Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Moissac (Tarn-et-Garonne). Église Saint-Martin

Responsable d’opération : Bastien Lefebvre
p. 219-220

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Située à l’ouest de l’agglomération monastique de Moissac, l’église Saint-Martin a fait l’objet de nombreuses recherches archéologiques tout au long du xxe s. L’étude du bâti menée en 2011 et la fouille programmée de 2012 ont permis de revoir l’histoire de cette ancienne église paroissiale extra-muros. Depuis les années 1940, il était convenu que l’édifice du culte avait succédé à un site antique : la découverte d’un hypocauste conservé sous l’emprise du chœur servait d’argument pour restituer des thermes antiques construits contre une enceinte de la fin de l’Antiquité. D’après les archéologues, une église « mérovingienne » et une nécropole attestée par plusieurs sarcophages auraient été installées sur les ruines antiques.

2L’étude du bâti a permis de revoir le phasage des maçonneries de l’église. Il est désormais admis que les parties considérées comme « mérovingiennes » sont en fait antiques et que l’hypocauste fonctionne avec des murs de moellons conservés sur près de 9 m d’élévation dans lesquels des portes, des fenêtres et des arcades sont conservées ou restituables. Afin de compléter ces informations et pour comprendre la transition entre le bâtiment antique et l’église, une fouille programmée en 2012 a consisté à rouvrir les secteurs anciennement explorés, à l’intérieur de l’église et au sud du chœur.

3Au terme de cette recherche, il est désormais possible d’affirmer que l’église reprend strictement le plan du balnéaire d’une villa de la fin de l’Antiquité. La nef coïncide avec le frigidarium tandis que le chœur correspond à la réunion du tepidarium et du caldarium moins leurs bassins qui ont été détruits. Aucun mobilier ne permet de dater la construction de cet ensemble architectural que l’on peut toutefois situer vers le début du ive s. d’après le plan et les méthodes de construction. Faute de stratification en place, il est difficile de dater la fin de l’utilisation du balnéaire. L’occupation semble avoir été continue ; l’église qui est attestée vers le ixe s. pourrait avoir remplacé le balnéaire dès le vie-viie s. Les modifications ont été peu nombreuses : elles ont essentiellement touché l’est de l’édifice où l’hypocauste fut abandonné et le mur séparant les deux pièces chauffées détruit, comme les bassins latéraux. Seul le bassin hexagonal le plus à l’est fut conservé un temps et transformé en abside axiale. C’est manifestement autour du ixe s. que d’importantes reconstructions ont eu lieu. Des fenêtres hautes furent ainsi aménagées dans le mur nord de la nef et le mur occidental totalement reconstruit et épaulé par deux contreforts semi-circulaires. D’après la chronique des abbés de Moissac rédigée au xive s., en 868 des reliques de saint Ansbert ont été déposées dans l’église. C’est peut-être ce qui fut à l’origine des premières inhumations autour de l’église puisque le mobilier et une datation 14C montrent que celles-ci ne sont pas antérieures au xe s. Bien que plus anciens, les sarcophages déjà mis au jour dans les années 1940 apparaissent en remploi puisqu’ils reposent sur un niveau daté par la céramique entre le ixe et le xie s.

4L’église et son cimetière qui accueillirent des inhumations tout au long du Moyen Âge et à l’époque moderne ont bénéficié d’un statut paroissial dès le xie s. De nombreuses modifications architecturales plus ou moins importantes ont touché l’église au cours du Moyen Âge, comme la reconstruction vers le xie s. d’une partie du chevet ou l’aménagement d’un enfeu au xiiie s. Des travaux de plus grande ampleur marquent la fin du xve s. notamment la construction de la chapelle Notre-Dame dont les peintures représentent des scènes de la vie du Christ et la reconstruction du mur sud de la nef et son nouveau portail.

5Plusieurs travaux ont eu lieu à l’époque moderne et jusqu’en 1918, au moment où l’église est désaffectée. L’édifice devient alors un objet archéologique très sollicité mais aussi malmené comme le montre le décaissement général de la nef réalisé en 1962 et les nombreuses perturbations liées aux diverses fouilles ou à la restauration de l’édifice.

6Les modalités de transition entre le balnéaire antique et l’église ainsi que l’occupation du haut Moyen Âge restent mal connues faute de données stratigraphiques suffisantes. L’aménagement d’une église et d’une nécropole sur un site antique ne représente pas une situation unique mais rares sont les sites qui comme à Saint-Martin conservent de manière aussi exceptionnelle l’élévation d’un balnéaire antique. La compréhension de la relation entre l’église et les inhumations est un autre apport de cette étude, comme l’identification d’importantes reprises architecturales attribuées au haut Moyen Âge.

Moissac, église Saint-Martin.

Moissac, église Saint-Martin.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Moissac, église Saint-Martin.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Lefebvre, « Moissac (Tarn-et-Garonne). Église Saint-Martin », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 219-220.

Référence électronique

Bastien Lefebvre, « Moissac (Tarn-et-Garonne). Église Saint-Martin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10013

Haut de page

Auteur

Bastien Lefebvre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Lefebvre

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals