Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Église Saint-Irénée

Responsable d’opération : Jean-François Reynaud
p. 217

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Les sondages réalisés en juin 2012 avaient pour but de préciser l’emplacement de la façade occidentale de l’église primitive et du bras nord du transept. Au nord de l’église (sondage 2), un mausolée entouré de tombes en coffre de dalles a précédé la grande basilique et a sans doute déterminé son orientation ; on peut donc considérer qu’il a abrité la tombe d’un personnage important, évêque ou martyr vénéré ensuite dans la basilique voisine (état 1). Un mur N-S et son retour vers l’est caractérisés par un mortier de tuileau constitueraient une partie des murs de l’angle NO du bras nord d’un transept assez étroit et long (environ 33 m/9 m) qui serait assez proche de celui de Saint-Just 2 (état 2A puis 2B). En façade (sondage 1), nous avons constaté que tous les vestiges avaient disparu, sans doute en 1825 lors des travaux effectués en avant de l’église : les sarcophages ont été déposés au musée ou le long du mur de clôture du parvis et les matériaux des murs ont été récupérés. Deux fosses de récupération des matériaux (murs fantômes) ainsi que des structures anciennes repérées dans la cave de la maison voisine au sud (sondage 4) et rue des Macchabées au nord (fouilles A. Audin) suggèrent une façade double, celle de l’église et celle d’un portique occidental ou d’un atrium ; le mur de façade aurait été construit en avant de nefs de 29/30 m de longueur sur 19 m de largeur (murs gouttereaux actuels) dont les dimensions seraient proches de celles de Saint-Laurent de Choulans (état 2B). La construction aurait donc commencé par l’est, peut-être à l’époque de l’évêque Patiens dès le troisième tiers du ve pour se terminer à l’ouest au début du vie s. On serait donc bien en présence de l’église dont l’évêque de Vienne Avit prononce la dédicace et qu’il décrit dotée d’un espace transversal (transept) qui s’oppose à un « septénaire » (nefs de 7 travées).

2Le décapage du mur SE du transept dans la fosse située près du clocher (sondage 3) a surtout posé des questions d’où, faute de sondages dans le secteur, les hypothèses suivantes : l’absidiole méridionale construite soit à l’époque romane soit au xvie s. n’aurait pas comporté un niveau souterrain comme au nord puisque que le mur du transept n’était pas ouvert pour laisser un passage vers une chapelle souterraine ; le niveau bas ou intermédiaire qui subsiste sous la forme d’une corniche et d’un angle de mur constituerait les vestiges d’une salle qui aurait succédé à une absidiole agrandie vers l’est et aurait été détruite au début du xixe s.

Lyon, église Saint-Irénée.

Lyon, église Saint-Irénée.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, église Saint-Irénée.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Reynaud, « Lyon (Rhône). Église Saint-Irénée », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 217.

Référence électronique

Jean-François Reynaud, « Lyon (Rhône). Église Saint-Irénée » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10003

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Reynaud

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals