Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12La figure du petit-maître est-ell...

La figure du petit-maître est-elle subversive ?

Peur de l’effémination et idéal masculin au Siècle des Lumières
Albane Forestier

Résumés

Cet article s’attache à mieux comprendre l’évolution de la mode masculine dans la France du XVIIIe siècle, en se concentrant sur le phénomène des petits-maîtres, descendants des petits marquis de Molière, et bien moins connus que leurs voisins anglais, les Macaronis. Partageant pourtant avec ces derniers un style flamboyant et des manières efféminées qui font tout autant scandale en France qu’en Angleterre, le phénomène reste peu étudié. Souvent considéré comme l’ultime expression de la figure de l’homme de cour, le petit-maître passe pour un modèle archaïque, puisque bientôt remplacé par celui du bourgeois en costume noir du XIXe siècle.
Par l’étude des représentations de ce phénomène, notamment dans les domaine littéraires et philosophiques, cet article permet d’analyser les critiques morales et religieuses de cette mode masculine au XVIIIe siècle. Il montre dans quelle mesure la singularité vestimentaire de ce personnage est perçue comme un moyen d’affirmation de soi, révélant ainsi chez le petit-maître, et notamment dans sa relation à la mode, une modernité annonciatrice de celle du dandy. Si le cliché du jeune homme efféminé et entiché de son apparence n’est pas neuf, le petit-maître semble cristalliser les critiques politiques et sociales de l’homme de cour, et incarner la version antagoniste d’un nouvel idéal masculin construit sur le retour au naturel et à l’authenticité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 François-Charles Gaudet, La Bibliothèque des petits-maîtres ou Mémoires pour servir à l’histoire du (...)
  • 2 François-Antoine Chevrier, Les Ridicules du siècle, Londres, i.e. Paris, Jacques François Mérigot, (...)
  • 3 Le phénomène des petits-maîtres dure des années 1680 jusqu’à la Révolution environ.
  • 4 Nicolas-Edme Restif de la Bretonne, « La Petite Toilette », Monument du costume physique et moral d (...)
  • 5 F.-C. Gaudet, La Bibliothèque…, op. cit., p. 2-3.
  • 6 Frédéric Deloffre, « Introduction », Le Petit Maître Corrigé, Genève, Libraire Droz, 1955, p. 11-18

1Le petit-maître, « cette espèce d’être féminisé »1 sacrifiant à la mode dont il est « esclave », « [sa] raison et [sa] vertu »2 , aujourd’hui bien moins connu du grand public que le dandy, a dominé de sa figure élégante tout le XVIIIe siècle3. Si le petit-maître des contes du Monument du costume apparaît comme un libertin qui peut aller jusqu’au viol4, c’est avant tout son allure maniérée et sa mise efféminée qui suscitent les critiques de ses contemporains. Très présent dans le domaine littéraire, la définition la plus complète de ce phénomène est donnée par François-Charles Gaudet, lorsqu’il décrit, dans sa Bibliothèque des petits-maîtres, cet « être singulier, original, frivole, plein de fatuité, avec un esprit profond d’irréligion, cherchant les faveurs des femmes et le brillant, à la mode, bel esprit, fat, de bon ton »5. Très sensible aux modes, raffiné et élégant, affecté et efféminé dans ses attitudes et son costume, il se démarque par sa vanité et sa désinvolture. Dans la lignée des petits marquis enrubannés de Molière et La Bruyère, et des petits abbés compassés des estampes du XVIIe siècle6, le petit-maître devient le nouvel archétype de l’homme du monde entiché de son apparence.

  • 7 Philippe Perrot, Le travail des apparences, Le corps féminin XVIIIe - XIXe siècles, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 8 John Carl Flügel, The Psychology of Clothes, Londres, The Hogarth Press, 1930, Le Rêveur nu. De la (...)
  • 9 Farid Chenoune, Des modes et des hommes, deux siècles d’élégance masculine, Paris, Flammarion, 1993 (...)
  • 10 C’est la théorie développée par Randolph Trumbach, selon laquelle une minorité homosexuelle, avec p (...)

2Pour certains historiens, l’apparence efféminée des petits-maîtres reste dans la continuité de la figure du courtisan, caractérisée par le peu de différenciation vestimentaire entre hommes et femmes. Ainsi, selon Philippe Perrot, « si les hommes ne portent pas de paniers, mais simplement d’amples basques, ce sont les mêmes soies, les mêmes dentelles, les mêmes nuances, les mêmes ornements qui servent à parer les deux sexes »7. Ce phénomène baroque semble conservateur, et bien loin du phénomène de la « Grande renonciation masculine »8, rupture majeure dans l’histoire du vêtement masculin, avec l’apparition du costume en noir bourgeois. Le petit-maître, arborant un style flamboyant, à grand renfort de bijoux, rubans et autres accessoires, n’est-il donc que l’ultime expression de la figure de l’homme de cour, symbole d’un modèle d’Ancien Régime qui tombera bientôt en désuétude et sera remplacé par la figure plus sobre du gentleman anglais9? Dans ce cas, pourquoi sa mise vestimentaire efféminée, si elle n’est pas nouvelle, attire-t-elle l’attention et qui peut encore s’offusquer de ce type de personnage au XVIIIe siècle ? Est-ce parce que ses contemporains voient en ce petit-maître qui aime la mode, un homosexuel, au moment où cette minorité émerge dans les grandes villes et où l’opinion publique commence à associer cette identité sociale et culturelle à un comportement sexuel10? Ou ces réactions représentent-elles l’émergence d’une nouvelle critique de l’homme de cour, moins morale que politique dans le contexte des Lumières ?

  • 11 En particulier l’ouvrage à succès de Jean-Baptiste de La Salle, Les règles de la bienséance et de l (...)
  • 12 Frédéric Deloffre note la présence du petit-maître dans près de 58 pièces entre 1685 et 1787. La pl (...)
  • 13 Voir les satires de l’abbé Gabriel-François Coyer, Bagatelles morales, l’année merveilleuse, nouvel (...)
  • 14 Balthasar Anton Dunker, Costumes des mœurs et de l’esprit français avant la grande révolution, à la (...)

3En vue d’étudier cette caricature, le corpus analysé se compose de traités de moralité et de civilité11, mais également de sources littéraires et satiriques consacrées à cette figure : une dizaine de pièces de théâtre12, de satires13 et de récits et romans, voire de mémoires, fictives ou réelles. Une attention particulière est apportée à trois gravures réalisées par Balthasar A. Dunker et intitulées Costumes des Mœurs, servant d’illustrations au Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier14, véritable chronique culturelle et sociale des dernières années de l’Ancien Régime. Dans le contexte des Lumières, le discours philosophique consacré au petit-maître est également pris en compte. À partir de ces sources, cette étude se propose d’analyser en premier lieu les critiques morales et religieuses dont font l’objet les petits-maîtres, en examinant en particulier les attaques sur la masculinité ambigüe de ce personnage dans un contexte de polarisation sexuée du vestiaire. Nous verrons dans quelle mesure certaines critiques portent sur les comportements libertins et la mise en scène de soi des petits-maîtres. Enfin, nous nous pencherons sur les mécanismes par lesquels les petits-maîtres sont perçus comme une incarnation exagérée du modèle courtisan dont ils tirent leur origine, avant d’examiner ce que ces critiques nous révèlent des changements sociétaux et philosophiques de son époque.

  • 15 F.-A. Chevrier, Les Ridicules…, op. cit., p. 29.

Le petit-maître vu par les moralistes : « cette copie exacte de la femme du grand monde »15

  • 16 A. Hollander, Sex and Suit…, op. cit., p. 45. « Il y a déjà longtemps qu’on n’a rien changé à l’ess (...)
  • 17 Aurore Pierre, « Du pourpoint au justaucorps. La silhouette masculine aux XVIIe et XVIIIe siècles » (...)
  • 18 D. Roche, La culture des apparences…, op. cit., p. 39-44.
  • 19 Ibid., p. 436.

4Le vêtement masculin évolue assez peu durant le XVIIIe siècle, car le grand changement a déjà eu lieu avec l’apparition du costume masculin trois pièces à la fin du XVIIe siècle, composé du justaucorps, de l’habit et de la culotte16. Durant la Régence, le justaucorps se modifie quelque peu par l’élargissement de ses basques, lui donnant une forme juponnée qui rappelle le panier des femmes et semble suivre l’évolution de la robe volante. Sous le règne de Louis XVI, alors que la silhouette quotidienne des femmes se simplifie, l’habit à la française devient plus ajusté : les pans de devant glissent vers l’arrière, le col est droit et le gilet, en perdant ses basques, adopte également une forme droite17. Si la silhouette masculine au début du XVIIIe siècle a tendance à suivre l’évolution de celle de la femme, les changements restent modiques et ne remettent pas en cause l’identification sexuelle par le vêtement. En revanche, Daniel Roche décrit parfaitement la rupture majeure que représente la renonciation progressive des hommes à la parure, voire à la coquetterie et ce, dès le XVIIIe siècle18. L’apparence masculine devient plus austère et le goût de la toilette se voit de plus en plus confiné à la sphère féminine. Ce dimorphisme est ainsi reflété dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert qui, de 1751 à 1772, consacre plus d’articles aux habits féminins19.

  • 20 Pierre Rousseau, L’année merveilleuse, Paris, chez Cailleau, 1748, p. 2. Les nonpareilles sont des (...)
  • 21 Anonyme, Vengeance des Femmes contre les Hommes. Satyre Nouvelle contre les petits-maîtres et les v (...)
  • 22 Louis de Boissy, Le Français à Londres, Paris, chez les Frères Barbou, 1727, sc. 15 ; Louis de Bois (...)
  • 23 F. Deloffre, Le Petit Maître…, op. cit., p. 89.

5C’est dans ce contexte que le petit-maître dénote par sa mise, par l’ajout profus d’accessoires et de passements multiples, éléments communs au vestiaire féminin, et par le soin excessif apporté à sa parure, sa coiffure et à l’ornement de son apparence. On se moque du petit-maître, qui « du Sexe a pris les airs, les modes, les façons. Il charge les habits de clinquants, de pompons, fait tresser ses cheveux avec des nonpareilles »20. Comme les femmes, ils poudrent leurs cheveux et fardent leurs visages, alors que le XVIIIe siècle voit déjà la consommation masculine des cosmétiques diminuer et l’utilisation de certaines cosmétiques se restreindre à la gent féminine21. Même si l’échange des vestiaires est loin d’être total, il est renforcé par la gestuelle et les manières efféminées des petits-maîtres. En société, le petit-maître croise haut les jambes, marmotte un air, se caresse le menton ou les lèvres22. Il parle « un ton trop haut »23, ce qui lui donne un air efféminé.

  • 24 J.-B. La Salle, Règles de bienséance…, op. cit., p. 33-9.
  • 25 Yvonne Deslandres, Le costume, image de l’homme, Paris, Albin Michel, 1976, p. 241-8.
  • 26 Mentionné dans Alban Cras, La Symbolique du vêtement dans la Bible – Pour une théologie du vêtement(...)
  • 27 Valerie Steele (éd.), A queer history of fashion: from the closet to the catwalk, New Haven, Yale U (...)
  • 28 James Eli Adams, Dandies and Desert Saints. Styles of Victorian Manhood, Ithaca & London, Cornell U (...)
  • 29 Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Par (...)

6Nombre des critiques sont avant tout morales et religieuses. Dans les Règles de la Bienséance et de la civilité chrétienne, ouvrage à visée pédagogique et spirituelle maintes fois réédité, le religieux Jean-Baptiste de la Salle consacre certains de ses préceptes à la présentation de soi et au maintien du corps, précisant notamment qu’« une chose à laquelle on doit bien prendre garde en parlant, est […] qu’il n’y ait rien de mol et d’efféminé, point d’affectation et de singularité »24. Ces formes de féminisation du maintien masculin dénotent fortement car depuis la fin du XIVe siècle, et l’apparition d’une silhouette masculine distincte de celle de la femme, on constate dans le vestiaire occidental une forme prononcée de différentiation sexuelle25. Enracinée dans la culture religieuse occidentale, l’interdiction du travestissement est avant tout un interdit biblique, ce qui en fait une faute morale hautement condamnable. Ainsi, « une femme ne portera pas un costume masculin, et un homme ne mettra pas un vêtement de femme ; quiconque agit ainsi est en abomination à Yahvé »26. On ne trouve cependant pas de référence explicite à l’homosexualité des petits-maîtres dans le corpus étudié. Même si on voit émerger au XVIIIe siècle, dans certaines minorités homosexuelles, et notamment en milieu urbain, la figure de l’homosexuel passif, se comportant de manière efféminée et se travestissant, pratiquer la sodomie entre hommes ne signifie pas forcément l’adhésion à une identité sexuelle définie selon des normes et catégories comportementales qui n’apparaîtront que plus tardivement27. James Adams, lorsqu’il évoque la figure du dandy, démontre d’ailleurs que les formes de masculinité perçues comme déviantes par rapport à la norme ne sont associées à des comportements sexuels pathologiques qu’à partir de la généralisation du discours scientifique à la fin du XIXe siècle28. Même si le lien entre effémination et homosexualité existe au XVIIIe siècle, il n’est pas systématique et certains sodomites vont jusqu’à rejeter entièrement les comportements maniérés29. Au contraire, la figure du petit-maître est clairement perçue comme étant hétérosexuelle et ses habits à la mode semblent n’être qu’une des facettes de son comportement élégant.

  • 30 Randolph Trumbach, Sex and the gender revolution. 1. Heterosexuality and the third gender in Enligh (...)
  • 31 J.-B. La Salle, Règles de bienséance…, op. cit., p. 79.
  • 32 Ibid., p. 132.
  • 33 Joachim-Christoph Nemeitz, Séjour de Paris, c’est-à-dire instructions fidèles, pour les voyageurs d (...)
  • 34 F.-L. Gauthier, Traité contre l’amour…, op. cit., p. 33-61.
  • 35 Ibid., p. 47.

7Par ailleurs, on assiste au XVIIIe siècle à un durcissement des codes de la masculinité et de la féminité : les comportements et identités acceptables pour chaque sexe se figent et se rigidifient, tout en se présentant sous la forme d’une palette plus restreinte30. Pour cette raison, le péché d’orgueil que représente une mise flamboyante, et consistant à attirer l’attention sur soi, est moins bien toléré chez l’homme que chez la femme. Les Règles de Bienséance stipulent qu’il « est honteux aux hommes, comme il s’en trouve quelquefois, d’être si efféminés que de se plaire à avoir des habits fort riches, et de vouloir se faire considérer par-là : ils devraient bien faire attention que les habits sont des marques honteuses du péché »31. L’adoption par les petits-maîtres de perruques aussi volumineuses que celles des femmes dans les années 1770, alors que les coiffes féminines et masculines sont plus clairement différenciées à cette époque, renforce la faute morale des hommes. Celle-ci « est plus grande que celle des femmes, car « il devrait y avoir en eux plus solidité par rapport à manière de penser et d’agir que dans les femmes »32. « Bien façonnée », la perruque est « l’ornement du visage » et met en valeur « la plus noble partie de l’homme »33. L’étude du Traité contre l’amour des parures et le luxe des habits de l’Abbé Gauthier, ouvrage paru en 1779 et qui s’attache à la défense de vêtements plus sobres en adéquation avec les grands principes de la morale chrétienne, nous permet de mieux comprendre ce qui se joue dans le phénomène des perruques ostentatoires34. En effet, orner sa tête d’une perruque importante modifie les proportions et déplace le visage au centre du corps et non plus à son sommet : c’est désormais la perruque qui trône sur le corps et en devient la partie la plus haute, remplaçant la tête qui, par sa nature spirituelle, devrait en être la partie la plus élevée. Outre le coût excessif que ces coiffures engendrent et qui détourne l’argent des dépenses utiles, la perruque de hauteur démesurée attire l’attention sur la personne de celui ou celle qui la porte, entraînant un péché de vanité et va à l’encontre de la modestie chrétienne. Rechercher sa propre gloire et la lumière par la parure et l’ornement relève de la vanité, et les moralistes comme l’abbé Gauthier nous rappellent que le péché de vanité « ne convient qu’aux comédiens et aux femmes de mauvaise vie »35.

L’effémination du petit-maître : le style singulier d’une jeunesse

  • 36 Ibid., p. 1-28.
  • 37 Rémy G. Saisselin, « De l’Honnête Homme au Dandy – ou d’une esthétique de l’imitation à une esthéti (...)
  • 38 Jean d’Alembert et Denis Diderot, « Petit-Maître », dans L’Encyclopédie, 1ere éd., tome XII, Paris, (...)
  • 39 M. Lapeyre, Les Mœurs de Paris, « Des Petits-maîtres », Amsterdam, G. Castel, 1747, p. 67.
  • 40 Jacques Rochette de La Morlière, Angola, histoire indienne, Ouvrage sans vraisemblance, A Agra, i.e (...)

8Si, d’un point de vue moral, le fait d’utiliser son corps et son apparence physique pour attirer l’attention sur soi et se distinguer des autres est une remise en question de l’idéal de modestie chrétienne36, d’un point de vue social, ce comportement est celui d’un provocateur qui utilise la mode, objet vain et superficiel, pour se singulariser et se distinguer de l’honnête homme. Quoique difficile à définir, l’honnête homme du XVIIIe siècle se caractérise par sa politesse, son rejet des apparences et son authenticité, ou encore son « bon goût », un goût consensuel et universel commun aux gens de bien37. Or, le petit-maître est tout le contraire : superficiel et fat, il utilise la parure comme expression individuelle. L’article « petit-maître » de LEncyclopédie décrit ainsi une « jeunesse ivre de l’amour de soi-même, avantageuse dans ses propos, affectée dans ses manières et recherchée dans son ajustement, (…) qui brille dans sa parure éphémère, papillonne, et secoue ses ailes poudrées »38. Cette volonté de la jeunesse de se démarquer et de se distinguer reflète une quête de singularité et d’originalité du petit-maître. C’est en particulier le cas dans la littérature libertine, dont il constitue l’un des types. Chez Lapeyre, un auteur de la moitié du XVIIIe siècle qui consacre un chapitre entier aux petits-maîtres dans ses Mœurs de Paris, ces derniers n’ont d’autre objet que de multiplier les exploits amoureux39. Dans Angola, roman libertin du Chevalier de la Morlière, le héros Zobeide déclare qu’« il est devenu à la mode aujourd’hui d’avoir des mauvais procédés avec les femmes »40.

  • 41 Armand-Louis de Gontaut Biron, Mémoires du duc de Lauzun, 2e éd. préfacée par Louis Lacour, Paris, (...)
  • 42 A.-L. De Gontaut Biron, Mémoires…, op. cit., p. 85.
  • 43 J. R. de La Morlière, Angola…, op. cit., p. 20.
  • 44 Madeleine de Scudéry, Nouvelles conversations de morale, tome II, Paris, chez la Veuve de Sébastien (...)
  • 45 Louis de Jaucourt, « Coquetterie, Galanterie », dans L’Encyclopédie, tome XVII, Paris, chez Briasso (...)
  • 46 F.-C. Gaudet, La Bibliothèque…, op. cit., p. 179.
  • 47 Ibid., p. 194-195.

9Le goût de la parure semble être au cœur de la démarche libertine. Les descriptions d’habits dans les mémoires de libertins, tels ceux du duc de Lauzun ou de Casanova, montrent l’attention portée aux vêtements et le recours à la mode comme revendication esthétique, forme d’expression individuelle et source de plaisir41. Le duc de Lauzun utilise l’échange d’accessoires entre amants pour sceller la conquête amoureuse et se distinguer : il se présente ainsi au combat le chapeau orné d’une plume blanche offerte par sa maîtresse42. Chez les petits-maîtres, la coquetterie est autant le fait des hommes que des femmes. Angola, le personnage éponyme du roman de la Molière, est l’objet des attentions et des regards des membres des « deux sexes »43. Or, si depuis le XVIIe siècle, et les écrits de mademoiselle de Scudéry notamment44, la coquetterie est davantage un attribut féminin, qu’est-ce qui différencie le coquet de l’homme galant ? Seraient-ce ses manières efféminées ? Dans la définition donnée par Louis de Jaucourt dans L’Encyclopédie, la coquetterie réside dans l’art de plaire et de passer pour beau, ou plutôt belle, tandis que la galanterie est associée au libertinage et au désir de conquête amoureuse, faisant ainsi écrire au chevalier de Jaucourt « qu’un homme coquet a quelque chose de pis qu’un homme galant »45. La coquetterie de l’homme serait donc plutôt un produit dérivé de sa vanité : le coquet est narcissique, il a besoin d’un miroir, du regard de l’autre pour plaire. Le thème du petit-maître à sa toilette devient un poncif, comme l’illustre par ses portraits de petits-maîtres François-Charles Gaudet. Le vieillissant Dorival, vêtu d’« un habit d’un goût singulier », passe ses mardis et vendredis au Palais-Royal, et le reste de son temps « à assister à des toilettes »46, tandis que l’abbé de Pouponville se voit offrir « une table de toilette richement garnie et très élégamment décorée de bougeoirs, de miroirs, de boîtes, de bijoux, de pâtes, de parfums, de rouge, de blanc, d’éponges, d’eaux de senteurs, etc. »47.

  • 48 J. R. de La Morlière, Angola…, op. cit., p. 21, p. 80 et p.144.
  • 49 Ibid., p. 21.
  • 50 M. Lapeyre, Les Mœurs…, op. cit., p. 63-4.
  • 51 J.-C. Nemeitz, Séjour de Paris…, op. cit., p. 78-79.
  • 52 Nicolas Boindin, Le Petit-Maître de Robe, dans Quatre Comédies, Paris, Société des Textes Français (...)

10Le petit-maître est donc un personnage qui se met en scène et incarne une théâtralisation de soi. Le roman Angola décrit ces « gens du bel air », une « troupe de jeunes éventés », fréquentant « bals, comédies, opéra, illuminations, feu d’Artifice » et autres « réjouissances excessives »48. Leurs « airs » deviennent les signes de leur légèreté et de leur superficialité. Pour se distinguer, les petits-maîtres utilisent volontiers la mode qui devient un spectacle49, une performance. C’est peut-être la raison pour laquelle ce type semble particulièrement bien représenté au théâtre. Les petits-maîtres parisiens décrits par Lapeyre « s’appliquent à inventer des modes », à se « métamorphose[r] »50. Dans son récit de voyage évoquant son séjour à Paris au début de la Régence, J.-C. Nemeitz, né à Weimar et conseiller du prince de Waldeck, qualifie de « fantasque » et d’« absurde » l’attitude d’un étudiant qui « voulut se distinguer de tous les autres, par un équipage assez bizarre, ayant un juste-au-corps bleu et chamarré, la veste rouge, les culottes de velours vert et les bas noirs ; bref (…) bigarré comme un perroquet »51. Fictif ou réel, ce personnage évoque la flamboyance et l’excès, la mise en scène de soi des petits-maîtres, tel le bien nommé héros du Petit-maître de robe, Mr de Fatenville, qui « se donne en spectacle au public »52. Les « jeunes gens du bel air » de la Morlière, dans une sorte de mise en abyme, se comportent au théâtre comme s’ils étaient eux-mêmes l’objet de la pièce  :

  • 53 J. R. de La Morlière, Angola…, op. cit., p. 138-9.

Couchés immodestement, ils étalaient leurs charmes séducteurs, braquaient continuellement leur lorgnette, caressaient leurs jabots, badinaient avec un bouquet, sifflaient un air nouveau ; enfin […] attendaient le moment de l’endroit le plus intéressant pour traverser le théâtre […] et sortaient d’un air étourdi et affairé […] se montrer dans tous les autres spectacles et y commettre les mêmes indécences53.

  • 54 Génu Soalhat, Le Petit-maître Philosophe : ou Voyage et Aventure de Génu Soalhat, Londres, aux dépe (...)
  • 55 N. Boindin, Le Petit-Maître de Robe…, op. cit., scène 10.
  • 56 Ibid., p. 177.

11Dans ce processus, l’habit du guerrier est parfois détourné et devient un costume de scène. Le philosophe Génu-Soalhat de Mainvillers décrit son parcours de petit-maître dans ses pseudo-mémoires. Dans ce récit romancé, son double juvénile ne souhaite pas rejoindre son régiment après son passage au Séminaire de Chartres et n’épouse de l’idéal guerrier de l’aristocrate que l’habit. De retour à Paris, il préfère donc suivre « l’état plus aisé de petit-maître », dont « le plus grand devoir [consiste à avoir] une maîtresse, des habits galonnés et des bijoux, et de passer les moments dans les plaisirs »54. Quant au jeune de Fatenville, il abandonne son habit d’avocat pour celui d’un Officier de dragons55. Il cherche à attirer les regards et à provoquer le désir56. Le détournement de l’habit militaire aggrave le péché d’orgueil, puisque c’est ici le vêtement de la virilité guerrière qui est symboliquement touché et perverti par l’attribution d’une charge érotique normalement associée au féminin, puisque liée au désir de plaire.

  • 57 L. Boissy, Le Français…, op. cit., sc. 15.
  • 58 F.-L. Gauthier, Traité contre l’amour…, op. cit., p. 3.
  • 59 Frédéric Monneyron, La frivolité essentielle. Du vêtement et de la mode, Paris, Presses Universitai (...)
  • 60 Alain Montandon, « Modèles de comportement social », dans Pour une histoire des traités de savoir-v (...)
  • 61 Ibid., p. 435.

12Le vêtement et l’allure singulière semblent devenir des formes de distinction et des moyens d’affirmation de soi. Pour le petit-maître français de Londres, « il faut s’afficher soi-même, il faut se donner pour ce qu’on vaut : il faut avoir le courage de dire tout haut qu’on a de l’esprit, du cœur de la naissance, de la figure. Le monde ne vous estime qu’autant que vous vous prisez vous-même »57. Le jeu sur les apparences et le détournement de certains habits brouillent les informations données par l’habit sur le genre, l’état ou même l’âge, et déconcertent58. Mais alors que les critiques dénoncent la vacuité et la superficialité des petits-maîtres, ce personnage semble incarner une quête de valeurs plus individuelles et la recherche d’une identité en décalage avec le bon goût de l’époque. Il montre que l’habit, même s’il reste fortement défini par des normes collectives, peut aussi donner des indications sur le caractère d’un individu59. En investissant le style comme « mode d’identification qui permet l’affirmation de l’individualisme dans la réalisation d’un écart »60, le petit-maître annonce le dandy, « qui se pose en s’opposant »61 et fut également l’objet de vives critiques en son temps, mais dont l’idée d’un style personnel et singulier est progressivement adoptée par le collectif.

Critiques politiques et philosophiques du petit-maître « homme-femme »

  • 62 G.-F. Coyer, Bagatelles…, op. cit., p. 49.

13C’est peut-être avant tout par sa vanité, plus que par sa mise ou sa silhouette, que le petit-maître se fait femme et qu’il dérange. Les petits-maîtres, en revendiquant certains attributs du vestiaire féminin, déclenchent la peur d’une virilité perdue. Dans ses Bagatelles Morales, un recueil de pamphlets de style plutôt humoristique, l’abbé Coyer (1707-1782), personnage mondain à succès, suggère que l’équilibre entre les sexes équivaut à un système de vases communicants, et qu’« à mesure qu’un sexe s’affaiblit, l’autre prend des forces »62. Les propos tenus dans la « Lettre à un abbé sur l’Année Merveilleuse » sont encore plus explicites  :

  • 63 G.-F. Coyer, Découverte…, op. cit., p. 32.

L’homme est devenu coquet, la minutie l’amuse, la minauderie lui est devenue naturelle, la tracasserie et le caprice le gagnent, il est amoureux de sa figure, il dérobe à la Femme toutes ses grâces : il a perdu cet esprit mâle, qui le distinguait de la Femme ; il parle beaucoup, il pense peu, il se laisse dominer, il a perdu sa vigueur, ses Enfants sont faibles et débiles ; il ne serait plus reconnu par ses Pères63.

  • 64 Vern L. Bullough, Homosexuality: A History, New York, First Meridian Printing, 1979, p. 132.
  • 65 Nicole Pellegrin, « Le genre et l’habit. Figures du transvestisme féminin sous l’Ancien Régime », C (...)
  • 66 Arlette Farge, « Virilités populaires », dans Histoire de la virilité. L’invention de la virilité d (...)
  • 67 B. A. Dunker, Costumes des mœurs…, op. cit., chapitre 175.

14Ceux que l’abbé Coyer dénomme les « hommes-femmes », en pastichant les femmes et en inversant les rôles sexuels, commettent une faute grave en trahissant un idéal de comportement social. En effet, le jeu sur les codes du genre s’attaque à la formation identitaire des sexes et notamment à la hiérarchie qui la sous-tend64. Ainsi, l’intégration de composantes de la garde-robe féminine pour un homme est d’autant plus incompréhensible et inexcusable que c’est une remise en question de la supériorité inéquivoque de l’homme sur la femme65. En effet, permettre à une femme de dominer un homme sans vigueur est une représentation sociale qui, en ne respectant pas les hiérarchies établies entre les sexes, s’écarte de la norme hégémonique et équivaut à une menace de l’ordre social66. La hiérarchie des domaines d’intérêt doit refléter la hiérarchie des sexes et l’homme doit s’investir dans des occupations plus productives et moins futiles que le soin de son apparence et la parure. Parmi les illustrations du Tableau de Paris, se trouve la gravure « les Bijoux »67 : elle met en scène un jeune homme en robe de chambre admirant ses bijoux entreposés dans une armoire entrouverte, tandis que son valet remplit les poches de son habit de « tabatières de saison ». La légende stipule : « un magasin de bijoux tient lieu à nos petits-maîtres d’une bibliothèque choisie ; aussi ne les distingue-t-on plus que par leurs breloques. »

Fig. 1 : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 175, « Les Bijoux ».

Fig. 1 : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 175, « Les Bijoux ».

Estampe, 1 vol. (63 p.-96 est.) : eau-forte ; in-8. Duriez 1828, 1544.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-TF-13. Domaine public.

  • 68 F.-C. Gaudet, La Bibliothèque…, op.cit., p. 196-204.

15La bibliothèque, elle aussi détournée comme certains habits, est le reflet de l’existence superficielle et oisive du petit-maître, comme l’illustre également celle de l’abbé de Pouponville, composée entre autres de « l’Encyclopédie perruquière », du « Traité des perruques » ou des « Etrennes de 1759 », un ouvrage consacré aux « mouches garnies de brillants »68

  • 69 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, dans Œuvres Complètes, tome II, Paris, Alexandre Ho (...)
  • 70 Anonyme, Le Papillotage, ouvrage comique et moral, Rotterdam, chez E.V.D.W., 1767, p. 104 ; F.-C. G (...)
  • 71 Louis de Jaucourt, « Mollesse », dans L’Encyclopédie, tome X, Paris, chez Briasson, David, Le Breto (...)
  • 72 Claude-François Desportes, La Veuve Coquette, Utrecht, E. Neaulme, 1736, sc. 8. Aussi, « le chapeau (...)
  • 73 Ibid.., Acte I, sc. 1. Voir Georges Vigarello, Le Corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique(...)

16Si la mode et ses frivolités peuvent suffire aux femmes, l’homme est appelé à des tâches plus nobles censées traduire son pouvoir, qu’elles soient intellectuelles et nécessitant l’usage d’une bibliothèque, ou physiques, relevant de l’art de la guerre. La robe d’intérieur utilisée par le petits-maîtres des « bijoux » s’oppose à l’habit officiel de l’honnête homme, l’habit guerrier, voire l’habit de cour investi d’une fonction de représentation. Il renvoie de surcroit à la sphère domestique, traditionnellement liée à la femme69. Enfin, douillette et confortable, la robe de chambre évoque la « mollesse »70, attribut associé au sexe féminin. D’abord caractéristique du corps des nouveau-nés, le terme de mollesse est défini dans l’Encyclopédie comme « la délicatesse d’une vie efféminée, fille du luxe et de l’abondance »71. Comme les enfants, les petits-maîtres efféminés sont incapables de se tenir droit. Le chapeau de travers, les jeunes élégants se promènent « la main dans la ceinture, et une épaule plus haute que l’autre »72. Dans ces descriptions, les petits-maîtres semblent ainsi aller à l’encontre du principe de verticalité et de symétrie qui définit la silhouette aristocratique d’Ancien Régime73. L’évocation du corps sans vigueur et sans maintien des femmes soulève la crainte d’une transformation de l’homme en femme, comme évoqué dans les ouvrages de l’abbé Coyer, où les hommes douillets et de plus en plus sédentaires délaissent les activités physiques au profit des activités de salon.

  • 74 Anonyme, Satyre nouvelle sur les promenades du cours de la Reine, des Tuileries, et de la Porte Sai (...)
  • 75 B. A. Dunker, Costumes des mœurs…, op. cit., chapitre 254, « Le Joli ».

17Le parallèle est clairement établi entre effémination et dégénérescence de l’aristocratie dans de nombreuses satires, et la comparaison avec la figure virile du soldat s’impose rapidement. En 1699, l’auteur anonyme de la Satyre nouvelle sur les promenades du cours de la Reine, des Tuileries, et de la Porte Saint Bernard oppose la figure du petit maître « efféminé », attifé d’une « perruque blonde », fardé de rouge et de blanc, qui passe trop de temps à sa toilette, portant mouche et plein d’affectation, au « jeune chevalier », débraillé, « aussi brave soldat que son voisin est lâche ».74 Dans le Costumes des Mœurs, le chapitre « le joli » oppose deux estampes qui se répondent : la première représente « un guerrier du vieux temps, homme à large et forte poitrine, à la barbe rude et épaisse, aux bras charnus, à la jambe fortement tendue, [qui] contente son appétit, vide un outre de bon vin, et mange un bon jambon », la seconde, « un héros de nos jours, que les grâces ont caressé en le formant, qui exhale une odeur d’ambre, dont le sourire est doux, dont la jambe fine et légère, et les mains semblent créées, non pour les travaux de mars, mais pour les jeux de l’amour, suce délicatement une glace, prend un soupçon de liqueur, et ne connaît que des mets délicats. Sur lequel l’État peut-il compter ? »75

Fig. 2a et 2b : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 254, « Le Joli ».

Fig. 2a et 2b : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 254, « Le Joli ».

Estampe, 1 vol. (63 p.-96 est.) : eau-forte ; in-8. Duriez 1828, 1544.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-TF-13. Domaine public

  • 76 Ibid., chapitre 206.

18Dans un autre chapitre du même ouvrage, c’est la valeur militaire d’un jeune « successeur de Bayard » qui « arrange ses cheveux devant un miroir » qui est mise en doute en légende76.

Fig. 3 : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 206.

Fig. 3 : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 206.

Estampe, 1 vol. (63 p.-96 est.) : eau-forte ; in-8. Duriez 1828, 1544.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-TF-13. Domaine public

  • 77 Jean-Baptiste Moheau, Recherches et considérations sur la population de la France (1778), Paris, IN (...)

19Tout comme les personnages de Gaudet, le petit-maître est saisi dans une pose domestique, s’admirant à sa toilette. Le démographe Jean-Baptiste Moheau adopte quant à lui un point de vue politique pour parler de croissance démographique, et n’hésite pas à opposer « la force des anciens chevaliers » aux nouvelles « générations d’hommes amollis » et « dégénérés »77.

  • 78 Philippe Perrot, « Pour une généalogie de l’austérité des apparences », Communication, n° 46, 1987, (...)
  • 79 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 173.

20Avec la disparition des lois somptuaires, qui même si elles étaient peu efficaces, constituaient une forme de contrôle social, la consommation ostentatoire n’est plus régulée par le monarque, alors que la mode et le luxe demeurent l’incarnation des mécanismes sociaux de la représentation de la société de cour, l’un des instruments de la hiérarchisation distinctive des groupes. Les valeurs ancestrales de l’aristocratie semblent alors remplacées par la parade frivole des modes que permet la richesse78. Cette question renvoie au passage d’une société où les hommes qui entourent le souverain sont avant tout des guerriers et des chevaliers, à celle de « courtisans qui font à l’occasion la guerre »79. Un exemple de l’adultération du maintien militaire nous est donné par le comte de Vaublanc, petit noble de Saint-Domingue qui intègre l’École militaire de Paris de 1770 à 1774. Dans ses Mémoires, il témoigne de la vogue des « faux cheveux » et des « queues » parmi les officiers d’infanterie de son régiment, et dénonce le « mauvais goût » et le manque de naturel de ces coiffures :

  • 80 Vincent-Marie Viénot de Vaublanc (Comte), Mémoires de M. le comte de Vaublanc, Paris, Firmin Didot (...)

« Ils [les cheveux] formaient une grosse boucle, attachée avec des épingles noires, plaquée contre la tête, couverte de suif et de mauvaise poudre blanche. Les cheveux, relevés derrière la tête, au-dessus de la nuque du cou, dont ils tiraient la peau, formaient un gros catogan, cimenté aussi d’un amas de graisse et de poudre et attaché au milieu par une corde noire qui l’enveloppait »80.

  • 81 Brantôme ou Agrippa d’Aubigné, dans Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identit (...)
  • 82 L. de Jaucourt, « Mollesse », art. cit., p. 631.
  • 83 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Am (...)

21Au libertin débraillé et futile qui gangrène l’aristocratie s’oppose l’idéal viril du guerrier protecteur de sa nation. Même si cette angoisse d’un affaiblissement de la nation liée au brouillage des identités sexuelles dans le vêtement n’est pas neuve et a souvent fait l’objet de critiques morales et politiques81, elle s’exprime de façon nouvelle en opposant les corps efféminés des petits-maîtres à un physique masculin fort et ancré dans la nature. Le chevalier de Jaucourt attribue à la mollesse la perte du caractère viril de la nation, en évoquant une force originelle : « nous ne sommes point la race de ces robustes Gaulois qui s’étaient endurcis aux pénibles travaux de la campagne »82. Dans le contexte des Lumières, la perte des qualités innées et « naturelles » de l’homme est attribuée au caractère corrupteur du processus de civilisation et de domestication83.

  • 84 N. Elias, La société…, op. cit., p. 261.

22Les commentaires visent particulièrement l’éducation donnée à l’élite, dans une société de cour où représentation et théâtralisation de la vie sociale passent par un modelage du corps et des manières, selon les nouveaux principes de la civilité et de la grâce physique qui caractérisent la civilisation française dans l’Europe du XVIIIe siècle84. Ce faisant, l’adoption de cette nouvelle posture faite d’attitudes policées serait une cause d’affaiblissement, en livrant le jeune homme aux valeurs féminines de la coquetterie et en efféminant les corps, comme le déplore le médecin Dessessartz dans son traité de 1760 :

  • 85 Jean-Charles Dessessartz, Traité de l’éducation corporelle des enfants en bas âge, ou réflexions pr (...)

Pour qu’un jeune homme soit aimable aujourd’hui et de bonne compagnie, il faut qu’il soit aussi mignon dans sa taille qu’une jeune demoiselle : autrement il ne serait point son homme de condition. En un mot, la dépravation est portée si loin qu’on s’embarrasse peu de la force et de la santé : la beauté, la gentillesse, l’élégance dans la taille et des manières, voilà tout le mérite après lequel soupirent les jeunes gens, parce que c’est en général le seul qu’on exige d’eux85.

  • 86 Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, supplément, P (...)

23Ces critiques associées à cette vision médicale alarmiste s’inscrivent dans les théories de la « dégénérescence de l’espèce humaine »86 développées entre autres par Buffon. Dans ce contexte, les variations entre les individus et la faiblesse des jeunes, avenir de l’humanité, proviennent d’une dégénération d’une espèce originelle, et le mode de vie, tout comme l’éducation, doivent empêcher cet affaiblissement.

  • 87 A. Montandon, art. cit., p. 410-9.
  • 88 Jean-Claude Bologne, Histoire de la coquetterie masculine, Paris, Perrin, 2011, p. 224.
  • 89 J.-J. Rousseau, Émile…, op. cit., p. 217.
  • 90 Justus Van Effen, La Bagatelle, Paris, 1718, cité par F. Deloffre, Le Petit Maître…, op. cit., p. 3 (...)
  • 91 L. Boissy, Je ne sçai quoi, sc. 5, 42.
  • 92 V.-M.V. de Vaublanc, Mémoires…, op cit., p. 73.
  • 93 M. Lapeyre, Les Mœurs, p. 41.
  • 94 J.-J. Rousseau, Discours…, op. cit.

24La mode n’étant plus encadrée par le souverain et ses lois, la société civile prend progressivement le relai en fixant les normes vestimentaires et les règles de l’apparence par l’entremise des manuels d’éducation et de civilité. Ainsi, au modèle de l’idéal courtisan s’ajoute celui de « l’honnête homme » fondé sur une culture de la politesse qui se développe en dehors de l’univers curial et de ses contraintes propres. Consistant à être naturel, à fuir l’affectation et à renoncer à l’éclat au profit de la modestie, le comportement idéal de l’honnête homme en fait l’antithèse du petit-maître87. La mode, objet privilégié des satires visant l’aristocratie dégénérée, permet par extension la critique de l’ordre social qui l’entretient, notamment la société de cour qui caractérise l’ordre ancien. Au XVIIIe siècle, le processus de normalisation est du côté du courant rousseauiste et des partisans d’un retour à la nature88. Jean-Jacques Rousseau s’inquiète de l’affaiblissement masculin et propose dans son Émile ou de l’Éducation un programme fondé sur l’activité physique et la chasse permettant d’éviter « les dangereux dangers qui naissent de la mollesse »89. D’ailleurs, le Traité sur l'éducation corporelle des enfants en bas âge, précédemment cité, servit d’exemple à Rousseau pour composer son Émile. Cela se traduit par un abandon progressif de la parure et plus de sobriété dans le vêtement. Le petit-maître, parangon d’artifices, se situe aux antipodes de l’état naturel. Certains auteurs de théâtre tels que Van Effen ou Boissy nous rappellent qu’« on s’attache non seulement à négliger les grâces naturelles, on affecte encore à les déranger par ce qu’on appelle l’air Petit-Maître, dont la contagion s’est répandue presque sur toute la nation »90. Ou encore : « La nature jamais ne fit un petit maître. Le plus aimable est toujours apprêté ; Et c’est (…) Le Chef d’œuvre de l’Art et de la Vanité »91. Ainsi, le petit-maître reste le héraut d’un code de représentation lié au système de cour valorisant l’artifice et le faux. Le comte de Vaublanc décrit « la fureur de crêper, papilloter, mastiquer et poudrer les cheveux » des enfants et n’hésite pas à se gausser du sort de ces pratiques d’Ancien Régime : « il a fallu notre épouvantable Révolution pour entraîner tout cela dans la destruction générale, c’est la seule chose raisonnable qu’elle ait produite »92. Les abbés décriés par Lapeyre endossent les habits des petits-maîtres, « mettent de jolies manchettes et des anneaux aux doigts », portent « des habits de soie, et quelquefois une mouche auprès de la lèvre pour la rendre vermeille », mais ce n’est qu’« artifice »93 et une manière de cacher leur vraie nature de séducteurs et manipulateurs. Critiqué par les philosophes de L’Encyclopédie comme loin de la nature, le petit-maître est perçu comme le maître de l’artifice, alors même qu’avec l’essor de l’économie urbaine, le bouleversement de l’ordre ancien et la question de l’égalité deviennent des préoccupations majeures94.

Conclusion

25Le petit-maître, en adoptant certaines caractéristiques du vestiaire féminin et en s’affichant comme parangon des modes, fait l’objet de critiques morales et religieuses, car il brave l’interdit biblique du travestissement. L’accusation d’effémination ne renvoie alors pas à une identité sexuelle déviante, mais suggère que l’homme petit-maître est devenu le sexe faible, en s’appropriant certains attributs généralement associés au genre féminin, comme la coquetterie et l’amollissement. C’est un crime de lèse-majesté à son propre égard dont est coupable le petit-maître : les hommes se font femmes et perdent ainsi leur privilège de sexe dominant.

26De plus, ce mouvement se développe au moment même où le vêtement devient un marqueur de différentiation sexuelle plus soutenu, et où la mode et le culte de l’apparence échappent aux hommes comme sujet légitime d’intérêt, pour devenir une prérogative féminine qui aggrave la faute morale du petit-maître. Le jeu sur le genre de son habit semble subvertir la rigidification des codes du masculin et du féminin, et représenter un commentaire ironique sur l’accroissement de l’écart entre les sexes. Personnage libertin et narcissique, utilisant la mode pour se mettre en scène et se singulariser, il devient l’incarnation littéraire d’une certaine remise en question des codes de l’honnête homme.

27Enfin, au moment même où l’habit masculin commence à se figer, la parure du petit-maître est une dernière flambée du style de cour. En affichant une allure sexuellement ambigüe et en se posant à l’écart de la tendance à la polarisation sexuelle de la mode, il rend visible ce tournant, et cristallise les peurs sur l’affaiblissement moral et politique de l’aristocratie. Ainsi, le petit-maître, symbole de l’artifice, devient l’expression même de la perte de vitesse du système aristocratique de cour et le symbole d’une dégénérescence de l’élite d’Ancien Régime. Dans le contexte philosophique des Lumières, cette caricature s’oppose à une nouvelle construction d’un idéal masculin, fondé sur la stricte distinction des sexes et sur un retour à une authenticité soi-disant naturelle, exaltant force et virilité.

Haut de page

Notes

1 François-Charles Gaudet, La Bibliothèque des petits-maîtres ou Mémoires pour servir à l’histoire du bon ton et de l’extrêmement bonne compagnie, Paris, Au Palais Royal, chez La Petite Lolo, Marchande de Frivolités, 1761, préface. Cet ouvrage satirique, l’un des plus importants sur le sujet ainsi qu’en témoignent les nombreuses rééditions, souvent avec de fausses adresses pour éviter la censure, retrace la vie fictive de l’abbé de Pouponville, « perle des petits-maîtres », dont l’auteur inventorie la bibliothèque à sa mort.

2 François-Antoine Chevrier, Les Ridicules du siècle, Londres, i.e. Paris, Jacques François Mérigot, 1752, p. 29.

3 Le phénomène des petits-maîtres dure des années 1680 jusqu’à la Révolution environ.

4 Nicolas-Edme Restif de la Bretonne, « La Petite Toilette », Monument du costume physique et moral de la fin du XVIIIe siècle, Tome I, Londres, C. Dilly, 1790, tableau 14.

5 F.-C. Gaudet, La Bibliothèque…, op. cit., p. 2-3.

6 Frédéric Deloffre, « Introduction », Le Petit Maître Corrigé, Genève, Libraire Droz, 1955, p. 11-18.

7 Philippe Perrot, Le travail des apparences, Le corps féminin XVIIIe - XIXe siècles, Paris, Seuil, 1984, p. 56.

8 John Carl Flügel, The Psychology of Clothes, Londres, The Hogarth Press, 1930, Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire, trad. de l’anglais par Jean-Michel Denis, Paris, Aubier Montaigne, 1982, p. 102-111 ; Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe - XVIIIe siècle), Paris, Points, 2007, p. 43 ; Anne Hollander, Sex and Suit. The Evolution of Modern Dress, Londres & New York, Bloomsbury, 2018, 2e éd., p. 45-51.

9 Farid Chenoune, Des modes et des hommes, deux siècles d’élégance masculine, Paris, Flammarion, 1993, p. 10.

10 C’est la théorie développée par Randolph Trumbach, selon laquelle une minorité homosexuelle, avec pour acteur central, l’adule mâle efféminé, émerge à Londres à partir des années 1720, dans « London’s Sodomites : Homosexual Behavior and Western Culture in the 18th Century », Journal of Social History, n° 11, 1, 1977, p. 1-33. À Paris, on trouve des éléments de ce groupe d’homosexuels dans les travaux de Maurice Lever, Les Bûchers de Sodome : histoire des « infâmes », Paris, Fayard, 1985 et Michel Rey, « Police et sodomie à Paris au XVIIIe siècle : Du péché au désordre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 29, 1, 1982, p. 113-124.

11 En particulier l’ouvrage à succès de Jean-Baptiste de La Salle, Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne, Vannes, Imprimerie Galles, 1788 et celui de François-Louis Gauthier, Traité contre l’amour des parures et le luxe des habits, Paris, chez Augustin-Martin Lottin, 1779.

12 Frédéric Deloffre note la présence du petit-maître dans près de 58 pièces entre 1685 et 1787. La plupart des pièces consacrées à ce sujet sont cependant antérieures à 1770. La plupart de ces comédies ont été jouées au Théâtre Français ou lorsqu’il s’agit de pièces ou divertissements plus courts, tels que Les Petits-Maîtres de Lesage (1712), représentés lors de foires. Cf. F. Deloffre, Le Petit Maître…, op. cit., p. 44-88.

13 Voir les satires de l’abbé Gabriel-François Coyer, Bagatelles morales, l’année merveilleuse, nouvelle édition, Londres & se trouvent à Paris, chez la Veuve Duchesne, 1769 et Découverte de la Pierre Philosophale, l’Année Merveilleuse avec un supplément, Paris, A. Pégu, 1748.

14 Balthasar Anton Dunker, Costumes des mœurs et de l’esprit français avant la grande révolution, à la fin du XVIIIe siècle, pouvant servir d’appendice au Tableau de Paris, de Louis-Sébastien Mercier, Lyon, 1791.

15 F.-A. Chevrier, Les Ridicules…, op. cit., p. 29.

16 A. Hollander, Sex and Suit…, op. cit., p. 45. « Il y a déjà longtemps qu’on n’a rien changé à l’essentiel de l’habit complet François. Les modes s’exercent seulement sur les accessoires, comme sur les boutons, les parements, les pattes, la taille, les plis, &c. Les boutons gros, petits, plats, élevés » dans François-Alexandre-Pierre de Garsault, Art du tailleur : contenant le tailleur d'habits d'hommes, les culottes de peau, le tailleur de corps de femmes, enfants, la couturière, la marchande de modes, Paris, chez Saillant & Nyon et chez Desaint, 1769, p. 31.

17 Aurore Pierre, « Du pourpoint au justaucorps. La silhouette masculine aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans La mécanique des dessous. Une histoire indiscrète de la silhouette, sous la direction de Denis Bruna, Paris, Les Arts Décoratifs, 2013, p. 106.

18 D. Roche, La culture des apparences…, op. cit., p. 39-44.

19 Ibid., p. 436.

20 Pierre Rousseau, L’année merveilleuse, Paris, chez Cailleau, 1748, p. 2. Les nonpareilles sont des rubans très étroits.

21 Anonyme, Vengeance des Femmes contre les Hommes. Satyre Nouvelle contre les petits-maîtres et les vieillards amoureux, Lille, Vanackère, 1704, p. 51 ; Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Editions Champ Vallon, 2008, p. 268-274.

22 Louis de Boissy, Le Français à Londres, Paris, chez les Frères Barbou, 1727, sc. 15 ; Louis de Boissy, Le Je ne sçai quoy, Paris, chez Pierre Prault, 1731, sc. 6. La pièce met un scène un Arlequin qui se moque de la démarche du petit-maître en la mimant.

23 F. Deloffre, Le Petit Maître…, op. cit., p. 89.

24 J.-B. La Salle, Règles de bienséance…, op. cit., p. 33-9.

25 Yvonne Deslandres, Le costume, image de l’homme, Paris, Albin Michel, 1976, p. 241-8.

26 Mentionné dans Alban Cras, La Symbolique du vêtement dans la Bible – Pour une théologie du vêtement, Paris, Les Editions du Cerf, 2011, p. 31.

27 Valerie Steele (éd.), A queer history of fashion: from the closet to the catwalk, New Haven, Yale University Press in association with the Fashion Institute of Technology New York, 2013, p. 12-14 ; Christopher Breward, « Masculine Pleasures: Metropolitan Identities and the Commercial Sites of Dandyism, 1790–1840 », The London Journal, n° 28, 1, 2003, p. 60-72.

28 James Eli Adams, Dandies and Desert Saints. Styles of Victorian Manhood, Ithaca & London, Cornell University Press, 1995, p. 109.

29 Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, p. 94. Voir aussi sur les lieux de sociabilité des homosexuels parisiens, Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe - milieu XIXe siècle, thèse de doctorat, Université Paris-Diderot - Paris VII, 2009, p. 97-109.

30 Randolph Trumbach, Sex and the gender revolution. 1. Heterosexuality and the third gender in Enlightenment London, Chicago, University Chicago Press, 1998, p. 49-68.

31 J.-B. La Salle, Règles de bienséance…, op. cit., p. 79.

32 Ibid., p. 132.

33 Joachim-Christoph Nemeitz, Séjour de Paris, c’est-à-dire instructions fidèles, pour les voyageurs de condition, Leide, J. Van Abcoude, 1727, p. 84.

34 F.-L. Gauthier, Traité contre l’amour…, op. cit., p. 33-61.

35 Ibid., p. 47.

36 Ibid., p. 1-28.

37 Rémy G. Saisselin, « De l’Honnête Homme au Dandy – ou d’une esthétique de l’imitation à une esthétique de l’expression », dans Alain Montandon (éd.), L’honnête homme et le dandy, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1993, p. 14.

38 Jean d’Alembert et Denis Diderot, « Petit-Maître », dans L’Encyclopédie, 1ere éd., tome XII, Paris, chez Briasson, David, Le Breton et Durand, 1751, p. 465.

39 M. Lapeyre, Les Mœurs de Paris, « Des Petits-maîtres », Amsterdam, G. Castel, 1747, p. 67.

40 Jacques Rochette de La Morlière, Angola, histoire indienne, Ouvrage sans vraisemblance, A Agra, i.e. Paris, 1746, p. 79-80.

