant un point de passage entre les deux, un point d’entrée permettant un retour critique à la fois sur l’animal que nous sommes, le vêtement que nous avons emprunté aux autres animaux et ce que ce vêtement révèle de notre rapport au monde matériel et vivant. Croisant les interrogations des « animal studies », celles de la culture matérielle et d’un animisme renouvelé par les apports de l’anthropologie, nous posons la question de l’agentivité — des hommes, des choses et des animaux — comme permettant de réfléchir aux rapports entre vêtements et matières animales et ainsi de penser conjointement, plutôt que d’opposer, animalité, matérialité et humanité.

Haut de page

Texte intégral

1. Parure, Nature, Culture

1Interfaces entre corps individuel et corps social et politique, le vêtement et la parure corporelle semblent constituer des signes distinctifs de la civilisation humaine, des marqueurs fondamentaux de ce qui fait culture et nous distingue du règne animal. Le vêtement permettrait d’opposer nature à culture. Pourtant une opposition simpliste entre animal et humain qui se fonderait sur la particularité du vêtement et de l’ornement ne résiste pas à une analyse plus approfondie des relations entre parure, nature et culture.

2D’une part la notion de parure est loin d’être absente du règne animal où certaines espèces ont développé de véritables stratégies de l’apparence ayant recours au camouflage, à l’imitation, au déguisement voire à une métamorphose complète de leur corps pour échapper à un prédateur, fasciner une proie ou s’attirer les faveurs d’une partenaire. (Fig. 1 et Fig. 2) Les animaux aussi jouent de leur apparence. D’autre part, c’est au règne animal que les premiers hommes ont emprunté à la fois l’inspiration et les matériaux de leurs parures. Plutôt que de constituer une frontière entre nature et culture, le vêtement doit ainsi être vu comme interrogeant leurs liens, l’animal formant un point de passage entre les deux, un point d’entrée permettant un retour critique et réflexif à la fois sur l’animal que nous sommes, le vêtement que nous avons emprunté aux autres animaux et ce que ce vêtement révèle de notre rapport au monde matériel et vivant.

Fig. 1 : Parade nuptiale de l’oiseau du paradis, Vogelkop Superb (Lophorina Niedda)

Fig. 1 : Parade nuptiale de l’oiseau du paradis, Vogelkop Superb (Lophorina Niedda)

© Tim Laman /Macaulay Library at the Cornell Lab of Ornithology, inv. ML62128851

Fig. 2 : Yeux de tigre sur les ailes d’un papillon de nuit de type Brahméide de Hearsey (Brahmaea Hearseyi)

Fig. 2 : Yeux de tigre sur les ailes d’un papillon de nuit de type Brahméide de Hearsey (Brahmaea Hearseyi)

© Pavel Kirillov

3Sources d’inspiration à la fois esthétique et technique aux créations vestimentaires humaines à travers les âges et les continents — depuis les armures des samurais empruntant leur design aux carapaces articulées de certains coléoptères jusqu’aux textiles techniques biomimétiques destinés à améliorer les performances sportives — les animaux ont davantage servi de modèles que de repoussoirs à la créativité humaine. Ils lui ont également fourni matières et matériaux. Qu’il s’agisse du mouton et du ver à soie producteurs de fibres ou de la fourrure, du cuir, des plumes, des fanons de baleine ou du crin de cheval, où c’est une partie du corps de l’animal qui est mise à contribution, les matières animales sont omniprésentes dans les pratiques humaines de l’apparence.

  • 1 Voir par exemple l’entreprise canadienne Nexia Biotechnologies ou l’entreprise américaine Bolt Thre (...)

4Les animaux concernés sont parfois inattendus. Prenons la laine : selon les époques et les cultures, ce sont les toisons d’autres espèces que le mouton qui ont été utilisées — les camélidés comme le lama, l’alpaga, le chameau, le guanaco, mais aussi le yak, le lapin ou même le chien. La soie recouvre elle-aussi plusieurs origines animales : le bombyx mori, lépidoptère domestiqué en Chine il y a plusieurs millénaires, n’est qu’un des papillons producteurs de soie. La transformation en soie marine du byssus de certains mollusques est attestée en Méditerranée depuis de nombreux siècles tandis que des recherches sont actuellement en cours dans plusieurs entreprises de biotechnologie afin de mettre au point des fibres de soie à partir d’ADN d’araignée1. Un animal peut en cacher un autre.

5Il n’est pas jusqu’aux pigments utilisés pour la teinture textile qui n’aient parfois une origine animale. Depuis le murex dont la coquille était brisée par les Romains en Méditerranée pour en extraire la couleur pourpre, rare et onéreuse, jusqu’aux cochenilles dont les propriétés tinctoriales étaient bien connues des civilisations précolombiennes, la contribution du règne animal au vêtement a une histoire multimillénaire et globale. C’est une histoire à laquelle participent toutes les espèces du règne animal. Depuis les insectes, les poissons et les oiseaux, jusqu’aux mollusques, aux mammifères ou aux grands carnivores aucune des classes, des ordres ou des familles de la taxonomie animale n’y échappe.

6Certains de ces animaux sont sauvages, d’autres ont été domestiqués par l’homme précisément pour fournir une matière servant à réaliser vêtement ou parure, entraînant souvent des phénomènes de co-évolution et co-dépendance entre hommes et animaux. C’est le cas du bombyx mori incapable de survivre sans l’aide humaine mais aussi du mouton dont la toison a besoin d’être régulièrement tondue sous peine de causer la mort de l’animal. (Fig. 3) La co-évolution des espèces ne signifie par pourtant que les relations entre hommes et animaux soient dénuées de contraintes imposées, de pouvoir exercé, de violence ou d’exploitation. La recherche constante d’optimisation de la qualité des fibres a ainsi profondément façonné les modes d’élevage, souvent au détriment du bien-être des animaux, de l’intégrité de leur corps, voire de celle de leur génome. Les recherches évoquées plus haut visant à mettre au point une fibre de soie particulièrement résistante à partir de soie d’araignée se fondent ainsi sur l’inoculation à des cellules de papillon d’un virus porteur de gènes provenant de la soie d’araignée. Exemple contemporain de l’exploitation du corps animal, ces manipulations transgéniques, qui posent de nombreuses questions éthiques, illustrent la façon dont l’activité humaine n’a cessé de s’immiscer dans les destinées animales pour les façonner.

Fig. 3 : Encabanage des bombyx mori

Fig. 3 : Encabanage des bombyx mori

© Ariane Fennetaux 2020

7Inversement, les hommes se sont aussi adaptés aux animaux puisque c’est l’usage anticipé des peaux qui a déterminé les manières de chasser certains animaux sauvages tels que cervidés, porcins ou reptiles. L’utilisation de matières animales a en outre amené au développement d’activités humaines spécifiques liées aux technologies toujours plus complexes mises en œuvre pour les transformer. Le seul travail du cuir et des peaux par exemple a généré une multitude de savoir-faire et de métiers distincts, notamment ceux de tanneur, bourrelier, bottier, pelletier, maroquinier, coupeur, piqueur, cardeur, cordonnier, fourreur, gantier, tandis que d’autres spécialisations ont vu le jour permettant de produire différents types de matériaux suivant que le cuir est tanné, bouilli, corroyé, mégissé, gratté, maroquiné, verni, en croute ou pleine fleur. L’utilisation des plumes dans le vêtement ou la chapellerie pareillement a donné lieu à différents métiers : le terme plumassier recouvre ainsi plusieurs spécialisations depuis la teinte des plumes, leur mise en forme ou la réalisation d’aigrettes, de fleurs artificielles ou de boas qui chacune fait appel à des techniques et des savoir-faire distincts. S’intéresser à l’utilisation des matières animales dans le vêtement c’est donc se pencher sur les nombreuses intersections — et interactions — entre acteurs humains et animaux — en Europe comme dans d’autres cultures — pour comprendre leur généalogie, leur complexité et leurs implications — tant économiques, environnementales qu’éthiques.

  • 2 Parmi les différentes matières, c’est sans doute la fourrure qui a le plus attiré l’intérêt des che (...)
  • 3 Andrew Bolton, Wild. Fashion Untamed, New York, Metropolitan Museum of Art, New Haven, Yale Univers (...)
  • 4 On peut aussi citer Danièle Véron-Denise, Pelage et plumage. Quand l’animal prend de l’étoffe, Acte (...)
  • 5 C’est aussi l’angle adopté dans Patricia Lurati, Animalia Fashion. Fashion, Nature and Art, Florenc (...)

8La recherche n'a jusqu'à présent accordé que peu d'attention à ces questions. Tout au mieux les études se sont-elles intéressées à l’une ou l’autre des matières comme le cuir, la fourrure voire plus récemment les plumes mais sans appréhender plus globalement le phénomène2. Andrew Bolton, commissaire de l’exposition « Wild. Fashion Untamed » qui s’est tenue au Metropolitan Museum à New York en 2004, est peut-être l’un des rares à avoir tenté une réflexion d’ensemble sur cette question3. Il a en particulier adopté une vision qui étudie de front plutôt que de les séparer fourrure, cuir ou plumes4. Mais son angle est principalement celui de la création contemporaine occidentale5. L’étude des matières animales dans d’autres contextes culturels et à d’autres époques est pourtant fondamentale pour éclairer ce que le vêtement, pratique spécifiquement humaine, dit de l’animal et ce que l’animalité dit du fait vestimentaire. Lieu de croisement des problématiques humaines et animales, le vêtement et la parure nous placent en effet au cœur des relations mêlées entre les humains et les autres animaux. Ils interrogent ainsi profondément la relation entre nature et culture telle qu’elle s’incarne et se joue dans différents contextes. Plutôt que d’opposer nature et culture, la parure offrirait un trait d’union permettant de comprendre leurs rapports.

  • 6 Sur le lien entre mode et extinction des espèces voir Malcolm Smith, Hats. A Very UNnatural History(...)
  • 7 Marie-Christine Pouchelle, « Des peaux de bêtes et des fourrures », Le Temps de la Réflexion, n° 2, (...)

9Que nous dit le vêtement de l’animalité — la nôtre comme celle des autres animaux ? que nous dit-il des relations inter-espèces des cultures dans lesquelles il s’inscrit ? Telles sont les questions que soulève l’utilisation des animaux dans les pratiques de l’apparence. Car étudier la fourrure par exemple c’est nécessairement davantage que de s’intéresser aux modes pour telle ou telle fourrure, à leur place dans les stratégies de distinction ou même au rôle de ces modes dans l’extinction de certaines espèces6. C’est non seulement, comme nous le rappelle Marie-Christine Pouchelle, aller à la rencontre de « la fourrure dans toute sa sauvagerie, c’est-à-dire dans son épaisseur, sa nuit, sa puissance du désir » mais aussi s’interroger sur ce qu’il reste d’animalité — et partant d’agentivité — à l’objet fourrure7. Car en posant la question du rapport entre l’homme et l’animal, l’utilisation des matières animales pose bien aussi celle de l’agentivité des acteurs impliqués dans cette relation — que ce soit celle de l’homme ou celle de l’animal.

  • 8 Les historiens ont davantage posé ces questions, voir par exemple Caroline Arni, « Nach der Kultur. (...)

10Les études issues des « animal studies », qui appellent à considérer les animaux comme des acteurs dotés d’agentivité propre, ne se sont pourtant guère intéressées à la mode ou au vêtement8. Tout se passe au fond comme si à partir du moment où l’animal était mort pour se faire matériau ou qu’avait été prélevée pour être transformée en élément de parure une partie de ce corps animal, la question de l’agentivité cessait de se poser.

  • 9 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2015.
  • 10 P. Descola, Par-delà nature et culture, op. cit..Voir aussi Eduardo Viveiros de Castro, L’Inconstan (...)

11Pourtant un animal, intégré à la parure humaine à travers l’une de ses parties corporelles n’est-il qu’une chose ? un objet inerte et dépourvu de toute agentivité ? Les réponses à cette question varient considérablement d´une culture à l´autre comme nous le rappelle l’ethnologie. Inuits, Indiens d´Amérique du nord, communautés adivasi d´Inde, Indiens Achuar d’Amazonie, Māori de Nouvelle-Zélande / Aoteora ou Peul et Marka Dafing d’Afrique de l’ouest tous apportent leur propre réponse à cette question, une réponse souvent bien loin de la séparation entre nature et culture qui structure la pensée occidentale9. À l’inverse, l’animisme, concept réhabilité par des ethnologues comme Philippe Descola ou de manière plus prononcée encore par Eduardo Viveiros de Castro, repose sur la considération des animaux comme sujets à part entière, comme c’est le cas chez les Achuar ou Huaorani d´Amazonie, les Yombe ou des Dogons d´Afrique, les Naxi ou les Padaung d´Asie10.

12Ce point de vue conduit immanquablement non seulement à une vision différente de l'animal, mais aussi à une manière différente de le traiter. Mais l’animisme et l’absence de hiérarchie entre les espèces qui le fonde n’ont-ils aucune place dans les sociétés occidentales contemporaines ? La récente montée en puissance de la conscience environnementale n’est-elle pas en passe de redonner sa valeur à cette pensée animiste si longtemps considérée comme primitive ?

  • 11 Petra Lange-Berndt, Animal Art. Präparierte Tiere in der Kunst, 1850-2000, Munich, Silke Schreiber, (...)
  • 12 Steve Baker, The Postmodern Animal, London, Reaktion Books 2000, p.102-103, 117.
  • 13 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

13L’art contemporain en tout cas s’est saisi de ces questionnements. L’historienne de l’art Petra Lange-Berndt a ainsi mis en avant l’ambivalence qui caractérise les animaux utilisés dans la création contemporaine : entre pur objet et être vivant11. En s’intéressant à l’utilisation de spécimens historiques dans les installations artistiques, elle pose la question du corps animal, de sa décomposabilité et de son intégrité. Ce faisant, elle pose aussi la question de la subjectivité. Travaillant au carrefour de plusieurs disciplines artistiques, Steve Baker poursuit lui-aussi une réflexion sur ces problématiques12. Tous deux se réfèrent à la notion du « devenir animal » proposée par Gilles Deleuze et Félix Guattari13. En nous rappelant l’altérité qui habite toujours l’animal, les « devenir animaux » de l’homme sont toujours d’après Deleuze et Guattari l’expérience d’un au-delà du sujet qui déstabilise une subjectivité imaginée comme constituée. L’expérience de cette « indiscernabilité » est ontologique, éthique et politique.

2. Devenir animal ou devenir objet ?

  • 14 Erica Fudge, « Renaissance Animal Things », dans Gorgeous Beasts. Animal Bodies in Historical Persp (...)
  • 15 Bruno Latour, La Science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte (...)

14Dans son analyse de l’utilisation de matières animales dans les objets d’art de la période élisabéthaine, la chercheuse Erica Fudge propose pour saisir l’ambivalence fondamentale d’objets faits à partir d’animaux la formule « animal-made-object », qui désigne à la fois un objet fait à partir d’un animal et un animal devenu objet14. Un implicite de cette proposition est pourtant l’idée que l’objet qu’est devenu l’animal serait inerte et passif. Mais l’est-il vraiment ? L’anthropologie tout comme la pensée Latourienne et la théorie de l’acteur-réseau nous permettent peut-être de complexifier quelque peu l’idée d’une culture matérielle qui serait constituée de choses inertes et passives face à une humanité seule dotée de capacité d’action : des hommes agissant et des objets modelés par l’action humaine15. En posant la question de l’agentivité des objets, la pensée Latourienne offre une manière d’interroger le vêtement dans ses interactions avec les hommes et les femmes qui le portent ou le réalisent. Les vêtements ne sont-ils que des enveloppes vides remplies par des corps qui les animent et leur donnent sens, ou ne faut-il pas les voir comme agissant à leur tour sur les corps — leur maintien, leur gestuelle, leurs mouvements ? Qu’en est-il dès lors de vêtements réalisés à partir de matériaux d’origine animale, c’est-à-dire de vêtements qui avant d’être des objets étaient des animaux, ne sont-ils devenus que des dépouilles inertes ? Les « natures-mortes » de l’artiste Wenceslaus Hollar qui prennent pour sujet manchons de fourrure, gants de cuir et éventails de plumes nous invitent à leur façon à nous interroger sur le statut de ces objets à mi-chemin entre l’animal, le matériel et le — très humain — signe de richesse et de pouvoir que ces accessoires constituaient au XVIIe siècle en Europe. (Fig. 4)

Fig. 4 : Wenceslaus Hollar, Nature morte avec un groupe de manchons de fourrure, une paire de gants, un masque et deux mouchoirs de cou, 1647. Gravure sur papier, 10.6 x 20.2 cm

Fig. 4 : Wenceslaus Hollar, Nature morte avec un groupe de manchons de fourrure, une paire de gants, un masque et deux mouchoirs de cou, 1647. Gravure sur papier, 10.6 x 20.2 cm

Metropolitan Museum, New York City, Gift of Dr. Van Horne Norrie, 1917

15Historiquement les fourrures, les peaux ou les plumes ont toujours servi à manifester le pouvoir, le prestige et la richesse liés à la maîtrise des espaces et des espèces, souvent en lien avec l’expansion coloniale des puissances européennes. Ce faisant, elles constituent aussi une manière de procéder à l’incorporation sensorielle de l’autre — qu’il soit animal ou non-européen — et ainsi à structurer normes et valeurs sociales, voire raciales. Par-delà cette dimension coloniale, l’utilisation des matières animales dans le vêtement soulève le problème du traitement moral des animaux, posant la question de l’existence d’une éthique inter-spécielle. Plus généralement encore, partant du principe que les objets et accessoires de l’apparence ne représentent nullement des entités finies, mais qu’ils sont l´aboutissement de processus multiples (chasse ou élevage, préparation, transformation, insertion dans des discours et des représentations…) dont la dimension matérielle n´est jamais anodine, alors convient-il de se pencher pour les étudier sur les intersections multiples entre animalité, matérialité et humanité.

  • 16 Pour une nouvelle définition de l’agentitivité voir Das Handeln der Tiere. Tierliche Agency im Foku (...)

16Il s'agit donc ici d'explorer la signification des corps animaux dans leur fragmentation en accessoires ou en pièces vestimentaires. Entre devenir animal et devenir objet : quelles possibilités herméneutiques l’étude des matières animales dans le vêtement ouvre-t-elle pour penser notre rapport au monde ? Si l’on admet que l’agentivité — qu’elle soit animale ou matérielle — ne doit pas être confondue avec une intentionnalité, et qu’elle doit plutôt être pensée comme une chaine performative qui, de manière non hiérarchisée, fait intervenir une multitude d’acteurs — parmi lesquels les humains, les animaux, les objets ou l’environnement — l’agentivité et l’animisme évoqué plus haut ne sont pas si éloignés l’un de l’autre16. L’ethnologie et l’éthologie sont ainsi peut-être appelées à rentrer en dialogue. En s’interrogeant sur la possibilité, de « trouver l’âme de l’objet », pour emprunter la belle formule de l’historienne Marie-Christine Pouchelle en référence aux travaux de Robert Delort sur la fourrure, c’est bien alors une question fondamentalement politique que posent les contributions rassemblées dans ce numéro d’Apparence(s).

17Les contributions, issues de disciplines aussi variées que l’histoire, la littérature, l’histoire de l’art, l’anthropologie ou l’ethnologie, se penchent sur ces questions selon des perspectives différentes dont plusieurs thématiques convergentes se dégagent. Les problématiques du genre, de l’altérité mais aussi de l’exotisme ou du colonialisme nourrissent ainsi les réflexions de plusieurs contributions qui posent aussi de manière différente la question de la capacité animale à résister aux discours et constructions auxquels les cultures vestimentaires voudraient les assujettir.

18Plusieurs articles montrent que l’animalité du vêtement ne se pose pas dans les mêmes termes pour les hommes et les femmes. Depuis l’imprimé léopard, la fourrure ou la peau de serpent qui trouvent dans les représentations occidentales des affinités particulières avec la féminité, jusqu’aux femmes élisabéthaines dont le corps est modelé par les fanons de baleine en passant par les femmes britanniques du XVIIIe siècle dont les manchons, de plumes ou de fourrure, revêtent des enjeux de politique internationale : femmes et matières animales entretiennent dans les discours, les pratiques et les représentations des relations particulièrement complexes. Instrument de soumission et de contrôle des corps féminins, l’animal est parfois à l’inverse au cœur du pouvoir des femmes. Parfois celui-ci s’inscrit alors en opposition à la domination à laquelle la référence animale voudrait les soumettre comme lorsque les femmes britanniques font fi des discours qui fustigent leurs consommations antipatriotiques de manchons de plumes plutôt que de fourrure. D’autres fois au contraire c’est le matériau animal qui participe activement de constructions sociales conférant aux femmes leur pouvoir. C’est le cas dans la culture marka dafing par exemple où c’est en étant les ouvrières particulières de la soie sauvage que les femmes acquièrent pouvoir et prestige social, voire jouissent d’une aura spirituelle ou sacrée. D’autres fois encore c’est la catégorie même de genre que l’animal vient déstabiliser comme lorsque l’imprimé léopard au lieu d’affirmer la domination masculine sur la femme devient l’insigne revendiqué des milieux alternatifs et de la subversion des assignations genrées.

19L’altérité est une autre question qu’explorent plusieurs contributions. Toujours dangereuse, l’altérité qu’incarne la part animale du vêtement se doit souvent d’être contenue, voire assimilée ou lissée. Parfois l’animalité semble finir par être résorbée, neutralisée par les transformations subies par la matière — que ce soit par le travail des artisans ou celui des artistes qui la représentent et la mettent en scène — à l’instar de la soie presque minéralisée par rapport à une fourrure plus sauvage et inquiétante à l’époque élisabéthaine. L’exotisme est à cet égard une manière pour les cultures occidentales de résorber l’autre en l’insérant dans un système signifiant qui le contrôle. L’expansion coloniale des puissances européennes, on le sait, s’accompagne de l’exploitation des espèces, qu’il s’agisse des fourrures nord-américaines ou des pythons et autres serpents venus d’Asie du sud-est. La domination raciale va alors de pair avec la domination spécielle et celle des espaces avec le contrôle des matières premières et des corps — qu’ils soient humains ou animaux. Peaux de léopard, de crocodile ou de serpent transformés en manteaux, chaussures ou sacs à main à la mode sont alors une manière d’asseoir visuellement et matériellement cette domination. En manifestant une étrangeté revendiquée, l’accessoire animal assujettit à l’apparence occidentale un autre dompté, contrôlé, objectifié aussi. Pourtant là aussi se pose la question du renversement subversif qui toujours peut advenir pour remettre en cause les discours établis. L’animal, même dompté, parfois resurgit dans son irréductible animalité. Paradé en accessoire de mode vivant lors d’un show de pop-culture, le python parfois mord son dompteur, nous rappelant que les discours humains construits autour des animaux le sont toujours aux dépens de l’agentivité animale et que celle-ci immanquablement résiste — inentamée, farouche, indomptable.

3. Présentation des contributions

20Le volume s’ouvre avec la contribution d’Anne-Valérie Dulac « Silks and Skins: Animal Fashions in Nina Wetzel’s Designs for Thomas Ostermeier’s Nuit des rois » qui s’intéresse aux costumes dessinés par Nina Wetzel pour la création à la Comédie Française de la pièce « La Nuit des rois » de William Shakespeare mise en scène par Thomas Ostermeier en 2018. Soie et fourrure présentent selon Dulac deux pôles entre lesquels la pièce et la mise en scène sont tendues. Si l’animalité de l’une s’efface presque par le jeu des métaphores pour se faire surface polie et lisse, la fourrure au contraire manifeste une animalité plus brutale et profonde que la mise en scène choisit de mettre en avant, donnant ainsi corps et substance aux métaphores textiles de la comédie aussi bien qu’aux craintes sociales et politiques qui y sont associées dans la société élisabéthaine dont la pièce de Shakespeare témoigne.

21Après cette réflexion où se mêlent étude des pratiques vestimentaires du XVIe siècle et leurs représentations textuelles ou théâtrales — à l’époque élisabéthaine ou contemporaine — Sarah A. Bendall s’intéresse dans son article « Whalebone and the Wardrobe of Elizabeth I » à un autre matériau animal moins visible que la soie ou la fourrure mais qui structure les silhouettes de l’époque : les fanons de baleine. L’intégration de fanons dans les corps à baleine et corps piqués à la fin de la Renaissance a contribué à façonner les postures et la discipline corporelle des élites de l’époque mais elle reposait également sur le développement de la pêche à la baleine et de tout un secteur d’activités lié à la transformation des fanons.

22Le lien entre mode féminine et géographie coloniale est également au centre de la contribution d’Elisabeth Gernerd qui, dans son article « Feather Muffs of all Colours », s’interroge sur les rapports entre la mode des manchons réalisés en plume à la fin du XVIIIe siècle avec d’une part le contexte colonial de l’Angleterre en rivalité aiguë alors avec la France et d’autre part l’émergence des sciences naturelles et le rôle que les femmes lettrées de l’élite y jouaient.

23Dans « Le motif léopard dans le vestiaire féminin au XXe siècle » Julie Buffard-Moret retrace quant à elle les différentes étapes de l'histoire stylistique du motif léopard en se concentrant plus particulièrement sur sa diffusion aux États-Unis et en France au XXe siècle. Faisant l’archéologie de ce motif depuis l’Antiquité, elle montre comment il est associé à une altérité profonde et souvent inquiétante — qui est exploitée depuis les années 1950 pour signaler l’exotisme avant d’être revendiquée de manière subversive par les milieux contre-culturels dans les années 1960 et 1970.

24Birgit Haase s’attaque à une question connexe dans son article où elle étudie les liens entre mode féminine et peaux de reptiles. La vogue dans les années 1920 et 1930 pour les cuirs de lézard, crocodile ou serpent, souvent vus comme exotiques, a toujours été entourée d’une grande ambivalence, notre rapport à ces cuirs oscillant entre séduction et répulsion. Les accessoires fabriqués à partir de reptiles sont entourés de la même ambivalence que celle qui caractérise notre rapport aux animaux dont sont issus ces cuirs — une ambivalence dont Haase montre qu’elle est façonnée par la mythologie et la superstition. Elle éclaire l’utilisation des peaux de reptiles dans le vêtement depuis le début du XXe siècle à la lumière des questions que sont l’écologie, le bien-être animal et le colonialisme pour montrer l’ambivalence profonde qui les anime.

25D'une certaine manière Annika Hugosson poursuit ce questionnement sur le statut particulier des reptiles dans la mode en explorant leur utilisation dans le monde de la pop culture contemporaine et des célébrités. Morts — sous forme de cuirs et de peaux dont on fait des sacs ou des chaussures — ou vifs — sous forme de serpents portés sur les épaules comme accessoires lors d’apparitions médiatiques destinées à faire sensation — les reptiles continuent d’être à la mode. Ces accessoires vivants — qui redonnent au terme boa son sens littéral plutôt que métaphorique — nous invitent à réfléchir au rapport particulier que nous entretenons avec ces animaux et à l’empathie différenciée qu’ils suscitent par rapport à d’autres espèces à la morphologie plus proche de la morphologie humaine. En considérant à la fois l’exploitation des serpents par l’industrie du luxe pour la réalisation de sacs et de chaussures et leur utilisation en tant qu’accessoires vivants, Hugosson nous invite aussi à repenser la frontière entre mort et vie, entre objet et animal. Ce faisant, c’est tout autant ce qui fait accessoire qui est interrogé que la manière dont on définit ce qui fait sujet.

26Bien loin des montées des marches des célébrités et des concerts des stars de la pop, les articles suivants s’intéressent à l’utilisation des animaux dans des contextes non européens. Justine Treadwell poursuit d’une certaine manière la réflexion sur la frontière entre l’animal vivant et l’animal mort dans son article « Kahu kurī o awe: Fur cloaks of awe. Power and sacredness ». Elle s’intéresse en effet au statut particulier des chiens kurī dans la culture traditionnelle māori en Nouvelle-Zélande / Aoteora où ils étaient entourés de prestige de leur vivant mais aussi après leur mort lorsque leur fourrure était intégrée à des manteaux particulièrement prisés. Les chiens de la race kurī, qui disparaît avec la colonisation européenne, sont originaires de la zone pacifique et à ce titre jouent un rôle prépondérant dans la mythologie māori des origines. Leur généalogie prestigieuse leur confère une aura particulière que les chiens conservaient une fois morts. Leur chair, considérée comme sacrée, était parfois consommée comme met de choix et leur fourrure utilisée pour réaliser des manteaux réservés aux chefs et transmis aux générations suivantes. La mise à mort du chien signifiait bien sa disparition comme être vivant, mais pas celle de son aura sacrée qui perdurait — et continue de le faire — de manière fluide entre vie et mort tout comme elle liait là-aussi de manière fluide, du vivant du chien, l’animal et son propriétaire humain qui partageaient généalogie et lien aux ancêtres.

27Le réseau complexe de relations entre animaux, êtres humains et sacré est au cœur de la contribution de Laurence Douny. Son article, intitulé « Des insectes, des matières et des femmes : le pouvoir de la brillance de la soie sauvage dans la construction de l'apparence chez les Marka Dafing de l’ouest du Burkina Faso », s’intéresse à la soie issue de cocons d’insectes non domestiqués, des chenilles processionnaires dites tuntun et à sa transformation en fibres textiles puis en pagnes. Animaux, matière et vêtements partagent le même nom et sont auréolés du même prestige — un prestige social dû au lien qu’ils entretiennent avec les esprits et dont les femmes marka-dafing sont les médiatrices particulières.

28Enfin pour clore le numéro, nous avons souhaité donner la parole à une professionnelle, une modiste plumassière contemporaine que nous avons rencontrée dans son atelier et qui nous parle de son métier : un art vivant où les plumes, transformées par la main humaine, sont assemblées et combinées pour former parfois des animaux étranges. Ni vivants, ni morts, ces animaux hybrides sont des créations où matérialité, animalité et humanité sont réunies sous une forme artistique, nous invitant peut-être à repenser les oppositions trop tranchées entre parure, nature et culture comme entre matière et esprit.

29Ce numéro est loin de livrer un bilan exhaustif, même provisoire, des recherches en cours sur ces questions. Les éditrices espèrent cependant que la diversité des contributions rassemblées permettra d’éclairer le rapport, aussi fascinant que problématique, que le vêtement entretient avec le monde animal, et par son biais que l’humanité entretient avec la nature. L’histoire du vêtement n’est pas seulement le lieu d´une exploitation des animaux par l’homme, parfois de leur extinction, elle constitue également, comme le montrent les articles de ce numéro, un terrain privilégié pour repenser les rapports entre la nature/les animaux et les sociétés humaines. Dans ce sens, il s’agit d’esquisser les contours d’une autre « histoire de la mode », une histoire qui tienne enfin compte des causes et des effets, des formes et des matières, des rôles et des responsabilités incombant à tous les acteurs — animaux, matériels et humains — engagés dans le processus complexe que constitue le fait vestimentaire.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l’entreprise canadienne Nexia Biotechnologies ou l’entreprise américaine Bolt Threads.

https://www.futura-sciences.com/tech/dossiers/technologie-biotechnologie-soie-araignees-fibre-tres-performante-121/#xtatc=INT-220 [date de consultation 12/11/2021]

https://www.sueddeutsche.de/wissen/gentechnologie-seidenfaden-aus-der-milch-1.953014 [date de consultation 12/11/2021]. Sur Bolt Threads voir https://boltthreads.com/technology/microsilk/ [date de consultation 29/10/2021]

2 Parmi les différentes matières, c’est sans doute la fourrure qui a le plus attiré l’intérêt des chercheurs. Outre des articles comme ceux de Gabriele Mentges, « Modemenagerie. Zur Rückkehr der Tiere in die Mode », dans Die Macht der Dinge. Symbolische Kommunikation und kulturelles Handeln. Festschrift für Ruth E. Mohrmann, éd. par Andreas Hartmann, Peter Höher, et Christine Cantauw, Münster/New York, Waxmann, 2011, p. 261-270 ou « Du poil de la bête. Le retour de la fourrure dans la mode », Modes pratiques, Revue d’histoire du vêtement et de la mode, n° 3, 2018, p. 313-328, on peut citer en particulier les travaux de spécialistes du vêtement, on pense à Elizabeth Ewing, Fur in Dress, London, Batsford, 1981, d’histoire culturelle comme Chantal Nadeau, Fur Nation. From Beaver to Brigitte Bardot, London & New York, Routledge, 2001 ; Jonathan Faiers, Fur. A Sensitive History, London & New Haven, Yale University Press, 2020 ou d’histoire sociale et économique comme Robert Delort, Le Commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge (Vers 1300-Vers 1450), Rome, École Française de Rome, Palais Farnèse, 1978 ; Robert Delort, L’Histoire de la fourrure. De l’Antiquité à nos jours, Lausanne, Edita Lazarus, 1983 ; Bernard Allaire, Pelleteries, manchons et chapeaux de castor, Paris, PUPS, 1999, ou encore, dans une perspective d’histoire globale, Jonathan Schlesinger, A World Trimmed with Fur. Wild Things, Pristine Places and the Natural Fringes of Qing Rule, Stanford, Calif., Standford University Press, 2017. Les plumes ont plus récemment peut-être joui d’un certain intérêt. Après le déjà ancien Robin W. Doughty, Feather Fashions: A Study in Nature Protection, Berkeley & London, University of California Press, 1975, on peut citer Sarah Abrevaya Stein, Plumes. Ostrich Feathers, Jews and a Lost World of Global Commerce, New Haven and London, Yale University Press, 2008 ainsi que le catalogue de l’exposition organisée au MoMu d’Anvers, Birds of Paradise: Plumes & Feathers in Fashion, Tielt: Lanoon Publishers, 2014.

3 Andrew Bolton, Wild. Fashion Untamed, New York, Metropolitan Museum of Art, New Haven, Yale University Press, 2004.

4 On peut aussi citer Danièle Véron-Denise, Pelage et plumage. Quand l’animal prend de l’étoffe, Actes des journées d’études Centre Nationale du Costume de Scène, Moulins, Saint Maur des Fossés, Éditions Sepia, 2014.

5 C’est aussi l’angle adopté dans Patricia Lurati, Animalia Fashion. Fashion, Nature and Art, Florence, Silabe, 2019.

6 Sur le lien entre mode et extinction des espèces voir Malcolm Smith, Hats. A Very UNnatural History, East Lansing, Michigan State University Press, 2020.

7 Marie-Christine Pouchelle, « Des peaux de bêtes et des fourrures », Le Temps de la Réflexion, n° 2, 1981, p. 435-436.

8 Les historiens ont davantage posé ces questions, voir par exemple Caroline Arni, « Nach der Kultur. Anthropologische Potentiale für eine rekursive Geschichtsschreibung », Historische Anthropologie, 26, n° 2, 2018, p. 200-223. Harriet Ritvo, « On the Animal Turn », Daedalus, Fall 2007, p. 118-22; Susan Nance, « Animal History: The Final Frontier ? », The American Historian, n° 6, 2015, p. 28-32; Quentin Deluermoz et François Jarrige, « Écrire l’histoire avec les animaux », Revue d’histoire du XIXe siècle. Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, n° 54, 2017, 15-29.

9 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2015.

10 P. Descola, Par-delà nature et culture, op. cit..Voir aussi Eduardo Viveiros de Castro, L’Inconstance de l’âme sauvage. Catholiques et cannibales dans le Brésil du XVIe siècle, Genève, Labor et Fides, 2020.

11 Petra Lange-Berndt, Animal Art. Präparierte Tiere in der Kunst, 1850-2000, Munich, Silke Schreiber, 2009.

12 Steve Baker, The Postmodern Animal, London, Reaktion Books 2000, p.102-103, 117.

13 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

14 Erica Fudge, « Renaissance Animal Things », dans Gorgeous Beasts. Animal Bodies in Historical Perspective, éd. par Joan B. Landes, Paula Young Lee, et Paul Youngquist, University Park, Penn State University Press, 2012, 41-184.

15 Bruno Latour, La Science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 1987 ; Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991.

16 Pour une nouvelle définition de l’agentitivité voir Das Handeln der Tiere. Tierliche Agency im Fokus der Human-Animal Studie, éd. par Sven Wirth, Anett Laue, Markus Kurth, Katharina Dornenzweig, Leonie Bossert et Karsten Balgar, Bielefeld, transcript Verlag, 2015, p. 7-42, voir sur l’intentionalité plus particulièrement p. 25, 26, et p. 27-31. https://doi.org/10.14361/9783839432266, [date de consultation 8/10/2021]. Sur les rapports entre ethnologie et éthologie voir Katharina Ameli et la notion d’« ethnographie multi-spécielle », Katharina Ameli, Multispezies-Ethnographie. Zur Methodik einer ganzheitlichen Erforschung von Mensch, Tier, Natur und Kultur. Einblicke in Interdependenzen unterschiedlicher Fachdisziplinen zur Analyse von MenschenTieren Naturen Kulturen mithilfe der Multispezies-Ethnographie http://www.transcript-verlag.de/978-3-8376-5532-2, [date de consultation 9/10/2021]. Voir aussi Lukasz Nieradzik, « The Animal in a Perspective for Cultural analysis. On the mutual benefit of European Ethnology and human-animal-studies », Journal for European Ethnology and Cultural Analysis, 3, n° 1, 2017, p. 52-68.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Parade nuptiale de l’oiseau du paradis, Vogelkop Superb (Lophorina Niedda)
Crédits © Tim Laman /Macaulay Library at the Cornell Lab of Ornithology, inv. ML62128851
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Titre Fig. 2 : Yeux de tigre sur les ailes d’un papillon de nuit de type Brahméide de Hearsey (Brahmaea Hearseyi)
Crédits © Pavel Kirillov
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 3 : Encabanage des bombyx mori
Crédits © Ariane Fennetaux 2020
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 4 : Wenceslaus Hollar, Nature morte avec un groupe de manchons de fourrure, une paire de gants, un masque et deux mouchoirs de cou, 1647. Gravure sur papier, 10.6 x 20.2 cm
Crédits Metropolitan Museum, New York City, Gift of Dr. Van Horne Norrie, 1917
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariane Fennetaux et Gabriele Mentges, « Introduction: parure, culture et nature — vers une écologie matérielle du vêtement »Apparence(s) [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 11 février 2022, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/3494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.3494

Haut de page

Auteurs

Ariane Fennetaux

Maîtresse de Conférences HDR à l'Université de Paris. Spécialiste d'histoire britannique, elle est l'auteure, avec Barbara Burman, de The Pocket. A Hidden History of Women's Lives 1660-1900 (Yale University Press 2019)

Articles du même auteur

Gabriele Mentges

Anthropologue, a occupé la Chaire d'anthropologie de la culture matérielle et des mondes textiles à l'université de Dortmund de 1996 à 2018. Elle a récemment coédité avec L. Shamukhitdinova Textiles as National Heritage: Identities, Politics and Material Culture (Münster/ New York: Waxmann Verlag, 2017)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search