Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainPont-à-Mousson (Meurthe-et-Mosell...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Lycée régional Jacques Marquette

Responsable d’opération : Lonny Bourada
p. 229

Texte intégral

1En préalable à des travaux, une opération préventive a été prescrite par le SRA Lorraine sur une surface d’environ 350 m2 déjà explorée en 2011. La fouille se développe en rive droite, légèrement au nord d’un pont de bois qui franchit la Moselle et dont la première mention remonte à 1128. Ce secteur s’inscrit a priori à l’emplacement de la commanderie des Antonistes installée dès 1214 sur le prieuré bénédictin de Saint-Michel. Il est intégré à la ville neuve de Pont-à-Mousson qui est créée en 1261 à l’initiative du comte de Bar Thibaut II et se développe de part et d’autre de la Moselle à partir du pont préexistant. En 1574, la commanderie Saint-Antoine passe aux Jésuites. Elle accueille alors les bâtiments universitaires jusqu’en 1768. En 1872, la famille Adt fonde à partir de bâtiments de l’université qui subsistent un puissant complexe industriel. L’usine Adt, réputée pour ses productions de meubles et autres éléments laqués, disparaît de la trame urbaine dans la seconde moitié du xxe s. et la construction du Lycée régional Jacques Marquette.

2La première occupation a été perçue au travers de maçonneries se rapportant à la présence sur ce secteur depuis la période médiévale de l’ordre des Antonistes. La moitié est de la fouille occupe notamment une importante cave voûtée. Côté ouest, la forte densité de murs dégagés sur un espace assez réduit n’a pas permis d’isoler immédiatement les vestiges propres à cette occupation.

3Les murs se rapportant à cette occupation appartiennent aux différentes phases de travaux entreprises au cours des deux siècles d’existence de l’université. Les niveaux d’occupation n’ayant pour la plupart pas été conservés et l’essentiel du mobilier découvert provenant de niveaux de remblais, il n’a malheureusement pas été possible d’établir directement un lien entre les vestiges mis au jour et les étapes d’extension de l’ensemble universitaire rive droite. Il est vraisemblable que, par le biais de quelques modifications, l’université créée en 1572 se substitue à partir de 1574 aux bâtiments de la commanderie des Antonistes. De nouvelles constructions s’avèrent nécessaires et les bâtiments de la cour des classes, actuel lycée Marquette, sont par exemple achevés en 1608.

4L’établissement va progressivement se développer en intégrant au moins partiellement dans sa trame le plan d’origine. Mais à l’instar des prémontrés avec la construction de leur abbaye au début du xviiie s., les jésuites entreprennent de rebâtir à l’emplacement de l’ancienne commanderie un vaste ensemble architectural. Au cloître qui est préservé vient s’adosser un nouvel ensemble de bâtiments disposé en U. Les sources iconographiques sont pour la plupart contemporaines de cet état. Au regard des plans précis conservés, il est probable que la puissante maçonnerie au développement N-S, plusieurs fois remaniée, corresponde à un tronçon du mur de façade arrière de l’aile ouest. Côté est, le décapage a révélé un important espace excavé attribué à l’occupation des Antonistes. Mais le vestibule équipé d’un escalier permettant l’accès à cette cave semble avoir été réaménagé lors de cette phase de travaux. À l’ouest, la faible emprise du décapage n’offre qu’une vision très partielle des volumes intérieurs et de leur distribution. Sans un travail de post-fouille plus abouti, le réseau de murs mis au jour et la dévolution de ces structures s’avèrent donc complexes à interpréter.

5Replacée sur les documents iconographiques, notre zone d’étude est localisée à l’emplacement du réfectoire des pères et de la cuisine. Cette information pourrait expliquer la découverte de soles de cheminée composées de fragments de tuiles disposés de chant, mais il n’est pas certain qu’elles soient contemporaines de cet état.

6Plus généralement, dans un contexte historique marqué par l’affrontement entre catholiques et protestants, l’université de Pont-à-Mousson gérée par la compagnie de Jésus était destinée à devenir un centre intellectuel de premier plan. Si son rayonnement culmine au xviie s., elle a attiré dès le xvie s. des étudiants originaires de différents pays catholiques. La découverte d’une monnaie frappée en 1597 en Écosse illustrerait cet aspect. Après la mort de Stanislas en 1766, la Lorraine est rattachée au royaume de France. L’édit de suppression qui frappait la compagnie de Jésus en France est étendu à la Lorraine en 1768. En quittant Pont-à-Mousson, les jésuites abandonnent l’administration de leur université qui est transférée la même année à Nancy. Après le départ de l’université, les salles de classe ont tout d’abord accueilli les élèves du collège où enseignaient des professeurs séculiers, puis de 1776 à 1793, sous la responsabilité des chanoines de Notre-Sauveur, l’une des dix écoles royales militaires. D’après les descriptions de contemporains, les bâtiments universitaires de la rive droite demeurent alors pour l’essentiel inoccupés.

7Pourtant, il s’agit de la phase d’occupation qui, d’un point de vue du mobilier archéologique, est la plus représentée. Un abondant lot de vaisselle et mobilier en verre, trahissant la persistance d’une occupation domestique, provient de latrines aménagées au sein du vestibule desservant le volume excavé localisé à l’est de la fouille. Pour ce faire, l’escalier a été arraché, la porte accédant à la cave et le volume du vestibule entièrement couvert au moyen d’une voûte maçonnée.

8Enfin, les derniers niveaux appréhendés appartiennent à l’usine Adt, réputée pour ses productions de meubles et autres éléments laqués. Sur la zone de fouille, son activité est apparue au travers d’une grande quantité de débris de coquilles d’ormeaux dont la nacre était utilisée pour la réalisation des décors.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lonny Bourada, « Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Lycée régional Jacques Marquette »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 229.

Référence électronique

Lonny Bourada, « Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Lycée régional Jacques Marquette » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10039

Haut de page

Auteur

Lonny Bourada

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lonny Bourada

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search