Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainPoitiers (Vienne). Abbaye Saint-J...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Poitiers (Vienne). Abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf

Grabungsleiter: Isabelle Pignot
p. 228-229

Volltext

1L’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf, fondée par Guillaume VIII vers 1069, a connu de multiples phases de construction et de remaniements. L’église est achevée avant la fin du xie s. Les parties hautes du chevet sont quant à elles remaniées vers la fin du xiiie s. Des restaurations importantes sont menées au xviie s. : la première travée de l’église est mise à bas et une nouvelle façade est érigée. Les bâtiments conventuels médiévaux, détruits et remplacés par la grande aile de bâtiment construite entre 1714 et 1727 par l’architecte François Leduc, restent méconnus. Les édifices du monastère servent de caserne de 1789 jusqu’à la seconde guerre mondiale, puis abritent l’École Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aérotechnique. Ils sont aujourd’hui réhabilités pour accueillir une grande partie des services du Rectorat.

2Dans le cadre du projet de réalisation d’un jardin semi-enterré, une surveillance de travaux envisageait de reconnaître le niveau d’apparition des premiers vestiges. Une étude lapidaire, en complément d’un précédent inventaire réalisé par Éveha en 2011 sur 27 blocs de calcaire conservés sur le site, a étudié quatre-vingts éléments supplémentaires.

3Le décapage a permis la découverte de niveaux archéologiques sensibles dès 0,70-0,80 m de profondeur. Trois murs sont dégagés, appartenant à l’ancienne boulangerie et au réfectoire de la communauté. Ils étaient placés contre la galerie sud du cloître, en parallèle à l’église. Un niveau de sol intérieur semble associé à cette boulangerie. D’autres niveaux d’occupation sont dégagés, correspondant soit à des sols extérieurs de la galerie de cloître, soit à d’éventuels niveaux en lien avec l’installation de la caserne. Les quelques éléments de mobilier mis au jour, bien trop ténus, ne permettent malheureusement pas de préciser les datations. Une fosse est également mise au jour et correspond vraisemblablement à une fosse d’extraction de l’argile, datée de l’époque moderne. Ces vestiges sont fréquemment perturbés par des tranchées techniques récentes.

4Les éléments lapidaires mis au jour au cours des travaux de réaménagements des bâtiments témoignent des évolutions des décors et des élévations du xie s. à la période moderne. Nous pouvons constater que la part des éléments datés du xie et des réfections du xve s. est relativement faible, tandis que les blocs relevant de la phase gothique de reconstruction paraissent très bien représentés, de même que les éléments modernes, attestant de l’ampleur des remaniements menés à ces périodes. Les blocs médiévaux apparaissent généralement de belle facture. La taille est soignée, les décors de grande qualité (frise d’entrelacs, chapiteaux feuillagés, modillon orné d’un singe accroupi). Des vestiges de pigments ocres, rouges ou noirs témoignent de l’ancienne polychromie des décors. Ces pierres ont fréquemment été remployées lors des réfections modernes, comme en témoignent les restes de mortier sur certaines faces sculptées. Les éléments modernes sont taillés dans un calcaire plus blanc, aux grains très fins, permettant la réalisation d’éléments décoratifs de qualité (encadrement de cheminée, fragments d’une sculpture). Ainsi, ces différents fragments sont de précieux indices de la qualité des décors et des élévations des bâtiments disparus, qu’il s’agisse de la première travée de l’église, du cloître ou des bâtiments conventuels. Les murs arasés mis au jour au décapage et la centaine d’éléments lapidaires découverts lors des différentes phases de travaux sur le site attestent de sa grande richesse et du potentiel archéologique du cloître du monastère.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Isabelle Pignot, „Poitiers (Vienne). Abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf“Archéologie médiévale, 43 | 2013, 228-229.

Online-Version

Isabelle Pignot, „Poitiers (Vienne). Abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf“ [archäologische Miszelle], Archéologie médiévale [Online], 43 | 2013, Online erschienen am: 15 Mai 2018, abgerufen am 17 Mai 2022. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/10038; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.10038

Seitenanfang

Autor

Isabelle Pignot

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Isabelle Pignot

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search