Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12La mode à tout prix ? Les conditi...

La mode à tout prix ? Les conditions de production vestimentaire à Berlin autour de 1900

Philipp Jonke

Résumés

À la fin du XIXe siècle, Berlin s’impose en tant que capitale d’une mode industrielle abordable, fabriquée et consommée dans la capitale allemande. La confection sérielle de ces nouveautés repose sur le travail d’une main-d’œuvre féminine employée à la pièce en fonction des besoins de la saison. La confection des modes à Berlin dépend alors d’une organisation de la production qui pose la question sociale. Les écrits économiques et grand public de l’époque peuvent alors se lire comme une confrontation de l’organisation de la production avec la question sociale qui, tout en reconnaissant le dénuement des ouvrières, voit dans la production à domicile avant tout une nécessité pour la mode.

mode, Berlin, production vestimentaire, condition ouvrière, question sociale, confection sérielle

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rosmarie Beier-de Haan, « Die Entwicklung der Berliner Bekleidungsindustrie », dans Gründerzeit 184 (...)
  • 2 Pour l’histoire des grands magasins, voir Siegfried Gerlach, Das Warenhaus in Deutschland. Seine En (...)
  • 3 Paul Lerner, The Consuming Temple. Jews, Department Stores, and the Consumer Revolution in Germany, (...)
  • 4 Friedrich-Wilhelm Döring, Vom Konfektionsgewerbe zur Bekleidungsindustrie. Zur Geschichte der Techn (...)

1Alors qu’au tournant du XXe siècle Berlin abrite de nombreuses enseignes qui proposent une offre abordable de vêtements à la mode, différents textes décrivent l’organisation de la production dans ce secteur majeur de l’industrie allemande, en adoptant un point de vue critique face aux conditions de production. Au XIXe siècle, la confection sérielle de vêtements en tailles standardisées et la grande distribution ont connu leur essor à Berlin. Dès les années 1830, plusieurs magasins spécialisés dans la vente de tissus, puis dans la vente de vêtements confectionnés, s’y implantent et y proposent une offre de nouveautés à un nombre croissant de clients. Parmi ces magasins, on retrouve les noms des enseignes Valentin Manheimer, Herrmann Gerson, Rudolph Hertzog, Nathan Israel et Heinrich Jordan1. À la fin des années 1880, les grands magasins berlinois tels que A. Wertheim, Hermann Tietz ou encore A. Jandorf & Co. contribuent à diversifier l’origine sociale des consommateurs de mode2. L’offre vestimentaire abordable de ces « temples de la consommation »3 repose sur la production vestimentaire sérielle selon des tailles standardisées. Or, l’accès d’un nombre croissant de consommateurs à la mode n’est possible qu’à la condition de produire à moindre coût. Les producteurs berlinois y parviennent en répartissant les tâches de couture auprès de multiples couturières de Berlin et de sa périphérie, payées à la pièce, c’est-à-dire en fonction des fluctuations de la demande. Cette organisation qui constitue la règle dans la production vestimentaire berlinoise4 est appelée le Verlag, un terme qui signifie littéralement un déplacement à un autre endroit.

  • 5 Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian, « ‘‘Je t’aime, moi non plus’’ – Compte-rendu du colloque "É (...)

2Le présent article aborde la tension entre l’organisation de la production et les conditions de la main-d’œuvre employée, une main-d’œuvre le plus souvent féminine. Cette opposition a lieu avant tout au niveau de la mode, puisque les producteurs berlinois distinguent deux segments. Le premier fabrique des vêtements qui ne sont pas soumis aux aléas de la mode au niveau de la coupe et de la couleur et qui sont appelés « Stapelware » parce qu’on disposait les marchandises en piles. Ces vêtements peuvent être produits en continu toute l’année. Le second concerne uniquement la fabrication de marchandises à la mode (« Modenware ») et s’organise en suivant les cycles de la saison et en recourant principalement au Verlag. Notre étude vise donc en premier lieu à apporter des éléments sur la question de la production textile et vestimentaire européenne en interrogeant spécifiquement la production de la mode et son organisation à Berlin, la capitale européenne de vêtements à la mode fabriqués en série à la fin du XIXe siècle5.

  • 6 Il ne reste que peu de sources sur ce secteur, la plupart étant des études sociales et économiques (...)
  • 7 Hans Grandke, « Berliner Kleiderkonfektion », Schriften des Vereins für Socialpolitik, n° 85, 1899, (...)
  • 8 Gertrud Dyhrenfurth, « Die weibliche Heimarbeit », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, n (...)
  • 9 Moritz Loeb, Berliner Konfektion, Berlin, Seemann, 1906.

3L’article se concentrera sur trois écrits de nature différente – une contribution à une revue économique s’adressant à des économistes et politiciens, un discours lors d’un congrès protestant et un écrit destiné au grand public – qui analysent et commentent la production vestimentaire berlinoise à la fin du XIXe siècle6. En 1899, Hans Grandke publie une étude détaillée sur la confection et le travail à domicile pour la revue économique Schriften des Vereins für Socialpolitik, une revue dont l’ambition est de publier des articles économiques proposant des solutions aux problèmes socio-économiques de l’Allemagne sans s’inscrire ni dans la pensée libérale, ni dans la pensée socialiste de l’époque. Il y cherche à décrire l’organisation de la production et la condition ouvrière en s’appuyant, selon ses indications, sur une enquête personnelle et des entretiens avec les producteurs et les ouvrières7. Le travail d’une économiste qui a mené de nombreuses études empiriques sur la condition des femmes dans la production vestimentaire, Gertrud Dyhrenfurth, complète les descriptions de Grandke et permet de saisir un autre point de vue, la perspective sociale-chrétienne. De fait, Dyhrenfurth publie son discours sur le travail féminin à domicile tenu devant le congrès social-protestant de Breslau en 19048. Enfin, l’ouvrage de Moritz Loeb illustre le discours sur les conditions de production et l’intérêt porté à ce sujet par le lectorat berlinois, puisqu’il publie Berliner Konfektion dans la collection des Großstadt-Dokumente, une série de monographies consacrées aux réalités les plus importantes de la capitale allemande9.

  • 10 Ces deux discours se retrouvent dans la plupart des cas de sous-traitance, voir Manuela Martini, Li (...)

4Il s’agira d’étudier le propos tenu dans ces textes lorsqu’ils décrivent l’organisation de la production et qu’ils expliquent la nécessité de recourir à une main-d’œuvre travaillant à domicile tout en soulevant la question de la condition sociale des ouvrières, illustrée par l’impossibilité de vivre de leur travail. La comparaison de ces trois publications permettra à la fois de montrer que le recours à une main-d’œuvre à domicile est une organisation nécessaire pour répondre aux changements des modes, mais que la condition ouvrière soulève des enjeux sociaux que l’on cherche à exposer au lectorat berlinois10. De cette tension naît une critique sociale du secteur qui s’illustre dans un discours moral où l’on montre que les rémunérations à la pièce perçues par les ouvrières ne permettent pas de se loger et de se nourrir.

1. La confection berlinoise

  • 11 H. Grandke, art. cit., p. 132; R. Beier-de Haan, art. cit., p. 288.
  • 12 Brunhilde Dähn, Berlin Hausvogteiplatz. 100 Jahre am Laufsteg der Mode, Göttingen, Musterschmidt Ve (...)
  • 13 H. Grandke, art. cit., p. 317.
  • 14 Ibid., p. 164.
  • 15 Ici, Grandke pense sans doute aux magasins de confection qui possèdent des ateliers de couture en p (...)

5Des années 1820 à la veille de la Première Guerre mondiale, le secteur de la confection berlinoise diversifie les marchandises fabriquées en série. Si dans les années 1820-1830, il profite de la mode des châles pour vendre les premières marchandises sérielles11, il s’oriente dès les années 1860 vers la confection de manteaux, objets qui lui valent son excellente réputation auprès des acheteurs internationaux et de la clientèle berlinoise12. Autour de 1900, la production sérielle fournit alors aussi des costumes et des robes, couvrant à partir de ce moment-là les principales pièces du vestiaire féminin. Pour Grandke, cette extension se fait en parallèle d’une tendance croissante à acheter des vêtements fabriqués en série13. Il distingue de plus différentes formes d’organisation de la production en fonction de la qualité de la marchandise14. Il précise que les vêtements de très bonne qualité, le plus souvent destinés à une clientèle fortunée, sont confectionnés par une unique couturière ou en atelier de manière à ce que toute la réalisation de la marchandise puisse être supervisée15. En revanche, pour toute la gamme moyenne, la confection a recours à des formes mixtes qui allient le travail en atelier à celui de plusieurs ouvrières à domicile. Enfin, pour les vêtements de moindre qualité, on mobilise principalement la main d’œuvre féminine à domicile. Pour cette gamme de vêtements, l’entrepreneur qui coordonne la production de plusieurs vêtements, c’est-à-dire le confectionneur, a recourt au Verlagssystem, il fait donc appel à un marchand-fabricant, lui fournit le tissu et attend qu’il répartisse le travail de couture entre ses couturières, puisqu’il rapporte le vêtement assemblé.

  • 16 Erwin Wittkowski, Die Berliner Damenkonfektion, Leipzig, Gloeckner, p. 8 : « Die Mode ist der primä (...)

