Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Magny-les-Hameaux (Yvelines). Abbaye de Port-Royal-des-Champs

Responsable d’opération : Julien Noblet
p. 218

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Réalisée en mars-avril 2012 par la société Archeodunum, l’opération, qui portait sur quatre bâtiments en ruine disposés à proximité du portail d’entrée de l’ancienne abbaye, précédait les travaux de restauration visant à doter le site d’un nouvel espace d’accueil pour le public. L’étude a consisté pendant trois semaines en une analyse archéologique du bâti des structures conservées en élévation, puis, durant cinq jours, trois sondages ont été ouverts au voisinage de l’entrée. Les résultats permettent de mieux connaître la chronologie et l’aspect de la porterie pour les périodes médiévale, moderne et contemporaine.

2Les deux piles marquant l’entrée sont les seuls éléments conservés en élévation qui appartiennent au dispositif d’entrée originel, attribuable à la seconde moitié du xiiie ou au début du xive s. Construits en moyen appareil de blocs de meulière, elles recevaient certainement à l’origine un arc brisé – justifiant la présence des contreforts – dont l’arrachement des sommiers s’observe encore à l’examen des faces internes des piédroits. À 2 m à l’ouest du contrefort occidental, s’élevant sur environ 3 m de hauteur, une maçonnerie de facture identique pouvait laisser présager l’existence d’une porte piétonne, dont le piédroit, présentant une feuillure de 7 cm et se terminant par un talus, a été retrouvé par sondage. Toutefois, la fondation de ce massif recoupant le niveau de chantier lié à la construction du contrefort, l’aménagement de l’accès piétonnier est intervenu dans un second temps, relativement proche chronologiquement à en juger par le profil des moulures.

3Partant, l’analyse archéologique du bâti a mis en évidence la faible présence d’éléments médiévaux composant l’actuelle porterie ; à l’inverse, elle a révélé de nombreuses maçonneries érigées au xviie s., appartenant soit au mur de clôture élevé vers 1616 à la demande d’Antoine Arnauld, père de l’abbesse réformatrice Mère Angélique, afin de séparer matériellement les religieuses du monde extérieur, soit aux travaux de fortification entrepris sous la Fronde, vraisemblablement par les Solitaires chargés de défendre le site sous le commandement de Louis-Charles d’Albert, duc de Luynes. Ainsi, le bâtiment A s’appuie au nord sur l’ancienne clôture, conservée sur 3,50 m de hauteur, sur laquelle ont été greffées deux tours de défense flanquant l’entrée. L’angle NE du bâtiment C correspond aux vestiges d’une tour, agrandie et transformée en bâtiment agricole par la suite. Deux niveaux de bouches à feu au nord et au sud assuraient la défense de la porte d’entrée. Les bouches à feu associent blocs de meulière et/ou de grès et possèdent une profonde embrasure de tir, abritée sous un linteau en bois. Le mur tourné vers l’extérieur du bâtiment E possédait également une ouverture de tir, renforçant ainsi le flanquement horizontal de la porterie. À la même époque, la porte piétonne est vraisemblablement modifiée.

4Après la suppression et la destruction de l’abbaye en 1711, des structures à vocation agricole sont installées à l’emplacement de la porterie et, au cours des xixe et xxe s., les différents bâtiments sont agrandis et transformés.

5Quant aux sondages, outre la mise au jour du piédroit de la porte piétonne déjà mentionnée, ils ont permis d’étudier les fondations des maçonneries médiévales, construites en tranchées aveugles, et de découvrir l’existence d’un radier assurant un chaînage entre les deux piles, renforçant l’idée de l’existence d’un arc brisé. Par ailleurs, les sondages avaient pour objectif de confronter la réalité archéologique aux gravures de Madeleine Horthemels (1686-1767), auteur des plus anciennes représentations de la porterie, qu’elle dotait d’un passage couvert. Les sondages, dans le prolongement du portail, n’ont révélé aucune structure maçonnée, contredisant ainsi les témoignages iconographiques dont l’inexactitude avait à maintes reprises été soulignée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Noblet, « Magny-les-Hameaux (Yvelines). Abbaye de Port-Royal-des-Champs », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 218.

Référence électronique

Julien Noblet, « Magny-les-Hameaux (Yvelines). Abbaye de Port-Royal-des-Champs » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10007

Haut de page

Auteur

Julien Noblet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Julien Noblet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals