Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Des insectes, des matières et des...

Des insectes, des matières et des femmes :

Le pouvoir de la brillance de la soie sauvage dans la construction de l’apparence chez les Marka-Dafing de l’ouest du Burkina Faso
Laurence Douny

Résumés

Dans cet article, l'auteure explore la construction sociale de l'apparence chez les femmes marka-dafing de l'ouest du Burkina Faso en partant de la production d’un textile traditionnel appelé tuntun dont la composante principale est la soie sauvage, une matière rare et précieuse. En analysant les procédés techniques utilisés par ces femmes pour transformer les cocons d'abord en fils puis, avec l'aide de tisserands, en pagnes et foulards, l'auteure s’interroge sur la nature et les significations attribuées à cette matière aux caractéristiques mystiques produite par des chenilles non-domestiquées. Des affinités matérielles entre les femmes, la soie et les esprits émergent au cours du processus complexe de transformation de la matière qui permet de révéler sa brillance. La soie, par l’intermédiaire du corps qui porte le pagne, matérialise ces relations et sa brillance permet de connecter le monde visible à celui de l’invisible. Dotée d’agentivité matérielle, la brillance contribue également à légitimer les messages qui sont tissés dans le textile.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Marka-Dafing vivent principalement dans le nord-ouest du Burkina Faso. Ils sont originaires de (...)
  • 2 L’auteure remercie le soutien du Cluster of Excellence « Matters of Activity. Image Space Material  (...)
  • 3 Voir par exemple John, C. Ene, « Indigenous Silk-weaving », Nigeria Magazine, June 1964, p.127-136 (...)
  • 4 L. L. Akerele, A Review of the Techniques of Silkworm Rearing and Silk Production, Lagos, Nigeria, (...)

1Pour les femmes marka-dafing de la boucle du Mouhoun, dans l’ouest du Burkina Faso, cultiver l’image de soi implique un véritable travail esthétique, psychologique et métaphysique de l’apparence1. Ce travail de l’apparence commence avec la transformation de la matière qui constitue le vêtement, une matière coûteuse et qui se raréfie : la soie sauvage de l’ouest africain2. On désigne par soie sauvage la soie des espèces autres que le Bombyx mori, une espèce quant à elle domestiquée en Chine depuis au moins cinq mille ans et qui tisse des petits cocons individuels dont on tire la soie classique. Chaque cocon de soie sauvage au contraire est tissé par plus d’une centaine de chenilles processionnaires (qui se déplacent en files) non-domestiquées appartenant au genre Anaphe et Epanaphe (ordre des Lépidoptères, famille des Notodontidae et sous-famille des Thaumetopoeinae)3. Ces nids peuvent accueillir plus de cent individus4. (Fig.1)

Fig. 1 : Les cocons de soie sauvage de différentes tailles, tissés par des chenilles processionnaires (genre Anaphe)

Fig. 1 : Les cocons de soie sauvage de différentes tailles, tissés par des chenilles processionnaires (genre Anaphe)

© Laurence Douny

  • 5 En fonction du procédé technique employé et notamment du lavage des fils, mais également du type de (...)
  • 6 Une productrice de soie la situe au XVe siècle. Ces dates restent toutefois très approximatives car (...)

2Une fois ces cocons abandonnés par les chenilles métamorphosées en papillons, ils sont collectés et vendus aux femmes marka-dafing, notamment par les femmes bobo et des marchands spécialisés marka-dafing. Ces derniers s’aventurent aussi dans les zones arborées de l’ouest du Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, bénéficiant de l’aide des populations locales qui leur indiquent où trouver ces cocons qui se font rares. Les femmes marka-dafing font bouillir les cocons, cardent et filent la fibre de manière discontinue, par contraste à la technique de dévidage des cocons du Bombyx, pour en faire des tenues de prestige qu’elles arborent lors des fêtes communautaires et de diverses cérémonies. (Fig. 2) L’ensemble vestimentaire comporte un pagne long qui descend jusqu’aux chevilles et un foulard, ou moussoro, porté sur la tête qui symbolise la femme mariée, dite « accomplie ». Ces textiles appelés tuntun sont tissés en petite largeur sur un métier horizontal en alternant des bandes de coton teintes à l’indigo avec de fines bandes de soie. Le tissage et la teinture à l’indigo, postérieure au tissage, sont réalisés sous l’œil attentif des femmes qui transforment la matière première. Tout comme les productrices de soie, les teinturières et les tisserands possèdent une connaissance fine des matières et des techniques de la soie. Ces artisans possèdent aussi une très grande dextérité qui leur permet de révéler la brillance d’une soie, originellement brute, difficile à travailler tant elle est poussiéreuse, épaisse et rugueuse et qui reste claire car elle n’a pas d’affinité avec l’indigo5. Le textile tissé avec ces fibres de soie discontinues produites par une chenille qui porte aussi le nom de tuntun constitue l’identité matérielle des femmes marka-dafing, c’est-à-dire, une identité par la matière. Sa transformation est tout un savoir-faire et un héritage culturel de pratiques, de techniques et de connaissances de la soie qui leur auraient été transmises par leurs ancêtres au moins dès le XVIIe siècle (voire au XVIe siècle), selon la tradition orale des familles productrices de soie sauvage6. Cette « mode animale » s’adresse aux femmes nanties. Bien souvent, elles jouissent d’un certain statut social, d’une forme de prestige et d’autorité qu’elles acquièrent et réaffirment en portant ce pagne porteur de brillance, une parure avec laquelle elles brillent en société.

Fig. 2 : Le pagne de soie sauvage des femmes marka-dafing comme vêtement de prestige. Les rayures de coton bleu indigo contrastent avec celle de la soie plus claire

© Laurence Douny

  • 7 Le terme tuntun désigne à la fois le textile (pagne et foulard), la matière et la chenille.
  • 8 Voir par exemple Pierre Lemonnier, Elements for an Anthropology of Technology, Ann Arbor, Michigan, (...)

3Dans cet article, j’examine cette pratique vestimentaire en partant du travail de la matière. Il permet de comprendre les propriétés et les significations attribuées à la soie par les Marka-Dafing, puis de cerner la profondeur épistémique et l’importance culturelle de cette matière dans la parure vestimentaire et en termes de construction sociale de l’apparence. En explorant la matérialité de cette soie sauvage, je propose d’analyser certains aspects de sa production et de sa consommation afin de mettre en évidence l’action de la brillance de la soie animale sur les femmes marka-dafing. Ensuite, j’examine le pouvoir d’influence de ces femmes qui, en libérant la brillance de la soie, s’approprient la force de cette matière, son daoula. Cette forme d’agentivité matérielle leur confère une aura charismatique qui les protège contre le mauvais œil. À la propriété physique de brillance viennent s’ajouter les propriétés médicinales et magiques de cette matière dite « sauvage » qui font également partie de la définition du daoula de la soie, un concept qui se situe à l’interface entre la nature, la société et l’invisible. Ainsi, l’apparence vestimentaire comme pratique matérielle intervenant dans la construction sociale voire politique de ces femmes se définit par le degré d’affinité sensorielle que les femmes ont envers la matière. Les pagnes de tuntun font aussi office de communication non-verbale, dans la mesure où les motifs tissés incluent un ou plusieurs proverbes par lesquels les femmes règlent leurs comptes7. Dans une société majoritairement polygame, hiérarchisée, régie par les préceptes de l’islam, du catholicisme et le système de croyances traditionnelles, l’authenticité de la soie rend légitime ces messages et devient un moyen efficace non-discursif par lequel les femmes marka-dafing construisent leur réputation et assoient leur pouvoir au sein de l’espace domestique et dans une certaine mesure de l’espace public. Enfin, je propose de voir la matérialité de la soie comme participant d’un registre de la visualité qui désigne pour les femmes marka-dafing à la fois l’art d’être vues, donc la faculté de se montrer, et leur habileté à voir et donc à comprendre la société et l’invisible. La relation « matière-animal-femme » est étudiée ici sous l’angle de l’anthropologie des techniques et d’une ethnographie de la matière8. Cette approche permet de décrire et d’analyser la transformation des cocons en fils, de leur cuisson au battage, cardage et filage de la matière résultante, puis au tissage et à la teinture du textile. Cette méthode rend également possible la mise en évidence des processus techniques de transformation par lesquels la brillance, en tant que propriété dynamique de la matière dite vivante et active, est révélée par les femmes. Dans cette approche anthropologique, le sujet humain est intentionnellement décentré car envisagé dans sa relation aux non-humains qui concernent ici le monde invisible, les insectes et la matière qui sont pourvus d’agentivité. Les insectes produisent une matière qui possède des propriétés « actives ». Cette matière active prend une autre forme ainsi que des significations culturelles particulières dans la société des femmes et permet d’attirer les esprits.

1. Une matière animale

  • 9 Il s’agit de la représentation générale du papillon et non celle du papillon dont la chenille produ (...)

4Dans la société marka-dafing, les insectes sont représentés culturellement dans les mythes, les proverbes et les arts plastiques. Un exemple est le masque du papillon, un masque à lame qui se présente sous la forme d’une planche de bois horizontale sculptée sur laquelle sont gravés et peints des motifs géométriques9. La chenille du ver à soie est quant à elle représentée de manière autoréférentielle dans le pagne fait de la matière qu’elle produit et dont le nom tuntun fait donc référence à la fois à l’animal, au textile et à la matière.

  • 10 Au cours des vingt dernières années, ces cocons produits par ces espèces « sauvages » Anaphe/Epanap (...)
  • 11 Ceci est surtout le cas pour les espèces Anaphe/Epanaphe et rarement celui de l’espèce Epiphora que (...)
  • 12 Ce n’est pas toujours le cas lorsque les cocons sont collectés par certaines populations locales qu (...)

5La soie sauvage est produite par des vers qui se nourrissent d’autres feuilles que celles du mûrier. Les papillons émanant de ces insectes producteurs de soie sont des espèces non domestiquées que l’on rencontre dans les savanes arborées des zones soudaniennes10. Dans ces zones reculées, les chenilles se nourrissent sur les arbres de leur choix. Elles accomplissent un cycle de vie complet à l'abri de l’exposition directe aux rayons du soleil et si possible de l'activité humaine, deux facteurs qui perturberaient leur cycle de vie et pourraient leur être mortels11. Ces cocons que l’on peut qualifier de « déchets » sont généralement récoltés une fois que les papillons ont quitté ces nids ou poches soyeuses12. Certaines espèces de type Anaphe tissent des cocons qui comportent très souvent trois parois de soie qui sont toutes utilisées. L’enveloppe extérieure dure qui possède une texture qui fait penser à du carton renferme une seconde enveloppe de masse fibreuse. Celle-ci contient parfois plus d’une centaine de petits cocons en soie douce dans lesquelles les nymphes se transforment en papillons.

