Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Le motif léopard dans le vestiair...

Le motif léopard dans le vestiaire féminin au XXe siècle

De l’authentique fourrure du fauve à la prolifération de l’imprimé tacheté
Julie Buffard-Moret

Résumés

Plus courant que d’autres imprimés animaliers, le motif léopard est omniprésent dans les modes vestimentaires actuelles et apparaît partout dans notre univers visuel quotidien. De la veste en léopard « de Somalie » de Jacqueline Kennedy, en passant par les bikinis tachetés des pin-ups américaines des années cinquante, jusqu’à la robe clinquante du travesti Divine dans le film Female Trouble de John Waters (1974), cet article propose de suivre la circulation des taches de léopard dans le vestiaire féminin occidental au XXe siècle. D’abord sous la forme de fourrure authentique, importée d’Afrique, qui est utilisée pour confectionner une tenue iconique qui connaîtra un succès retentissant : le manteau en peau de léopard. Puis, sous la forme d’un imprimé industriellement reproduit qui prolifère et apparaît, après la Seconde Guerre mondiale, dans une garde-robe plus populaire. Cette enquête nous permettra d’interroger la représentation problématique des femmes en fauves prédateurs, en panthères.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon l’étymologie indiquée par le Littré : « du latin motum, supin de movere […] Motif est proprem (...)

1Le motif léopard surgit partout au détour de nos rues, disséminé sur les vêtements des passants. Il apparaît à la surface d’un sac, est imprimé sur un manteau ou un tee-shirt, se décline sur une multitude d’accessoires et on le voit, parfois même, peint en manucure. Vu sans être véritablement considéré, le motif léopard hante notre univers visuel quotidien mais nous lui prêtons peu attention, et ce malgré son aspect tapageur. Le motif léopard est une représentation de la peau animale, une image capable de tous les transports qui voyage et prolifère hors de son lieu naturel. Elle répond à l’étymologie latine du mot motif, motum, qui désigne ce « qui est relatif au mouvement, mobile », ce « qui a la propriété de se mouvoir »1. Si l’expression « motif léopard » renvoie communément aux macules du fauve imprimées sur textile, on peut néanmoins l’envisager dans un sens plus large pour désigner toute représentation de la peau du fauve, dans les images et à la surface des objets ou des vêtements. A priori futile, voire vulgaire, le motif léopard est un ornement, il paraît donc toujours superficiel. Il évoque, dans notre imaginaire actuel, la vision exotique et stéréotypée d’une Afrique fantasmée, bestiale et primaire, et participe de la représentation érotisée des femmes en panthères.

  • 2 Du point de vue zoologique, la panthère et le léopard sont un seul et même animal. Ce n’est cependa (...)
  • 3 Sur la peau de panthère et le rôle de la tenue dionysiaque comme signe d’altérité dans la tragédie (...)

2Dans la culture visuelle occidentale, les taches de panthère sont, depuis l’Antiquité grecque, l’attribut de Dionysos, le dieu de l’altérité et du théâtre, et de ses suivantes, les bacchantes2. Dans la tragédie éponyme d’Euripide, Les Bacchantes, ces femmes, rendues bestiales et carnassières par la folie vengeresse inoculée par le dieu, désertent la cité, quittent maris et foyers, pour aller danser et communier dans les forêts environnantes, territoire de la chasse et de la guerre habituellement réservé aux hommes. Envahies par l’animalité, elles pratiquent des chasses subversives en démembrant et dévorant des animaux à mains nues, parfois des hommes. À la surface des vases du banquet des Grecs, elles sont représentées avec une peau de panthère — ou pardalide — nouée autour du cou. (Fig. 1) Dans l’imagerie dionysiaque, le pelage tacheté est le signe visuel d’une métamorphose bestiale qui transforme les femmes en chasseresses redoutables et implique l’éclatement des rôles de mères et d’épouses auxquels elles sont habituellement assignées. Associé à un dieu androgyne et polymorphe, qui se présente à sa cité natale sous les traits d’un étranger, le motif léopard habille, depuis l’Antiquité, différentes figures de l’altérité qui se définissent par opposition au sujet masculin : la femme, l’androgyne, l’étranger3.

Fig. 1 : Peintre de Brygos, Coupe attique : Ménade furieuse, vers 490-480 av. J.-C. Médaillon d'un kylix attique à fond blanc, 14.4 x 28.5 cm

Fig. 1 : Peintre de Brygos, Coupe attique : Ménade furieuse, vers 490-480 av. J.-C. Médaillon d'un kylix attique à fond blanc, 14.4 x 28.5 cm

Munich Staatliche Antikensammlung, inv. 2645

Wikipedia Creative Commons

  • 4 La circulation des taches du fauve dans l’imagerie et le vestiaire occidental, depuis l’Antiquité g (...)

3La moucheture du fauve voyage de figure en figure. Suivre sa circulation dans l’imagerie et le vestiaire occidental, c’est examiner, en situation, comment le motif léopard contribue à les caractériser : tenues mouchetées des bacchantes et femmes guerrières ou chasseresses dans l’Antiquité et dans la peinture de portraits historiés au XVIIIe siècle, casque des officiers dragons et autres tenues ou accessoires militaires, litière tachetée des odalisques dans la peinture orientaliste, slip léopard des culturistes et des hommes de la jungle au tournant du XXe siècle, figure cagoulée des hommes-léopards imaginée pendant la colonisation du Congo par le roi des Belges Léopold II, etc4. C’est souvent à l’endroit des grands partages, là où la culture occidentale tente de marquer la limite entre l’ici et l’ailleurs, entre le féminin et le masculin, entre le civilisé et le bestial, entre l’identité et l’altérité, que surgissent les macules du léopard. Hors de la peau animale, premier exil, et loin des zones géographiques réellement habitées par le fauve, la prolifération des taches du léopard, leur propension à devenir image et à se multiplier, semblent en effet étroitement liées à la manière dont la culture occidentale se représente l’ailleurs, la façon dont elle fantasme et figure ce qu’elle considère étranger.

  • 5 Il ne s’agit pas strictement de fourrure ou de la de reproduction du pelage du léopard, animal de l (...)

4Dans la culture visuelle et matérielle occidentale, le corps des femmes est, plus souvent que tout autre, costumé de léopard. Notre enquête portera ici sur la circulation des taches du fauve dans le vestiaire féminin en France et aux États-Unis au XXe siècle. D’abord sous la forme de fourrure authentique principalement importée d’Afrique et employée pour confectionner une tenue iconique : le manteau en peau de panthère. Puis, sous la forme de l’imprimé léopard qui se démocratise et prolifère à la surface d’un nombre toujours plus grand de corps et de supports dans le courant du siècle avec l’essor des techniques d’impression textile5.

5En effectuant des allers-retours entre la France et les États-Unis, deux pôles dominants d’une industrie de la mode mondialisée et qui entre dans l’ère de la consommation de masse, nous verrons comment les taches de léopard se diffusent dans la garde-robe des femmes occidentales. Ces voyages de part et d’autre de l’Atlantique nous permettront d’évoquer les différentes influences — techniques, sociales, politiques et culturelles — qui contribuent à tisser la profonde polysémie du motif léopard : le rayonnement de la couture parisienne, luxueuse et constellée de références historiques, l’émergence de l’hégémonie politique et culturelle américaine et son influence grandissante sur les modes vestimentaires et les imaginaires populaires, et les parodies subversives qui s’inventent parallèlement, dans les milieux interlopes et alternatifs.

6En évoquant l’actualisation de la figure de la femme-panthère, assimilée au fauve par mimétisme vestimentaire, nous poserons également la question de la représentation des femmes : de leur association à un animal exotique, carnassier et prédateur, et de leur domestication, ou non, par le regard masculin.

1. Brève histoire d’une tenue iconique : le manteau en peau de panthère

  • 6 Desmond Morris, Leopard, Londres, Reaktion Books, 2014, p. 73.
  • 7 Sur la chasse sportive des grands mammifères africains et la manière dont cette pratique contribue (...)

7En 1904, à l’occasion de la première édition de la Coupe Vanderbilt, le riche coureur automobile, mondain et playboy notoire, Willem Gould Brokaw s’affiche avec un excentrique manteau en panthère. « L’homme à la veste léopard » fait alors sensation6. La peau de bête, avant d’être plus largement importée et employée pour confectionner l’iconique manteau en peau de panthère féminin, est pour l’heure le produit de la pratique, presque exclusivement masculine, de la chasse sportive. Le léopard est en effet l’une des proies les plus prestigieuse du « Big Game », la chasse des grands mammifères africains, pratiquée à partir du milieu du XIXe siècle et jusqu’au début du XXe siècle par les élites occidentales. Avec le lion, le buffle, l’éléphant et le rhinocéros, le fauve est l’un des « Big Five » : les animaux considérés comme les plus dangereux et difficiles à abattre auxquels rêvent de se mesurer les « vieux fusils » occidentaux. Le mythe du chasseur blanc qui s’accomplit héroïquement en affrontant la faune sauvage s’écrit, entre autres, au travers des récits de chasse d’Ernest Hemingway et du président Théodore Roosevelt7.

  • 8 « The dangerous game of Africa are the lion, buffalo, elephant, rhinoceros, and leopard. The hunter (...)

Les animaux les plus dangereux d’Afrique sont le lion, le buffle, l’éléphant, et le léopard. Le chasseur qui se lance à la poursuite de ce gibier sait qu’il met toujours sa vie ou son intégrité physique en danger ; il est de sa responsabilité de minimiser ce danger en faisant preuve de sang froid, de prudence, de jugement, et en tirant avec adresse. Le léopard est le plus audacieux et le plus féroce des quatre, mais sa petite taille le rend plus à même de mutiler un homme, que de le tuer8.

8La peau mouchetée du léopard est le trophée d’une chasse valeureuse, elle est entourée du prestige de la victoire de l’homme sur la bête. (Fig. 2) Tenue masculine qui préfigure l’avènement de la veste en léopard féminine, l’insolite manteau de W.G. Brokaw se donne donc à voir comme un assemblage de peaux rares et exotiques. Façonnées pour prendre une forme vestimentaire, ces peaux de bêtes apparaissent comme le butin, réel ou imaginaire, d’un affrontement viril et héroïque avec le fauve. Au masculin, la veste léopard se présente comme un trophée de chasse à enfiler.

Fig. 2 : Anon., Trophée de chasses au Somaliland. Photographie illustrant l’article « Une chasse au pays des Sômalis et ses résultats » publié dans Le Sport universel illustré, n° 135, 18 février 1899, p.105

Fig. 2 : Anon., Trophée de chasses au Somaliland. Photographie illustrant l’article « Une chasse au pays des Sômalis et ses résultats » publié dans Le Sport universel illustré, n° 135, 18 février 1899, p.105

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 9 Dans un corpus non exhaustif constitué d’une quinzaine de périodiques français, accessibles en lign (...)
  • 10 Voir notamment la série de portraits de dames nobles et bourgeoises travesties en Diane chasseresse (...)
  • 11 Le Petit Écho de la Mode, n° 3, 19 janvier 1913, p. 34.
  • 12 Sur la valeur symbolique du manteau de fourrure féminin et son rôle en tant que fétiche sexuel, voi (...)

9Dans la presse féminine, la première mention trouvée d’un manteau en peau de léopard est une description, dans le magazine La Mode, du costume de Diane chasseresse porté en 1829 par une certaine Mlle Rénée à l’occasion d’un bal9. La peau de panthère est en effet l’attribut de la déesse de la chasse dans de nombreux portraits historiés peints au XVIIIsiècle où nobles et grandes bourgeoises travesties en Diane chasseresse l’arborent sous la forme de soyeuses écharpes nouées à leur cou10. (Fig. 3) Dans une chronique du Petit écho de la mode parue en 1913, la Baronne de Clessy évoque la figuration ancienne du pelage de panthère dans les tableaux qui « chantent les beautés du XVIIIe siècle » : « Ce n’est pas d’hier que nous savons que le charme de la beauté féminine gagne au contraste avec ces pelleteries dérobées aux animaux féroces de la conquête desquelles nous sommes fières et que nous avons un véritable plaisir à assouplir à notre élégance, comme si, nous mêmes, nous les domptions et les étendions à nos pieds »11. Dans le vestiaire féminin, le pelage de la panthère est également « dérobé » à l’animal prédateur, féroce et carnassier. Le porter, c’est, en quelque-sorte, l’avoir vaincu, le dompter. Au cou des chasseresses antiques dépeintes au XVIIIe ou en costume « prestigieux » des élégantes au début du XXe, il « contraste » néanmoins avec une certaine délicatesse prêtée aux grâces féminines. Contrairement à la virilité associée aux peaux de panthères masculines, dans le vestiaire féminin le manteau de fourrure, qu’il soit tacheté ou non, se donne à voir comme un signe de pouvoir mais symbolise également, par analogie avec les poils pubiens, le sexe féminin. Depuis la fin du XIXe siècle, le manteau de fourrure comme fétiche sexuel est notamment associé à la figure de la femme dominatrice, au pouvoir érotique de la « belle despote, voluptueuse et cruelle », telle qu’elle est dépeinte par Léopold von Sacher-Masoch dans La Vénus à la fourrure (1870). Empreint de l’intense érotisme tactile et symbolique attribué aux fourrures féminines, le pelage du léopard participe de manière spécifique, nous le verrons, à une assimilation de la femme à l’animal et à un amalgame entre chasse et séduction12.

Fig. 3 : Jean-Marc Nattier, Madame Bergeret de Frouville en Diane, 1756. Huile sur toile, 136.5 x 105.1 cm

Fig. 3 : Jean-Marc Nattier, Madame Bergeret de Frouville en Diane, 1756. Huile sur toile, 136.5 x 105.1 cm

New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 03.37.3

10À la veille de la Première Guerre mondiale, en janvier 1914, une femme vêtue d’un long pardessus en léopard s’affiche en une du Lady’s Home Journal. (Fig. 4) Cette apparition de la peau du fauve en couverture de l’un des principaux titres de la presse féminine américaine de l’époque reste, en ce début de XXe siècle, relativement singulière ; elle témoigne de l’engouement croissant pour la fourrure tachetée dans la mode occidentale et annonce l’entrée du manteau en peau de panthère dans la garde-robe féminine.

  • 13 Fémina, n° 277, 15 décembre 1911, p. 691.

11Dès 1908, en France, une photographie colorisée du studio Talbot montre Nelly Martyl, célèbre chanteuse à l’Opéra Comique de Paris, drapée dans un somptueux manteau de fourrure tachetée. Au cours de l’hiver 1911, ce sont deux femmes, respectivement emmitouflées dans un « manteau de léopard avec col de renard noir » et dans un « manteau de satin ocré » bordé de panthère, qui posent, avec toques et manchons assortis, dans le numéro de décembre du magazine de mode français Fémina. « Prestigieux » et de « haut style », le manteau en léopard est alors décrit par la commentatrice de Fémina comme une tenue originale « que, depuis Cléopâtre, la fastueuse reine d’Orient, personne, n’avait pu se permettre de porter »13.

Fig. 4 : Couverture de The Lady’s Home Journal (Philadelphia), vol. 31, janvier 1914

Fig. 4 : Couverture de The Lady’s Home Journal (Philadelphia), vol. 31, janvier 1914

Université du Michigan © HathiTrust Digital Library

Fig. 5 : La Mode du Jour (Paris), n° 231, 24 Septembre 1925, p. 3

Fig. 5 : La Mode du Jour (Paris), n° 231, 24 Septembre 1925, p. 3

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 14 L’Officiel de la mode, n° 403-404, octobre 1955, p. 188.

12Du fait de la rareté et de la préciosité des peaux, le manteau de léopard est en effet un article de luxe que seules peuvent revêtir les femmes fortunées. Marqueur raffiné de statut social, parfumée d’exotisme et de sensualité, la fourrure tachetée prête aux femmes une « élégance du meilleur ton »14. À partir des années 1910, le pelage du fauve moucheté se propage dans le vestiaire féminin occidental et donne lieu à toutes sortes de déclinaisons vestimentaires. Il est employé pour confectionner de multiples accessoires (manchons, chapeaux, etc.) et orne (en col, parement ou garniture) un grand nombre d’ensembles et de tenues. (Fig. 5)

  • 15 « Connaître et reconnaître la fourrure », L’Officiel de la mode, n° 596, 1972, p. 190.
  • 16 Des personnalités telles que la Reine d’Angleterre, Elizabeth II, et l’actrice Elizabeth Taylor arb (...)

13C’est néanmoins dans les années 1960 que la ferveur pour le pelage moucheté culmine véritablement. À cette période, le qualificatif commercial « léopard de Somalie » — ou « panthère de Somalie » — se multiplie. Cette expression publicitaire désigne les peaux de panthère en provenance de Somalie, mais aussi parfois d’Éthiopie ou d’autres régions de l’est africain, censées être d’une plus grande finesse et de qualité supérieure. Après-guerre, « la plus rare, la plus fine, la plus recherchée et la plus coûteuse » des fourrures tachetées connaît un vif succès en Europe et aux États-Unis15. De nombreuses personnalités, actrices en vue et dames de la haute société, se couvrent alors de longs manteaux en fourrure somalienne, mais c’est le manteau en panthère « de Somalie » porté par Jacqueline Kennedy au printemps 1962, qui provoque une véritable explosion des ventes et des importations16.

  • 17 Certaines peaux de léopards sont abîmées par des hyènes avant que les chasseurs ne viennent collect (...)
  • 18 Les manteaux en peaux de léopard plus communes, confectionnés avec des fourrures d’origine diverses (...)
  • 19 N. Myers, The Leopard Panthera Pardus in Africa…, op. cit., p. 65.

14La confection d’un manteau demande six à sept peaux de léopard. Pour chaque peau en provenance d’Afrique arrivée chez un fourreur occidental, une autre, endommagée et inutilisable, est rejetée17. Un manteau, c’est au bas mot, une douzaine de fauves exécutés. Du fait de la quantité limitée de peaux disponibles sur le marché, les prix s’envolent. En 1962, il est possible de s’offrir un manteau « de Somalie » pour six mille dollars, quatre ans plus tard, en raison d’une demande toujours croissante qui excède l’approvisionnement, cette somme peut atteindre dix-huit mille dollars18. Norman Myers estime qu’en 1968 et 1969, cinquante mille léopards ont été abattus, chaque année, pour approvisionner le marché mondial19. La première dame des États-Unis, véritable icône, suscite un engouement frénétique qui précipite les populations animales africaines vers une quasi-extinction. Ce massacre systématique contribue, en 1973, à la signature du CITES, convention internationale visant à protéger les espèces menacées de disparition. Ratifiée par trente-neuf pays, dont la France en 1978, elle interdit notamment l’importation de fourrure de panthère et signe sa disparition de la mode féminine. Mais la moucheture du léopard, loin de s’éclipser, est remplacée par une multitude de répliques synthétiques, plus ou moins illusionnistes, qui envahissent jusqu’à aujourd’hui la mode féminine.

2. La prolifération de l’imprimé léopard

15Si l’on remarque, dans la presse féminine française des années soixante-dix, une multiplication de vêtements et de fausses fourrures tachetées à la suite de la prohibition de l’importation de peaux de panthère authentiques, la reproduction des taches du fauve à la surface des vêtements féminins est, en réalité, très loin de constituer une nouveauté.

  • 20 Selon Nicole Parrot, les taches de léopard auraient été imprimées sous le règne de Louis XV (1715-1 (...)
  • 21 L’apparition du motif léopard est récurrente dans l’uniforme et le mobilier militaire français à pa (...)
  • 22 Cet échantillon de sergé de coton imprimé léopard, dit « Motif tigré » et produit par la Manufactur (...)
  • 23 Vicomtesse de Merville, « Bulletin des modes et de l’industrie », La Mode, 25 septembre 1853, p. 27 (...)

16Comme le montre un ensemble de soieries destinées à la confection de robes et façonnées à Lyon entre 1760 et 1780, la moucheture du fauve orne les tissus vestimentaires féminins au moins depuis le XVIIIe siècle. (Fig. 6) Le motif léopard aurait été imprimé sur textile au courant de ce siècle ; néanmoins, les tissus que nous avons pu répertorier sont majoritairement des soies ou des satins brochés, c’est-à-dire qui comportent des motifs tissés, et non des imprimés20. À la faveur de l’engouement de l’époque pour l’Antiquité, le motif léopard, qui prolifère au même moment dans la peinture et les représentations qui revisitent scènes et figures empruntées à la mythologie gréco-romaine, est également reproduit à la surface de certains éléments d’uniforme ou de mobilier militaire21. Le motif léopard est ainsi tissé, peint sur cuir, broché sur textile, mais ce n’est qu’au début du XIXe siècle, sur un échantillon de textile d’ameublement produit par la Manufacture d’Oberkampf à partir de 1806, que nous l’avons trouvé sous forme imprimée22. En 1853, dans les colonnes de La Mode, la Vicomtesse de Merville chronique l’apparition de chapeaux et d’un manteau de sortie de bal en « velours tigré et moucheté »23. Cette même année, la vogue pour ces velours tachetés est également soulignée dans Le Journal des coiffeurs et La Sylphide.

  • 24 Le Journal des coiffeurs, année dix-huit, neuvième livraison, 1er septembre 1853, p. 67.

On cause déjà des modes d’automne et l’on prétend, je n’ose pas l’écrire, que la vogue sera accaparée par les velours tigrés, mouchetés, et par les tissus rappelant les robes de mesdames les panthères et de messieurs les léopards. Ah ! chères lectrices, on veut nous habiller en bêtes féroces ! […] Où allons-nous grand Dieu ?… Révoltons-nous : la mode est par trop fantasque. Si nous écoutons tous ses caprices, un de ces jours nous nous réveillerons toutes en lionnes et en tigresses24.

17Les taches du léopard n’attendent donc pas la prohibition de l’authentique fourrure du fauve pour être reproduites à la surface des vêtements féminins. Mais s’il apparaît sporadiquement dans la mode féminine auparavant, l’imprimé léopard y reste relativement rare, insolite, jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Fig. 6 : Détail d’un tissu de robe probablement réalisé à Lyon entre 1760 et 1770. Soie brochée, 119 x 53.8 cm

Fig. 6 : Détail d’un tissu de robe probablement réalisé à Lyon entre 1760 et 1770. Soie brochée, 119 x 53.8 cm

Victoria & Albert Museum, inv. T.107-1962

© Victoria and Albert Museum, London

  • 25 Patrick Demarchelier, Ingrid Sischy (éds.), Dior Couture, New York, Rizzoli International, 2011, p. (...)
  • 26 [traduction de l’auteur] « The dress recalls the opulence and decadence of the classical dress of I (...)

18À l’occasion du défilé historique du 12 février 1947, le couturier Christian Dior présente l’imprimé « Jungle », un motif all-over exclusif imprimé sur crêpe de laine ou sur mousseline de soie et manufacturé par la maison lyonnaise Bianchini-Férier25. Le tissu tacheté est notamment utilisé pour confectionner la robe Africaine, qui allie exotisme — par sa moucheture, son nom — et inspiration néo-classique — par sa coupe qui, selon Andrew Bolton, rappelle « l’opulence et la décadence de la robe classique de la Rome impériale déformée par le prisme grandiloquent de sa réinterprétation pendant la période Napoléonienne »26. Nimbé d’élégance, l’imprimé « Jungle » mêle ainsi exotisme et néo-classicisme. Dans le communiqué de presse qui accompagne la sortie de son opulente collection, Dior annonce le lancement exclusif de son imprimé tacheté et se présente ainsi comme le créateur du motif léopard en le baptisant « Jungle ». Si l’inventeur du New Look est souvent présenté, à tort, comme le premier à décliner le pelage de la panthère sur tissu imprimé, il contribue néanmoins largement au succès de l’imprimé tacheté dans la haute couture et la mode féminine. Après-guerre, de véritables collections saisonnières de tissus imprimés font leur apparition, les imprimés se multiplient et des rubriques entières leurs sont consacrées dans les magazines de mode.

  • 27 Odile Blanc, Florence Charpigny, Tissu - papier, échanges d’impressions : questions de points de vu (...)
  • 28 Madeleine Delpierre, L’Imprimé dans la mode du XVIIIe à nos jours, cat. expo., Paris, Palais Gallie (...)

19Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, l’imprimé léopard fait l’objet d’une production textile de grande qualité. Destiné à la haute couture et reproduit en quantité limitée, il est réservé à orner les fastueuses tenues d’une poignée de mondaines privilégiées. Cette exclusivité sera pourtant de très courte durée car l’industrie textile connaît de profondes mutations après la Seconde Guerre mondiale : le développement du prêt-à-porter, la commercialisation de nouveaux textiles en fibres synthétiques et les transformations des techniques d’impression sur tissu occasionnent une véritable démocratisation du motif tacheté. En France, la mise en service des premières machines entièrement automatisées d’impression au cadre en 1954 permet en effet d’imprimer entre deux-mille et cinq-mille mètres de tissu par jour. Ce procédé autorise alors « une très grande liberté dans la conception et la réalisation de motifs, qui révolutionne la création textile au XXe siècle »27. Mais c’est surtout l’invention de la machine à cadre rotatif en 1962, avec ses onze-mille mètres de tissu imprimé à la journée, qui augmente considérablement le rythme de production au cours des années soixante et dans les années soixante-dix28. Cette accélération de la production de tissus imprimés répond à l’émergence de modes de plus en plus éphémères et accessibles au plus grand nombre. Le motif léopard entre alors pleinement dans l’ère de sa reproductibilité technique et devient accessible à tous. Avec l’interdiction de l’importation de fourrure de panthère en 1973 et l’essor des techniques de reproduction, la véritable peau de bête disparait des modes vestimentaires au profit de ses imitations. La moucheture authentique laisse ainsi entièrement place à la multiplication industrielle de ses répliques. Imprimé à la surface d’un nombre toujours plus important de supports, le motif léopard prolifère, et devient alors infiniment appropriable.

3. La femme-panthère, un stéréotype domestiqué

  • 29 Julien Neuville, « Un peu d’histoire... l’imprimé léopard », M le magazine du Monde, 3 janvier 2014 (...)
  • 30 Voir « La saison de Deauville - Les mains de M. McKeion et le léopard de Joséphine Baker », L’Offic (...)

20En 1925, l’actrice Marian Nixon s’exhibe sur Hollywood Boulevard avec un léopard en laisse, « version vivante » de son manteau de fourrure tachetée29. Elle inaugure ainsi une image qui deviendra récurrente, celle d’une femme souvent vêtue de panthère authentique ou synthétique paradant avec un léopard domestiqué. L’actrice sera notamment imitée par Joséphine Baker dans les années trente, Gene Tierney dans les années cinquante et la chanteuse Eartha Kitt dans les années soixante-dix30. Semblables à leur félin de compagnie, elles arborent — en fourrure d’abord réelle, puis imprimée — la même robe mouchetée que le fauve et actualisent, par mimétisme vestimentaire, la figure de la femme-panthère.

  • 31 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VIII, 23.
  • 32 Marcel Detienne Dionysos mis à mort, Paris, Gallimard, 1977, p. 10-12.

21Dans la culture occidentale, l’assimilation des femmes à la panthère est ancienne et remonte, nous l’avons vu, à l’Antiquité. Dans le bestiaire des grecs, la panthère est un animal aromatique qui use de son parfum envoûtant pour capturer ses proies. La panthère parfumée confond chasse et séduction et son haleine enivrante est l’émanation de pratiques de chasse féminines subversives où traquer sa proie revient à l’attirer à soi en la subjuguant de ses charmes : « Chez la panthère, les taches sont comme de petits yeux semés sur un fond clair. On dit que tous les quadrupèdes sont singulièrement attirés par l'odeur qu'elle exhale, mais qu'ils sont effrayés par l'aspect farouche de sa tête ; aussi la cache-t-elle : il ne reste plus que l'odeur agréable qui les attire, et elle les saisit »31. Associée à la figure de la courtisane, la panthère parfumée cristallise les interférences entre chasse et séduction. Féminine et prédatrice, elle renvoie plus largement à la transgression des comportements sexuels admis et est également liée à des figures de femmes chasseresses, souvent vierges et refusant d’être épousées, qui peuplent l’imaginaire des grecs : la déesse de la chasse Artémis, la chasseresse Atalante ou encore les Amazones32.

  • 33 Jurgis Baltrušaitis, Les Perspectives dépravées (vol.1). Aberrations. Essai sur la légende des form (...)
  • 34 Giambattista della Porta, La Physionomie humaine de Jean-Baptiste Porta neapolitain divisée en quat (...)
  • 35 L’assimilation de la femme à la panthère est moins récurrente dans les traités de physiognomonie du (...)
  • 36 Théophile Thoré-Burger, Dictionnaire de phrénologie et de physiognomonie à l’usage des artistes, de (...)

22Cette assimilation de la femme à la panthère perdure dans les écrits de physiognomonie zoologique de la fin XVIe siècle, époque à laquelle cette méthode comparatiste qui s’attache à établir des correspondances formelles entre les traits des hommes et de certains animaux à qui l’on prête des qualités exemplaires, pour déduire, par analogie, leur nature morale et leur caractère, connaît un renouveau. Contrairement à l’homme, qui est plus volontiers associé au lion, la panthère est considérée, selon Jurgis Baltrušaitis, comme l’animal qui « présente le plus d’analogie avec le corps et les mœurs de la femme »33. Cette assimilation est négative, le fauve étant présenté dans la Physionomie humaine de Giambatista Della Porta, parue en 1586, comme un animal pernicieux, colérique, et pratiquant des chasses sournoises34. L’analogie de corps et d’esprit entre les femmes et le félin tacheté est parfois révisée et critiquée, mais subsiste cependant dans un grand nombre de traités de physiognomonie jusqu’au déclin de la discipline, au milieu du XIXe siècle35. La panthère, assimilée à la femme, est par exemple également désignée comme une bête « scélérate » et « perfide » dans un traité publié en 1838 « à l’usage des artistes, des gens du monde, des instituteurs, des pères de famille, des jurés, etc. ». Elle s’oppose ainsi au lion, qui, en bon père de famille, est décrit comme « généreux, magnanime, aimant la victoire, doux et juste, aimant ceux avec lesquels il vit »36.

  • 37 T. Thoré-Burger, Dictionnaire de phrénologie…, op. cit., p. 43.

La panthère, au contraire, parait affecter davantage la forme féminine, si ce n’est aux jambes où il y a apparence de force : elle a la face petite, la bouche grande, les yeux petits, blancs, renfoncés, le front très long, les oreilles plus rondes que plates, le col démesurément long, les cuisses charnues, les parties abdominales très lisses ; telle est la forme du corps de la panthère ; pour les facultés de l’âme, elle est vile, scélérate, furtive, et pour tout dire, perfide37.

  • 38 M. Detienne, Dionysos mis à mort…, op. cit., p. 94.

23La panthère n’est « pas un animal que l’on chasse, c’est un chasseur »38. La prédation féminine, ainsi assimilée aux irrésistibles séductions et aux manières rusées d’une bête exotique, constitue une menace qui hante et fascine le regard masculin occidental et contribue à la fabrication de la figure stéréotypée de la femme-panthère.

  • 39 Pin-up Digest, n° inconnu, janvier 1955, p. 24-25.
  • 40 Laura Mulvey, « Plaisir visuel et cinéma narratif, seconde partie», revue en ligne Débordements, 26 (...)

24La « bestialisation » et la naturalisation des femmes en félines exotiques se poursuit sous d’autres formes au XXe siècle et transparaît de manière particulièrement explicite dans l’imagerie publicitaire et érotique américaine des années cinquante mettant en scène des femmes habillées de léopard. Au moment où le motif léopard cesse d’être réservé à une élégante élite et entre dans une garde-robe plus populaire, les publicités diffusées entre 1953 et 1961 par la marque de lingerie américaine Cole of California pour promouvoir sa collection de maillots de bain Female Animal, en constituent l’un des plus parfaits exemples. On y voit, encagées derrières des barreaux ou tenues en laisse, les modèles vêtues de léopard et qualifiées de « spécimens sauvages » et de « Femmes animales ». Elles sont montrées comme les fauves d’un cirque ou d’un zoo. Certes désignée comme une potentielle « tueuse d’hommes », la femme-panthère de Cole of California est une créature entravée, un objet de désir captif, soumis au regard masculin : « Deux spécimens rares de la collection de maillots de bain FEMALE ANIMAL. La panthère noire… est une dangereuse tueuse d’hommes ! Habite les plages les plus chics. Une-pièce, $10.95 ; deux-pièces, $8.95 ; foulard, $2.95 ». (Fig. 7) À l’instar des félines de Cole of California, la célèbre pin-up Bettie Page contribue au même moment à l’actualisation de la figure de la femme-panthère. En 1954, dans l’enceinte du parc animalier Africa U.S.A de Bocca Raton en Floride, elle pose devant l’objectif de la photographe Bunny Yeager en justaucorps tacheté et apparait tour à tour suspendue à une branche, un poignard entre les dents ; entourée de deux guépards enchainés ; souriante et faisant mine de pêcher à l’aide d’une lance ; attachée à un arbre par un homme déguisé en indigène, etc. Auréolée d’un succès immédiat, cette série de photographies intitulée « Jungle Bettie », sera publiée dans l’un des premiers numéros du magazine Playboy. Mise en scène comme une créature sauvage dans le décor exotique du parc animalier, la pin-up qui « découvre sa nature primitive dans la jungle paradisiaque de Floride » est, à l’image des modèles encagés de Cole of California, érotisée et naturalisée en femme féline, à la fois sensuelle et bestiale39. (Fig. 8) Pour reprendre les mots de la critique et réalisatrice féministe Laura Mulvey, la femme-panthère est modelée par « le regard déterminant du masculin qui projette ses fantasmes sur la figure féminine », elle « capte le regard, joue pour lui, et signifie le désir masculin »40. Elle constitue ainsi un « appel au regard », to-be-looked-at-ness.

Fig. 7 : « Cole of California », publicités pour la ligne de maillots de bain Female Animal, 1953-1961

Fig. 7 : « Cole of California », publicités pour la ligne de maillots de bain Female Animal, 1953-1961

© Cole of California

  • 41 « JUNGLE WOMAN », L’Officiel de la mode, n° 664, 1980, p. 202-203 ; « Le point sur les collections (...)

25Assimilée au fauve par mimétisme vestimentaire, la femme-panthère en tant que figure-type publicitaire et érotique, est exhibée comme un objet de désir sexuel. Elle illustre mot pour mot les textes et légendes qui accompagnent les images publicitaires ou érotiques : montrée et désignée comme telles, les femmes habillées d’un costume de bain tacheté dévoilent leur nature bestiale profonde. C’est la promesse faite par Cole of California à ses futures clientes : faire d’elles un « spécimen en captivité » ou « réveiller l’animal domestique qui sommeille » en elles. Dans la presse féminine de mode des décennies suivantes, l’apparition d’imprimé léopard est en effet régulièrement accompagnée du champ lexical de la métamorphose : « les tissus “font la bête” et nous transforment en animaux », « en noir et blanc, sur fond de mousseline ou de crêpe, les imprimés nouvelle vague feront de vous une femme panthère »41. Si les femmes ne se transforment bien entendu jamais en fauve en enfilant une tenue léopard, elles incarnent, de manière extrêmement littérale, les qualités primaires prêtées à l’animal : sensualité et férocité. Il s’agit moins d’une métamorphose que du dévoilement d’une nature féminine qui serait par essence primitive et animale.

Fig. 8 : Bunny Yeager, série de photos de Bettie Page publiée dans Pin-up Digest, janvier 1955, p. 24-25

Fig. 8 : Bunny Yeager, série de photos de Bettie Page publiée dans Pin-up Digest, janvier 1955, p. 24-25

© Pin-up Digest

  • 42 On pourrait ici ouvrir une discussion sur le fait que des femmes racisées — telles que Joséphine Ba (...)
  • 43 Dans le film de Jacques Tourneur, La Féline, réalisé en 1942, Irina Dubrovna, jeune dessinatrice de (...)

26Arborant des fourrures élégamment sulfureuses ou des bikinis échancrés, ces corps féminins vêtus de taches animales témoignent également de la connexion faite, dans la culture et la pensée occidentale, entre différentes figures d’altérité qui sont assimilées à la sphère dévaluée — car prétendument distincte, passive et dénuée de raison  de la nature : l’animal, la femme, le non-occidental. La figure de la femme-panthère souligne en effet l’existence d’une oppression conjointe de genre et de race, qui s’appuie sur l’infériorisation des non-humains, des peuples racisés et du monde naturel, et est justifiée par la naturalisation et l’animalisation commune des corps féminins et racisés42. La femme-panthère est une figure ambivalente qui cristallise l’effroi de voir s’exprimer une prédation bestiale assimilée à la séduction et au désir féminin43. Issue de l’amalgame entre femme et animal, elle permet de négocier avec une sexualité féminine désirable quand elle reste maîtrisée et subordonnée mais qui, déliée des contraintes qui lui sont imposées, menace d’excéder et de mettre en péril le cadre domestique. Accoutrées de vêtements tachetés et promenant au bout d’une laisse leurs léopards apprivoisés, Marian Nixon et ses imitatrices promènent la menace contenue d’une sauvagerie féminine prédatrice et indomptée.

4. Ironie du motif léopard

  • 44 L’assimilation des femmes et des personnes racisées au règne animal peut être considérée comme une (...)

27Loin de l’imagerie publicitaire diffusée à large échelle dans la presse de mode et de charme, le motif léopard se manifeste par ailleurs dans des milieux marginaux, nocturnes et interlopes. En 1964, dans le quartier de Pigalle, le photographe Christer Strömholm documente le quotidien de ses ami·e·s travesti·e·s, transsexuel·le·s et prostitué·e·s ; certaines de ses photographies les montrent vêtu·e·s d’un manteau en panthère synthétique ou étendu·e·s sur un couvre-lit tacheté. (Fig. 9) Sur l’asphalte des trottoirs et dans les chambres closes, la figure de la femme-panthère et de l’élégante en veste tachetée sont réinvesties pour être radicalement déliées de leur domesticité. L’imprimé léopard est marqué par un excès de forme et de sens, il dépasse la mesure. Toujours en surplus, il n’est jamais structurel ou nécessaire, et véhicule par ailleurs d’intenses connotations — sexuelles, raciales, bestiales — qui sont liées à une longue histoire de domination des femmes, de la nature, et des personnes racisées. Dans cet univers interlope, où la différence entre les genres se trouble, le caractère excessif du motif léopard est revendiqué, le stigmate retourné44. Jusqu’alors atténué dans les mises en scènes de la femme comme fauve apprivoisé, la dimension subversive du motif tacheté devient véritablement active. La moucheture imprimée trouve en effet sa pleine expression dans ces réappropriations qui revendiquent, rejouent et soulignent la dimension prédatrice et sexuelle du motif léopard. Ostensiblement érotique, l’imprimé panthère bascule alors dans le registre de la parodie.

Fig. 9 : Christer Strömholm, Freddy and Mimosa, Stevens Hotel, Paris 1964

Fig. 9 : Christer Strömholm, Freddy and Mimosa, Stevens Hotel, Paris 1964

Courtesy of The Strömholm Estate, Stockholm, Sweden / www.stromholm.com

  • 45 John Waters, Female Trouble, 1974, 64’.

28Dans le film Female Trouble, réalisé en 1974 par John Waters, le célèbre travesti Divine apparaît dans une robe panthère verte et dorée. (Fig. 10) Son costume de pacotille, clinquant et tapageur est fidèle à l’esthétique trash et ultra-provocante du réalisateur. Divine incarne Dawn Davenport, un personnage de serveuse et strip-teaseuse poussée au crime par ses désirs de célébrité, et qui finira grillée sur une chaise électrique, après avoir, entre autres méfaits, étranglé sa propre fille. Chez Waters, la dimension parodique du motif léopard est poussée à son paroxysme quand Divine, revenue d’une promenade dans la rue, avec sa robe léopard trop courte et sa chevelure en pétard s’exclame : « C’était fabuleux ! Tout le monde me fixait comme si j’étais une princesse »45. La princesse se métamorphose en travesti criminel et l’élégante fourrure tachetée, reproduite en un motif criard, devient une tenue vulgaire et parodique. Les taches de léopard, déjà sulfureuses quand elles sont du « meilleur ton », deviennent ouvertement vulgaires, d’un mauvais goût tapageur, lorsqu’elles se détachent radicalement de la sphère domestique conventionnelle pour devenir le costume de ceux·elles qui transgressent ouvertement le cadre des relations vertueuses.

Fig. 10 : Divine dans le film Female Trouble réalisé par John Waters en 1974

Fig. 10 : Divine dans le film Female Trouble réalisé par John Waters en 1974

Source : https://screengoblin.com/​2018/​09/​14/​female-trouble/​

  • 46 Susan Sontag, « Notes on Camp », dans Against Interpretation and Other Essays, London, Penguin, 200 (...)
  • 47 Andrew Bolton (éd.), Camp : Notes on Fashion, cat. expo., New York, Metropolitan Museum of Art (du (...)

29Dans les mêmes années, Vivienne Westwood et le mouvement punk s’emparent également du motif tacheté pour en souligner, avec un amour subversif du mauvais goût proche de celui de Waters, le potentiel excessif et indécent. Vulgaire, l’imprimé léopard l’est à double sens. Reproduit industriellement, il devient commun, accessible, et ne se donne plus à voir comme un signe luxueux de distinction sociale. Superficiel et toujours en excès, il est empreint d’un érotisme et d’une bestialité plus ou moins explicite qui menace toujours de déborder les règles de la bienséance. Chez Waters, la robe tachetée de Divine est camp, au sens où l’entend la romancière, essayiste militante, et critique Susan Sontag : tapageuse et kitsch, elle est ouvertement superficielle et parodie avec démesure l’allure et la splendeur de la femme glamour. Le camp est, pour Sontag, une sensibilité d’ordre esthétique qui est définie par « l’amour de ce qui n’est pas naturel : l’artifice et l’exagération »46. C’est l’amour des apparences clinquantes et flamboyantes. Le camp n’est jamais naturel car il est de l’ordre du travestissement et du jeu de rôle, jamais du côté de l’authenticité et de l’essence immuable. Avec exubérance, il défie les catégories esthétiques traditionnelles et les conventions de genre pour transformer « l’impérium brutal de la nature en beauté de l’artifice »47. Ce qui est camp est ouvertement fabriqué, toujours superficiel.

  • 48 [traduction de l’auteur] « 10. Camp sees everything in quotation marks. It’s not a lamp, but a “lam (...)

Le Camp voit tout entre guillemets. Ce n’est pas une lampe, mais une “lampe” ; pas une femme mais une “femme”. Percevoir le Camp dans les êtres et les choses, c’est envisager l’existence comme un jeu de rôle [Being-as-Playing-a-Role]. C’est la plus grande extension, dans le domaine de la sensibilité, de la métaphore de la vie considérée comme un théâtre48.

  • 49 Sur l’évolution de la notion de Camp, la manière dont elle contribue à « démystifier les rôles conv (...)

30Le motif léopard, quand il s’affiche ouvertement comme une surface artificielle et outrancière porte à la célébration du travestissement. Industriellement reproduit à la surface de tissus de diverses qualités, et décliné dans une large gamme de couleurs, formes et échelles, le motif léopard s’affiche comme une reproduction ostensiblement factice de la peau animale et non comme une stricte imitation naturaliste. C’est quand elle est la moins réaliste, la plus camp, la plus manifestement factice que la moucheture du fauve est la plus subversive. Démocratisé sous forme d’imprimé, le motif léopard se donne en effet ouvertement à voir comme une surface artificielle, propre à se dénaturer de manière superficielle et éphémère : à se travestir en adoptant une apparence qui n’est ni innocente, ni naturelle, mais visiblement parodique et fabriquée49.

31Il ne s’agit pas de faire croire que l’on porte une fourrure authentique mais de réinvestir, non sans dérision, les stéréotypes attachés à la femme vêtue de panthère. Le vêtement est avant tout un costume, un déguisement interchangeable que l’on peut enfiler de manière provisoire ; et la figure excessivement bestiale, érotisée et exotique de la femme-panthère peut elle-même être détournée de manière parodique et émancipatrice. À partir des années soixante-dix le motif léopard prolifère dans le vestiaire et la culture populaire et flirte avec différents imaginaires. Cette seconde peau tachetée ne reflète en effet pas uniquement les qualités primaires associées au fauve mais convoque également, dans un jeu de citations et de renvois plus ou moins conscients et explicites, les multiples apparitions et réappropriations du motif animal dans la sphère culturelle. Jusqu’aujourd’hui adopté par des personnes issues de milieux socio-culturels très divers — premières dames et femmes d’affaires, rappeurs, femmes voilées, musiciennes pop, adolescent·e·s, dames âgées — l’imprimé léopard est profondément polysémique et teinté d’ironie.

  • 50 Donna Haraway, « Manifeste cyborg : science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe si (...)

32En lui-même, le motif léopard n’est jamais un signe strict d’aliénation ou d’émancipation, il n’a pas de signification inaltérable et doit être toujours situé. Sous sa forme imprimée, quand il est exhibé comme une surface ostensiblement factice, il joue avec irrévérence de la séparation entre authenticité et artifice, être et paraître. Dans la culture occidentale, les taches de panthère se réfèrent à une puissance prédatrice associée à l’Autre, celui qui est défini par opposition au sujet blanc et masculin : la femme, l’androgyne, l’animal, l’étranger. C’est souvent là où se troublent les grands partages, les oppositions binaires entre l’ici et l’ailleurs, le féminin et le masculin, le civilisé et le sauvage, l’homme et l’animal, le naturel et l’artificiel, l’identité et l’altérité que surgissent les macules du fauve. Industriellement reproduit, le motif léopard est une image impure qui, empruntée à la peau animale, voyage hors d’elle et se charge, au gré de ses vagabondages, d’une multitude de sens contradictoires. Le motif léopard convoque simultanément des imaginaires paradoxaux, il est ironique au sens défini par Donna Haraway dans son Manifeste Cyborg car il déjoue les oppositions binaires pour faire tenir ensemble des choses incompatibles : « L’ironie est une histoire de contradictions qui ne se résolvent pas dans de grands “touts”, même dialectiquement. L’ironie est une histoire de tension produite lorsque l’on veut faire tenir ensemble des choses incompatibles parce que deux d’entre elles, ou toutes, sont vraies et nécessaires. Une histoire d’humour, une façon de jouer sérieusement »50.

33Suivre la circulation des taches du léopard, en fourrure authentique ou imprimées, dans le vestiaire occidental au XXe siècle, c’est essayer, en portant attention aux vagabondages d’un motif omniprésent mais peu considéré, d’appréhender la question ambivalente et problématique de l’association des femmes — et d’autres figures et personnes qui subvertissent souvent les catégories genrées — à un animal carnassier et exotique. L’enquête reste ouverte, le motif léopard n’est pas géométrique ou régulier, ses taches se ressemblent mais ne sont pas identiques, elles permettent de penser une surface unie dans la diversité.

Fig. 11 : Écharpe imprimée léopard, garde-robe personnelle

Fig. 11 : Écharpe imprimée léopard, garde-robe personnelle

© Julie Buffard-Moret

Haut de page

Notes

1 Selon l’étymologie indiquée par le Littré : « du latin motum, supin de movere […] Motif est proprement un adjectif qui dans l'ancienne langue et dans les autres langues romanes signifie : qui a la propriété de mouvoir. De là, transformé en substantif, il a pris le sens de cause d’action. » https://www.littre.org/definition/motif [date de consultation 05/11/2020].

2 Du point de vue zoologique, la panthère et le léopard sont un seul et même animal. Ce n’est cependant pas le cas dans les bestiaires antiques et médiévaux, où ils sont considérés comme deux animaux distincts. Je privilégie ici le terme de panthère pour évoquer le fauve tel qu’il est considéré dans le bestiaire et l’imaginaire antique mais j’utilise, pour le reste, les deux termes de manière équivalente.

3 Sur la peau de panthère et le rôle de la tenue dionysiaque comme signe d’altérité dans la tragédie et l’imagerie antique, voir entre autres, Marcel Detienne, Dionysos à ciel ouvert, Paris, Hachette, 1986, p. 37-39 ; Jean-Pierre Vernant, « Le Dionysos masqué des Bacchantes d’Euripide », L’Homme, 25, n° 93, 1985, p. 31-58 ; Marie-Christine Villanueva-Puig, « À propos d’une ménade aux sangliers sur une œnochoé à figures noires du British Museum : Notes sur le bestiaire dionysiaque », Revue archéologique, Nouvelle série, n° 2, 1983, p. 229-258 ; Danièle Auger, « Le jeu de Dionysos : Déguisements et métamorphoses dans Les Bacchantes d’Euripide », dans Dionysos, le même et l’autre, éd. par Michel Bourlet, Grenoble, La Pensée sauvage, 1983, p. 57-80.

