Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Pecquencourt (Nord). Institut d’Anchin (ancienne abbaye d’Anchin)

Responsable d’opération : Ludovic Notte
p. 226

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de construction d’un bâtiment dans l’enceinte de l’institut d’Anchin, implanté dans l’ancien enclos de l’abbaye bénédictine d’Anchin fondée en 1079, a motivé la prescription d’un diagnostic. Trois sondages ont été pratiqués qui se sont tous révélés positifs.

2Les premiers niveaux attestés au sommet de la couverture sableuse en place ne sont pas datés mais ne semblent pas antérieurs à l’établissement monastique. Les premières constructions déterminent deux espaces délimités par de larges maçonneries de grès, en partie récupérées, et renfermant des pavements de terre cuite médiévaux dont l’un conservé sur environ 7,35 m2. Le ou les bâtiment(s), représenté(s) sur une vue cavalière du xviie s. mais non identifiés pour le moment (ancienne infirmerie ?), semblent avoir été détruits à l’époque moderne lors de l’installation d’un fossé resté en usage jusqu’au xxe s. Des vestiges de maçonneries et de sols dallés, apparaissant directement sous la couche humique, correspondent au dernier état d’un bâtiment (grange en 1772) détruit à l’aube de l’époque contemporaine. L’épaisseur de la stratigraphie d’époques médiévale et moderne est en moyenne de 1 m à l’endroit du bâti médiéval.

3Dans l’attente d’une meilleure identification des édifices, la découverte d’un pavement céramique médiéval figuré est à souligner ; il occupe 5,06 m (41 rangées) sur 1,83 m (15 rangées). 50 % des carreaux (462) sont conservés in situ. Le lit de pose du pavement (US 1021) est constitué d’un sable beige verdâtre meuble peu adhérent comportant quelques pointes et pétards de chaux mal amalgamée (US 1022) qui ne peut être qualifié de mortier. La composition du pavement, peu complexe, peut être décrite, malgré son irrégularité, comme un damier simple établi dans l’axe de la pièce. La mise en œuvre est assez malhabile, les ruptures ou infléchissements résultant à l’évidence non d’un décor mais plus probablement d’un travail par plage ou bandes avec, au moins en un endroit, une insertion de fragments de carreaux visant à rétablir un semblant de linéarité. La présence sur quelques exemplaires de carreaux d’un mortier adhérent blanchâtre très chaulé indique peut-être leur remploi.

4Deux séries principales de carreaux se distinguent d’après leurs dimensions. Classe 1 : carreaux de grand format (163/165 x 161/165 mm, ép. 27/30 mm) regroupés dans la partie SO. Les 24 exemplaires conservés à plus de 50 % se répartissent en 19 carreaux monochromes vernissés jaune à vert (sur engobe blanc), vert foncé à noir (sans engobe) et sans doute orangé (mal conservé) ; 4 carreaux glaçurés orangés à vert bicolores à motif figuré (aigle à senestre, cerf à dextre, chevalier en pied à senestre et monstre à dextre). Classe 2 : carreaux de plus petites dimensions (112/117 x 112/117 mm, ép. 25/28 mm) répartis en carreaux monochromes jaunes (sur engobe blanc), orangé uniforme ou présentant un nuage central verdâtre s’étalant parfois presque sur l’ensemble de la surface, brun, vert foncé à noir. À cette classe appartiennent des carreaux estampés bicolores à motif figuré engobé : coq à senestre, volatile (?), chien à dextre, lion rampant à dextre, lion rampant à dextre, griffon à senestre.

5Une recherche bibliographique, d’abord restreinte aux sites régionaux, s’est avérée assez décevante. Le répertoire figuré se démarque en tout cas clairement du groupe artésien occidental défini par Didier Derœux et Martine Carette et des groupes ou sites picards, normands, champenois, franciliens qui tous usent de compositions complexes, dotées de cadres, de motifs dans le champ (rinceaux, rosettes, festons…) et de compositions obliques complémentaires ou associables. À ce stade de la recherche, les meilleures comparaisons aux motifs d’Anchin ont été repérées plus à l’est jusque dans l’espace mosan, à Soignies (Belg., Hainaut), à Nivelles (Belg., Brabant wallon), à Floreffe (Belg., Namur), à Huy (Belg., Namur) ou à Liège (Belg., Liège). L’hypothèse de l’appartenance à ce supposé groupe oriental devra être confirmée par une étude stylistique complémentaire ; la datation des carreaux (probablement xiiie s. voire xive s.) et leur mise en œuvre pourront sans doute être précisées par des recherches complémentaires.

Pecquencourt, institut d’Anchin, pavement céramique médiéval.

Pecquencourt, institut d’Anchin, pavement céramique médiéval.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pecquencourt, institut d’Anchin, pavement céramique médiéval.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 941k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Notte, « Pecquencourt (Nord). Institut d’Anchin (ancienne abbaye d’Anchin) », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 226.

Référence électronique

Ludovic Notte, « Pecquencourt (Nord). Institut d’Anchin (ancienne abbaye d’Anchin) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10033

Haut de page

Auteur

Ludovic Notte

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ludovic Notte

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals