Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Peyroules (Alpes-de-Haute-Provence). Église Saint-Pons

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 227-228

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1L’ancienne église Saint-Pons est située à 1 200 m d’altitude, au-dessus du village actuel de Peyroules, aux limites SE du département des Alpes-de-Haute-Provence. Le positionnement de l’édifice, isolé sur un piton rocheux du versant sud de la montagne du Teillon, est à mettre en relation avec la proximité du bourg castral de Ville, situé sur un second mamelon rocheux lui faisant face à quelques centaines de mètres au sud. L’église paroissiale du castrum de Peirolis n’apparaît pas dans les textes avant le xiiie s., bien que la mention plus ancienne de l’occupation du site remonte à 1045, date à laquelle il est fait don à Saint-Victor de Marseille d’un manse in Peirolas. L’abandon de l’église est consécutif au transfert de la paroisse vers le hameau de la Rivière, actuel chef-lieu du village, en 1830, et à la construction dans la vallée d’une nouvelle église dédiée à sainte Anne. L’édifice, partiellement ruiné, est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 2006 et plusieurs travaux d’entretien ont été réalisés depuis cette date. L’objectif de l’étude du bâti était de mieux caractériser les différentes phases de construction afin d’orienter les travaux d’entretien de l’édifice.

2L’étude a permis d’établir que les principaux volumes du bâtiment actuel, formé par une nef unique de plan rectangulaire (environ 14,40 m de long pour 7,30 m de large dans l’œuvre) à laquelle est accolée une abside semi-circulaire (environ 3,40 m de profondeur dans l’œuvre), procédaient d’une unique phase de construction. La nef est desservie par trois ouvertures, dont deux sont disposées sur le mur méridional et une sur la façade occidentale. Chacune de ces portes, formée d’un arc en plein-cintre débordant sur les piédroits, était à l’origine dotée d’un tympan maçonné, comme l’indiquent les débords de maçonnerie observés dans la fourrure des arcs. L’éclairage est assuré par une série de baies à double ébrasement, placées en haut du gouttereau sud (fig.). Les élévations de la nef et du chœur sont formées par un appareillage plus ou moins régulier de moellons de calcaire dur et de grès locaux liés par un mortier très pulvérulent, dont la dégradation a sans doute été accélérée par l’absence de couverture sur la nef durant ce dernier siècle. Les différences d’appareillage constatées sur certaines parties du bâtiment, comme sur la façade occidentale, s’expliquent par des modifications dans l’approvisionnement des matériaux ou par des interruptions du chantier plutôt que par des phases de construction distinctes. Les arcs de couverture des baies et des portes, ainsi que le cul-de-four de l’abside sont appareillés avec un moyen appareil de tuf, dont la précision de la taille contraste avec le reste des élévations. Les dimensions de la nef, l’absence de contreforts et de fondations puissantes laissent supposer que cette partie de l’édifice était charpentée dès l’origine. La forme du plan et des ouvertures, comme les techniques de mise en œuvre plaident en faveur d’une construction à la période romane (voir par exemple Saint-Blaise de La Martre ; Notre-Dame d’Astor de Peyrolles). Les modifications architecturales postérieures se sont limitées à la reprise de certaines ouvertures dans la nef, à l’ajout d’une baie au chevet, d’une tribune dans la partie occidentale de la nef et à l’habillage du chœur par un décor couvrant de stuc à la période moderne.

3La construction de l’église doit sans doute être mise en relation avec l’installation d’un habitat sur le promontoire rocheux opposé, sans qu’il soit possible de préciser si l’un est à l’origine de l’autre ou si les deux sont consécutifs. Des sondages sur le site de l’église permettraient cependant de préciser la période de construction ainsi que les origines de l’édifice et d’en appréhender l’organisation liturgique (question de la multiplicité des accès à la nef).

Peyroules, église Saint-Pons, élévation extérieure du gouttereau sud (SDA04).

Peyroules, église Saint-Pons, élévation extérieure du gouttereau sud (SDA04).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Peyroules, église Saint-Pons, élévation extérieure du gouttereau sud (SDA04).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Peyroules (Alpes-de-Haute-Provence). Église Saint-Pons », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 227-228.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Peyroules (Alpes-de-Haute-Provence). Église Saint-Pons » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10037

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals