Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Des plumes plein la tête

Des plumes plein la tête

Entretien avec Stefanie Wesle modiste et artiste plumassière, Atelier Autruche, France
Ariane Fennetaux

Résumés

Modiste et artiste plumassière, Stefanie Wesle travaille les plumes. Dans cet entretien réalisé dans son atelier, elle nous explique comment elle s’est formée mais aussi comment elle travaille avec ce matériau animal qu’est la plume.

Haut de page

Texte intégral

1Stefanie Wesle, originaire de Francfort et installée en France depuis 28 ans, est modiste dans la petite ville d’Aubenas en Ardèche. Elle y a fondé l’Atelier Autruche, labellisé « entreprise du patrimoine vivant » en 2010. Elle y travaille de nombreuses matières mais a une prédilection particulière pour les plumes qu’elle intègre à ses créations de chapeaux mais aussi à des sculptures et tableaux. En 2015, Stefanie Wesle a obtenu le titre « maître artisan d’art ». En 2021 elle a remporté le premier prix du concours Ateliers d’Art de France pour la région Auvergne Rhône Alpes.

Fig. 1 : Stefanie Wesle au travail dans son atelier

Fig. 1 : Stefanie Wesle au travail dans son atelier

© Séverine Baur

Comment avez-vous commencé à être modiste ?

J’ai toujours aimé travailler de mes mains : depuis mon plus jeune âge j’ai brodé, tricoté, dessiné mais je ne savais pas que faire des chapeaux pouvait être un métier.

Jeune adulte, quand j’habitais Francfort, j’avais acheté un ou deux chapeaux que j’ai commencé à porter et j’ai remarqué que quand les gens me croisaient souvent ils me faisaient un grand sourire en voyant mon chapeau qui était, il est vrai, assez visible. Dans les années 1980 ce n’était plus du tout à la mode il faut dire, donc ça se remarquait. C’est en portant le chapeau et en voyant l’effet que ça avait sur les gens que ça m’a donné envie d’en fabriquer mais je n’avais aucune idée de comment c’était fait. Ma grand-mère, que je n’ai jamais connue, adorait les chapeaux et aurait souhaité que ma mère devienne modiste — ce qu’elle n’a pas fait, même si elle était très manuelle aussi : elle cousait, tricotait, brodait… alors peut-être que cette histoire familiale a joué dans mon choix de carrière.

Fig. 2 : L’atelier Autruche

Fig. 2 : L’atelier Autruche

© Ariane Fennetaux

C’est à Paris que j’ai appris mon métier. J’y suis allée pour suivre une formation et passer le diplôme de modiste : un CAP, le seul diplôme qui existe pour la réalisation de chapeaux. J’ai ensuite acheté une chapellerie qui était en vente qui me permettait d’installer un atelier attenant à la boutique. C’est une chapellerie qui a une centaine d’années maintenant mais qui était devenue simplement un lieu de revente lorsque j’ai acheté en 1999. Il n’y avait plus de fabrication sur place. C’est une tradition et des savoir-faire qui se sont un peu éteints mais au début du XXe siècle lorsque tout le monde portait encore des chapeaux, il y avait à Aubenas trois modistes et plusieurs chapelleries qui faisaient de la revente. Quand je me suis installée, j’étais la seule. Aujourd’hui je travaille encore avec un outillage parfois ancien dont une machine à coudre à points de chaînette par exemple que j’ai récupérée à la vente d’une ancienne usine. À l’origine elle fonctionnait avec une pédale et dans l’usine elle avait été motorisée mais reliée à une grosse mécanique. Ici elle fonctionne sur un petit moteur. On ne fabrique plus ce genre de machines, il y a encore quelqu’un qui les répare mais plus de fabricants.

Quelle importance ont les matières d’origine animale dans votre travail de modiste ?

Fabriquer des chapeaux requiert de maîtriser différentes techniques et travailler de nombreuses matières. Plusieurs sont d’origine animale. Les chapeaux d’hiver se font sur des bases de feutres souvent, comme le feutre de laine ou feutre de poils de lapin. En été les bases sont en matière végétale plutôt — sisal ou paille — mais les ornements sont, eux, souvent en plumes. Les plumes ont toujours été employées pour garnir le chapeau, parfois pour faire ou couvrir des chapeaux entiers en plumes. C’est vrai en Europe mais aussi dans d’autres cultures comme l’a magnifiquement illustré l’exposition ‘Le Monde en Tête’ qui a eu lieu au musée des Confluences à Lyon l’an dernier où il y avait des coiffes en plume de nombreuses civilisations — souvent avec des significations symboliques ou religieuses d’ailleurs. En Europe les plumes ont traditionnellement aussi toujours été présentes sur les couvre-chefs jusqu’à l’extrême parfois, puisque l’utilisation des plumes dans la mode a décimé certaines espèces et contribué à épuiser les ressources naturelles. Maintenant, depuis la convention de Washington de 1973, on travaille en France uniquement avec des plumes d’élevage heureusement.

Comment vous est venue cette spécialisation dans le travail de la plume ?

J’ai découvert les plumes à partir de la chapellerie. J’en avais toujours beaucoup utilisé dans mes chapeaux. Il y a quelques années, j’ai suivi une formation complémentaire de plumassière qui était organisée à l’Atelier-Musée du chapeau à Chazelle-sur-Lyon qui est aussi un centre de formation professionnelle sur les différentes techniques de chapellerie. La formation était centrée sur la réalisation d’accessoires et garnitures de chapeaux : fleurs, minoches, montures de plumes… C’est ensuite en rencontrant une éleveuse de coqs de la région à laquelle j’ai acheté un stock de plumes magnifiques que j’ai commencé à centrer vraiment mon travail autour de la plume. Dans les chapeaux — avec des réalisations entièrement en plumes — mais aussi dans des œuvres murales et des sculptures.

Quels sont vos réseaux pour l’approvisionnement en plumes ?

J’utilise plusieurs réseaux car ce n’est pas toujours simple de se procurer des plumes de qualité. Or la qualité est primordiale. J’ai des fournisseurs à Paris qui sont eux-mêmes plumassiers. C’est le cas de Marcy ou RD Plumes en région parisienne, qui travaillent souvent pour les cabarets, réalisent des boas ou des montures pour les revues et qui vendent des plumes en vrac ou déjà un peu préparées — sous forme de franges par exemple voire de fleurs en plumes comme c’est le cas pour Artnuptia. Je leur achète pour ma part des plumes en vrac plutôt. J’ai aussi des fournisseurs plus informels : des éleveurs d’oiseaux ou de volaille chez qui je m’approvisionne en plumes de pintade, de faisan, de coq ou de paon. Trouver des fournisseurs directs est l’idéal car on peut s’assurer d’avoir des plumes de qualité. La qualité des plumes dépend beaucoup du bien-être de l’animal. Si l’oiseau se promène en liberté et est bien nourri ses plumes seront belles. On ne peut pas avoir de belles plumes si l’élevage est intensif et les oiseaux sont les uns sur les autres. La qualité des plumes est donc un bon indicateur du bien-être de l’animal.

Beaucoup de plumes proviennent des mues des oiseaux qui perdent certaines de leurs plumes l’été. C’est le cas du paon par exemple qui perd toutes ses plumes de queue, de certaines des plumes de l’oie, ou de la calopsitte qui est un petit perroquet jaune-vert très joli. Pour les petites plumes en revanche, celles du poitrail par exemple, les oiseaux ne les perdent pas naturellement. C’est donc au moment de l’abattage de l’animal qu’on récupère ses plumes.

Quelles sont les espèces que vous utilisez surtout ?

Je travaille beaucoup avec le coq, l’oie, l’autruche, le paon, la pintade mais aussi énormément le faisan. Le faisan a des plumes magnifiques et c’est en plus un animal dont il existe de nombreuses variétés qui ont toutes des plumes différentes. Le faisan argenté a de superbes plumes noires et blanches avec lesquelles j’aime particulièrement travailler. Le faisan commun a des plumes dans les teintes d’orangé et de brun. Le faisan Lady Amherst, lui, a des plumes de toutes les couleurs. Il y a aussi le faisan doré, le vénéré… il y a énormément de variétés qui ont toutes leurs particularités.

Fig. 3 : Chapeau en plumes de paon, coq et faisan Lady Amherst, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche

Fig. 3 : Chapeau en plumes de paon, coq et faisan Lady Amherst, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche

© Martin Griffin

Aux différentes parties de l’oiseau correspondent aussi différents types de plumes. Les plumes de la queue sont très longues et décoratives même si je les utilise finalement relativement peu car elles sont immenses. Utilisées horizontalement plus que verticalement, elles me servent parfois à border un chapeau, en tirant partie du motif très graphique de la plume qui dessine comme un chevron. Mais ce sont surtout les plumes du dos, du cou et des ailes que j’utilise le plus.

Fig. 4 : Stefanie Wesle dans son atelier tenant une plume de queue de faisan

Fig. 4 : Stefanie Wesle dans son atelier tenant une plume de queue de faisan

© Ariane Fennetaux

Ces dernières années vous avez commencé à réaliser des sculptures en plume. En quoi ces créations sont-elles différentes de vos créations de chapeaux et accessoires ?

Comme je suis modiste de formation, je travaille toujours dans mes créations murales ou mes sculptures avec des matériaux de modiste. Je travaille donc beaucoup avec des bases de sisal et de paille. Les formes aussi sont souvent celles de la chapellerie car j’utilise beaucoup les formes rondes. Le rond dans les chapeaux c’est la forme de l’accessoire mais aussi de la manière de les faire car souvent les chapeaux sont réalisés en tournant — on construit le chapeau à partir de tresses de paille cousues en escargot. Dans la pièce avec laquelle j’ai remporté le concours Ateliers d’Art de France pour la région Auvergne Rhône Alpes par exemple j’ai utilisé de la tresse de paille pour faire une forme assez bombée avec un trou circulaire au milieu sur laquelle j’ai travaillé avec du faisan argenté et de la pintade.

Fig. 5 : Sculpture en tresse de paille et plumes de pintade et faisan argenté, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche

Fig. 5 : Sculpture en tresse de paille et plumes de pintade et faisan argenté, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche

© Martin Griffin

Qu’est-ce qui guide le choix de travailler avec telle ou telle espèce, telle ou telle plume ? Est-ce la forme ? la couleur ? la manière dont la plume bouge ?

C’est un peu tout ça. En général la création part de la plume. C’est parce que je vais avoir envie de travailler le faisan argenté par exemple. À partir de là, je sais que mon chapeau va être noir et blanc et comme je connais les potentialités de ces plumes, je sais que ça peut donner telle ou telle forme et c’est avec ça que je vais jouer. C’est la plume qui finalement me dicte ce que je peux faire d’elle. J’aime bien cette contrainte imposée par le matériau. J’utilise toujours l’aspect spécifique de chaque plume : pas seulement l’aspect de chaque espèce mais aussi de chaque plume individuelle. Car chaque plume est différente. C’est là que le travail de choix et de tri est capital dès que l’on a une idée précise et particulière de ce que l’on veut réaliser.

En quoi consiste le travail avec les plumes ?

Le travail avec les plumes est lent et très minutieux. Cela commence avec le plumage des peaux des animaux lorsque les plumes ne proviennent pas des mues.

Il y a d’abord un premier tri pour sélectionner les plus belles plumes — car toutes les plumes ne sont pas belles. Les plumes choisies sont ensuite préparées. Elles sont souvent travaillées pour leur enlever le duvet en bas du rachis pour ne conserver que les barbes, voire uniquement la partie supérieure des barbes. C’est de cette manière que sont préparées les plumes de coq par exemple dont le rachis, très fin, est presque entièrement dénudé pour ne laisser qu’un petit losange de barbes au bout. Bien sûr ce travail est adapté à chaque type de plumes et ce que l’on veut réaliser. Parfois, c’est lors de ce travail que la qualité de la plume va réellement être éprouvée. On va voir certaines plumes qui vont se désintégrer dès qu’on commence à les travailler. N’oublions pas qu’il s’agit d’une matière naturelle qui ne réagit pas toujours comme nous le souhaitons.

Il faut ensuite retrier les plumes préparées. Souvent je travaille avec des bacs de papier dans lesquels j’organise mes plumes par forme, taille, couleur et/ ou motif. Dans le faisan argenté par exemple où les plumes ont souvent un aspect assez graphique noir et blanc, il y a des motifs plus ou moins fins ou marqués, parfois plus épais, parfois plus ou moins zébrés. Je trie tout ça dans des boites et je choisis ensuite la plume qu’il me faut en fonction de la réalisation que je suis en train de faire.

Fig. 6 : Stefanie Wesle en train de débarber une plume

Fig. 6 : Stefanie Wesle en train de débarber une plume

© Ariane Fennetaux

Avant d’être assemblée, la plume est aussi parfois mise en forme. Chaque type de plume requiert un traitement spécifique. La plume d’autruche ou les plumes de queue de faisan ou de paon par exemple ont un rachis très épais et très dur. On va alors par exemple amincir le rachis à l’arrière pour pouvoir mieux les travailler, les fixer ou les mettre dans la forme désirée. Les plumes ont aussi des courbures différentes : le faisan argenté par exemple a des plumes très recourbées tandis que les plumes d’oie sont très droites. Cela affecte évidemment la manière dont on va travailler avec ces plumes.

Pour faire ce travail on se sert essentiellement de deux outils spécifiques : la pince brucelle, et le couteau à parer qui est un couteau métallique avec une lame courte. L’essentiel du travail est fait de manière mécanique : c’est avec le couteau qu’on va amincir l’arrière du rachis ou avec des petits coups à l’arrière, le casser pour le rendre plus souple, ce qui va permettre de donner plus ou moins de courbure aux plumes. Parfois, pour torsader une plume par exemple, ce travail mécanique est combiné avec l’utilisation de la vapeur qui, sinon, est utilisée pour redonner aux plumes leur bouffant et vaporeux. Les petits ciseaux et coupe-fils permettent ensuite de tailler les plumes de manière précise et minutieuse. La pince brucelle, elle, sert parfois à débarber les plumes mais surtout à les coller et les positionner. Cette pince a la particularité d’avoir une pointe à l’arrière qui permet d’être très précise pour l’application de la colle sur le rachis, tandis que la pince elle-même permet de positionner la plume délicatement sur la pièce.

Fig. 7 : Les outils de la plumassière (pince brucelle, couteau à parer) et différentes manières de travailler les plumes

Fig. 7 : Les outils de la plumassière (pince brucelle, couteau à parer) et différentes manières de travailler les plumes

© Ariane Fennetaux

Car c’est généralement à la colle que se font les assemblages. On ne coud que les grosses plumes, celles qui sont trop grosses ou lourdes, dont le rachis est très rigide et épais. Sinon on utilise principalement une colle à l’eau à prise assez rapide qui devient transparente au séchage.
Pour fixer les plumes, on peut soit coller juste la base du rachis avec la pince brucelle, ou alors encoller toute la plume — en général avec le couteau à parer — ce qui va faire perdre pas mal de surface à la plume qui a tendance à se rétracter. En séchant, les barbes deviennent rigides et solidaires et on peut y découper n’importe quelle forme sans se préoccuper du rachis qui normalement maintient les barbes. Avec cette technique, on utilise alors la plume comme matériau ou texture colorée finalement plutôt que comme plume. On peut y faire des formes géométriques que l’on peut ensuite utiliser à plat un peu comme des paillettes finalement. C’est la technique utilisée pour faire des mosaïques de plumes. Certains plumassiers travaillent beaucoup comme ça. Moi ce n’est pas tellement ma technique de prédilection car j’aime bien utiliser les plumes davantage en volume.

Votre approche de la plume est finalement assez naturaliste, l’animal n’est jamais très loin.

Oui c’est vrai. Je m’inspire souvent de la plume naturelle, je n’utilise quasiment rien de teint. Je préfère travailler avec les couleurs naturelles des plumes. Ce n’est pas le cas de tous les modistes ou de toutes les plumassières. Quelqu’un comme Janaïna Milheiro par exemple travaille beaucoup avec des plumes teintes qui vont être ensuite très découpées. C’est un travail très différent dans lequel la plume est une matière première. Moi j’aime bien travailler avec les plumes plus entières et plus naturelles : tant au niveau de leurs coloris et de leurs motifs, que des formes car je taille et j’encolle mais je reste en général sur des formes de plumes.

Fig. 8 : « Méduse », tableau 20 x 20 cm en plumes de perdrix, de coq et d’autruche

Fig. 8 : « Méduse », tableau 20 x 20 cm en plumes de perdrix, de coq et d’autruche

© Stefanie Wesle

Fig. 9 : Coiffe en tresse de paille, plumes de pintade et de paon, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche

Fig. 9 : Coiffe en tresse de paille, plumes de pintade et de paon, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche

© Séverine Baur

Dans les assemblages, je joue sur des accords de couleurs que l’on trouve dans la nature mais en général en mélangeant les espèces. Je ne travaille pas avec un seul oiseau. J’aime beaucoup mélanger les espèces plutôt qu’être dans quelque chose de purement naturaliste. En mélangeant ces espèces, je crée finalement des sortes d’animaux hybrides. Dans les chapeaux comme dans les sculptures, je travaille avec différentes espèces d’oiseaux, parfois qui ne pourraient jamais se rencontrer dans la nature. De ces rencontres naissent d’autre espèces. J’aime bien l’idée de créer comme ça des espèces animales hybrides à partir de plusieurs espèces différentes. Ce sont des sortes d’animaux fantastiques. Par exemple dans certaines sculptures ou tableaux, faits en plumes, les formes évoquent des créatures aquatiques plutôt que les volatiles. Ce sont des méduses improbables. Donc à travers l’animalité des plumes, je ne reproduis pas l’animal lui-même mais en invente de nouveaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Stefanie Wesle au travail dans son atelier
Crédits © Séverine Baur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 2 : L’atelier Autruche
Crédits © Ariane Fennetaux
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 3 : Chapeau en plumes de paon, coq et faisan Lady Amherst, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche
Crédits © Martin Griffin
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 4 : Stefanie Wesle dans son atelier tenant une plume de queue de faisan
Crédits © Ariane Fennetaux
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 5 : Sculpture en tresse de paille et plumes de pintade et faisan argenté, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche
Crédits © Martin Griffin
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 6 : Stefanie Wesle en train de débarber une plume
Crédits © Ariane Fennetaux
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 7 : Les outils de la plumassière (pince brucelle, couteau à parer) et différentes manières de travailler les plumes
Crédits © Ariane Fennetaux
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 8 : « Méduse », tableau 20 x 20 cm en plumes de perdrix, de coq et d’autruche
Crédits © Stefanie Wesle
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 9 : Coiffe en tresse de paille, plumes de pintade et de paon, création Stefanie Wesle, Atelier Autruche
Crédits © Séverine Baur
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4066/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariane Fennetaux, « Des plumes plein la tête »Apparence(s) [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 11 février 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/4066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.4066

Haut de page

Auteur

Ariane Fennetaux

Maîtresse de Conférences HDR à l'Université de Paris. Spécialiste d'histoire britannique, elle est l'auteure, avec Barbara Burman, de The Pocket. A Hidden History of Women's Lives 1660-1900 (Yale University Press 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search