6Or, le confectionneur ne choisit pas uniquement un processus de fabrication en fonction de la qualité visée puisqu’il tient également compte des risques encourus lorsqu’il propose un nouveau modèle susceptible d’être à la mode. Dans sa thèse de doctorat publiée en 1928, Erwin Wittkowski revient encore sur les facteurs qui déterminent l’organisation de la confection à la fin du XIXe siècle, citant trois éléments majeurs : les changements de saison qui font passer du chaud au froid et appellent d’autres coupes ou matières, les conditions météorologiques imprévisibles et la mode. Alors qu’il reconnaît le caractère contraignant des deux premiers facteurs, il donne à la mode une place primordiale puisqu’elle « est le premier facteur déterminant, qui contraint les entreprises de la confection à une production qui s’appuie sur le Verlag »16. Un tel constat s’explique par le risque encouru par tout fabricant de vêtements qui propose une nouveauté en début de saison. Le choix du tissu, du motif et du patron repose sur une spéculation qui est là pour deviner ce qui se porte au début d’une nouvelle saison.

  • 17 H. Grandke, art. cit., p. 145.
  • 18 Ibid.

7Si l’on suit les indications de Grandke, cette spéculation a lieu un à deux mois avant la présentation des nouveautés aux acheteurs internationaux et nationaux, c’est-à-dire de janvier à début février pour la saison de printemps et d’été et de mai à début juin pour la saison d’automne et d’hiver17. De plus, le rythme de la production varie puisqu’il s’agit de fournir un grand nombre de nouveautés réussies en début de saison lorsque les magasins mettent en vente les créations, en mars pour les modes printanières, en septembre pour celles de l’automne et de l’hiver18. Le confectionneur doit également limiter les frais supplémentaires durant les mortes saisons dans l’année, s’élevant à environ trois à quatre mois de très faible production. Le confectionneur répond à ce besoin de souplesse dans l’organisation par l’emploi d’un nombre extrêmement variable d’ouvrières à domicile.

  • 19 Au début du XXe siècle, deux expositions majeures visaient à sensibiliser les Berlinois aux conditi (...)

8Les auteurs étudiés mettent en lumière non seulement ce type d’organisation mais aussi ses conséquences sociales. En Allemagne, à la fin du XIXe siècle, de nombreux textes et événements publics telles que les expositions abordent la condition ouvrière dans la confection19. Alors que tous s’accordent à reconnaître l’efficacité du système de production, ils procèdent également à une remise en question de ce modèle en posant explicitement la question sociale.

2. La question sociale et l’éthique du confectionneur

  • 20 H. Grandke, art. cit., p. 238. À titre indicatif, on signalera qu’Ashok Desai estime que le salaire (...)

9L’ajustement du travail donné à la main-d’œuvre à domicile en fonction des cycles de la mode nuit à la condition ouvrière en entraînant d’importantes fluctuations de la rémunération. Là où la découpe des patrons et le repassage constituent des exceptions, la plupart des travaux de couture sont rémunérés à la pièce. Le rythme de la mode entraîne ainsi à la fois une charge de travail variable – allant d’une intensité extrême à l’absence presque totale de travail – et une rémunération incertaine. Les hautes saisons entre fin février et mars, puis entre fin août et septembre donnent lieu à une activité dense rémunérée décemment alors que les mortes saisons amènent un moment de dénuement où la rémunération pour les quelques marchandises fabriquées suffit à peine à couvrir les besoins vitaux. Hans Grandke donne à titre indicatif quelques chiffres pour les ouvrières à domicile berlinoises. Pour la fabrication de pantalons et de vestes, il indique un salaire hebdomadaire moyen en rapport aux différents cycles de la mode. Durant la haute saison, l’ouvrière peut espérer un revenu de 11,1 marks par semaine alors que, pour une activité moyenne, elle ne gagne que 6,72 marks et enfin seulement 3,39 marks durant la morte saison20. Cette chute des rémunérations illustre la manière dont les confectionneurs font peser les aléas de la mode sur une main d’œuvre recrutée pour quelques semaines, la laissant livrée à elle-même dès lors qu’ils n’ont plus besoin d’elle.

  • 21 Karin Hausen, « Technischer Fortschritt und Frauenarbeit im 19. Jahrhundert. Zur Sozialgeschichte d (...)
  • 22 H. Grandke, art. cit., p. 230. Sur cette grève, voir Rosmarie Beier, « Die gewerkschaftliche Organi (...)

10Hans Grandke analyse alors une des raisons pour lesquelles la situation ne saurait s’améliorer : l’impossibilité d’une action collective contre les confectionneurs. En effet, étant seules à domicile, elles ne peuvent pas agir ensemble lors de négociations pour une augmentation et d’une stabilisation des rémunérations. De plus, les ouvrières à domicile ne sont pas concernées par les réglementations sociales sur les cas de maladie, d’accident du travail et des retraites21. Grandke rappelle cependant la grève des ouvriers et ouvrières de la confection en 1896, événement qui constitue le point de départ de nombreuses discussions sur la condition ouvrière dans la production vestimentaire22. À l’issue de la conférence des tailleurs et des couturières de la confection (Konferenz der Konfektionsschneider- und Näherinnen) qui s’est tenue le 13 janvier 1895 à Berlin, les premières revendications se font entendre. L’accent est alors mis sur la nécessité d’imposer des accords tarifaires qui permettraient d’améliorer le sort de toutes les personnes employées par la confection.

  • 23 H. Grandke, art. cit., p. 367: « Die durch die wechselnde Mode erforderlichen Veränderungen sind mi (...)

11L’absence de réaction de la part des producteurs provoque une grève en 1896, qui oppose les confectionneurs, les marchands-fabricants et les ouvriers de la confection. Les négociations amènent l’établissement d’un accord pour la confection de vêtements masculins – que les producteurs ne respecteront pas – mais échouent lorsqu’il s’agit des vêtements de la mode féminine. Grandke s’attache alors à montrer que l’issue de ce conflit met au jour le lien intrinsèque entre la mode et la production, lien qui nécessite le maintien d’un système reposant sur l’exploitation de la main d’œuvre. Il reproduit ainsi l’esquisse d’un accord tarifaire établi par le syndicat des tailleurs et couturières (Gewerkschaft der Schneider und Schneiderinnen). À la fin de ce dernier figure en italique la précision suivante : « Les modifications imposées par le changement de la mode doivent faire l’objet d’une nouvelle négociation tarifaire avec les ouvriers et ouvrières à chaque début de saison »23. Grandke souligne à cet égard qu’il faudrait mettre en place une instance qui surveille ces réajustements tarifaires pour toutes les saisons. Il érige donc la mode en critère essentiel dans la confection de vêtements féminins.

  • 24 F.-W. Döring, Vom Konfektionsgewerbe…, op. cit., p. 92.
  • 25 H. Grandke, art. cit., p. 253.

12Là où le syndicat aspire encore à mettre en place des conditions sociales assurant les besoins vitaux des ouvrières, les confectionneurs réduisent encore les coûts de la production en privilégiant une main d’œuvre féminine qui n’est pas en mesure de s’organiser collectivement. Prétextant une qualification professionnelle moindre, les confectionneurs pratiquent encore une faible rémunération qu’ils justifient par ailleurs en la présentant comme un salaire d’appoint24. Pour maintenir ce niveau de rémunération, les confectionneurs comptent enfin avec la concurrence des épouses ou jeunes filles célibataires vivant chez leurs parents qui complètent les revenus du foyer ou se constituent une épargne modeste en exécutant quelques travaux de couture donnés par un marchand-fabricant. Pour saisir les différentes conditions des ouvrières, Grandke définit alors trois situations possibles : celle des jeunes filles hébergées dans le foyer familial, celle de la femme mariée et celle de la veuve ou de la célibataire25. La question sociale ne se pose qu’en partie dans les deux premiers cas, alors que le dernier donne lieu à une réflexion sur les conditions de vie et de survie de ces femmes qui alternent une période de travail continu et des moments d’inactivité, c’est-à-dire tantôt un salaire acceptable, tantôt le dénuement.

  • 26 Ibid., p. 241: « Die Werkstätten, in denen die allerelendsten Löhne und Werkstattverhältnisse vorko (...)
  • 27 La revue allemande spécialisée dans la confection et la grande distribution, Der Konfektionär, refl (...)

13Les conditions les plus difficiles échappent pourtant aux journalistes, économistes et sociologues qui pourraient les rendre publiques et nuire à la réputation du secteur de la confection. Grandke rappelle alors que « les ateliers où l’on trouve les rémunérations et les conditions les plus misérables évitent la sphère publique. […] Là, l’ouvrière est entièrement isolée »26. L’auteur déplore ici l’absence d’informations exhaustives qui révéleraient la nécessité d’imposer un cadre légal plus strict dans le travail à domicile. Il compte donc sur la pression qu’exercerait un lectorat informé de la situation sur les dirigeants politiques. À l’inverse, les confectionneurs craignent que la politique ne légifère sur le travail à domicile27 et cherchent également à garder leur clientèle, en maintenant une frontière absolue entre les espaces de consommation qui invitent à l’achat des dernières nouveautés et les lieux de labeur intense nécessaires à l’augmentation du nombre de marchandises vendues à petits prix.

  • 28 H. Grandke, art. cit., p. 363: « Das charakterisiert […] das persönliche und geschäftliche Niveau e (...)

14Dissimuler cet aspect de la production revient à contourner une critique sociale qui nuirait à l’image d’un entrepreneur éthique, et par conséquent à l’enseigne commanditaire. Or, le contributeur aux Schriften des Socialvereins affirme à la suite de ses études de terrain et de l’analyse de la grève de 1896 que « le niveau personnel et professionnel d’une grande partie des confectionneurs berlinois [est estimé] comme plus bas que celui qu’on attendrait et devrait exiger d’un entrepreneur honnête »28. La peur de la mauvaise presse pour un confectionneur sans scrupule renvoie à la nécessité de correspondre à des exigences morales attendues d’un entrepreneur. De fait, alors que les enseignes renommées et les confectionneurs de vêtements de qualité mettent en avant leurs ateliers sur mesure en parfait état, d’autres vont cacher la misère des ouvrières. Les études de la confection berlinoise décrivent alors ces deux facettes de l’industrie de la mode, l’une avec fascination, l’autre avec distance critique.

  • 29 M. Loeb, Berliner…, op. cit., p. 50.
  • 30 Ibid., p. 79: « Der gesamte Betrieb macht überhaupt einen echt fabrikmäßigen Eindruck, wie er in di (...)

15En 1906, l’étude rédigée par Moritz Loeb pour un vaste lectorat conjugue ces deux discours de manière exemplaire. Dans un premier temps, Loeb s’attache à décrire ce secteur en s’arrêtant principalement sur les producteurs de la Hausvogteiplatz, le quartier réputé de la capitale allemande où se concentrent le plus grand nombre de confectionneurs. Il reconnaît que tout ce quartier vit au rythme des accélérations et des ralentissements de la mode29. Les ateliers des confectionneurs impressionnent Loeb par leur organisation et contribuent, selon lui, au prestige de la capitale allemande. Or, la volonté de présenter l’industrie berlinoise sous toutes ses coutures pousse l’auteur à quitter la Hausvogtei, à s’éloigner du centre pour faire découvrir à ses lecteurs d’autres formes de production. Il narre alors son excursion : après un trajet en fiacre, il commente l’organisation d’un atelier différent de tous les lieux jusqu’alors présentés. Pour lui, « [t]out le fonctionnement donne de manière générale la forte impression d’être une fabrique, ce qui ne se retrouverait aucunement sous cette forme-là dans les locaux de la Hausvogteiplatz »30. En effet, pour l’auteur de Berliner Konfektion cette « fabrique » rappelle dans un premier temps une organisation rationalisée des tâches de la production en un seul espace. Loeb évoque les pièces consacrées à la découpe et au repassage, ainsi qu’une autre où 35 à 40 couturières ne cessent de piquer et de coudre tout au long de la journée. L’éventuelle critique des études de la confection se reflète dans ce passage principalement grâce aux descriptions des ouvrières, ici par la reprise presque automatique de gestes identiques, plus tard par l’exemple de la vie des ouvrières à domicile.

3. Production, ouvrières, prostitution

  • 31 G. Dyhrenfurth, art. cit., p. 21 : « Die weibliche Hausindustrielle ist die unselbständige Lohnarbe (...)
  • 32 Ibid., p. 25.
  • 33 Ibid., p. 28.

16Dans un discours sur le travail féminin à domicile tenu lors d’un congrès social-protestant à Breslau en 1904 et publié en 1905, Gertrud Dyhrenfurth définit l’ouvrière à domicile par la position précaire qu’elle occupe dans la production : « L’ouvrière à domicile est une travailleuse dépendante des grandes entreprises capitalistes, qui réalise des articles de masse en dehors de l’entreprise, dans son propre logement »31. Pour illustrer son propos, elle dépeint une situation individuelle marquante, celle d’une couturière de blouses qui, après le décès de son mari, doit subvenir par son seul travail aux besoins de ses quatre enfants. Alors même qu’elle consacre douze heures par jour à la fabrication de blouses, elle n’obtient que la maigre rémunération hebdomadaire de 4,5 marks32. Dépendante de son seul salaire, cette ouvrière vit dans la situation la plus fragile et ne saurait épargner en vue de la phase d’inactivité lors des mortes saisons. Dyhrenfurth rappelle alors que la misère pousse souvent les ouvrières les plus démunies à chercher des revenus supplémentaires « immoraux » (« unsittlich »)33, c’est-à-dire à se prostituer.

  • 34 M. Loeb, Berliner…, op. cit., p. 87.

17La plupart des auteurs rendent compte de moments où des ouvrières démunies sont réduites à la prostitution pour assurer leur survie, une situation que l’on retrouve également en France. En narrant des destins personnels, ils cherchent à appeler au sens moral des lecteurs en attirant l’attention sur les conditions de production. Ils associent une pratique socialement condamnée à la production vestimentaire. Ainsi, Loeb poursuit son déplacement dans la périphérie berlinoise pour décrire la situation de deux femmes couturières à domicile qui, la morte saison arrivée, ne peuvent plus vivre de la maigre rémunération à la pièce. La plus jeune se voit dans l’obligation de se prostituer pour payer son loyer34. L’auteur de l’étude cherche une solution à ce problème social. Dans la mesure où la saisonnalité de la mode impose ce rythme de production, Loeb voit dans le passage à la fabrique le seul remède envisageable. Cette solution fournirait à ces femmes au moins un lieu de travail séparé que l’on pourrait contrôler. Cependant, la proposition de Loeb se heurte à la rentabilité de la production à domicile pour limiter les risques de la mode, ce qui mène à une aporie qui maintient un fonctionnement moralement condamnable.

18Alors que Dyhrenfurth et Loeb emploient cet exemple pour formuler une critique des conditions de production, Grandke en fait un usage ambivalent. Alors que Grandke reconnaît lui-même que certaines ouvrières vendent leurs corps par nécessité, il avance également l’idée selon laquelle il s’agirait d’une activité poursuivie dans le but d’accéder à quelques nouveautés :

  • 35 H. Grandke, art. cit., p. 274: « Zu dieser Gelegenheitsprostitution, halb aus Überlegung, halb aus (...)

À cette prostitution occasionnelle, motivée tantôt par une réflexion, tantôt par un manque de sentiment moral et par nécessité, s’ajoute une recherche de plaisir grandissante, souvent réveillée par l’incitation injustifiée à s’acheter un nouveau vêtement dans lequel on peut se montrer, ou à participer à un plaisir quelconque etc.35

  • 36 Pour un approfondissement de ce stéréotype dans le contexte français, voir Patricia Tilburg, Workin (...)

19Selon Grandke, la confection berlinoise constitue un milieu qui corrompt les femmes et les pousse à enfreindre les règles morales36. Le désir suscité par le secteur de la mode fait donc lui-même l’objet d’une critique. En somme, l’exemple de la prostitution cristallise deux discours moraux sur la confection berlinoise : celui d’une situation plus ou moins précaire des ouvrières en fonction de la saison et celui du risque d’une tentation par la mode qui pousserait les ouvrières à vivre au-dessus de leurs moyens.

4. Conclusion

20À la fin du XIXe siècle, les vitrines et les comptoirs des grands magasins et maisons de confection berlinois exposent une multiplicité de nouvelles modes plus accessibles qu’auparavant, révélant une ouverture sociale de la mode et incarnant la consommation croissante. Or, les architectures monumentales, les expositions temporaires et les annonces de promotion dissimulent – sciemment sans doute – la réalité sociale des ouvrières de la production sérielle, nécessaire pour la fabrication rapide à faible coût de nouveautés à destination des classes moins aisées. Différents textes sur la confection berlinoise révèlent effectivement que le recours à une main-d’œuvre à domicile est le seul fonctionnement qui permette aux confectionneurs d’adapter le coût de la production et de limiter les dépenses lors des mortes saisons. Ce qui s’apparente à un ajustement donne lieu à une situation d’exploitation de la main d’œuvre payée à la pièce tant sur le point de l’intensité du travail avant une saison que de la faible rémunération en milieu et fin de saison. La critique de ces conditions, pourtant reconnues comme une nécessité pour les fabricants, se concentre le plus souvent sur une analyse des ouvrières démunies. En décrivant la misère qui les pousse à la prostitution, les textes appellent au sens moral des lecteurs économistes et politiciens pour Grandke, protestants pour Dyhrenfurth et enfin l’ensemble des Berlinois pour Loeb.

21Ces textes donnent donc à voir un aspect souvent ignoré par les consommateurs, une ignorance qui ne fait que croître avec la séparation de la production et de la distribution. Les documents étudiés posent donc la question sociale dans la mode en attirant l’attention sur l’indispensable prise en compte de toutes les sphères concernées par l’industrie de la mode. En somme, ils interrogent le lien entre la mode et la production vestimentaire, entre la consommation augmentée et les conséquences sociales pour celles et ceux qui produisent les marchandises. À l’échelle de Berlin, à la veille de la Grande Guerre, ils proposent une réflexion sur la morale dans la production de mode sans trouver ni réponses ni solutions à ce problème.

Haut de page

Notes

1 Rosmarie Beier-de Haan, « Die Entwicklung der Berliner Bekleidungsindustrie », dans Gründerzeit 1848-1871. Industrie & Lebensträume zwischen Vormärz und Kaiserreich, éd. par Deutsches Historisches Museum, U. Laufer et H. Ottomeyer, Dresden, Sandstein, 2008, p. 288-299, ici p. 290 ; Uwe Westphal, Berliner Konfektion und Mode 1836-1939. Die Zerstörung einer Tradition, Berlin, Hentrich, 1992 [1986], p. 14-15.

2 Pour l’histoire des grands magasins, voir Siegfried Gerlach, Das Warenhaus in Deutschland. Seine Entwicklung bis zum Ersten Weltkrieg in historisch-geographischer Sicht, Stuttgart, Steiner Verlag, 1988 ; Godela Weiss-Sussex et Ulrike Zitzlsperger (éd.), Das Berliner Warenhaus. Geschichte und Diskurse, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2013.

3 Paul Lerner, The Consuming Temple. Jews, Department Stores, and the Consumer Revolution in Germany, 1880-1940, Ithaca et London, Cornell University Press, 2015.

4 Friedrich-Wilhelm Döring, Vom Konfektionsgewerbe zur Bekleidungsindustrie. Zur Geschichte der Technisierung und Organisierung der Massenproduktion von Bekleidung, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1992, p. 75; Julia Schnaus, Kleidung zieht jeden an. Die deutsche Bekleidungsindustrie 1918 bis 1973, Berlin et Boston, De Gruyter, 2017, p. 31.

5 Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian, « ‘‘Je t’aime, moi non plus’’ – Compte-rendu du colloque "Échanges Franco-Allemands dans la Mode" », Regards croisés n° 6, 2016, p. 106-113.

6 Il ne reste que peu de sources sur ce secteur, la plupart étant des études sociales et économiques menées par des contemporains. Pour l’état des sources, on peut consulter Jochen Krengel, « Das Wachstum der Berliner Bekleidungsindustrie vor dem Ersten Weltkrieg », Jahrbuch für die Geschichte Mittel- und Ostdeutschlands, n° 27, 1978, p. 206-237, ici p. 207 et Julia Schnaus, Kleidung zieht jeden an…, op. cit., p. 13. Les trois études exploitées dans le présent article n’ont pas fait l’objet d’une traduction. Les traductions utilisées dans le présent article sont de l’auteur.

7 Hans Grandke, « Berliner Kleiderkonfektion », Schriften des Vereins für Socialpolitik, n° 85, 1899, p. 129-389, ici p. 129.

8 Gertrud Dyhrenfurth, « Die weibliche Heimarbeit », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, n° 29, 1905, p. 21-42.

9 Moritz Loeb, Berliner Konfektion, Berlin, Seemann, 1906.

10 Ces deux discours se retrouvent dans la plupart des cas de sous-traitance, voir Manuela Martini, Liliane Hilaire-Pérez et Giorgio Riello, « Practices of Fixed-Price Work : Trades, Techniques and Subcontracting in a Eurasian Perspective, Eighteenth to the Twentieth Century. An Introduction », Revue de synthèse, n° 140, 2019, p. 1-12, ici p. 2.

11 H. Grandke, art. cit., p. 132; R. Beier-de Haan, art. cit., p. 288.

12 Brunhilde Dähn, Berlin Hausvogteiplatz. 100 Jahre am Laufsteg der Mode, Göttingen, Musterschmidt Verlag, 1968, p. 53.

13 H. Grandke, art. cit., p. 317.

14 Ibid., p. 164.

15 Ici, Grandke pense sans doute aux magasins de confection qui possèdent des ateliers de couture en propre afin de satisfaire la clientèle de la haute société. Gesa Kessemeier rappelle à ce titre qu’un des magasins les plus réputés, Herrmann Gerson, dispose d’un atelier pour robes sur mesure dès 1869 : Gesa Kessemeier, Herrmann Gerson. Das erste Berliner Modekaufhaus, Berlin, Hentrich & Hentrich, 2016, p. 54.

16 Erwin Wittkowski, Die Berliner Damenkonfektion, Leipzig, Gloeckner, p. 8 : « Die Mode ist der primäre, ausschlaggebende Faktor, sie zwingt dem Konfektionsbetrieb die Verlagsproduktion auf ».

17 H. Grandke, art. cit., p. 145.

18 Ibid.

19 Au début du XXe siècle, deux expositions majeures visaient à sensibiliser les Berlinois aux conditions des ouvrières de la confection : « Deutsche Heimarbeiter-Ausstellung » en 1906 et « Die Frau in Haus und Beruf » en 1912. Pour une étude détaillée, voir Gudrun M. König, Konsumkultur. Inszenierte Warenwelt um 1900, Wien, Böhlau, 2009, p. 222 et p. 263.

20 H. Grandke, art. cit., p. 238. À titre indicatif, on signalera qu’Ashok Desai estime que le salaire moyen dans l’industrie, le transport et la distribution en 1900 s’élevait à 775 marks par an : Ashok Desai, Real Wages in Germany, Oxford, Clarendon Press, 1968, p. 112.

21 Karin Hausen, « Technischer Fortschritt und Frauenarbeit im 19. Jahrhundert. Zur Sozialgeschichte der Nähmaschine », Geschichte und Gesellschaft, n° 4.2, 1978, p. 148-169, ici p. 168.

22 H. Grandke, art. cit., p. 230. Sur cette grève, voir Rosmarie Beier, « Die gewerkschaftliche Organisation von Heimarbeiterinnen im deutschen Kaiserreich. “Geschlecht” und “Klasse” am Beispiel der Berliner Bekleidungsindustrie », Internationale wissenschaftliche Korrespondenz zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, n° 34/3, 1998, p. 423-425, ici p. 419 ; Eva Schöck-Quinteros, « Heimarbeiterschutz für “die Mütter des arbeitenden Volkes”. Deutschland 1896-1914 », L’homme, n° 9/2, 1998, p. 183-215, ici p. 183.

23 H. Grandke, art. cit., p. 367: « Die durch die wechselnde Mode erforderlichen Veränderungen sind mit den Arbeitern und Arbeiterinnen bei Beginn jeder Saison tarifmäßig zu vereinbaren » (souligné dans le texte).

24 F.-W. Döring, Vom Konfektionsgewerbe…, op. cit., p. 92.

25 H. Grandke, art. cit., p. 253.

26 Ibid., p. 241: « Die Werkstätten, in denen die allerelendsten Löhne und Werkstattverhältnisse vorkommen, entziehen sich der Öffentlichkeit. [...] Hier ist die einzelne Arbeiterin vollständig isoliert ».

27 La revue allemande spécialisée dans la confection et la grande distribution, Der Konfektionär, reflète l’inquiétude des confectionneurs face à l’instauration d’une réglementation de la production à domicile. Plusieurs articles de 1910 et 1911 alertent les secteurs sur les projets de loi, par exemple : Anon., « Das neue Hausarbeitsgesetz, eine schwere Belastung der deutschen Konfektions- und Textilindustrie », Der Konfektionär, n° 25.49, 08/12/1910, s.p. ; Anon., « Eine schwere Gefahr für die Konfektions- und Textilindustrie. Die Regierung für die Lohnämter in der Hausarbeit », Der Konfektionär, n°26.25S, 16/06/1911, s.p.

28 H. Grandke, art. cit., p. 363: « Das charakterisiert […] das persönliche und geschäftliche Niveau eines großen Teiles der Berliner Konfektionäre als niedriger, als man es von einem ehrenhaften Kaufmann erwarten und verlangen muss ».

29 M. Loeb, Berliner…, op. cit., p. 50.

30 Ibid., p. 79: « Der gesamte Betrieb macht überhaupt einen echt fabrikmäßigen Eindruck, wie er in dieser Form in den Geschäftsräumen am Hausvogteiplatz niemals zu finden ist ».

31 G. Dyhrenfurth, art. cit., p. 21 : « Die weibliche Hausindustrielle ist die unselbständige Lohnarbeiterin des kapitalistischen Großunternehmertums, die außerhalb des Betriebes in ihren eigenen Räumen Massenartikel verfertigt ».

32 Ibid., p. 25.

33 Ibid., p. 28.

34 M. Loeb, Berliner…, op. cit., p. 87.

35 H. Grandke, art. cit., p. 274: « Zu dieser Gelegenheitsprostitution, halb aus Überlegung, halb aus Mangel an sittlichem Gefühl und aus Not, kommt dann noch eine gelegentlich aufgärende Genußsucht, oft hervorgerufen durch geringfügige Veranlassung, ein neues Kleidungsstück, in dem man sich sehen lassen kann, die Gelegenheit an irgend einem Vergnügen teilzunehmen u.s.w. ».

36 Pour un approfondissement de ce stéréotype dans le contexte français, voir Patricia Tilburg, Working Girls. Sex, Taste, and Reform in the Parisian Garment Trades, 1880-1919, Oxford, Oxford University Press, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philipp Jonke, « La mode à tout prix ? Les conditions de production vestimentaire à Berlin autour de 1900 »Apparence(s) [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/apparences/4305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.4305

Haut de page

Auteur

Philipp Jonke

Philipp Jonke est membre l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités – IRHIM, UMR CNRS 5317

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search