4 La circulation des taches du fauve dans l’imagerie et le vestiaire occidental, depuis l’Antiquité grecque jusqu’à nos jours, est le sujet de mon mémoire de recherche, Dispersion du motif léopard, soutenu en 2018 à l’EHESS et mené sous la direction de Patricia Falguières. Sur le motif léopard et la représentation de figures féminines mythologiques et orientales dans la peinture du XIXe siècle, voir notamment, Sandra Buratti-Hasan, Sara Vittacca (éds.), Bacchanales modernes ! : le nu, l'ivresse et la danse dans l'art francais du XIXème siecle, cat. expo., Bordeaux, Galerie des Beaux- Arts (du 12 février au 23 mai 2016) ; Ajaccio, Palais Fesch-musée des Beaux-Arts (du 1er juillet au 3 octobre 2016), Milan, Silvana Editoriale, 2016. À propos du slip léopard comme costume de Tarzan et de l’inventeur du bodybuilding, le culturiste Eugen Sandow, voir John F. Kasson, Houdini, Tarzan, and the Perfect Man: The White Male Body and the Challenge of Modernity in America, New York, Hill and Wang, 2002. Au sujet de l’invention de la figure des hommes-léopards pendant la colonisation du Congo et sa diffusion dans la culture populaire occidentale, voir Vicky L. M. Van Bockhaven, The Leopard Men of the Eastern Congo (ca. 1890-1940): History and Colonial Representation, Thèse de doctorat en philosophie dirigée par John Mack et Anne Haour, Université d’East Anglia, Norwich, 2013.

5 Il ne s’agit pas strictement de fourrure ou de la de reproduction du pelage du léopard, animal de l’espèce Panthera Pardus. Dans la mode, l’expression « motif léopard » renvoie communément à la reproduction de la robe d’un ensemble de félins tachetés et peut par exemple désigner l’imitation des taches de l’ocelot ou du jaguar.

6 Desmond Morris, Leopard, Londres, Reaktion Books, 2014, p. 73.

7 Sur la chasse sportive des grands mammifères africains et la manière dont cette pratique contribue à la définition de la virilité américaine au tournant du XXe siècle, Donna Haraway, « Le patriarcat de Teddy Bear : taxidermie dans le jardin d’Eden, New-York, 1908-1936 » dans Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féministes, Paris, Exils éditeurs, 2007, p. 145-218.

8 « The dangerous game of Africa are the lion, buffalo, elephant, rhinoceros, and leopard. The hunter who follows any of these animals always does so at a certain risk to life or limb; a risk which it is his business to minimize by coolness, caution, good judgment, and straight shooting. The leopard is in point of pluck and ferocity more than the equal of the other four; but his small size always renders it likely that he will merely maul, and not kill, a man. », Theodore Roosevelt, African Game Trails, New York, Londres, Syndicate Publishing Company, 1910, p. 67.

9 Dans un corpus non exhaustif constitué d’une quinzaine de périodiques français, accessibles en ligne sur Gallica ou sur le site des Éditions Jalou, et publiés entre le XVIIe et le XXe siècle : Mercure Galant, Le Journal des dames et des modes, La Mode, Le Journal des coiffeurs, La Sylphide, L’Art et la mode, Le Petit écho de la mode, Les Modes, Fémina, Jardin des modes nouvelles, Les Modes de la femme de France, L’Officiel de la mode, La Mode du jour, Vogue Paris, Marie Claire.

10 Voir notamment la série de portraits de dames nobles et bourgeoises travesties en Diane chasseresse réalisée par le peintre académique Jean-Marc Nattier durant la première moitié du XVIIIe siècle. Outre le portrait en Fig. 3 voir aussi Jean-Marc Nattier, Madame de Pompadour en Diane, 1746, huile sur toile, 100,3 x 80,6 cm, Palais de Versailles, appartement de la Marquise de Pompadour ou Jean-Marc Nattier, Jeune femme sous les traits de Diane, 1752, huile sur toile, 100,4 x 79,5 cm, Cleveland, The Cleveland Museum of Art.

11 Le Petit Écho de la Mode, n° 3, 19 janvier 1913, p. 34.

12 Sur la valeur symbolique du manteau de fourrure féminin et son rôle en tant que fétiche sexuel, voir Julia V. Emberley, The Cultural Politics of Fur, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1997, p. 73-101 ; Valerie Steele, Fétiche : mode, sexe et pouvoir, Paris, Éditions Abbeville, 1997, p. 139-142.

13 Fémina, n° 277, 15 décembre 1911, p. 691.

14 L’Officiel de la mode, n° 403-404, octobre 1955, p. 188.

15 « Connaître et reconnaître la fourrure », L’Officiel de la mode, n° 596, 1972, p. 190.

16 Des personnalités telles que la Reine d’Angleterre, Elizabeth II, et l’actrice Elizabeth Taylor arborent par exemple cette tenue au début des années soixante.

17 Certaines peaux de léopards sont abîmées par des hyènes avant que les chasseurs ne viennent collecter leurs pièges, d’autres sont détériorées lors du processus de préparation de la fourrure. Norman Myers, The Leopard Panthera Pardus in Africa, Morges, International Union for Conservation of Nature and Natural Ressources, 1976, p. 65.

18 Les manteaux en peaux de léopard plus communes, confectionnés avec des fourrures d’origine diverses, se vendent à cette période pour mille sept cents ou deux mille cinq cents dollars. Marylin Bender, The Beautiful People, New York, Coward McCann, 1967, p. 52.

19 N. Myers, The Leopard Panthera Pardus in Africa…, op. cit., p. 65.

20 Selon Nicole Parrot, les taches de léopard auraient été imprimées sous le règne de Louis XV (1715-1774), voir Nicole Parrot, Dessins d’imprimés : une aventure dans le tissu, Paris, Syros, 1947, p. 57. Andrew Bolton affirme par ailleurs que les « imprimés léopard sont devenus particulièrement populaires dans la France du XVIIIe siècle », Andrew Bolton, Wild : Fashion Untamed, cat. expo., New York, Metropolitan Museum of Art (du 7 décembre 2004 au 13 mars 2005), New York, Metropolitan Museum of Art, New Haven, Yale University Press, 2004, p. 123.

21 L’apparition du motif léopard est récurrente dans l’uniforme et le mobilier militaire français à partir du XVIIIe siècle. Voir notamment le bandeau tacheté qui orne les casques à cimier des officiers dragons à partir de 1762 et le tapis moquette de la tente de campagne de Napoléon Ier. Voir par exemple la planche d’illustration Dragons (1858-1870) dans Joseph Margerand, « Les coiffures de l'armée française », Partie IV : Cavalerie 1791-1815, n° 13, avril 1910 et la Reproduction du tapis moquette modèle “léopard” du bivouac de Napoléon Ier, moquette en laine, toile de lin et galon toile forte, 6,5 x 3,9m, MNT2021-24-002, Paris, Collections du Mobilier national.

22 Cet échantillon de sergé de coton imprimé léopard, dit « Motif tigré » et produit par la Manufacture d’Oberkampf à partir de 1806 est conservé au Musée de la Toile de Jouy. Il était notamment destiné à garnir le salon de billard du château du Montcel, acheté en 1795 par Christophe-Philippe Oberkampf pour y loger les membres de sa famille. Motif tigré, vers 1806, échantillon de sergé de coton imprimé à la planche de bois, Manufacture Oberkampf / Musée de la Toile de Jouy, n° inv. 867.1.342.

23 Vicomtesse de Merville, « Bulletin des modes et de l’industrie », La Mode, 25 septembre 1853, p. 278.

24 Le Journal des coiffeurs, année dix-huit, neuvième livraison, 1er septembre 1853, p. 67.

25 Patrick Demarchelier, Ingrid Sischy (éds.), Dior Couture, New York, Rizzoli International, 2011, p. 303.

26 [traduction de l’auteur] « The dress recalls the opulence and decadence of the classical dress of Imperial Rome as seen through the theatrical filter of Napoleon’s Empire France », A. Bolton, Wild: Fashion Untamed…, op.cit., p. 123.

27 Odile Blanc, Florence Charpigny, Tissu - papier, échanges d’impressions : questions de points de vue, Lyon, ENS éditions d’histoire du livre, 2005, p. 51.

28 Madeleine Delpierre, L’Imprimé dans la mode du XVIIIe à nos jours, cat. expo., Paris, Palais Galliera (du 29 mai au 28 octobre 1984), Paris, Musée de la mode et du costume, 1984, p. 14.

29 Julien Neuville, « Un peu d’histoire... l’imprimé léopard », M le magazine du Monde, 3 janvier 2014. https://www.lemonde.fr/mode/article/2014/01/03/un-peu-d-histoire-l-imprime-leopard_4341948_1383317.html [date de consultation 16/06/2017].

30 Voir « La saison de Deauville - Les mains de M. McKeion et le léopard de Joséphine Baker », L’Officiel de la mode, n° 110, 1930, p. 14-15  ; https://www.gettyimages.fr/photos/gene-tierney-leopard?family=editorial&phrase=gene%20tierney%20leopard&sort=best#license [date de consultation 13/11/2020] ; https://www.gettyimages.fr/detail/photo-d%27actualité/photo-of-eartha-kitt-photo-by-michael-ochs-archives-photo-dactualité/74280361 [date de consultation 13/11/2020].

31 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VIII, 23.

32 Marcel Detienne Dionysos mis à mort, Paris, Gallimard, 1977, p. 10-12.

33 Jurgis Baltrušaitis, Les Perspectives dépravées (vol.1). Aberrations. Essai sur la légende des formes, Paris, Flammarion, 2008, p. 23.

34 Giambattista della Porta, La Physionomie humaine de Jean-Baptiste Porta neapolitain divisée en quatre livres, première édition, Rouen, Jean et David Berthelin, 1655, p. 51-52.

35 L’assimilation de la femme à la panthère est moins récurrente dans les traités de physiognomonie du XVIIe siècle — par exemple dans les exposés de Charles Le Brun, où elle semble absente — qui s’attachent plus à l’étude des passions et des sentiments passagers qu’à celle des caractères permanents. On la retrouve sous des formes plus nuancées au XIXe siècle, notamment dans certaines éditions augmentées des travaux de Johann Caspar Lavater. La panthère est alors plus particulièrement assimilée non pas à la femme en général, mais à des types féminins spécifiques comme « la femme jalouse » ou à « la créole ». Voir Johann Caspar Lavater, Nouveau Lavater complet, réunion de tous les systèmes pour étudier et juger les dames et les demoiselles, Bruxelles, Librairie encyclopédique de Périchon, 1840, p. 224-228 ; Johann Caspar Lavater, L’Art de connaître les hommes par la physionomie, nouvelle édition, corrigée et disposée dans un ordre plus méthodique, Paris, Librairie Depélafol, 1820, Tome IX, p. 162-164.

36 Théophile Thoré-Burger, Dictionnaire de phrénologie et de physiognomonie à l’usage des artistes, des gens du monde, des instituteurs, des pères de famille, des jurés, etc., Paris, Librairie usuelle, 1838, p. 42.

37 T. Thoré-Burger, Dictionnaire de phrénologie…, op. cit., p. 43.

38 M. Detienne, Dionysos mis à mort…, op. cit., p. 94.

39 Pin-up Digest, n° inconnu, janvier 1955, p. 24-25.

40 Laura Mulvey, « Plaisir visuel et cinéma narratif, seconde partie», revue en ligne Débordements, 26 mars 2012. http://debordements.fr/Plaisir-visuel-et-cinema-narratif-Laura-Mulvey [date de consultation 22/02/2018].

41 « JUNGLE WOMAN », L’Officiel de la mode, n° 664, 1980, p. 202-203 ; « Le point sur les collections », L’Officiel de la mode, no. 670, 1981, p. 176.

42 On pourrait ici ouvrir une discussion sur le fait que des femmes racisées — telles que Joséphine Baker, Naomi Campbell, Melanie Brown, Grace Jones, etc. — sont régulièrement vêtues de léopard et présentées comme des « panthères noires » dans la presse de mode. Pour plus de précisions sur l’animalisation conjointe des corps féminins et racisés et la connexion entre les oppressions de race et de genre articulées par le binarisme nature/culture dans la pensée occidentale, voir Val Plumwood, Feminism and the Mastery of Nature, Londres, Routledge, 1993.

43 Dans le film de Jacques Tourneur, La Féline, réalisé en 1942, Irina Dubrovna, jeune dessinatrice de mode descendante d’une lignée de sorcières slaves, est hantée par la vision d’une femme-féline. Elle s’interdit de faire l’amour avec son mari, de peur d’être métamorphosée en bête sanguinaire. Lorsque celui-ci la quitte pour une autre, elle se transforme en fauve, et s’en prend à eux. Chez Tourneur, l’horreur et le fantastique ne sont jamais montrés, ils restent dans les ténèbres, suggérés. Dans La Féline, la panthère est une tache noire, meurtrière et tapie dans la nuit. Cette ombre horrifique témoigne des effrois liés à la sexualité féminine que cristallise la figure de la femme qui se métamorphose en panthère.

44 L’assimilation des femmes et des personnes racisées au règne animal peut être considérée comme une stigmatisation qui vise à « dévaloriser certaines catégories de population qui sont censées s’écarter de la norme sociale dominante ». À propos des stratégies féministes de retournement du stigmate voir Caroline Fayolle, « Des corps « monstres ». Historique du stigmate féministe », GLAD !, 4, 2018, http://journals.openedition.org/glad/1034 [date de consultation 15/06/2021] .

45 John Waters, Female Trouble, 1974, 64’.

46 Susan Sontag, « Notes on Camp », dans Against Interpretation and Other Essays, London, Penguin, 2009, p. 275.

47 Andrew Bolton (éd.), Camp : Notes on Fashion, cat. expo., New York, Metropolitan Museum of Art (du 9 mai au 7 septembre 2019), New York, Metropolitan Museum of Art, New Haven, Yale University Press, 2019, vol. I, p. 35.

48 [traduction de l’auteur] « 10. Camp sees everything in quotation marks. It’s not a lamp, but a “lamp”; not a woman but a “woman”. To perceive Camp in objects and persons is to understand Being-as-Playing-a-Role. It is the farthest extension, in sensibility, of the metaphor of life as theater. » A. Bolton (éd.), Camp : Notes on Fashion…, op.cit., p. 280.

49 Sur l’évolution de la notion de Camp, la manière dont elle contribue à « démystifier les rôles conventionnels de genre, les hiérarchies homme/femme ainsi que d'autres hiérarchies binaires - bon/mauvais, haut/bas, vrai/faux, nature/culture, etc. », ainsi que sur les débats autour de sa dimension queer, politique et subversive voir A. Bolton (éd.), Camp : Notes on Fashion…, op.cit., p. 37.

50 Donna Haraway, « Manifeste cyborg : science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle » dans Manifeste cyborg et autres essais, Paris, Exils éditeurs, 2007, p. 48.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Peintre de Brygos, Coupe attique : Ménade furieuse, vers 490-480 av. J.-C. Médaillon d'un kylix attique à fond blanc, 14.4 x 28.5 cm
Légende Munich Staatliche Antikensammlung, inv. 2645
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 2 : Anon., Trophée de chasses au Somaliland. Photographie illustrant l’article « Une chasse au pays des Sômalis et ses résultats » publié dans Le Sport universel illustré, n° 135, 18 février 1899, p.105
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 3 : Jean-Marc Nattier, Madame Bergeret de Frouville en Diane, 1756. Huile sur toile, 136.5 x 105.1 cm
Légende New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 03.37.3
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 4 : Couverture de The Lady’s Home Journal (Philadelphia), vol. 31, janvier 1914
Crédits Université du Michigan © HathiTrust Digital Library
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 5 : La Mode du Jour (Paris), n° 231, 24 Septembre 1925, p. 3
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 833k
Titre Fig. 6 : Détail d’un tissu de robe probablement réalisé à Lyon entre 1760 et 1770. Soie brochée, 119 x 53.8 cm
Légende Victoria & Albert Museum, inv. T.107-1962
Crédits © Victoria and Albert Museum, London
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 7 : « Cole of California », publicités pour la ligne de maillots de bain Female Animal, 1953-1961
Crédits © Cole of California
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 8 : Bunny Yeager, série de photos de Bettie Page publiée dans Pin-up Digest, janvier 1955, p. 24-25
Crédits © Pin-up Digest
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 9 : Christer Strömholm, Freddy and Mimosa, Stevens Hotel, Paris 1964
Crédits Courtesy of The Strömholm Estate, Stockholm, Sweden / www.stromholm.com
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 10 : Divine dans le film Female Trouble réalisé par John Waters en 1974
Crédits Source : https://screengoblin.com/​2018/​09/​14/​female-trouble/​
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 11 : Écharpe imprimée léopard, garde-robe personnelle
Crédits © Julie Buffard-Moret
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/3773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Buffard-Moret, « Le motif léopard dans le vestiaire féminin au XXe siècle »Apparence(s) [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 11 février 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/3773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.3773

Haut de page

Auteur

Julie Buffard-Moret

Julie Buffard-Moret est artiste plasticienne et chercheuse. Elle est diplômée de la Villa Arson et de l’EHESS où elle a soutenu un mémoire de master intitulé Dispersion du motif léopard en 2018. Cette enquête, menée sous la direction de Patricia Falguières, porte sur la circulation du motif léopard dans le vestiaire et l’imagerie occidentale.
julie.buffard[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search