41 Armand-Louis de Gontaut Biron, Mémoires du duc de Lauzun, 2e éd. préfacée par Louis Lacour, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1858 ; Giacomo Casanova de Seingalt, Mémoires, Paris, Éditions Baudelaire, 1967.

42 A.-L. De Gontaut Biron, Mémoires…, op. cit., p. 85.

43 J. R. de La Morlière, Angola…, op. cit., p. 20.

44 Madeleine de Scudéry, Nouvelles conversations de morale, tome II, Paris, chez la Veuve de Sébastien Mabre-Cramoisy, 1688.

45 Louis de Jaucourt, « Coquetterie, Galanterie », dans L’Encyclopédie, tome XVII, Paris, chez Briasson, David, Le Breton et Durand, 1765, p. 766.

46 F.-C. Gaudet, La Bibliothèque…, op. cit., p. 179.

47 Ibid., p. 194-195.

48 J. R. de La Morlière, Angola…, op. cit., p. 21, p. 80 et p.144.

49 Ibid., p. 21.

50 M. Lapeyre, Les Mœurs…, op. cit., p. 63-4.

51 J.-C. Nemeitz, Séjour de Paris…, op. cit., p. 78-79.

52 Nicolas Boindin, Le Petit-Maître de Robe, dans Quatre Comédies, Paris, Société des Textes Français Modernes, 1997, p. 228.

53 J. R. de La Morlière, Angola…, op. cit., p. 138-9.

54 Génu Soalhat, Le Petit-maître Philosophe : ou Voyage et Aventure de Génu Soalhat, Londres, aux dépens de la Compagnie, 1752, p. 55.

55 N. Boindin, Le Petit-Maître de Robe…, op. cit., scène 10.

56 Ibid., p. 177.

57 L. Boissy, Le Français…, op. cit., sc. 15.

58 F.-L. Gauthier, Traité contre l’amour…, op. cit., p. 3.

59 Frédéric Monneyron, La frivolité essentielle. Du vêtement et de la mode, Paris, Presses Universitaires de France, 2008, p. 30-43.

60 Alain Montandon, « Modèles de comportement social », dans Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, sous la direction d’Alain Montandon, Paris, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1994, p. 453.

61 Ibid., p. 435.

62 G.-F. Coyer, Bagatelles…, op. cit., p. 49.

63 G.-F. Coyer, Découverte…, op. cit., p. 32.

64 Vern L. Bullough, Homosexuality: A History, New York, First Meridian Printing, 1979, p. 132.

65 Nicole Pellegrin, « Le genre et l’habit. Figures du transvestisme féminin sous l’Ancien Régime », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 10 (1999). http://journals.openedition.org/clio/252 [date de consultation 18/03/2019], p. 6.

66 Arlette Farge, « Virilités populaires », dans Histoire de la virilité. L’invention de la virilité de l’Antiquité aux Lumières, tome 1, sous la direction de Georges Vigarello, Paris, Seuil, 2011, p. 449.

67 B. A. Dunker, Costumes des mœurs…, op. cit., chapitre 175.

68 F.-C. Gaudet, La Bibliothèque…, op.cit., p. 196-204.

69 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, dans Œuvres Complètes, tome II, Paris, Alexandre Houssiaud, 1864, livre IV, p. 61.

70 Anonyme, Le Papillotage, ouvrage comique et moral, Rotterdam, chez E.V.D.W., 1767, p. 104 ; F.-C. Gaudet, La Bibliothèqueop.cit., p. 91. La mollesse est aussi attribuée à l’homosexualité passive, selon David M. Halperin, One Hundred Years of Homosexuality, New York, Routledge, 1990, p. 22-24.

71 Louis de Jaucourt, « Mollesse », dans L’Encyclopédie, tome X, Paris, chez Briasson, David, Le Breton et Durand, 1765, p. 631.

72 Claude-François Desportes, La Veuve Coquette, Utrecht, E. Neaulme, 1736, sc. 8. Aussi, « le chapeau couvre l’œil et ne laisse voir que la moitié de l’autre », dans Néricault Destouches, L’Obstacle imprévu ou l’Obstacle sans obstacle, Paris, F. Le Breton, 1718, Acte I, sc. 1.

73 Ibid.., Acte I, sc. 1. Voir Georges Vigarello, Le Corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Editions du Félin, 2018, p. 49-53.

74 Anonyme, Satyre nouvelle sur les promenades du cours de la Reine, des Tuileries, et de la Porte Saint Bernard, Paris, chez Florentin et Pierre Delaune, 1699, p. 19.

75 B. A. Dunker, Costumes des mœurs…, op. cit., chapitre 254, « Le Joli ».

76 Ibid., chapitre 206.

77 Jean-Baptiste Moheau, Recherches et considérations sur la population de la France (1778), Paris, INED-PUF, 1994, p. 122. On retrouve le même thème d’une virilité guerrière perdue dans la conclusion de La Vengeance des Femmes…, op. cit.

78 Philippe Perrot, « Pour une généalogie de l’austérité des apparences », Communication, n° 46, 1987, p. 169.

79 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 173.

80 Vincent-Marie Viénot de Vaublanc (Comte), Mémoires de M. le comte de Vaublanc, Paris, Firmin Didot Frères, 1857, p. 70-71.

81 Brantôme ou Agrippa d’Aubigné, dans Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance », Apparence(s), 4, 2012.

82 L. de Jaucourt, « Mollesse », art. cit., p. 631.

83 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1755, p. 25.

84 N. Elias, La société…, op. cit., p. 261.

85 Jean-Charles Dessessartz, Traité de l’éducation corporelle des enfants en bas âge, ou réflexions pratiques sur les moyens de procurer une meilleure constitution aux Citoyens, Paris, J.-T. Hérissant, 1760, p. 150.

86 Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, supplément, Paris, imp. Royale, T. V, 1778, p. 27.

87 A. Montandon, art. cit., p. 410-9.

88 Jean-Claude Bologne, Histoire de la coquetterie masculine, Paris, Perrin, 2011, p. 224.

89 J.-J. Rousseau, Émile…, op. cit., p. 217.

90 Justus Van Effen, La Bagatelle, Paris, 1718, cité par F. Deloffre, Le Petit Maître…, op. cit., p. 31.

91 L. Boissy, Je ne sçai quoi, sc. 5, 42.

92 V.-M.V. de Vaublanc, Mémoires…, op cit., p. 73.

93 M. Lapeyre, Les Mœurs, p. 41.

94 J.-J. Rousseau, Discours…, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 175, « Les Bijoux ».
Légende Estampe, 1 vol. (63 p.-96 est.) : eau-forte ; in-8. Duriez 1828, 1544.
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-TF-13. Domaine public.
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Fig. 2a et 2b : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 254, « Le Joli ».
Légende Estampe, 1 vol. (63 p.-96 est.) : eau-forte ; in-8. Duriez 1828, 1544.
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-TF-13. Domaine public
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Fig. 3 : Costumes des moeurs et de l'esprit françois avant la grande révolution à la fin du dix-huitième siècle. Balthasar Anton Dunker / en XCVI planches gravées en carricature par un habile maître ; pouvant servir d'appendice au Tableau de Paris [de Louis-Sébastien Mercier], Lyon : 1791, chapitre 206.
Légende Estampe, 1 vol. (63 p.-96 est.) : eau-forte ; in-8. Duriez 1828, 1544.
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-TF-13. Domaine public
URL http://journals.openedition.org/apparences/docannexe/image/4225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albane Forestier, « La figure du petit-maître est-elle subversive ? »Apparence(s) [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/4225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.4225

Haut de page

Auteur

Albane Forestier

Albane Forestier est directrice académique d’IFA Paris sur la transition écologique. albane.forestier[at]ifa-edu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search