  • 13 Chez les Marka-Dafing, on peut constater que l’élimination partielle de la séricine est effectuée p (...)
  • 14 Parmi ces cotons, on trouve une espèce indigène et une variété de coton brun qui viendrait de Chine (...)

6La sécrétion fluide produite par les glandes séricigènes des chenilles se solidifie au contact de l'air et donne un filament. Les filaments sont soudés les uns aux autres par la séricine, une substance collante qui est partiellement enlevée lors du décreusage des cocons13. Le fil obtenu est d’apparence plutôt brute et grossière par rapport à la soie étincelante, lisse et douce du Bombyx mori. Cependant, la soie sauvage possède des propriétés matérielles et des qualités esthétiques qui lui sont propres. De par sa couleur variant du gris clair au beige ou au brun, la soie africaine est facilement confondue avec certains cotons14. Les cocons qui sont à l’origine blanchâtres ternissent et durcissent au grand air sous l’effet des rayons du soleil, de la pluie et des poussières qui s’incrustent à leur surface. La couleur des fils (et des cocons) provient principalement du tannin des feuilles d’arbres tels que le tamarinier (Tamarindus indica) et le kolatier (Cola acuminata) dont se nourrissent les chenilles processionnaires.

  • 15 De l’aire linguistique et culturelle du Mandé. Sur les utilisations magiques de la soie voir Lauren (...)

7Une des grandes particularités de la soie sauvage, hormis la résistance exceptionnelle de ses fils, est la valeur médicinale attribuée par les Marka-Dafing aux cocons, aux chenilles ainsi qu’aux parties de l’arbre tels que l’écorce ou les branches sur lesquelles elles tissent leur cocon. La fumigation de ces morceaux de branches ou d’écorces est répandue sur le corps et inhalée pour soigner les migraines et maladies provoquées par les mauvais esprits. Une décoction de ces éléments est utilisée pour purger les enfants victimes de sorcellerie. Enfin, les chenilles sont consommées, entre autres afin de réduire la pression artérielle. C’est là toute la complexité métaphysique de cette matière où se rencontrent propriétés médicinales et magiques. À cet effet, la soie est utilisée par les chasseurs marka-dafing et plus généralement mandingues pour fabriquer des amulettes15.

2. La brillance de la soie sauvage

  • 16 Par exemple, chez les peuples du Mandé, en Afrique de l’Ouest, le nyama est une force dangereuse qu (...)
  • 17 Voir Nicolas. P. Maffei et Tom Fisher, « Historicizing Shininess in Design: Finding Meaning in an U (...)
  • 18 N. P. Maffei et T. Fisher, art.cit., p. 231. Traduction de l’anglais par Laurence Douny.

8La soie sauvage d'Afrique de l'Ouest est perçue par les Marka-Dafing comme une matière « vivante ». Elle possède une force inhérente et permanente appelée le daoula, qui confère de l’agentivité à la matière et du charisme à celle qui la porte. Le daoula englobe les propriétés mécaniques d’élasticité et de résistance et, comme nous l’avons vu, les propriétés médicinales et magiques. Le daoula est une notion complexe qui se rapproche de celles d'âme et d’énergie de la matière et des choses — des concepts très répandus en Afrique de l'Ouest16. Le daoula se manifeste par la brillance de la soie. Optiquement instable, la brillance reste insaisissable, elle se dérobe17. Cependant, dans un contexte socioculturel marka-dafing, la définition de la brillance de cette soie — qui s'améliorerait avec le temps — va au-delà de la conception traditionnelle de la brillance envisagée comme une « caractéristique de la matière ‘activée’ par la lumière »18. La brillance de la soie sauvage est la force active de cette matière. Elle existe aussi chez certaines personnes ou certains animaux dans le sang desquels elle circule. Chez les personnes qui la possèdent de naissance, cette force charismatique se manifeste par des caractéristiques physiques, telles qu’une peau brillante, une expression du visage particulièrement plaisante et un caractère courageux et empathique. Le daoula du pagne de soie se manifeste par une aura qui « rayonne » hors de la matière. Le daoula confère du charme à celle qui porte ce textile en soie, comme l'indique l'expression « tuntun harara ye mo saramaya » qui signifie « la vraie soie est séduisante », dans le sens où la soie en quelque sorte enchante par simple contact visuel.

9Alors que la brillance physique de la soie africaine, comme une sorte de scintillement, est perçue à l’œil nu par les Marka-Dafing, probablement sous l’effet de la lumière vive du soleil qui frappe la fibre, elle reste difficilement perceptible par l’œil du non spécialiste. En effet, les pagnes de tuntun sont d’apparence plutôt terne comparée à celle de la soie chinoise. La brillance de la soie indigène est révélée par les artisans marka-dafing par des procédés techniques qui consistent à extérioriser ou à extraire la force — et qualité visuelle — de la fibre et à la laisser « s’exprimer » continuellement, aussi longtemps que le textile existera.

3. La transformation de la matière

  • 19 La cuisson des cocons requiert la présence permanente des femmes autour de la marmite et leur œil a (...)

10Dans les communautés marka-dafing, la production de la soie est assurée par les veilles femmes, en raison de leur maturité d’esprit et leurs connaissances techniques mais également de leur maîtrise du daoula de la soie. Cette matière aux vertus extraordinaires est secrétée par des chenilles dites « mystiques ». On trouve ces insectes séricigènes dans des brousses perçues comme dangereuses en raison de la présence d’animaux sauvages, et dans lesquelles l’homme puise entre autres des plantes médicinales mais également rencontre des esprits. Le caractère mystique des chenilles n’est pas uniquement lié à la perception humaine de l’environnement de ces chenilles, mais aussi à leur capacité à se métamorphoser en papillon à l'intérieur de leur cocon et donc à changer radicalement de forme. Cette transformation rappelle aux Marka-Dafing la gestation chez la femme. Ainsi, il est interdit aux jeunes femmes de transformer les cocons en fils, car faire bouillir des cocons, dans lesquels les femmes peuvent trouver sans le savoir des nymphes, affecterait le cycle de reproduction de ces femmes et provoquerait une fausse couche. Au-delà des croyances, le travail de la soie abîme un corps que les femmes se doivent de préserver au mieux tant qu’elles sont jeunes. Pour les vieilles femmes, ce travail laborieux de production de la soie requiert un temps considérable dont les jeunes femmes ne disposent pas car elles s’occupent des enfants et des tâches ménagères. Les femmes enceintes ne doivent pas approcher la marmite dans laquelle on ébouillante les cocons car elles s’exposeraient à de hautes températures (celles de la marmite et du soleil) durant de longues heures, ce qui provoquerait d’éventuelles contractions19. En outre, la manipulation des cocons et de la soie transformée engendre parfois de sérieuses irritations épidermiques, des kystes, voire des lésions cutanées causées par les poils urticants des mues des chenilles. Enfin, la vapeur qui émane de la marmite — et qui indique que la cuisson des cocons est terminée — irrite les yeux et les poumons.

11Les fils de soie sont obtenus au terme d’un long processus de transformation des cocons qui requiert des connaissances fines de la matière et des techniques ainsi qu’un véritable savoir-faire. La chaîne opératoire se présente de la manière suivante : tout d’abord, les femmes séparent les différentes parties des cocons qui nécessitent des temps de cuisson différents. Les morceaux de branches sur lesquelles les chenilles font leur nid sont enlevés et soigneusement conservés en raison de leurs propriétés médicinales, comme indiqué précédemment. Afin d'assouplir les parois externes des cocons qui contiennent des minéraux, de la poussière et des feuilles d'arbres imprimées à leur surface, les parois externes sont souvent au préalable trempées dans de l'eau contenant de la cendre. Puis, elles sont portées à ébullition dans cette eau potassée. Les femmes y ajoutent progressivement les autres parties des cocons qu’elles font cuire ensemble pour une durée d’environ quatre heures en fonction de la quantité et de la dureté de la matière. La soie est cuite à partir du moment où elle peut être soulevée en une seule fois à l'aide d'un bâton de bois, un geste qui permet de vérifier la consistance de la masse de filaments. Cette masse est ensuite rincée plusieurs fois à l’eau froide et divisée en tas qui sont séchés au soleil. Nous pouvons noter que la cendre qui est ajoutée à l’eau résulte de la combustion de bois utilisé pour la cuisson des repas. Lorsqu’elle est dissoute dans l’eau, elle donne une solution alcaline puissante qui permet de décreuser en partie les cocons et puis d’activer leur cuisson et qui souvent corrode les marmites en aluminium. Dès lors, les femmes préfèreront des casseroles en fonte pour réaliser cette opération de cuisson. L’utilisation excessive de potasse naturelle (ou de potasse chimique, si elle est ajoutée) et une cuisson trop longue des cocons fragilisent les filaments qui deviennent alors difficiles à carder, filer et tisser. Par ailleurs, la soie abîmée absorbe l’indigo employé en teinture et devient bleuâtre. Selon les femmes, cette coloration ternit la soie et diminue l'intensité de sa brillance.

12Une fois séchée, afin d'éliminer les poussières restant dans la fibre (séricine, potasse, poils urticants des chenilles, etc.), la masse de fils rugueux est vigoureusement battue à l’aide d’un bâton. La soie d’apparence plutôt laineuse est ensuite cardée or brossée à l'aide d'une paire de cardes en bois munies de fines pointes métalliques qui aident à éliminer les restes de matières indésirables. Puis, la soie obtenue est filée comme toute fibre discontinue à l’aide d’un fuseau composé d’un axe en bois et d’une fusaïole en terre cuite. Enfin, les fils sont lavés dans une solution de savon naturel à base de beurre de karité qui permet de faire apparaître l’éclat de la soie et de lui faire retrouver sa couleur plus ou moins blanchâtre naturelle. Cette transformation fastidieuse des cocons s’étale sur six ou sept jours et engendre des coûts divers entre l’achat des cocons, celui du bois pour la cuisson, et occasionnellement de la cendre et du savon pour le lavage. Ces coûts augmentent avec le paiement du tisserand et du teinturier. Dès lors, la fabrication de la soie tuntun nécessite un budget dont toutes les femmes ne disposent pas. Cet artisanat reste ainsi le travail des femmes aisées qui ont les moyens de produire ces pagnes pour elles-mêmes ou pour leurs filles, ou pour en faire le commerce, parfois avec le concours des marchands de textiles qui parcourent la région et se rendent sur les marchés des pays voisins tels le Mali et la Côte d'Ivoire.

4. L’usage de la soie

  • 20 Cet élément est également observé chez les Dogon du Mali.

13Comme nous l’avons vu, l’importance culturelle de la soie sauvage réside dans ses propriétés concentrées dans son daoula que manifeste sa brillance. Selon les femmes marka-dafing, le daoula se révèle tout au long du processus de transformation des cocons en pagne. De plus, cette qualité visuelle se bonifie au fil du temps, c’est-à-dire à chaque fois que les femmes portent le pagne. Porter un pagne, est une technique du corps qui répond à des règles sociétales de décence et de respect des valeurs traditionnelles. En effet, les pagnes de tuntun qui forment un large rectangle de deux mètres de long sur un mètre de large, sont portés autour de la taille. Drapé ainsi, le textile laisse apparaître le bord gauche de sa largeur. Lorsqu’il est porté par une femme mariée, le textile couvre ses jambes jusqu’aux chevilles et est doublé à l’intérieur par un autre pagne qui tombe jusqu’aux genoux. Ainsi portés, ces pagnes superposés servent à dissimuler les formes du corps féminin. De la même manière, le pagne canalise le mouvement du corps, en forçant les femmes à emprunter une démarche lente, perçue comme digne20.

  • 21 Voir par exemple, Rose M. Beck, « Aesthetics of Communication: Texts on Textiles (Leso) from the Ea (...)

14Une des particularités de ce pagne, présente dans beaucoup de textiles africains, est sa capacité à faire office de communication non verbale21. Car dans l’armure tissée du tuntun apparaissent un ou plusieurs messages brefs tels que des aphorismes ou des proverbes qui rappellent aux gens les valeurs morales fondamentales de la société marka-dafing. Tout d’abord, la syntaxe visuelle du textile est créée et magnifiée par la brillance de la soie blanchâtre qui contraste avec les bandes en coton bleu indigo. La soie pourvue de daoula, composante principale de cette syntaxe, permet de légitimer le ou les messages par sa brillance, sa force métaphysique, et donc son pouvoir d’action reconnu comme tel dans la communauté marka-dafing. Parmi les messages les plus courants, on retrouve le proverbe « Sinan reme dabe » qui signifie « la coépouse passe la porte de la cour sans lever les yeux ». Il fait référence à un règlement de compte entre deux coépouses : celle qui porte le pagne annonce à l’autre qu’elle l’évincera en la faisant expulser de la famille. Le message tissé à la demande de la propriétaire du pagne met l’accent sur la ou les faiblesses de la destinataire du message. Le message tissé constitue aussi une manière de rappeler à sa destinataire des agissements ou paroles qui lui sont reprochés. Le pagne de soie constitue un moyen de contenir des comportements problématiques et inadéquats dans l’espace domestique ou public sans escalades verbales ni usage de la force physique. Il permet aussi de dénoncer des problèmes de société graves tels que la sorcellerie utilisée dans les règlements de compte. Par exemple, le motif intitulé : « Dabali zou bo ya yere kalla » indique à sa destinataire que « la sorcellerie frappera celles qui y ont recours ». Dans un autre registre, ces pagnes peuvent aussi véhiculer des insultes adressées à des individus ciblés tels que le mari ou une ennemie. Ces messages sont non verbalisables en raison des conséquences désastreuses qu’ils pourraient avoir au sein de la famille. L’idée de faire « parler » les pagnes serait née d’une volonté commune de mettre fin aux querelles incessantes entre les coépouses. Ces conflits qui empoisonnent les relations familiales sont souvent attisés par des jalousies, rivalités et mesquineries. Se sentant constamment en compétition les unes avec les autres, les femmes cherchent donc à se démarquer. Dès lors, le pagne de soie, vêtement exclusivement féminin, leur permet de s’exprimer en toute impunité et d’accroître leur pouvoir d’influence via cette communication visuelle. Ainsi, le pagne de soie matérialise des relations de pouvoir négociées implicitement par l’apparence dans une communauté dans laquelle les individus partagent les mêmes codes culturels. Le pagne de soie constitue un marqueur efficace de visibilité sociale par lequel les femmes marka-dafing peuvent exprimer des messages sensibles dans le respect de l’ordre social. L’efficacité du message réside non seulement dans le contexte d’exposition du message, mais également dans la matière, c’est-à-dire la soie porteuse de daoula. Durant les mariages, les baptêmes, les funérailles mais également les fêtes locales et nationales telles que les célébrations annuelles de la journée de la femme qui ont lieu le 8 mars, les femmes marka-dafing qui en ont les moyens défilent sur la place publique vêtues d’un pagne de soie dans le but d’attirer tous les regards sur elles. Dans cet endroit de prédilection, les femmes nanties s’expriment en chantant et en dansant ou plutôt elles laissent s’exprimer la soie. Avec verve et enthousiasme, leur griot attitré vante alors la beauté de la femme et de son pagne, sa bravoure et sa valeur en tant que femme, mère, coépouse et belle-fille. Celle qui porte un pagne de soie se distingue des femmes vêtues d’une contrefaçon meilleur marché ou de vêtements coupés dans du tissu de coton imprimé de type wax, voire dans du bazin, un tissu industriel damassé, teinté et amidonné qui possède un éclat dit artificiel. La soie, comme forme de prestige social, confère de l’honneur et de l’importance aux femmes soucieuses d’être vues et glorifiées. La brillance, ou daoula du pagne de soie, constitue ainsi une aura ou enveloppe charismatique autour de la femme. Elle produit un affect, une réponse émotionnelle d’estime, d’admiration ou de crainte chez le récepteur du message. La matière prestigieuse légitime le message du pagne, ce que le coton ne peut pas faire, étant dépourvu de toute force comparable à celle de la soie.

15De plus, la soie n’attire pas uniquement les regards, mais aussi les esprits. Ils sont charmés par tout ce qui brille tels que les miroirs mais aussi, par exemple, par les sons métalliques émanant de la forge, des sons qui évoquent la brillance du métal. La soie sauvage pourvue de daoula attire la bienfaisance des esprits qui habitent le monde des humains mais qui proviennent d’un espace qui lui est parallèle. Ces esprits nommés djinn, un terme emprunté à la langue et culture arabe, ont la faculté d’aider le commun des mortels en offrant les moyens de trouver un mari ou une épouse, ou encore de faire fortune. Ils sont censés également permettre de prédire l’avenir, guérir une maladie tenace ou encore se prémunir du mauvais sort et la sorcellerie. Une fois captivés par le daoula ou brillance de la soie, les esprits « suivent » la femme qui porte le pagne. Elle bénéficiera alors directement de leurs faveurs tant qu’elle possèdera ce pagne et honorera les clauses du contrat qu’elles passeront avec eux. Dès la première apparition des esprits qui peuvent se manifester par des chuchotements ou en prenant une forme humaine quelconque, les femmes entrent en communication directe avec eux. Elles peuvent aussi faire appel à un marabout ou féticheur afin qu’il décrypte la proposition de ces entités invisibles. Cette relation se soldera par une série de sacrifices culturels et donc d’offrandes matérielles faites à certains moments de l’année, qui sont également suivis par l’observation d’interdits d’ordre comportemental, alimentaire ou hygiénique. Ainsi parées à toutes les éventualités, les femmes marka-dafing accroissent leur pouvoir d’action par l’utilisation de la soie. Celle-ci leur permet d’attirer naturellement les entités invisibles et les personnes, de repousser le mal, de gérer à leur avantage les relations sociales et de briller en société. Cette brillance, qui se bonifie au cours du temps, ne s’accroît pas uniquement au contact du corps de la femme, mais aussi sous l’effet de l’intérêt ou de l’attention que la société porte à cette matière noble et durable. L’émotion que suscite la soie chez les Marka-Dafing est celle d’une fierté et d’un sentiment d’accomplissement. Elle traduit aussi l’attachement de la femme à une matière qui est travaillée à la main et donc systématiquement en contact avec la peau et le corps des artisans qui la mettent en forme avec un bâton en bois, une paire de cardes, un fuseau, un métier à tisser et la teinture à l’indigo. Une fois teint, le pagne de tuntun est commenté par les artisans et les personnes qui viennent féliciter la propriétaire pour le courage manifesté lors de sa réalisation. Elle est surtout reconnue pour tous les sacrifices personnels qu’elle a dû faire pour se procurer la matière première onéreuse, assurer les dépenses échelonnées tout au long de sa fabrication, et enfin consacrer autant de temps à cette tâche épuisante qui dégrade la santé. En somme, ces artisans saluent le travail accompli avec beaucoup de patience et de soin et un effort soutenu durant plus d’un mois. Lors de cette réunion, à chaque commentaire, le tissu passe de main en main, un geste qui accroît aussi sa brillance par le toucher. Par conséquent, la relation entre cette matière animale et les Marka-Dafing, tout particulièrement les femmes, est celle d’une affinité ou d’un affect réciproque : celui des personnes envers la matière et celui de la matière envers les personnes pour lesquelles non seulement elle est vivante et active, mais elle constitue aussi une identité matérielle.

5. Conclusion

16Cette étude de la soie sauvage et de l’apparence vestimentaire de la femme chez les Marka-Dafing nous a permis de mettre en évidence certaines connaissances locales sur la matière et l’animal mystique non-domestiqué qui la produit. La relation femme/homme - animal est médiée par la matérialité des cocons abandonnés par les papillons une fois métamorphosés, un cycle de vie qui rappelle la gestation chez la femme. Cette soie africaine matérialise tout un ensemble de relations entre le visible et l’invisible. Elles se traduisent par des actions réciproques entre corps, matière et textile, et par une forme d’affinité entre les femmes et la matière. Ainsi, l'agentivité matérielle, en tant que composante de la définition de la matérialité vivante de la soie sauvage, est distribuée entre les humains et les non-humains en raison de leurs enchevêtrements dans cette relation complexe « animal-matière-femmes ». Dès lors, en agissant sur le corps et en produisant une aura au contact du corps, la brillance de la soie se bonifie. L’efficacité de cette soie difficile à travailler est donc de l’ordre de l’affect. La soie permet aussi de canaliser les comportements par communication non verbale et, dans le même temps, les femmes maîtrisent la force « mystique » de cette matière, le daoula qui permet aux femmes d’être vues. Le daoula ou brillance de la soie comme visualité implique à la fois la perception et la compréhension que les femmes ont de la matière, de la société, mais aussi du champ de l’invisible, donc des esprits. Elle concerne également les manières ou moyens mis en œuvre par les femmes afin de se rendre visibles en société. La matérialité de la soie caractérisée par sa brillance ou force active nécessite une transformation technique des cocons afin d’en extraire la fibre et de discipliner cette matière sauvage sans pour autant parvenir à dompter totalement sa force intrinsèque. Cette visualité de la soie en tant que brillance tout comme sa matérialité sont des attributs tantôt sociaux, tantôt métaphysiques par lesquels les codes sociaux, les valeurs morales et les statuts sont légitimés, mais aussi par lesquels la femme se construit en façonnant son apparence et son identité en tant que femme, mère, belle-mère, épouse et coépouse.

Haut de page

Notes

1 Les Marka-Dafing vivent principalement dans le nord-ouest du Burkina Faso. Ils sont originaires de l'empire du Ghana (IIIe ou VIIIe - XVIIIe siècle environ) et appartiennent au groupe linguistique mandé. Dans la région du fleuve Mouhoun, où vivent également les Bobo, les Bwa, les Peul et les Dioula, les Marka-Dafing sont composés des Marka, qui observent les systèmes de croyance traditionnels et le catholicisme, et des Dafing, qui se seraient majoritairement convertis à l'Islam au XIXe siècle. Dans les régions du Mandé, les Marka-Dafing sont reconnus comme étant de grands producteurs de textiles et commerçants.

2 L’auteure remercie le soutien du Cluster of Excellence « Matters of Activity. Image Space Material » financé par le Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG, Fondation Allemande de la Recherche), Excellence Strategy — EXC 2025 — 390648296 et du Endangered Material Knowledge Programm (EMKP)/Arcadia Fund au British Museum. Cette recherche a commencé en 2009 à University College London avec un financement du Leverhulme Trust (2009-2012) et en collaboration avec Claude Ardouin au British Museum. Des autorisations de recherche ont été émises par le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) de Ouagadougou, Burkina Faso. Le thème de l’apparence vestimentaire a été présenté en 2017 au Festival International de Sociologie (FISO) dans le panel ‘Eduquer - Genre, corps et travail de l'apparence’ organisé par Ingrid Volery et Sabrina Sinigaglia-Amadio. Le concept de matérialité animale a été élaboré lors d’une guest fellowship au Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte (MPIWG) à Berlin dans le groupe de travail ‘The body of animals’ et la conférence ‘Animal materialities’ co-organisée avec Lisa Onaga. Les données portant sur la transformation de la matière a fait l’objet d’une communication à la conférence de l’History of Science Society (HSS) à Utrecht en 2019 dans le panel ‘Cultivating knowledge.’ La partie sur les usages sociaux de la soie a éte présentée lors d’un Brown Bag Lunch (BBL) à MoA (Matters of Activity. Image Space Material) à l’université Humboldt. L’auteure remercie les membres de l’ANR WILDSILKS et en particulier Annabel Vallard et Sophie Desrosiers. Enfin, l’auteure remercie les participant (e) s Marka-Dafing de Safané, en particulier Aminata Sanogo, et Lonssani Dayo, Lingani Séré et Salif Sawadogo pour leur assistance technique.

3 Voir par exemple John, C. Ene, « Indigenous Silk-weaving », Nigeria Magazine, June 1964, p.127-136 ; Richard S. Peigler, « Wild Silks of the World », American Entomologist, 39, n° 3, 1993, p.151-162.

4 L. L. Akerele, A Review of the Techniques of Silkworm Rearing and Silk Production, Lagos, Nigeria, The Federal Ministry of Industries, 1970, p.7.

5 En fonction du procédé technique employé et notamment du lavage des fils, mais également du type de teinture (chimique ou naturelle), du cocon et des feuilles dont la chenille se nourrit, la soie peut apparaître bleutée, blanchâtre, grisâtre ou brunâtre. Le but est celui d’obtenir une teinte proche du blanc.

6 Une productrice de soie la situe au XVe siècle. Ces dates restent toutefois très approximatives car elles sont calculées sur base des généalogies des participant(e)s et de la tradition orale.

7 Le terme tuntun désigne à la fois le textile (pagne et foulard), la matière et la chenille.

8 Voir par exemple Pierre Lemonnier, Elements for an Anthropology of Technology, Ann Arbor, Michigan, Museum of Anthropology, University of Michigan, 1992 ; Laurence Douny, « Wild silk indigo textiles of West Africa: an ethnography of materials », dans The Social Life of Materials: Studies in Materials & Society, éd. par S. Kuechler et A. Drazin, London, Routledge, 2015, p.102-118.

9 Il s’agit de la représentation générale du papillon et non celle du papillon dont la chenille produit de la soie. Voir Christopher D. Roy et Thomas G. B. Wheelock, Land of the Flying Masks: Art and Culture in Burkina Faso: the Thomas G.B. Wheelock Collection, Munich, Prestel, 2006, p. 408 ; cité également dans Arnold van Huis, « Cultural significance of Lepidoptera in sub-Saharan Africa », Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, 15, n° 1, 2019, p.8.

10 Au cours des vingt dernières années, ces cocons produits par ces espèces « sauvages » Anaphe/Epanaphe sont devenus de plus en plus difficiles à trouver. En Afrique de l’Ouest, les causes de cette disparition progressive sont attribuées par les populations indigènes et les spécialistes de cette soie à divers facteurs qui sont le changement climatique, la déforestation, l’usage de pesticides, mais aussi l'exploitation intensive de la soie dès le début de la période coloniale, voir John C. Ene, « Indigenous silk-weaving » ; Musiliu O. Ashiru, « Silkworms as Money Spinners », The Nigerian Field, 54, 1989, p. 3-10.

11 Ceci est surtout le cas pour les espèces Anaphe/Epanaphe et rarement celui de l’espèce Epiphora que l’on trouve sur l’arbre du jujubier (Zizyphus mauritiana Lam.) en bordure des champs cultivés et des routes, donc dans des endroits très fréquentés par l’homme.

12 Ce n’est pas toujours le cas lorsque les cocons sont collectés par certaines populations locales qui consomment les chenilles et vendent les cocons aux marchants marka-dafings, dont l’intérêt est la soie. Aussi, il arrive que des chenilles et/ou nymphes et/ou papillons ne survivent pas et soient retrouvés dans les cocons.

13 Chez les Marka-Dafing, on peut constater que l’élimination partielle de la séricine est effectuée progressivement, tout au long des opérations techniques de transformation des cocons en fils puis en textile. Selon les femmes, la séricine conservée sur les fils confère une plus grande résistance à celui-ci sur le long terme.

14 Parmi ces cotons, on trouve une espèce indigène et une variété de coton brun qui viendrait de Chine qui est cultivée au Burkina Faso. La soie étant de plus en plus rare, ces cotons sont utilisés en remplacement. Dans une même logique d’imitation, le coton blanc est teint avec des plantes locales qui lui donnent une couleur brunâtre qui ressemble à celle de certaines soies. La fibre du fruit de l’arbre à kapok ou kapokier (Bombax costatum) ou du fromager (Ceiba pentandra) sont aussi fréquemment utilisées. Les textiles tuntun tissés dans ces fibres végétales sont dès lors considérés comme des contrefaçons.

15 De l’aire linguistique et culturelle du Mandé. Sur les utilisations magiques de la soie voir Laurence Douny, « Connecting Worlds through Silk: Cosmological Meanings and Social Implications of Sheen in West African Talismanic Magic », Journal of Ritual, Witchcraft and Magic, 12, n° 2, 2017, p.186-209.

16 Par exemple, chez les peuples du Mandé, en Afrique de l’Ouest, le nyama est une force dangereuse qui anime les objets de pouvoir mais aussi certaines matières telles que le bois et le fer qui sont sculptés et travaillés par les forgerons qui parviennent à canaliser cette force. Patrick R. McNaughton, The Mande Blacksmiths: Knowledge, Power and Art in West Africa, Bloomington, Indiana University Press, 1993. Pour les Marka-Dafing, ces forces ou énergies résident également dans d'autres matières minérales, animales et végétales tel que l’indigotier.

17 Voir Nicolas. P. Maffei et Tom Fisher, « Historicizing Shininess in Design: Finding Meaning in an Unstable Phenomenon », Journal of Design History, 26, n° 3, 2013, p.240.

18 N. P. Maffei et T. Fisher, art.cit., p. 231. Traduction de l’anglais par Laurence Douny.

19 La cuisson des cocons requiert la présence permanente des femmes autour de la marmite et leur œil attentif. Elles doivent surtout veiller à ce que la matière ne soit pas trop cuite au risque d’abîmer les fils qui deviendraient inutilisables. Elles contrôlent la température de cuisson et ajustent les quantités de cendre et d’eau dans la marmite.

20 Cet élément est également observé chez les Dogon du Mali.

21 Voir par exemple, Rose M. Beck, « Aesthetics of Communication: Texts on Textiles (Leso) from the East African Coast (Swahili) », Research in African Literatures, 31, n° 4, 2000, p.104-124 ; Susanne O. Michelman et Joanne B. Eicher, « Dress and Gender in Kalabari Women’s Societies », Clothing and Textiles Research Journal, 13, n° 2, 1995, p.121-130.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les cocons de soie sauvage de différentes tailles, tissés par des chenilles processionnaires (genre Anaphe)
Crédits © Laurence Douny
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Crédits © Laurence Douny
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Douny, « Des insectes, des matières et des femmes : »Apparence(s) [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 11 février 2022, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/4009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.4009

Haut de page

Auteur

Laurence Douny

Laurence Douny est anthropologue et chercheure associée au groupe interdisciplinaire "Matters of Activity. Image Space Material,” à l'Université Humboldt, à Berlin. Ses travaux portent sur l'anthropologie et l'histoire des soies sauvages de l’Afrique de l'Ouest.
ldouny[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search