Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainOulches (Indre). Le prieuré de Lo...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Oulches (Indre). Le prieuré de Longefont

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 224

Texte intégral

1Le prieuré de Longefont est situé dans le sud du département de l’Indre, sur la rive sud de la Creuse, entre les villes d’Argenton-sur-Creuse en amont, à l’est, et Le Blanc, en aval, à l’ouest. Fondé avant 1130, il est un des quatre prieurés de l’ordre de Fontevraud présent dans le diocèse de Bourges. La chapelle en ruines fait l’objet d’un programme de restauration qui restitue les volumes de la nef et réaménage les sols à l’intérieur. Un diagnostic prescrit en 2011 a permis de retrouver les niveaux de sol de la chapelle depuis sa construction dans les années 1130-1140 jusqu’à son abandon à partir de 1830. Cette intervention a également mis en évidence la présence de nombreuses inhumations bien conservées à l’intérieur de l’édifice ainsi que des vestiges d’un jubé, vraisemblablement ajouté au xvie s.

2La fouille des vestiges et l’analyse des élévations internes de la chapelle à l’emplacement du jubé ont permis de restituer l’évolution de cet aménagement liturgique destiné à séparer le chœur des moniales (l’actuelle nef) de celui du prêtre officiant ou des éventuels moines. Les premières devaient entrer dans la chapelle depuis le cloître au nord au moyen d’une porte placée au milieu du mur nord de l’édifice. Les moines et le prêtre ou confesseur accédaient au chœur depuis une porte ouverte dans le mur sud, située juste à l’ouest du pilier qui sépare le chœur de la nef.

3Le premier état consiste en un mur écran de 2,30 m de haut composé de deux pans droits, perpendiculaires aux murs nord et sud de la chapelle, qui flanquent un pan central en retrait de 1,20 m par rapport au reste du mur. L’élévation était composée d’une maçonnerie en petit et en moyen appareil, renforcée à la base et au sommet par des poutres ancrées dans les murs de la chapelle. Cette cloison sépare donc la porte méridionale de la chapelle de la nef. Il a été possible de restituer le décor d’enduit peint associé à ce premier état, daté pour l’instant du début des années 1520 sur la base des décors et du contexte historique. En effet, les jubés servaient dans les églises à séparer le chœur et les prêtres des fidèles rassemblés dans la nef. L’application des mesures de réforme de la liturgie promulguées lors du concile de Trente a conduit à une disparation progressive des jubés des églises paroissiales et des cathédrales. En revanche, la règle de l’ordre de Fontevraud stipule clairement la séparation des moniales des hommes. La mise en œuvre de la réforme de l’ordre au cours du xvie s. a sans doute renforcé le besoin de garder ou d’aménager des dispositifs architecturaux pour respecter les conditions de la clôture monastique  : la création ou la restauration du jubé de Longefont peut donc s’inscrire dans le cadre de cette réforme, votée en 1518 pour ce prieuré et appliquée dès 1520.

4Au xviie s., le jubé est modifié par l’ajout de deux pilastres flanquant le panneau central, sans doute destinés à renforcer la structure et en accentuer le caractère monumental. L’ensemble a reçu un nouveau programme d’enduits peints à cette occasion. Le dernier état d’aménagement consiste en l’application d’un épais badigeon blanc qui sert de base pour un nouveau décor peint aux motifs architecturaux, très abîmé. Ce dernier programme est datable de la fin du xviie ou du début du xviiie s.

5Le mobilier, très pauvre, est composé de quelques fragments d’enduits peints issus de la démolition du jubé au xixe s. et trois clous de cercueil hors contexte. Cependant, il faut signaler la découverte dans une des couches de remblais récents d’une stèle funéraire portant une inscription. Celle-ci indique le décès en 1617 d’une prieure inconnue des textes. La pierre sera mise en valeur à l’intérieur de la chapelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Oulches (Indre). Le prieuré de Longefont »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 224.

Référence électronique

Simon Bryant, « Oulches (Indre). Le prieuré de Longefont » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10025

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search