Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Avant-propos

Avant-propos

Les moralités de la mode
Damien Delille et Isabelle Hare

Résumés

Cet avant-propos présente le contexte de préparation de ce numéro spécial Mode & Morale au sein de l’université Lumière Lyon 2. Le thème retenu, mode & morale, permet d’engager une réflexion pluridisciplinaire qui allie les sciences historiques à celles de l’information et de la communication consacrées à la mode et aux apparences. Les enjeux moraux et éthiques sont analysés à travers six articles qui couvrent les périodes de la fin du XVIIe siècle à nos jours, avec une introduction élargie à l’ensemble des questions issues des périodes anciennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir les derniers colloques et leurs publications : Université Lumière Lyon 2, Université de la mod (...)

1Depuis plus de dix ans et de manière biannuelle, l’Université de la mode Lyon 2 organise un colloque international afin de réunir chercheurs, professionnels du secteur, amateurs, créateurs et étudiants, autour de questions historiques et contemporaines liées au domaine de la mode et du vêtement1. Ce temps de la recherche est aussi celui de dialogues et d’échanges féconds entre différents champs disciplinaires propres aux études sur la mode – sciences de l’information et de la communication, histoire de l’économie, de la consommation, de la mode et de l’art, sociologie, anthropologie, sémiologie – en regard des enjeux professionnels du secteur de l’habillement, du marketing et de la communication.

2Le colloque « Mode & morale » organisé les 6 et 7 mars 2018 à l’Université Lumière Lyon 2 a souhaité interroger les liens entre la mode vestimentaire et la morale, dans leurs rapports historiques avec les pouvoirs politiques et religieux, les interdits sociétaux et les nouvelles normes éthiques dont l’actualité brûlante ne se fait pas démentir. L’organisation de ces deux journées s’est articulée autour de sessions chrono-thématiques – Genre et vêtement ; Religion, mode et moralité ; Formation et discipline des corps ; Mode, éthique et politique – permettant de dégager des phénomènes de permanences, de discontinuités et de changements systémiques, au sein même des processus saisonniers de la mode de la fin du XVIIe siècles à nos jours. Les actes de ce colloque réunis dans le numéro spécial de la revue Apparence(s) reflètent les questionnements qui ont surgi des études de cas présentés lors de ces rencontres, dans l’espoir de les articuler à une histoire souterraine des moralités de la mode.

3Si l’origine du terme « morale » indique un rapport aux mœurs, aux coutumes et aux habitudes de vie partagées par une culture et une époque, les interdits moraux en disent long sur nos sociétés, sur ce qui les lient et sur ce qu’elles rejettent. L’affirmation d’une morale vestimentaire dans la société d’Ancien Régime s’appuie sur les grands mouvements de règlementations économiques, politiques et sociales qui se sont imposés à travers les lois et les édits somptuaires, depuis plus de deux millénaires. L’avènement de figures dissidentes au cœur du siècle des Lumières annonce les libertés individuelles et les rivalités entre classes sociales que connait le long XIXe siècle, sur les voies tumultueuses de la démocratie. Cette autonomie de l’apparence vestimentaire ne va pas sans se heurter aux nouveaux codes éthiques de la bourgeoisie régnante. Les règles de bienséance, de pudeur et de décence consolident la division des genres entre les silhouettes masculines et féminines, tout en reconduisant les préceptes moraux de la religion et des civilités dans les espaces publics et privés. Comme le rappelait Alexis de Tocqueville, toute liberté démocratique ne peut exister sans une forme de morale liée à la croyance en une force supérieure, religieuse ou politique. Ces croyances se déplacent au gré des mutations socio-économiques, tout au long du XXe siècle, au moment où les bouleversements sociétaux engendrés par les deux Guerres mondiales finissent de parachever l’élan d’égalité et de liberté qui contrevenait aux règles morales.

4Les désordres érotiques et culturels instillés par la New Women, les subcultures présentes au cœur des arts visuels, de la musique et de la littérature, ou les modes venues d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud ont imposé de nombreux cas de conscience à la moralité occidentale. Les normes vestimentaires se situent-elles nécessairement dans le camp du conservatisme et de la rigueur héritée des préceptes religieux ? Faut-il voir, dans la moralisation de la mode, l’expression de crises sociétales qui annoncent des phénomènes vestimentaires à venir ? C’est à ces questions théoriques et critiques qu’entendent répondre les six contributions réunies dans ce numéro spécial. Il s’agira d’envisager les sources historiques, rhétoriques et pratiques qui nourrissent les interdits moraux d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi d’interpréter l’avènement de nouveaux tabous liés aux enjeux environnementaux, sociétaux et éthiques.

5Les contributions réunies dans ce numéro analysent le temps long de la morale vestimentaire, tout d’abord en France, avec la réorganisation des identités sociales individuelles et collectives de l’Ancien Régime, à travers la moralisation des vestiaires masculins et féminins des abbés et courtisans en tout genre (Pascale Cugy) et des petits maîtres, haute figure de subversion morale (Albane Forestier), jusqu’à l’avènement d’une société égalitaire dans la première partie du XIXe siècle, avec le pantalon devenu outil de contestation par excellence (Sofiane Taouchichet). L’analyse des conditions économiques constitue un deuxième prisme de lecture historique des moralités de la mode : les conditions de travail et de production des femmes au sein des industries textiles en Allemagne (Philipp Jonke), et les modalités actuelles de production et de consommation des tissus bogolans, entre le Mali et la France (Roberta Rubino). Ces études de la consommation, de la production et de la médiatisation de la mode replacent les supports visuels et matériels au cœur des dispositifs de soumission du vêtement à la morale. Si l’image et le texte constituent les vecteurs par excellence des processus de moralisation de la mode, les structures culturelles qui produisent ces sources visuelles représentent un terrain fécond d’interrelations entre les discours, les objets et les faits de mode. Au-delà des effets rhétoriques induits par ces modalités discursives, il revient avant toute chose de dresser un bilan historiographique de phénomènes au long cours (Damien Delille), afin d’inscrire ces travaux dans le développement discontinu des histoires et des études de mode. Nous remercions très chaleureusement notre collègue Stéphanie Kunert, co-responsable du diplôme « Mode et communication », qui a œuvré à l’organisation du colloque. Nous espérons que ces actes soient à l’image du colloque que nous avons organisé avec elle en 2018 : à la fois stimulants et prospectifs.

Haut de page

Notes

1 Voir les derniers colloques et leurs publications : Université Lumière Lyon 2, Université de la mode, Les voiles dévoilés, pudeur, foi, élégance…, actes de colloque international, 28-29 avril 2008, Lyon, Éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2013, et Id., Défier le temps, une affaire de mode, actes de colloque international, 27-28 mars 2012, Lyon, Éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Delille et Isabelle Hare, « Avant-propos »Apparence(s) [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/apparences/4128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.4128

Haut de page

Auteurs

Damien Delille

Articles du même auteur

Isabelle Hare

Damien Delille est Maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l’Université Lyon 2 et membre du LARHRA UMR CNRS 5190. damien.delille[at]univ-lyon2.frIsabelle Hare est Maîtresse de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l’Université de Lyon 2, membre d’ELICO. i.hare[at]univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search